Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

FOROM AYITI : Tèt Ansanm Pou'n Chanje Ayiti.
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  PortailPortail  CalendrierCalendrier  PublicationsPublications  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Nécessité de Réformer l’Université d’Etat d’Haïti :

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
piporiko
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 4753
Age : 47
Localisation : USA
Opinion politique : Homme de gauche,anti-imperialiste....
Loisirs : MUSIC MOVIES BOOKS
Date d'inscription : 21/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: L'impulsif

MessageSujet: Nécessité de Réformer l’Université d’Etat d’Haïti :   Sam 21 Fév 2009 - 11:57

Dialogue de Guichard DORE avec le Professeur Christian Rousseau (20 octobre 2007)
Vous avez raison d’affirmer que l’Université à elle seule ne peut pas résoudre la crise de la moralité et la gabegie qu’il y a dans le pays. Vous privilégiez et mettez en avant l’approche systémique dans votre réponse pour récuser la part de responsabilité de l’UEH dans la faillite de l’Etat. Vous dites «je conviens avec vous que la dimension formation citoyenne est complètement évacuée dans le système éducatif actuel. Il faut réfléchir en terme de système car individuellement à l'UEH comme ailleurs il y a des bons comme des mauvais enseignants.» C’est vrai, il faut réfléchir en terme de système mais aussi il faut qu’il ait un espace de dialogue entre le monde universitaire et les autres composantes de la société. Un tel espace pourrait faciliter, sans marronnage, des échanges constructifs entre le monde économique et le monde de la formation. Un partenariat éclairé entre ces deux univers peut être bénéfique pour l’UEH.

Si vous suivez les réformes enclenchées dans l’enseignement supérieur en Europe et plus particulièrement en France au cours de ces dernières années, vous avez pu constater que l’une des options privilégiées par les réformateurs est le partenariat dynamique entre le monde universitaire et le monde des entreprises. Il y a tout un pan de l’enseignement supérieur français qui forme les étudiants, en accord avec le monde de la production, afin qu’ils puissent être rapidement opérationnels sur le marché du travail. C’est l’objectif des formations de type : DUT, Licence professionnelle, IUP, DES, DESS ou Master professionnel. Bien que la réforme du LMD ait des effets sur ces titres universitaires à finalité professionnelle mais elle ne les élimine pas.

Professeur, l’expérience prouve quand les Haïtiens veulent une chose, ils la réalisent, c’est le cas, par exemple, du Plan National d’Education et de Formation (PNEF) de 1997 qui est le résultat d’un travail de divers secteurs de la société. On cite souvent le PNEF dans les cours et travaux portant sur les Politiques Educatives et Education Comparée.

Qu’on le veuille ou non, il y a des réformes qui ont été apportées aux niveaux inférieurs du système éducatif (réforme de Bernard, la mise en application du PNEF depuis 1997). La réforme attendue au sein de l’UEH est très importante parce qu’elle est un maillon du système national d’éducation.

L’on ne doit pas ignorer que le monde éducatif est l’un des sous-systèmes du macrocosme social haïtien. Comme entité du social, le système éducatif est en interaction avec des éléments interreliés (politique, économique, culturel, technologique etc.). Le système national d’éducation est un système ouvert, il est constitué de sous-systèmes spécifiques, variés et interdépendants (primaire, secondaire, universitaire, professionnel etc.) de telle sorte qu’une modification de l’un des sous-systèmes aura des répercussions sur tous les autres et le système éducatif pris globalement. Si l’on ne réalise pas la réforme de l’Université, la nation ne pourrait pas pleinement bénéficier des effets produits par ces mesures adoptées aux niveaux inférieurs du système national d’éducation au cours de ces dernières années. L’UEH, à côté d’autres institutions étatiques et privées, participe à la formation des élites du pays. Elle est l’une des plus anciennes institutions universitaires de la Caraïbe. Elle doit donner des exemples.

Professeur, je considère les différents éléments du système éducatif comme des parties formant un tout qu’on doit analyser plutôt comme des touts qu'il faut décomposer en parties. « La tendance à analyser les systèmes comme un tout plutôt que comme des agrégations de parties est compatible avec la tendance de la science contemporaine à ne plus isoler les phénomènes dans des contextes étroitement confinés, à ne plus décortiquer les interactions avant de les examiner, à regarder des 'tranches de nature' de plus en plus larges »[1].
Tout système tend à se perpétuer et à ne pas changer. Toute mesure innovante qui vise l’amélioration du système sera récupérée par des tiers qui, spontanément, tenteront de la freiner ou de boycotter ses objectifs et ses effets (stratégie des acteurs). L’université comme tout système qui atteint l'équilibre et la cohésion dans son fonctionnement refuse et rejette les facteurs perturbateurs (REFORME) qui pourraient rompre cet équilibre, créer de l'instabilité et des tensions dans les relations entre le tout (université comme ensemble) et les parties (étudiants, enseignants, administration, partenaires intéressés).
Les deux tentatives de réforme de l’Université entreprises par les gouvernements d’Aristide (1995, 2002), critiquées pour avoir été décidées et venues d’en haut, ont été échouées. Les échecs de ces deux projets, aux dires de certains observateurs, étaient inévitables parce qu’ils portaient atteinte à l’autonomie de l’UEH consacrée par le texte constitutionnel de 1987. Toutefois, il y a lieu de reconnaître qu’il y avait des éléments à discuter dans ces deux projets. Les observateurs, les mieux avisés, ont constaté plusieurs années après, les propositions d’en bas tardent à se manifester. Des anciens étudiants ayant participé au mouvement de protestation de 1995, reconnaissent aujourd’hui que le texte du Ministre Buteau, rejeté sous prétexte de privatisation de l’enseignement supérieur haïtien, avait des points importants qui sont repris dans la réforme de l’enseignement supérieur français 10 ans après.
Les changements à apporter au sein du monde universitaire, quoique nécessaires pour une meilleure performance de ce sous secteur, peuvent être considérés par certains acteurs comme des éléments contre-productifs et nuisibles à la stabilité du milieu universitaire (enjeux des acteurs). C’est pourquoi nous pensons qu’il est important de saisir et prendre en compte la zone d’incertitude des acteurs pour ne pas répéter les erreurs du passé (projet de 1995). Sinon les actions démagogiques, populistes et manipulatrices vont avoir raison de la réforme. Dans ce milieu fertile aux rumeurs et aux procès d’intention, il faut un compromis actif pour avancer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
piporiko
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 4753
Age : 47
Localisation : USA
Opinion politique : Homme de gauche,anti-imperialiste....
Loisirs : MUSIC MOVIES BOOKS
Date d'inscription : 21/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: L'impulsif

MessageSujet: Re: Nécessité de Réformer l’Université d’Etat d’Haïti :   Sam 21 Fév 2009 - 11:57

Entretenant des relations actives avec l’environnement, le système éducatif répond aux perturbations qu'il reçoit en provenance de ce dernier. Le système éducatif est doté des moyens spécifiques en terme de méthodes, procédés et règles pour pouvoir établir des échanges actifs avec l’environnement (le baccalauréat est un espace de dialogue entre le système éducatif et la société) mais bien souvent on ne prend pas le soin d’analyser sociologiquement les résultats de cet examen national pour voir si le capital culturel (P. Bourdieu) commun qu’il est sensé assuré est effectivement matérialisé dans la réalité (enquête d’insertion professionnelle) . Le système éducatif par un dialogue serein avec ses partenaires doit pouvoir agir sur ses propres contraintes. Et Mélèze de mentionner « des finalités et des buts étant exprimés sur un environnement, un système finalisé est un ensemble organisé de moyens, méthodes, règles et procédures qui permet d'obtenir des réponses satisfaisantes de l'environnement »[2] . Il y a des possibilités pour sortir de l’impasse.
Le consensus passif est souvent contre productif et encourage l’immobilisme. Toute organisation est, par essence, le produit d’une construction sociale, d’une rencontre entre les volontés d’acteurs au moins partiellement contradictoires et donc conflictuels. Ici, le progrès passe nécessairement par la capacité du dirigeant à comprendre la diversité et saisir l’unité des prises de position contraires pour, ensuite, dégager un compromis actif en vue de matérialiser le changement. Une telle initiative exige du manager la maîtrise de l’ingénierie du changement. Sinon c’est la porte ouverte à la routine et à l’immobilisme

Professeur, je prône un compromis actif entre les différents acteurs de l’Université, sans nier la hiérarchie formelle que vous avez mentionnée dans votre texte pour initier le processus de la réforme de l’Université d’Etat d’Haïti. Les membres de cette hiérarchie formelle, professeur Rousseau, doivent trouver l’équivalence entre l’autorité et la responsabilité afin qu’ils puissent mettre en marche le processus de la réforme. Depuis 20 ans, la communauté attend des actions de nature à impulser une dynamique de changement au sein de l’UEH.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
piporiko
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 4753
Age : 47
Localisation : USA
Opinion politique : Homme de gauche,anti-imperialiste....
Loisirs : MUSIC MOVIES BOOKS
Date d'inscription : 21/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: L'impulsif

MessageSujet: Re: Nécessité de Réformer l’Université d’Etat d’Haïti :   Sam 21 Fév 2009 - 11:58

Dans le dernier paragraphe de votre texte, vous dites « Par où commencer? Sans doute par un accord véritable (sans hypocrisie, sans marronnage) sur la démarche. C'est cela le plus dur car cela fait 20 ans que l'on n'y arrive pas...» Ce que vous écrivez, je l’apprécie fortement. Vous touchez un élément fondamental qui caractérise l’Haïtien : le double langage. L’Haïtien dit le contraire de ce qu’il pense, il trouve toujours des prétextes et des contextes pour ne rien faire. Le temps est un élément précieux, on doit faire quelque chose pour la génération montante. Sinon, l’on ne doit pas s’étonner qu’elle nous impose ses lois brutales : l’anarchie, l’irrationalité , le voyé monté. Ne rien faire quand la maison brûle c’est la pire des solutions !!!

Notre système éducatif qu’on le veuille ou non est en compétition avec le système éducatif dominicain. Les dominicains savent que la moitié de la population haïtienne a moins de 20 ans, ils vont continuer à construire des centres de formation pour les Haïtiens qui peuvent payer leurs études, à capter une bonne partie des devises du pays. Après la bataille économique, c’est sur le plan de l’esprit (formation des élites) que les dominicains nous attaquent. Ils forment pour nous plusieurs milliers de jeunes. Je ne suis pas contre que des nos jeunes se forment là bas mais pas à des proportions aussi élevées, comme c’est le cas aujourd’hui. Roger Bastide, dans l’un de ses ouvrages, disait, en substance, en apprenant dans la langue des blancs ce ne sont pas seulement les lois des mathématiques, de la physique et de la chimie que l’on apprend mais c’est tout un modelage et une nouvelle forme d’appropriation de la pensée qui s’opèrent pour s’adapter non pas à sa communauté initiale mais au pays dans le quel on a étudié. Alors quelles sont les arrière-pensées de cette politique dominicaine consistant à former des jeunes haïtiens ? Est-elle une simple opération commerciale de bon voisinage (marché de la formation) ou un élément faisant partie d’une stratégie plus profonde ? Va-t-on assister, dans les jours à venir, à des ordres venus de la République Dominicaine ? Autrement dit le modèle dominicain va-t-il s’imposer en Haïti?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
piporiko
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 4753
Age : 47
Localisation : USA
Opinion politique : Homme de gauche,anti-imperialiste....
Loisirs : MUSIC MOVIES BOOKS
Date d'inscription : 21/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: L'impulsif

MessageSujet: Re: Nécessité de Réformer l’Université d’Etat d’Haïti :   Sam 21 Fév 2009 - 11:58

Diverses études prouvent qu’un jeune, laissant son pays à un diplôme de licence universitaire, a plus de chance de réaliser des études et obtenir des titres universitaires les plus élevés (M2, Doctorat et post-Doctorat) parce qu’il a plus de maturité et il est plus motivé. Chez nous, je reconnais que les classes moyennes font d’énormes sacrifices pour financer les études universitaires de leurs enfants mais je crois devoir dire que l’on ne rends pas de grands services au pays si l’on continue à envoyer des gens à l’étranger pour des diplômes du premier cycle qu’on peut normalement délivrer dans le pays. Non seulement le pays perd ses devises mais les parents, après trois ans de mare senti, sont souvent dans l’impossibilité de financer les formations spécialisées pour ces jeunes et le pays ne bénéficie pas suffisamment de l’apport qu’il attend de ces expatriés une fois de retour au bercail. J’ai vu ces cas tous les jours.

Vous avez posé le problème de financement de notre Université. Il vrai que l’Etat doit substantiellement augmenter le budget de l’UEH, mais je crois, professeur Rousseau, que notre université devrait chercher et diversifier ses sources de financement. Rien ne l’interdit de le faire.

L’UEH peut vendre des services. Elle peut assurer la formation continue pour les professionnels de terrain, moduler les frais d’inscription en fonction des ressources des étudiants et des parents, signer des contrats-plans avec l’Etat et les Collectivités Territoriales pour former leurs agents, monter des programmes sur mesure avec les entreprises, l’Etat et les Collectivités Territoriales, faire des emprunts sur le marché financier, créer une fondation pour collecter des fonds en vue de financer les projets innovants de l’université etc.

Je pense qu’il est important de revoir le statut des étudiants. Il me parait nécessaire de distinguer les étudiants en formation initiale (ceux qui sont fraîchement sortis du bac et ceux qui n’ont pas un emploi) des étudiants qui ont une vraie activité rémunérée. Ces derniers, on peut bien les considérer comme des étudiants en formation continue, au quel cas, ils devraient normalement prendre en charge le coût de leurs études. Loin de la privatisation ou de la marchandisation l’institution, ces mesures pourront permettre à notre université d’avoir les moyens pour se moderniser, ouvrir de nouvelles filières, augmenter les effectifs de ses étudiants et accompagner le développement socioéconomique du pays.

Vous dites, il faut avoir la philosophie de la réforme avant de passer à l’action. Je suis d’accord avec vous mais, il faut établir un échéancier, former une commission pour la réforme de l’université qui inclura non seulement des membres de l’UEH mais également des professionnels de l’extérieur. Par exemple, des experts en politiques éducatives, des sociologues de l’éducation, des cadres des ministères de la Planification et de l’Education nationale ainsi que des représentants du patronat peuvent faire parti de cette commission. Professeur Rousseau, 6 mois me paraissent largement suffisants pour concevoir et élaborer le texte de la philosophie de la réforme, rédiger le plan stratégique de la réforme de l’université d’Etat d’Haïti, faire le dépôt au Parlement du Projet de Loi Réformant l’Université et Réorganisant l’Enseignement Supérieur en Haïti.

Ingénieur Rousseau, tout le monde voit le danger pour le pays avec la prolifération des institutions privées dites supérieures qui devraient être normalement autorisées à délivrer des certificats de niveau bac+1 et bac+2. Je pense qu’il est nécessaire de protéger les titres et grades délivrés par l’enseignement supérieur haïtien. J’ai en mémoire une étudiante diplômée de la Faculté d’Odontologie de l’UEH qui, faisant une spécialisation à l’Université Pierre-et- Marie- Curie, se classe parmi les 4 premiers étudiants de sa promotion. Malgré sa faiblesse, comme disait le Doyen Collot, l’UEH forme des éléments d’élite. Il faut protéger ce qui marche et changer ce qui ne marche pas.

Pour terminer, je pense qu’il est nécessaire de réfléchir mais après il faut poser des actions concrètes sinon ce sont les dominicains qui vont former la plus grande partie de nos jeunes dans toutes les filières dans les cinq prochaines années.
Guichard DORE
Centre de Formation et d’Insertion par l’Economique
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Nécessité de Réformer l’Université d’Etat d’Haïti :   Sam 21 Fév 2009 - 14:17

Pipo,

Je n'aime pas trop la vision de ce type.

Ne dites pas qu'il est l'un des notres. Sa vision est totalement différente de ce que nous avons dans le Livre Blanc.
Revenir en haut Aller en bas
revelation
Super Star
Super Star
avatar

Masculin
Nombre de messages : 3084
Localisation : Washington, DC
Opinion politique : Senior Financial Analyst
Loisirs : walking, jogging, basket, tennis
Date d'inscription : 21/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: L'analyste

MessageSujet: Re: Nécessité de Réformer l’Université d’Etat d’Haïti :   Sam 7 Mar 2009 - 16:22

Citation :
notre université devrait chercher et diversifier ses sources de financement.
L’UEH peut vendre des services!!!

Elle peut assurer la formation continue pour les professionnels de terrain,
moduler les frais d’inscription en fonction des ressources des étudiants et des parents,

signer des contrats-plans avec l’Etat et les Collectivités Territoriales pour former leurs agents,

monter des programmes sur mesure avec les entreprises, l’Etat et les Collectivités Territoriales,

faire des emprunts sur le marché financier,

créer une fondation pour collecter des fonds en vue de financer les projets innovants de l’université etc.


M’dako avek bel rale sa sou edikasyon e fomasyon profesyonel nan peyi d’Ayiti.

Fok Leta investi anpil nan universite nan peyi a.

Fok iniversite Leta yo ofri formasyon professional, certificasyon, e lisans.

Fok universite nou yo ofri anpil atelier de travay nan tout domaine.

Fok gwo izin e entrepriz prive yo ankouraje emplwaye yo e ofri « tuition Benefits » bay emplwaye yo pou yo sa pran klas iniversite apre travay.

Fok universite Leta kou prive gen yon ako ak tout izinn yo pou forme tout kad professionnel yo.

Leta e sekte prive a depanse trop lajan pou voye employe yo al fe staj nan peyi blan.

Blan yo tekap vini lakay nou pito ou byen avek tan modern sa fe atelye de travay sa yo pa teleconferans.

Nou te kab ekonomoze plis lajan.

Univesite nou yo pa fet pou akademik selman, fok li professyonel tou mem jan ak Universite of Texas A&M, Florida Tech, MIT. Florida A&M, Virginia Tech., etc..

Trop literati, filozofi, istwa ak geografi nan peyi a!!
Bayo plis math, science, informatik!

Revelasyon
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Nécessité de Réformer l’Université d’Etat d’Haïti :   Sam 7 Mar 2009 - 17:12

La nécessité est plutot de reformer l'Etat haitien. Comme une conséquence directe, toutes ses institutions seront automatiquement reformées.

Cet imbécile, l'auteur de cet article, n'a rien compris. A l'heure actuelle, les institutions sont à l'image de l'Etat auquel elles appartiennent.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Nécessité de Réformer l’Université d’Etat d’Haïti :   

Revenir en haut Aller en bas
 
Nécessité de Réformer l’Université d’Etat d’Haïti :
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Nécessité de Réformer l’Université d’Etat d’Haïti :
» Zimbabwe-Mugabe : La Nécessité d’un Coup d’état
» Les Clefs de l’Université de la Fondation Aristide pour La Démocratie (UNIFAD) s
» Mon équipe de rugby à l'université
» L'université haitienne: un triste tableau

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti :: Haiti :: Espace Haïti-
Sauter vers: