Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

FOROM AYITI : Tèt Ansanm Pou'n Chanje Ayiti.
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  PortailPortail  CalendrierCalendrier  PublicationsPublications  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez
 

 Woyy-men NYTIMES lan BOUNDA VOLO yo.

Aller en bas 
AuteurMessage
Joel
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 16357
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

Woyy-men NYTIMES lan BOUNDA VOLO yo. Empty
MessageSujet: Woyy-men NYTIMES lan BOUNDA VOLO yo.   Woyy-men NYTIMES lan BOUNDA VOLO yo. EmptyMer 26 Déc 2018 - 15:45

Anpil ATIK NEW YORK TIMES te plede ap kritike sa ki ap pase lan VENEZUELA,NICARAGUA.

N a remake se PEYI ki pa danse kole ak ETAZINI.
Gen yon paket MOUN lan DISKISYON a pwopo de ATIK yo ,ki ap mande ki le NYTIMES ap kritike sa ki ap pase ann AYITI kote GOUVENMAN an ,ap eskalade PEP AYISYEN an.

Men NYTIMES sanble l tande sa MOUN yo ap di.

FRANCHMAN
Rien ne sera comme avant,SITOU POU MOUN KI PRE,OU BYEN KONTINYE POU YO FE REPRESYON yo.Yo anba MIKROSKOP sa yo rele PI GWO JOUNAL,JOUNAL KI PI PRESTIJYE sou TE an (LE MONDE ,dixit)

http://nytimes.com/2018/12/26/opinion/haiti-corruption.html



Is Haiti Awakening to Change?

For months, an anti-corruption movement has been growing, aided by social media and peaceful street protests. But tensions are rising as the government turns to repression.

By Jake Johnston


Mr. Johnston is writing a book about Haiti and international policy toward it since the 2010 earthquake.
Dec. 26, 2018

Protesters last month demanding to know how government funds intended to help the Haitian economy have been used.


Credit

Dieu Nalio Chery/Associated Press

Image

Protesters last month demanding to know how government funds intended to help the Haitian economy have been used.CreditCreditDieu Nalio Chery/Associated Press


PORT-AU-PRINCE, Haiti — It started with a few keystrokes in a living room in Montreal. Gilbert Mirambeau Jr., a Haitian filmmaker and writer, took to Twitter on Aug. 14 to post a photo of himself, blindfolded, holding a piece of cardboard with a simple question written on it in Haiti’s Creole: “Kot Kòb Petwo Karibe a???” — Where is the Petrocaribe money???

He was referring to funds that had gone missing from some $2 billion in low-interest loans provided by Petrocaribe, a Venezuela-led oil-purchasing alliance of Caribbean states, since 2008 to help Haiti’s economy. It became a critical emergency resource in 2010, when an earthquake devastated the country.

A few days after the Mirambeau tweet, the popular Haitian rapper K-Lib tweeted his own picture, using the hashtag #PetroCaribeChallenge. On the 18th, an informal group of young Haitians who organized on Twitter and Facebook decided to make promoting the hashtag their first public action. The movement continues to build momentum and the campaign has hit Haitian streets.

On Oct. 17, huge crowds of Haitians from all sectors of society peacefully demonstrated with banners and shirts demanding an answer to Mr. Mirambeau’s tweeted question, which is still trending.

The result has been a remarkable challenge to the legacy of corruption and misgovernment that Haitians share and have felt powerless to effectively counter for many decades. The big question for this tiny, impoverished country has become whether the current movement will push the political scene toward functional democracy or drive the government into a new cycle of repression.

On Nov. 18, a day commemorating Haiti’s victory over Napoleon’s troops 215 years ago, citizens again hit the pavement, signaling that this movement will not go away.

But ensuring that this momentum leads to significant change will require all interested parties — Haiti’s government and business, its elite and the impoverished masses, along with the international community — to unite in the fight against corruption, the transactional status quo that extends beyond the nation’s borders.

After the 2010 earthquake here, foreign donors pledged more than $10 billion in aid. But less than 1 percent of the emergency aid spent in their names went directly to Haitians. The legitimate government, the private sector and civil society were cast aside in favor of for-profit aid companies in the United States and other foreign experts. It is a policy that evokes the dynastic Duvalier dictatorship in the mid-20th century, when “Papa Doc” and “Baby Doc” became international symbols of kleptocracy. Today it is a policy that has only served to weaken the state and perpetuate the corruption, this time on an international scale.

Seemingly in contrast at first, Petrocaribe put funds directly into government coffers, allowing the government to fill wide gaps left by the earthquake. But rather than helping develop a more effective aid regimen, the infusion wound up delivering a highly efficient patronage system. Nine years after the earthquake, there is still little to show for the billions received.

Last year, a Haitian Senate commission published a 650-page investigative report on the Petrocaribe program. It implicated much of Haiti’s political class in inflating government contracts, funneling money to ghost companies and a host of other financial improprieties.

And now, after the $2 billion scandal languished for a year in the hands of politicians, and with Haiti’s judiciary too weak to act, Haitians on their island and living abroad took it into their own hands.

The movement itself is improbable. It has no clear political leader. Yet more than half of the Haitian population is younger than 24, and by focusing on social media, the ever-growing diaspora is becoming more active in its country’s political future.

Unfortunately, tensions are rising as change begins to appear possible. Last July, three days of riots followed a gasoline price hike, revealing how close the nation is to a social explosion. Then came Mr. Mirambeau’s #PetroCaribeChallenge, shifting the paradigm to a nonviolent campaign. Still, armed gangs close to the ruling party, together with corrupt police officers, massacred at least 60 people just days before the Nov. 18 protest.

In Haiti, stability has often been cited as a reason not to challenge misgovernment, but the events of last summer and fall revealed that continuing the status quo will only generate more instability.

Nonviolent protest that puts pressure on officials to promote accountability would seem to be an obvious path out of that conundrum, but recent history does not point to much hope for significant change. For example, the government has urged patience and promised an investigation. But Haitians have heard empty promises before. After the Duvalier dictatorship fell, not one official was convicted of a financial crime.

In February 2017, when Jovenel Moïse became president, he pledged a crackdown on corruption. But his political mentor and presidential predecessor, Michel Martelly, had presided over most of the Petrocaribe spending. Now Mr. Moïse too has been directly implicated, and his government’s repression has picked up.

With the repression only making the opposition more determined, prominent political and business figures clearly sense a moment of opportunity. Whether it is to pursue justice or to protect their own interests is an open question. Either way, an investigation will be hard put to avoid being sucked into the political swordplay in Haiti’s capital.

How then to ensure that this movement is not thwarted by greed or power plays? A clue may lie in Guatemala, where an International Commission Against Impunity backed by the United Nations is investigating the role played by that country’s entrenched elite in its morally repugnant grip on the economy and government. The commission is currently under threat, but its ability to survive for over 10 years has at least opened a door to a long process of change.

One problem is that the U.N.’s recent history in Haiti includes years of refusal to accept responsibility for a peacekeeping mission’s introduction of a deadly cholera epidemic. A new U.N. mission arrived in 2016, but it appears feckless in the fight against impunity. After it welcomed the assignment of an investigative judge to the Petrocaribe case this year, Haiti’s government protested, and the U.N. quietly replaced the mission’s director.

Another barrier is that any deep international role in a reformation would be difficult to accept in a nation with a long history of foreign intervention. Still, the universal principles — investigative independence, expertise and legal empowerment — that have guided the Guatemala commission may provide a useful road map for Haiti’s anticorruption movement. It would be hard to argue against the need for experienced forensic auditors, courageous prosecutors and legally empowered professionals with a mandate to follow money wherever it may lead.

For the international community, whose interventions and misplaced priorities have long helped consolidate the unsustainable status quo, standing up for transparency this time could re-establish some trust with the Haitian people and keep open a path to systemic change.

It is up to all of Haiti’s interested parties to follow that path. “I was not expecting all this,” Mr. Mirambeau, whose tweet started it all, told me. Nobody was. But for now, it is this possibility of change that has brought a modicum of hope to Haitians across the world.

Jake Johnston is an international research associate at the Center for Economic and Policy Research in Washington and the leading writer for the center’s Haiti: Relief and Reconstruction Watch website.

Follow The New York Times Opinion section on Facebook, Twitter (@NYTopinion) and Instagram.






Haïti s'éveille-t-il pour changer?

Pendant des mois, un mouvement anti-corruption s'est développé, aidé par les médias sociaux et les manifestations pacifiques dans les rues. Mais les tensions augmentent alors que le gouvernement se tourne vers la répression.

Par Jake Johnston


M. Johnston est en train d'écrire un livre sur Haïti et la politique internationale à son égard depuis le séisme de 2010.
26 décembre 2018

Les manifestants du mois dernier ont exigé de savoir comment les fonds gouvernementaux destinés à aider l'économie haïtienne ont été utilisés.


Crédit

Dieu Nalio Chery / Associated Press

Image

Le mois dernier, des manifestants ont demandé à savoir comment les fonds publics destinés à aider l'économie haïtienne ont été utilisés.CréditCréditDieu Nalio Chery / Associated Press


PORT-AU-PRINCE, Haïti - Cela a commencé par quelques frappes dans un salon à Montréal. Gilbert Mirambeau Jr., un cinéaste et écrivain haïtien, s'est rendu sur Twitter le 14 août pour publier une photo de lui-même, les yeux bandés, tenant un morceau de carton sur lequel une question simple était écrite en créole: "Kot Kòb Petwo Karibe a? ?? ”- Où est l'argent Petrocaribe ???

Il faisait allusion aux fonds manqués dans les 2 milliards de dollars de prêts à faible taux d’intérêt fournis par Petrocaribe, une alliance d’États des Caraïbes acheteuse de pétrole et dirigée par le Venezuela, pour aider l’économie haïtienne. Il est devenu une ressource d'urgence critique en 2010, lorsqu'un tremblement de terre a dévasté le pays.

Quelques jours après le tweet de Mirambeau, le célèbre rappeur haïtien K-Lib a tweeté sa propre photo, en utilisant le hashtag #PetroCaribeChallenge. Le 18, un groupe informel de jeunes Haïtiens organisé sur Twitter et Facebook a décidé de faire de la promotion du hashtag sa première action publique. Le mouvement continue de prendre de l'ampleur et la campagne a touché les rues d'Haïti.

Le 17 octobre, une foule immense d’Haïtiens de tous les secteurs de la société a manifesté pacifiquement avec banderoles et chemises pour demander une réponse à la question tweetée de M. Mirambeau, toujours d'actualité.

Le résultat a été un défi remarquable pour l'héritage de corruption et de mauvaise administration que partagent les Haïtiens et qu'ils se sont sentis impuissants à contrer efficacement pendant plusieurs décennies. La grande question pour ce pays minuscule et appauvri est de savoir si le mouvement actuel va pousser la scène politique vers une démocratie fonctionnelle ou conduire le gouvernement dans un nouveau cycle de répression.

Le 18 novembre, jour de commémoration de la victoire d’Haïti sur les troupes de Napoléon, il y a 215 ans, des citoyens ont de nouveau frappé le trottoir, signalant que ce mouvement ne va pas disparaître.

Mais pour que cet élan induise un changement significatif, toutes les parties intéressées - le gouvernement et les entreprises haïtiennes, son élite et les masses pauvres, ainsi que la communauté internationale - doivent s’unir dans la lutte contre la corruption, le statu quo transactionnel qui dépasse les frontières du pays. les frontières.

Après le séisme de 2010, les donateurs étrangers ont annoncé une aide de plus de 10 milliards de dollars. Mais moins de 1% de l'aide d'urgence consacrée à leur nom est allée directement aux Haïtiens. Le gouvernement légitime, le secteur privé et la société civile ont été écartés au profit d'entreprises d'aide à but lucratif aux États-Unis et d'autres experts étrangers. C’est une politique qui évoque la dictature dynastique Duvalier au milieu du XXe siècle, lorsque «Papa Doc» et «Baby Doc» sont devenus des symboles internationaux de la kleptocratie. Aujourd'hui, cette politique n'a servi qu'à affaiblir l'État et à perpétuer la corruption, cette fois à l'échelle internationale.

Apparemment, au début, Petrocaribe a versé des fonds directement dans les coffres du gouvernement, ce qui a permis au gouvernement de combler les lacunes laissées par le séisme. Mais au lieu d’aider à mettre au point un régime d’aide plus efficace, la perfusion a finalement permis de mettre en place un système de parrainage très efficace. Neuf ans après le séisme, il reste encore peu à montrer pour les milliards reçus.

L'année dernière, une commission du Sénat haïtien a publié un rapport d'enquête de 650 pages sur le programme Petrocaribe. Cela a impliqué une grande partie de la classe politique haïtienne dans l’infliction des contrats du gouvernement, l’acheminement de l’argent vers des sociétés fantômes et une foule d’autres irrégularités financières.

Et maintenant, après que le scandale de 2 milliards de dollars ait traîné pendant un an entre les mains de politiciens et avec le pouvoir judiciaire haïtien trop faible pour agir, les Haïtiens vivant sur leur île et vivant à l’étranger l’ont pris entre leurs mains.

Le mouvement lui-même est improbable. Il n'a pas de leader politique clair. Pourtant, plus de la moitié de la population haïtienne a moins de 24 ans et, en se concentrant sur les médias sociaux, la diaspora, qui ne cesse de croître, devient plus active dans l’avenir politique de son pays.

Malheureusement, les tensions augmentent alors que le changement commence à apparaître possible. En juillet dernier, trois jours d'émeutes ont suivi une hausse du prix de l'essence, révélant à quel point le pays était proche d'une explosion sociale. Puis vint le #PetroCaribeChallenge de M. Mirambeau, déplaçant le paradigme vers une campagne non-violente. Néanmoins, des gangs armés proches du parti au pouvoir, accompagnés de policiers corrompus, ont massacré au moins 60 personnes quelques jours à peine avant la manifestation du 18 novembre.

En Haïti, la stabilité a souvent été citée comme une raison de ne pas remettre en cause l’inégalité de gouvernement, mais les événements de l’été et de l’automne dernier ont révélé que le maintien du statu quo ne ferait que générer davantage d’instabilité.


Les manifestations non-violentes qui font pression sur les responsables pour promouvoir la responsabilité semblent être un moyen évident de sortir de cette énigme, mais l’histoire récente ne laisse guère espérer un changement significatif. Par exemple, le gouvernement a exhorté à la patience et a promis une enquête. Mais les Haïtiens ont déjà entendu des promesses vides. Après la chute de la dictature de Duvalier, aucun responsable n'a été reconnu coupable d'un crime financier.

En février 2017, lorsque Jovenel Moïse est devenu président, il s'est engagé à lutter contre la corruption. Mais son mentor politique et prédécesseur présidentiel, Michel Martelly, avait présidé à l'essentiel des dépenses de Petrocaribe. Maintenant, M. Moïse a lui aussi été directement impliqué et la répression de son gouvernement s’est intensifiée.

La répression ne faisant que renforcer la détermination de l’opposition, les personnalités politiques et les hommes d’affaires perçoivent clairement un moment propice. Que ce soit de demander justice ou de protéger leurs propres intérêts est une question ouverte. Quoi qu’il en soit, il sera difficile pour une enquête de ne pas se laisser entraîner par l’épée politique dans la capitale haïtienne.

Comment alors faire en sorte que ce mouvement ne soit pas contrarié par la cupidité ou les jeux de pouvoir? Un indice pourrait se trouver au Guatemala, où une Commission internationale contre l’impunité soutenue par l’ONU étudie le rôle joué par l’élite bien implantée de ce pays dans son emprise moralement répugnante sur l’économie et le gouvernement. La commission est actuellement menacée, mais sa capacité à survivre pendant plus de 10 ans a au moins ouvert la porte à un long processus de changement.

L’un des problèmes est que l’histoire récente des NATIONS UNIES en Haïti inclut des années de refus d’accepter la responsabilité de l’introduction par une mission de maintien de la paix d’une épidémie mortelle de choléra. Une nouvelle mission américaine est arrivée en 2016, mais elle semble impuissante dans la lutte contre l'impunité. Après avoir salué la nomination d’un juge d’instruction dans l’affaire Petrocaribe cette année, le gouvernement haïtien a protesté et l’U.N. a remplacé discrètement le directeur de la mission.

Un autre obstacle est qu’un rôle international important dans une réforme serait difficile à accepter dans un pays avec une longue histoire d’intervention étrangère. Néanmoins, les principes universels - indépendance en matière d’enquête, expertise et responsabilisation juridique - qui ont guidé la Commission guatémaltèque peuvent constituer une feuille de route utile pour le mouvement anti-corruption d’Haïti. Il serait difficile de discuter du besoin d'auditeurs légistes expérimentés, de procureurs courageux et de professionnels légalement habilités ayant pour mandat de suivre les fonds où qu'ils soient.

Pour la communauté internationale, dont les interventions et les priorités mal placées ont longtemps contribué à consolider le statu quo insoutenable, prendre position pour la transparence cette fois-ci pourrait rétablir un peu de confiance avec le peuple haïtien et maintenir la voie du changement systémique.

Il appartient à toutes les parties intéressées d’Haïti de suivre cette voie. «Je ne m'attendais pas à tout cela», m'a dit M. Mirambeau, dont le tweet a tout déclenché. Personne n'était. Mais pour l’instant, c’est cette possibilité de changement qui a apporté un minimum d’espoir aux Haïtiens du monde entier.

Jake Johnston est chercheur international au Centre for Economic and Policy Research de Washington et rédacteur principal du site Web Haïti: Relief and Reconstruction Watch.

Suivez la section Opinion du New York Times sur Facebook, Twitter (@NYTopinion) et Instagram.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joel
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 16357
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

Woyy-men NYTIMES lan BOUNDA VOLO yo. Empty
MessageSujet: Re: Woyy-men NYTIMES lan BOUNDA VOLO yo.   Woyy-men NYTIMES lan BOUNDA VOLO yo. EmptySam 29 Déc 2018 - 10:13

28 décembre 2018

Des agents du gouvernement haïtien soutenus par les Etats-Unis sont accusés de massacre (The Canary)

Jeb SPRAGUE

Au cours des dernières semaines et des derniers mois, des Haïtiens ont posté des vidéos effroyables sur les médias sociaux et sur WhatsApp. Des vidéos du quartier de La Saline à Port-au-Prince montreraient de nombreux meurtres commis par des groupes paramilitaires soutenus par l’état entre le 11 et le 13 novembre. Un groupe local de défense des droits de l’homme a déclaré que 59 personnes auraient été tuées, tandis que certains résidents locaux et certains politiciens de l’opposition revendiquent un nombre de morts encore plus élevé.

Étant donné que Washington soutient le gouvernement haïtien actuel, les médias grand public n’en ont pas beaucoup parlé.

Un passé de résistance et de répression

Communauté balnéaire, La Saline a longtemps été un foyer de résistance contre les politiciens de droite du pays. En 1957, les forces militaires haïtiennes ont attaqué les habitants du quartier car ils avaient soutenu le chef de gauche, Daniel Fignolé. Le 11 septembre 1987, des forces paramilitaires et l’armée ont massacré les fidèles d’une église de La Saline, qui étaient contre les « néo-duvaliéristes » de droite au pouvoir. Le quartier a également été systématiquement visé par les régimes de Raoul Cédras (1991-1994) et de Gérard Latortue (2004-2006), institués par des coups d’état. Ce dernier a conduit à plus d’une décennie d’occupation onusienne. Et à la fin de 2016, lorsque les forces gouvernementales ont attaqué des manifestants au gaz lacrymogène dans la communauté, trois bébés seraient morts par asphyxie.

La Saline abrite les ruines de Saint Jean Bosco, la paroisse de l’ancien président progressiste Jean-Bertrand Aristide. Ancien prêtre, il a été renversé à deux reprises : lors d’un coup d’état soutenu par la CIA en 1991, puis par un coup d’état soutenu par les États-Unis en 2004, ces deux événements ayant entraîné la mort de milliers de personnes. La paroisse est connue comme étant le lieu du massacre de 1987 ; et, depuis des années, ses ruines servent de point de départ à des manifestations qui se déroulent ensuite dans toute la capitale, un nombre incalculable de personnes sortant ensuite de Delmas, de Cité Soleil, de Bèl Air et d’autres quartiers.

Les violences récentes

Le Haiti Information Project décrit les violences les plus récentes :


La dernière vague de violence a commencé le 17 octobre lorsque la police a vraisemblablement tué des manifestants. Et la police a continué tout au long du mois à intensifier ses tactiques d’intimidation contre les manifestants :


Le 31 octobre, des obsèques pour des manifestants assassinés ont eu lieu dans le quartier populaire de Bèl Air à Port-au-Prince. La police aurait ouvert le feu, provoquant ainsi de nouvelles tueries aux mains de l’état et de manifestations. Et les personnes assistant à l’enterrement ont été brièvement coincées.

Les manifestants ont réagi en bloquant les intersections principales dans le quartier de Bèl Air.


En revanche, l’état a répondu aux manifestations avec une force brutale, en mobilisant de nouvelles forces à réaction rapide, qui incluraient un contingent de mercenaires. Comme je l’ai expliqué de manière très détaillée, des groupes paramilitaires de droite ont été directement incorporés dans la police du pays après le coup d’état de 2004. Comme on pouvait s’y attendre, depuis lors, la police du pays est devenue une pépinière pour les voyous de droite :



La police aurait visé des étudiants qui protestaient contre le manque de financement du gouvernement pour l’éducation, et ils auraient assassiné un étudiant leader à ce moment-là.

Le massacre de La Saline

Les meurtres commandités par l’état ont atteint leur paroxysme entre le 11 et le 13 novembre avec le ‘massacre de La Saline’. Les habitants ont affirmé que 60 à 100 personnes avaient été tuées. Un rapport sur les droits de l’homme a révélé que 59 personnes avaient été torturées et assassinées, deux autres portées disparues, sept femmes violées et cinq personnes blessées. Il a ajouté que :

« Cent cinquante (150) maisons ont été fouillées, vandalisées, criblées de balles ou incendiées. »

Selon un commentateur (avec de nombreux contacts sur le terrain), la violence aurait été provoquée par des hommes armés soutenus par le gouvernement, portant des uniformes de la police de la BOID (Brigade d’opération et d’intervention départementale) et circulant à bord de véhicules neufs. Il a continué ainsi :

« En outre, certains des membres connus du groupe de la Base Nan Chabon dirigé par Serge Alectis (connu sous le nom de Ti Junior) étaient dans le même groupe de mercenaires vêtus de leurs uniformes. »

De nombreuses photos sont apparues en ligne, elles montrent des unités paramilitaires lourdement armées agissant aux côtés de ce qui semble être des mercenaires.

Les coups de feu tirés d’une voiture sur des résidents par des gangs pro-gouvernementaux se sont poursuivis dans le quartier, alors que des responsables de l’état ont affirmé que les forces de sécurité combattaient des gangs.

Alors que les images atroces du massacre se propageaient sur les médias sociaux, du 18 au 20 novembre, des manifestations antigouvernementales à grande échelle se sont propagées au Cap Haïtien, à Jérémie, à St Marc et à Hinche, avec des barricades à Jakmel et dans de nombreuses autres villes, et une grève générale en cours.



Et les violences commanditées par l’état se seraient vraisemblablement poursuivies.
Le 21 novembre, un groupe de manifestants sur la Route de l’Aéroport de Port-au-Prince aurait été écrasé par une voiture portant une plaque d’immatriculation officielle.

Quelques jours plus tard, de violents affrontements ont éclaté au poste-frontière haïtien de Malpasse, entre la population locale et la police des frontières.

Le contexte

Les manifestants se sont rassemblés autour d’une campagne anti-corruption pour exiger que les dirigeants du gouvernement se retirent et soient tenus pour responsables de leurs crimes.
Après des mois de manifestations populaires, une campagne en ligne a été lancée pour attirer l’attention sur le vol de fonds que le gouvernement haïtien avait acquis dans le cadre de l’accord PetroCaribe mis en place par le gouvernement vénézuélien pour aider le peuple haïtien. Outre la corruption du gouvernement, la corruption a également sévi parmi les ONG qui ont collecté beaucoup de fonds à la suite du séisme dévastateur de 2010.

Le gouvernement de droite PHTK (Tèt Kale) d’Haïti, dirigé par le président Jovenel Moïse, est arrivé au pouvoir à la suite d’élections controversées, avec des allégations de suppression massive de votes. Seuls 18% des électeurs ont participé à l’élection, ce qui semble être l’un des taux de participation les plus bas (sinon le plus faible de tous) de toutes les élections présidentielles dans le monde au cours des dernières années. Il fait maintenant face à une crise de légitimité.

[NOTE : L’élection de Moïse en 2016 et celle de son allié et prédécesseur Michel Martelly en 2011 contrastent de manière significative avec les élections qui ont précédé le séisme au cours des deux décennies précédentes, où 50 à 60% de l’électorat se présentaient régulièrement aux élections présidentielles.]

Instabilité et mécontentement croissants

Alors que les manifestations anti-corruption s’intensifiaient ces derniers mois, la répression menée par l’état a vraisemblablement été brutale, et certains prédisent une nouvelle agitation politique au cours de l’année à venir.

Par exemple, de nombreux enseignants du pays n’ont pas été payés pendant de longues périodes. Pendant ce temps, la police aurait agressé des journalistes couvrant les récentes manifestations. Les avocats sont également en grève pour protester contre les violences policières. Les chauffeurs de taxi et de motocyclistes se sont également joints au mouvement par solidarité. Le gouvernement fait face à une colère grandissante, les plaintes concernant les systèmes de stockage des ordures ménagères et des déchets étant de plus en plus nombreuses.

Les victimes des récentes violences de l’état ont indiqué que les attaques étaient clairement ciblées politiquement et visaient les quartiers qui constituent une base de soutien pour les opposants au gouvernement PHTK (qui entretient des relations étroites avec Washington et l’ONU).

Au lendemain des dernières violences commises par l’état, l’ambassade américaine de Trump à Port-au-Prince a salué le « professionnalisme » de la police haïtienne, et a envoyé Kenneth Merten, l’ancien ambassadeur nommé par Clinton, pour conseiller le gouvernement haïtien. En bref, quand il s’agit de contenir les citoyens laissés pour compte d’Haïti, le consensus bipartite de Washington sur la politique étrangère est tout à fait inébranlable.


Après des semaines de violences, Amnesty International a fini par publier une déclaration vague appelant les autorités haïtiennes à éviter « l’utilisation excessive de la force ». Alors que quelques petits organes de presse ont rapporté les attaques, les médias en Haïti sont largement dominés par de puissants intérêts commerciaux. Et les médias internationaux ont également été accusés de fermer les yeux sur ce qui se passait en Haïti.

La situation désespérée d’Haïti continue

La situation est désespérée. Le nouvel « argent du tremblement de terre » qui a afflué dans le pays n’est pas arrivé dans les poches des personnes qui en ont besoin. Une grande partie de la population est structurellement marginalisée et le gouvernement n’investit pas dans les programmes sociaux ou l’éducation. En attendant, la brutalité policière est devenue monnaie courante, notamment dans les prisons du pays ; et en même temps, Haïti est confrontée à nouveau à un problème d’orphelins dans sa capitale, qui reflète son incapacité à investir dans les infrastructures sociales.


Comme je l’ai expliqué récemment dans une interview avec RT : à la suite du coup d’état de 2004 et du tremblement de terre de 2010, des responsables américains et onusiens et diverses élites locales et internationales ont cherché à transformer le pays de manières politique et économique en une plateforme stable pour les sociétés transnationales. Cela a impliqué de mettre à l’écart des acteurs politiques activistes et de reconstituer un appareil paramilitaire, mais qui agit de manière plus flexible et rapide. Et c’est une stratégie meurtrière à laquelle nous assistons maintenant.

Jeb Sprague

Jeb Sprague est un lecturer (Maître de conférences) à l’Université de Virginia. Il est l’auteur de Globalizing the Caribbean : Political Economy, Social Change, and the Transnational Capitalist Class (Temple University Press, 2019) et Paramilitarism and the Assault on Democracy in Haiti (Monthly Review Press, 2012). Il est l’éditeur de Globalization and Transnational Capitalism in Asia and Oceania (Routledge, 2016). Il est l’un des co-fondateurs du Network for the Critical Studies of Global Capitalism (réseau d’études critiques du capitalisme global).

SOURCE:»» https://www.thecanary.co/global/world-analysis/2018/12/19/us-backed-ha...

URL de cet article 34308
https://www.legrandsoir.info/des-agents-du-gouvernement-haitien-soutenus-par-les-etats-unis-sont-accuses-de-massacre-the-canary.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Woyy-men NYTIMES lan BOUNDA VOLO yo.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Volo, gwo makou nan Teleco sou Aristide 2001- 03 leve men yo anlè
» Parol la tonbe yo flanke gouvenman an yon dirijan blan pou veye volo ak magouyè
» The inhumane condtions of the haitian women in the sweat shops.
» A tous les fanatiques des FADH
» Karikom leve lan bounda dominiken. Se pi gwo fouke dominiken pran.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti :: Haiti :: Espace Haïti-
Sauter vers: