Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

FOROM AYITI : Tèt Ansanm Pou'n Chanje Ayiti.
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  PortailPortail  CalendrierCalendrier  PublicationsPublications  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Developpement local: Presentation de Marmelade

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
gwotoro
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 3974
Localisation : Canada
Date d'inscription : 20/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: le balancier

MessageSujet: Developpement local: Presentation de Marmelade   Dim 3 Déc 2006 - 17:02

Ce pays nous reserve bien des surprises...

Par l'agronome Dimitri Norris (tire de la revue Mamlad Enfo, annee 4, numero 1, edition de Janvier a Mars 2006)

Un groupe d'étudiants de la Faculté des Sciences Agronomiques et de l'Environnement (FSAE) de l'Université Quisqueya (UNIQ) avec l'aide du rectorat et de l'administration de cette institution universitaire a pris l'initiative d'organiser un voyage dans la commune de Marmelade. Pour parvenir à leurs fins, ils ont pris contact avec la direction de la Fédération des Associations Caféières Natives (FACN) qui leur a assuré de la restauration, de l'hébergement et d'une visite guidée du complexe agro-industriel de Beauché.

Ce séjour à Marmelade devait durer du mercredi 21 décembre au vendredi 23 décembre 2006. A notre arrivée au complexe de Beauché, nous fumes chaleureusement accueillis par Madame Florence Elie qui à cette occasion officiait comme directrice des opérations et responsable du site. En fin d'après-midi, nous nous rendîmes au bourg de Marmelade; tranquille bourgade de montagne à l'allure propre nichée dans un écrin de verdure des montagnes du Massif du Nord. Tout de suite, nous fûmes frappés par la ville adoquinée, par la place, par le centre de santé, par la maison de l'ex-Président René Préval à l'aspect modeste et bien sûr par le lycée sans oublier le centre informatique. Les étudiants prirent un grand plaisir au cours de cette journée dans la fraîcheur du soir à marcher dans les rues de ce village et à se frayer à la population.

Le lendemain matin, ils commencèrent leur journée comme l'aurait fait bien d'antres promotions d'étudiants en se rendant sur le terrain de football du bourg de Marmelade, Ce fut a nouveau l'occasion de découvrir au petit matin cet environnement de montagne humide qui était encore loin d'avoir perdu tout son couvert forestier. La nature, qui se déroulait devant eux, était une fête pour les yeux et a certains endroits un havre de paix.
Le programme de cette journée de jeudi allait être riche et chargé. Au cours de la matinée, nous allions nous concentrer sur la visite des différentes infrastructures du complexe agro-industriel de Beauché; tandis que dans l'après-midi, nous devions sortir du complexe pour faire quelques observations à l’extérieur et assiste à un concert de l'école de musique de Marmelade. Finalement la soirée devait se terminer par la prestation du groupe musical local «Référence Mizik».

Bien avant la visite guidée, nous eûmes droit, par groupe de dix, à une présentation sur PowerPoint du site et des activités de la FACN. A cette occasion, nous apprîmes que la FACN, sur les sites de Marmelade, de Fonds Verettes et de Jacmel, se dévoue à la production du café mais aussi à la promotion du bambou et des citrus. Le complexe agro-industriel de Beauché collectait, sur l'ensemble de la commune de Marmelade, l'équivalent de plus de 60,000 marmites de cerise. Le facteur dominant de la réussite du programme café de la FACN à Marmelade est le relèvement du prix offert au producteur. En effet, en 2000, le planteur de café ne gagnait que 8 gourdes par livre de café, alors qu'en 2006, après avance et ristourne, le producteur gagne près de 38 gourdes. L’écosystème humide de Marmelade convient également très bien à la production de citrus que l'on évalue à 8,000 TM.
Cependant dans les conditions actuelles de récolte, de transport et de commercialisation, 30% de la production globale est gaspillée. Enfin, il faut insister sur le fait que le choix de ces cultures n'est pas tout à fait du au hasard, puisque celles ¬ci, étant des cultures pérennes, elles peuvent jouer un rôle bénéfique dans la protection de cet environnement de montagne.

La visite guidée allait être marquée par quatre (4) étapes. Tout d'abord, la visite du laboratoire pour la lutte intégrée contre le scolyte. En effet, cet insecte, qui s'attaque à la cerise du café, cause des pertes irrémédiables a la production. En vue de lutter contre cette infestation, la FACN en collaboration avec l'IICA a créé un laboratoire pour la lutte intégrée contre le scolyte. Des techniciens ont été formés pour la circonstance et ils pourront plus tard remédier à ce mal. Des informations ont alors été fournies aux étudiants sur les techniques de lutte intégrée contre les ravageurs et ils ont comparé celles-ci aux connaissances apprises en salle de classe.

Par la suite nous avons visité une usine qui sous peu commencera à fonctionner pour le conditionnement et la transformation des citrus (oranges et chadéques) en jus. Un agronome, ayant étudié à Cuba et s'étant spécialisé dans le domaine de l'agro-alimentaire, nous fit parcourir l'usine en présentant les différentes phases de sélection, d'extraction, de filtration, de pasteurisation et d'emballage. Cette usine entrera pleinement en fonction au cours de l'année 2006. Elle pourra produire l'équivalent de 2,000 litres par jour soit une production totale de 200,000 à 25O, 000 litres par an. Cette production sera principalement destinée au marché de local qui pourra être alimenté en jus de qualité. Il faut toutefois prévoir une augmentation de la capacité de l'entreprise à augmenter sa production face à la demande des consommateurs pour un produit. de qualité.

L'autre usine visitée fut celle de production de meubles en bambou. En effet, la FACN a entrepris grâce à la coopération taïwanaise de produire et de valoriser le bambou, qui peut servir a de multiples usages tels que l'alimentation, l’artisanat, la confection de meubles ou encore la construction de maison. Au niveau de 1'usine, il nous a été possible de voir des chaises, des salles à manger. des canapés, des tables, des bureaux. etc. Le bambou permet également de récupérer des sols fortement érodés, de stabiliser les versants et de traiter les ravins: d'ou son intérêt pour l’agriculture, l'environnement et le développement durable.

La dernière usine visitée fut certainement la plus importante sur le complexe, c'était le centre de traitement final du Café. Les grains de café, provenant des centres primaires de traitement ou ils ont été au préalable l'objet d'un premier traitement, arrivent au centre de traitement final ou ils sont, à nouveau séchés avant. d'être déparchés, sélectionnés en fonction de leur grosseur puis de leur densité. La dernière opération de manipulation consiste dans le triage à la main avant que les cafés soient mis en sac pour être envoyés à l'étranger. Le café Haitian Blue de Marmelade qui est un arabica variété typica cultivé sous couvert dans un des meilleurs terroirs qui soient, sera expédié au Japon, aux Etats-Unis, en Europe (France, Belgique, Hollande et Italie) ou mélangé à d'autres cafés : il servira à les bonifier. Le centre de traitement final est géré par un technicien de la localité qui semble
avoir des qualités rares et qui ayant appris son métier sur le tas, semble le faire avec brio.

Le complexe agro-industriel de Beauché avec ces différentes usines permettant de valoriser et d'apporter une plus-value aux produits du terroir préfigure ce qui devrait exister dans de nombreuses communes d'Haïti et qui permettrait de créer des emplois et des richesses. Comme exemple, on pourrait construire une usine de conditionnement et. de transformation des différents produits pouvant être extrait de la noix de coco au niveau de certaines communes côtières. Dans des écosystèmes plus arides, on pourrait donner l’exemple d'une usine de production de l'huile de ricin. On peut également citer le cas du citron. Le développement de l'agro-industriel en Haïti aurait l'avantage non seulement de créer des emplois et des richesses mais aussi de stimuler la production en ouvrant pour certains produits de nouveaux marchés tant à l'intérieur qu'à l’extérieur du pays. En favorisant, comme c'est le cas à Marmelade, le développement de cultures pérennes (cafés, citrus, bambou), ceci a du même coup, une incidence positive sur l'environnement.

L’après-midi prit un autre contour. Après le dîner, moment de grande convivialité où nous fûmes en compagnie de notre hôte, nous nous rendîmes sur un terrain (Tremès) où suite à plusieurs saisons de culture du haricot l’érosion avait emporté l'essentiel de la couche arable. La plantation de bambou de l'espèce «Phyllostachys makinoi» avait en un rien de temps revitalisé ce terrain. Il me faut cependant ajouter que le terrain en question n'appartenant pas à des particuliers mais relevait du domaine de l'Etat ce qui expliquait qu'il avait pu être repris à ceux qui le mettaient en culture dans des conditions pas trop «catholiques» pour être reboisé.

Nous devions normalement visiter un centre primaire de traitement de café (il y en à 7 dans la commune) mais compte tenu du retard que nous avions sur l'horaire, nous dûmes faire l'impasse sur notre visite. En effet Madame Elie avait pris rendez-vous pour notre groupe avec la fanfare de Marmelade à 4 heures et demie et l'on pouvait être en avance mais pas en retard.

La commune de Marmelade d'une superficie de 112 km2 avec une population de 24,000 habitants dont 95% de la population vit de l'agriculture réserve des surprises qui dépassent le monde agricole. Dès le début de l'année 2001, l’initiative portant sur la création de l'école de musique vit le jour. D'abord, initié avec des professeurs haïtiens, puis par l'entremise de la coopération cubaine, elle a été prise en charge par deux (2) professeurs cubains. Pour faire partie de cette école, 500 enfants ont été appelés et seulement 60 ont été retenus. Ils forment aujourd’hui un groupe musical de près de 60 jeunes avec des instruments a vent et de corde (violons, violoncelles, etc.) et auquel il ne manque qu'un pianiste pour former un orchestre philharmonique. Ils commencèrent à jouer vers 4 heures 30 exactement. Le chef d’orchestre devrait être un jeune garçon qui n'avait pas encore vingt ans. Il dirigeait une quarantaine de jeunes qui maniait avec brio leur instruments a vent (trompettes, clarinettes, saxophones, etc.) Leur répertoire était composé de musiques cubaines (guantanamera), brésiliennes (samba), américaines, européennes et haïtiennes. Jusqu'à six heures, ces musiciens nous gratifièrent récital qui fit à plusieurs reprises se lever l'assistance. La communication entre les étudiants et les musiciens était totale. On garde en mémoire l'expression du visage de ce clarinettiste qui en jouant m'avait l'air d'être transformé par la musique et je me disais que c'était vrai qu'en tout haïtien dort l’artiste. Je conserve le souvenir de ces jeunes filles jouant à la trompette que les pièges de la vie auraient pu amener sur les trottoirs de la grande ville .Je pense que coinces dans ces hautes vallées, la musique a ouvert a tous ces jeunes de nouveaux horizons.

Au cours de la soirée, nous eûmes droit à un show musical "Reference Mizik", le groupe de musique compas de Marmelade. Les couples se firent et se défirent entre locaux et étrangers et ce fut un grand moment de réjouissance ou l'âme haïtienne se délectait de bons morceaux de compas.

Le lendemain, nous quittâmes Marmelade en sachant qu’une seule journée nous était insuffisante pour voir tout ce qu’il y avait à voir. En particulier, nous regrettâmes de n’avoir pas pu visiter le Fort Jalousiere. Ce séjour, quoique très bref a Marmelade. Nous permit également de nous rendre compte, en comparant avec nos expériences antérieures a Vallue ou dans la région de Fort Jacques-Kenscoff-Furcy, des lacunes qui étaient celles de Marmelade, Quoique dans cette commune il y ait une volonté affichée de développement local, on n'y retrouve pas comme à Vallue le développement de l'écotourisme ou encore comme dans la région de Kenscoff-Furcy une production maraîchère diversifiée centrée autour de la valorisation de divers légumes et du développement éducatif et culturel des jeunes.

Il y a actuellement, dans ce pays, des initiatives individuelles ou associatives qui sont en train de remodeler le paysage haïtien et les conditions socio-économiques de sa population rurale. C'est une bonne chose. Mais malheureusement, tout ceci se fait en l'absence d'un cadre organisationnel et institutionnel, d'un projet de société dont le leadership serait détenu par l'Etat, d'un projet global de développement. C'est une mauvaise chose. L’Etat doit contribuer à mettre en place des infrastructures de base (routes, transport, électricité, communication, etc.) et à fournir aux populations rurales les services sociaux (éducation, santé, eau potable, encadrement agricole, etc.) dont ces communautés ont besoin pour mieux conduire leurs initiatives de développement.

C'est dans ce contexte prenant en compte un processus de développement global des communautés que nous arriverons à assurer la pérennité de notre environnement, Les initiatives prises à Marmelade ou à Vallue montrent que des alternatives économiques à la crise haïtienne existent mais tant qu'elles resteront diffuses, elles ne seront que des étoiles de lumière dans un firmament de ténèbres. Pour changer vraiment la vie des vivants, il faut qu'elle devienne un soleil qui éclaire le ciel. C’est cette tâche qui attend la société haïtienne à l'orée de ce nouveau millénaire.

Ce magazine renseigne sur les activites du momnde paysan haitien et renseigne sur le developpement des inititiaves entreprises dans la region de Marmelade. De plus, la plupart des articles sont en creole.

Pour plus d'infos sur la magazine:

Adresse: Konpleks agwo endistriyel Jean L. Dominique
Boche, 3e Seksyon Kominal Mamlad

Email: facnmamlad@hotmail.com

Telephone: 514-0727
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Developpement local: Presentation de Marmelade
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Developpement local: Presentation de Marmelade
» Presentation de la PAPDA de Camille Chalmers
» Carrefour Puilboreau/Marmelade sera entretenu\ 1 million sanzabri
» Haiti -Terrorisme: Presentation d'Omega Military Consultants
» Organes de l'Etat: Presentation du CFI

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti :: Haiti :: Espace Haïti-
Sauter vers: