Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

FOROM AYITI : Tèt Ansanm Pou'n Chanje Ayiti.
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  PortailPortail  CalendrierCalendrier  PublicationsPublications  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez
 

 Les narcostrafiquants utilisent de plus en plus Haiti

Aller en bas 
AuteurMessage
Rico
Super Star
Super Star
Rico

Masculin
Nombre de messages : 8954
Localisation : inconnue
Loisirs : néant
Date d'inscription : 02/09/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: dindon de la farce

Les narcostrafiquants utilisent de plus en plus Haiti Empty
MessageSujet: Les narcostrafiquants utilisent de plus en plus Haiti   Les narcostrafiquants utilisent de plus en plus Haiti EmptyVen 21 Déc 2007 - 15:26

Les narcostrafiquants utilisent de plus en plus Haiti Sm_missionaquin2
La carcasse d'un avion utilisé par les trafiquants

Les narcostrafiquants utilisent de plus en plus Haiti Sm_missionaquin
Une vue de la piste


Découverte d'une nouvelle piste clandestine


Les narcotrafiquants utilisant Haïti comme port de transit de leurs produits vers les Etats-Unis et l'Europe semblent redoubler d'effort pour la saison hivernale. Très audacieux, ils utilisent d'autres techniques pour défier les forces de l'ordre. Pour la première quinzaine du mois de décembre, quatre cargaisons de cocaïne sont arrivées dans le pays

Une forte quantité de cocaïne, soit environ une tonne, déchargée à Flamand, 4e section communale d'Aquin (sud-ouest d'Haïti), dans la nuit du 15 au 16 décembre en cours, c'est ce qu'a révélé au journal le colonel Antoine Atouriste, directeur du Centre d'information
et de coordination conjointe (CICC). La découverte d'une nouvelle piste clandestine qu'utilisent les narcotrafiquants porte à 30 le nombre de pistes clandestines déjà répertoriées à travers le pays.

M. Atouriste note que les trafiquants développent de nouvelles techniques pour faire entrer de plus grandes quantités de drogue dans le pays. Il indique que ces derniers utilisent des avions de plus grande capacité et les font exploser quand ils ont fini de récupérer leur cargaison.

Ces avions, selon les officiels, sont munis de dispositif devant les faire exploser après la récupération de la cargaison et des membres de l'équipage. A Flamand, une flotte de véhicules tout-terrain, montés par des individus lourdement armés, les attendait aux fins de récupérer la sale marchandise et les membres d'équipage. Ils se sont ensuite dirigés vers Fonds-des-Blancs, suivant les informations recueillies, a-t-il expliqué.

Les malfrats, selon le Directeur du CICC, ont soigneusement dissimulé
les pièces de l'appareil, rendant difficile la poursuite d'une enquête pouvant déterminer la provenance de l'avion.

Par ailleurs, le directeur du CICC révèle que des membres de la population étaient de mèche avec les narcotrafiquants, ce qui a compliqué le travail des agents qui ont même été menacés verbalement : «Les riverains rencontrés ne voulaient pas coopérer avec nos agents informateurs, certains ont déclaré que tout le monde ici, dans cette localité, bénéficie de la drogue. »

Il a précisé que les agents du BLTS, de la DEA et du CICC ainsi que le Commissaire du Gouvernement d'Aquin qui participaient à cette opération ont dû frayer des chemins à travers des barricades pour sortir de la localité. « A notre sortie de la piste située à un demi-kilomètre de la route principale de cette section communale, des associés locaux des narcotrafiquants ont érigés des barricades à chaque carrefour », a-t-il confié.

60% de la cocaïne qui arrive aux Etats-Unis en provenance de l'Amérique du Sud transite par Haïti et la République dominicaine. Ce n'est pas la première fois que des trafiquants de stupéfiants utilisent Aquin pour faire entrer de la drogue en Haïti. Deux pistes clandestines ont été détruites en février 2006 à Lozandier et Kamide par les forces de l'ordre. Pour la première quinzaine du mois de décembre, quatre cargaisons de cocaïne ont été introduites dans le pays (deux à Madras, une localité de Caracol, une à Anse-à-Pitre et une autre à Flamand).

<table cellSpacing=0 cellPadding=0 width="100%" border=0><tr><td class=BodyText vAlign=top>Placé sous la tutelle du Ministère de l'Intérieur et des Collectivités territoriales, le CICC est l'organe national de gestion d'informations et d'intelligence antidrogue du gouvernement haïtien. Il a été créé par décret le 17 mai 1990, modifiant celui du 30 août 1988, réactivé et remis en opération, à la suite du sommet présidentiel de Santo Domingo sur le contrôle du trafic illicite des drogues, tenu à l'initiative du Président de la République le 16 mars 2007.

Comprenant une trentaine de techniciens et d'investigateurs régionaux départementaux, le centre a pour mandat spécifique de coordonner la collecte, la centralisation, le traitement, l'analyse et la diffusion des informations d'intelligence à des fins d'opérations. Il travaille en étroite collaboration avec les services nationaux antidrogue, notamment la PNH, le Bureau National de Lutte contre les Stupéfiants (BLTS), l'Administration générale des douanes, le Service de l'immigration, l'Unité centrale de lutte contre la corruption (UCREF), l'Autorité aéroportuaire nationale (AAN), et ainsi qu'avec les services américains de contrôle des drogues, notamment la Drug Enforcement Agency (DEA).

Le CICC coordonne également la coopération opérationnelle régionale avec les services régionaux antidrogues de la République dominicaine, de la Colombie, de la Jamaique, des Bahamas, de Turks and Caicos et autres pays de la Caraïbe avec lesquels Haïti partage des frontières terrestres, maritimes et aériennes.

Cependant, M. Atouriste pense que pour combattre efficacement le trafic illicite de la drogue, l'Etat doit continuer d'affirmer et de renforcer son autorité sur tout le territoire en mettant en place des structures d'interdiction et de contrôle à travers les frontières maritimes, terrestres et aériennes. Pour y arriver, la communauté internationale et la MINUSTAH doivent s'impliquer à fond pour venir en aide au pays. « Faute de radios de communication, nos agents ont passé près de deux heures dans la localité de Flamand sans pouvoir communiquer entre eux », s'est-il plaint.

Heureusement, pense M. Atouriste, le président Préval et le premier ministre Alexis se disent déterminés à faire enlever Haiti de la liste noire du trafic de stupéfiants. Sous leur administration, ajoute-t-il, toutes les ressources qui sont à leur portée seront utilisées avec efficience en vue de combattre avec la dernière rigueur ce fléau qui menace tout le pays.

Le directeur du CICC a également ajouté que le ministre de l'intérieur, M. Bien-Aimé, se débat comme un diable dans un bénitier en vue de mettre en place des structures liées au renforcement du contrôle du territoire national, dans le cadre des objectifs majeurs fixés par l'administration Préval/Alexis dans la perspective de la lutte contre la drogue et autres crimes transfrontaliers.

«Nous croyons fermement que l'objectif visé ne puisse être atteint sans la coopération internationale, tant sur le plan technique, d'échange d'information, de technologie, de support logistique, etc.», a conclu le directeur du CICC, Antoine Atouriste.

</TD>
<td></TD></TR>

<tr><td height=40></TD></TR></TABLE>
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Les narcostrafiquants utilisent de plus en plus Haiti
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les narcostrafiquants utilisent de plus en plus Haiti
» tremblement de terre haiti
» Haiti: Liberté, "aide" et corruption
» Pourquoi organise-t-on tant d'elections en haiti?
» Questions sur l'integration d'Haiti au marche de la CARICOM

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti :: Haiti :: Espace Haïti-
Sauter vers: