Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

FOROM AYITI : Tèt Ansanm Pou'n Chanje Ayiti.
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  PortailPortail  CalendrierCalendrier  PublicationsPublications  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez
 

 a l'ecoute de Benaudin

Aller en bas 
AuteurMessage
piporiko
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 4753
Age : 49
Localisation : USA
Opinion politique : Homme de gauche,anti-imperialiste....
Loisirs : MUSIC MOVIES BOOKS
Date d'inscription : 21/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: L'impulsif

a l'ecoute de Benaudin Empty
MessageSujet: a l'ecoute de Benaudin   a l'ecoute de Benaudin EmptyDim 26 Aoû 2007 - 18:17

Thèmes de l’Emission de la semaine


Orlando le 24 août, 2007




Actualités Politiques : Grandes Lignes



La semaine dernière, trois incidents ont coïncidé, l’enlèvement de Lovinski Pierre Antoine, coordonnateur de la Fondation 30 septembre, l’augmentation soudaine du cordon de sécurité autour du palais national, et le retour de Gérard Jean Juste inculpé dans le kidnapping et l’assassinat du poète journaliste Jacques Roche. Certains veulent qu’il y ait une corrélation entre ces 3 incidents. Certes ces trois incidents n’ont impliqué que des lavalassiens exclusivement. Il y a-t-il un lien quelconque, entre les actes, d’enlèvement de Lovinski Pierre Antoine, du retour de Gérard Jean juste et de l’augmentation soudaine du cordon de sécurité autour du palais national ? Non ! Tant que la cause de cette mesure soudaine de sécurité, demeure un mystère, il est difficile d’établir un lien entre ces trois incidents.



Des trois incidents, le plus important, le deuxième chronologiquement, est cette mesure de sécurité, parce qu’elle implique la présidence. Peut-on avoir de fumée sans feu, ou d’effet sans cause ? Qu’est-ce qui a provoqué soudainement le besoin de mettre en place un cordon de sécurité autour du palais national ? Est-ce une mesure préventive parce qu’on a été informé d’un complot potentiel menaçant la sécurité présidentielle ? Est-ce une embuscade qu’on a découverte ? Ou est-ce une attaque physique contre le président qui a échouée ? Certains pensent qu’il faudra s’attendre à une interpellation du secrétaire d’état de la sécurité. Le gouvernement ayant déclaré immédiatement que cette mesure est routinière, l’interpellation serait perçue comme un désaveu de leur explication initiale.



L’enlèvement de Lovinski Pierre Antoine, le premier chronologiquement, fait l’objet de multiples interprétations qui relèvent à la fois de la criminalité et de la politique. L’enlèvement relève-il d’une rivalité inter-lavalas comme certains le pensent, parce que Lovinski Pierre Antoine a des ambitions sénatoriales ? Ou est-ce dû aux retombées d’une affaire de distribution d’argent aux victimes d’une intervention des forces de l’ordre à la Cité Soleil, dont Lovinsky Pierre Antoine avait été chargé par la Radio Soleil de New York, collectrice de ces fonds ? L’importance de la rançon, $300.000 US, fait pencher la balance en faveur de la seconde hypothèse.



Situé dans le cadre de la réforme judiciaire et de la lutte contre l’impunité, le retour d’un inculpé de kidnapping et de meurtre, Gérard Jean Juste, reçu grandiosement aux salons diplomatiques de l’aéroport Toussaint Louverture, et sous protection de la Minustah, a été pour le moins choquant. Une telle réception requière indubitablement une approbation officielle. La question est de savoir, qui a fait l’invitation et pourquoi ? Est-ce que cette invitation officielle allait évoluer avec le temps pour devenir l’équivalant d’un pardon ou d’un acquittement ? En d’autres termes un « casser feuille couvri ça » que le temps allait consacrer, comme pour ceux qui ont perpétré le massacre de La Scierie.



Gueulard comme son patron, c’était plus fort que lui. Il ne pouvait pas rentrer ni par la petite porte, ni au son des cloches de bois. Il lui fallait en plus faire une déclaration tonitruante, faire sensation, se resituer immédiatement à l’avant-scène politique, s’accaparant des rênes du leadership, pour devenir le St. Jean-Baptiste, précurseur de son messie, Aristide. Cette déclaration a inquiété plus d’un. Particulièrement ceux qui au sein de lafanmi lavalas ont assumé le rôle de leadership cautionné par Aristide lui-même, en son absence. Le commissaire du gouvernement à Miami pour le week-end, a réagi à cette déclaration. Gérard Jean Juste ayant eu vent des remarques du commissaire du gouvernement, est retourné immédiatement à Miami au son des cloches de bois. Les feux de la rampe qu’il avait rallumés en grande pompe, s’étaient vite transformés en feu follet. Craignant de se retrouver en taule, Gérard Jean Juste s’était enfui sur la pointe des pieds. Sa rentrée en trombe, démontrant clairement qu’il garde encore intacts ses réflexes de prédateur lavalassien, incite les gens à se questionner sur la véracité de son état de santé.



Comme prédit, le bras de fer entre les législateurs et l’Exécutif est survenu plus tôt qu’on ne le pense. Est-ce la convocation de l’ex-président de la Chambre de commerce et de l’industrie d’Haïti par le Commissaire du gouvernement, ou les appétits des parlementaires qui s’aiguisent après la victoire qu’ils ont remportée sur l’Exécutif avec ce vote de censure qui a emporté le ministre de la culture et de la communication ? « Take your pick. » Il faut aussi remarquer que cette fois-ci, ce n’est pas la Chambre des députés, mais une partie du Sénat qui s’est mis en branle.



La vassalisation lavalassienne des deux législatures précédentes, fait que la 48e soit en mal de s’affirmer et de faire valoir son autorité et son pouvoir constitutionnel face à l’Exécutif dont ses prédécesseurs ont été victimes. Est-elle à la hauteur du moment ? C’est la question qu’Edmond Mulet, ex-législateur Guatémaltèque et chef de parti politique, est en train de se poser. Est-il de l’intérêt de cette Législature de continuer à projeter l’image d’un « lynching mob » débridé au niveau des deux chambres ? Est-elle consciente du besoin de décorum et de sérénité, pour l’établissement de son prestige et de sa respectabilité ? Si d’une part, fonctionnant certes dans ce cadre populiste anthropophage, où le réflexe de survie oblige les parlementaires à faire montre de cette même tendance à l’agressivité, pour se protéger. De l’autre, est-il de l’intérêt de la 48e Législature de faire perdurer cette atmosphère d’anarchie, si elle veut rompre avec son passé humiliant, si elle est soucieuse de son image, de sa place dans l’histoire, et du patrimoine qu’elle lèguera à la postérité ? Allons un peu plus loin. Est-il dans l’intérêt de la nation haïtienne d’avoir un corps législatif plus soucieux de satisfaire ses réflexes prédateurs, que de rechercher et de négocier le bien commun ? Est-il de l’intérêt de la nation haïtienne d’avoir à nouveau des législateurs ineptes, incapables de légiférer comme leurs prédécesseurs et qui persistent à ignorer intentionnellement leurs obligations envers la Constitution de 1987 pour la rendre fonctionnelle ? Ces législateurs ont-ils été élus uniquement pour se chamailler continuellement avec l’Exécutif et faire valoir leur autorité ? Mais encore plus grave, un commissaire de gouvernement certes est à la fois un agent de l’Exécutif, mais avant tout un magistrat. Un magistrat peut-il être convoqué par le corps législatif ? Le ministre de la justice peut-il forcer un magistrat à l’accompagner à une convocation du corps législatif ? Voilà le hic !



Est-on à la recherche d’une solution définitive qui définit et établit, une fois pour toute, les droits et les privilèges du judiciaire et du législatif et leurs limites, ou d’un compromis qui nous laisse dans le flou et l’ambiguïté ? En d’autres termes, est-il de l’intérêt des deux institutions parlementaire et judiciaire de seulement diminuer momentanément la tension entre les protagonistes, mais en laissant ces institutions exposées à la probabilité dans le future de se retrouver dans la même situation ? Si de fait le parlement n’a pas le droit de convoquer un magistrat, ce sont les droits et privilèges des deux institutions qui doivent prévaloir et non les intérêts personnels des protagonistes. Il ne peut pas s’agir, dans ce cas, de sauver la face pour des individus. Il s’agit d’établir, pour l’édification de la nation et des protagonistes en particulier, les limites des droits et privilèges de ces institutions et l’obligation de les respecter strictement.



« Trop ou trop peu de soin sont à fuir. Il faut en tout trouver un milieu juste et bon. » Peut-on rationnellement interpréter la lettre et l’esprit de l’article 93 de la Constitution de telle façon, qu’il confère le droit de micro-gestion des deux autres pouvoirs, au corps législatif ? Cette autorité qu’elle confère au pouvoir législatif, n’est-elle pas plutôt pour la recherche d’un équilibre entre les pouvoirs et non pour l’établissement d’une nouvelle forme de dictature législative ? De plus l’article 129.6 de la Constitution dit ce qui suit :



Article 129.6

Le corps législatif ne peut prendre plus d’un vote de censure par an sur une question se rapportant au programme ou a une déclaration de politique général de gouvernement.



Les législateurs regrettent-ils maintenant d’avoir perdu, au moins pour un an, par ignorance, par incompréhension de la Constitution, par stupidité, et par médiocrité, leur meilleur levier politique, en gaspillant, sans raison, leur droit de censure sur un ministre subalterne, au lieu de garder cette épée de Damoclès sur la tête d’un acteur politique plus important, le premier ministre, le chef du gouvernement ? Quelle est donc la conséquence du gaspillage de ce vote de censure, si ce n’est que le dédouanement du premier ministre pour au moins un an ? « Sotte pas tuer ou. Mais li fait ou suer. »

===============================================
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arché Jean
Senior


Masculin
Nombre de messages : 88
Localisation : Boston, Massachusetts
Loisirs : Reading, writing, sports and travel
Date d'inscription : 12/08/2007

Feuille de personnage
Jeu de rôle:

a l'ecoute de Benaudin Empty
MessageSujet: Re: a l'ecoute de Benaudin   a l'ecoute de Benaudin EmptyMer 29 Aoû 2007 - 18:31

Aux amis de HaitiForum:

Que dit la constitution sur le vote de censure?
Je crois que nos législateurs arrivent à comprendre que leurs actes durant leur passage au sein de la législature doivent avoir un caractère général, pour ne pas dire viser les intérets généraux. Fort souvent, nos législateurs votent en fonction de leur appartenance politique ou en vue des intérets d'un groupe bien déterminé. On doit se rappeler que le contenu d'une constitution doit etre general.
Une constatation faite est que la constitution de 1987 n'a pas pu faire la difference entre des actes administratifs et législatifs. Certaines attributions du parlement ne sont que des actes administratifs qui devraient etre conférés au pouvoir executif. C'est une constitution qui doit etre amendée afin de corriger pas mal d'erreurs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marc-Henry
Administrateur
Marc-Henry

Masculin
Nombre de messages : 6015
Localisation : Canada
Opinion politique : Démocrate
Loisirs : Lecture et Internet
Date d'inscription : 20/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Lobbyiste

a l'ecoute de Benaudin Empty
MessageSujet: Re: a l'ecoute de Benaudin   a l'ecoute de Benaudin EmptyVen 31 Aoû 2007 - 13:06

Arché a écrit
Citation :
Une constatation faite est que la constitution de 1987 n'a pas pu faire la difference entre des actes administratifs et législatifs. Certaines attributions du parlement ne sont que des actes administratifs qui devraient etre conférés au pouvoir executif. C'est une constitution qui doit etre amendée afin de corriger pas mal d'erreurs.


C'est la première fois à ma connaissance que quelqu'un a souligné ces points nébuleux dans la constitution de 1987.Evidemment, l'intervention de notre ami Arché nous donne une bonne occasion au forumhaiti de relancer le débat sur la constitution de 1987.

Tout compte, on comprend pourquoi les honorables députés et sénateurs pensent qu’ils ont le droit de congédier même la bonne du président de la république...

_________________
Solidarité et Unité pour sauver Haiti
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.forumhaiti.com
Contenu sponsorisé




a l'ecoute de Benaudin Empty
MessageSujet: Re: a l'ecoute de Benaudin   a l'ecoute de Benaudin Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
a l'ecoute de Benaudin
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» a l'ecoute de Benaudin
» Un des meurtriers de Jean Dominique sous les verrous ?
» T'AS PEUR ?! - Kéane
» Dx FUNNY! [Roman Reigns-Seth Rollins]
» Vos chanteuses préférées

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti :: Haiti :: Espace Haïti-
Sauter vers: