Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

FOROM AYITI : Tèt Ansanm Pou'n Chanje Ayiti.
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  PortailPortail  CalendrierCalendrier  PublicationsPublications  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 ROBERT ROTH ap reflechi sou denye EVENMAN ann AYITI yo

Aller en bas 
AuteurMessage
Joel
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 15927
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

MessageSujet: ROBERT ROTH ap reflechi sou denye EVENMAN ann AYITI yo   Ven 14 Sep 2018 - 8:03

ROBERT ROTH se yon VETERAN pou LIT DWA MOUN ki ap viv lan SAN FRANCISCO-KALIFONI

http://haitisolidarity.net/2018/08/haiti-roots-of-an-uprising


« Le chaudron de la corruption et des mensonges bouillonne sans arrêt 24 heures sur 24. Le temps est venu de le renverser, pour que les Haïtiens commencent à voir la lumière de la paix. Haïti est pour tous les Haïtiens . »- Déclaration de Fanmi Lavalas, 8 juillet 2018.

(Fanmi Lavalas est le parti de l'ancien président Jean-Bertrand Aristide, le premier président démocratiquement élu d'Haïti, et représente la majorité pauvre d'Haïti.)

 Le 6 juillet 2018, Haïti a explosé.  Des dizaines de milliers d’Haïtiens ont afflué dans les rues de Port-au-Prince pour demander la démission du président Jovenel Moise.  Les protestations ont été déclenchées par l’annonce par le gouvernement de la réduction ou de la suppression des subventions sur le carburant, entraînant une hausse de 38% du prix de l’essence et une augmentation de 50% du prix du kérosène à 4,00 dollars le gallon.  Le soulèvement se répandit dans tout le pays et dura trois jours.  Port-au-Prince a été paralysé.  Les manifestants installent des barricades dans les rues, brûlent des pneus et attaquent les magasins appartenant aux riches.  Les hôtels de luxe dans la région de Petionville ont été licenciés par des manifestants en colère.  Immédiatement après, le gouvernement a annulé les augmentations de prix (pour l'instant) et le Premier ministre Jack Guy Lafontant - le même responsable qui a annoncé la hausse du prix du carburant - a démissionné.  Et une équipe de marines américains a été envoyée à Port-au-Prince, apparemment pour renforcer la sécurité à l'ambassade américaine, mais aussi pour envoyer aux Haïtiens un avertissement inquiétant de ce qui allait arriver si les manifestations se poursuivaient.

L'administration Moise avait attendu la Coupe du Monde pour rendre officielle la hausse des prix, dans le vain espoir que les Haïtiens seraient tellement préoccupés par les festivités qu'ils ignoreraient cette attaque contre leur niveau de vie déjà précaire.  Mais l'écriture était sur le mur depuis février, lorsque le nouveau gouvernement Moise a conclu un accord avec le Fonds monétaire international sur un programme d'austérité en échange de 96 millions de dollars de prêts.  Même après les manifestations, le FMI a insisté sur le fait que la forte hausse des prix était nécessaire, mais que les augmentations de prix devraient être introduites plus progressivement.  Clairement, la fin de cette histoire n'a pas encore été écrite.

La poussée populaire puissante et militante a surpris les médias américains dominants.  Ayant ignoré des mois de manifestations continues contre les élections volées qui ont amené au pouvoir le gouvernement haïtien actuel, les médias comme le New York Times et le Miami Herald ne pouvaient que deviner les causes sous-jacentes de la rébellion.  CNN a axé ses reportages sur la situation critique des missionnaires américains «piégés» en Haïti.  La couverture médiatique était remplie des mots de code racialisés habituels: «émeutiers», «pillards», «violence».

Ce qui manquait aux manchettes était le fait que le gouvernement Moise opérait déjà sous un nuage de suspicion et de colère populaire bien avant le soulèvement.  Né au cours de deux élections tellement chargées de fraudes et d’éliminations d’électeurs qu’elles ont été qualifiées de «coup électoral» par les partis d’opposition, le gouvernement haïtien actuel n’a aucune légitimité parmi la population.  Le premier tour des élections en 2015 a été annulé après des semaines de manifestations massives soutenues par Fanmi Lavalas, le parti du premier président démocratiquement élu d'Haïti, Jean-Bertrand Aristide.  Les clubs de police, les agents chimiques, les gaz lacrymogènes et les balles ont rencontré des manifestations massivement pacifiques, mais le mouvement populaire a persisté, obligeant finalement à l'annulation, conduisant à un nouveau tour des élections présidentielles en octobre 2016. lors de l'inauguration de Jovenel Moise en tant que nouveau président en février 2017.

Le coup électoral a engendré une présidence corrompue.  Avant même d'être installé en tant que président, Moise était impliqué dans un programme de blanchiment d'argent après une enquête menée par l'agence de surveillance bancaire d'Haïti.  Datant de 2012, lorsque le mentor de Moise, l'ancien président, Michel Martelly, était au pouvoir, le blanchiment d'argent aurait rapporté plus de 5 millions de dollars.  Au cours de l’un de ses premiers actes en tant que président, Moise a remplacé le directeur de l’organisme d’enquête par un de ses copains dans le but de réprimer l’enquête.  Les organisateurs paysans ont également dénoncé l'expropriation de terres par Moise pour sa plantation de bananes dans le nord d'Haïti.  Non seulement les petits agriculteurs ont perdu des terres;  L’activité d’exportation de bananes de Moise semble avoir été une image électorale de courte durée.  En réalité, 25 000 dollars ont été dépensés pour exporter un seul conteneur de bananes d'une valeur de 10 000 dollars en Allemagne.  Cela fait partie d'une tendance selon laquelle les responsables gouvernementaux vantent les projets, obtiennent des fonds, prennent possession des terres, puis empochent l'argent plutôt que de développer l'agriculture ou l'infrastructure du pays.

 En outre, un énorme scandale a éclaté à propos du vol de 3,8 milliards de dollars de prêts Petrocaribe accordés à Haïti par le gouvernement vénézuélien.  Oui, 3,8 milliards de dollars.  Ces fonds étaient censés réduire les coûts de l’énergie et financer l’éducation, l’agriculture et les infrastructures, mais ils se sont retrouvés dans les coffres des fonctionnaires, y compris des membres du Parlement.  «Où est l'argent de Petrocaribe?» Ont demandé les Haïtiens lors d'une manifestation anti-gouvernementale le 24 août.  Où sont les fonds pour les hôpitaux qui cherchent désespérément des réserves de sang et qui ont besoin de nouveaux équipements médicaux?  Où est l'argent pour l'éducation, alors que les familles se préparent à renvoyer leurs enfants dans les écoles avec des subventions réduites ou inexistantes pour les fournitures scolaires et les uniformes?

Dans la région de l'Artibonite, centre de l'agriculture haïtienne, les pluies récentes ont provoqué des inondations dangereuses dues à des infrastructures négligées, mais les travailleurs de l'assainissement n'ont pas encore été payés pour nettoyer les canaux et les égouts pendant la saison des ouragans.  À Port-au-Prince, la police a brûlé les échoppes des commerçantes, une forme particulièrement cruelle de gentrification qui déchire le cœur de la vie économique d'Haïti et le fondement de la capacité de survie de nombreuses familles.  Les prisons d'Haïti éclatent maintenant, avec une épidémie après l'autre balayant des cages surpeuplées et cauchemardesques.

Lorsque les Haïtiens sont descendus dans la rue en juillet, ils exigeaient la fin de tout cela.  Essentiellement, ils laissaient savoir au gouvernement qu'il n'y aurait pas de paix sans justice.  Ils sont allés bien au-delà de l’appel pour réduire la hausse du prix du carburant, insistant sur le fait que le gouvernement Moise devait démissionner.  Les manifestations ont rappelé que le mouvement populaire d'Haïti, longtemps la cible du gouvernement américain et de l'élite haïtienne, reste viable et puissant.  Malgré deux coups d'État orchestrés par les Etats-Unis contre les administrations de l'ancien président Aristide, malgré une campagne militaire sophistiquée visant à diviser et à marginaliser Fanmi Lavalas et ses alliés, malgré 14 années d'occupation militaire des Nations Unies, malgré des élections volées la misère à laquelle sont confrontées la plupart des familles haïtiennes, le mouvement populaire a persisté.

Pourquoi?  C’est un mouvement qui a profondément enraciné ses racines et qui reste la force centrale du pays capable de créer une alternative à la corruption et à la répression.  Pendant les années où les gouvernements de Lavalas étaient au pouvoir, plus d'écoles ont été construites que dans toute l'histoire précédente d'Haïti.  Des cliniques de santé ont vu le jour dans tout le pays, les administrations d'Aristide ayant dépensé des sommes sans précédent en soins de santé.  Lorsque le séisme a frappé en 2010, faisant plus de 300 000 morts et forant plus d'un million de personnes à vivre sous des bâches dans des camps désespérément surpeuplés, ce sont des militants de base qui ont immédiatement travaillé avec des fonds limités.  Après la dévastation provoquée par l'ouragan Matthew en 2016, Fanmi Lavalas a organisé des caravanes pour venir en aide aux régions touchées.  Alors que les conditions de vie se sont dégradées, les organisations de base ont soutenu les pauvres - soutenant les enseignants, les travailleurs du textile et les étudiants en grève, soutenant les femmes du marché alors qu’elles se défendaient contre les attaques gouvernementales. stations de radio et de télévision qui dominent les ondes d'Haïti.

Le travail de l'Université de la Fondation Aristide (UniFA) est un exemple parfait de la vision du mouvement pour une Haïti démocratique et inclusive.  Fondée en 2001 alors que le président Aristide entamait un nouveau mandat, l'école de médecine d'UniFA a été fermée brutalement après le coup d'État de 2004, son campus ayant été repris par les troupes d'occupation américaines et onusiennes.  Lorsque le président Aristide et son épouse et collègue Mildred Trouillot Aristide sont rentrés en Haïti en 2011 après un exil forcé en Afrique du Sud, il a annoncé que UniFA serait rouverte et élargie.  Comme promis, sept ans jour pour jour après le retour d'Aristides, UniFA a tenu sa première cérémonie de remise des diplômes .  Avec plus de 1000 personnes présentes, UniFA a formé 77 médecins, 46 infirmières et 15 avocats.  Beaucoup de diplômés ont été recrutés à l'université dans des communautés pauvres qui ont eu peu accès à l'enseignement supérieur.  Les médecins UniFA travaillent déjà dans des domaines qui ont rarement, voire jamais, consulté un médecin.  Avec 1600 étudiants qui étudient maintenant dans les domaines de la médecine, des soins infirmiers, du droit, de l'ingénierie, de la physiothérapie et de la formation continue, ce n'est qu'un début, un microcosme des types d'avancées que pourrait réaliser Haïti avec un véritable gouvernement populaire au pouvoir.  Le contraste ne peut être plus marqué - éducation ou militarisme, démocratie ou régime autoritaire, inclusion ou exclusion, développement ou corruption, autodétermination ou occupation.  Avec le soulèvement de juillet, le peuple haïtien a de nouveau fait connaître son choix.

Robert Roth est éducateur et co-fondateur du comité d'action d'Haïti

Cet article a été publié pour la première fois par le Comité international pour la paix, la justice et la dignité des peuples: http://theinternationalcommittee.org/haiti-roots-of-an-uprising/





Catégories: Nouvelles
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
ROBERT ROTH ap reflechi sou denye EVENMAN ann AYITI yo
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Haiti - the capital of the diaspora? Selebrasyon Ayiti lan Trinidad
» 30 pwojè sou pye lan Komisyon Enterimè pou Bati Ayiti.
» AYITI : Lit de Klass e Ideoloji Divizé Nou Sou Zafé Det Indepandans lan
» Du support pour renmen Ayiti
» Anmwe!!! Ayiti pa kapab ankô!!!!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti :: Haiti :: Espace Haïti-
Sauter vers: