Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

FOROM AYITI : Tèt Ansanm Pou'n Chanje Ayiti.
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  PortailPortail  CalendrierCalendrier  PublicationsPublications  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Haiti en marche - Haitiens, partout fuir la misere!

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
gwotoro
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 3974
Localisation : Canada
Date d'inscription : 20/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: le balancier

MessageSujet: Haiti en marche - Haitiens, partout fuir la misere!   Mar 10 Mar 2009 - 0:05

MANIFESTATIONS A MIAMI & EN HAITI</B>

Haïtiens: partout fuir la misère!

PORT-AU-PRINCE, 28 Février - Ce samedi 28 février, deux manifestations ont lieu. L'une à Port-au-Prince et l'autre à Miami.

La manifestation de Port-au-Prince est pour exiger la réadmission du parti Fanmi Lavalas sur la liste de ceux appelés à participer aux sénatoriales du 19 avril prochain, ainsi que le retour d'exil de son fondateur, l'ex-président exilé en Afrique du sud, Jean-Bertrand Aristide.

Fanmi Lavalas a été exclu par le Conseil électoral provisoire (CEP) sur la base d'une " technicalité ": deux listes de candidats présentées sous le nom du même parti et le CEP concluant que c'est contraire à la loi mais qu'il ne saurait lui-même résoudre ce problème de légitimité.

A Miami, c'est samedi aussi que des organisations haïtiennes, dont Fanm Ayisyen nan Miyami , devaient défiler en accord avec des associations de défense des immigrants pour demander l'arrêt des mesures d'arrestation et de déportation des sans papiers haïtiens. Plusieurs centaines de manifestants ont répondu à l'appel. Selon des informations parues dans les grands quotidiens de Floride (Miami Herald, Sun Sentinel) et relayées par Associated Press (AP), les autorités américaines ont décidé le renvoi de 30.000 immigrants illégaux haïtiens. En attendant, ceux-ci sont poursuivis partout, ceux qui sont attrapés vont en prison jusqu'à leur départ manu militari pour Haïti, ou relâchés temporairement avec un bracelet électronique pour pouvoir les repérer en tout temps.

Quel rapport entre ces deux manifestations? Apparemment aucun.

Pardon. Une grande partie de ces 30.000 ressortissants haïtiens étaient arrivés aux Etats-Unis lors du coup d'état militaire du 30 septembre 1991, alors que le pays était écrasé sous la botte des forces armées haïtiennes et de leurs supplétifs, les groupes paramilitaires plus connus sous l'appellation de FRAPH, et réputés pour leurs exactions contre la population (meurtres, tortures et viols sans nombre).

Depuis les attentats du 11 septembre 2001...

Des dizaines de milliers de compatriotes des petites classes, qui avaient voté en faveur du président renversé, Jean-Bertrand Aristide, le 16 décembre 1990, lors d'élections sous supervision internationale, prirent la mer pour échapper aux persécutions systématiques ordonnées par les généraux putschistes, cela pendant trois années (1991-1994).

Ceux qui ont été rattrapés avant d'atteindre les côtes floridiennes ont été internés à la base américaine de Guantanamo (Cuba). Ils furent ensuite retournés en Haïti après le retour au pouvoir d'Aristide grâce à une intervention des Marines américains dépêchés par le président Bill Clinton.

Ceux qui étaient parvenus aux Etats-Unis ont été autorisés à introduire une demande d'asile politique, mais un tout petit nombre bénéficiera de celui-ci.

Les autres vivent depuis sous une constante menace de déportation. Pendant quelque temps leur permis de travail était cependant constamment renouvelé. Mais depuis les attentats du 11 septembre 2001, les Etats-Unis ont entrepris un resserrement des dispositions réglementant l'immigration illégale. Et juste avant la fin du mandat du président George W. Bush, en décembre dernier, celui-ci ordonnait la reprise de la déportation des illégaux haïtiens toutes affaires cessantes, en même temps qu'il annonçait sa décision de refuser à ces derniers le TPS ou statut de protection temporaire qui lui avait été demandé par le président René Préval face aux graves dommages provoqués dans le pays par 4 ouragans successifs lors de la dernière saison cyclonique.

Canal Duvalier ...

A part le rapport politique (en effet les plus de 3.000 manifestants de samedi à Port-au-Prince dénoncent les séquelles d'un autre " coup d'état ", le renversement du même Aristide en février 2004 lors d'événements tout aussi dramatiques et cruels), la véritable toile de fond de ces deux mouvements de part et d'autre de la Caraïbe c'est le chômage et la misère qui sont le lot de plus de 80% de la population haïtienne.

Ceux de Miami se battent pour ne pas être forcé de revenir en Haïti; de leur côté ceux de Port-au-Prince qui dénoncent les autorités électorales ainsi que le président René Préval accusé de " traîtrise ", ne souhaitent qu'une chose: s'en aller eux aussi.

Or les deux ne sont pas conciliables. L'un des empêchements pour solutionner le problème des sans papiers haïtiens c'est la peur de déclencher une nouvelle vague de réfugiés espérant bénéficier de la même disposition.

Déjà c'est chaque semaine que les gardes-côtes américains arraisonnent près de 300 migrants haïtiens agglutinés dans des voiliers minuscules faisant route à travers le terrible détroit situé entre Haïti et Cuba, le Canal du Vent, surnommé Canal Duvalier par nos boat people en souvenir de la violence de cette dictature.

Les dents des requins...

Dénominateur commun: la misère, la famine. C'est la motivation première d'un côté comme de l'autre. Tout plutôt que de revenir dans ce pays maudit. Et que tout le monde ne pense qu'à fuir. Les dents des requins versus celles de la misère haïtienne. Mieux vaut même l'exploitation chez nos voisins dominicains, et tant pis si ces derniers nous méprisent, plutôt que de mourir et de voir impuissant ses enfants mourir aussi sous vos yeux. De plus face à un système, c'est-à-dire un Etat et une société, totalement indifférent. C'est aussi la signification de ce méchant reportage sur Haïti repris plusieurs fois ces jours derniers par TV5 et qui fâche un grand nombre de nos compatriotes en diaspora.

Jusqu'à la loyauté politique qui ne fait pas exception à la règle. Le charisme, le populisme qui font tellement recette chez nous, qu'y a-t-il en-dessous? Devant l'impossibilité de satisfaire les demandes légitimes de la population déshéritée, de remédier aux problèmes de fond (le chômage et la misère), les leaders qui s'imposent sont ceux qui arrivent à se montrer le plus sensibles à ces maux. Le faire remplacé par le faire semblant. Même à son cœur défendant. Ce que Aristide réussit plus que bien. Ce qui fait défaut au président Préval. Et ce n'est pas de la démagogie. C'est plutôt une question de pédagogie!

Et puis quelle alternative vous reste-il si on est un humain dans toute l'acception du terme, sinon l'envie de s'enfuir en hurlant d'une ville aussi affreuse, sale et méchante. Et quand surtout c'est l'Etat lui-même qui s'emploie à tout déconstruire!

Haïti en Marche, 28 Février 2009
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Haiti en marche - Haitiens, partout fuir la misere!
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Haiti en marche - Haitiens, partout fuir la misere!
» Haiti en Marche: Neo-liberalisme - Ouvrier haïtien: le grand perdant
» Haiti en Marche opine sur la derniere semaine...
» Haiti en Marche: Qu'est-ce que les Etats-Unis ont contre nous?
» Editorial d'Haiti en Marche sur l'actualite politique

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti :: Haiti :: Espace Haïti-
Sauter vers: