Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

FOROM AYITI : Tèt Ansanm Pou'n Chanje Ayiti.
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  PortailPortail  CalendrierCalendrier  PublicationsPublications  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Yo mete FRE prezidan ONDIRAS lan anba kod pou TRAFIK DWOG

Aller en bas 
AuteurMessage
Joel
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 16060
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

MessageSujet: Yo mete FRE prezidan ONDIRAS lan anba kod pou TRAFIK DWOG   Mar 27 Nov 2018 - 4:02

Gen MOUN ki twouve sa DWOL ke JISTIS AMERIKEN plede ap mete GWO POTANTA lan GOUVENMAN ONDIRAS lan ,anba KOD pou TRAFIK DWOG.
Anvan ,se te PITIT GASON ansyen PREZIDAN PERFIRIO LOBO ,kounye an ,se FRE PREZIDAN aktyel PREZIDAN.
Gen MOUN ki twouve sa DWOL ,paske si gen yon GOUVENMAN ki ALYE AMERIKEN yo ,lan AMERIK SANTRAL ,se GOUVENMAN ONDIRAS lan.
Atik lan di ,ke anpil POLITISYEN lan ONDIRAS ap fe FOTIN lan KONEKSYON yo ,ak KOMES KOKAYIN.
Se PEYI ,kote tou NEG kontinye ap VOLO ELEKSYON ak ENDIFERANS e PATISIPASYON GOUVENMAN AMERIKEN an:
Se pou gen NEG ann AYITI ,kote dapre RAPO ,FOTIN ap fet lan KOMES POUD BLANCH lan ,ak KONEKSYON lan GOUVENMAN an:



Honduran President’s Brother, Arrested in Miami, Is Charged With Drug Trafficking

Juan Antonio Hernández, the brother of Honduras’s president, was accused by American prosecutors of being involved in “large-scale” drug trafficking into the United States for over a decade.


Juan Antonio Hernández, the brother of Honduras’s president, was accused by American prosecutors of being involved in “large-scale” drug trafficking into the United States for over a decade.CreditCreditOrlando Sierra/Agence France-Presse — Getty ges

By Jeff Ernst and Elisabeth Malkin
Nov. 26, 2018


TEGUCIGALPA, Honduras — In a blow to President Juan Orlando Hernández of Honduras, American prosecutors on Monday announced drug charges against his younger brother, describing him as a “large-scale drug trafficker” who spent a dozen years moving cocaine shipments bound for the United States through Central America.

Juan Antonio Hernández, 40, was deeply involved in all aspects of the drug trade — arranging security and protection for shipments, taking bribes from traffickers, and assuring government contracts for money-laundering front companies — according to Geoffrey S. Berman, the United States attorney in Manhattan.

Mr. Hernández was so established in trafficking, prosecutors said, that he had even had his own cocaine brand: Laboratories in Colombia and Honduras stamped packets with the initials T.H., for Tony Hernández.

He was arrested in Miami on Friday, but American officials did not provide details until Monday. The first confirmation of the arrest came from President Hernández himself on Friday, in a statement from his office that reaffirmed his government’s commitment to justice and declared that no one was above the law.
But the details of the allegations cast an unwanted spotlight on the influence that drug traffickers exert over the Honduran state, and threatens to tarnish the reputation of President Hernández, an ally of the United States who has staked his credibility on the fight against organized crime.

It also underscores the entrenched corruption in Honduran law enforcement agencies at a time when thousands of Hondurans are fleeing the country’s violence and poverty to seek asylum in the United States.

The migrants have been traveling in caravans for protection along a route through Mexico, giving new visibility to the steady exodus of people from Honduras. Thousands have arrived in Tijuana, Mexico, at the border with San Diego, to petition for asylum, and thousands more are expected to arrive there in the coming weeks.

The president’s brother was linked to a trafficking organization called Los Cachiros, when its former leader, Devis Leonel Rivera Maradiaga, testified as part of a plea deal with American prosecutors that he had paid Mr. Hernández a bribe.

Mr. Rivera has been cooperating with the Drug Enforcement Administration since December 2013. Those who have been convicted by his testimony include Fabio Lobo, the son of a former Honduran president, Porfirio Lobo.

In the indictment released on Monday, prosecutors said the Cachiros had paid Mr. Hernández $50,000 to ensure that Honduran government agencies would make payments owed to front companies they operated to launder drug money.

The indictment also alleged that Mr. Hernández “was involved in processing, receiving, transporting and distributing multi-ton loads of cocaine that arrived in Honduras via planes, go-fast vessels, and on at least one occasion, a submarine.”

As part of his activities, the indictment said, Mr. Hernández paid off law enforcement officials to protect shipments and also demanded bribes from drug traffickers for himself and “on behalf of one or more high-ranking Honduran politicians.”




Jeff Ernst reported from Tegucigalpa, Honduras, and Elisabeth Malkin from Mexico City.



GOOGLE TRANSLATE




Le frère du président hondurien, arrêté à Miami, est accusé de trafic de drogue

Juan Antonio Hernández, le frère du président du Honduras, a été accusé par les procureurs américains d’être impliqué dans le trafic de drogue «à grande échelle» aux États-Unis pendant plus de 10 ans.


Juan Antonio Hernández, le frère du président du Honduras, a été accusé par les procureurs américains d'être impliqué dans un trafic de drogue «à grande échelle» aux États-Unis pendant plus de dix ans.CréditScreditOrlando Sierra / Agence France-Presse - Getty ges

Par Jeff Ernst et Elisabeth Malkin
26 novembre 2018


TEGUCIGALPA, Honduras - Les procureurs américains ont annoncé lundi que son frère cadet avait été inculpé de drogue, le décrivant comme un "trafiquant de drogue à grande échelle" qui avait passé une douzaine d'années à transporter des envois de cocaïne à destination des États-Unis. États à travers l'Amérique centrale.

Juan Antonio Hernández, 40 ans, était profondément impliqué dans tous les aspects du commerce de la drogue - organisant la sécurité et la protection des envois, acceptant des pots de vin des trafiquants et garantissant des contrats gouvernementaux pour des sociétés de façade anti-blanchiment - selon Geoffrey S. Berman, États-Unis avocat à Manhattan.

Les procureurs ont déclaré que M. Hernández était tellement implanté dans le trafic qu'il avait même eu sa propre marque de cocaïne: des laboratoires en Colombie et au Honduras ont apposé les initiales T.H. sur Tony Hernández.

Il a été arrêté à Miami vendredi, mais les autorités américaines n’ont pas fourni de détails avant lundi. La première confirmation de l’arrestation a été faite vendredi par le président Hernández lui-même, dans un communiqué de son bureau réaffirmant l’attachement de son gouvernement à la justice et déclarant que personne n’était au-dessus de la loi.
Mais les détails des allégations jettent une lumière indésirable sur l’influence des trafiquants de drogue sur l’État hondurien et menacent de ternir la réputation du président Hernández, un allié des États-Unis qui a misé sur sa crédibilité dans la lutte contre le crime organisé.

Il souligne également la corruption enracinée dans les forces de l’ordre honduriennes alors que des milliers de Honduriens fuient la violence et la pauvreté du pays pour demander asile aux États-Unis.

Les migrants voyagent dans des caravanes pour se protéger le long d'une route traversant le Mexique, donnant ainsi une nouvelle visibilité à l'exode constant de personnes originaires du Honduras. Des milliers de personnes sont arrivées à Tijuana (Mexique), à ​​la frontière avec San Diego, pour présenter une demande d'asile, et des milliers d'autres devraient arriver dans les prochaines semaines.

Le frère du président était lié à une organisation de trafiquants appelée Los Cachiros, lorsque son ancien dirigeant, Devis Leonel Rivera Maradiaga, a témoigné dans le cadre d'un accord de plaidoyer avec les procureurs américains qu'il avait versé un pot-de-vin à M. Hernández.
M. Rivera coopère avec la Drug Enforcement Administration depuis décembre 2013. Parmi les personnes condamnées par son témoignage, citons Fabio Lobo, le fils d'un ancien président du Honduras, Porfirio Lobo.

Dans l'acte d'accusation rendu public lundi, les procureurs ont déclaré que les Cachiros avaient versé 50 000 dollars à M. Hernández pour faire en sorte que les agences gouvernementales honduriennes versent les sommes dues aux sociétés de façade qu'elles exploitaient pour blanchir l'argent de la drogue.

L'acte d'accusation alléguait également que M. Hernández "avait participé à la transformation, à la réception, au transport et à la distribution de cargaisons de cocaïne de plusieurs tonnes arrivées au Honduras par avions, navires rapides et au moins une fois par un sous-marin".

Dans le cadre de ses activités, M. Hernández avait payé les responsables de l'application de la loi pour protéger les envois et exigé des pots-de-vin des trafiquants de drogue pour lui-même et «au nom d'un ou de plusieurs hommes politiques honduriens de haut rang».




Jeff Ernst a rapporte à Tegucigalpa, au Honduras, et Elisabeth Malkin, à Mexico.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Yo mete FRE prezidan ONDIRAS lan anba kod pou TRAFIK DWOG
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Dumarsais Simeus mande Preval fèmen pot mete kle anba pot la, men kay la kraze
» Komisè dwe mete anba kod detounè atik siklonn Isaac nan gouv Martelly-Lamothe
» CHANS FINI KOKEN METE PYE LAVALASYEN REKAMEN ARISTID KOM PREZIDAN PWOVIZWA
» Yon tè pou OBAMA,tanttativ putsch lan Ondiras.
» Kidnapè ki rele Fabien Osier figitif anba kod

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti :: Haiti :: Espace Haïti-
Sauter vers: