Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

FOROM AYITI : Tèt Ansanm Pou'n Chanje Ayiti.
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  PortailPortail  CalendrierCalendrier  PublicationsPublications  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Le discours du premier ministre J E Alexis

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Marc-Henry
Administrateur
avatar

Masculin
Nombre de messages : 5814
Localisation : Canada
Opinion politique : Démocrate
Loisirs : Lecture et Internet
Date d'inscription : 20/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Lobbyiste

MessageSujet: Le discours du premier ministre J E Alexis   Jeu 12 Oct 2006 - 22:26

Monsieur le Président de la Chambre
Franco Haïtienne de Commerce et d’Industrie
Distingués Membres de la Chambre
Franco Haïtienne de Commerce et d’Industrie,



Mesdames et Messieurs,

C’est avec un réel plaisir que j’ai accepté votre invitation de venir vous rencontrer aujourd’hui et de vous adresser la parole. Heureuse occasion pour moi, en effet, de poursuivre le dialogue avec le Secteur des Affaires à travers l’une de ses composantes majeures et d’une importance indéniable pour le développement du pays. C’est autour d’une appréciation et d’une réflexion, mais non d’un bilan, portant sur cette période des cent (100) premiers jours de mon gouvernement que j’ai choisi de vous entretenir et de m’adresser, au-delà de votre assemblée, à l’ensemble de la nation.

Il me paraît utile, d’emblée, de rappeler que le Président de la République a identifié deux grandes priorités devant orienter son quinquennat, soit « d’une part la modernisation de l’État et le renforcement des institutions démocratiques et, d’autre part, la mise en place de conditions favorables à l’investissement privé en vue de la création de richesses et d’emplois durables au bénéfice de l’ensemble de la population, en particulier des plus vulnérables de notre société ».

1. C’est autour de ces deux axes que j’avais articulé ma Déclaration de Politique Générale qui constitue le cadre de l’action du Gouvernement que j’ai l’honneur de diriger.



Mesdames et Messieurs,

Mon propos sera axé sur trois points majeurs : dans un premier temps, je vous présenterai ma propre appréciation des principales réalisations du gouvernement ; dans un deuxième temps, je vous ferai part de ce que je perçois comme les principales contraintes du contexte actuel de nos actions ; enfin je vous parlerai de nos perspectives, des plans et projets y relatifs, ainsi que de nos attentes à votre endroit et vis-à-vis du reste de la nation.

I- LES RÉALISATIONS

Comme vous pouvez l’imaginer, les deux premières réalisations dans le cadre de ce plan d’action ont été, d’une part, la formation du gouvernement lui-même, dont la plupart des observateurs ont salué le caractère d’équilibre et d’ouverture, et d’autre part l’appropriation des orientations et priorités de la politique générale par les divers ministères et leur traduction concrète dans leurs propres programmes d’activités.

Au-delà de ces préalables, il y a eu, au cours de ces cent (100) premiers jours, plusieurs réalisations importantes dont je donnerai quelques exemples choisis à travers les actions de la Primature et des trois grands secteurs de la vie nationale, à savoir :

· Le Secteur de la politique et de la souveraineté nationale ;
· Le Secteur économique et financier ;
· Le Secteur socioculturel.

1.1 À la Primature

Étant donné le double rôle de direction et de coordination que joue la Primature par rapport au plan d’action gouvernementale, l’on me permettra de commencer par ses propres réalisations.

Dès le départ, j’y ai entrepris un état des lieux qui m’a permis de constater certaines faiblesses institutionnelles même vingt (20) ans après l’adoption de la Constitution de 1987. Pour lui permettre de jouer son rôle en tant que second pôle décisionnel de l’Exécutif et en tant que centre stratégique de coordination de l’action gouvernementale, j’ai pris les dispositions pour la mise en place d’un Secrétariat général du Gouvernement ainsi que d’un Office de Management et des Ressources Humaines, en conformité avec les recommandations de la Commission Nationale de la Réforme Administrative.

Au cours du mois de juillet, la Primature était le centre du pilotage de la préparation de la Conférence sur le développement économique et social d’Haïti. Le leadership exercé par les autorités nationales lors de cette importante activité a été largement reconnu et, de l’avis de tous les participants, ce fut un succès indéniable.

Un autre évènement d’envergure a été l’organisation au début du mois de septembre de trois (3) ateliers d’échange sur la planification stratégique et la coordination de l’action gouvernementale au niveau des instances supérieures de l’Exécutif. Animés par une équipe d’experts de haut niveau de l’École Nationale d’Administration Publique de Québec, ces ateliers ont rassemblé les Directeurs de cabinet et Secrétaires généraux, la première journée, le Premier Ministre, les Ministres et Secrétaires d’Etat, la seconde journée, les Directeurs généraux des Ministères, la troisième journée. C’est, aux dires des participants, une expérience à renouveler.

Depuis quelques semaines, sous l’égide de la Primature, le Ministère de la Planification et de la Coopération externe et le Ministère des Affaires Étrangères s’affairent aux préparatifs de la réunion prévue pour Madrid la fin de novembre prochain. Cette rencontre sera décisive pour la poursuite des actions en cours dans les divers secteurs.

1.2 Au Secteur de la politique et de la Souveraineté nationale

Mesdames, Messieurs,

Durant ces cents jours, bien des actions ont été initiées. Pour les apprécier, il faut cependant avoir en mémoire certaines données.

Qu’on se rappelle l’érosion de notre souveraineté nationale, notre quasi exclusion de certaines instances internationales, la faiblesse de nos missions diplomatiques et consulaires, nos cruciaux problèmes internes de gouvernance et de sécurité publique. Ce sont les élections présidentielles et législatives des 7 février et 21 avril 2006 qui ont marqué le retour du pays à la démocratie et lui ont permis de retrouver son cadre de légitimité et sa respectabilité.

Ainsi, par une rupture avec une tradition ponctuée de querelles partisanes stériles, j’ai formé le 9 juin un gouvernement pluriel au sein duquel des adversaires farouches d’hier se retrouvent et collaborent avec un bel esprit d’équipe.

Dans une perspective de recherche de cohérence des actions de l’État et d’équilibre entre ses différents organes, le poste de Ministre Délégué Chargé des Relations avec le Parlement a été créé. Il s’agit d’un instrument novateur de gouvernance qui, en respectant le principe de la séparation des pouvoirs, a pour mission de promouvoir des relations harmonieuses entre l’Exécutif et le Législatif.

Indéniablement, le travail effectué grâce à cette nouvelle structure a déjà eu un impact important, même si la production législative n’a pu être abondante en si peu de temps. D’une manière générale, il est encourageant de constater que les hauts responsables de l’Etat ont appris à se concerter pour une meilleure gestion de la chose publique.

Pour reconquérir notre souveraineté écornée, il a fallu agir sans atermoiements dans le domaine sensible de la justice et de la sécurité publique avec la ferme volonté d’éradiquer les nombreuses anomalies qui ont tant nui à notre pays et à son image. Il n’est donc pas étonnant que ce secteur soit devenu prioritaire dans la mise en branle des activités gouvernementales, notamment par la mise au point de nombreux documents d’orientation, tels : le Plan quinquennal 2006- 2011 du Ministère de la Justice, les avant-projets relatifs à l’institutionnalisation de l’École de la Magistrature, l’Inspection Générale du Ministère de la Justice, l’assistance légale aux démunis, la surpopulation carcérale etc.

Dans le cadre des instances judiciaires, mentionnons l’organisation des Assises criminelles dans 16 juridictions du pays. Des travaux de réhabilitation des tribunaux de première instance ont été lancés à Fort-Liberté, à la Grande- Rivière-du-Nord, à Port-de-Paix , à Saint- Marc ; des dossiers d’appel d’offre ont été préparés pour la construction de tribunaux de Paix à Cazale, Port- Margot, Delmas et Saint Marc ; des dispositions ont été prises pour l’ouverture en ce mois d’octobre des tribunaux de première instance de la Croix des Bouquets et de Miragoâne, et un projet d’arrêté de création de 123 nouveaux tribunaux et offices d’Etat civil a été préparé.

À la Police Nationale d’Haïti, des dispositions ont été prises pour appliquer les sanctions requises, y compris le renvoi, envers des membres de l’institution en contravention avec les règlements de discipline générale et de déontologie policière. Un plan de réforme de la Police Nationale a été élaboré.

La création récente de la Commission de Désarmement, de Démantèlement et de Réinsertion constitue une étape majeure dans le processus de stabilisation du pays et du recouvrement de la plénitude de sa Souveraineté.

En ce qui concerne le domaine des affaires intérieures et des collectivités territoriales, des actions allant dans le sens de la politique de décentralisation et du renforcement des entités locales ont été entreprises. Plus fondamentalement, le Ministère de l’Intérieur et des Collectivités Territoriales s’est déjà, d’emblée, inscrit en rupture de son image traditionnelle de structure de répression et de besognes occultes.

Comment ne pas évoquer le temps et l’énergie consacrés au dossier des prisonniers déportés, cette gangrène cyniquement introduite dans notre environnement et qui a un impact si sérieux sur la criminalité et l’insécurité que connaît encore le pays. Il a été constitué avec la Direction Centrale de la Police Judiciaire (DCPJ) un partenariat pour la gestion du problème de ces délinquants que nous refoulent imperturbablement certains de nos « pays amis ». Le Gouvernement a déjà entrepris et poursuivra des négociations avec ces derniers pour la réduction du flux des déportés et pour modifier les modalités trop souvent inadéquates des déportations.

_________________
Solidarité et Unité pour sauver Haiti


Dernière édition par le Ven 13 Oct 2006 - 12:28, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.forumhaiti.com
Marc-Henry
Administrateur
avatar

Masculin
Nombre de messages : 5814
Localisation : Canada
Opinion politique : Démocrate
Loisirs : Lecture et Internet
Date d'inscription : 20/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Lobbyiste

MessageSujet: Re: Le discours du premier ministre J E Alexis   Jeu 12 Oct 2006 - 22:27

Au chapitre de l’Immigration et de l’Émigration, divers projets de loi ont été préparés, comme ceux sur le rétablissement des visas d’entrée pour tous les étrangers et sur le contrôle des séjours des étrangers. Des mesures pour la facilitation de la délivrance des passeports ont été adoptées.

Mesdames et Messieurs,

Dans ce contexte de reconstruction, l’insécurité et les catastrophes naturelles ont contribué à aggraver nos difficultés. Il a donc fallu y faire face. Ainsi, il a été nécessaire de prêter assistance aux populations victimes de violences à Grand Ravine et à Ti Bois. Le Gouvernement a fait face à ses responsabilités en assumant le recasement, les frais de subsistance et l’indemnisation de 170 familles. De même, il a fait de son mieux pour gérer les troubles suscités par les cyclones Chris et Ernesto : par l’activation et l’évaluation des systèmes d’alerte et de secours aux sinistrés, par une distribution d’équipements aux 130 comités locaux de Fond-Verrettes ainsi que par l’indemnisation des victimes d’inondation du Nord-Ouest.

Malgré les urgences et l’acuité des problèmes rencontrés, le Gouvernement, dans son souci et sa volonté de réunir tous les Haïtiens autour du projet de reconstruction et de modernisation du pays, n’a pas oublié d’associer la Diaspora haïtienne à notre Konbit national. Ainsi, deux avant-projets de loi ont été préparés, l’un pour asseoir juridiquement le Ministère des Haïtiens Vivant à l’Étranger, l’autre portant sur l’organisation de la Coopération inter haïtienne dans l’optique de la rationalisation et de la rentabilisation des échanges entre Haïtiens d’ici et ceux de l’extérieur.

En matière de politique étrangère, le Gouvernement peut se féliciter de la nouvelle dynamique instaurée. Après une période en demie teinte et d’un malaise confinant à la paralysie, avec la projection d’une image peu reluisante, notre pays s’est ressaisi. Des changements d’attitude significatifs, annonciateurs de relations respectueuses et harmonieuses entre les partenaires internationaux traditionnels et Haïti se manifestent de plus en plus ; nous constatons aussi avec plaisir que de nouveaux pays souhaitent établir avec nous des relations diplomatiques.

Partant, mon gouvernement s’est fixé comme objectif de refaçonner la dignité du pays dans sa plénitude. Un ensemble de mesures ou actions de grande portée sont à signaler telles que:

- la participation d’Haïti à Washington à la 46ème rencontre du groupe de suivi du Sommet des Amériques ;

- la préparation de la nouvelle orientation pour la relance de la
Commission mixte haïtiano-dominicaine ;

- la signature suivie de la ratification de l’Accord de coopération énergétique Pétro-Caribe et la préparation de la mise en œuvre de cet accord ;

- l’intégration d’Haïti dans le Mouvement des Non-Alignés ;

- la participation d’Haïti au Sommet de Bucarest sur les technologies de l’Information et de la Communication dans l’Education.


1.3 Au Secteur économique et financier

La relance de l’économie par la création de richesses et d’emplois durables est l’une des grandes priorités du Gouvernement. À cet égard, compte tenu de leur caractère significatif, nous mentionnerons quelques actions réalisées dans le cadre du Programme d’Apaisement Social, en particulier dans les zones vulnérables. Ainsi ont été entrepris l’adoquinage des rues dans plusieurs villages et quartiers de Port-au-Prince et du Cap-Haïtien, la construction de hangars, de marchés publics et de complexes éducatifs.

Il faut également souligner la préparation de dossiers de projets de plus grande envergure à mettre en œuvre durant le quinquennat, avec les résultats suivants :

- l’identification des besoins de la population de nos dix départements géographiques et leur formulation en projets. La mise à jour de la version 2004 de la Carte de pauvreté d’Haïti a démarré. L’Unité de télédétection et de systèmes d’information géographique (UTSIG) a vu sa mission renforcée et est devenue le Centre national de l’information géo spatiale, ayant à sa tête un Conseil d’Administration. Elle devra assurer l’exécution du Programme d’informations territoriales pour le développement durable en coopération avec l’Union Européenne ;

- l’état des lieux des directions départementales a été réalisé en vue du renforcement des capacités du Ministère de la Planification; un accord financé par le Canada pour l’appui institutionnel a été signé. Pour une coordination plus efficace, des bureaux techniques ont été mis sur pied dans quelques départements. Des stages ont été organisés pour les étudiants du Centre Technique de Planification et d’Economie Appliquée (CTPEA) ;

- un appui technique a été fourni au Conseil National des Coopératives (CNC) pour une réorganisation du mouvement coopératif et un projet financé par le Canada dont l’objectif est d’offrir un encadrement aux institutions de tutelle, le CNC et la Banque de la République d’Haïti (BRH), a été initié ;

De façon spécifique, nous pouvons rapporter à l’actif du Ministère de l’Économie et des Finances les réalisations suivantes :

· le Budget national a été réalisé à temps ainsi que le Programme d’investissement public pour l’exercice 2006-2007, phénomène rarissime dans le fonctionnement de l’appareil administratif public ;

· une hausse de 9% de l’indice de l’activité de la construction au second semestre ;

· la mise en place d’un réseau de comptables publics commissionnés aux Ministères et Institutions publiques ;

· la mise sur pied d’un Comité dit de Pilotage chargé de suivre le déroulement des projets financés par la Banque Inter Américaine de Développement (BID), en vue de s’assurer des conditions d’absorption du montant de soixante douze millions de dollars (US 72 000 000.00).programmé pour la fin de l’année 2006 ;

· le renforcement des capacités informatiques et de communication. Ce programme concerne;

· la mise en place d’un réseau sans fil (Wireless) pour le projet de déconcentration du Système de Gestion des Dépenses Publiques et l’implantation d’un Système Intégré de Gestion des Informations Financières de l’État:

· l’établissement d’un réseau inter administratif sans fil entre le MEF, les autres Ministères et Organismes dépensiers de l’État ;

· l’élaboration et la présentation du rapport sur l’étude de faisabilité de l’interconnexion des Directions Départementales du MEF, DGI, AGD au MEF Central ;

Ce réseau permettra l’interconnexion avec le MEF de tous les Ministères Organismes dépensiers de l’État, les Organismes responsables de la collecte des taxes, les Organismes de contrôle des dépenses publiques et de lutte contre la corruption.




Mesdames, Messieurs

Nous voulons prendre en main notre destin, définir une autre approche de la coopération externe. Cela a été le cas lors de la Conférence internationale pour le développement économique et social (CIDES) qui s’est tenue à Port-au-Prince en juillet dernier. Le document de travail a été élaboré par le Gouvernement et les orientations de la conférence ont été définies en fonction de nos priorités.

Afin de nous rendre éligibles au programme d’allègement de la dette externe le Document de Stratégie de Réduction de la Pauvreté intérimaire a été finalisé et adopté par le Gouvernement. Parallèlement, les travaux d’élaboration du DSRP définitif ont été lancés et les tables de concertation mises en place, afin d’encourager la participation de l’ensemble de la société à ce processus.

Plusieurs accords de coopération ont été signés, parmi lesquels des protocoles de financement de six projets de protection de l’environnement (et des contrats de vente en Haïti et à l’étranger dans le cadre de la monétisation). Il convient également de mentionner le dépôt au Parlement d’un projet de loi portant création du Bureau de monétisation des programmes d’aide au développement en lieu et place du Bureau de gestion PL-480.

_________________
Solidarité et Unité pour sauver Haiti
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.forumhaiti.com
Marc-Henry
Administrateur
avatar

Masculin
Nombre de messages : 5814
Localisation : Canada
Opinion politique : Démocrate
Loisirs : Lecture et Internet
Date d'inscription : 20/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Lobbyiste

MessageSujet: Re: Le discours du premier ministre J E Alexis   Jeu 12 Oct 2006 - 22:28

Par ailleurs, un ensemble de mesures pour favoriser les relations industrielles et commerciales ont été prises, à savoir :

- la stabilisation de l’Office des postes d’Haïti par la création d’une commission qui, entre-temps, a produit un plan de modernisation ;

- la mise en place du Centre de Facilitation des Investissements (CFI) dont le Conseil d’Administration fonctionne régulièrement et la sélection de son Directeur général s’est faite selon une procédure transparente et objective. Ce Centre devrait être opérationnel sous peu ;

- (les nombreuses activités entreprises en vue de faciliter l’ouverture et l’assistance envers les entrepreneurs) ;

- le service d’inspection a repris ses activités dans les stations/ services et dans les centres d’achat, comme en témoigne la rubrique « Le panier de la ménagère » publiée dans un journal de la capitale. Bientôt les pharmacies feront l’objet du même type de contrôle ;


Toutes ces actions, présentes et futures, doivent concourir à la promotion de l’investissement, à la recherche de partenaires au niveau local et international ainsi qu’au développement des affaires avec les Haïtiens de l’étranger.

En ce qui concerne l’environnement, le Gouvernement s’est engagé à relever le grand défi d’arrêter la dégradation physique du pays, en poursuivant la mise en œuvre du Plan d’Action déjà élaboré à cet effet. De nombreuses actions ont été réalisées au titre des différents programmes prévus.

- Ainsi en matière d’assainissement, le Gouvernement a démarré un projet de nettoyage des voies publiques et de conditionnement domiciliaire des déchets. Parallèlement, il a diagnostiqué la problématique de la gestion des déchets pour les villes de Port-de-Paix, des Cayes, de Miragoâne et de Jérémie.

Cette activité de collecte de détritus qui s’inscrit dans le cadre du PAS a permis de générer environ cinq mille (5.000) emplois dans vingt-trois (23) villes du pays et de produire du compost, fertilisant organique de grande valeur.

Haïti a adhéré à l’approche stratégique de la gestion internationale des produits chimiques et déchets dangereux, en signant un accord technique avec le Programme des Nations Unies pour la Formation et la Recherche (UNITAR). Ce faisant, le pays va bénéficier d’un appui à la fois technique et financier, afin de pouvoir élaborer et valider un plan national en la matière.

Des efforts ont été déployés en vue de la création de la Police Environnementale dont la mission consiste à veiller à la stricte application de la loi régissant la matière. Dans cette perspective, le Ministère de l’Environnement a organisé des sessions de formation à l’intention des cadres techniques et de trente-deux (32) agents environnementaux en Tactiques Policières, en Administration et en Droit pénal avec l’appui des carabiniers chiliens.


Mesdames, Messieurs,

Comme vous le savez, la grande vulnérabilité du pays aux catastrophes naturelles nous a conduit au renforcement du Secrétariat Permanent de Gestion des Risques et Désastres (SPGRD) par l’adjonction d’une unité spécialisée. La tâche de cette dernière consiste à sensibiliser, éduquer, former à la prévention des désastres et à la prévention des actions post-désastres.

Dans le même ordre d’idées, il convient de mentionner le rôle actif joué par le Comité Thématique « Système d’Alerte Précoce » du Secrétariat Permanent, en participant à l’identification des zones à haut risque ainsi que des voies d’évacuation et de refuge pour compléter le dispositif à mettre en place à titre de prévention.

Le Gouvernement s’est révélé actif sur le plan international en renforçant ses relations de coopération avec des institutions spécialisées à caractère bilatéral et multilatéral, en se faisant représenter aux assises internationales, en réactivant des conventions en attente de ratification ou en mettant en œuvre des accords auxquels l’Etat Haïtien a adhéré dans le domaine de la protection de l’Environnement. En guise d’illustration, il convient de citer la Convention Cadre des Nations Unies sur les changements climatiques, la Convention de Bâle sur le Mouvement Transfrontière et la Gestion rationnelle des Déchets Dangereux, la Convention de Stockholm sur les Polluants Organiques Persistants, le Protocole de Montréal sur les substances appauvrissant la couche d’Ozone, la Convention de lutte contre la désertification.

Concernant l’important secteur de l’agriculture, au cours des cent (100) jours, l’accent a été mis sur l’amélioration des conditions de production. Ainsi dix-sept (17) bassins piscicoles ont été construits dans les départements du Centre et du Sud. En outre, des projets de pêche maritime ont été lancés sur la Côte Sud, dans la Grande Anse et dans le département du Nord-Est. De plus, un programme de vaccination contre la fièvre porcine classique a été réalisé dans les départements de la Grande Anse, des Nippes, de l’Ouest et du Sud. Par ailleurs, le Ministère a procédé à la distribution de plusieurs tonnes de semences et de milliers de plantules de toutes espèces dans les départements du Nord, des Nippes et du Sud. Nous ne passerons pas sous silence la réhabilitation des systèmes d’irrigation localisés dans les départements du Nord-Est, du Centre, des Nippes et du Sud.

Ces réalisations passées en revue ne nous feront pas négliger le potentiel que représente le tourisme pour le développement du secteur économique et financier. Au nombre des actions entreprises pour revitaliser ce secteur, on peut citer :

- l’entente avec la Royal Caribbean Cruise qui visite régulièrement Labadie, afin d’inclure le Parc historique national dans le programme des croisiéristes ;
- notre présence au deuxième Sommet portant sur le « Tourisme et le développement économique d’Haïti » en Floride en juin dernier, en vue d’encourager la participation des Haïtiens de l’étranger dans le processus de développement touristique ;

- le colloque récent à Jacmel sur le développement et la gestion des infrastructures portuaires et aéroportuaires, l’assainissement et la protection de l’environnement.

1.4 Au Secteur socioculturel

Élément central de la politique générale du gouvernement, le développement des ressources humaines ne peut se concevoir sans la fourniture à la population des services de base, notamment en matière d’éducation et de santé, les deux composantes majeures du secteur socioculturel, auxquelles s’ajoutent les réponses aux problématiques liées à la culture, la communication, la jeunesse et la condition féminine et aux affaires sociales.

Au chapitre de l’éducation, c’est particulièrement dans le cadre de la rentrée scolaire et du Programme d’Apaisement Social (PAS) que s’est effectué l’essentiel des réalisations, dont je me permettrai de citer quelques exemples.

1. Au titre de l’accroissement de l’offre scolaire ou de la capacité d’accueil, 450 nouvelles salles de classe ont été construites, 300 écoles ont été réhabilitées ou rénovées dans les bidonvilles et les quartiers défavorisés des villes comme Port-au-Prince, Cap-Haïtien, Gonaïves et dans des zones rurales. Vingt-cinq mille enfants qui étaient laissés à eux-mêmes ont pu intégrer ou réintégrer le réseau scolaire.

2. En ce qui concerne l’amélioration de l’éducation, débordant le cadre strict des 100 jours, 500 000 kits scolaires et plus de deux millions de manuels scolaires ont commencé à être distribués aux élèves et aux écoles, l’opération se poursuivant encore ; des uniformes ont été confectionnés pour des milliers de garçons et de filles de nos écoles ; le programme des cantines scolaires a été remis en marche.

3. Au niveau du renforcement institutionnel et de l’amélioration de la gouvernance du système, nous mentionnerons :

- l’actualisation et la finalisation de plusieurs projets de loi, dont certains, comme celui portant création de l’Office National de Partenariat en Éducation (ONAPE) ;

- l’élaboration du projet de bilan du Plan National d’éducation et de formation (PNEF) ;

- l’application de nouvelles dispositions relatives à la politique de subvention et de distribution des manuels scolaires aux écoles et aux élèves

Mesdames, Messieurs,

Ces premières réalisations effectuées dans un contexte difficile témoignent de la volonté de mon gouvernement d’améliorer la

_________________
Solidarité et Unité pour sauver Haiti
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.forumhaiti.com
Marc-Henry
Administrateur
avatar

Masculin
Nombre de messages : 5814
Localisation : Canada
Opinion politique : Démocrate
Loisirs : Lecture et Internet
Date d'inscription : 20/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Lobbyiste

MessageSujet: Re: Le discours du premier ministre J E Alexis   Jeu 12 Oct 2006 - 22:31

situation dans le milieu scolaire et elles sont de bon augure pour le reste du quinquennat, comme le sont aussi celles des autres Ministères du Secteur socioculturel.

En ce qui a trait à la Santé, la problématique est abordée par mon gouvernement sous son aspect multisectoriel, au sens où les actions menées dans certains autres domaines peuvent avoir un impact sur la santé de la population. Des mesures ont été prises pour le renforcement du rôle normatif du Ministère, tout en le portant à remplir son rôle de dispensateur de soins, notamment aux couches les plus démunies. A ce dernier égard, diverses actions ont été menées en vue de la réhabilitation et de la revitalisation des structures, particulièrement à l’Hôpital de l’Université d’État d’Haïti, au Sanatorium de Port-au-Prince, dans les hôpitaux de province, comme l’Hôpital St Michel de Jacmel, l’Hôpital Ste Thérèse de Hinche, pour ne citer que ceux-là. La couverture sanitaire a augmenté par la mise au service de la population de nouveaux centres de santé, notamment dans le département du Centre et à Pétion-Ville, avec l’achèvement des travaux et la dotation en équipements médicaux de l’Hôpital Eliazar Germain.

Toujours dans le souci de répondre aux besoins de la population, le Ministère de la Santé Publique et de la Population a procédé à un état des lieux qui a permis une réelle cartographie de la couverture sanitaire. Cela lui permettra d’intervenir de façon rationnelle et efficace dans les dix (10) départements du pays, puisque l’extension de la couverture sanitaire sera progressivement effective avec la relève de nos diplômés revenant de Cuba et de ceux déjà sur le terrain.

Ai-je besoin de souligner, Mesdames, Messieurs, que la Condition féminine et les Droits des femmes sont d’une grande importance pour l’épanouissement et le bien-être de notre société ? Aussi est-ce avec satisfaction que j’observe les efforts déployés par ce sous-secteur mise en œuvre d’une politique d’égalité des sexes, le renforcement de la capacité organisationnelle et institutionnelle du Ministère et l’orientation des politiques publiques en vue de l’amélioration de la situation des femmes et de la défense de leurs droits. Trois (3) projets de loi ont été rédigés et seront soumis au Parlement, en plus des ententes de partenariat passées avec plusieurs Ministères dont ceux de la Santé (VIH/SIDA) et de l’Éducation Nationale.


Mesdames, Messieurs,

La déliquescence de notre société à tous égards, le souci d’harmoniser le dialogue social entre les secteurs productifs, le nouveau traitement à accorder aux minorités exclues (handicapés, enfants abandonnés, rapatriés…), le design d’une nouvelle conception de la Sécurité sociale en Haïti, nous ont amené à redéfinir la fonction du Ministère des Affaires sociales et du Travail. Dans les cent premiers jours, ce sous-secteur a pu faire sa marque en ayant pris des mesures de redynamisation de la Commission Tripartite (secteur public, patronat et syndicat), de création du Conseil d’Administration des Organismes de la Sécurité Sociale. En outre, divers projets à caractère social ont été lancés : le réaménagement du Centre d’Accueil de Carrefour en vue de recevoir plus de quatre cents (400) enfants de la rue, l’ouverture de trente (30) restaurants populaires fonctionnant dans les quartiers tels le Bel Air, la Saline, Tokyo, Cité Soleil, Saint-Martin, Fort National, Martissant etc, chacun pouvant offrir au moins trois cents (300) plats chauds par jour moyennant le versement d’une somme modique.

En plus de ces actions, le Ministère des Affaires sociales a mené des activités ponctuelles dans les domaines de l’artisanat, comme la Foire dénommée « Salon des Créations » au Parc de la Canne à Sucre où une trentaine d’organisations provenant de toutes les régions du pays avaient profité de cette occasion pour se faire connaître à travers l’exposition de leurs produits.

Toujours dans le domaine social, en témoignage de l’intérêt particulier du Gouvernement à la jeunesse, avenir du pays et force motrice de tout développement, nous avons élevé la Secrétairerie d’État de la Jeunesse des Sports et de l’Action Civique au rang de Ministère.

Les actions devant faciliter la mise en œuvre de cette nouvelle entité ont tourné autour de :

- La gouvernance avec, entre autres, l’élaboration de la politique nationale de jeunesse, de sports et de civisme. Dans cette même optique, nous signalons la production d’un document pré diagnostic relatif à la jeunesse, à son insertion socio-économique et au civisme ;

- La participation au projet « santé sexuelle et reproductive en milieu scolaire », le financement de la participation des associations sportives à la Journée mondiale de la Jeunesse et à des rencontres et compétitions sportives internationales, comme les Jeux de Carthagène.

- Une dernière réalisation qu’il me plaît de souligner, compte tenu de son caractère structurant, est la création du Fonds National du Sport et de la Jeunesse qui sera alimenté à partir du produit de la taxation sur les billets d’avion et les transferts bancaires.


II-OBSTACLES ET CONTRAINTES

Monsieur le Président,
Mesdames, Messieurs

La présentation de ces quelques éléments destinés à situer le contexte à l’intérieur duquel s’est opéré le lancement de la machine gouvernementale serait amputée d’une dimension fondamentale, sans un rappel des tensions et clivages récurrents qui ponctuent le déroulement de la vie nationale. Malgré l’importante accalmie qui a résulté de la tenue réussie des élections présidentielles et parlementaires, des poussées résiduelles de violence ont régulièrement marqué de leur cadence angoissante le ton et le rythme de la période des cents jours. L’exacerbation de la polarisation dans le pays durant les deux dernières années, entre autres, a considérablement complexifié la situation de la sécurité qui est devenue un préalable à la mise en branle des activités dans tous les secteurs de l’appareil gouvernemental et de la société en général. Il n’est donc pas étonnant que le secteur Justice/Sécurité ait absorbé la part la plus importante du budget 2006-2007, soit près de 10% de l’enveloppe totale et 60% des ressources attribuées à l’ensemble du secteur politique.

A cette croisée des chemins où la collectivité nationale fait face à des horizons lourdement assombris par la persistance de notre propension à la dissension, je nourris la conviction que le décollage de notre pays commun passe par l’éclosion et la généralisation de cette culture de paix que mon gouvernement s’évertue inlassablement à promouvoir, une paix raisonnée et durable, fondée sur la noblesse affirmative du vouloir vivre ensemble et de la convivialité, cette paix qui est une démarche incontournable au recouvrement effectif de notre souveraineté et à notre développement de peuple.

L’emprise de l’insécurité s’est étendue jusque dans le tréfonds de nos consciences individuelles. Les structures mentales collectives en sont fortement imprégnées. Devant l’incurie et la défaillance de l’État face à ses responsabilités, le citoyen s’est réfugié dans une démarche individualiste pour tenter de résoudre par ses propres moyens des problèmes qui nécessitent une mobilisation de ressources nettement au-delà de la capacité individuelle. L’énormité de cette tâche et son infinie complexité ont mobilisé à outrance les ressources limitées des responsables. Ainsi, le temps précieux et indispensable consacré à l’insécurité a entraîné un déficit d’attention pour d’autres domaines où l’action gouvernementale se révèle urgente.

Les échos des récriminations réclamant avec insistance un rythme plus rapide pour opérer les changements nécessaires au sein de l’appareil administratif, particulièrement dans ses sphères dirigeantes, nous sont parvenus avec régularité. Ils nous ont été très précieux et nous leur avons accordé toute l’attention requise. Néanmoins, en raison de notre volonté invariable d’emprunter le chemin de la Norme et aussi par souci d’équité, il nous a semblé nécessaire d’entreprendre au préalable une évaluation minutieuse des institutions de l’Etat. Les premiers résultats confirment malheureusement les appréhensions que nous nourrissions quant à l’envergure des pratiques irrégulières qui ont eu cours durant les deux dernières années.

La gestion de ce lourd héritage a certainement ralenti la remise sur rails de la machine gouvernementale. Par delà les allégations de détournement de fonds et de prévarication soumises à la vérification des instances compétentes, nous avons pu entreprendre un état des lieux pour la quasi-totalité de l’appareil administratif public. Un trait dominant en ressort : le régime intérimaire a procédé à une pléthore de nominations avec des pointes insoupçonnées allant jusqu’à 80% du personnel dans un certain Ministère.

_________________
Solidarité et Unité pour sauver Haiti
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.forumhaiti.com
Marc-Henry
Administrateur
avatar

Masculin
Nombre de messages : 5814
Localisation : Canada
Opinion politique : Démocrate
Loisirs : Lecture et Internet
Date d'inscription : 20/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Lobbyiste

MessageSujet: Re: Le discours du premier ministre J E Alexis   Jeu 12 Oct 2006 - 22:32

Dans le même ordre, l’attribution de privilèges salariaux alléchants en dehors et en violation des normes usuelles de la Fonction Publique a constitué une pratique fort répandue. Elle a contribué à soumettre nos disponibilités budgétaires déjà précaires à d’énormes contraintes. L’une de ses conséquences immédiates consistera à aggraver le dossier déjà épineux des Arriérés de salaire de centaines d’employés de l’Etat, avec toute la charge revendicative qui y est usuellement associée.

Dans cette ambiance marquée par la rupture de presque toutes les amarres civiques, le navire de l’Etat a dérivé vers un imbroglio institutionnel. L’indispensable travail d’assainissement à entreprendre dans cet environnement administratif embouteillé a certainement ralenti le rythme de démarrage de notre machine gouvernementale.

Par ailleurs, les pratiques irrégulières d’utilisation et de subtilisation des biens de l’État, dont quelques cas demeurent célèbres, ont défrayé la chronique jusqu’au-delà des frontières nationales. L’extension d’une véritable saignée à blanc de notre patrimoine collectif et la vague d’indignation déclenchée dans une opinion nationale profondément outrée ont contribué à la création de la Commission d’Inventaire des Matériels et Equipements du Centre National des Équipements (CNE), avec la mission … « d’identifier, de localiser et de s’approprier desdits matériels et équipements, s’il y a lieu. »

Ces facteurs de frein n’ébranleront pas la détermination de la nouvelle équipe gouvernementale à mener jusqu’au bout la tâche de réaménagement de la société haïtienne et de la refondation de l’État-Nation. Il s’agit indéniablement d’une démarche structurante qui s’étend sur la longue durée. Nous avons fait le choix d’inviter les nationaux, et d’abord les nationaux, provenant de tous les segments du spectre sociopolitique, à s’engager à nos côtés dans la galvanisation de l’énergie collective pour la réhabilitation de l’espace et de l’homme haïtiens. Dans cette mobilisation des ressources nationales, un rôle important devra être assumé par nos compatriotes qui pour des raisons diverses et compréhensibles ont choisi d’assurer leur affirmation en dehors de la terre natale. Toute évaluation réaliste de nos disponibilités restreintes en comparaison des besoins énormes à satisfaire en urgence dans tous les compartiments de la vie nationale révèle aisément que la participation de la communauté internationale représente à court terme un élément difficilement contournable dans le redémarrage du pays, même s’il s’agit d’un facteur nettement insuffisant.

Dans ce contexte, les premiers efforts du gouvernement se sont heurtés de front aux obstacles inhérents aux approches, méthodes et procédures en vigueur dans le cadre de la coopération internationale. Vous êtes aussi familiers que moi avec les pesanteurs bureaucratiques qui rythment et souvent paralysent le fonctionnement des agences de coopération bilatérales et multilatérales. Ainsi, malgré les promesses maintes fois répétées lors de la Conférence Internationale pour le Développement Economique et Social d’Haïti quant à l’allègement et l’accélération de procédures de décaissement, et nonobstant les solennels engagements souscrits dans le cadre de la Déclaration de Paris y relative, nos partenaires internationaux, à de rarissimes expressions près, n’ont pas assoupli leur approche. Dans cet ordre, faute de moyens financiers, le Programme d’Apaisement Social (PAS) fait face à de solides embûches qui nuisent à son démarrage et surtout à l’extension de sa couverture. Il s’agit d’un type de frein sinon de blocage dont il ne faut absolument pas minimiser la portée pour les opérations gouvernementales. On connaît la pratique bien enracinée de la très forte majorité de nos partenaires internationaux à court-circuiter les canaux étatiques pour traiter préférablement avec les entités non-gouvernementales, tout en continuant à exiger de l’État d’être performant, de se renforcer et de se moderniser. On n’en est malheureusement pas à la première ni à l’ultime expression d’incohérence des bureaucraties internationales. D’une manière générale, ce facteur a représenté une contrainte majeure pour la concrétisation de larges segments du programme d’action gouvernementale soumis ainsi à une incapacité de planification rigoureuse liée à une double situation : d’un côté le poids dominant de l’aide externe pour le fonctionnement du secteur public haïtien et en même temps le caractère fragmenté, tout comme l’agenda imprévisible trop souvent observés dans le déblocage/acheminement de celle-ci.

Le gouvernement n’a pas toujours été en mesure d’assurer l’harmonisation de ses interventions avec les initiatives décidées par ses partenaires internationaux. De ce point de vue, la cohabitation entre la MINUSTAH et les forces de l’ordre haïtiennes n’a pas généré tous les résultats attendus en matière de lutte contre les expressions de violence qui ont encore cours dans le pays.

Dans notre société, l’acuité des problèmes associés au vécu quotidien rend extrêmement difficile l’établissement d’une démarcation entre ce qui est prioritaire et ce qui ne l’est pas, si ce n’est entre les priorités elles-mêmes. Dans cette ligne, je ne vous cacherai nullement les hésitations/tergiversations qui ont précédé l’adoption de décisions impliquant des choix déchirants entre des priorités qui, je le dirais, sont toutes prioritaires.

Le véhicule gouvernemental a mis du temps à s’arracher à ces pesanteurs ; il est cependant désormais en orbite mais ne nécessitera pas moins des opérations de rectification de trajectoire. Cela se comprend aisément, car la construction du Nouvel Etat Haïtien est essentiellement une entreprise de longue durée. Ce qui m’emmène à aborder le dernier point de ce message.

III.-PERSPECTIVES

À partir du bilan esquissé et malgré les contraintes et obstacles analysés, je peux affirmer que l’équipe gouvernementale s’est engagée sans conteste dans la bonne direction. Les mécanismes mis en place - comités interministériels, réunions statutaires du Conseil de Gouvernement- groupes de travail sur des dossiers prioritaires etc.- pour faciliter le travail contribuent à la cohésion de l’Exécutif notamment en empêchant toute tendance au cloisonnement dans l’identification et la résolution des problèmes. Nous voulons maintenir et même accentuer cette nouvelle approche de la gouvernance axée sur la participation et la recherche de consensus entre les pouvoirs de l’État. Cette démarche s’étend également aux diverses composantes de la société civile.

Je suis cependant convaincu que les problèmes auxquels nous sommes confrontés ne peuvent être résolus que si tous les citoyens acceptent de mettre l’épaule à la roue. De façon particulière, j’en appelle à la participation des plus favorisés de notre société tenant compte de leurs lourdes responsabilités dans les blocages et retards qui nous caractérisent.

D’autre part, vous me permettrez d’utiliser cette tribune pour appel au sens civique du secteur des affaires et lui demander de contribuer de façon active à la lutte que nous menons contre la corruption et la contrebande qui gangrènent tant l’économie nationale. Le Président de la République a déjà qualifié de « bandits et de hors la loi » tous ceux qui s’adonnent à ces pratiques. Nous entendons adopter les mesures appropriées pour que la loi soit appliquée dans toute sa rigueur tant contre les corrompus que contre les corrupteurs. Nous allons mener cette même lutte contre toutes les formes et expressions de criminalité d’affaires, le blanchiment d’argent et l’évasion fiscale, entre autres.

Nous procédons déjà à un élargissement de l’assiette fiscale qui ne pénalise pas les plus démunis de notre société. On ne répètera jamais assez qu’Haïti est le pays de la région où la pression fiscale est la plus faible et où l’impôt direct contribue pour la plus petite part dans les recettes de la nation. Le sens de l’équité nous y oblige.

Au cours de cette année, nous avons l’intention de mettre des bouchées doubles en matière de réforme administrative et dans l’implantation de l’État de droit de façon à améliorer notre performance en matière de bonne gouvernance. Nous sommes aussi déterminés à mener une lutte sans merci contre ce fléau de l’insécurité qui non seulement est la principale préoccupation des Haïtiennes et Haïtiens de tous les âges, mais aussi l’un des principaux obstacles à la venue de capitaux étrangers dans notre pays.

En référence à la Déclaration de Paris, nous voulons poursuivre le dialogue constructif entamé avec nos partenaires de la Communauté internationale lors de la Conférence de juillet dernier de façon à ce que les principes d’alignement, d’harmonisation et de prévisibilité de l’aide deviennent réalité. La Conférence de Madrid du mois de novembre prochain nous en fournira l’occasion.
Pour finir, permettez-moi, membres du secteur privé formel, de vous souligner vos obligations sociales en matière d’investissements et de création d’emplois. S’il revient à l’État de faire la promotion du développement économique et d’en assurer le cadre régulateur, c’est à vous qu’il appartient d’en être le catalyseur.

Je vous exhorte à entretenir avec le Gouvernement un partenariat vigoureux basé sur la confiance, la loyauté et le respect, avec pour ambition, noble ambition de travailler au redressement socio économique de notre pays.


Je vous remercie.

_________________
Solidarité et Unité pour sauver Haiti
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.forumhaiti.com
Rodlam Sans Malice
Membre-fondateur
Membre-fondateur
avatar

Masculin
Nombre de messages : 11114
Localisation : USA
Loisirs : Lecture et Internet
Date d'inscription : 21/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Stock market

MessageSujet: Re: Le discours du premier ministre J E Alexis   Ven 13 Oct 2006 - 15:47

mwen di Marc henry mèsi pou diskou Pm Alexis ya li mete sou forum lan paske li nesesè pou tout moun konnen sa gouvenman an ap regle.Anpil moun genyen enpresyon ke se tann selman yap tann sa blan ap bay anvan ke yo fè yon jefo pou resoud pwoblem ki enpotan yo.Malgré gran jefo saa ke PM Alexis di ke gouvenman an fè mwen pa finn satisfè de perfomans gouvenman an .Se pa pou m nwi gouvenman ke mwen ap kritike li;mwen pa genyen oken reson poum fè sa ,mwen pap shahse oken fonktyon ni mwen pa deyè job nan men oken politisyen .men nan visyon pa mwen pwoblem enpotan yo pa genyen ase priyorite .An nou pale de pwoblem ki enpotan pou resoud nan peyi dayiti.Ki sa ki menase peyi ya e ki sa ki anpeshe li pwogrese.Pou mwen se bagay sayo ki dwen genyen plis priyorite ke tout bagay:

1) Insekirité

a)Tout moun rann yo kont ke la polis la ak Minutsah paka resoud pwoblem saa tou tan ke efektif polis la pa ogmante e tou tan pa genyen ekipman modern pou yo fè travay yo.Yo di ke se 40000 polisye ki pou ta nesesè pou retabli lod nan peyi ya.Ki sa Premye Minis la ap fè pou li ogmante nonmb polisye nan peyi ya.

b)Jisitis se pa jodya ke nou konenen ke la jistis an ayiti se yon mashe kote si w genyen lajan ou jwen jistis si w pa genyen lajan ou ka mouri nan prison.Se yon wont pou peyi ya ke genyen tout moun sayo ki ap pouri nan prison san yo panko janm paret devan jij yo.Ki sa gouvenman ap fè poul ogmante nomb jij nan peyi ya e pou rebati ti tribinal yo ,Pou ba majistra yo yon salè ki pou penmet yo viv san yo pa beswen ap pran 2 goud nan men delenkan pou li lage yo.Eske genyen yon inite nan polis la ki pou ap envestige jij korompi yo.

c)Tout moun konnen ke sistem prison an ayiti se yon depo kote lè yon moun rantre la li genyen plis shans ke lè li soto li vinn yon pi gwo kriminel si li genyen malshans poul finn fè tan ke yo kondane l si vagabon parey li pa vinn krase prison mete li deyo,Poukisa se menm ti prison ki te bati depi lè popilatyon te selman 2 milyon moun ki la toujou pou yon popilatyon de plis pase 8 milyon moun.Poukisa yo pa bati maximum sekirite prison an deyo Port-au-Prince pou yo mete gwo kidnapè ak kriminel danjere yo ki kondane a yon gwo tan nan prison.Ki jan de prison ki genyen pou mete jenn ti delenkan ki ka reedike pou yo reintegre sosyete ya.Fok non selman nan prison sayo yo aprann yo li ekri men tou yo aprann yo yon metye , yo mete konseye ki pou ba yo bon jan gid e konsey.

2)Degradatyon environman.

a)Sa a li si nou pa mete fren a li e byen se peyi tout entye ki ap disparet.E pou frennen li fok nou resoud pwoblem enerji ya ke mwen pale de li nan yon lot forum.mwen konnen se yon pwoblem konpleks,men fok nou pap fè la ronn otou li san ke nou pa ale nan rasinn mal la.Ki jefo gouvenman ap fè pou resoud pwoblem enerji nan peyi ya.Se tout kote ki ap pale de sous alternatif denerji ,yo pale de enerji soley ki ka transfrome dlo lan mè an dlo dous.yo pale de sa ke nou ka fè ak fatra ,yo pale de enerji van kote yon peyi rish tankou etazuni ap itilise fom enerji sayo.yo pale de enerji hydro, de ethanol ke nou ka pwodwi ak mayi ,ak po kann ;genyen lot gas nou ka pwodwi ke nou ka likefye yo pou nou vann pou boulanje ,dry cklinnig yo pa itilise bwa anko.yo di ke nou genyen shabon natirel, pouki sa menm si nou pa genyen injenyè ki ka eksplwate minn sa yo nou pa bay konsesyon tankou nou te ba Sedren nan latibonit.Eske se vre nou genyen minn lor ak kwiv nan peyi ya.si se vre pouki sa nou pa eksplwate yo pou nou kreye shemen de fè pou nou bouke enpote mashinn ki ap boule gasolinn nan peyi ya.Ki sa gouvenman ap fè nan domenn saa.

b)amenajman teritwa.yonn nan pwoblem ki genyen an ayiti se amenajman teritwa.pa genyen yon lwa ki etabli pou kereye zonn nan peyi ya kote yon moun pa ka fè nenpot sa w vle san aprobatyon leta.Pa ekzanp yo te pale danje ke moun ki ap eksplwate minn sab la boul yo pou vil Port-au-prince .Nou fè yon ti rele apre sa ou pa tande ki lwa ki pran pou sispann aktivite sayo.Nou wè ki dega katrina fè nan yon vil tankou New Orleans e ayti se yon peyi ki menase tou tan pa syklonn kisa gouvenman ap fè pou relokalise moun ki nan zonn vilnerab yo tankou Gonayiv.eske nap tann se lè yon lot siklonn pase anko poui nou fè kek ti netwayaj san ke nou pa gade pwoblem lan nan tout grandè li pou nou konnen ki jan nou ka pwoteje popilatyon an ka de danje.

A suiv.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rodlam Sans Malice
Membre-fondateur
Membre-fondateur
avatar

Masculin
Nombre de messages : 11114
Localisation : USA
Loisirs : Lecture et Internet
Date d'inscription : 21/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Stock market

MessageSujet: Re: Le discours du premier ministre J E Alexis   Ven 13 Oct 2006 - 23:34

Fok gato a vinn pi gwo.

Se 8 milyon ayityen ki ap reklame yon moso nan gato a pou yo manje.Nou konnen se lajan ki fè lajan.Nou rekonet vi eta nou koulyè ya se de bagay ki ka kreye rishes nan peyi ya :se agrikilti ,ak touris.Lè mwen di agrikilti mwen pale de elevaj ,la pesh,poulaye etc.Nou ap ashte ze nan men dominiken. anpil viv alimante nou yo ke nap ashte an dominikani se peyisan nou yo ki ap tavay an dominikani nan plantatyon kann ak tomat etc. Epi lè yo vle malgre kontribityon yo a ekonomi dominiken yo ranmase yo tankou se rad sal epi yo voye tounnen lakay yo san yo paka menm pran byen yo.Bagay saa se pa jodya lap fet men sankoutya yo te toujou kontinye ap vann ayisyen pou al koupe kann an Dominikani o lye yo te ankadre peyisan ppu yo pwodwi pou konsomatyon lokal la.

Jodya nou genyen yon gouvenman ki te komanse yon reform agrè nou pa tande bagay saa pale anko. entre tan gouvenman dominiken ap refoule anpil ayisyen nan peyi yo.Si nou di ke yonn nan bagay ki ka pemet nou genyen plis rishes se agrikilti ki sa gouvenman saa ap fè pou ba moun sayo ke yo refoule tè pou yo travay.

Fè diskou pou fè pov despri kontan se pa anyen tout moun ka fè sa.Men se montre benefis konkrè ke pep la benefisye depi nou pran pouvwa a.Ki jan nou pral jwen lajan pou nou ede peyisan rete sou tè yo pou yo travay san nou pap tann la mann di syel ,ki jan na pral fè pou nou rann tè yo pwodiktif anko.Nou pale de rebwasman men plante pye bwa pou rebwase san ou pa trouve lot sous denerji se lave men siye a tè.Map gade ki jan tout lot peyi tankou tayiwan yo ap vann pwodwi peyi yo isit bo lakay mwen .Jamayiken yo menm se pa pale.Men ou pa jwen yon pwodwi ayisyen nan supermarket karayibeen a pa de mang.Poutan tout 2 milyon ayisyen ki nan diapora nanpren yonn ki pa renmen manje manje lakay yo.Yon bon diri ak jonjon ak kribish ladann ak pwa shous.se pa vye spagetty ,makaroni italyen non sa.Ki pwogram gouvenman an genyen poul rivatilise agrikilti nan peyi ya. Pouki sa se Dominiken ki ap vinn ashte kafe nan men kiltivatè ayisyen pou yo vann a letranje.Ki sa gouvenman Alexis ya ap fè poul frennnen pratik sayo.map gade nan eta kote genyen anpil tè ki ap gaspiye gouvenman meriken yan lwe tè sayo a 1 dola ha pa ane pou elevè yo eleve gwo bef.genyen telman manje nan peyi isit pafwa wap mande si se pa nan kek laboratwa yo pwodwi manje sayo.


Tourisme

Nou pale de sa deja mwen pa kwè ke dominikani ni martinique ni Barbados genyen pi bel plaj pase ayti pouki sa yo resevwa tout touris sayo lakay yo e nou menm nou pa resevwa pa menm yon 1/4.Men pou touris vinn lakay ou fok ou fè bon jan travay de pwoprete lakay ou fok se pa sou labou ak fatra moun yo ap mashe. ki sa ki fe te genyen o mwen 2 bato touris shak semen ki te rantre Port-au_prince nan ane 50 yo?Se paske Presidan Estime se te yon neg pwogressis e pwop tou.Se te yon fierte pou tout ayisyen pou nou te ka ale flannen nan bisantnè ya kote yo di jodya se koshon ki ap manje fatra ak sa nou konnen ; yon kote kite si bel nan ane 50 yo.Konbyen ayisyen ki te ka vinn envesti lajan yo nan otel nan ti motel bo plaj nou yo?men pou sa reyalise fok nou bouke goumen pou pouvwa.epi fok lod retabli nan peyi ya.Kisa PM Alexis ap fè pou li ogmante fos polis la epi ba li bon jan ekipman ak zam poul fè devwa li ?

Mwen byen kontan ke li anploye 5000 moun nan vil yo pou netoye la ri yo. mwen ta swete se pa yon bagay ki pral disparet.Fok nou genyen gou bel bagay ,fok nou sonje sa ke Zo Salnav te kon di ;La ri ya se salon pep la. Genyen moun ki pa menm konprann sa li te kon di ya. si la ri ya pa pwop visitè ki vinn nan peyi ya ap di nou se yon pep salop.Jan sa bay bel enpresyon lè wal visite yon vil epi ou wè vil la pwop se yonn nan bagay kite enpresyone mwen lè mwen te konn ale kanada. nan vil tankou Montreal ak Ottawa.Si nou vle touris vinn visite peyi nou se pou nou renmen li fè li bel.ou pa beswen rish pou mete pwopte nan katye kote w rete.Mwen sonje lè la ri O kap pat ko alsfate gran mè mwen te kon toujou ap bale la ri ya ; rouse la ri ya.

fok gouvenman an tou komanse pa mande pou yo rekwonstwi vil nou yo pou yo vinn modern.Se pa de travay nou genyen pou nou fè se sak fè mwen enpatyan konsa.Mwen revolte kont system ekonomik sayo ki ap kose tan soufrans nan limanite ;

Jodya map koute Bono ak Oprah ki ap pale de soufrans ki genyen an afrik. Oprah Winfrey ap di ameriken panse ke genyen plis pase 1 bilyon moun sou la tè ki ap viv ak mwen de yon dola pa jou.Mwen pa konnen ki moun ki devlope teyori ekonomik yo ,men mwen pa wè sa yo akompli. Fok genyen lidè responsab ki se pa al pran foto nan konferans peyi endistriyalise yo ki pou shita pou mande shak ane nap fè menm grimas yo men soufrans pi red sou la tè e poutan genyen konesans sifisaman koulyè ya pou nou eradike povrete sou la tè. fok nou bouke mete moun medyok a la tet peyi yo, mwen pap pale de aiti selman non. men pou mwen anpil nan moun ki ap dirije le mond yo se yon paket medyok.Se pa pou fè frekan ke mwen di sa non . zafè lontan mwen te konn ap di untel se neg fo ou byen untelle se fanm fo .bliye sa.se kek ra mou ki genyen bon jan konesans pratik sou la tè malerezman politik pa enterese yo.Lè yon moun ap tande sa kongresman ak otorite o Zeta Zuni ap fè wap mande ki jan pep meriken ya fè vote pou kalite delenkan sayo.Andy Rooney te poze menm kestyon saa nan 60 minutes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le discours du premier ministre J E Alexis   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le discours du premier ministre J E Alexis
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» DISCOURS DU PREMIER MINISTRE JACQUES-EDOUARD ALEXIS
» Le discours du premier ministre J E Alexis
» Le premier ministre Alexis est au Sommet...
» ALLOCUTION DU PREMIER MINISTRE JACQUES-EDOUARD ALEXIS
» Le premier ministre Alexis improvise un plan contre la vie chère...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti :: Haiti :: Espace Haïti-
Sauter vers: