Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

FOROM AYITI : Tèt Ansanm Pou'n Chanje Ayiti.
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  PortailPortail  CalendrierCalendrier  PublicationsPublications  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Haiti en Marche opine sur la derniere semaine...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
gwotoro
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 3974
Localisation : Canada
Date d'inscription : 20/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: le balancier

MessageSujet: Haiti en Marche opine sur la derniere semaine...   Mer 22 Aoû 2007 - 18:38

POLITIQUE : Les suspenses se suivent mais ne se ressemblent pas !

PORT-AU-PRINCE, 18 Août - Ce samedi on se préparait hâtivement à affronter l'ouragan Dean devant longer en pleine nuit la côte sud de notre pays nous menaçant d'autant de périls. Mais ce ne serait pas le premier suspense d'une semaine qui en a compté de nombreux autres et non des moindres. Il y eut d'abord la comparution volontaire de Dany Toussaint au cabinet d'instruction de Port-au-Prince. L'ex-sénateur (lavalas - puis qui a traversé avec armes et bagages dans le camp de l'opposition anti-Aristide) et considéré à un moment comme le principal suspect dans l'assassinat du journaliste Jean Dominique, a déclaré qu'il détient de nouveaux " renseignements " sur le double meurtre du 3 avril 2000 (assassinat du directeur de Radio Haïti Inter et du gardien de la station Jean-Claude Louissaint) et qu'il est prêt à les communiquer à la justice étant donné que le climat politique, a-t-il voulu suggérer, n'est plus le même.

Le même jour, le vendredi 10 août écoulé, la veuve de Jean Dominique, Michèle Montas Dominique, témoignait aussi devant le nouveau juge en charge du dossier.

Qu'est-ce qui a changé entre-temps : Mme Dominique est devenue la porte-parole du secrétaire général de l'ONU.

C'est elle qui aurait convaincu ce dernier, le sud-coréen Ban Ki-Moon, d'accomplir sa récente visite en Haïti et qui fut plus remarquable que celle de ses prédécesseurs.

De cette position, Michèle Montas qui n'a jamais abandonné la lutte pour obtenir justice pour son époux, peut essayer de faire encore mieux dans ce sens.

Le grand suspense...

Quant à Dany Toussaint, il a affirmé après sa rencontre avec le juge d'instruction Fritzner Fils Aimé que c'est en tant que témoin qu'il a été reçu par ce dernier et non inculpé. L'ex-chef de la police intérimaire (1994-1995) paraît sûr de lui en annonçant qu'il n'a rien à voir avec le double assassinat. Et qu'il a des " renseignements " à fournir, autrement dit qui seraient restés jusqu'à présent secrets, et qu'il se sent aujourd'hui plus capable de révéler. Donc c'est le grand suspense. Il est évident aussi que nous touchons là au domaine de la politique. D'ailleurs le président René Préval l'a dit lui-même : " La justice c'est un projet politique et c'est une volonté politique... ou une absence de volonté. "

Le chef de l'Etat assure qu'il a cette volonté.

Sur ce, on apprend le " suicide " de Roody Kernizan. Ce jeune homme (que le public ne connaît que de nom) est présenté comme le chef d'un gang GNB (dénomination qui fut celle de l'opposition anti-lavalas) dénommé " L'Armée Ti-machette " qui a terrorisé la zone de Martissant (sud de P-au-P) sous le régime intérimaire installé par les puissances étrangères après le renversement de Jean Bertrand Aristide en février 2004. Un bilan sinistre, dont l'assassinat de plusieurs policiers et d'un photographe de presse, Jean Rémy Badio.

Le suicide c'est toujours suspect...

Selon les porte-parole de la police nationale et de la mission onusienne (Minustah), Roody Kernizan a été cerné dans une maison. Refusant de se rendre, il a préféré se donner la mort.

On n'en saura pas plus. Les mêmes porte-parole se refusent à tout commentaire. C'est à prendre ou à laisser. Cependant le suicide, même celui d'un chef de gang, et quelque affreux que celui-ci puisse avoir été, est un acte peu ordinaire. Bref, c'est toujours suspect.

A notre avis, cette façon expéditive de traiter officiellement les événements n'aide pas vraiment à détendre le climat politique. C'est-à-dire à diminuer son aspect clanique, noir et blanc, toujours la jungle.

On va le voir tout de suite avec le reste des événements de la semaine, et toujours non des moindres.

C'est le retour fracassant vendredi du Père Gérard Jean-Juste. Après avoir rongé son frein à Miami pendant un peu plus d'une année, celui qu'on présentait comme le candidat attitré du Fanmi Lavalas d'Aristide aux présidentielles de février 2006, a débarqué en annonçant triomphalement que le prochain qui atterrira c'est Aristide. Comme si rien ne s'était passé dans le pays depuis...

Depuis que les pressions nationales et surtout internationales ont pu l'arracher lui Jerry Jean Juste des prisons du régime intérimaire que dominaient les clans les plus ultras de l'ancienne opposition et où il était emprisonné sous une vague accusation d'assassinat du journaliste Jacques Roche...

Comme si on pouvait redémarrer à zéro !...

Bref, depuis le départ forcé du président Aristide du pouvoir le 29 février 2004, c'est comme si rien ne s'était passé. On redémarre à zéro. Point. Aussi simple que cela ! On passe par-dessus les élections démocratiques où ce sont quand même les plus démunis et les quartiers populaires qui ont assuré le succès du candidat René Préval, par-dessus les efforts du gouvernement Préval-Alexis pour assainir les finances publiques et mettre un frein à la corruption, par-dessus les efforts pour établir une certaine équité devant la loi, ce qui est une première. On oublie que le pays se relève à peine d'un cercle infernal d'assassinats et de kidnappings en série. On oublie qu'une politique étrangère suffisamment sage et même courageuse nous permet d'être à l'abri des raretés artificielles du pétrole et du jeu des tarifs inabordables sur le marché international, source aussi de manipulation et de déstabilisation...

Tout cela n'a aucune importance, on dirait. Or tout de même, on voudrait croire qu'un retour éventuel de Jean Bertrand Aristide mettrait en jeu beaucoup plus de facteurs que la seule émotivité populaire. Ne serait-ce que par respect pour l'ancien président lui-même !

D'autre part, cela peut apporter de l'eau au moulin de ceux qui détiennent le pauvre Lovenski Pierre Antoine en otage depuis le dimanche 12 août écoulé.

Le coordonnateur de la Fondation 30 Septembre (du nom des victimes du coup d'état militaire de septembre 1991 où le passe-temps favori des militaires et paramilitaires, et cela pendant trois longues années, consistait à aller tirer à hauteur d'hommes dans les quartiers populaires), Lovenski Pierre Antoine, lui-même un autre inconditionnel d'Aristide, est porté disparu depuis bientôt plus d'une semaine. La police ni la Minustah n'ont encore dit un mot.

Toujours cherchez à qui le crime profite...

Il est bon de rappeler que Lovenski Pierre Antoine a disparu le jour même où il venait d'accompagner une délégation d'avocats des droits humains américains, canadiens et haïtiens un peu partout à travers le pays dans le but de dresser un bilan des victimes laissées par les ex-militaires et para militaires qui ont servi à renverser Aristide en février 2004.

Rebelles dont le chef, l'ex-commissaire de police Guy Philippe, a échappé miraculeusement (oui miraculeusement !) le mois dernier à une descente de lieux de la DEA américaine.

Alors comme on dit dans les vieux romans policiers, toujours cherchez à qui le crime profite...

Or toute remontée de la tension venant surtout du camp Lavalas ne peut que nuire aux efforts pour retrouver l'animateur de la Fondation 30 Septembre... en braquant le camp d'en face. Tant pis pour lui, ce n'est qu'un Lavalas !

Jusqu'à opposer la disparition de Lovenski à celle par le " suicide " de Roody Kernizan...

Marcher comme sur des oeufs...

Tout comme un comportement trop cavalier, style voye monte , ne peut que handicaper les efforts du gouvernement dans la lutte qu'il mène contre les grands maux : le trafic de la drogue, la violence des rues et son corollaire, le désarmement général, c'est-à-dire de tous les secteurs généralement quelconques (comme on le verra tout à l'heure).

Tous ceux qui sont vraiment soucieux de l'intérêt général savent qu'aujourd'hui l'on se doit de marcher comme sur des oeufs. Because c'est une situation ultra délicate. Une mosaïque fine.

Enfin toute atmosphère trop volatile ne peut que jouer en faveur du maintien indéfini de la présence étrangère.

Et c'est là le vrai problème auquel se heurte aujourd'hui le processus dit de stabilisation. Le consensus politique ou politico-gouvernemental appelé encore réconciliation n'a pas vraiment agi, demeure encore trop superficiel, conjoncturel. La mayonnaise n'a pas pris. D'un côté le peuple ne sait trop à quel saint se vouer. Ce sont les manifestations devant le palais national mais ni contre ni pour Préval. D'un autre côté, les acteurs politiques - sinon leurs lieutenants, y compris dans une certaine presse, restent toujours l'arme au pied. Et n'était la présence internationale...

Des ambitions politiques parfois aveugles...

Mais c'est aussi une actualité en dents-de-scie, bon an / mal an. Car c'est aussi la semaine qui marque la première remise d'armes par le secteur privé qui avait joué le rôle de fer de lance dans les événements (2003-2004) qui ont conduit à la chute d'Aristide.

Le président de la commission de désarmement, Alix Fils Aimé, a exhibé 7 armes de gros calibre remises par des hommes d'affaires de la place qui se les étaient procurés, disent-ils, pour la protection de leurs vies et de leurs biens.

C'est également une première (car ces derniers s'y refusaient jusqu'à présent formellement) et qui, espère Fils Aimé, sera suivie d'autres.

Cependant près d'une demi-douzaine d'hommes d'affaires, et non des moindres, demeurent en prison pour cause de tricherie avec le fisc ou la douane.

Et d'autres convocations seraient en perspective.

Les sentiments dans ce milieu sont donc forcément mitigés.

Un véritable champ de mines...

Conclusion : c'est à travers cet énorme champ de contradictions, d'incompréhensions réciproques, de mésinterprétations, de confrontations plus ou moins masquées, bref de vieilles rancunes, mais aussi d'ambitions, y compris d'ambitions politiques parfois aveugles - puisque c'est comme si on était déjà en campagne pour les sénatoriales de mi-mandat fixées en décembre prochain, bref c'est à travers un véritable champ de mines que le gouvernement opère actuellement. Du moins il nous semble...

On aurait crû qu'aux yeux de la présence internationale (en même temps présence que nous contestons mais tant que nous n'en avons besoin pour protéger nos propres intérêts - et des intérêts pas forcément propres), nous aurions mis un peu plus de gants.

Le gouvernement ne peut avoir qu'une attitude. Se tenir prêt à utiliser toutes les ressources mises à sa disposition par la loi. La loi, rien que la loi, mais toute la force de la loi. Toujours prêt à empêcher les belligérants de faire capoter la barque, y compris quand ce sont ceux d'un même camp. Y compris parmi les proches du pouvoir. Donc sans aucun parti pris, sans aucune autre considération que la protection du bien commun. Se tenir prêt à répondre à tout défi à l'ordre public, d'où qu'il vienne. C'est d'autant plus le devoir de tout gouvernement qui ne règne ni par le crime, ni par le vol. Ce qui chez nous n'arrive pas tous les jours.

On n'est pas (on n'est plus) sous un gouvernement de facto, pour ceux qui tendraient à l'oublier. Mais que voulez-vous, nous sommes (pour répéter Ti-Paris) des " incorrigeables !"

Haïti en Marche, 18 Août 2007
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rodlam Sans Malice
Membre-fondateur
Membre-fondateur
avatar

Masculin
Nombre de messages : 11114
Localisation : USA
Loisirs : Lecture et Internet
Date d'inscription : 21/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Stock market

MessageSujet: Re: Haiti en Marche opine sur la derniere semaine...   Jeu 23 Aoû 2007 - 9:18

Mezanmi ki moun ki ka dirije peyi saa?Se pa "incorrigeables "selman ayisyen parey mwen ye non ;men mwen tande yon deblozay ki pete yè swa kote Lambert mande pou Gassan presante l devan Sena epi li refize.Nan tout peyi eske pa genyen lwa ki di ke palman genyen dwa rele nenpot sitoyen ,map gade sa ki ap pase ak Attorney general isit o Zeta Zuni.Gassan pa menm jwe wol attorney general la ki dwa pou li refize presante devan represantan pep la?

mwen pa pou yon diktati palmantè non ,men si pou peyi ya mache byen fok pa genyen moun ki pi wo pase la lwa.pa ka genyen intouchab nan peyi ya.yon senp polisye refize presante l devan yon jij epi se jij la ki fini pa kite tribinal la.Gassan koonnen lwa pi byen pase mwen ,men eske konstityon peyi ya ba li imunite?bagay saa se sa ke Manigat ap pale ya :"se pa pep la selman ki merite edike se tout ayisyen nan elit la tou."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Haiti en Marche opine sur la derniere semaine...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Haiti en Marche opine sur la derniere semaine...
» Haiti en marche - Haitiens, partout fuir la misere!
» Haiti en Marche: Qu'est-ce que les Etats-Unis ont contre nous?
» Haiti en Marche: Neo-liberalisme - Ouvrier haïtien: le grand perdant
» Editorial d'Haiti en Marche sur l'actualite politique

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti :: Haiti :: Espace Haïti-
Sauter vers: