Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

FOROM AYITI : Tèt Ansanm Pou'n Chanje Ayiti.
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  PortailPortail  CalendrierCalendrier  PublicationsPublications  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Décès d’Ernst Bennett, ex-beau-père de Jean-Claude Duvalier

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
piporiko
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 4753
Age : 47
Localisation : USA
Opinion politique : Homme de gauche,anti-imperialiste....
Loisirs : MUSIC MOVIES BOOKS
Date d'inscription : 21/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: L'impulsif

MessageSujet: Décès d’Ernst Bennett, ex-beau-père de Jean-Claude Duvalier   Mar 12 Aoû 2008 - 21:33

Décès d’Ernst Bennett, ex-beau-père de Jean-Claude Duvalier
mardi 12 août 2008
Le journaliste et homme d’affaires Ernst Bennett, ancien beau-père du dictateur Jean-Claude Duvalier (1971-1986), est décédé mardi en Floride à l’âge de 82 ans.

Très diminué ces dernières semaines, le disparu souffrait de phlébite.

Père de la première épouse de l’ancien Président à vie, Michèle Bennett, Ernst Bennett a notamment connu l’exil et la prison
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rodlam Sans Malice
Membre-fondateur
Membre-fondateur
avatar

Masculin
Nombre de messages : 11114
Localisation : USA
Loisirs : Lecture et Internet
Date d'inscription : 21/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Stock market

MessageSujet: Re: Décès d’Ernst Bennett, ex-beau-père de Jean-Claude Duvalier   Mar 12 Aoû 2008 - 22:50

"Un temps pour chaque chose "dit L'ecclesiaste .Si les hommes pouvaient comprendre la fragilité de leur existence ils s'abstiendraient de commettre des actes vils qui les deshonorent.J'ai vu Eernest Benett chez les Delatour à la Rue 13 au cap -haitien dans les années 50 ;je n'aurais jamais pensé qu'un jour il serait prisonnier en haiti.Je presente mes condoleances à sa famille.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
piporiko
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 4753
Age : 47
Localisation : USA
Opinion politique : Homme de gauche,anti-imperialiste....
Loisirs : MUSIC MOVIES BOOKS
Date d'inscription : 21/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: L'impulsif

MessageSujet: Re: Décès d’Ernst Bennett, ex-beau-père de Jean-Claude Duvalier   Mer 13 Aoû 2008 - 22:59

« LOIN DE LA CHANSON DES VAGUES »

ANNONCE : Ernest Bennett a fait son dernier pas vers la mort

Mon cousin et ami Ernest BENNETT est arrivé au terme de son long voyage de 82 ans. Ce matin aux environs de 4 heures, il a rendu l’âme dans un hôpital de Miami.

« Chaque instant de la vie est un pas vers la mort »

NEST, aura connu beaucoup d’instants heureux et malheureux mais il n’avait jamais cessé d’avancer en dépit des difficultés rencontrées sur son long parcours. Son rêve était de mourir en écoutant la chanson des vagues venue des plages de sa chère ville natale LE BORGNE, mais le destin a dit non et l’a tenu loin de « ce que chantent ces vagues ».

Paix à son âme .Que la terre lui soit légère

Maurice CELESTIN

« LOIN DE LA CHANSON DES VAGUES »

Ernest, Nest, comme un oiseau qui se cache pour mourir a laissé Haïti, son cher pays dont il ne voulait guère s’en détacher pour rentrer offrir, comme par reconnaissance, ses restes à Miami, son ancienne terre d’exil. La dernière fois que je l’ai vu, l’ayant trouvé très affaibli par l’age et la maladie j’ai essayé en vain de le convaincre de prolonger son séjour, question de se reposer davantage avant d’aller affronter les stress et la fatigue qui l’attendaient dans le tumultueux et trépident Port-au-Prince. Il a trouvé toutes les excuses et tous les prétextes pour me faire comprendre que son pays l’attendait. Encore un peu il m’aurait déclaré ne pas vouloir commettre, par son absence trop prolongée, un crime de lèse -communauté, de lèse -patrie envers son coin de terre .Parler d’Haïti, parler du Borgne à Ernest c’est éclipser tous les problèmes, toutes les difficultés de l’existence .Il vivait avec le ferme espoir que tout doit et va s’arranger et que son pays redeviendra le joyaux des caraïbes, la terre d’antan.

Malheureux… il n’aura pas goûté à la promesse des fleurs car les mauvais vents se succèdent et font tomber prématurément les fruits qui n’auront fait que des œillades aux travailleurs attendant toujours en vain la récolte. En 1957, candidat à la députation pour le BORGNE sous la bannière de Louis DEJOIE , son slogan « VOTEZ BENNETT c’est VOTER BIEN-ETRE »intelligemment trouvé par son feu cousin Anthoy CELESTIN n’a été qu’un beau jeu de mots car il n’a pas fait de lui un heureux candidat. Les élections de 57 ont été torpillées comme le savent ceux- là qui ont vécu cette époque de satrapie et de honte nationale. Mais Ernest, fils fidèle à son patelin s’est dit que ce n’est pas nécessairement en tant que député qu’on peut servir sa communauté. Il a poursuivi ses activités commerciales génératrices d’emplois et n’a pas cessé, non plus, d’éclairer les rues et les maisons de sa chère BORGNE à partir de sa petite usine électrique. Devenu beau-père de président, sa simplicité, son entregent, son ouverture ont vite fait que les grands vautours qui circulaient autour de son beau-fils chef d’Etat, ont remarqué qu’il n’avait pas l’étoffe d’un « homme de pouvoir » et qu’il était facile de l’isoler et de le neutraliser. Chose dite, chose faite : Ernest a été battu sur son propre terrain. Il était devenu un lion édenté, des bras sans force en dépit de l’amour de sa fille et du respect que lui vouait son gendre. Ses conseils prodigués au Président de la République entraient par une oreille et sortaient immédiatement par l’autre .Le chant des sirènes étaient plus agréable au tympan de monsieur DUVALIER . Souvent, mon cousin Ernest partageait avec moi ses déceptions, ses désillusions .Ses rêves de candidat à la députation,il voulait les concrétiser car c’était le moment plus que jamais de le faire mais malheureusement ,les forces déployées et exercées par les génies du mal étaient invincibles . Il vivait avec peine et grande amertume de se retrouver mendiant dans un palais doré et de mourir de faim sous un toit de blé .Je n’oublierai jamais ce délicieux proverbe créole qu’il m’avait, un jour, lancé : « KOMPLO PI RED PASÉ WANGA »Ceux-là qui étaient en dehors de la scène ne pouvaient pas comprendre et ne comprendront peut être jamais le drame que vivait mon cousin « au pouvoir ».Moi, je vivais avec lui la réalité. Mais malgré tout, comme nous avions entre nous des liens solides que n’arrivaient pas à défaire les flagorneurs professionnels, comme Ernest a toujours professé et cru dans le culte de la famille unie, sa confiance en moi étant absolue, sous pression, j’arrivais souvent à lui faire faire des interventions heureuses pour le pays et pour des gens dans le besoin. A un moment donné, une intervention du colonel Georges VALCIN et de votre serviteur auprès de lui a sauvé la vie à un bon groupe d’intellectuels haïtiens. L’histoire se chargera de développer ce point car les biens que je fais, j’aime les garder sous silence.
Entre Ernest et moi, c’est toute une longue histoire. A un certain moment avant qu’il fut père de femme de président nous prenions la route Port-au-Prince Borgne à chaque fin de semaine .Durant ce trajet de 10 à 12 heures, selon l’état de la route, nous avions suffisamment de temps pour parler de tout et de rien. Mon cousin aimait la lecture .Il aimait écrire aussi. En partie c’est lui et mes maîtres d’école Cauvin PAUL, Loubet REGNER et Max Abner ETIENNE qui ont développé chez moi le goût d’écrire. Arrivé au pouvoir c’étaient les mêmes relations. Ernest n’avait pas changé .Je le voyais quand je le voulais, c’était le même cousin et ami que je n’oublierai jamais .Il restera, au delà même de la tombe un précieux ami qui a toujours été sincère envers moi et toujours à mon écoute. J ‘ai encore en mémoire les fois qu’il venait à Port-de-Paix et tolérant qu’il a toujours été, il allait avec moi , tandis que j’étais adolescent , au Café du Port de Louis LEVASSEUR où nous mangions ensemble avant d’aller au cinéma pour visionner des films sur lesquels déroulaient nos discussions fort animées.

Ce cher cousin, loin de se faire beaucoup d’ennemis, car il était en situation toute indiquée, s’est paradoxalement « empiffré » d’amis. Souvent, il me parle de nouveaux amis. Quand je lui demande qui, il me répond d’un naturel : tu ne le connais pas c’est un ami que j’ai rencontré durant mon séjour en prison. De mémoire d’homme, ma foi, je n’ai jamais connu un homme aussi simple qu’Ernest BENNETT.

Auteur du recueil de poème « CE QUE CHANTE LES VAGUES » qu’il a publié à l’age de 17ans , des tomes de « DU RIRE AUX LARMES », « DU PLAISANT AU SEVERE »,responsable de la colonne « DITS ET NON DITS » au NOUVELLISTE,Ernest BENNETT a démontré sa capacité d’écrire dans différents styles. Ses slogans publicitaires (genre François LATOUR) pour la promotion de la vente de son CAFÉ BENNETT restent encore vivants dans la mémoire des connaisseurs et de ceux qui savent apprécier. Qui peut oublier ? : « Le meilleur café du monde est le café de l’Amérique. Le meilleur café de l’Amérique est le café d’Haïti .Le meilleur café d’Haïti est le café du Nord et meilleur café du Nord est le café BENNETT » .Il prenait plaisir à m’entendre le taquiner .Il aimait me lire ses textes .Pour le féliciter, je lui dis à chaque fois ce n’est pas du « ce que chantent les vagues » question de faire allusion à son premier recueil de poèmes publiés à 17 ans. A ce sujet il m’a confié que n’étaient les encouragements de sa mère, il aurait brisé sa plume pour ne plus écrire tellement il a été ridiculisé par maître TROUILLOT sans pitié pour ses maladresses de jeune poète faisant ses premières armes dans l’art de pondre des vers. Le pamphlétaire sans cœur a, en effet, écrit « BENNETT fais toi débardeur si c’est là ton métier mais de grâce n’écris plus ».Des propos dignes de casser tout à fait les élans d’un jeune de 17 ans. Ernest alla pleurer dans les bras de sa mère qui l’a consolé et lui a appris à être insensible à la critique et de la prendre de préférence comme un stimulant devant porter
à faire mieux. Il m’a passé les mêmes conseils qui me servent de bouclier contre les flèches de mes amis de plume qui ne sont pas nécessairement des ennemis, qui ne veulent pas nécessairement ma perte.

Ernest, dois-je tout dire de toi ? Non, je n’en finirais pas. Si je devrais le faire,je me mettrais à parler du père Beugé,de ti TONTON,de toton Abner ,de tonton Anthony,de tonton Charles,de tante ARÉ, de tante TONTONE ,d’ALAN,de papa, de frè Georgy, de frè PI, de man SÉRÉ ,de YOU,de Volvic ,de Christian,de toton Florentin ,de tout ce que tu as fait pour moi et pour les autres.

Ernest , puis-je te poser une question ?

Mais au moins, Ernest, puis-je te demander pourquoi tu es allé mourir LOIN DE LA CHANSON DES VAGUES » ,ces vagues qui chantent et qui pleurent aux oreilles de tes parents et de tes amis du BORGNE, ton départ inattendu ?

LECHAPEAUTEUR
Maurice CELESTIN
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Décès d’Ernst Bennett, ex-beau-père de Jean-Claude Duvalier   

Revenir en haut Aller en bas
 
Décès d’Ernst Bennett, ex-beau-père de Jean-Claude Duvalier
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Décès d’Ernst Bennett, ex-beau-père de Jean-Claude Duvalier
» Décès d'Éval Manigat, père de la musique du monde québécoise
» Mon beau-père et moi [Eliott]
» mackenzy [Validée par Samira]
» [TERMINÉ][Juin 1990] Wow...mon beau-père est un pas-doué. -feat Ulrich Beilschmidt-

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti :: Haiti :: Espace Haïti-
Sauter vers: