Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

FOROM AYITI : Tèt Ansanm Pou'n Chanje Ayiti.
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  PortailPortail  CalendrierCalendrier  PublicationsPublications  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez
 

 Denye ATIK MIAMI HERALD sou MASAK ann AYITI yo.

Aller en bas 
AuteurMessage
Joel
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 16374
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

Denye ATIK MIAMI HERALD sou MASAK ann AYITI yo. Empty
MessageSujet: Denye ATIK MIAMI HERALD sou MASAK ann AYITI yo.   Denye ATIK MIAMI HERALD sou MASAK ann AYITI yo. EmptyMar 21 Mai 2019 - 8:01

Pres sou PEWOL ann AYITI an ,gen dwa lan POCH TET KALE yo,men PRES a LETRANJE an ,difisil pou kontwole.

Byen ke MIAMI HERALD ap fe RALE MENNEN VINI ,yo di ke MASAK yo se ak KONPLISITE GOUVENMAN yo y ap fet



Des dizaines de personnes ont été brutalement tuées et violées lors du massacre en Haïti, selon la police.  "Même les jeunes enfants n'ont pas été épargnés"

De Jacqueline Charles

Updated May 17, 2019 08:23 PM


Miliana Louis cries during a Dec. 13, 2018, memorial for the victims of a massacre in the La Saline slum of Port-au-Prince, Haiti. Louis said her 22-year-old son, James, was killed with a machete in the mass killing on Nov. 13, and his body fed to pigs.

Miliana Louis pleure lors de la cérémonie du 13 décembre 2018 à la mémoire des victimes du massacre perpétré dans le bidonville de La Saline à Port-au-Prince, en Haïti.  Louis a déclaré que son fils de 22 ans, James, avait été tué avec une machette lors de l'assassinat en masse du 13 novembre, et que son corps avait été nourri à des porcs. Dieu Nalio Chery AP

C’est l’un des quartiers les plus violents et les plus appauvris d’Haïti. Il s’agit d’une zone interdite aux côtés du Parlement haïtien, devenue un point zéro après une recrudescence de la violence liée aux gangs et éventuellement à des motifs politiques.

Six mois après que des dizaines de personnes aient été torturées et tuées dans le pire massacre commis en Haïti depuis plus de dix ans, un rapport d'enquête interne à la police haïtienne obtenu par le Miami Herald fournit le premier récit officiel de certaines des atrocités.   qui s'est produite dans le quartier de La Saline à Port-au-Prince pendant quatre jours de carnage à la mi-novembre.

Au cours de cette période, du 13 au 17 novembre, des hommes, des femmes et même des enfants âgés de 4 ans seulement ont été abattus, leur corps étant ensuite dévoré de chiens et de cochons.  Des femmes ont été violées et incendiées, de même qu'un officier de police, Juwon Durosier.  Les coupables: des bandits liés à des conflits entre gangs pour le contrôle d’un vaste marché en plein air où les rackets de protection sont la norme, mais aussi des artisans à la location par des politiciens puissants et des hommes d’affaires bien nantis cherchant à contrôler les votes dans la perspective des prochaines législations. élections de maire.

"Le meurtre de bébés tels que Geralson Belance, un bébé de 10 mois seulement, lâche et lynché et dont les restes ont été emportés dans un sac par ses meurtriers, témoigne de la cruauté des assassins", a déclaré la police.


Accès numérique illimité: seulement 0,99 $ pour votre premier mois

Accédez au contenu complet du Miami Herald sur tous vos appareils.
SAUVEGARDER MAINTENANT
Les témoignages de dizaines d'autres victimes et de leurs proches, rassemblés au cours de l'enquête menée par le Bureau des affaires criminelles de la police judiciaire, brossent un tableau tout aussi troublant des profondeurs des atrocités, qui ont fait l'objet de plusieurs enquêtes sur les droits de l'homme au Haïti mais jusqu’à présent, le gouvernement n’a guère rendu de comptes.


"Sous les yeux égarés de leurs proches (époux, épouses, enfants, frères et soeurs), les victimes ont été tuées, puis hachées avec [des couteaux, des machettes] et leurs restes ont été abandonnés sur des tas d'ordures, jetés dans des égouts ou brûlés, "Les enquêteurs de police ont conclu.  «D'autres, notamment des femmes, ont été violées en présence de leurs maris ou partenaires impuissants, et parfois même en présence de leurs enfants.»


Les enquêteurs ont également noté qu'un fusil d'assaut Galil de la Police nationale haïtienne, une fois attribué au Palais national et présumé être l'un des 56 Galils disparus au cours de la transition de 2016 de l'ancien président Michel Martelly au président par intérim Jocelerme Privert, avait été utilisé dans le massacre.  Le pistolet avait été retrouvé en possession d'un gang démantelé, selon la police. Il était lié au massacre.

La police a interrogé plus de six douzaines de témoins, victimes et leurs proches.  Et tout en s'abstenant de dire combien de personnes ont été tuées ou sont portées disparues, des groupes locaux de défense des droits de l'homme ont déclaré le bilan de 15 à 71 morts dans des enquêtes distinctes détaillant les événements qui ont commencé peu avant 16 heures le mardi 13 novembre.

L'enquête policière, envoyée au procureur général du gouvernement à Port-au-Prince et confiée à un juge d'instruction, suggère   que plus de 70 personnes soient arrêtées pour «actes répréhensibles».


Parmi eux: deux anciens officiers de la police nationale d'Haïti qui sont devenus les chefs d'éminents gangs armés et deux hauts responsables du gouvernement.  L'un des responsables est Joseph Pierre Richard Duplan, un ancien maire de Port-au-Prince qui représente le président dans la région de l'Ouest, qui comprend La Saline et la région métropolitaine environnante de Port-au-Prince.  Le second est Fednel Monchéry, directeur exécutif du ministère de l’Intérieur, impliqué dans le scandale américain des visas.

Des témoins ont déclaré aux enquêteurs de la police que Duplan et Monchéry participaient tous deux à la planification des atrocités aux côtés des ex-policiers Grégory Antoine, surnommé «Ti Greg» et Jimmy Cherizier, alias «Barbecue». Antoine et Cherizier, responsables de la Base Pilate et de la Base L'enquête de la police décrit les gangs de Delmas 6, respectivement, comme «les auteurs présumés» du massacre.

La police a déclaré que les déclarations des témoins étaient corroborées par les informations recueillies par le groupe local de défense des droits de l'homme, le Réseau national pour la défense des droits de l'homme.  Après le massacre, l'organisation a interrogé 439 témoins, victimes et dirigeants communautaires à La Saline.

Son rapport de décembre cite des témoignages accusant Monchéry, Duplan et Cherizier d'avoir participé à une réunion de planification le 6 novembre dans la forteresse de Delmas 6 de Cherizier, une semaine avant le massacre.  Lors de la réunion, des armes ont été distribuées aux personnes qui effectueraient le carnage, selon le rapport sur les droits de l'homme.  Le rapport affirme également que, bien que Monchéry ait fourni des véhicules du gouvernement aux auteurs présumés armés, Duplan leur a remis des uniformes de police.

Lors d'une conférence de presse à Port-au-Prince lundi, Duplan n'a pas abordé l'enquête de la police, mais a adressé ses commentaires aux divers rapports sur les droits de l'homme.  Déniant son implication, Duplan a accusé des groupes de défense des droits humains d'essayer de le diaboliser et de le faire paraître «comme un bandit».

«Quand ils ont décidé de me nommer et d'envoyer mon nom partout dans les ambassades d'autres pays, sans que le système de justice de mon pays ait jamais mené une enquête sérieuse et rendu une décision, j'ai pensé qu'ils avaient violé mes droits et qu'ils voulaient me détruire, " il a dit.  «Le système judiciaire doit mener une bonne enquête pour pouvoir découvrir ce qui s'est passé à La Saline.»

Monchéry n'a pas répondu à un texte du Herald pour commentaires.  Mais il a trouvé le soutien d'une association de responsables locaux, qui a déclaré aux médias haïtiens que les allégations étaient fausses.

Il reste encore beaucoup de questions sans réponse sur La Saline, y compris le motif.  Mais la réputation du bidonville de mobiliser les gens - ou de contrecarrer une mobilisation - en fait un atout pour les factions politiques en guerre qui cherchent à rester au pouvoir ou à vouloir le retrouver.  Les factions contrôlent également leurs propres gangs, en les dotant de munitions, d'armes à feu et d'argent, en échange de leur loyauté.

Le massacre a eu lieu entre deux des plus grandes manifestations antigouvernementales de l'année dernière.

Le groupe de défense des droits de l'homme Fondasyon Je Klere et le réseau national de défense des droits de l'homme ont tous deux documenté les liens entre les gangs armés, des policiers corrompus et des responsables gouvernementaux dans la région.

Pierre Esperance, qui dirige le réseau de défense des droits, a déclaré que les partisans du massacre souhaitaient créer un climat d'insécurité dans l'espoir de contrecarrer une manifestation antigouvernementale du 18 novembre, où l'opposition a manifesté contre la corruption et exigé la démission du président Jovenel Moïse.

«Ils voulaient contrôler la zone en raison de ce que La Saline représente en termes de capacité de mobilisation», a déclaré Esperance au sujet des auteurs du massacre, qui ont également incendié jusqu'à 150 maisons.  «Ils ne les ont pas tués parce qu'ils étaient dans l'opposition.  Ils l'ont fait parce qu'ils voulaient qu'ils quittent la zone et qu'ils veuillent briser la mobilisation. »

Les témoins ont dit à la police que les coupables étaient parfois cagoulés et vêtus d'uniformes de la police.  Ils sont allés de porte en porte et ont fait irruption chez des particuliers armés de fusils d'assaut et de pistolets.

Un témoin a choisi onze membres connus de gangs et a déclaré qu'ils étaient impliqués dans l'attaque et l'assassinat de «dizaines de personnes à La Saline» le 13 novembre. Des témoins ont également décrit l'assassinat de Durosier, le policier assigné à au corps spécialisé d'intervention et de maintenance.  Après avoir reçu plusieurs balles, son corps a été coupé avec un couteau, puis incendié avec des pneus en feu, a déclaré le témoin.

Une autre victime a raconté à la police comment elle avait été incendiée après que des bandits armés eurent tué son neveu.  Elle a ensuite retrouvé son corps dans un tas d'ordures avec 15 autres corps.

La plupart des victimes avaient entre 19 et 45 ans, a précisé la police, mais «pire encore, même les jeunes enfants n'ont pas été épargnés par ces personnes».

Le manque de responsabilité pour le massacre est un problème épineux pour Moïse, ainsi que pour le gouvernement des États-Unis, l'ONU et d'autres qui souhaitent voir Haïti sortir d'une crise à l'autre.

"Si l'exécutif, le président, ne veut pas paraître soutenir cela, il doit se décharger rapidement de Duplan et de Monchéry et les mettre à la disposition de la justice", a déclaré Esperance.

Les révélations de la police haïtienne sur l'assassinat de La Saline interviennent alors que l' ambassadeur américain en Haïti, Michele Sison, se rend cette semaine à Capitol Hill pour répondre à des questions concernant La Saline, après que 104 membres du Congrès eurent signé une lettre bipartite en mars invitant le secrétaire d'État Mike Pompeo à lancer une enquête indépendante sur les meurtres.

Le Conseil de sécurité de l'ONU, qui doit mettre fin à sa mission de maintien de la paix en Haïti le 15 octobre après 15 ans, exige également de savoir ce qui s'est passé.  En décembre, Helen La Lime, représentante spéciale du secrétaire général des Nations Unies pour Haïti et chef de sa mission de justice et de sécurité, a déclaré au conseil que le service des droits de l'homme des Nations Unies à Port-au-Prince "travaillait pour déterminer ce qui se passait". à La Saline et dans d'autres quartiers notoires de Port-au-Prince, où des épisodes de violence récents ont été préoccupants.

Des sources proches de l'enquête des Nations unies affirment que, même si elle n'est pas encore terminée, le journal a dressé une liste d'au moins 24 morts lors du carnage de novembre à La Saline.

La violence des gangs, qui est endémique dans plusieurs quartiers de la région métropolitaine de Port-au-Prince, n’est pas une nouveauté en Haïti.  Mais beaucoup d’Haïtiens pensaient que c’était derrière, ou du moins contenu après les interventions des soldats de la paix de l’ONU après leur arrivée en 2004 au milieu d’un coup sanglant.

Ces dernières années, Haïti a commencé à assister à une recrudescence de cette violence, qui a pris une nouvelle dimension barbare à mesure que la faim s'aggrave, que les inégalités se creusent et que les 11 millions d'habitants du pays voient leur pouvoir d'achat réduit de moitié, face à l'inflation et à une forte dépréciation. devise.
Le directeur de la Police nationale d'Haïti, Michel-Ange Gédéon, a déclaré qu'il avait confiance dans la formation d'officiers à prendre la relève lorsque les forces de l'ONU quitteraient la nation insulaire.

Pendant ce temps, la police nationale d'Haïti, qui sera bientôt autonome après le départ de l'ONU, a vu ses efforts pour assurer la sécurité continuer à être contestés par des gangs qui se sont maintenant déplacés de la capitale vers les zones rurales.  Ces derniers mois, des gangs armés ont attaqué un poste de police près de Gonaives, tiré à l'arme automatique lors de manifestations anti-gouvernementales à Port-au-Prince alors qu'ils portaient des uniformes de police, et capturé des communautés entières dans la vallée de l'Artibonite.

Outgnés, la police a tenté de se défendre.  Plus tôt ce mois-ci, un sénateur a accusé l'un de ses collègues d'avoir parlé au moins 24 fois à un chef de gang recherché, Arnel Joseph, alors que la police tentait sans succès de l'appréhender.  La semaine dernière, la police a annoncé l'arrestation de 53 membres présumés de sa bande dans les communautés de Petite-Rivière de l'Artibonite et de Marchand Dessalines, au nord de la capitale.

Les jeunes hommes et femmes privés de leurs droits dans les communautés fragiles d'Haïti, où les opportunités socio-économiques et l'accès aux services de base sont limités, ont toujours représenté des recrues faciles pour les gangs et les politiciens, au service de leurs intérêts politiques et criminels.  Mais avec l'avènement des médias sociaux, disent les observateurs, la violence a pris une forme plus sombre.

«Cela fait 31 ans que je suis ici et nous avons vu beaucoup de corps exécutés», a déclaré le père Richard Frechette, un prêtre catholique romain qui a été le premier à collecter des parties du corps à l'intérieur de La Saline en novembre.  «Mais il y a une grande différence avec la violence que nous n'avions jamais vue auparavant.  Beaucoup d'entre eux sont des jeunes;  ils ont 17, 18 et 20 ans.  Ils n'ont vraiment aucune pitié.

«Avant, ceux d'entre nous qui sommes des missionnaires ou des travailleurs humanitaires pouvaient dialoguer.  Maintenant, ils n'ont aucune pitié.  … L'influence des médias sociaux, YouTube multiplie les négatifs », a-t-il déclaré.

Alors que de nombreuses personnes avaient appris l'existence de La Saline après que des images de porcs dévorant des parties du corps dans des tas d'ordures ont commencé à apparaître sur la plate-forme de médias sociaux de WhatsApp, Frechette a déclaré qu'il avait eu des nouvelles de groupes dans le bidonville densément peuplé peu de temps après les meurtres.

Mais cela prendrait des jours et des négociations avec quatre des gangs, a-t-il déclaré, avant que lui-même et un groupe de religieuses catholiques des Missionnaires de la Charité puissent entrer et récupérer les restes humains.

«Nous avons élaboré un accord de 45 minutes pour pouvoir y aller», a déclaré Frechette, médecin et fondatrice de la Fondation Saint-Luc pour Haïti.  «Ils étaient vraiment, vraiment détruits.  Nous ramassions les bras, la tête et les jambes.  C'était vraiment déplorable.

La violence n'a pas pris fin avec la terreur de novembre.  Frechette dit que sa charité enterre environ 150 personnes par mois.  Bien qu'ils ne résident pas tous à La Saline, où la violence continue de se produire, ils sont néanmoins victimes de violence.  Son hôpital Saint-Luc, dans la capitale, a également connu une augmentation du nombre de victimes par balle, dont 40 ont été soignés en avril.

«Il y a des organisations qui se retirent du travail parce que c'est tellement difficile», a-t-il déclaré.  «Les gens qui vivent dans des communautés fermées ne savent pas ce qui se passe dans la capitale.  C'est vraiment comme en temps de guerre, incroyable dans ces régions. "

Pourtant, il ne croit pas que la situation est sans espoir.

«Il y a beaucoup de gens qui, si vous donnez un bon exemple, ils le suivront», a déclaré le prêtre.  «Pour beaucoup d'entre eux, il n'est pas trop tard.  Ce sont les leaders qui vont au-delà de nos limites maintenant. "

Jacqueline Charles

  305-376-2616


Jacqueline Charles a couvert le Miami Herald pendant plus de dix ans sur Haïti et les Caraïbes anglophones.  Finaliste du prix Pulitzer pour sa couverture du séisme en Haïti en 2010, elle a reçu le prix Maria Moors Cabot 2018, le prix le plus prestigieux pour la couverture des Amériques.





Read more here: https://translate.googleusercontent.com/translate_c?depth=1&rurl=translate.google.com&sl=auto&sp=nmt4&tl=fr&u=https://www.miamiherald.com/news/nation-world/world/americas/haiti/article230380739.html&xid=17259,15700022,15700186,15700190,15700256,15700259&usg=ALkJrhh5xuwRumRWFzNB2MLQR3zPRuywrw#storylink=cpy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Denye ATIK MIAMI HERALD sou MASAK ann AYITI yo.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Guy filip,le Miami Herald fait des revelations
» LES PAYS AMIS DE DUVALIER
» Reportage photographique des Gonaives sous les eaux selon Miami Herald
» Si menm MIAMI HERALD ap rele BARE VOLO-MATELI BANNANN VRE
» NEG MIAMI SOT VE LAVARUCE GAUDET QUAND DU DA POU PREZUDAN !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti :: Haiti :: Espace Haïti-
Sauter vers: