Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

FOROM AYITI : Tèt Ansanm Pou'n Chanje Ayiti.
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  PortailPortail  CalendrierCalendrier  PublicationsPublications  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Hillary Clinton, Secretary of State?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sasaye
Super Star
Super Star
avatar

Masculin
Nombre de messages : 7722
Localisation : Canada
Opinion politique : Indépendance totale
Loisirs : Arts et Musique, literature kréyòl
Date d'inscription : 02/03/2007

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Maestro

MessageSujet: Hillary Clinton, Secretary of State?   Ven 21 Nov 2008 - 17:06

MSNBC.com


Obama makes key Cabinet picks
News organizations confirm likely State, Treasury, Commerce choices
NBC News and news services
updated 1:47 p.m. PT, Fri., Nov. 21, 2008

WASHINGTON - Just over two weeks after Barack Obama won the presidential election, his new Cabinet and economic team are starting to take shape.

Several key appointments, including State and Treasury Department secretaries, appear to be nearly done deals, with Democratic officials confirming Obama's intended nominees.

Hillary Clinton will give up her Senate seat and accept the nomination for secretary of state, The New York Times reported Friday.

NBC's Andrea Mitchell and Political Director Chuck Todd reported that Obama will unveil his economic team on Monday, with New York Federal Reserve President Tim Geithner likely taking the helm as Treasury secretary.

Wall Street got a boost of confidence following NBC's report. Stocks surged, with the Dow Jones industrial average closing up nearly 500 points.

It wasn't immediately clear whether the market's advance was because of a favorable consensus over Geithner or because investors are looking to pin down as many unknowns as possible about the new administration.

The Times said Clinton decided to take the secretary of state post after an additional discussion with President-elect Obama on his plans for foreign policy.

But senior Clinton adviser Philippe Reines said, "We're still in discussions, which are very much on track. Any reports beyond that are premature."

Clinton's post-holiday nomination?
NBC's Andrea Mitchell confirmed on Thursday night that the New York senator was poised to take the job, saying that Clinton would likely be nominated sometime after Thanksgiving.

Transition sources and Democratic officials told NBC News that the Obama team and the Clintons have worked out potential problems, including complex financial disclosure issues for former President Bill Clinton and his international foundation, which operates in 27 countries.

Some Democrats and government insiders have questioned whether Clinton is too independent and politically ambitious to be an effective secretary of state.

But a senior Obama adviser said the president-elect has been enthusiastic about naming Clinton to the post from the start, believing she would bring instant stature and credibility to U.S. diplomatic relations and that the advantages to her serving far outweigh potential downsides.

Geithner, Obama's pick for Treasury secretary, has worked at the Treasury Department during three administrations and under five secretaries dating to 1988.

Geithner has also been a key player during the recent economic crisis — helping current Treasury Secretary Henry Paulson and his team manage Wall Street bailout plans.

Wall Street surge following news
In addition, some on Wall Street have grown frustrated with outgoing Treasury Secretary Henry Paulson over his handling of the government's effort to rescue the banking system.

Former Treasury Secretary Larry Summers — also reportedly considered for the post — may still play a major future role in the Obama administration, according to sources.

Summers came under fire from women's groups because of controversial comments he made about gender issues while president of Harvard University, but sources say the decision to choose Geithner had more to do with Obama's interest in "change" and getting someone new on the team.

Richardson tapped
Also expected Monday — an announcement that New Mexico Gov. Bill Richardson will be named secretary of the Commerce Department.

Richardson, a former Democratic candidate for the presidency, was a United Nations ambassador and energy secretary under President Bill Clinton.

Obama is also likely to choose Arizona Gov. Janet Napolitano to be secretary of homeland security, top Obama advisers and several Democrats said Thursday.

The Obama advisers cautioned that no final decision has been made on putting Napolitano in charge of the Homeland Security Department, the massive agency created by Congress after the Sept. 11, 2001, terrorist attacks. But the advisers said she was easily the top contender.


Thus far, Obama has informally selected Washington lawyer Eric Holder as attorney general and former Senate Majority Leader Tom Daschle as health secretary. But any plans could be sidetracked by unexpected glitches in the final vetting process, officials note.


NBC's Andrea Mitchell and The Associated Press contributed to this report.
URL: http://www.msnbc.msn.com/id/27832013?GT1=43001



MSN Privacy . Legal
© 2008 MSNBC.com
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Hillary Clinton, Secretary of State?   Ven 21 Nov 2008 - 22:53

:elephant:


Dernière édition par lent=slow le Lun 7 Sep 2009 - 8:50, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Sasaye
Super Star
Super Star
avatar

Masculin
Nombre de messages : 7722
Localisation : Canada
Opinion politique : Indépendance totale
Loisirs : Arts et Musique, literature kréyòl
Date d'inscription : 02/03/2007

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Maestro

MessageSujet: Re: Hillary Clinton, Secretary of State?   Ven 21 Nov 2008 - 23:40

Hillary Clinton will give up her Senate seat and accept the nomination for secretary of state, The New York Times reported Friday.

Mwen pa gen dout tout ekip moun ki ap fè rechèch e ki chwazi kandida pou pôs yo konnen sa yap fè e byen analize tout faktè anvan yon deside.

Men mwenmenm, kom nèg ki pa gen lavwa lan politik meriken, si m te lan plas Obama, mwen pa ta mete fanm saa lan kôsaj mwen.

Mwen pap pale de kalifikasyon. Ma p pale de senserite, lwayote, espri ekip, obedyans.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marc H
Super Star
Super Star
avatar

Masculin
Nombre de messages : 8733
Localisation : Quebec
Opinion politique : Démocrate
Loisirs : soccer
Date d'inscription : 28/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le voyeur

MessageSujet: Re: Hillary Clinton, Secretary of State?   Sam 22 Nov 2008 - 0:23

Sasaye un article qui pourrait te faire changer d'avis sur le poste qu'occupera HIllary


Dans Newsweek : Hillary Rodham Powell ?
NOUVELOBS.COM |
Cet article traite de l'éventuelle nomination d'Hillary Clinton au poste de secrétaire d'Etat et sur les difficultés que pourrait avoir Barack Obama pour la contrôler. L'article a été publié dans l'hebdomadaire Newsweek sous le titre Hillary Rodham Powell?

Hillary, secrétaire d’État, ou pourquoi contrôler les Clinton ne serait pas un problème pour Obama.

Ces derniers jours, la blogosphère s’est enflammée sur ce sujet : les spéculations vont bon train sur le genre de dégâts qu’Hillary Clinton pourrait causer à la présidence Obama si elle devenait secrétaire d’État. Elle n’a pas encore décroché le poste (elle et son mari seraient en train d’examiner la proposition, mais ils auraient des doutes). Pour de nombreux commentateurs, la question clé c’est de savoir si Hillary serait contrôlable. « Si le Président élu Barack Obama nommait la sénatrice Hillary Clinton au poste de secrétaire d’État, il lui donnerait le contrôle d’un domaine dans lequel les deux anciens rivaux divergeaient énormément au cours de leur longue bataille des primaires, » prévient Scott Helman dans l’édition de mardi de The Boston Globe. Pour Dick Morris, Obama « sera obligé de pencher plus vers la gauche. Choisir Hillary Clinton comme secrétaire d’État, c’est céder un peu plus de son autorité. » Ou, comme le dit George Stephanopoulos dans son blog : « Quel style l’emportera : L’équipe des rivaux ou trop de Clinton ? »

J’ai une réponse en deux mots à ces questions : Colin Powell. Aujourd’hui, il est difficile de se souvenir la stature et le prestige que Powell a apporté à George W.Bush lorsqu’il l’a nommé secrétaire d’État en décembre 2000. À ce moment-là, Powell avait plus de poids qu’Hillary. En réalité, il en avait même plus que Bush. Le président élu d’alors avait les larmes aux yeux lorsqu’il a présenté Powell dans une école du Texas. Il pleurait peut-être de joie, en se réjouissant de la chance qu’il avait à avoir réussi à décrocher un homme qui, après tout, était plus populaire que lui, et un homme qui, d’après certains, aurait pu être président s’il en avait décidé ainsi. Moi-même, je me suis fait berner comme tout le monde à l’époque. J’écrivais alors dans Newsweek, après l’annonce de sa nomination : « On s’attend à ce que Powell devienne la vedette de cette administration, celui qui commande dès qu’il entre dans une pièce, celui qui peut faire régner le silence dans une session de stratégie, juste en s’éclaircissant la gorge. » Powell semblait lui-même croire en son pouvoir. Quand il se levait pour parler –bien avant l’annonce de la nomination de Don Rumsfeld à la Défense- c’était presque comme s’il était président. Alors que Bush se tenait calmement derrière lui (on avait alors l’impression qu’il rapetissait), Powell le présentait présomptueusement comme un « président pour tous, tout le temps » et exposait ensuite sa propre vision de la politique étrangère américaine, une conception entièrement dans la tradition de l’internationalisme responsable.

Maintenant, nous savons ce qu’il s’est passé. Comme le dit le fantôme à Hamlet, « Quelle dégradation ce fut ! » À mi-mandat, Colin Powell s’est retrouvé comme l’homme à tout faire, dominé sur tous les fronts par les tactiques de l’alliance Cheney-Rumsfeld et par une prise du pouvoir néoconservatrice avec des politiques qui l’isolaient du reste de l’équipe Bush. À la fin du premier mandat de Bush, Powell s’est non seulement fait humilier en endossant le rôle de l’infortuné du gouvernement responsable de la guerre en Irak, mais il avait également acquis la réputation internationale du type dont la parole ne vaut pas grand-chose parce qu’il n’était pas écouté par son président. Lorsqu’il fut sorti de force en décembre 2004, après la réélection de Bush, la sentence parut presque clémente.

Évidemment, la réponse prévisible à cet argument serait : Ce fut un sort inhabituel, voire pathologique, pour un secrétaire d’État. Après tout, il est juste de dire que le gouvernement américain n’a pas bien fonctionné pendant les années Bush, particulièrement au cours du premier mandat. Cheney et Rumsfeld ont détruit le processus inter-agence lorsqu’ils ont mis en place ce qui fut un gouvernement alternatif dans les faits. Ils ont contourné les avis de Condoleezza Rice, alors conseillère à la Défense nationale, sur de nombreuses décisions, tout en continuant d’ignorer Powell. N’importe quel secrétaire d’État honnête aurait subi le sort de Powell.

Mais la vérité, c’est que ce qui y est arrivé à Powell relève davantage de la norme que de l’exception pour un secrétaire d’État qui n’est pas au diapason avec son président. L’histoire américaine regorge de nombreux exemples. Quand Robert Lansing, le secrétaire d’État de Woodrow Wilson, a exprimé des réserves quant à la politique d’autodétermination du président, il fut tenu écarté puis viré. Et est-ce que quelqu’un se souvient le nom du secrétaire d’État de Nixon pendant son premier mandat ? Si vous ne vous en souvenez pas (c’était William Rogers), c’est parce que l’alter ego de Nixon, Henry Kissinger, en avait pratiquement fait un personnage insignifiant alors qu’il n’était que le conseiller à la Défense nationale avant de prendre le poste de Roger. Et n’oubliez pas Cyrus Vance, qui est connu pour avoir démissionné du cabinet de Jimmy Carter parce qu’il avait l’impression que le conseiller à la Défense nationale, Zbigniew Brzezinski se payait sa tête (la raison immédiate étant davantage que Vance était opposé à la mission secrète de sauvetage des otages, et que son influence diminuait).

Sur son blog, Dick Morris suggère qu’il a bon contre-exemple : Jimmy Byrnes, le secrétaire d’État de Harry Truman, quand il devient président après la mort de Frankin D. Roosevelt. « Byrnes, qui pensait qu’il aurait dû être président, a fait en sorte de faire sa propre politique étrangère. Il s’est rendu à une réunion en Europe avec les ministres des affaires étrangères des alliés, et a à peine tenu au courant le Président Truman des délibérations, » écrit Morris avec Eileen McGann. C’est vrai. Mais Morris accorde bien peu d’attention à ce qu’il s’est produit ensuite : Byrnes s’est fait renvoyer, et fut remplacé par George Marshall, puis par Dean Acheson, qui est ensuite devenu l’un des plus puissant et influent secrétaire d’État de l’histoire américaine. Comme Acheson a-t-il atteint ses sommets ? En grande partie, du fait de sa fidélité à toute épreuve envers Truman. « J’ai une certaine force politique, » aimait à dire Acheson, et le président n’a jamais oublié ce jour de 1946 où Acheson s’est rendu à la gare Union Station de Washington dans les petites heures du matin, tout seul, habillé en tenue de soirée, pour accueillir Truman qui rentrait à Washington.

L’autre argument que l’on entend contre la nomination d’Hillary est qu’un président ne devrait jamais embaucher quelqu’un qu’il ne peut pas virer, et elle est tout simplement trop importante et trop populaire pour subir ce sort. Faux. Il y a limogeage et limogeage, comme a pu s’en rendre compte Colin Powell. Parfois, les choses peuvent tout simplement être rendues si désagréables qu’on se sent obligé de démissionner. Ou un licenciement peut se produire d’une manière plus subtile. Sa dernière humiliation, Powell l’a subie lorsqu’il a rencontré Bush dans le Bureau ovale après la réélection de ce dernier en 2004 et qu’il a attendu des mots qui ne sont jamais venus : « J’aimerais que vous restiez parmi nous. » Il a donc docilement démissionné, et aucun de ses admirateurs n’a pu hurler à l’outrage.

Foggy Bottom (le quartier de Washington qui abrite le département d’État) est tout simplement trop éloigné de la Maison Blanche pour devenir une base de pouvoir indépendante. En tant que secrétaire d’État, Hillary reprendrait une organisation énorme et prestigieuse. Mais, ce serait, en grande partie, une cage dorée. Et si elle échouait à exécuter les ordres d’Obama, elle serait ignorée, neutralisée et en fin de compte, elle deviendrait sans importance. Elle devrait peut-être passer un coup de fil à Powell avant d’accepter le poste.

Par Michael Hirsh

Traduction de l'américain par Nadia Bensmail

> Lire la version américaine de l'article
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rodlam Sans Malice
Membre-fondateur
Membre-fondateur
avatar

Masculin
Nombre de messages : 11114
Localisation : USA
Loisirs : Lecture et Internet
Date d'inscription : 21/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Stock market

MessageSujet: Re: Hillary Clinton, Secretary of State?   Sam 22 Nov 2008 - 0:40

Sassaye,

Although some people think that I am a blind fanatic of Senator Clionton,I do not like her as Secretary of State.I do not know if you were watching Rachel Maddow's program on CNBC tonight where she shows the dichotomy between Senator Obama's "foreign affairs doctrine and Senator Clinton's.As I said before I am very worry by her husband's relations with some foreign governments.Mrs Clinton has criticised Senator Obama's "naivety".What happened has she changed her mind?

I apppreciate some of Mr Obama's choices ,but really the choice of Mrs. Clinton worries me.There are so many candidates who are more qualified than Senator Clinton,why President -elect and his advisers choose Hillary Clinton.Yes she is a well known politicinan all over the world;her husband is a well respected and admired ex President of the Unites States, but is she really the best choice?Bill Clinton could be a liability instead of being an asset for Obama.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sasaye
Super Star
Super Star
avatar

Masculin
Nombre de messages : 7722
Localisation : Canada
Opinion politique : Indépendance totale
Loisirs : Arts et Musique, literature kréyòl
Date d'inscription : 02/03/2007

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Maestro

MessageSujet: Re: Hillary Clinton, Secretary of State?   Sam 22 Nov 2008 - 7:24

Marc,

Au contraire, cet article renforce mes appréhensions.
Pourquoi Obama devrait-il courir ce risque, quitte à la placer en isolement, si nécessaire?
Ce président historique a tellement de défis a relever qu'il ne devrait pas en chercher.

Malice,

Je suis encore d'accord avec vous.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Hillary Clinton, Secretary of State?   Sam 22 Nov 2008 - 10:21

Poko, eske Obama bay Hillary rezon ak nominasyon sa a?

Kilès ki va reponn telefonn nan?

Prezidan an ou Secretè Deta a?

Sa Obama ap fè konsa, li blie sa manzèl te konn di sou li?


Revenir en haut Aller en bas
Marc-Henry
Administrateur
avatar

Masculin
Nombre de messages : 5828
Localisation : Canada
Opinion politique : Démocrate
Loisirs : Lecture et Internet
Date d'inscription : 20/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Lobbyiste

MessageSujet: Re: Hillary Clinton, Secretary of State?   Sam 22 Nov 2008 - 18:50

Sasaye a écrit:
Marc,

Au contraire, cet article renforce mes appréhensions.
Pourquoi Obama devrait-il courir ce risque, quitte à la placer en isolement, si nécessaire?
Ce président historique a tellement de défis a relever qu'il ne devrait pas en chercher.

Citation :
L’autre argument que l’on entend contre la nomination d’Hillary est qu’un président ne devrait jamais embaucher quelqu’un qu’il ne peut pas virer, et elle est tout simplement trop importante et trop populaire pour subir ce sort. Faux. Il y a limogeage et limogeage, comme a pu s’en rendre compte Colin Powell. Parfois, les choses peuvent tout simplement être rendues si désagréables qu’on se sent obligé de démissionner. Ou un licenciement peut se produire d’une manière plus subtile. Sa dernière humiliation, Powell l’a subie lorsqu’il a rencontré Bush dans le Bureau ovale après la réélection de ce dernier en 2004 et qu’il a attendu des mots qui ne sont jamais venus : « J’aimerais que vous restiez parmi nous. » Il a donc docilement démissionné, et aucun de ses admirateurs n’a pu hurler à l’outrage.

_________________
Solidarité et Unité pour sauver Haiti
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.forumhaiti.com
alex jacques
Star plus
Star plus
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1050
Localisation : Haiti
Date d'inscription : 23/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Fou de son pays

MessageSujet: Re: Hillary Clinton, Secretary of State?   Dim 23 Nov 2008 - 15:59

I think Hillary is good pick. Obama is the boss if she misbehaves, she will be fired. That choice only makes me more confident in Obama, as a great leader who is not fear of surrounding himself with tough people.

Don't forget that Obama is an intellectual arrogant, noone will belittle him in his own Administration
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Hillary Clinton, Secretary of State?   

Revenir en haut Aller en bas
 
Hillary Clinton, Secretary of State?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Hillary Clinton, Secretary of State?
» Hillary Clinton reçoit Michel Martelly à Washington
» Hillary Clinton, la colistière d’Obama … chut
» stupid comments by hillary clinton!!!!
» Echanges entre Rene Preval et Hillary Clinton

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti :: Haiti :: Espace Monde-
Sauter vers: