Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

FOROM AYITI : Tèt Ansanm Pou'n Chanje Ayiti.
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  PortailPortail  CalendrierCalendrier  PublicationsPublications  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Pages d'histoire des hommes et des femmes d'Haiti et leurs épisodes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Rico
Super Star
Super Star
avatar

Masculin
Nombre de messages : 8954
Localisation : inconnue
Loisirs : néant
Date d'inscription : 02/09/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: dindon de la farce

MessageSujet: Pages d'histoire des hommes et des femmes d'Haiti et leurs épisodes   Mer 24 Sep 2008 - 22:17

Mwen deside louvri ti pos sa ki dwe konsakre selman sitou ak paj istwa zansèt nou ak kontanporen nan epizod lavi peyi dAyiti. Objèktif se pote limyè sou moun sayo ak pase pozitif ou negatif ki eksplike kote nou soti ak ki kote nou ye jounen jodyè la. Two souvan nou rete sou yon prezan ki plen difikilte ak desèpsyon. Men nou dwe byen konnen ak ki kouraj, dèteminasyon fanm ak gason kite vilgè esklav rive kan menm foje yon peyi.


Se vre rezilta yo mins, apre 200 zan. Men mwen kap di nan vi yon pèp ki soti dispèse an sitiyasyon esklavaj an Afrik, melanje dan le tan ak Eropeyen se yon rezita aksèptab. Anpil pèp konnen anpil pakou dan le tan pou twouve ekilib yo, lapè yo ak pwosperite yo. Nou dwe konprann nou menm kap viv jounen jodyè a pa dwe atann yon Ayiti pafè. Okontrè nou dwe travay pou lot jenerasyon tankou mesye 1804 yo pou vreman fè yon peyi vyab plen despwa.

Alos mwen pa pral komanse pale tout yon seri fè ak pèsonaj politik ak sosyal otan ke posib verifye pozitif ou negatif ki bannou ti peyi sa apre 200 zan pase. Egzèsis la se dabo pou bay kouraj, pote espwa. Annou sorti yon moman nan politik aktiv pou rantre nan istwa. O mwens nou kap gen plis limyè pou twouve chemen bonn vwa politik sitou ak erè pase ou anko ak bon pis ki pa te janm suiv.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rico
Super Star
Super Star
avatar

Masculin
Nombre de messages : 8954
Localisation : inconnue
Loisirs : néant
Date d'inscription : 02/09/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: dindon de la farce

MessageSujet: Re: Pages d'histoire des hommes et des femmes d'Haiti et leurs épisodes   Mer 24 Sep 2008 - 22:26

Marie Claire Heureuse
Esclave, négresse libre, agent de santé, humaniste. Cette femme, par un concours de circonstances extraordinaires, apprit tôt à lire dans l'esclavage. Son premier mari fut un peintre français, Monsieur Petit. Après sa mort, sa veuve se donna pour mission de secourir les soldats blessés, abandonnés sur le champs de bataille selon la coutume de l'époque. C'est en plein labeur qu'elle rencontra le général Dessalines, près des Gonaives. Il tomba immédiatement amoureux de l'intelligence, du courage et de la beauté de cette femme. Elle posa des conditions à leur union:

Dessalines devra reconnaître tous ses enfants.

Dans le mariage la femme reste libre de parler selon ses convictions, et d'agir en harmonie avec sa parole.

Les ennemis du général ne sont pas automatiquement ceux de sa femme.
Elle apprit à son mari les rudiments de la lecture et de l'écriture. Elle assura une éducation et un toît à bon nombre d'orphelins. Elle prodigua des soins de santé naturelle. Elle participa à la rédaction de l'article sur la protection de l'enfant dans la Constitution de 1805. Elle collabora avec Coutilien Coutard sur son livre d'histoire. Elle entretint une correspondance intense avec les gouvernements successifs de 1806 à 1848, en critiquant clairement les choix qui menaient ce pays sur un chemin différent de celui tracé par les fondateurs. Marie Claire Heureuse Félicité Bonheur Dessalines rendit l'âme, à Saint-Marc, dans la demeure de Madame Charlot, le 8 août 1858.

Source: Bayyinah Bello

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rico
Super Star
Super Star
avatar

Masculin
Nombre de messages : 8954
Localisation : inconnue
Loisirs : néant
Date d'inscription : 02/09/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: dindon de la farce

MessageSujet: Re: Pages d'histoire des hommes et des femmes d'Haiti et leurs épisodes   Mer 24 Sep 2008 - 22:37

<BLOCKQUOTE>
Suzanne Louverture


Elle était une agricultrice de talent. Lorsque son mari devint un personnage public, Suzanne fit le choix de ne point participer à ses engagements. Elle continua à s'occuper de son jardin où elle cultivait le café de ses propres mains, en compagnie d'autres femmes attachées à son service, prouvant ainsi qu''elle n'oubliait pas que l'agriculture à laquelle ils se livraient en commun, elle et son époux, au temps de leur esclavage, leur avait permis de vivre non seulement dans l'abondance mais de faire des épargnes et surtout de partager avec les plus misérables les fruits de leurs travaux.

Après la capture du général Toussaint Louverture pris dans un guet-apens posé par l'infâme Brunet, Suzanne fut prise en otage par une escorte puis déportée en France.

Napoléon avait ordonné à ses bourreaux de ne point tenter de torturer Toussaint car il ne parlerait jamais, mais de tout faire subir à Suzanne jusqu'à ce qu'elle avouat. A son arrivée en prison elle pesait 250 livres; elle n\'en pesait que 90 en quittant la France. Durant toutes les années de torture elle donna une unique réponse. "Je ne parlerai pas des affaires de mon mari avec ses bourreaux". C'est une Suzanne mutilée, une Suzanne purement végétative, dépourvue de tous ses ongles, avec plusieurs os cassés qui rentra à la Jamaïque où elle trouva la mort le 19 mai 1846. Elle était âgée de 67 ans.



Source: Bayyinah Bello

</BLOCKQUOTE>


Dernière édition par Rico le Mer 24 Sep 2008 - 22:43, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sasaye
Super Star
Super Star
avatar

Masculin
Nombre de messages : 7614
Localisation : Canada
Opinion politique : Indépendance totale
Loisirs : Arts et Musique, literature kréyòl
Date d'inscription : 02/03/2007

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Maestro

MessageSujet: Re: Pages d'histoire des hommes et des femmes d'Haiti et leurs épisodes   Mer 24 Sep 2008 - 22:37

Rico,

Mè konpliman.

Se yon bèl ide. Mete tout istwa w konen sou sit la pou yon bon lekti epi pou enfomasyon ke moun ka pa konnen.

Mwen ta mande pou tout patisipan respekte lide saa san mete politik ni chirepit.

Sa k vle fè komantè pozitif ou negatif, fè l avèk respè epi avèk dokimantasyon si w pa dakô.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rico
Super Star
Super Star
avatar

Masculin
Nombre de messages : 8954
Localisation : inconnue
Loisirs : néant
Date d'inscription : 02/09/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: dindon de la farce

MessageSujet: Re: Pages d'histoire des hommes et des femmes d'Haiti et leurs épisodes   Mer 24 Sep 2008 - 22:41

Sasaye a écrit:
Rico,

Mè konpliman.

Se yon bèl ide. Mete tout istwa w konen sou sit la pou yon bon lekti epi pou enfomasyon ke moun ka pa konnen.

Mwen ta mande pou tout patisipan respekte lide saa san mete politik ni chirepit.

Sa k vle fè komantè pozitif ou negatif, fè l avèk respè epi avèk dokimantasyon si w pa dakô.

OK Sasaye mwen pran not, espere mesaj la pase

Kenbe la
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Pages d'histoire des hommes et des femmes d'Haiti et leurs épisodes   Jeu 25 Sep 2008 - 10:32

Sasaye a écrit:
Rico,

Mè konpliman.

Se yon bèl ide. Mete tout istwa w konen sou sit la pou yon bon lekti epi pou enfomasyon ke moun ka pa konnen.

Mwen ta mande pou tout patisipan respekte lide saa san mete politik ni chirepit.

Sa k vle fè komantè pozitif ou negatif, fè l avèk respè epi avèk dokimantasyon si w pa dakô.

Sasaye,

Fè respè ou!

Nan la vi sa a chak moun gen foli yo vle.

Gen de nounm se voyaje nan fès klas de Amsterdasm a Pari e fè skal Ethiopie ou Beijing kote yap tou domi ak tout jan de fi de jwa.

Mwen men foli pa mwen, se fiète mwen paske mwen konnen orijin mwen. Se pou tèt sa, map batay pou mwen fè tout verite eklate sous istwa nou ak yon analiz kritik.


Yon nounm ka p di NANMED pa plase pou bay moun konsèy, kenbe konsèy yo pou tèt ou dabo e sispann joure nan figi moun.


Malis,

Mwen pa gen pwoblèm lè ou leve men
Rico anlè. Sepandan, fè atansyon!

Jiska presan, misie pale anpil, men li pa janm di ki batay kristof te janm genyen nan vi li. Lè li pa kouri devan ennmi an (Ville au Cap face à l'expédition Leclerc), li pèdi tankou yon krab (Habitation Sibert).

Lè yon nounm chita ap devèse yon dal citasyon tout moun te etidie lè yo te piti, li pa fè avanse deba a, sinon fè moun pèdi tan yo.

La recherche ne signifie pas de re-publier les travaux déjà réalisés. C'est plutot les utiliser pour faire avancer le domaine en question.

Si se ti bagay nèg Okap kap regle la a di mwen sa, epi ma va fèmen bouch mwen.

Cependant, personne ne saurait m'empecher de dire que Christophe était un archaique, un retardé, et un mauvais élève. Il a reproduit en Haiti un système de monarchie qui venait juste d'échouer à l'époque meme qu'il voulait l'installer en Haiti.

C'est un manque de respect envers Pétion en le comparant à cet archaique. Pétion a jeté la base de la démocratie en Haiti en dirigeant, durant tous ses 2 mandats, avec un parlement. Il y eut des élections et il a été élu et ré-élu contrairement à Christophe qui oppressait les gens du Nord du pays. Pétion a placé Haiti sur la scène internationale en jetant les bases de l'OEA.

Les Républiques modernes, à travers le monde, utilisent le modèle de Pétion alors qu'à part sur ce forum, tout le monde s'accorde à dire que la royauté est un système archaique et c'est regrettable que Pétion n'a pas eu la chance de diriger Haiti toute entière.
Revenir en haut Aller en bas
Rico
Super Star
Super Star
avatar

Masculin
Nombre de messages : 8954
Localisation : inconnue
Loisirs : néant
Date d'inscription : 02/09/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: dindon de la farce

MessageSujet: Re: Pages d'histoire des hommes et des femmes d'Haiti et leurs épisodes   Jeu 25 Sep 2008 - 10:53

Le Code Noir


A la recherche du Pays des droits de l’Homme



</A>


Promulgué par Louis XIV en 1685, le Code Noir réglementait l’esclavage des Noirs.
Article premier



Voulons et entendons que l’édit du feu roi de glorieuse mémoire notre très honoré seigneur et père, du 23 avril 1615, soit exécuté dans nos îles. Ce faisant, enjoignons à tous nos officiers de chasser hors de nos îles tous les juifs qui y ont établi leur résidence, auxquels, comme aux ennemis déclarés du nom chrétien, nous commandons d’en sortir dans trois mois, à compter du jour de la publication des présentes, à peine de confiscation de corps et de biens.
Article 2



Tous les esclaves qui seront dans nos îles seront baptisés et instruits dans la religion catholique, apostolique et romaine. Enjoignons aux habitants qui achèteront des nègres nouvellement arrivés d’en avertir les gouverneur et intendant des dites îles dans huitaine au plus tard, à peine d’amende arbitraire ; lesquels donneront les ordres nécessaires pour les faire instriure et baptiser dans le temps convenable.

Article 3

Interdisons tout exercice public d’autre religion que de la catholique, apostolique et romaine ; voulons que les contrevenants soient punis comme rebelles et désobéissants à nos commandements. Défendons toutes assemblées pour cet effet, lesquelles nous déclarons conventicules, illicites et séditieuses, sujettes à la même peine, qui aura lieu même contre les maîtres qui les permettront ou souffriront à l’égard de leurs esclaves.

Article 4

Ne seront préposés aucuns commandeurs à la direction des nègres, qui ne fassent profession de la religion catholique, apostolique et romaine, à peine de confiscation des dits nègres contre les maîtres qui les auront préposés et de punition arbitraire contre les commandeurs qui auront accepté ladite direction

Article 5

Défendons à nos sujets de la religions prétendue réformée d’apporter aucun trouble ni empêchements à nos autres sujets, même à leurs esclaves, dans le libre exercice de la religion catholique, apostolique et romaine, à peine de punition exemplaire.

Article 6

Enjoignons à tous nos sujets, de quelque qualité et condition qu’ils soient, d’observer les jours de dimanche et fêtes qui sont gardés par nos sujets de la religion catholique, apostolique et romaine. Leur défendons de travailler, ni faire travailler leurs esclaves aux dits jours, depuis l’heure de minuit jusqu’à l’autre minuit, à la culture de la terre, à la manufacture des sucres, et à tous autres ouvrages, à peine d’amende et de punition arbitraire contre les maîtres, et de confiscation tant des sucres que des dits esclaves qui seront surpris par nos officiers dans leur travail. [nb. Tous les prétextes sont bons pour priver les esclaves du repos hebdomadaire et des jours de fête.

Article 7

Leur défendons pareillement de tenir le marché des nègres et de toutes autres marchandises les dits jours sur pareille peine de confiscation des marchandises qui se trouveront alors sur le marché, et d’amende arbitraire contre les marchands.

Article 8

Déclarons nos sujets, qui ne sont pas de la religion catholique apostolique et romaine incapables de contacter à l’avenir aucuns mariages valables. Déclarons bâtards les enfants qui naîtront de telles conjonctions, que nous voulons être tenues et réputées, tenons et réputons pour vrais concubinages.

Article 9

Les hommes libres qui auront eu un ou plusieurs enfants de leurs concubinages, avec leurs esclaves, ensemble les maîtres qui les auront soufferts, seront chacun condamnés à une amende de deux mille livres de sucre. Et s’ils sont les maîtres de l’esclave de laquelle ils auront eu les dits enfants, voulons qu’outre l’amende, ils soient privés de l’esclave et des enfants, et qu’elle et eux soient confisqués au profit de l’hôpital, sans jamais pouvoir être affranchis. N’entendons toutefois le présent article avoir lieu, lorsque l’homme libre qui n’était point marié à une autre personne durant son concubinage avec son esclave, épousera dans les formes observées par l’Église sa dite esclave, qui sera affranchie par ce moyen, et les esclaves rendus libres et légitimes. [nb. Dans le Code Noir de 1724 (Louisiane) : pas de mariage possible entre Blancs et Noirs ; interdiction aux prêtres de célébrer des mariages mixtes ; pas de concubinage entre Blancs et Noirs affranchis ou libres, et esclaves.

Article 10

Les dites solennités prescrites par l’ordonnance de Blois et par la déclaration du mois de novembre 1639, pour les mariages, seront observées tant à l’égard des personnes libres que des esclaves, sans néanmoins que le consentement du père et de la mère de l’esclave y soit nécessaire, mais celui du maître seulement. [nb. Les esclaves qui seraient contraints de se marier par leurs maîtres n’ont aucun moyen juridique pour refuser]

À SUIVRE

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sasaye
Super Star
Super Star
avatar

Masculin
Nombre de messages : 7614
Localisation : Canada
Opinion politique : Indépendance totale
Loisirs : Arts et Musique, literature kréyòl
Date d'inscription : 02/03/2007

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Maestro

MessageSujet: Re: Pages d'histoire des hommes et des femmes d'Haiti et leurs épisodes   Jeu 25 Sep 2008 - 11:19

Colocolo,
Se denye fwa m ap adrese w.
Ondire ou pa remake ke gen plizyè mwa mwen vag tou sa w di?
Ou se yon demeplè ki voye rans ki lan lide w lan figi moun.

Tou dabo, sitasyon ke w mete a:
Mwen pa t adrese m a wou.
Mwen mete l pou tout moun antan ke moderate sit la, pou kenbe yon dekowom.

Ou pa konen kisa wa p di:

Gen de nounm se voyaje nan fès klas de Amsterdasm a Pari e fè skal Ethiopie ou Beijing kote yap tou domi ak tout jan de fi de jwa.
Kote w pran pawol fi de jwa a?
Se pou w reponn wi!!

Jiska presan, misie pale anpil, men li pa janm di ki batay kristof te janm genyen nan vi li. Lè li pa kouri devan ennmi an (Ville au Cap face à l'expédition Leclerc), li pèdi tankou yon krab (Habitation Sibert).
Lè yon nounm chita ap devèse yon dal citasyon tout moun te etidie lè yo te piti, li pa fè avanse deba a, sinon fè moun pèdi tan yo.


Kote referans ak dokimantasyon pa w?

C'est un manque de respect envers Pétion en le comparant à cet archaique.
Alo Petyon merite respe, men Kristof pa merite respe.


Vini avèk dokiman kredib pou w demanti listwa, sinon fèmen bouch ou.

Ou pa menm konprann ki gwosè derespè ou komèt kont peyi a avèk tradisyon istorik li.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rico
Super Star
Super Star
avatar

Masculin
Nombre de messages : 8954
Localisation : inconnue
Loisirs : néant
Date d'inscription : 02/09/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: dindon de la farce

MessageSujet: Re: Pages d'histoire des hommes et des femmes d'Haiti et leurs épisodes   Jeu 25 Sep 2008 - 11:24

Anténor Firmin (1850-1911°)







Anténor Firmin est né en 1850. Issu d'une famille pauvre, il réussit néanmoins à faire d'excellentes études, entra dans l'enseignement et, après s'être inscrit au barreau, se lança dans la politique et milita toute sa vie pour le parti Libéral. Pour réfuter les théories racistes d'Artur Gobineau, Firmin, membre de la Société d'anthropologie de Paris, y publia en 1885 un gros ouvrage intitulé De l'égalité des races humaines. Le livre fit connaître son auteur dans les milieux intellectuels français et, dans sa patrie, lui assura une immense célébrité. Le président Florvil Hyppolite le nomma ministre du Commerce, puis des Affaires étrangères. Sa compétence et son honnêteté ayant gêné, on le força bientôt à démissionner. Avant de démissionner également du ministère des Affaires étrangères en 1891, il réussit à empêcher l'acquisition par les Etats-Unis du Môle Saint-Nicolas, baie stratégiquemen située sur la côte nord, que convoitait la marine américaine pour y construire une base navale. Devant les tergiversations haïtiennes, la Navy finira par renoncer, et aller s'installer à Guantanamo, dans l'île voisine de Cuba.
Avoir défendu victorieusement l'intégrité territoriale de la République rendit Firmin immensément populaire. Le président Tirésias Simon Sam le rappela aux Finances cinq ans plus tard, mais Firmin, qui était d'un naturel orgueilleux, se mit le Sénat à dos; il fut à nouveau forcé de démissionner, et s'embarqua pour la France. Sam renversé en 1902, Firmin rentra au pays, déclara sa condidature à la présidence et se lança dans la campagne électorale. Son principal allié était le vieux général Nord Alexis qui, alléché lui-même par le pouvoir présidentiel, se retourna contre lui et l'obligea à fuir la capitale. Firmin tenta de renverser Alexis par les armes avec ses partisans de la province, mais fut battu sur le terrain et dut se réfugier dans l'île danoise de Saint-Thomas. Ses camarades d'exil projetèrent d'envahir Haïti sous le commandement pour chasser Alexis de la présidence. Bien que les autorités des Etats-Unis aient confisqué les armes que les Firministes y avaient achetées en privision de l'invasion, ils persistèrent, débarquèrent et furent rapidement décimés. Anténor Firmin eut la vie sauve in extremis grâce à l'intervention énergique de l'ambassadeur de France. Il regagna Saint-Thomas, mais ce fut la fin de sa vie politique. Effrayés par sa popularité, les gouvernements successifs de son pays le maintinrent à l'écart dans les législations de Londres, puis de Paris. Firmin mourut à Saint-Thomas en 1911, dans l'amertume et la désillusion.


L'idéologie de Firmin est celle de la plupart des Haïtiens de bonne volonté. Les principes qu'il partage avec les autres défenseurs d'haïtianité, sont inattaquables ; renvoyer les militaires à leurs casernes et confier le gouvernement à des civils compétents; procéder à des élections (auxquelles il était toutefois sous-entendu que seuls les "gens de bien" participeraient, les pauvres paysans étant pour l'heure bien trop ignorants et sous-développés pour aller aux urnes); encourager l'esprit civique; imposer l'honnêté dans toutes les branches de l'administration; encourager l'industrie et le commerce; entreprendre de grands travaux d'infrastructure; éduquer les masses en construisant des écoles primaires...Il n'y a pas lieu de douter de la sincérité de Firmin, mais force est de constater que ce sont là les mêmes voeux pieux que les politiciens haïtiens proclament et ont toujours proclamés, sans prendre en ligne de compte la façon pratique de mener à bien cet admirable clamés, sans prendre en ligne de compte la façon pratique de mener à bien cet admirable programme.


Jean Price-Mars déplore, et précisément dans le livre qu'il a consacré à Firmin,
"Cette propension presque pathologique qui nous pousse au verbalisme creux et sonore dont nous gargarisons comme si les mots que nous jetons aux quatre vents étaient devenus l'accomplissement d'actes authentiques dont nous devions nous louer "(Anténor Firmin par lui même, p.32)


Les idéologies de la génération suivante, et tout particulièrement Dantès Bellegarde et son adversaire Jean Price-Mars (voir p.000) se réclameron des "chercheurs et défenseurs d'Haïtianité" dont les idées généreuses attendent toujours un début d'application.


Bibliographie:
De l'égalité des races humaines (anthropologie positive). Paris: F. Pichon, 1885; Paris: L'Harmattan, 2003; Montréal: Mémoire d'encrier, 2005.
Haïti au point de vue politique, administratif et économique: conférence faite au Grand cercle de Paris, le 8 décembre 1891. Paris: F. Pichon, 1891.
Diplomate et diplomatie: lettre ouverte à M. Solon Ménos. Cap-Haïtien: Imprimerie du Progrès, 1899.
M. Roosevelt, président des États-Unis et la République d'Haïti. New York: Hamilton Bank Note Engraving and Printing Company / Paris, F. Pichon et Durand-Auzias, 1905.
Lettres de Saint Thomas. Études sociologiques, historiques et littéraires. Paris: V. Girard & E. Brière, 1910.
L'effort dans le mal. Port-au-Prince: Imprimerie H. Chauvet, 1911.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Pages d'histoire des hommes et des femmes d'Haiti et leurs épisodes   Jeu 25 Sep 2008 - 11:29

Sasaye,

Ecoutez-bien.

On n'a pas besoin d'apporter des references pour des faits connus de tous.

Lequel d'entre nous n'a pas lu les récits sur la Mise en Déroute de Christophe face à l'Expédition de Leclerc, la Bataille à l'Habitation Sibert?

Pour le moment, je ne fais que commenter la meme portion d'histoire que nous avons tous étudiée. Lorsque j'aurai besoin des references pour appuyer mes opinions, je les soumettrai à l'appréciation de tous.

Sa fè mal lè se yon yon MODERATE kap di pawol konsa:"Ou se yon demeplè ki voye rans ki lan lide w lan figi moun."
Revenir en haut Aller en bas
Sasaye
Super Star
Super Star
avatar

Masculin
Nombre de messages : 7614
Localisation : Canada
Opinion politique : Indépendance totale
Loisirs : Arts et Musique, literature kréyòl
Date d'inscription : 02/03/2007

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Maestro

MessageSujet: Re: Pages d'histoire des hommes et des femmes d'Haiti et leurs épisodes   Jeu 25 Sep 2008 - 11:41

Gen de nounm se voyaje nan fès klas de Amsterdasm a Pari e fè skal Ethiopie ou Beijing kote yap tou domi ak tout jan de fi de jwa.

Kote w pran pawol fi de jwa a?

Se pou w reponn wi!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rico
Super Star
Super Star
avatar

Masculin
Nombre de messages : 8954
Localisation : inconnue
Loisirs : néant
Date d'inscription : 02/09/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: dindon de la farce

MessageSujet: Re: Pages d'histoire des hommes et des femmes d'Haiti et leurs épisodes   Jeu 25 Sep 2008 - 11:48

Anténor Firmin, dans sa lutte contre la corruption

Le proverbe « le poisson pourrit par la tête » est ici, a contrario, superbement illustré d’autant
plus qu’en 1870 comme sous Canal, le contrôle par le Législatif sur l’Exécutif est concrètement
exercé… Ces deux pouvoirs s’aident ainsi mutuellement à ne pas trahir le vote certes encore
censitaire des électeurs… Mais, à ces deux occasions, une politique économique nouvelle n’est
pas initiée. L’ordre établi n’est donc pas inquiété. Anténor Firmin, nommé Ministre des Finances,
sous Tirésias Simon Sam (Mars 1896-Mai 1902), s’y essaie!


« Un gouvernement contre l’État »

Anténor Firmin, grande figure intellectuelle du Nord, a un cabinet d’avocats et son épouse un
magasin d’articles de luxe. Cela lui assure une aisance qui lui facilite le respect scrupuleux des
deniers de l’État pendant ses sept mois au ministère des Finances, à compter de janvier 1897.
Les objectifs de Firmin sont clairement énoncés. Il faut démocratiser la société en donnant
plus de poids aux civils tout en défendant la souveraineté nationale. Par ailleurs, au niveau
strictement économique, il est impératif d’assainir les finances, de protéger le commerce autochtone
et de mettre en place une économie manufacturière.
Tout un programme de gouvernement
qui va à l’encontre de la machine d’État traditionnelle, la prédatrice.


Au niveau des dépenses publiques, les premières mesures ont la faveur des élites. Par exemple,
la pléthore d’allocations et d’indemnités, attribuées à des fonctionnaires et qui doublent les
salaires de ceux-ci, est éliminée. De plus, transparence oblige, on cesse de payer en dollars
américains les parlementaires et hauts fonctionnaires… Les économies sont tangibles. Mais elles
risquent de le devenir davantage encore quand Firmin annonce des réductions drastiques au
niveau des appointements des hauts gradés militaire
? Là, l’oligarchie militaro-foncière commence
à se rebeller.


De plus, assainir les finances exige aussi de pourchasser la contrebande, proscrire les contrats
léonins, en finir avec les emprunts intérieurs toujours plus onéreux. Là, les grands négociants
consignataires, le haut commerce indigène, les banquiers freinent des quatre fers. Les emprunts
sollicités par Firmin sont dorénavant repoussés par ces éminents agents…
Acculé, Firmin hésite pourtant à faire appel aux couches sociales (petit commerce, artisans…
asservis au grand négoce) qui pourraient accompagner l’application de son programme. Et les
liens souterrains contre le technicien, de plus en plus isolé, agissent. L’élite commerçante et
bancaire ainsi que son alliée militaro-foncière se sont ralliés les généraux pervers, les parlementaires
avides et les hauts fonctionnaires ambitieux…

Le Ministre Firmin « tombe » le 16 juillet 1897. Cinq ans plus tard, sa candidature à la
présidence sera violemment anéantie par les mêmes forces sociopolitiques qui l’avaient contraint
à démissionner de son poste ministériel…
Le XXe siècle s’ouvre donc sous de sombres auspices. Pourtant il y a toujours des personnalités
à relever la tête, à oser accuser…


Source:La corruption en Haïti.Gusti Klara Gaillard-Pourchet



1- Roger Gaillard, La République Exterminatrice, tome 2, titre d’un chapitre de cet ouvrage.

2- Roger Gaillard, « Luttes coloristes et oppression paysanne (1888-1946 ) », supplément du journal Le Nouveau Monde, 16 juillet
1978.
[/size]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Pages d'histoire des hommes et des femmes d'Haiti et leurs épisodes   Jeu 25 Sep 2008 - 11:50

Sasaye a écrit:
Gen de nounm se voyaje nan fès klas de Amsterdasm a Pari e fè skal Ethiopie ou Beijing kote yap tou domi ak tout jan de fi de jwa.

Kote w pran pawol fi de jwa a?

Se pou w reponn wi!!

Tout dabo, wap ensilte mwen, donk mwen pa anvi kontinie deba sa a. Dezièman, ou di noi sou blan: "Se denye fwa m ap adrese w".

Ou gentan di ou pa nan pale avè mwen, konman ou vle pou mwen reponn ou???

Se jan de kontradiction sa yo ke mwen te vle ale chache nan istwa sa Madiou ekri a wi, men domaj. Enterè ti nèg nan No pa pèmèt sa.
Revenir en haut Aller en bas
Rico
Super Star
Super Star
avatar

Masculin
Nombre de messages : 8954
Localisation : inconnue
Loisirs : néant
Date d'inscription : 02/09/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: dindon de la farce

MessageSujet: Re: Pages d'histoire des hommes et des femmes d'Haiti et leurs épisodes   Jeu 25 Sep 2008 - 12:00

Sasaye a écrit:
Gen de nounm se voyaje nan fès klas de Amsterdasm a Pari e fè skal Ethiopie ou Beijing kote yap tou domi ak tout jan de fi de jwa.

Kote w pran pawol fi de jwa a?

Se pou w reponn wi!!

Se komik mwen pa dwe mande yon moderatè sa, vag Sasaye. Objèktif ti malen se pou distrè, sabote pos la.Eske w te pale ou byen adrese mouche espesyalman, Non, non, non.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sasaye
Super Star
Super Star
avatar

Masculin
Nombre de messages : 7614
Localisation : Canada
Opinion politique : Indépendance totale
Loisirs : Arts et Musique, literature kréyòl
Date d'inscription : 02/03/2007

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Maestro

MessageSujet: Re: Pages d'histoire des hommes et des femmes d'Haiti et leurs épisodes   Jeu 25 Sep 2008 - 12:04

Saa se pa deba. Deba a fini.
Kounye a se yon insilt pesonel:

Gen de nounm se voyaje nan fès klas de Amsterdasm a Pari e fè skal Ethiopie ou Beijing kote yap tou domi ak tout jan de fi de jwa.
Kote w pran pawol fi de jwa a?

Se pou w reponn wi!!
Ou paka kouri pou saa kom ou abitye fè.

Kote w pran pawol fi de jwa a?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Pages d'histoire des hommes et des femmes d'Haiti et leurs épisodes   Jeu 25 Sep 2008 - 12:05

Rico a écrit:
Sasaye a écrit:
Gen de nounm se voyaje nan fès klas de Amsterdasm a Pari e fè skal Ethiopie ou Beijing kote yap tou domi ak tout jan de fi de jwa.

Kote w pran pawol fi de jwa a?

Se pou w reponn wi!!

Se komik mwen pa dwe mande yon moderatè sa, vag Sasaye. Objèktif ti malen se pou distrè, sabote pos la.Eske w te pale ou byen adrese mouche espesyalman, Non, non, non.

Suiv sa byen Riko.

Malgre tout dako mwen pa dako ak ou, mwen pa janm di ou mo deplase.

Malen
se yon defo nan lang kreol. Vie mo konsa pat ta dwe di nan yon echanj kote moun de bien ap pale.

Men piske se ou, pa gen pwoblèm, pa vre?
Revenir en haut Aller en bas
Rico
Super Star
Super Star
avatar

Masculin
Nombre de messages : 8954
Localisation : inconnue
Loisirs : néant
Date d'inscription : 02/09/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: dindon de la farce

MessageSujet: Re: Pages d'histoire des hommes et des femmes d'Haiti et leurs épisodes   Jeu 25 Sep 2008 - 21:18

<BLOCKQUOTE>
Défilée

Elle s'appelait Marisainte et elle est née esclave au Cap, à la rue Espagnole. Marisainte était, avant tout, une femme de guerre, impulsive, pleine d'énergie. On dit qu'elle était une sorte de vivandière, et en cette qualité, elle accompagnait, par monts et par vaux, l'armée indigène dans toutes ses campagnes. A chaque fois que la troupe s'arrêtait et que les soldats, exténués de fatigue, voulaient outre mesure prolonger leur halte, d'une voix martiale, Marisainte criait: "Défilez" d'où ce surnom qui lui resté pour la vie.
Défilée était mariée à un orfèvre de qui elle eut trois fils. L'un d'eux, le colonel Cando Bazile, officier de maréchaussée, sous Faustin 1er, sauvera de la mort Fabre Geffrard, le 27 décembre 1858, alors que ce dernier complotait.
Au cours de la guerre de l'indépendance, Défilée eut ses deux frères, qu'elle aimait tant, fauchés par la mitraille. Ce rude coup sur son sort l'a littéralement foudroyée, et sa raison sombra. Après ce drame, on rapporte que pendant de longs mois, Défilée, les yeux hagards, allait souvent au cimetière du Cap, s'agenouiller devant la tombe de ses frères, ses compagnons d'armes qu'elle chérissait, bredouillant des paroles obscures et incohérentes.
Le jour de l'assassinat de l'Empereur, au Pont Rouge, ce 17 octobre 1806, Défilée, comme à l'accoutumée, errait à travers les rues. Disposé sur un brancard de fusils, le corps de l'empereur assassiné est parvenu en ville où on l'abandonna méconnaissable sur la place d'Armes. C'est là où Défilée, aidée d'un misérable mendiant dénommé Dauphin, eut à accomplir un acte héroïque: elle recueillit les os fracassés et la chair ensanglantée de son Empereur qu'elle connaissait bien, plaça le tout dans un sac et prit la route du cimetière intérieur, jouxtant l'actuelle église paroissiale de Ste-Anne. Jusqu'à une heure tardive, on la voyait, encore à genoux, et les larmes aux yeux, devant ce qui restait de l'ombre gigantesque du Libérateur.

Source: Bayyinah Bello
</BLOCKQUOTE>
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rico
Super Star
Super Star
avatar

Masculin
Nombre de messages : 8954
Localisation : inconnue
Loisirs : néant
Date d'inscription : 02/09/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: dindon de la farce

MessageSujet: Re: Pages d'histoire des hommes et des femmes d'Haiti et leurs épisodes   Jeu 25 Sep 2008 - 21:54

Louis-Joseph Janvier (1855-1911)















Louis Joseph Janvier poursuivit en France des études de médecine commencées en Haïti. Docteur en médecine de l'Université de Paris en 1881, il entre ensuite à Science-Pô, d'où il est diplômé deux ans plus tard, avant d'obtenir une licence en droit à Lille. Outre un épisode historique romancé, Le Vieux Piquet (1884) et un roman insignifiant, Une chercheuse (1889), ce journaliste et polémiste de vocation publie un grand nombre d'articles concernant sa patrie dans les journaux français haïtiens, articles réunis en volumes intitulés La république d'Haïti et ses visiteurs (1882), Haïti aux Haïtiens (1884), et l'Egalité des races (1884). Il collabora à un volume collectif, Les Détracteurs de la race noire et de la République d'Haïti (1884). Mentionnons enfin un précieux ouvrage de références, les Constitutions d'Haïti (1886), où Janvier reproduit et commente abondamment les dix-sept constitutions adoptées en Haïti entre celle de Toussaint Louverture (1801) et la dernière en date à la publication du livre, celle de 1879. Les commentaires de Janvier constituent en fait une révision de l'histoire d'Haïti telle qu'elle avait été élaborée par les historiens mulâtres quelques décennies plus tôt. C'est le caractère et le rôle historique des pères de la Patrie "nouveaux libres" noirs- Toussaint Louverture, Dessalines et Christophe jusqu'alors présentés de façon critique et parfois hostile, que Janvier célèbre et monte en épingle, et non pas celui des "anciens libres" Ogé, Chavannes, Rigaud, Pétion et Boyer.


Chargé d'affaire puis ministre plénipotentiaire à Londres, Janvier ne rentra au pays qu'en 1905, vint-neuf ans après son départ pour la France. Il fut candidat malheureux à la mairie de Port-au-Prince en 1908, et retourna bientôt diriger la légation d'Haïti dans la capitale anglaise. Nommé ensuite à Paris, il y mourut en 1911.

La République d'Haïti et ses visiteurs (1882) fut composé pour réfuter les articles malveillants d'un certain Cochinat dans le quotidien le parisien La petite Presse. La verve de Janvier verse facilement dans la diatribe, voire l'invective, et n'évite pas toujours la grossièreté; Cochinat ayant prédit la disparition d'Haïti en tant que nation, Janvier réplique:

Va simple jésuite et triple gueux, ta prédiction ne s'accomplira point. Et quoi que tu fasses, tu n'arriveras jamais jusqu'à la hauteur de notre mépris, vile et vénale créature. Tu es noyé dans une mer d'ajection, valer à langue de vipère et lorsque tu seras mort, ta charogne empoisonnera les vers qui la dévoreront et la pourriture de ta carcasse aura depuis longtemps cessé d'empester la terre, cependant qu'Haïti continuera de vivre libre, splendide et prospère au grand soleil...(P. 51-52)\



Abstraction faite de ces truculents écarts de langage, c'est point par point qu'il oppose des arguments pertinents à Cochinat et aux autres plumitif du même acabit. Il fait remarquer que les reproches d'ensemble et de détail faits aux Haïtiens pourraient être faits aussi bien aux Européens en général et aux Français en particulier : au massacre des Blancs par Dessalines, par exemple, il oppose la Saint-Barthélémy, les dragonnades, la Terreur; à ceux qui font la gorges chaudes de noms de lieux comme Marmelades, la Terreur; à Saltrou, il fait remarquer que ces noms ont été choisis par les Français au temps de la colonie. A qui les ignore, il apprend le nom des hommes de lettres haïtiens, il explique les moeurs politiques du pays aux observateurs qui n'y voient qu'anarchie grotesque. Quant au préjugé de la couleur, il nie purement et simplement qu'il existe ou même puisse exister dans sa patrie (entorse évidente à la vérité que seul explique le patriotisme de ce puritain).

Toute sa vie, il prêcha contre les emprunts contractés à l'étranger, qui mettaient le pays sous la dépendance de l'état prêteur, et contre les privilèges abusifs des commerçants étrangers établis en Haïti; en politique, il ne cessa de plaider pour le remplacement du règne des militaires par un gouvernement civil et pour une réforme agraire en faveur des paysans; en matière d'éducation, il prône la multiplication de bourses permettant aux meilleurs étudients d'aller se perfectionner en France; du point de vue religieux, voyant en l'église de Rome la personnification de l'autoritarisme et l'ennemie des Lumières, ce franc-maçon convaincu lui compare favorablement son propre protestantisme, facteur selon lui d'honnêteté et de liberté intellectuelle et précieuse incitation au travail productif




Bibliographies:

Essais:
Phtisie pulmonaire; causes, traitement préventif. Paris: A. Parent, 1881.
Les Détracteurs de la race noire et de la république d'Haïti (avec Jules Auguste, Clément Denis, Arthur Bowler et Justin Dévost). Paris: Marpon et Flammarion, 1882.
La République d'Haïti et ses visiteurs (1840-1882); réponse à M. Victor Cochinat (de La Petite presse) et à quelques autres écrivains. Paris: Marpon et Flammarion, 1883; Port-au-Prince: Éditions Fardin, 1979.
L'Égalité des races. Paris: G. Rougier, 1884.
Haïti aux Haïtiens. Paris: A. Parent, A. Davy, 1884.
Les Antinationaux, actes et principes. Paris: G. Rougier, 1884; Port-au-Prince: Panorama, 1962.
Les Affaires d'Haïti (1883-1884). Paris: C. Marpon et E. Flammarion, 1885; Port-au-Prince: Panorama, 1973.
Les Constitutions d'Haïti, 1801-1885. Paris: C. Marpon et E. Flammarion, 1886; Port-au-Prince: Fardin, 1977.
Du Gouvernement civil en Haïti ; avec le portrait de l'auteur. Lille: Le Bigot frères, 1905.
La caisse d'épargne et l'école en Haïti. Port-au-Prince: Imprimerie de l'abeille, 1906.
Élections législatives de 1908 ; humble adresse aux électeurs de la commune de Port-au-Prince. Port-au-Prince: l'Abeille, 1907; Port-au-Prince: H. Chauvet, 1908.
Romans:
Le Vieux Piquet ; scène de la vie haïtienne. Paris: A. Parent, 1884.
Une Chercheuse. Paris: C. Marpon et E. Flammarion, 1889
.

</STRONG>
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rico
Super Star
Super Star
avatar

Masculin
Nombre de messages : 8954
Localisation : inconnue
Loisirs : néant
Date d'inscription : 02/09/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: dindon de la farce

MessageSujet: Re: Pages d'histoire des hommes et des femmes d'Haiti et leurs épisodes   Ven 26 Sep 2008 - 12:54

Hannibal Price III (1841-1893)



Avec sa justesse de pensée et son sens de la réalité, sa philosophie de la vie, son amour authentique pour le pays natal, Hannibal Price III est placé au rang des bâtisseurs de la société haïtienne, de bienfaiteur de l'humanité et de la race noire, de gand-père de la négritude et de père du Panaméricanisme moderne. De cet esprit aujourd'hui presque méconnu, plus d'un siècle plus tard, il ne reste que des non-dits. L'ignorance est contagieuse. Cet affaiblissement délibéré de notre histoire économique, cet évitement de ce patrimoine enrichissant et actuel signalent, en creux, je ne sais quel inassouvissement. N'est-ce pas la mission élevée de ceux qui réfléchissent que de faire la lumière sur les actes irresponsables commis dans le passé et de tenir en éveil la conscience qu'on doit en avoir? Au lieu de cela, la grande majorité de la population, et les responsables d'hier et d'aujourd'hui sans distinction, s'attachant sans cesse à l'amnésie et à l'obscurantisme.

Fourmillant d'idées et de courage, dans un pays en panne justement de réformes mais ivre de turbulences politiciennes sans grandeur, Hannibal Price III est né à Jacmel en avril 1842. Ardent penseur et chercheur, l'oeil allumé et une attention soutenue de damné du dernier cercle, il a laissé environ sept (7) ouvrages d'inégale valeur documentaire, portée par le mélange des idéaux. Dans un monde livré déjà à la rivalité implacable de tous contre tous, sa production économique est dense et charrie des idées généreuses sur la gestion financière et le droit international: Etudes sur les finances et l'économie des nations (1876), Réflexions du député Hannibal Price sur la pétition des ouvriers (1877), Rapport au sénat et à la chambre sur la comptabilité (1877), Pourquoi cette guerre (1889), Rapport adressé au gouvernement d'Haïti par Hannibal Price, délégué à la Conférence Internationale Américaine, tenue à Washington D.C. du 20 octobre 1889 au 19 avril 1890 (1890), La question haïtienne (1891), De la Réhabilitation de la race noire par la République d'Haïti. En le lisant, on voit comment il s'écarte des courants contemporains conservateurs ou romantiques. Volontariste ou pas, c'est un projet d'apparence pragmatique. Et dans les faits?

Que nous serait la vie d'Hannibal Price III si elle ne nous offrait qu'une occasion de plus de nous complaire dans l'enfer des faillites, des malédictions, des obscurantismes nationaux; si nous n'en tirions qu'une leçon de résignation et de passéisme?Mais cette mise en garde, en effet, pourrait faire office d'apologue. Reste à en articuler le fondement. Tâchons. Pourquoi, comment, cette énergie retrouvée, ce modèle de vie qui s'attachent à une plume alerte, à un tempérament exaltant, une biographie emblématique, pétrie de souffrance et d'enthousiasme, la trace d'un sujet remuant, le sillage d'un héritage? Première explication - la plus frappante, et qui séduit avec force. Le talent ou, plutôt, la contribution économique d'Hannibal Price III. Sa boulimie. Sa fraîcheur d'esprit. Telle est sa spécificité - la première jeunesse - de cette deuxième moitié du XIXe siècle haïtien. L'économie est l'un des moteurs de l'Histoire. Or, chez Hannibal Price III, c'est justement cette dignité de la science qui vient à bout de l'homme engagé dans une cause perdue, qui triomphe de l'esprit partisan, du sectarisme, des combats conjoncturels, qui surmonte , enfin, la stérile et ruineuse opposition entre le Parti libéral et le Parti national, pour atteindre à cette vision consensuelle, cette ouverture sur l'autre que doit postuler toute éthique, tout programme patriotique, sauf à n'être pas.

Un visionnaire exceptionnel
Personnage exceptionnel de notre passé historique, l'un des grands méconnus de nos études économiques, il s'est adonné dès son plus jeune âge à la politique active au service de son pays et s'est défendu toute sa vie d'ête un homme de parti, tout au moins un béni-oui-oui. On en mesure mieux la profondeur et l'actualité, à présent. Quel itinéraire hors pair, au demeurant!

Ce bagarreur inventif a rempli nombre de postes avec un égal bonheur: il a été tour à tour chef de division au ministère du Commerce, Doyen du Tribunal de Commerce du Cap-Haïien, Conseiller du gouvernement provisoire de 1875, chargé de la direction des départements des Finances, du Commere et des Relations Extérieures, Président de la chambre des Représentants à la 16e législature, Envoyé extraordinaire et Ministre plénipotentiaire de la République d'Haïti près du gouvernement des Etats-Unis d'Amérique et Délégué à la Conférence Internationale Américaine de 1890. La volonté de s'affirmer, il l'a d'abord manifestée dans ses fonctions publiques. En fait, tous les postes, toutes les fonctions d'Hannibal Price III, qu'ils fussent politiques ou diplomatiques, ont d'abord été d'un juste, d'un réformateur convaincu. C'est ici, seulement ici, qu'il convient pour les jeunes, de s'interroger sur la signification, non pas d'une existence, mais de la volonté modernisatrice qui n'a cessé de la transcender au milieu des tracasseries et des obstacles dont elle était l'objet. L'orgueil exapéré qui la nourrit, le pathétique dont elle témoigne ne parviennent pas à faire passer dans la colonne des oublis ce triste bilan de fatales pertes. Chez lui, la compétence est une nécessité. Actualité brûlante. Détourné d'un avenir grandiose. On s'épuise, gouvernement après gouvernement, à se tromper.

Ce citoyen engagé pour son esprit d'ouverture et de réforme a gagné l'exil en maintes reprises, soit seul, soit avec sa famille. Toujours éprouvant et infernal, le dernier (Jamaïque et Panama) a duré près de dix (10) ans. Il n'est pas abusif d'écrire qu'il y eut là quelque chose comme une épouvantable fatalité. Lors de l'avènement d'Hyppolite à la présidence d'Haïti, il est parti pour les Etats-Unis comme ambassadeur. En décembre 1889, tout de charme et d'une séduction qui se veut voyante, il est devenu délégué à la Conférence américaine. Vie en zigzag. Vie inaccessible à la paix. Vie haïtienne. Vie hantée, douloureuse, ravinée jusqu'au martyre.

Combat effectif pour le progrès national
Hannibal Price III, par son optimisme et sa foi dans l'humanisme, a fait avorter en 1891 une conspiration internationale contre le gouvernement d'Hyppolite après avoir tourné en dérision les principaux acteurs. Avec sa délicatesse cultivée et narquoise, il a entraîné avec éclat l'échec des tentatives américaines d'annexer le Môle Saint-Nicolas de 1888 à 1891 et a annoncé par voie de presse les probables intentions de l'administration Harrison à l'égard d'Haïti, texte qu'il a fait paraître sous le pseudonyme de Verax. En dépit de ses travers, malgré sa versatilité ou ses excès, quelle que soit l'ambiguité du nationalisme qui l'habite, il n'écrit pas, il pense. Sourcilleux à l'extrême, il ne pense pas au hasard, il pense tout le temps. Cette compulsion a coïncidé avec des désarrois d'un autre âge? Ce n'est pas sûr. La tragédie intergénérationnelle qui se révèle ainsi n'est, à vrai dire, que trop explicite. Cette possession contagieuse parlait d'elle-même. Ce n'était pas une figure de style, ni une affaire de mode. Chez lui, le travail de l'écrivain s'est surtout exercé sur l'objet de son art, cherchant à mettre en relief les sources de sa pensée. Cette écriture ample, colorée, donc bondissante, sans bornes, à plume abattue, presque en ébullition, quel modèle de performance! Un ancêtre étonnant de Leslie François Manigat à cet égard! Par le style seulement? On retrouve donc bien le frimat du culte et de la recherche de l'excellence que nous évoquions plus haut.

Aux environs des années 1868, ce brillant intellectuel a épousé Josephine Curet, surnommée Grande Fifine dans la famille. De cette union, six (6) enfants ont pris naissance: Louis Price, Rachel et Esther Price sont mortes toutes deux au Cap-Haïtien à l'âge de cinq (5) ans, Henry François Hannibal Price IV, Marie Price, Georges Price. Une descendance prodigieuse.

Après avoir combattu pour le bonheur effectif de son pays, Hanninbal Price III, dégrisé de son optimisme, s'éteignit en fonction à Brooklyn le 1er janvier 1893, à 51 ans. Le siècle allait disparaître avec l'Occupation américaine en 1915 mais son cadavre puait. En cette circonstance, le gouvernement d'Haïti a reçu des membres de la famille un rapport détaillé des comptes de l'Ambassade à washington. Le reste tient en peu de larmes.

Ce bel esprit de notre patrimoine politique, dressé tout entier contre un «retour» du colon, avait prôné un programme économique progressiste et original axé sur la fusion des valeurs patriotiques avec le fervent idéal de progrès et de liberté totale. Ce fut un économiste hors du commun qui a lutté pour ouvrir la voie à la libération de son peuple meurtri, culpabilisé, souffrant, villipendé. Horreur. Il me semble qu'on est tombé d'assez haut.

Animé d'un esprit d'ouverture et d'une intelligence positive, louangé pour son impertinence roborative, Hannibal Price III n'a fait que contribuer par son engagement politique et son idéologie libérale au respect de la patrie commune. Dans un monde féroce pour les gens de couleur et les petites nations, il a été un combattant du changement opérationnel, un homme d'action réfléchie, différent des autres au sein de l'appareil gouvernemental. Plutôt le courage et la realpolitik que l'inertie et la résignation? Halte aux néocolonialistes! Ce portrait ramassé est le très tardif, très enthousiaste et totalement authentique parcours d'un esprit qui reste occulté. A l'abri des petitesses, il a tout pour lui: la profondeur, une certaine forme de noblesse patriotique et un fort instinct de survie. Voilà Hannibal Price posthumément exalté.

Bibliographie essentielle

1. Etudes sur les finances et l'économie des nations.
Guillaumin et Cie, Paris, 1876, 260 p.
2. Réflexions du député Hannibal Price sur la Pétition des ouvriers. Imprimerie Nationale,
Port-au-Prince, 1877, 41 p.
3. Rapport au Sénat et à la Chambre sur la comptabilité révolutionnaire. Imprimerie Nationale,
Port-au-Prince, 1877, 46 p.
4. Pourquoi cette guerre? «Star et Herald, Panama, 1889, 16 p
5. Rapport adressé au gouvernement d'Haïti pour Monsieur Hannibal Price, délégué à la
Conférence Internationale Américaine, tenue à Washington D.C du 20 octobre 1889 au 19
avril 1890. Imprimerie française Louis Weiss et co., N.Y, 1890, 199 p.
6. La question haïtienne (signée du pseudonyme Verax) Version français Louis Weiss et co
N.Y., 1891, 116 p.
- The Haytian Question n.d., 80 p.
- Une version espagnole n.d.
7. De la Réhabilitation de la race noire par la République d'Haïti. Imprimerie J. Verrollot.
Port-au-Prince, 1901, 736 p.
Manuscrits encore inédits en 1993
Projet de loi
Comptabilité publique
2e volume de l'étude: «Des finances et de l'économie des nations».
Articles
Sur le journal «Le Civilisateur» (une centaine)

Dans la presse internationale, notamment: Le New York Post, le Post de Boston, New York Times, New York Herald, le World, etc... de 1889 à 1892 (une centaine).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Pages d'histoire des hommes et des femmes d'Haiti et leurs épisodes   Ven 26 Sep 2008 - 13:11

Riko,

Se pwoblèm sa a, mwen gen avèk ou.

Yon citation ki pa suivi pa yon analyz pa fè avanse deba a, ni syans nan.

Mwen pral mountre kijan nou te kafè avanse konesans sou istwa dayiti sou fowum sa a.

Lese mwen itilise citasion sa a ki anba siyati ou a:
"...si le sort des armes vous est favorable,..."

Christof ak konparèl li yo te esklav, sa vle di ennemi yo a te pi fo pa se yo. Fras misie repete la a, pat gen sans si nou pa rantre andan tèt misie pou nou konpran sa ki padi. Daprè analiz pa mwen, misie te pè fos ki anfas li a, se sak ki fè lap repete yon bagay tout moun te konnen deja.

Zafè ou si ou vle joure mwen, men fok mwen te mountre ou ke citation anli menn pa sifi pou konpran istwa. Yon analiz ka pa komplè, li ka devie, men san li yon citation rete bèbè.
Revenir en haut Aller en bas
Rico
Super Star
Super Star
avatar

Masculin
Nombre de messages : 8954
Localisation : inconnue
Loisirs : néant
Date d'inscription : 02/09/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: dindon de la farce

MessageSujet: Re: Pages d'histoire des hommes et des femmes d'Haiti et leurs épisodes   Ven 26 Sep 2008 - 14:54


Marie Louise Coidavid

Marie Louise Coidavid naquit en 1778, sur l'habitation Bredou, commune de Ouanaminthe. Née de parents libres, elle put apprendre à lire et à écrire. Vers cette même époque, celui qui devait devenir son époux, encore adolescent, combattait vaillamment à Savannah et se faisait déjà remarquer par son extraordinaire courage.
Le 15 juillet 1793, Marie Louise Coidavid épousait Henry Christophe. Femme d'officier, la vie agitée des camps ne donne aucun répit à Marie Louise. La voilà obligée de connaître avec son époux les hasards de la guerre, qui la forcent à le suivre d'une ville à l'autre et le plus souvent à se cacher afin de ne pas être comme Sanite Bélair un otage précieux entre les mains de l'ennemi.
Pendant la guerre civile entre Toussaint et Rigaud, Marie Louise trouve pour la première fois un champ d'action où se manifestera son ardente charité. Beaucoup de prisonniers n'eurent la vie sauve que grâce à son intervention. Les évènements se précipitent à Saint Domingue: c'est l'arrivée de la flotte française et la décision de Christophe de réduire la ville en cendres pour empêcher l'entrée des français.
Elle alla se cacher avec ses enfants sur les sommets inaccessibles des Cahos où se trouvaient déjà Suzanne Louverture, Marie Claire Heureuse et Sanite Bélair.
Le premier janvier 1805, nous retrouvons Marie Louise assistant aux Gonaïves aux cérémonies du premier anniversaire de l'indépendance.
Mais la paix de 1804-1805 n'était qu'une trêve. Les évènements politiques redoublent encore et viennent à nouveau troubler son existence: l'assassinat du Pont-Rouge, la scission entre le Nord et l'Ouest, l'élection de Christophe à la présidence, l'établissement de la monarchie.
Isolée, accablée par un impitoyable destin, cette femme qui a tout perdu dresse cependant la tête devant l'orage. Elle fait appel à sa soeur, Mme Pierrot qui obtient de Boyer l'autorisation de la rejoindre à Pise. Et c'est dans les bras de sa soeur qu'elle mourut à l'âge de 73 ans, le 14 mars 1851.


Source: Bayyinah Bello
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rico
Super Star
Super Star
avatar

Masculin
Nombre de messages : 8954
Localisation : inconnue
Loisirs : néant
Date d'inscription : 02/09/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: dindon de la farce

MessageSujet: Re: Pages d'histoire des hommes et des femmes d'Haiti et leurs épisodes   Ven 26 Sep 2008 - 21:24

<BLOCKQUOTE>Toussaint L'Ouverture
Discours de Wendell Phillips

Décembre 1861, à New York et à Boston

</I>
</I>Traduction par le Docteur Letances</I>
Mesdames et Messieurs,

Je me suis engagé à vous donner une esquisse, faite depuis quelques années, de la vie d'un homme, qui fut l'un des plus remarquables de la dernière génération, du grand chef de Saint-Domingue, Toussaint L'Ouverture, noir pur, dont les veines ne contenaient pas une seule goutte de sang blanc. Cette esquisse est à la fois une biographie et un argument. C'est une biographie fort ecourtée, bien entendu, d'un noir soldat et à la fois homme d'état, et je vous la présenterai comme un argument en faveur de la race à laquelle il appartient. Je me propose donc de faire ce soir la comparaison des races et de poser leurs mérites, d'entreprendre une tâche qui vous paraîtra peut-être absurde, mes efforts ayant pour but de vous prouver que la race noire, au lieu d'être pour nous un objet de pitié et de mépris, a assez de titres, au contraire, devant le jugement de l'histoire, pour occuper une place auprès de la race anglo-saxonne.

Les races doivent être jugées de deux manières: par les grands hommes qu'elles produisent, et par la moyenne des mérites que possède la masse du peuple. Nous, Saxons, nous sommes fiers d'avoir eu des Bacon, des Shakespeare, des Washington, des Franklin, étoiles que nous avons placées au milieu des pléiades historiques des grands hommes, et nous nous trouvons ensuite avec ses grandes qualités, de source germanique.

Il y a aussi trois épreuves par lesquelles les races veulent être jugées: la première, la base de toutes les autres, c'est le courage, l'élément qui nous fait dire ici aujourd'hui "Ce continent est à nous depuis les Lacs jusqu'au Golfe. Malheur à qui tenterait de le diviser"; la seconde, c'est la conviction que la force est doublée quand elle est soutenue par la résolution, la liberté réglée par la loi, tel est le secret du progrès des Saxons; la troisième, c'est la persévérance, la constance: la résolution d'abord, puis le succès ou la mort. De ces trois éléments est formé l'élan saxon qui porta notre race à l'avant-garde de la civilisation.

Pendant cette heure que vous me consacrez ce soir, je fais un effort suprême pour vous convaincre qu'au lieu de figurer au bas de la liste, le sang noir jugé, soit au point de vue de ses grands hommes ou des ses masses, soit par son courage, par sa résolution ou par sa constance, le sang noir a droit à une place aussi rapprochée de nous que tout autre sang inscrit dans l'histoire. Pour sujet de ma thèse, je prends l'histoire d'une île, d'une étendue à peu près égale à la Caroline du Sud, le troisième point ou Colomb mit le pied en Amérique. Charmé par la magnificence du paysage et par la fertilité du sol, il lui donna le nom le plus aimé, Hispaniola, la petite Espagne. Son successeur, plus dévot, le rebaptisa du nom de Saint-Domingue. Lorsque les noirs, en 1803, balayèrent de sa surface notre race blanche, ils effacèrent avec elle sa dénomination, et l'île entra dans l'année 1804 sous son ancien nom d'Haïti, terre de montagnes.

A l'origine, aux premiers temps de son commerce, elle fut occupée par des flibustiers français et espagnols, quelque chose comme les pirates de nos jours. L'Espagnol en prit les deux tiers, à l'est; le Français, le tiers, à l'ouest, et ils y établirent peu à peu leurs colonies. La partie française, à laquelle appartient mon histoire, devint la colonie favorite de la mère-patrie. Munie d'importants privilèges, enrichie par les rejetons de familles opulentes, aidée par l'incomparable fertilité du sol, elle devint de bonne heure le plus riche joyau de la couronne des Bourbons, et, dans la periode sur laquelle j'appelle votre attention, vers l'époque de notre Constitution, 1789, ses richesses étaient presque incroyables.

La race blanche, efféminée, rivalisait, par ses gouts, avec les sybarites de l'Antiquité; sa vie de mollesse et de luxe éclipsait les splendeurs de Versailles, et ses dépenses somptueuses ne peuvent être comparées qu'aux plus folles prodigalités des Césars. A cette époque, l'île contenait environ trente mille blancs, vingt à trente mille mulâtres, et cinq cent mille esclaves. La traite se faisait activement. On y importait environ vingt-cinq mille noirs par an, et cette importation suffisait à peine à remplir les vides que laissait dans leurs rangs la culture mortelle de la canne, pour la production d'une année. Les mulâtres étaient, comme chez nous, les fils des planteurs; mais les planteurs français n'oubliaient jamais, comme il arrive parmi nous, que les fils de la femme esclave étaient leurs fils. Hors leur nom, ils leur donnaient tout: fortune, riches plantations et troupeaux d'esclaves; ils envoyaient les jeunes gens à Paris, pour y faire leur éducation, et ils faisaient venir les professeurs les plus distingués pour instruire leurs filles. De cette manière, en 1790, la race des mulâtres se trouvait en possession dans l'île, d'un quart des biens meubles et d'un tiers des propriétés foncières. Mais, malgré son éducation et sa richese, le mulâtre, comme chez nous, devait s'incliner sous le joug. Soumis à des contributions exceptionnelles, il ne pouvait occuper aucun emploi public, et s'il était convaincu d'un crime, il était puni d'un double châtiment. Son fils ne pouvait pas s'asseoir, à l'école, sur le même banc que les fils des blancs. Il ne pouvait pas entrer dans une église où un blanc était en prières; il était obligé, s'il arrivait à la ville à cheval, de mettre pied à terre et de conduire sa monture par la bride, et après sa mort, son corps ne pouvait pas reposer sous la même poussière où gisaient les restes d'un blanc. Telles étaient la race blanche et la race mulâtre; un voile léger de civilisation sous lequel apparaissait la queue épaisse et noire de cinq cent mille esclaves.

Ce fut sur cette population, [le blanc livré aux plaisirs des sens, le mulâtre d'autant plus vivement blessé par sa dégradation qu'il était plus éclairé et plus opulent, l'esclave sombré et taciturne, impassible à des luttes et à des pertubations qui passaient dans l'atmosphère, au-dessus de sa tête], ce fut sur cette population qu'éclata en 1789, aux éclairs de la foudre, la tempête de la Révolution Française. Les premières paroles qui arrivèrent à l'île furent celles dont composa sa devise le club jacobin: "Liberté, Egalité". Le blanc les écouta en frémissant d'épouvante. Il venait de lire que le sang coulait dans les rues de Paris. L'esclave les entendit avec indifférence; le choc avait lieu dans les régions supérieures, entre des races différentes de la sienne et qui ne le touchaient pas. Les mulâtres les recurent avec une joie que ne put réprimer la crainte des autres classes. Ils formèrent, à la hâte, des assemblées, envoyèrent à Paris une commission pour représenter leur corps tout entier, firent déposer à la barre de l'Assemblée Nationale le libre don de six millions de francs et engagèrent le cinquième de leurs revenus annuels pour le paiement de la dette de la nation. Ils demandèrent seulement, en retour, que le joug de mépris qui pesait sur eux comme hommes et comme citoyens fût à jamais brisé.

Vous pouvez vous imaginer facilement quelles félicitations Mirabeau et Lafayette prodiguèrent aux mulâtres libres des Indes Occidentales, qui s'annonçaient par ces magnifiques présents, et comment dut être recue leur petition en faveur de l'égalité des droits civils par une Assemblée decidée à declarer que tous les hommes étaient égaux. L' Assemblée se hâta d'exprimer sa gratitude et expédia un décret qui commence ainsi: "Tous les Français, nés libres, sont égaux devant la loi." Ogé, mulâtre élevé à Paris, fils d'une riche mulatresse, était, à cette époque, lieutenant-colonel au service de la Hollande. Il était l'ami de Mirabeau et le camarade de tous les chefs du Parti Républicain. Il fut chargé de porter à la colonie le décret et le message de la démocratie française. Il y débarqua. Le décret de l'Assemblée Nationale fut déposé sur le bureau de l'Assemblée Générale de l'île. Un vieux planteur le saisit, le mit en pièces, le foula aux pieds, et jura par tous les saints du calendrier, que l'île s'engloutirait sous les flots avant que les blancs ne livrassent leurs droits à des bâtards. Ils prirent un mulâtre, riche à millions, qui, se fondant sur le décret, réclamait ses droits, et ils le firent pendre. Un avocat blanc, septuagénaire, qui avait rédigé la pétition fut pendu à ses côtés. Ils s'emparèrent d'Ogé, le conduisirent au supplice de la roue, le firent trainer et écarteler, et les lambeaux de son corps furent pendus aux potences des quatre villes principales de l'île. L'Assemblée, alors, s'ajourna.
À SUIVRE
</BLOCKQUOTE>


Dernière édition par Rico le Ven 26 Sep 2008 - 22:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rico
Super Star
Super Star
avatar

Masculin
Nombre de messages : 8954
Localisation : inconnue
Loisirs : néant
Date d'inscription : 02/09/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: dindon de la farce

MessageSujet: Re: Pages d'histoire des hommes et des femmes d'Haiti et leurs épisodes   Ven 26 Sep 2008 - 21:37

SUITE

Discours de Wendell Phillips





Il vous sera plus facile de comprendre, qu'à moi de décrire, l'impression que produisit sur Mirabeau et sur Danton la nouvelle que leur décret avait été déchiré et foulé aux pieds par la petite Assemblée d'une colonie insulaire, et que leur camarade avait été broyé et écartelé sur ordre même du gouverneur. Robespierre s'élança à la tribune et s'écria: "Périssent les colonies plutôt qu'un principe". L'Assemblée confirma le décret et l'envoya une seconde fois pour être executé.

Mais les rapports entre nations étaient alors moins faciles qu'aujourd'hui; la vapeur n'avait pas uni les Continents les uns aux autres. Il fallut des mois pour porter ces communications, et pendant que la nouvelle de la mort d'Ogé et du défi lancé à l'Assemblée Nationale arrivait en France, et que la réponse parvenait à Saint Domingue, de graves évènements s'étaient accomplis dans l'île.

A la vue de ces divisions, les espagnols, maîtres de la partie orientale, envahirent le territoire de l'ouest et s'emparèrent de plusieurs villes. Les esclavagistes étaient en grande partie républicains, ils contemplaient, émerveillés, la nouvelle constellation qui venait d'apparaître dans notre ciel septentrional; ils voulaient former un état dans la République, et conspiraient pour l'annexion. L'autre partie était royaliste et se croyant abandonnée par les Bourbons, voulait se soumettre à Georges III. Ils se mirent en communication avec la Jamaïque et en supplièrent le gouverneur de les aider dans leur intrigue. Le gouverneur ne leur envoya tout d'abord que quelques compagnies de soldats. Peu de temps après, le général Rowe et l'amiral Parker furent envoyés avec quelques bataillons et, entrant plus avant dans le complot, le gouvernement britannique envoya le général Maitland qui, à la tête de 4.000 anglais, debarqua au nord de l'île et obtint quelques avantages.

Les mulâtres étaient sur les montagnes dans l'attente des évènements. Ils se méfiaient d'un gouvernement qu'ils avaient sauvé quelques années auparavant, en l'aidant à étouffer une insurrection des blancs et qui, manquant à sa promesse, les avait laisses sans les droits civils réclamés par eux. Abandonné des deux partis, le gouverneur Blanchelande avait fui loin de la capitale et cherché refuge dans une autre ville. Sur ces entrefaites arriva dans l'île le second décret de l'Assemblée Française. Les blancs oublièrent vite leurs querelles . Ils cherchèrent Blanchelande et l'obligèrent à promettre que ce décret ne serait pas rendu public. Le gouverneur, surpris, consentit à cet expédient, et on le laissa libre. Il commença alors à penser que de fait il était déposé et que le gouvernement de l'île échappait aux mains des Bourbons. Il se souvint de l'heureux appel aux mulâtres qui, cinq années auparavant, lui avait permis de dominer une insurrection. Abandonné à présent par les mulâtres aussi bien que par les blancs, il ne lui restait qu'une force dans l'île, les noirs. Ceux-ci se rappelaient toujours avec reconnaissance le Code Noir de Louis XIV, première intervention du pouvoir en leur faveur. Blanchelande fit appel aux noirs. Il envoya une députation aux esclaves. Il était appuye par les agents du comte d'Arbois, plus tard Charles X, qui essayait de faire à Saint-Domingue ce que Charles IX avait fait dans la Virginie (d'ou le nom de Vieux Domaines), je veux dire une réaction contre la rébellion de la métropole.

Le gouverneur et les agents royalistes liguèrent et s'adressèrent d'abord à Toussaint. La nature avait fait de cet homme un Metternich, un diplomate consommé! Il désirait, sans doute, profiter de cette offre dont le résultat pouvait être favorable aux siens. Mais, avec assez de prudence pour se prémunir contre un échec. Il voulait risquer le moins possible, tant que les intentions du gouvernement ne seraient point nettement exprimées, manier les choses de telle sorte qu'il fût possible d'avancer ou de reculer suivant les intérêts de sa race. Il s'était plu toujours à mettre en pratique le précepte grec: "Connais-toi, toi-même", et avait étudié à fond son parti. Plus tard dans sa vie, appréciant les qualités de son grand rival, le mulâtre Rigaud, il montra bien qu'il se connaissait lui-même: "Je connais Rigaud, disait-il, un jour, il lache la bride quand il est lance au galop; et il montre le bras quand il frappe. Quant à moi, je cours aussi au galop, mais je sais où je dois m'arrêter, et quand je frappe, on sent le coup, mais on ne me voit pas. Rigaud ne met en jeu que les oeuvres de massacre et de sang. Je sais autant que lui comment on remue le peuple, mais des que j''apparais, tout rentre dans le calme".

Il dit donc aux envoyés: "Ou sont vos lettres de créances?". - "Nous n'en avons point." - "Je n'ai rien à faire avec vous." Ils s'adressèrent alors à François et à Biassou, deux autres esclaves, hommes de passions impetueuses, d'intelligence supérieure et de grande influence sur leurs compagnons de servitude. Ils leur dirent: "Courez aux armes; Soutenez le gouvernement; Terrassez d'un côté l'anglais et de l'autre l'espagnol;" et le 21 aout 1791, quinze mille noirs commandés par François et par Biassou, et armes dans les arsenaux de l'état, apparurent au sein de la colonie. On croit que Toussaint, malgré son refus de se mettre à la tête du mouvement, désirait vivement leur triomphe, croyant, comme les circonstances le prouvèrent, que le resultat en serait tout au profit de sa race. On suppose qu'il aida François de ses conseils dans cette entreprise, se réservant d'y mêler sa fortune au moment décisif.

C'est là ce qu'Edward Everett appelle l'insurrection de Saint Domingue. Sur une des faces du drapeau, les insurgés avaient inscrit ces mots: "Vive le Roi" et sur l'autre: "Nous reclamons les anciennes lois". Singulière devise pour une rébellion. En réalité, c'était la passe comitatus(?), c'était la seule armée qui existat dans l'île, la seule force qui eût le droit de porter les armes, et ce qu'elle entreprit elle l'acheva du coup. Elle rendit à Blanchelande son poste et lui assura la soumission de l'île. Cela fait, les noirs dirent au gouverneur qu'ils avaient créé: "Maintenant, accordez-nous un jour sur sept, donnez-nous le travail d'un jour. Avec le produit nous en racheterons un autre et avec les deux, nous en obtiendrons un troisième..." C'était le mode d'émancipation préféré à cette époque. Comme il l'avait fait cinq ans auparavant, Blanchelande repoussa cette proposition. "Déposez les armes, leur dit-il, et dispersez-vous"; mais les noirs répondirent: "Le bras qui a sauvé cette île aux Bourbons saura peut-être vous arracher une partie de nos droits", et ils restèrent unis.

Telle est la première insurrection, si l'on peut l'appeler ainsi, de Saint Domingue, la première résolution prise par les noirs, après avoir sauvé l'état, de se sauver eux-mêmes. Laissez-moi maintenant m'arrêter un instant sur certaines considérations. Je vais ouvrir devant vous un chapître d'histoire sanglant, c'est vrai. Mais qui donna l'exemple? Qui fit sortir de son sépulcre séculaire le hideux châtiment de la roue et broya vivant le mulâtre Ogé, membre à membre? Qui donc étonna l'Europe, indignée, déterra la loi barbare depuis longtemps oubliée, qui ordonnait d'écarteler un corps encore palpitant? Notre race. Et si le noir n'apprit que trop bien la leçon, ce ne sont point nos lèvres qui doivent murmurer des plaintes. Pendant toute la lutte, l'histoire,- elle est écrite, remarquez-le bien, par des mains blanches; le tableau tout entier est fait par le pinceau des blancs, - l'histoire dit que pour une vie que le noir arrachait dans la sanglante et aveugle fureur des batailles, le blanc en immolait trois après le combat, avec toute la froide cruauté de la vengeance. Remarquez aussi que jusqu'alors l'esclave n'avait pris part à la lutte que par ordre du gouvernement, et, même en ce cas, ce fut non pour s'élever lui-même, mais pour maintenir les lois.

A cette époque voici quelle était la situation de l'île: l'espagnol triomphait à l'est; l'anglais était retranché au nord'ouest; les mulâtres attendaient dans les montagnes; les noirs victorieux ocupaient les plaines. Une moitié de l'élément français esclavagiste était républicaine, l'autre moitié, était royaliste. La race blanche se déchainait contre le mulâtre et le noir; le noir contre l'une et l'autre. Le Français luttait contre l'Anglais et contre l'Espagnol; l'Espagnol contre tous les deux. C'était une guerre de races et une guerre de nations. En ce moment apparut Toussaint L'Ouverture.

Toussaint était né esclave sur une plantation au nord de l'île. C'était un noir pur. Son père avait été pris en Afrique. Et si donc il se trouve, dans ce que je dirai de lui, cette nuit, quelque droit qui excite votre admiration, rappelez-vous que la race noire la reclame toute entière; nous n'avons pas le droit de nous en réserver la moindre part. Il avait alors cinquante ans. Un vieux noir lui avait enseigné à lire. Ses livres préférés étaient Epictète, Reynal, les Mémoires militaires, Plutarque. Il avait appris à son maître, dans les bois, les vertus de certaines plantes, et était devenu médecin de campagne. Sur la plantation, le poste le plus élevé qu'il occupa jamais, fut celui de cocher. A cinquante ans, il entra dans l'armée comme médecin. Avant de partir, il fit embarquer son maître et sa maitresse, chargea le navire de sucre et de maïs et l'envoya à Baltimore. Jamais depuis, il n'oublia de leur envoyer chaque année les rentes nécessaires à une vie aisée. Je puis ajouter que parmi les principaux généraux, chacun eût à coeur de sauver l'homme sous le toît duquel il était né et de protéger sa famille.

Permettez-moi encore une observation. Si j'avais à vous présenter cette nuit la vie de Napoléon, je la prendrais de la bouche des historiens français qui ne trouvent pas de langage assez riche pour peindre le grand capitaine du dix-neuvième siècle. Si j'avais à vous dire l'histoire de Washington, je chercherais l'inspiration dans votre coeur, qui ne croyez aucun marbre assez pur pour y graver le nom du père de la patrie. Je vais vous rapporter l'histoire d'un noir qui écrivit à peine quelques lignes. Je m'appuierai sur le témoignage suspect des Anglais, des Français, des Espagnols qui tous le méprisaient comme nègre et comme esclave, et qui le haïssaient parce qu'il les avait défaits en plus d'une bataille. Tous les matériels de sa biographie sont fournis par ses ennemis.

Le second fait, dont l'histoire nous parle à propos de lui est le suivant. Au moment où il se présenta au camp, l'armée venait de subir un double outrage. D'abord, les commissaires, convoqués pour assister au comité français, avaient été ignominieusement insultés et renvoyés, et plus tard, lorsque François, leur général, fut appelé à une seconde conférence, s'étant présenté à cheval accompagné de deux officiers, un jeune lieutenant qui l'avait connu esclave, exaspère de le voir en uniforme d'officier, leva sur lui sa cravache et l'en frappa aux épaules. Si ce noir avait été le sauvage qu'on s'est plu à nous dépeindre, il n'eût songé qu'à tirer vengeance de l'insulte en la faisant peser sur ces vingt-cinq mille hommes, qui l'eussent aisément lavée dans le sang des français. Mais le chef indigné retourna silencieux sous sa tente et ce fut seulement vingt quatre heures après que ses troupes connurent l'outrage fait au général. Alors retentit, de toutes parts, le cri: "Mort aux blancs!". Les noirs avaient quinze prisonniers. Alignés devant le camp, ces malheureux allaient être fusillés. Toussaint qui avait une teinte de fanatique religieux, comme la plupart des grand capitaines, comme Mahomet, comme Napoléon, comme Cromwell, comme John Brown, prédicateur habile autant que brave capitaine, monta sur une colline et s'emparant de l'attention de la multitude: "Frères, s'écria- t-il, ce sang n'effacera pas l'insulte faite à votre chef. Courez là-bas, au camp ennemi. Le sang qui y palpite, dans le coeur des soldats français, peut seul vous en laver. Le répandre là-bas, c'est digne de votre courage, le faire couler ici, c'est plus qu'une lâcheté, c'est une cruauté inutile." Et il sauva la vie à quinze hommes.

Je ne puis m'arrêter à vous décrire en détail tous ces faits. C'était en 1793. Franchissons un intervalle de sept ans. Arrivons à 1800. Qu'a fait Toussaint? Il a repoussé l'Espagnol sur son territoire, l'y a attaqué, l'a vaincu et a fait flotter le pavillon français sur toutes les forteresses espagnoles de Saint-Domingue. Pour la première et pour la dernière fois, peut-être, l'île obéit à une seule loi. Il a remis le mulâtre sous le joug. Il a attaqué Maitland, l'a défait en bataille rangée et lui a permis de se retirer vers la Jamaïque, et lorsque l'armée française se souleva contre Laveaux, son général, et le chargea de chaines, Toussaint réprima la révolte, fit sortit Laveaux de prison et le mit à la tête de ses propres troupes. Le français, reconnaissant, le nomma Général en chef. "Cet homme fait l'ouverture partout." dit quelqu'un. De la, le nom de L'Ouverture, que lui donnèrent ses soldats.

Telle fut son oeuvre de sept ans. Arrêtons nous un instant, et cherchons la source de sa valeur. Macaulay, vous vous en souvenez, comparant Cromwell à Napoléon, dit que Cromwell montra un plus grand génie militaire, si l'on considère que, jamais avant l'âge de quarante ans, il n'avait vu une armée, tandis que Napoléon, depuis son enfance avait été élevé dans les premières écoles militaires de son temps. Cromwell créa son armée de toutes pièces; Napoléon à l'âge de vingt-sept ans fut placé à la tête des meilleures troupes que l'Europe eût jamais vues. Tous deux furent des triomphateurs; mais ajoute Macaulay, avec de si grands désavantages de son côté, l'Anglais fit preuve d'un génie plus grand. Vous pouvez accepter ou repousser la conséquence; mais vous admettrez au moins avec moi que cette méthode de comparaison est juste. Appliquez-la à Toussaint.

À SUIVRE


Dernière édition par Rico le Sam 27 Sep 2008 - 11:06, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rico
Super Star
Super Star
avatar

Masculin
Nombre de messages : 8954
Localisation : inconnue
Loisirs : néant
Date d'inscription : 02/09/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: dindon de la farce

MessageSujet: Re: Pages d'histoire des hommes et des femmes d'Haiti et leurs épisodes   Ven 26 Sep 2008 - 21:47

SUITE

Discours de Wendell Phillips




Cromwell n'avait jamais vu une armée avant l'âge de quarante ans; Toussaint ne vit pas un soldat avant cinquante. Cromwell créa lui-même son armée, - avec quoi? Avec des Anglais, le meilleur sang de l'Europe, avec les classes moyennes de l'Angleterre, le meilleur sang de l'île. Et avec cela, qui parvint-il à vaincre? des Anglais, ses égaux. Toussaint créa son armée, avec quoi? Avec ce que vous appelez la race abjecte et méprisable des nègres, avilie par deux siècles d'esclavage. Cent mille d'entre eux avaient été déportés dans l'île depuis quatre ans, et parlant des dialectes distincts, ils étaient à peine capables de s'entendre. Avec cette masse informe et dédaignée, comme vous dites, Toussaint forgea pourtant la foudre, et il la déchargea, sur qui? sur la race la plus orgueilleuse de l'Europe, les Espagnols, et il les fit rentrer chez eux, humbles et soumis; sur la race la plus guerrière de l'Europe, les Français, et il les terrassa à ses pieds; sur la race la plus audacieuse de l'Europe, les Anglais, et il les jeta à la mer, sur la Jamaïque. Et maintenant je le dis, si Cromwell fut un grand capitaine, cet homme fut pour le moins un bon soldat.

Le territoire sur lequel ces évènements avaient lieu était étroit, je le sais; il n'était pas vaste comme le Continent; mais il était aussi étendu que l'Attique qui, avec Athènes pour capitale, remplit la terre de sa renommée pendant deux mille ans. Mesurons le génie, non par la quantité, mais par la qualité. Et notre Cromwell ne fut jamais qu'un soldat; sa réputation ne va pas plus loin. On ne peut lui attribuer une seule ligne du recueil des lois de la Grande Bretagne. Pas un des mouvements de la vie sociale en Angleterre ne trouve sa force d'impulsion dans le cerveau de ce chef d'armée. L'état qu'il fonda s'écroula sur sa tombe et perit tout entier avec lui. Mais, à peine Toussaint prit-il le gouvernail, que le vaisseau de l'état se redressa fièrement sur sa quille, et l'on put voir dès lors un noir aussi merveilleusement doué comme homme d'état que comme génie militaire.

L'histoire dit que l'acte le plus politique de Napoléon fut sa proclamation de 1802, à la paix d'Amiens, alors que, croyant trouver dans la loyauté inaltérable d'un coeur patriote une base assez solide pour fonder un empire, il dit: "Français, rentrez dans vos foyers. Je pardonne les crimes des douze dernières années; j'efface le nom des partis et je fonde mon trône sur l'amour de tous les français." Douze années d'une prosperité non interrompue prouvèrent la sagesse de cette mesure. Ceci se passait en 1802. En 1800, le noir avait lancé une proclamation ainsi conçue: "Fils de Saint Domingue, rentrez dans vos foyers. Nous n'avons jamais songé à vous dépouiller de vos habitations et de vos propriétés. Le noir demandait uniquement la liberté que Dieu lui a donnée. Vos maisons vous sont ouvertes; vos terres sont prêtes à vous recevoir. Venez les cultiver". Et de Madrid, de Paris, de Baltimore, de New Orleans, les planteurs emigrés accoururent chez eux jouir de leurs propriétés, sans autre garantie que la parole inviolable d'un esclave victorieux.

Carlyle a dit excellemment: "Le roi naturel est celui qui fond toutes les volontés dans la sienne". En ce moment, Toussaint se tournant vers ses troupes - pauvres, affamés, en haillons, -"Allez! leur dit-il; retournez chez vous et défrichez les terres que vous avez conquises. Un état ne peut s'établir solidement que sur l'ordre et l'industrie. Vous ne pouvez acquérir que par le travail, les vertus nécessaires". Et ils se dispersèrent. L'amiral français qui fut témoin de cette scène dit qu'en une semaine tous les soldats de cette armée se trouvèrent transformés en laboureurs.

Ceci avait lieu en 1800. Le monde attendit encore cinquante ans avant que Robert Pool, en véritable homme d'état, osa lancer dans la pratique, en 1846, la théorie du libre échange. Adam Smith avait fait des théories; les hommes d'état de la France avaient développé des rèves; mais jamais aucun homme à la tête des affaires n'avait osé risquer pareille mesure dans les relations commerciales. L'Europe dût attendre jusqu'en 1846 pour que l'intelligence la plus pratique du monde, celle de l'anglais, adopta la grande formule économique du commerce libre. Mais, en 1800, ce noir avec l'instinct de l'homme d'état, dit au Comite qui sous ses ordres la constitution: "Mettez en tête du chapitre sur le commerce que les ports de Saint Domingue sont ouverts au trafic du monde entier". Voyant de haut la question des races, supérieur au préjugé aussi bien qu'à l'envie, Toussaint avait formé ce comité de huit propriétaires blancs et d'un mulâtre; pas un officier, pas un noir ne figurait sur la liste, et cependant l'histoire d'Haiti prouve qu'à l'exception de Rigaud, les plus rares talents sont échus toujours en partage aux noirs purs.

C'était aussi en 1800 que l'Angleterre avait souillé, à chaque page, son recueil de lois par l'intolérance religieuse. Aucun Anglais ne pouvait faire partie de la Chambre des Communes, s'il n'avait fait, au préalable, sa communion épiscopale. Dans l'Union, chaque état, excepté Rhode Island, était infecté de fanatisme religieux. Toussaint était un noir, et vous accusez sa race de superstition; Il n'avait pas d'instruction, ce qui, dites-vous, rend l'esprit étroit; il était catholique, et plus d'un parmi vous affirme que catholicisme est signe d'intolérance. Et cependant,- catholique, noir et esclave, - Toussaint sut se placer à côté de Roger Williams, et il dit à son comité: "Ecrivez, à la première ligne de ma constitution, que je ne fais pas de différence entre les croyances religieuses".

Et maintenant, Saxon aux yeux bleus, orgueilleux de ta race, reviens avec moi sur tes pas vers le commencement du siècle, et choisis le peuple qu'il te plaira. Prends-le en Amérique ou en Europe; cherche chez lui un homme au cerveau formé par les études de plus en plus élevées de six générations; retire le des écoles, strictement façonné aux règles de l'entrainement universitaire; ajoute à ces qualités l'éducation la mieux entendue de la vie pratique; dépose sur son front la couronne argentée du septuagénaire, et alors, montre-moi l'homme de race saxonne pour qui son plus ardent admirateur aura tressé des lauriers aussi glorieux que ceux dont les plus implacables ennemis de ce noir ont été forcés de couronner la tête. Habileté militaire rare, connaissance profonde du genre humain, fermeté pour effacer les distinctions des partis et confier la patrie à la volonté de ses enfants, tout cela lui était familier. Il précéda de cinquante ans Robert Pool; il prit place auprès de Roger Williams, avant qu'aucun anglais, qu'aucun americain n'eût conquis ce droit, et cela se trouve écrit dans l'histoire des états qui furent les rivaux de celui que fonda le noir inspiré de Saint Domingue.

Nous sommes en 1801. Les Français qui étaient restés dans l'île, donnent de l'ordre et de la prospérité qui y régnaient, une idée presque incroyable. On pouvait confier à un enfant un sac rempli d'or, et il pouvait traverser sans danger le pays, de Port-au-Prince à Samana. La paix régnait dans les familles; la fertilité des vallées charmait le voyageur; la végétation escaladait les montagnes; le commerce du monde était représenté dans les ports.

Cependant, l'Europe signait la paix d'Amiens, et Napoléon allait s'asseoir sur le trône de France. Il lança un regard par delà l'Atlantique et, d'un seul trait de plume, effaça les libertés de Cayenne et de la Martinique rendues dès lors à leurs chaines. Il dit alors à son conseil: "Que ferai-je de Saint Domingue?" Les esclavagistes répondirent: "Donnez-nous-la". Napoléon se tourna vers l'abbé Grégoire: "Quelle est votre opinion?" dit-il. "Je crois, dit l'abbé, que ces hommes changeraient d'avis, s'ils changeaient de peau".

Le colonel Vincent, qui avait été secrétaire privé de Toussaint, écrivit une lettre à Napoléon, ou il lui disait: "Sire, laissez la colonie telle qu'elle est. C'est le coin le plus heureux de tous vos domaines. Dieu a fait cet homme pour commander; les races se fusionnent dans sa main. Il vous a sauvé cette île. Je sais, - et je l'affirme en témoin, - que, lorsque la République était incapable, même de faire un signe pour l'empêcher, Georges III lui a offert le titre et les revenus qu'il désignerait, s'il consentait à soumettre l'île à la couronne britannique. Il refusa alors, et sauva la colonie à la France". Napoléon sortit du conseil, et l'on dit qu'il fit cette reflexion: "J'ai là, soixante mille hommes dans l'oisiveté; il faut que je leur trouve quelque chose à faire." Pour lui, cela signifiait: "Je vais saisir la couronne; je ne puis le faire en présence de soixante mille soldats républicains; il faut leur donner de l'ouvrage loin d'ici". Les conversations parisiennes du temps donnent un autre prétexte à l'expédition contre Saint Domingue. On dit que les satiriques de Paris avaient baptisé Toussaint le Napoléon noir, et l'ombre du nègre agitait les haines de Bonaparte. Malheureusement Toussaint lui avait adressé une lettre commençant ainsi: "Le premier des noirs au premier des blancs". La comparaison avait déplu. Vous trouverez, peut-être, le motif un peu futile, mais portez votre pensée, je vous prie, sur le Napoléon qui règne aujourd'hui.
Lorsque dans les épigrammes parisiennes on appela soulouqueries les folles et ridicules dépenses faites par lui à Versailles, rappelant les caprices fantasques de Soulouque, l'empereur noir, Napoléon ne dédaigna pas de donner des ordres spéciaux pour défendre l'usage de ce mot. Les nerfs de Bonaparte s'affectent aisément. Donc, par l'un ou l'autre de ces motifs, Napoléon resolut de sacrifier Toussaint, obéissant ainsi, soit à un élan d'ambition, soit au déplaisir de la ressemblance,- qui pourtant était très réelle. Si l'un des deux imita l'autre, ce fut le blanc. Le noir l'avait devancé de quelques années. Ils furent, certes, très ressemblants et très français, français même, par la vanité commune à tous deux. Vous vous souvenez des orgueuilleuses paroles de Bonaparte à ses soldats auprès des Pyramides: "Quarante siècles vous contemplent"! De la même facon, Toussaint dit au capitaine français qui le pressait d'aller en France sur sa frégate: "Monsieur, votre navire n'est pas assez grand pour me porter"! Bonaparte se trouvait gêné par la contrainte que lui imposait son rang et préférait errer dans le camp revêtu de la redingote grise de Petit Caporal. Toussaint n'aimait pas non plus endosser l'uniforme. Il avait adopté un costume très simple, et portait souvent sur la tête le madras jaune des esclaves. Un lieutenant français le compara un jour à un singe coiffé d'un foulard jaune. Toussaint le fit prisonnier le jour suivant et le renvoya à sa mère, comme un enfant. Comme Napoléon, il pouvait jeûner plusieurs jours de suite, dicter à trois secrétaires, à la fois, et fatiguer quatre et cinq chevaux l'un après l'autre. Circonspect comme Bonaparte, il ne fut donné à aucun homme de découvrir ses projets et de pénétrer ses intentions. Toussaint n'était qu'un nègre. Aussi, cette reserve fut-elle considérée chez lui comme de l'hypocrisie. Chez Bonaparte, nous lui donnons le nom de diplomatie. Il dut pourtant en cette circonstance de faire échouer trois tentatives d'assassinat dirigées contre lui. Les assassins étaient à l'attendre pour tirer sur lui. Quand ils croyaient le trouver au nord de l'île, dans sa voiture, il était dans le sud, à cheval; quand ils le cherchaient chez lui dans la ville, il se trouvait au camp, sous sa tente. Une fois, sa voiture fut criblée de balles, mais il se trouvait à cheval, du côté opposé. Les sept français auteurs du crime furent arrêtés. Ils s'attendaient à être fusillés. Le jour suivant, on célébrait la fête d'un saint; il les fit ranger en ligne devant l'autel et, lorsque le prêtre recita la prière du pardon, il descendit de son siège, la répéta avec lui et permit aux criminels de se retirer, sains et saufs. Il avait cet esprit commun à tous les grands capitaines qui, dans un camp, fait des prodiges. Un jour, où le découragement s'emparait de ses soldats, il remplit un grand vase de poudre, et éparpilla sur elle quelques grains de riz, puis remuant le vase: "Regardez, dit-il, voilà les blancs et voici les noirs. De quoi vous effrayez-vous"? Il avait appris les premiers mots d'une prière catholique en latin, et lorsque ses gens accouraient en grand nombre auprès de lui à la recherche d'un emploi, - comme on dit que cela se pratique même à Washington - répétant ces paroles: "Comprenez-vous cela?", disait-il. "Non, général". - "Eh! quoi? vous voulez un emploi et vous ne savez pas le latin? Rentrez chez vous, et ayez soin de l'apprendre".




À SUIVRE


Dernière édition par Rico le Sam 27 Sep 2008 - 11:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rico
Super Star
Super Star
avatar

Masculin
Nombre de messages : 8954
Localisation : inconnue
Loisirs : néant
Date d'inscription : 02/09/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: dindon de la farce

MessageSujet: Re: Pages d'histoire des hommes et des femmes d'Haiti et leurs épisodes   Ven 26 Sep 2008 - 21:58

SUITE

Discours de Wendell Phillips

Toujours comme Napoléon, toujours comme le génie, il avait foi en son pouvoir sur les hommes. Vous vous souvenez qu'au retour de Bonaparte, de l'île d'Elbe, Louis XVIII envoya une armée contre lui. Bonaparte descendit de sa voiture, ouvrit de ses mains son manteau, et présentant sa poitrine à la pointe des baionnettes, s'écria: "Français, voici votre empereur!", et ses soldats se rangèrent derrière lui, aux cris de: "Vive l'Empereur"! Ceci se passait en 1815. Plus de douze ans auparavant, Toussaint, sachant que quatre de ses régiments désertaient et allaient se rendre à Leclerc, tira son épée, la jeta au loin dans l'herbe, courant à travers champs au devant d'eux, et croisant les bras: "Enfants!, leur dit-il, tournerez-vous vos baionnettes contre moi"? Les noirs tombèrent à genoux, implorant son pardon. Cet homme fut toujours épris par ses ennemis les plus implacables. Aucun d'eux ne lui reproche ni la soif de l'or, ni les passions des sens, ni la cruauté dans l'exercice du pouvoir. Le seul cas dans lequel un critique austère l'accuse de sévérité est le suivant.

Pendant un soulèvement, quelques propriétaires blancs qui, sur la foi de sa proclamation, étaient rentrés dans l'île, avaient été massacrés. Le général Moïse, son neveu, fut accusé d'avoir montré trop de mollesse contre l'émeute. Toussaint le fit comparaître devant un conseil de guerre et, se conformant au verdict rendu, ordonna que son propre neveu fut fusillé, austérité romaine qui prouve sa fidélité à sa promesse de protection faite aux blancs. Donc, ce fut contre cet homme, supérieur à toute convoitise, pur dans sa vie privée et généreux dans l'exercice du pouvoir que Napoléon envoya une armée sous les ordres du général Leclerc. Il donna au mari de la belle Pauline, sa soeur, trente mille hommes de ses meilleures troupes, avec ordre de rétablir l'esclavage. Parmi ses soldats venaient les mulâtres, anciens rivaux et ennemis de Toussaint.

La Hollande prêta soixante navires. L'Angleterre, dans un message spécial, promit sa neutralité, - et vous savez que rester neutre, signifie faire risée de la liberté et prêter des armes à la tyrannie. L'Angleterre offrit donc sa neutralité, et le noir, jetant ses regards sur le monde civilisé, le vit tout entier en armes contre lui. L'Amérique, pleine d'esclaves, lui était hostile, bien entendu. Le Yankee fut le seul à lui vendre quelques méchants fusils à des prix, il est vrai, très élevés. (Rires). Montant à cheval, Toussaint courut à l'extrémité orientale de l'île. Là, il s'arrêta devant un spectacle qu'il n'avait jamais été donné à aucun naturel de contempler avant lui. Soixante vaisseaux de ligne, montés par les meilleurs soldats de l'Europe, doublaient la pointe de Samana. C'étaient des soldats qui n'avaient jamais vu leurs égaux; leurs pas, comme ceux de César, avaient fait trembler le sol européen; ils avaient escaladé les Pyramides et planté le drapeau français sur les murs de Rome. Toussaint regarda un moment, compta les voiles qui passaient, laissa flotter les rênes sur le col de son cheval, et se tournant vers Christophe, s'écria: "La France entière marche contre Haïti; ils ne viennent que pour nous réduire en esclavage. Nous sommes perdus!". Il reconnut, alors, la seule erreur de sa vie; sa confiance en Bonaparte qui l'avait engagé, en son temps, à licencier son armée.

Retournant aux montagnes, il lança la seule proclamation qui porte son nom et respire la vengeance: "Mes enfants! Notre liberté, la France n'a pas le droit de nous la ravir . Brûlez les cités; détruisez les récoltes; défoncez les chemins, à coups de canon; empoisonnez les sources; montrez au blanc que ce qu'il vient conquérir ici, c'est l'enfer!" Et il fut obéi. . Lorsque le grand Guillaume d'Orange vit la Hollande couverte de troupes de Louis XIV, il s'écria: "Rompez les digues! Rendez la Hollande à l'Océan!" Et l'Europe répondit: "Sublime!" Lorsque Alexandre vit la Russie envahie par les armées françaises, il dit: "Brûlez Moscou! La famine et le froid repousseront l'envahisseur!", et l'Europe s'écria: "Sublime!". Ce noir vit la coalition européenne prête à écraser sa patrie et donna le même exemple de vigueur et d'héroisme.

La scène, j'en conviens, devient de plus en plus sanglante, à mesure que nous avançons. Mais, rappelons-le, pour arriver à leur but indigne, pour réduire en esclavage des hommes libres, l'infamie des blancs, inspirée par la haine la plus sombre, n'avait pas reculé devant les artifices les plus honteux et les plus cruels. L'aristocratie est toujours cruelle. Le nègre répondit à cette agression comme on devrait toujours répondre en pareil cas, par la guerre à mort. Tout d'abord en engageant la lutte pour la liberté, il avait été généreux et compatissant; il avait fait merci de la vie et pardonné à bien des ennemis, comme l'a toujours fait le peuple, dans tous les âges et sur tous les lieux, dans les luttes contre les aristocrates. Maintenant, pour sauver la liberté conquise, le noir épuise tous les moyens, il fait feu de toute arme, il retourne contre ses odieux envahisseurs une vengeance aussi horrible que la leur, et pourtant il dédaigne encore d'être cruel.

Leclerc fit annoncer à Christophe qu'il débarquait à la ville du Cap. Christophe répondit: "Toussaint est le gouverneur de l'île. Je dois lui demander autorisation. Si, avant qu'L n'arrive, un soldat français foule notre sol, je brûlerai la ville et nous combattrons sur ses cendres."

Leclerc débarqua. Christophe prit deux mille blancs; hommes, femmes, enfants; les fit retirer loin du danger, sur les montagnes, et de ses propres mains mit le feu à un splendide palais que des architectes français venaient à peine de construire pour lui. Pendant quarante heures la ville brûla et fut enfin réduite en cendres. Le combat s'était engagé dans la rue, et les français furent repoussés sur leurs vaisseaux.
Partout où ils se présentèrent, ils trouvèrent devant eux le fer et le feu. Une fois, repoussant une attaque, les noirs, nés français, entamèrent l'hymne des Marseillais. Les français s'arrêtèrent; ils ne pouvaient pas combattre contre la Marseillaise. Ils fussent restés là, etonnés, immobiles, si leurs officiers n'avaient pris le parti de les sabrer. Ils avancèrent alors, et furent battus.
Battu par les armes, le général français eût recours au mensonge. Il lança une proclamation disant: "Nous ne venons pas vous rendre esclaves. Cet homme vous trompe. Toussaint ment. Unissez-vous à nous, et vous jouirez de tous les droits que vous réclamez." Tous les officiers noirs furent trompés, tous, exceptés Christophe, Dessalines et Pierre, le frère de Toussaint. Encore ceux-ci finirent-ils par déserter, et le laissèrent seul. Il écrivit alors à Leclerc: "Je me soumettrai. Je pourrais empêcher un seul soldat français de jamais s'écarter de votre camp sans péril pour sa vie. Mais, je veux arrêter l'effusion de sang. Je n'ai combattu que pour la liberté de ma race. Donnez-nous cette garantie, et j'irai faire ma soumission." Il fit le serment d'être fidèle à la France, et Leclerc jura, sur le même crucifix, qu'il serait loyalement protégé et que l'île serait libre. Le général français parcourut tour à tour du regard ses troupes magnifiquement equipées, et les bandes de Toussaint, composées d'hommes mal armés, et en guenilles, lui dit: "Où donc auriez-vous trouvé des armes, L'Ouverture, si vous aviez continué la lutte?" La réponse fut digne d'un spartiate: "J'aurais pris les vôtres." dit le noir.
À SUIVRE


Dernière édition par Rico le Sam 27 Sep 2008 - 11:10, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Pages d'histoire des hommes et des femmes d'Haiti et leurs épisodes   

Revenir en haut Aller en bas
 
Pages d'histoire des hommes et des femmes d'Haiti et leurs épisodes
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Pages d'histoire des hommes et des femmes d'Haiti et leurs épisodes
» Ou sont les grands hommes d'Haiti ?
» La femme dans le cinéma italien [thèse gloubibglouba]
» Pages d'histoire de l'époque Duvalierienne
» (m) willy cartier ? Les hommes sont des femmes comme les autres.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti :: Haiti :: Espace Haïti-
Sauter vers: