Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

FOROM AYITI : Tèt Ansanm Pou'n Chanje Ayiti.
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  PortailPortail  CalendrierCalendrier  PublicationsPublications  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Feu Carlo Desinor disait les Haitiens Ce peuple à refaire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Rico
Super Star
Super Star
avatar

Masculin
Nombre de messages : 8954
Localisation : inconnue
Loisirs : néant
Date d'inscription : 02/09/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: dindon de la farce

MessageSujet: Feu Carlo Desinor disait les Haitiens Ce peuple à refaire   Mer 23 Juil 2008 - 22:56

More than 100 years old Nouvelliste's article From Carlo Desinor's book

La mentalité d'un peuple est le résultat de son esprit, de ses traditions, de ses cultes, de ses moeurs et de ses aspirations. De sa vie quotidienne familiale ou sociale, privée ou publique, se dégage un certain nombre de faits, qui constituent sa manière d'être. De l'analyse consciente de ses faits, il ressortira que nous avons plutôt une mentalité mauvaise.

L'esprit du peuple haïtien est encore à former. Ses manifestations journalières prouvent qu'il n'est pas dégagé encore des vieux préjugés sapeurs d'union et de solidarité nationale, qu'il ne discerne pas nettement le bien du mal ,le vrai du faux, le juste de l'injustice. L'âme haïtienne rudimentaire, entourée encore de la gangue de l'ignorance première, est dénuée d'une hérédité saine transmettant des qualités innées qui constituent chez certains peuples un fonds permanent de force latent et d'énergie sociale.

Ses traditions sont dissolues, empruntées, compromettantes. Insensibles au bien, elles sont solidaires dans le mal. Du premier degré de l'échelle sociale jusqu'au dernier, le courant est le même qui emporte les hommes. L'haïtien est né fonctionnaire, ami du népotisme et du favoritisme.

L'égoïsme est la base de son éducation. Chacun pour arriver, consent à pousser son voisin au risque de le perdre irrémédiablement, et pour se maintenir en place, renonce à toute dignité, répudie toute pudeur, sans une protestation de sa conscience habituée à toutes les compromissions, aveuglée par les convoitises, piétinée par le rut de toutes les concupiscences.

Et l'on trouve cela très bien, puisque jamais une protestation formelle, publique n'a flagellé cette attitude offerte à l'admiration et à l'imitation des autres. Le vol et le pillage des deniers publics sont devenus la tradition d'Etat du peuple haïtien, autre non moins criminelle : la violation des lois et le mépris affichant de la constitution.

Le peuple a-t-il des cultes, un culte ? Ce serait à désirer. Au moins il y aurait une croyance publique, quelque chose à respecter, un Dieu, une idée, un principe. Mais le peuple ne croit a rien Le culte des ancêtres est mort- si jamais il y a vécu- dans le cœur des citoyens- Toutes les célébrations faites en l'honneur des « héros de l'Indépendance » n'ont que l'apparence de « fêtes nationales ». Les chefs d'Etat ont toujours déployé la splendeur désirable dans de telles occasions ; mais les corps constitués ont toujours assisté aux cérémonies dans le désir de plaire aux chefs plus que dans une intention pieuse. Le reste des citoyens est toujours demeuré indifférent, et la masse, avide seulement de réjouissances grossières, s'est toujours amusé sans savoir pourquoi.

Le culte de la religion chrétienne coudoie aisement-chez les gens du peuple- le culte d'on ne sait quelles divinités africaines infernales.

Le peuple a-t-il le culte de la justice, le culte de la vertu ? Pas davantage. A-t-il le culte du travail ? Encore moins. Le culte de la vérité n'est pas encore entré dans la pratique de nos mœurs.

Quand aux mœurs nationales, elles sont ce qu'elles peuvent. Elles se signalent par l'incohérence des procedés de courtoisie sociale, le manque de décence dans les relations, de convenance dans les attitudes. Un laisser aller jovial ou grossier, dans la famille, en compagnie, dans les affaires publiques ou privées ; un défaut absolu de méthode, d'ordre, de discipline, et de respect ; des habitudes dévoyées, des usages vulgaires ; un ensemble de préjugés, de superstitions qui empêchent la solidarité et nuit à la stabilité des institutions en général ; tel est a peu près le tableau de nos mœurs

Nos aspirations sont indécises, mal définies. Il n'y a pas encore conçu par nous, un idéal de gouvernement et de société qui réponde aux besoins d'une âme nationale formée dans l'harmonie des moyens, dans une atmosphère d'énergie, de volonté et d'amour.

Non ! Ce peuple n'aspire pas vers la liberté, car il ne revendique jamais ses droits lésés et sa force confisquée, et s'il revendique- la révolution n'est pas précisément une revendication- C'est pour retomber dans les mêmes erreurs et se laisser faire de la même façon. – Cela prouve qu'il n'a pas un but à atteindre, une fin à réaliser.

Ce peuple n'aspire pas vers le travail libre, la véritable source de la dignité et de l'indépendance sociale. Ce peuple est à refaire.

Voila l'œuvre que nous proposons et à laquelle nous convions la nation entière : la reforme de la mentalité du peuple haïtien

Une conduite digne, l'amour du devoir fièrement accepté et accompli, une compréhension saine de l'administration, l'horreur de l'espionnage et de la flatterie cause de toutes nos dégradations et de nos crimes, n'est ce pas un beau programme ?[

Sans doute l'œuvre sera difficile, hardue- Il faudra nous amputer de toutes les théories mauvaises qui nous pèsent, ce qui ne se fera pas sans les déchirements douloureux ; car le peuple chérit les fatalités qui l'écrasent- N'importe ! Le salut en dépend ; car seule encore surnage parmi les abris de nos âmes mutilées dans les tempêtes des passions mauvaises, une espérance suprême, une foi dans une définitive équité :

Haïti, grande, belle et prospère

Le nouvelliste more than 100 years ago
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Feu Carlo Desinor disait les Haitiens Ce peuple à refaire
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Feu Carlo Desinor disait les Haitiens Ce peuple à refaire
» IMPORTANT RAPPEL DE MEMOIRE-2
» 18 Nov 2012 MEMORABLE EVENT IN CANADA - Ayibobo!
» Pendant la distraction pre-electorale, 30000 haitiens font face a la deportation
» Un parc dédié à six héros Haitiens à Montréal.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti :: Haiti :: Espace Haïti-
Sauter vers: