Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

FOROM AYITI : Tèt Ansanm Pou'n Chanje Ayiti.
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  PortailPortail  CalendrierCalendrier  PublicationsPublications  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Le pois congo : source de protéines et de devises

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Rico
Super Star
Super Star
avatar

Masculin
Nombre de messages : 8954
Localisation : inconnue
Loisirs : néant
Date d'inscription : 02/09/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: dindon de la farce

MessageSujet: Le pois congo : source de protéines et de devises   Mer 13 Aoû 2008 - 11:59

Le pois congo : source de protéines et de devises

Il existe un commerce florissant sur la frontière haïtiano-dominicaine qui pourtant n'est pas toujours pris en compte dans les relevés des transactions du pays avec l'extérieur. Le pois congo est, à côté de la mangue, du café et de l'avocat, l'une des principales denrées haïtiennes qui alimente ce commerce binational transfrontalier. Il rapporte des devises au pays mais pourrait être, cependant, d'un meilleur apport à l'économie nationale avec une meilleure structuration de la filière.

Une étude réalisée par le Laboratoire des relations haïtiano-dominicaines (Larehdo), à travers la firme Inter Entreprises (Inesa), sur la filière d'exportation du pois congo d'Haïti vers la République dominicaine (2005), dévoile les potentialités de cette légumineuse. D'où vient le pois congo ?

Le pois congo, de son nom scientifique, cajanus cajan, est aussi appelé pois d'Angole. Originaire d'Asie, il a été introduit en Haïti au gré des échanges entre les peuples à travers les siècles. L'Inde représente le plus grand producteur mondial de pois congo et fournit plus de 80 % de l'offre mondiale. Haïti et la République dominicaine font partie des rares pays de la Caraïbe où il est cultivé.

Le pois congo est exporté principalement sous trois formes : en grain sec, en conserve et frais réfrigéré ou congelé. La République dominicaine est le principal exportateur de ce produit dans la Caraïbe. La production dominicaine ainsi que la surface plantée en pois congo connaissent cependant une diminution très marquée. Les exportations dominicaines ont fortement chuté après avoir atteint un pic de près de 13 millions de dollars américains en 1995. La baisse de la production de pois congo en République dominicaine a créé les conditions pour l'exportation de pois congo haïtien vers le territoire voisin.

En Haïti, la production de pois congo est atomisée et les densités de cultures pratiquées varient à l'intérieur de systèmes de cultures associées. Ce qui rend très difficile l'estimation du volume produit en Haïti. Cependant, la production nationale peut être évaluée à plus de 25 000 tonnes métriques (TM) de grains secs par année, plus de 37 000 TM de grains frais ou 75 000 TM en gousses. Pour l'ensemble de la zone frontalière, le volume total de pois congo produit est estimé à environ 7000 TM de grains secs ou 21 000 TM de pois en gousses.

Le pois congo est cultivé dans des zones sèches ou semi-humides où les précipitations sont comprises entre 600 et 1200 mm par an. Mais en Haïti, on le retrouve dans des zones ne dépassant pas 800 mètres d'altitude et où la pluviométrie varie de 800 à 1200 mm. Généralement, il est cultivé en association avec le maïs, le sorgho, l'arachide, la patate ou le haricot. Le pois congo constitue une riche source de protéine (18-20 %). Les principales variétés retrouvées en Haïti sont : Alizerne, Apeco, Ti manbo, Ti bòkò, Ti bourik et Gwo pwa, appelé dans certaines régions Ane.



Le pois congo cultivé en Haïti a un cycle de production allant de 4 à 8 mois selon la date de plantation.

Manque d'infrastructures routières : obstacle à la commercialisation

Le pois congo destiné à l'exportation est produit dans quatre grandes régions du pays : le Nord-Est, le Haut-Plateau central, le Bas-Plateau central et la zone Sud (départements de l'Ouest et du Sud-Est). La zone du Nord'Est regroupe les communes de Ouanaminthe, Capotille, Mombin-Crochu, Carice et Vallière. Le Haut Plateau central rassemble les communes de Cerca la Source, Thomassique et les communes de l'arrondissement de Hinche. Dans le Bas-Plateau central, on trouve les communes de Lascahobas, Belladère, Savanette et les zones avoisinantes. La zone sud concernée par les exportations de pois congo regroupe Cornillon, Fonds-Verrettes, Thiotte et Anse-à-Pitre.

Le mauvais état des routes rend difficile la commercialisation du pois congo entre le producteur et le consommateur de Port-au-Prince. Cela facilite l'émergence d'intermédiaires qui achètent le pois congo aux producteurs pour le revendre en République dominicaine. La quantité de pois congo en gousses exportée annuellement à partir de la frontière se situe entre 4000 et 5000 tonnes métriques (TM). À ceci s'ajoute du pois congo en grains secs dont le volume se situe entre 100 et 200 TM. Ces exportations génèrent des revenus de l'ordre de 1,8 million de dollars américains. Ce qui place le pois congo en 6e rang au niveau des exportations haïtiennes de produits agricoles vers la République dominicaine, selon l'étude du Larehdo. Mais en termes de volume (4260 TM), il se place en troisième position dans la liste des produits locaux exportés vers la République dominicaine.

Environ 10 % du pois congo consommé en République dominicaine provient d'Haïti. Plusieurs raisons favorisent la pénétration du pois congo haïtien sur le marché dominicain : augmentation des coûts de production et faible rentabilité de la culture en République dominicaine, baisse de la production dans ce pays, sous-utilisation des capacités industrielles dans ce secteur...

Pour permettre à la culture du pois congo de s'améliorer en Haïti, l'étude du Larehdo fait plusieurs recommandations. Elle suggère notamment que l'État haïtien mesure a priori les avantages et les inconvénients de toute intervention dans le secteur pour ne pas lui causer plus de tort que de bien. Elle appelle aussi à l'amélioration du réseau routier du côté haïtien dans la zone frontalière et l'augmentation des capacités de stockage de ce produit en Haïti.

Pour l'instant le pois congo est exporté seulement en grains secs ou en gousses fraîches. Depuis l'arrêt de fonctionnement de l'usine Facolef dans la plaine de Cavaillon à la fin des années 1970, il n'existe plus d'entreprise spécialisée dans la mise en conserve du pois congo en Haïti. Pourtant, la mise en conserve et la transformation du pois congo sont indispensables pour créer de la valeur ajoutée dans la filière en vue d'une meilleure contribution à l'économie nationale.

Agropresse
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rodlam Sans Malice
Membre-fondateur
Membre-fondateur
avatar

Masculin
Nombre de messages : 11114
Localisation : USA
Loisirs : Lecture et Internet
Date d'inscription : 21/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Stock market

MessageSujet: Re: Le pois congo : source de protéines et de devises   Mer 13 Aoû 2008 - 22:40

Morisso leroy defen te kon di anvan li mouri koulyè ya nou genyen 2 agronom a la tet peyi ya mwen pral wè sa yo pral remet ;ala li ta wont sil pat mouri poul wè se 2 mesye sa yo remet kote ayiti tounnen youn peyi kote moun ap maje biskwit labou.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Le pois congo : source de protéines et de devises
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le pois congo : source de protéines et de devises
» Le pois congo en Haiti
» Stockage
» [Code Source] Code Source
» L’après Gousse se négocie déjà (source : journal Le matin)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti :: Haiti :: Espace Haïti-
Sauter vers: