Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

FOROM AYITI : Tèt Ansanm Pou'n Chanje Ayiti.
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  PortailPortail  CalendrierCalendrier  PublicationsPublications  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez
 

 Parlementaires halte-là! / JER

Aller en bas 
AuteurMessage
Marc-Henry
Administrateur
Marc-Henry

Masculin
Nombre de messages : 6015
Localisation : Canada
Opinion politique : Démocrate
Loisirs : Lecture et Internet
Date d'inscription : 20/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Lobbyiste

Parlementaires halte-là! / JER Empty
MessageSujet: Parlementaires halte-là! / JER   Parlementaires halte-là! / JER EmptyVen 30 Mai 2008 - 21:26

Parlementaires halte-là!
Jean Erich René


« Comme tous les groupements politiques qui l’ont précédé historiquement,
l’Etat consiste en un rapport de DOMINATION de l’homme sur l’homme fondé
sur le moyen de la violence légitime » affirme Max Weber. Il n’existe
aucun Etat sans une force de coercition qui assure le respect des lois
réglementant la vie en société. Toute faiblesse des dirigeants conduit
irrémédiablement vers une crise sociétale. La dynamique interne et externe
conditionne le niveau et l’intensité de la Force Publique pour maintenir la
barque nationale à flot. Il n’est pas question de laisser toute une
population à la merci d’un groupe de petits parvenus présomptueux
profitant de la décomposition de l’Etat haïtien.



« Tout Etat est fondé sur la force » reconnaît Trotski. Si les citoyens
pouvaient s’autogérer on n’aurait pas besoin d’un Président, d’un Premier
ministre ni de la PNH. Par contre le laxisme du Chef d’Etat, l’absence d’un
Gouvernement depuis le 12 avril 2008, la démission de la Police, le
laisser-faire de la MINUSTAH expliquent principalement la recrudescence de
l’insécurité dont le kidnapping des écoliers est la consécration ultime Il
ne nous appartient pas de juger, mais notre conscience citoyenne nous
oblige, sans rien espérer en retour, à braquer nos lampes sur certains
coins d’ombre de la scène politique haïtienne.


Parlementaires halte-là! / JER Bob20m10[/url]
En analysant la physionomie des civilisations du monde, l’Etat détient le
monopole de la violence physique légitime. Si un groupe particulier
s’impose par la violence c’est parce que l’Etat le tolère. « L’ETAT EST LA
SOURCE UNIQUE DU DROIT A LA VIOLENCE. » (Max Weber : Le savant et le
Politique p.125, Edition 10/18). Il y a toujours une lutte constante au
niveau de tous les Gouvernements pour la distribution du pouvoir. De l’Etat
primitif jusqu’à l’Etat moderne les collaborateurs du Prince, au niveau des
postes-clés, sont toujours recrutés dans le cercle de ses amis intimes. Le
choix d’un Premier ministre est d’abord politique. La désignation de Robert
Manuel par René Préval est légitimée par son dévouement à son chef, son
héroïsme et les qualités prodigieuses dont il le croit investi pour sortir
le pays du pétrin. Soulignons que Robert Manuel a démobilisé l’Armée Rouge,
grâce à l’aide de Guy Philippe, le filleul de Pierre Denizé son cousin qui
partageait le même toit que lui à Pétion avec Alix Fils Aimé du DDR. Il
faut bien positionner les acteurs pou comprendre comment la toile des
événements est tissée.



Le pouvoir charismatique bâti sur la démagogie qu’exerçait le prophète a
laissé une structure sociale vermoulue. Il faut rétablir l’autorité de
l’Etat selon un statut légal exigeant l’obéissance de tous. Une telle
soumission nécessite la présence d’une force de coercition. Cette approche
est privilégiée par la Communauté internationale, de plus en plus inquiète
du fiasco de son intervention dans le dossier politique haïtien. Ainsi
s’explique le retour de René Préval au Palais National en 2006.
Contrairement à ce cliché de frère jumeau d’Aristide, le cordon ombilical
s’est rompu. A l’insu du Grand Public se déroule actuellement entre les
deux compères un bras de fer très dangereux pour la survie de la nation.
Le conflit a éclaté à cause de la détermination de Jean Bertrand Aristide,
pressuré de laisser le territoire de l’Afrique du Sud. Jacob Zuma le
nouveau favori de l’ANC, le remplaçant de MBequi, s’est soulevé contre les
frais de séjour d’Aristide, au coût de 29 mille dollars par mois, puisés à
même les fonds publics.



Le Président René Préval qui a vécu l’enfer, au cours de son Premier
Mandat sous la pression d’Aristide et de ses sicaires, refuse de lui jeter
un regard compatissant Ingratitude, s’écrient Aristide et ses partisans.
Mais rappelons que la mission secrète de Préval est d’en finir avec le
régime totalitaire de Lavalas qui n’a laissé que ruine et désolation. Le
principe du vaccin est donc mis à profit en inoculant au malade le même
microbe dans son système afin de l’immuniser. Pour combattre l’agent
pathogène Préval utilise son droit régalien en faisant appel à un homme
d’une trempe d’acier. Mais la faim justifie-t-elle les moyens employés par
le Président René Préval. L’insécurité est surtout économique, alimentaire.
Le virus politique ne fait qu’exploiter cette porte d’entrée.



Il revient au Chef de l’Etat, mandaté par le Peuple, de choisir son
Etat-major administratif compte tenu des priorités de l’heure. La sécurité
publique, le faciès le plus important du pouvoir, légitime le choix de
Robert Manuel, l’homme capable de mettre hors d’état de nuire la horde
lavalassienne téléguidée par Jean Bertrand Aristide. Cette décision a
soulevé un tollé. L’accusation la plus caustique pour le Premier ministre
désigné concerne sa participation à l’assassinat du Colonel Jean Lamy.
Est-ce vrai ?



En politique haïtienne le mensonge, la médisance sont des armes efficaces.
La lecture du livre de Jean Florival : « La Face cachée de Papa DOC »(
Mémoire d’Encrier) inspire le dégoût de la politique haïtienne. Nous
sommes vraiment déçus d’apprendre comment Gérard Daumec a causé la
fusillade des 19 officiers, pour une simple lutte d’influence auprès du
Président. Jean Florival, témoin oculaire rapporte qu’avec une fausse
lettre, bourrée d’arsenic, Daumec a pu convaincre Duvalier, déjà très
suspicieux, du complot que tramaient certains officiers. Il a même préparé
la scène du carnage de Fort Dimanche en dictant certaines consignes. La
politique haïtienne fait souvent d’innocentes victimes. Il faut se garder
d’avaler n’importe quelle pilule, saupoudrée de sucre, sans tenir compte de
la crédibilité de l’ordonnance médicale et de la validité du diagnostic
posé.



Nous ne sommes pas l’avocat du diable. Cependant il est malhonnête et
immoral de se servir d’un prête-nom pour faire porter des crimes crapuleux
concoctés dans un laboratoire politique connu. Guy Malary, Antoine Izmery,
Jean Marie Vincent, Jean Lamy, Jean Dominique etc. sont tous victimes du
même tueur en série. Sa signature est identifiable par n’importe quel fin
limier. Le style est le même. A la fin de son premier mandat en 1999, René
Préval était un homme déprimé, défait après la mort de son père d’une crise
cardiaque en apprenant l’arrestation de son protégé Ernest Bennett, la
tentative d’assassinat de sa sœur Marie Claude Calvin Préval paralysée,
la torture de son chien dont le cou fut coupé et le sang projeté sur les
murs du Palais National, laissait lire en filigrane ce message stressant :
Le prochain ce sera vous. Robert Manuel dont les nerfs sont à fleur de
peau, rouge de colère disait à Préval : C’est fini ! Je vais à Tabarre
pour arrêter Aristide. Le Président René Préval a désisté. Peu de temps
après Jean Lamy tombe au coin de la Ruelle Berne. On ne sait sur quels
indices se basent le colonel Dany Toussaint, Jean Claude Nord et René Civil
pour identifier, de manière précipitée et consensuelle, le criminel en
arguant que Jean Lamy allait remplacer Robert Manuel. Bingo! C’était un
coup monté pour effacer Robert Manuel de l’Organisation des élections et
permettre à la Famille Lavalas de gagner la totalité des postes électifs.
(Voir ARCHER, Edouard : Au rythme…trépidant des jours p. 512-513, Presses
de l'Imprimeur II, 1998-2000.)



Par une ironie du sort, ce même Dany Toussaint qui avait accusé Robert
Manuel fut inculpé à son tour arbitrairement de l’assassinat de Jean
Dominique parce qu’au cours d’une émission Jean Dominique dénonçait la
présence de Dany Toussaint devant le local de Radio Haïti Inter à Delmas.
Dany Toussaint prenait les enfants du Bon dieu pour des Canards Sauvages.
Je retournerai en exil avec ma femme et mes enfants, scandait-il sur Haïti
Inter. Le tueur en série s’est servi de cet alibi. Il est étonnant de
remarquer que tous les suspects retenus dans l’assassinat de Jean Dominique
ont été tués soit par la foule devant le Tribunal, soit en prison. Au cours
d’une autopsie le cadavre de l’un d’entre eux a même disparu. Crimes
parfaits ! A qui profitent-ils ? Remontons les filières pour mieux
reconstituer le puzzle afin de comprendre le panorama politique peint par
l’ange du démon pour nous donner le change et détourner notre attention.




En 1999 on préparait les élections et Robert Manuel était le Secrétaire
d’Etat à la Sécurité Publique. Le Président René Préval souhaitait que
Jean Dominique assurât sa succession. Ainsi fut créé le KOZE PEP dont
Charles Suffra servait de Leader comme paravent. Les paysans de
l’Artibonite criaient déjà le nom de Jean DO. Une telle percée énervait le
prophète qui jetait l’anathème sur cette nouvelle dynamique qu’il
appelait le mûlatrisme populiste qu’il voudrait combattre à tout prix. Les
cibles visés sont : Jean Dominique, Robert Manuel, Pierre Denizé. La boucle
des Ti Rouge fut bouclée avec l’assassinat de Jean Dominique, l’accusation
gratuite de Robert Manuel et son départ pour l’exil, l’insulte faite par un
chimère en pleine Cathédrale de Port-au-Prince, en présence de Jean
Bertrand Aristide, en lançant au visage de Pierre Denizé, Directeur
Général de la Police, un morceau de papier avec lequel il vient juste
d’essuyer son cul en baissant son pantalon mais qui par une ironie du sort
tombait sur le visage de Mme Aristide. ((Voir ARCHER, Edouard : Au
rythme…trépidant des jours p. 514, Presses de l'Imprimeur II) Voir Sauveur
Pierre Etienne: L’énigme Haïtienne, p. 315-316, Mémoire d’encrier)



Le Parlement ne doit pas tomber dans le piège de l’accusation arbitraire et
injustifiée. Robert Manuel n’est pas un enfant de chœur certes, mais dans
le cas de Jean Lamy il n’est que le dindon de la farce. Aucune décision
judiciaire n’a été prise contre lui. En revanche, le président René Préval
menace de dissoudre le Parlement en agitant le dossier de la drogue dans
lequel sont mouillés certains mandataires du Peuple parmi les opposants les
plus bruyants. La DEA n’attend que son signal. Parlementaires Halte là !
Prochainement un Premier ministre sera imposé sans vous ni Préval.

_________________
Solidarité et Unité pour sauver Haiti
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.forumhaiti.com
pierre-alain
Star
Star
pierre-alain

Masculin
Nombre de messages : 325
Age : 48
Localisation : Lille (Nord de la France)
Loisirs : Acualités politiques
Date d'inscription : 14/01/2008

Feuille de personnage
Jeu de rôle:

Parlementaires halte-là! / JER Empty
MessageSujet: Re: Parlementaires halte-là! / JER   Parlementaires halte-là! / JER EmptySam 31 Mai 2008 - 12:48

M René n'est il pas excessif d'utiliser le terme" agent pathogène" enveerrs le PDt de la république
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Parlementaires halte-là! / JER
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Parlementaires halte-là! / JER
» 32 parlementaires auraient une nationalité étrangère
» Une bonne lecon pour les parlementaires ignorants
» Allô les Parlementaires !
» Haiti-Salaire minimum : Lettre ouverte aux parlementaires sur le secteur des ind

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti :: Haiti :: Espace Haïti-
Sauter vers: