Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

FOROM AYITI : Tèt Ansanm Pou'n Chanje Ayiti.
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  PortailPortail  CalendrierCalendrier  PublicationsPublications  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Palestine: Chronique d'un crime de guerre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
piporiko
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 4753
Age : 47
Localisation : USA
Opinion politique : Homme de gauche,anti-imperialiste....
Loisirs : MUSIC MOVIES BOOKS
Date d'inscription : 21/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: L'impulsif

MessageSujet: Palestine: Chronique d'un crime de guerre   Mar 27 Jan 2009 - 20:19

Une fois l'entreprise israélienne de destruction de la bande de Gaza terminée, une fois le décompte macabre du massacre de la population palestinienne achevé, la Communauté Internationale avec à sa tête l'Union européenne et les États-Unis, rivaliseront en bonnes intentions en faveur du peuple palestinien. De nouveau, la Communauté Internationale viendra au chevet d'une population palestinienne meurtrie et rédigera des rapports sur la situation matérielle et psychologique des enfants palestiniens. A coup de millions d'euros, les puissances occidentales, se donneront bonne conscience, feignant d'oublier leurs méfaits de la veille. En effet, puni d'avoir choisi démocratiquement le Hamas, le peuple palestinien a été soumis à un blocus économique et financier dont les conséquences dramatiques ont été, maintes fois signalées par les organisations humanitaires internationales. Raison invoquée pour justifier cette punition: le gouvernement d'union nationale palestinien, constitué au lendemain des élections, ne peut-être reconnu, car la composante Hamas est inscrite dans la liste des organisations terroristes et ne reconnaît pas l'État d'Israël. Piètre argument quand on sait que ces mêmes puissances ont exigé de l'Autorité palestinienne la tenue de ces élections en 2006, suite à l'élection en 2005 du Président de l'Autorité Nationale, Mahmoud Abbas. Une hypocrisie aux conséquences tragiques quand on sait que dans le programme gouvernemental de l'Union nationale palestinienne, la revendication d'un État Souverain palestinien dans les frontières de 1967 avec Jérusalem-Est comme capitale reconnaissait, de facto, l'existence de l'État d'Israël. Les puissances occidentales ont préféré emboîter le pas à l'État d'Israël et créent ainsi les conditions d'une confrontation inter-palestinienne. De nouveau, le peuple palestinien assistera à un ballet diplomatique animé par les plus puissants de ce monde avec la même litanie «droit à Israël de vivre en sécurité».Poser le problème ainsi revient à considérer que le corollaire «Sécurité» n'est pas une conséquence du théorème «Justice». La stérile controverse autour de l'interruption de la trêve relève de la mauvaise foi dans la mesure où durant la même période, l'État d'Israël continuait sa politique d’assassinats «ciblés» en Cisjordanie et à Gaza tout en consolidant la colonisation. Quand bien même la sécurité du peuple israélien est mise en danger par des roquettes, non demeure pas moins, que celle-ci n'est rien d'autre que le corollaire d'une injustice qui se nomme occupation, colonisation et blocus.

Il est évident qu'en posant comme condition préalable, la résolution de l'équation «sécurité=paix durable», l'État d'Israël aidée par les puissances occidentales a aiguisé les contradictions du mouvement de libération nationale palestinien conduisant la société palestinienne à une nouvelle tragédie. Au-delà des destructions et des massacres, cette tragédie nourrit les conditions d'une potentielle fragmentation géographique, sociale et politique du peuple palestinien. Une à Gaza, liée à l'Égypte et contrôlée par elle, l'autre tournée vers la Jordanie. Vieux rêve des stratèges et idéologues israéliens qui devient une hypothèse de plus en plus plausible. La présence des chefs d'États européens à Jérusalem, le lendemain même du cessez le feu, légitime Israël dans sa posture d'État au-dessus des lois et reconnait implicitement Jérusalem comme capitale de cet État. Ce qui marginalise encore plus la voix du peuple palestinien sur la scène internationale, déjà fragilisée par les enjeux régionaux et les divisions arabes.

Pour comprendre l'évolution et la crise du mouvement de libération palestinien, un bref retour dans le passé est nécessaire.



D'Oslo à Annapolis: le marché de dupes

Deux évènements d'importance ont mis fin au processus de paix d'Oslo et déclenché la deuxième Intifada. En juin 2000, le refus d' Y. Arafat de signer le Plan de Ehud Barak, actant le fait accompli colonial en Cisjordanie, suivi, le 28 septembre 2000, par la provocation de A. Sharon sur l'esplanade des Mosquées.

Libre de toute obligation Internationale, l'État d'Israël a trouvé dans les attentats ciblant des civils israéliens, l'alibi pour mettre fin au processus d'Oslo et inverser la question coloniale: la liberté de l'occupé est subordonnée à la sécurité de l'occupant. Cette inversion a légitimé l'opération «Rempart» et la répression du soulèvement palestinien en Cisjordanie. L'objectif poursuivi est double: destruction des infrastructures de l'Autorité et vider la principale composante de l'OLP de ces forces vives en assassinant et en emprisonnant de nombreux cadres et militants du Fath dont Marwan Barghouti, potentiel successeur de Y.Arafat. Le quasi-emprisonnement de Y. Arafat, considéré comme un obstacle à la paix par l'État d'Israël, a clos l'épisode «processus d'Oslo».

Mais il faut remonter aux accords d'Oslo ou Accord de Jéricho-Gaza(13 septembre 1993) et du processus de négociation pour déceler les causes de la tragédie que vient de vivre le peuple palestinien.

L'OLP reconnaît l'existence d'Israël sur 78% de la Palestine historique, en échange de quoi, engagement est pris par les deux parties de «mettre fin à des décennies d’affrontement et de conflit, de reconnaître leurs droits légitimes et politiques mutuels...» Pour y parvenir, elles s'engagent dans le cadre du processus de paix à «établir une autorité palestinienne intérimaire autonome, le Conseil élu (le «Conseil»), pour les Palestiniens de Cisjordanie et de la bande de Gaza, pour une période transitoire n’excédant pas cinq ans.. . Il est entendu que les arrangements intérimaires font partie intégrante de l’ensemble du processus de paix et que les négociations sur le statut permanent aboutiront à l’application des résolutions 242 (1967) et 338 (1973) du Conseil de sécurité. (1)

Cependant, durant la période intérimaire, l’Autorité palestinienne élue n’a pas droit aux chapitres «Jérusalem, les réfugiés, les implantations, les frontières…». Ce point est capital puisqu'il laisse à l'État d'Israël toute latitude pour continuer sa politique de colonisation telle qu’elle a été définie au lendemain de la guerre de juin 1967. Politique qui s’était accentuée à partir de 1977 avec l’arrivée de la droite au pouvoir. C'est ce qui a servi de cadre «légal» à l''État d'Israël pour organiser la séparation physique et géographique des Palestiniens entre eux et d'avec les colons. Les timides protestations de la Communauté internationale ne l'ont nullement dissuadé. En revanche, conformément aux accords d'Oslo, toute résistance palestinienne à cette politique, était illégale puisque la responsabilité de la sécurité dans les territoires concernés incombait à l'Autorité. C'est ainsi que, durant la même période, l'État d'Israël a consolidé les implantations au nom de la «croissance naturelle» des colonies. En effet, le nombre de colons est passé de 124000 en 1993 à 400000 en 2008. La construction des «routes de contournement.» assure la continuité géographique des blocs de colonies avec l'État d'Israël et préfigure l’annexion et le morcellement de la Cisjordanie. En terme de superficie, les blocs de colonies en Cisjordanie contrôlent 42% de ce territoire. Le désengagement de la bande de Gaza en 2005 et le démantèlement des 21 colonies décidés par A. Sharon, sans négociation avec l'Autorité palestinienne avait un prix: l'annexion de 42% des terres fertiles de Cisjordanie. Enfin, la construction du mur consacre cette séparation physique et géographique et dessine les nouvelles frontières de l'État d'Israël.

En acceptant comme seules compétences, l’éducation, la culture, la santé et la sécurité civile, les négociateurs palestiniens permirent, involontairement, à l'État d’Israël de se débarrasser de la gestion sociale d’une population occupée tout en conservant le pouvoir de reconfigurer son territoire. Contrairement à ce qu'affirment les commentateurs politique, l'assassinat de Yitzhak Rabin en 1995 par un extrémiste israélien n'a pas desservi le processus d'Oslo mais plutôt dévoilé les dessous des accords et accéléré le plan d'annexion. Comme d'ailleurs, la disparition de Y. Arafat et l'affaiblissement du Fath ont mis en lumière les contradictions du mouvement de libération nationale. Pris en main par un groupe restreint autour de Mahmoud Abbas, l'OLP et le Fath se sont transformés en un appareil administratif et gestionnaire social au service d'une Autorité sous contrôle dont la modération n'est nullement payé en retour par l'occupant. Cette contradiction s'aggrava avec la mise en place de la «Feuille de route» puis de la Conférence d'Annapolis puisque la condition préalable à la création d'un État palestinien est dorénavant assujettie à la sacro-sainte sécurité de l'État d'Israël.

En acceptant les conditions de la Feuille de route puis de la Conférence d'Annapolis, l'Autorité a donné l'image d'un appareil de collaboration et a semé les germes d'une confrontation inter-palestinienne. Ainsi la voie est ouverte pour le Hamas de tirer un profit politique et d’apparaître comme la seule avant-garde de la résistance du peuple palestinien. Il va de soi que la prise du pouvoir à Gaza par le Hamas est une erreur stratégique à double titre. Elle a accentué les divisions au sein du mouvement de libération nationale tout en donnant l'illusion que la bande de Gaza est libérée. Ce mouvement nationaliste, religieux ( encouragé par Israël, début 1980, pour concurrencer le mouvement laïque incarné par l'OLP), a joué ainsi le jeu de l'occupant. Il est tombé dans le même piège que l'Autorité en exerçant un pouvoir «sans pouvoir» dans une véritable prison à ciel ouvert, tout en reléguant au second plan le fait colonial au profit de la «sécurité» du colonisateur.



Unité du Mouvement de libération Nationale: dissoudre l'Autorité?

De ces constats et des expériences des 15 dernières années, l'unité du mouvement de libération doit être de nouveau au centre des préoccupations de toutes les forces politiques palestiniennes afin que le peuple ait un Porte parole indépendant de l'Autorité et des pays arabes de la région. Unité dont l'objectif stratégique est la création d'un État palestinien avec Jérusalem-Est comme capitale. Ce qui implique le démantèlement des colonies de Cisjordanie et la reconnaissance par Israël du droit au retour des réfugiés... Ou alors un État binational. Tout en n'excluant pas le principe de la résistance armée, d'autres modes d'actions non armées de masse doivent être privilégiées. Un tel choix a l'avantage d'associer certaines organisations de solidarité israéliennes. Il peut aboutir à la dissolution de l'Autorité laissant ainsi à la puissance occupante la charge sociale de la population occupée.

A chacun son rôle, une puissance coloniale colonise. Un mouvement de libération nationale libère. Quant au droit des peuples à disposer d'eux-mêmes, c'est à la Communauté internationale de le garantir.


Articles de M. El Bachir publiés par Mondialisation.ca
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Palestine: Chronique d'un crime de guerre
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Palestine: Chronique d'un crime de guerre
» Argentine: ouverture d'un nouveau procès pour crimes de guerre lors de la dicta
» Chef de Guerre sur Cannon Io... euh... moto
» Jamaica struggles to fight crime
» Prochaine etape de la "guerre au terrorisme", le Pakistan?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti :: Haiti :: Espace Monde-
Sauter vers: