Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

FOROM AYITI : Tèt Ansanm Pou'n Chanje Ayiti.
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  PortailPortail  CalendrierCalendrier  PublicationsPublications  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 La Diaspora pèche par son manque d'organisation vrai ou faux

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
revelation
Super Star
Super Star
avatar

Masculin
Nombre de messages : 3084
Localisation : Washington, DC
Opinion politique : Senior Financial Analyst
Loisirs : walking, jogging, basket, tennis
Date d'inscription : 21/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: L'analyste

MessageSujet: La Diaspora pèche par son manque d'organisation vrai ou faux   Mer 1 Aoû 2007 - 13:27

Quant la Presse fait équipe avec l'état et points du droit sur La Diaspora

ECONOMIE
NEW YORK, 30 Juillet - Une conférence tenue le dimanche 29 juillet dans un auditorium de Brooklyn (New York) à l'initiative de notre confrère Guyler Delva, secrétaire général de SOS Journalistes, et de la station locale Radio Soleil d'Haïti, a fait salle comble.

Dans l'objectif de renseigner la communauté haïtienne de cette ville sur les possibilités d'investissements au pays natal et les initiatives prises par l'actuel gouvernement en vue de faciliter la création de leurs propres entreprises à nos compatriotes expatriés, les orateurs principaux venaient de deux ministères principalement concernés dans les domaines du business et de la sécurité publique : ceux du Commerce et de l'Intérieur.

Après un tour d'horizon des derniers résultats atteints dans la lutte contre la violence dans les rues et le banditisme, grand et petit, qui voit aujourd'hui placés derrière les barreaux aussi bien des présumés chefs de gang notoires que des suspects de trafic de drogue, y compris des commissaires de police, ce fut au tour de la ministre du Commerce Maguy Durcé de présenter les différentes mesures prises pour assainir le secteur des affaires, avec la lutte contre les hausses artificielles des prix au détail, contre le faux calibrage des pompes à essence, et contre les produits avariés ou contaminés (cela en accord avec le ministère de la Santé et les conseils municipaux et communaux)...

Un cadre plus équitable pour le secteur des affaires...
La lutte aussi contre la contrebande, qui n'épargne personne. Et la mise en place prochaine de nouvelles dispositions à la frontière haïtiano-dominicaine, annonce encore Mme Durcé.

Et tout cela sur fond de lutte contre la corruption qui après une annonce spectaculaire par le président de la république lui-même le 18 mai dernier, est menée depuis tambour battant par les responsables de la Justice.

L'objectif final est de créer un cadre plus équitable pour le secteur des affaires. En même temps que prend naissance un organisme dont le but est d'activer la création d'entreprises, en en rendant les formalités moins compliquées, et aussi moins onéreuses, surtout pour le petit investisseur qui n'a ni les relations en haut lieu ni l'argent pour graisser les pattes à quiconque.

Pas plus de 30 jours pour l'enregistrement légal...
L'organisme en question est le CFI ou Centre de facilitation des investissements, dont le directeur général, l'ex-ambassadeur Guy Lamothe, a longuement entretenu l'assistance de plusieurs centaines de compatriotes, hommes et femmes, jeunes et plus âgés, avidement intéressés et qui se sont battus presque pour obtenir une copie du nouveau code d'investissements.

Il suffit aujourd'hui de trente jours pour enregistrer légalement une entreprise (là où cela prenait auparavant de nombreux mois, forçant beaucoup à laisser tomber). Tout comme les petites entreprises déjà existantes sont invitées à se mettre en règle, car il y va de leur intérêt, comme la possibilité d'obtenir des compensations en cas d'accidents dans des circonstances indépendantes de leur volonté ou de catastrophes naturelles.

Outre que le CFI prévoit une section pour aider les candidats à l'entreprenariat à trouver un endroit où loger leur entreprise, ce qui n'est pas toujours évident.
Mais pas de financement, a tenu à préciser Guy Lamothe, ce n'est pas du ressort du Centre de facilitation.

Le facteur crédit...

Et c'est là où le bât blesse pour la diaspora. Le crédit.

Le gouvernement est en train de mettre en place la machine. Elle est à la disposition de tous, à la portée de tous (c'est la grande différence), que ce soit les groupes internationaux, le secteur privé local ou les investisseurs potentiels en diaspora haïtienne.
Mais c'est la même machine pour tous, les mêmes dispositions valent pour tout le monde, pour tous les compétiteurs généralement quelconques, haïtiens et étrangers.

Et nos compatriotes expatriés ne sont ni plus ni moins que des compétiteurs parmi d'autres.
Or les nouvelles règles du commerce international imposent que la loi soit une pour tous, pour les étrangers comme pour les nationaux.
La diaspora ne doit donc pas s'attendre à bénéficier de conditions spéciales, voire de subventions d'aucune sorte.
Actuellement le pays est au stade d'exploration. Nous recevons la visite de plusieurs missions d'hommes d'affaires français, guadeloupéens, canadiens, chinois, irlandais etc.

Aucun plan d'ensemble...
Tous ces groupes étrangers se positionnent pour différents marchés : celui des infrastructures routières, des télécommunications, assainissement urbain, tourisme etc.
Le secteur privé local se prépare aussi : zones franches, agro-industries, secteur hôtelier.

Aussi la grande faiblesse de la diaspora est de n'avoir aucun agenda, aucun plan d'ensemble, aucun grand dessein dans son approche de la question des investissements au pays natal, cela même avec les dispositions créées par le gouvernement pour en faciliter la réalisation et ouvrir le marché au plus grand nombre.

Et pour commencer le crédit. Il n'existe pas de crédit bancaire proprement dit en Haïti. Les banques ne font que des prêts à très court terme et n'acceptent même plus les garanties habituelles, telles propriétés ou équipements.

Par contre, ce ne devrait pas être un handicap pour nos compatriotes à l'extérieur pour autant qu'ils sauraient mieux s'organiser. La diaspora dispose de plus de ressources financières que tous les groupes en Haïti réunis.
Il lui suffit de s'organiser, de mettre davantage ces ressources en commun, y compris par une meilleure utilisation du plus de 1 milliard 600 millions de dollars qu'elle envoie en transferts annuellement au pays natal.

Oui, c'est elle (la diaspora) qui est la moins organisée au départ dans la course actuelle.

Marcus, New York, 30 Juillet 2007
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jude
Super Star
Super Star
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1572
Localisation : Frans
Loisirs : Financial Exchanges - Geopolitic
Date d'inscription : 21/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le progressiste !

MessageSujet: Re: La Diaspora pèche par son manque d'organisation vrai ou faux   Mer 1 Aoû 2007 - 16:29

Citation :
Il lui suffit de s'organiser, de mettre
davantage ces ressources en commun, y compris par une meilleure
utilisation du plus de 1 milliard 600 millions de dollars qu'elle
envoie en transferts annuellement au pays natal.
Cette phrase n'a aucune valeur puisque cet argent n'est réuni à aucun moment. La diaspora n'étant absolument pas une entité unie il est faux et trompeur de faire de telles affirmations surtout lorsque l'on vient de démontrer cela dans les paragraphes précédents.

Mis à part cette conclusion qui est certainement dûe au fait que l'auteur n'était pas certain de sa conclusion, je trouve l'article très bon et les nouvelles qu'il nous apporte encore meilleure. Le mandat de Préval est vraiment très prometteur !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
La Diaspora pèche par son manque d'organisation vrai ou faux
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La Diaspora pèche par son manque d'organisation vrai ou faux
» plan pour mettre fin à l’ exclusion de la Diaspora haïtienne et de l’arrière-pay
» La Diaspora en Guyane acceuille Mirlande Manigat
» Le ministre des Haitiens hors-Haiti visite la diaspora
» Diaspora Parè e Klè Sou Zafè Doub Nasyonalitè a.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti :: Haiti :: Espace Monde-
Sauter vers: