Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

FOROM AYITI : Tèt Ansanm Pou'n Chanje Ayiti.
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  PortailPortail  CalendrierCalendrier  PublicationsPublications  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez
 

 Manger et boire restent un luxe pour la grande majorite!

Aller en bas 
AuteurMessage
gwotoro
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 3974
Localisation : Canada
Date d'inscription : 20/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: le balancier

Manger et boire restent un luxe pour la grande majorite! Empty
MessageSujet: Manger et boire restent un luxe pour la grande majorite!   Manger et boire restent un luxe pour la grande majorite! EmptyMar 17 Oct 2006 - 20:56

Haïti : Manger et boire « représentent un luxe » pour la plus grande partie de la population


P-au-P, 16 Oct. 06 [AlterPresse]
--- Le « manger et le boire » constituent un luxe pour une bonne partie de la population haïtienne croupissant dans la misère la plus abjecte, constate avec amertume la Plate-forme des organisations haïtiennes de défense des droits humains (POHDH).

Une enquête menée par l’organisme, en prélude à la journée mondiale de l’alimentation du 16 octobre (et à la veille de la journée mondiale contre la misère du 17 octobre), révèle que les Haïtiens font face à un sérieux problème d’alimentation.

« On constate un déficit quantitatif et qualitatif dans l’alimentation de la plupart des individus. La majorité des produits de consommation tels le maïs, le riz, l’haricot, le sucre, les légumes, le fromage, les fruits, la viande de bœuf ou de chèvre, le poisson, le lait, ne sont pas accessibles aux petites bourses en raison de leur coût élevé sur le marché », souligne la POHDH dans ce document transmis à AlterPresse.

« Manger et boire qui sont des besoins primordiaux sont devenus aujourd’hui un luxe pour la plus grande partie de la population, seuls les gens issus des couches aisées peuvent manger à leur faim », lit-on dans ce rapport d’enquête.

Tout en estimant que la population haïtienne doit intégralement pouvoir jouir de tous ses droits, la POHDH suggère aux autorités compétentes de travailler à l’augmentation des recettes publiques et d’en faire un usage rationnel et efficient, d’éliminer les franchises douanières accordées à certains commerçants par le gouvernement de transition et de mettre de côté toute politique tendant à décourager les producteurs nationaux, en particulier les petits paysans.

La plate-forme somme également les autorités de contrôler le prix des produits sur le marché, en particulier ceux de première nécessité et les produits pétroliers en fixant la marge de profit des commerçants ; de mettre en place des Services Généraux d’Approvisionnement en vue de permettre aux gens défavorisés de s’approvisionner en produits alimentaires à un coût moins élevé.

« Le droit à l’alimentation constitue l’un des droits fondamentaux de la personne. La vie de tout être humain est liée à la jouissance de ce droit (…) La malnutrition touche toutes les tranches d’âge, mêmes les femmes enceintes, les enfants et les vieillards n’en sont pas exempts », indique la POHDH.

« Investir dans l’agriculture pour la sécurité alimentaire », c’est le thème retenu en 2006 pour la Journée mondiale de l’Alimentation. Selon l’agence des Nations Unies pour l’Alimentation (FAO), l’agriculture doit jouer un rôle de premier plan sur la scène internationale si l’on veut que la faim ne soit plus qu’un mauvais souvenir.

Pourtant, poursuit-elle, l’aide extérieure à l’agriculture et au développement rural diminue depuis des décennies ; elle est passée d’un total de plus de 9 milliards de dollars américains par an au début des années 80 à moins de 5 milliards de dollars américains à la fin des années 90.

Parallèlement, selon les estimations, 854 millions de personnes continuent de souffrir de sous-alimentation dans le monde.

Selon Jacques Diouf, Directeur général de la FAO, il est impératif d’augmenter le volume des investissements publics dans le secteur de l’agriculture, mais également de faire en sorte que ces investissements soient plus efficaces.

« Le principal défi auquel nous sommes aujourd’hui confrontés est d’atteindre les objectifs fixés lors du Sommet mondial de l’alimentation et le premier Objectif du Millénaire pour le développement (OMD), à savoir réduire de moitié le nombre de personnes souffrant de la faim et de la pauvreté dans le monde avant 2015 », a déclaré Jacques Diouf à l’occasion de cette journée.

La FAO estime que le marché du travail, la sécurité des droits de propriété et la sécurité sanitaire des aliments relèvent des gouvernements et sont des facteurs incontournables dont tiennent compte les investisseurs potentiels, qu’ils soient nationaux ou internationaux. [do gp apr 16/10/2006 18 :00]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rodlam Sans Malice
Super Star
Super Star
Rodlam Sans Malice

Masculin
Nombre de messages : 11114
Localisation : USA
Loisirs : Lecture et Internet
Date d'inscription : 21/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Stock market

Manger et boire restent un luxe pour la grande majorite! Empty
MessageSujet: Re: Manger et boire restent un luxe pour la grande majorite!   Manger et boire restent un luxe pour la grande majorite! EmptyMer 18 Oct 2006 - 0:30

Voila ce qui devrait etre la priorité d'un gouvernement soucieux du bien-etre de ses citoyens.L'etre humain n'echappe pas aux exigences de son corps qui reclame un certain nombre de calories,de proteines, de vitamines et de mineraux pour vivre.Comment un enfant peut-il apprendre s'il n'a pas une nourriture adequate?On se demande si la sous-alimentation ne constitue pas l'une des causes du sous-developpement des pays du tiers-monde.Ceux qui n'ont jamais connu la faim ne peuvent imaginer les souffrances qu'endure un etre humain qui ne mange pas à sa faim.Meme des animaux dans les pays developpés sont mieux nourris que la majorite des haitiens.Malgre tout on trouve des inconsciants qui veulent depenser les maigres ressources du pays et meme l'aide exterieure à payer des sinecures au lieu d'investir dans l'agriculture pour satisfaire les besoins alimentaires de la population.Et on s'etonne de la détérioration de la sécurité au pays.Comment peut-on demander a des jeunes gens sans aucune education ni moralite qui souffrent de la faim de respecter des lois.

Certes il faut retablir l'autorite de l'etat, mais ce ne devrait pas etre un etat delinquant ou les recettes fiscales sont volées par des gangsters,des contrebandiers pour acheter des voitures de luxe au lieu de s'occuper des besoins primordiaux de la population.Les haitiens sont privés de tout et pourtant on trouve des gens sensés eduqués qui reclament que l'etat gaspille ses maigres ressources à equiper une armée.Pourquoi au lieu de vouloir tuer les pauvres delinquants on ne pense pas de preference à leur eduquer ,à leur donner du travail dans l'agriculture ,dans la construction des routes ,des ecoles ,des hopitaux et des dipensaires.

Si les besoins essentiels de la population ne sont pas satisfaits alors on ne devrait pas s'etonner que cette force repressive que certains reclament avec tant de convictio, comme le panacea de tous nos maux ,devienne l'ennemi numero un du peuple.Qu'on ne meprise pas les revendications populaires car l'haitien docile des années 60 et 70 n'existe plus.Le"janl pase li pase" n'est pas un vain mot.Pita ka pi tris wi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Manger et boire restent un luxe pour la grande majorite!
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Manger et boire restent un luxe pour la grande majorite!
» Mandats pour la Grande Loterie du Comité des Fêtes
» Combats pour la Grande Fleur! {les alphas}
» Départ pour la Grande Course
» Prendre son temps pour manger

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti :: Haiti :: Espace Haïti-
Sauter vers: