Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

FOROM AYITI : Tèt Ansanm Pou'n Chanje Ayiti.
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  PortailPortail  CalendrierCalendrier  PublicationsPublications  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Zuma premye etni zoulou ki pran pouvwa Afrik di Sid, kisa pral pase ak Tutud

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Rico
Super Star
Super Star
avatar

Masculin
Nombre de messages : 8954
Localisation : inconnue
Loisirs : néant
Date d'inscription : 02/09/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: dindon de la farce

MessageSujet: Zuma premye etni zoulou ki pran pouvwa Afrik di Sid, kisa pral pase ak Tutud   Ven 24 Avr 2009 - 21:27

Zuma face aux défis
des lendemains de victoire
De notre envoyé spécialà Johannesburg, Tanguy Berthemet
24/04/2009 | Mise à jour : 20:49



Jacob Zuma fête sa victoire au champagne. Crédits photo : AFP

Le futur président sud-africain ne dispose, dans un pays en crise,que de faibles marges de manœuvre pour tenir ses nombreuses promesses.


Ils ont fêté sans attendre la victoire annoncée. Dès jeudi soir, environ deux mille partisans de l'African National Congress (ANC), s'étaient massés dans le centre de Johannesburg devant le siège du parti. Sur la scène montée au beau milieu d'un carrefour, Jacob Zuma, entre confettis et champagne, a esquissé quelques pas de danse, chanté, souri à la foule. Sans trop en faire non plus, proche toujours mais presque déjà chef d'État.

Les tendances dessinent une confortable victoire pour l'ANC. Alors que la participation semble élevée, le parti est crédité de 67 %, ce qui lui assure la majorité des deux tiers à la Chambre. « On peut sentir dans l'air venir les 70 % », a lancé Zuma. Avec à peine 8 %, le Congress of the People (Cope), un mouvement issu d'une rupture au sein de l'ANC, ne s'est pas révélé bien menaçant. « Il est même possible que le Cope ait servi l'ANC en remobilisant ses supporters », souligne Aubrey Matshiqi, analyste politique. Seule ombre au triomphe, les quelque 16 à 17 % de la Democratic Alliance (DA), le groupe conservateur dirigé par le maire du Cap, Helen Zille. DA pourrait en outre gagner la province du Cap, mettant un terme, pour la première fois depuis 1994, à l'hégémonie de l'ANC sur le pays.

Ennemi intime

Après cette élection sans surprise, Jacob Zuma doit faire face à des défis nettement plus délicats. Il lui faut redresser un pays confronté à une sérieuse crise. Le FMI prévoit une contraction de l'économie de 0,3 % en 2009. Le taux de chômage frôle les 40 %, et la pauvreté affecte 43 % de la population. Les marges de manœuvre seront faibles pour tenir les multiples promesses lancées par le très populiste «JZ» durant sa campagne. Le jour du vote, dans les townships, chacun assurait soutenir l'ANC sans état d'âme, mais les critiques contre les logements indécents, le manque de travail ou de services de base n'en étaient pas moins amères.

Dans une situation sociale tendue, le risque de décevoir les plus pauvres est d'autant plus grand qu'il faut aussi rassurer les investisseurs, rendus nerveux par la proximité de Zuma avec l'aile gauche de l'ANC et un Parti communiste au discours économique très approximatif. Pour y parvenir, Zuma compte sur Trevor Manuel au ministère de l'Économie. Artisan de la croissance de ces dernières années et chouchou des marchés, il est assuré de conserver son poste. «Zuma est proche des communistes comme tous les chefs de l'ANC des années de clandestinité. Mais dans le fond, il est plutôt conservateur et surtout fidèle à l'ANC. Il ne changera rien à la ligne du parti», affirme son biographe, Jeremy Gordin.

Le nouveau président, le premier Zoulou porté à la tête du pays, va devoir pourtant vite se démarquer de l'héritage de son prédécesseur, Thabo Mbeki. Ce dernier a nié la réalité de l'épidémie de sida, laissant se répandre la maladie, et fait montre d'une patience coupable vis-à-vis du dictateur zimbabwéen Robert Mugabe, brouillant l'image de la première puissance d'Afrique.

Mais le principal ennemi de Zuma est sans doute Zuma lui-même. Amoureux des jolies femmes, flambeur, jamais avare d'un bon mot pour séduire un auditoire, il a multiplié les déclarations à l'emporte-pièce. Un jour, il s'est dit prêt à rouvrir le débat sur la peine de mort, un autre jour, il a enchaîné les positions homophobes ou souligné son origine zouloue dans un dangereux jeu ethnique. Le retentissant procès pour corruption, dans lequel il était encore englué début avril, et l'intention qui lui est prêtée de modifier la Constitution pour se mettre à l'abri de nouvelles poursuites ont encore alourdi sa réputation.

La presse sud-africaine ne manquait pas vendredi de pointer ces travers et les difficultés à venir. Mais elle lançait aussi des paris sur un premier choix d'importance : qui sera la future First Lady ? Jacob Zuma, polygame assumé, a deux épouses.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Zuma premye etni zoulou ki pran pouvwa Afrik di Sid, kisa pral pase ak Tutud   Ven 24 Avr 2009 - 21:45

Rico a écrit:
Mais elle lançait aussi des paris sur un premier choix d'importance : qui sera la future First Lady ? Jacob Zuma, polygame assumé, a deux épouses.

Malice,

Mouche se yon polygame tou?

Li se yon mafouben?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Zuma premye etni zoulou ki pran pouvwa Afrik di Sid, kisa pral pase ak Tutud   Ven 24 Avr 2009 - 22:55

La situation matrimoniale de Jacob Zuma est d'autant plus complexe qu'il n'a jamais clairement reconnu le nombre exact de ses épouses et de ses enfants. La culture zoulou autorisant la polygamie, Jacob Zuma a eu entre 3 et 6 épouses dont deux officielles. Il est aussi considéré être le père biologique de 14 à 17 enfants issus de 11 compagnes différentes[13].

Le 4 janvier 2008, lors d'un mariage traditionnel, il prend pour 3e épouse officielle, Nompumelelo Ntuli, mère de deux de ses enfants. Il s'agit alors au moins de son 6e mariage.
Revenir en haut Aller en bas
Rico
Super Star
Super Star
avatar

Masculin
Nombre de messages : 8954
Localisation : inconnue
Loisirs : néant
Date d'inscription : 02/09/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: dindon de la farce

MessageSujet: Re: Zuma premye etni zoulou ki pran pouvwa Afrik di Sid, kisa pral pase ak Tutud   Ven 24 Avr 2009 - 23:00

Rico a écrit:



Le nouveau président, le premier Zoulou porté à la tête du pays, va devoir pourtant vite se démarquer de l'héritage de son prédécesseur, Thabo Mbeki. Ce dernier a nié la réalité de l'épidémie de sida, laissant se répandre la maladie, et fait montre d'une patience coupable vis-à-vis du dictateur zimbabwéen Robert Mugabe, brouillant l'image de la première puissance d'Afrique.


Men sa mwen rele koken ayayayyyy mouche MBeki. Adyero pou yon prezidan ap nye egzistans yon maladi kap desimen sitou ti nèg nwa ki renmen voye pipich. Men poukisa mouche koken ap kache egzistans yon maladi konsa.

Alos se vagabon ki te konseye, byenfetè. Non se move kouyon malfèktè ki te konprann se zam ak koko makak li kap founi koken parèy li pou kraze bounda opozan ak etidyan e pwi touye yo.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joel
Membre-fondateur
Membre-fondateur


Masculin
Nombre de messages : 15159
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

MessageSujet: Re: Zuma premye etni zoulou ki pran pouvwa Afrik di Sid, kisa pral pase ak Tutud   Sam 25 Avr 2009 - 8:32

Wi ,se pou l te founi gwo zam bay Aristide pou l te mate rebelyon STANLEY LUCAS lan.
E se pou montre ke nè g ki toujou ap voye monte de moun tankou MANIGAT ak lòt vakabon yo ,ke nèg ki di yo "highly educated" konn fè erè tou.
MBEKI se yon aristokrat ,se pitit GOVAN MBEKI e misye se gradye "LONDON SCHOOL OF ECONOMICS" ,pi gwo lekòl "ekonomi" ak MIT sou planèt lan.
Te gen yon lè ,lè w t ap pale de "ekonomi " se te London School of Economics.
Wi ,mwen regrèt Aristide pa t jwenn kagezon zam ki te bloke lan Jamayik lan.Si sa te fèt ,peyi an pa t ap lan pwen sa a.

Epitou,nèg k ap mande sa ki ap rive Aristide lè ZUMA pran pouvwa a.
Petèt nou ta swete pou Zuma ekspilse misye de Afrik di Sid .Men tou pinga nou kriye apre,lè gen yon konsansis lan milye Demokrat lan ,pou yo kite misye retounen ann Ayiti.
Lè w de moun tankou PAUL FARMER ak BRIAN CONCANNON ap mande sa ,gen yon bagay lan lè a wi.

Mesye ,fwa sa STANLEY LUCAS pa t ap ka fè anyen pou nou tande
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
jafrikayiti
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 2236
Localisation : Ottawa
Date d'inscription : 21/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Bon neg guinen

MessageSujet: Re: Zuma premye etni zoulou ki pran pouvwa Afrik di Sid, kisa pral pase ak Tutud   Sam 25 Avr 2009 - 9:02

Chances of being paid for past injustice look up



US President Barack Obama. He said the US could do to compensate African-Americans for past injustices was to provide better inner city schools.Photo/FILE
By JAMES KARIUKIPosted Friday, April 24 2009 at 19:09


A few days before South Africans elected their fourth post-apartheid president, a US court allowed a case against multinational corporations accused of victimising Blacks during apartheid to proceed.
In all likelihood, whoever made that ruling was altogether unaware that he may have been setting the stage for the making of racial history.

During his 2008 US presidential campaign, Barack Obama was asked about the issue of reparations for Black Americans. He responded that the best that the US could do to compensate African-Americans for past injustices was to provide better inner city schools. By implication, reparations in form of monetary restitutions were out of the question.

Obama’s response was politically tailored for the American electorate; his stand on the question of payment of reparations for Global Africans remains unknown.

But it may not be long before the US President has to take a position on the matter as the victims of apartheid will not relax on their case. Should they win, it is difficult to visualise restitution in any form other than cash.

In 1804 Haiti made history by undertaking a full-scale slave revolt against the colonising French. That revolution became the first successful strike against subjugation of Black people.

Haiti hit the world headlines again in April, 2003, by demanding that France pay back $21 billion in restitution for money paid in 1825 to French “settlers” as a precondition for recognising the island’s independence. This demand was conceivably the first international claim for reparations for Black folk with a specific amount attached to it.

In April, 2004, South Africa celebrated its 10th anniversary of democracy after the end of apartheid. That revolution became the final successful strike against legal subjugation of Blacks worldwide. South Africa concluded the racial liberation launched by Haiti 200 years earlier.

Affinity quickly developed between the two nations. In January, 2004, South Africa’s President Thabo Mbeki attended Haiti’s bicentenary celebrations of its revolution, the only Head of State to do so. Shortly thereafter, in May, 2004, Mbeki’s regime granted asylum to Jean-Bartrand Aristide, the president who had demanded reparations from France the previous year.

Seasoned critics insist that Aristide’s forced exile was triggered by his demand for reparations. Under the guise of seeking political stability in Haiti, we are told, Western powers colluded to force a popularly elected leader out of his homeland.

Meanwhile, South Africa was already caught in a storm of animated debate: Should Black South Africans seek legal restitution from Western multinational companies that had benefited from their exploitation during apartheid?

Opinions varied vastly. One proposition, championed by Archbishop Desmond Tutu, was that victims of apartheid were indeed entitled to seek legal restitution and, if found liable, the implicated corporations were duty-bound to make amends. Tutu was on record as a key “friend” of the claimants in a case lodged in New York.

Mbeki’s government differed, urging that in the interest of national healing, South Africans should let bygones be bygones.

Additionally, there was concern over the sensitive matter of jurisdiction; Mbeki’s presidency was opposed to the notion of its citizens seeking legal restitution in foreign lands for domestic grievances. On these grounds, the Justice minister wrote to the relevant US Court urging dismissal of the apartheid case.
By resisting the quest for restitution, Mbeki’s government added to a widely held perception that his was not a government for the ordinary people.

For the moment, Mbeki’s regime found itself trapped in the awkward position of being on the same side of the fence as the generally discredited George W Bush, who was of the view that demanding reparations would contaminate relations between Pretoria and Washington.

More alarmingly, Mbeki’s government found itself locking horns with Archbishop Tutu, the respected ex-chairman of the national Truth and Reconciliation Commission. Further, the government held a position that was antithetical to the cause of its most celebrated international guest, Haiti’s ex-president Aristide.
Historians would probably agree that Blacks have endured greater “collective injury” than all the other groups combined. Yet, no reparations have ever been paid to them. African-Americans have aspired for reparations for enslavement since the 1863 Emancipation Proclamation to no avail. Each freed slave is still waiting for 40 acres and a mule.

In April 2009, previously, anti-restitution forces vested in the persons of George Bush and Thabo Mbeki are no longer on the scene, replaced by Barack Obama and Jacob Zuma. Should Zuma uphold his pledge to be “president of the people”, he will throw his weight behind the apartheid’s victims.

President Obama’s position is less clear but it would be disingenuous if he actively opposed reparations while he started his political career in support of divestments against apartheid South Africa.
Prof Kariuki is a writer and independent consultant in international and African diaspora affairs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Zuma premye etni zoulou ki pran pouvwa Afrik di Sid, kisa pral pase ak Tutud   Sam 25 Avr 2009 - 9:38

Zoulou yo kontan e ap danse nan tout la ri a tankou moun fou



Blan yo mande ki aveni yo nan peyi sa a ak bann zoulou sa yo e sitou eske mouche pral toufonnen yo pi mal ke Mbeki



«Ils m'ont chassé de mon travail pour mettre un Noir à ma place, assure Hans. Maintenant, je ne peux que faire la manche, mais je ne le veux pas. Alors j'attends que les Églises me donnent quelque chose pour survivre.»

...

De ses yeux bleu vif, la vieille dame, aux allures de mamie gâteau, couve chacun de ses pensionnaires. Le lieu a été baptisé Oncle Ben's Den. Le nom ne doit sans doute rien au hasard. Ici aucun Noir n'est autorisé à passer la porte.

«Tous les malheurs qui arrivent dans le pays sont la faute des Noirs, martèle-t-elle sans la moindre gêne. Autrefois, tout le monde allait à l'école, avait des logements, un travail. Maintenant les Blancs sont chassés. Nous sommes victimes d'une ségrégation sauvage.» Elle balaie sèchement les remarques interloquées de ses visiteurs. «Vous ne pouvez pas comprendre, vous n'êtes pas d'ici.»


http://www.lefigaro.fr/international/2009/04/22/01003-20090422ARTFIG00033-la-misere-d-une-communaute-blanche-jadis-si-prospere-.php
Revenir en haut Aller en bas
Rico
Super Star
Super Star
avatar

Masculin
Nombre de messages : 8954
Localisation : inconnue
Loisirs : néant
Date d'inscription : 02/09/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: dindon de la farce

MessageSujet: Re: Zuma premye etni zoulou ki pran pouvwa Afrik di Sid, kisa pral pase ak Tutud   Sam 25 Avr 2009 - 9:52

Joel a écrit:
Wi ,se pou l te founi gwo zam bay Aristide pou l te mate rebelyon STANLEY LUCAS lan.
E se pou montre ke nè g ki toujou ap voye monte de moun tankou MANIGAT ak lòt vakabon yo ,ke nèg ki di yo "highly educated" konn fè erè tou.
MBEKI se yon aristokrat ,se pitit GOVAN MBEKI e misye se gradye "LONDON SCHOOL OF ECONOMICS" ,pi gwo lekòl "ekonomi" ak MIT sou planèt lan.
Te gen yon lè ,lè w t ap pale de "ekonomi " se te London School of Economics.
Wi ,mwen regrèt Aristide pa t jwenn kagezon zam ki te bloke lan Jamayik lan.Si sa te fèt ,peyi an pa t ap lan pwen sa a.

Epitou,nèg k ap mande sa ki ap rive Aristide lè ZUMA pran pouvwa a.
Petèt nou ta swete pou Zuma ekspilse misye de Afrik di Sid .Men tou pinga nou kriye apre,lè gen yon konsansis lan milye Demokrat lan ,pou yo kite misye retounen ann Ayiti.
Lè w de moun tankou PAUL FARMER ak BRIAN CONCANNON ap mande sa ,gen yon bagay lan lè a wi.

Mesye ,fwa sa STANLEY LUCAS pa t ap ka fè anyen pou nou tande




Jojo ki koze sa, se frè syamwa, kavalye polka Tutud ki sou pouvwa se pa Stanley Lucas ni GNBIS POUKI TOUT JIMNASTIK, VYE BRI FERAY SAYO. E pi Jojo koman fè se blan demokrat ki dwe retounen ou favorize koli ankonbran.Men ki koze sa, eske se nasyonalis kap pale konsa.

Antouka mouche Tutud ak tout batri gran manjè tankou ansyen minis finans Neptune te denonse kom bon magouyè devan komisyon dankèt administrativ Paul Denis. E byen bon pèp ap tann tout aloufa sayo pou bay eksplikasyon devan komisè gouvenman ki dwe voye yo devan jij natirèl.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rico
Super Star
Super Star
avatar

Masculin
Nombre de messages : 8954
Localisation : inconnue
Loisirs : néant
Date d'inscription : 02/09/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: dindon de la farce

MessageSujet: Re: Zuma premye etni zoulou ki pran pouvwa Afrik di Sid, kisa pral pase ak Tutud   Sam 25 Avr 2009 - 10:06




Antouka Colo pa kreye nwizans ak nèg kinanm sayo. Kite yo fete, pran bon plezi yo . Apre pou pote korèksyon nan politik degrenngoch Afrik di Sid kote MBeki ap ankouraje diktatè, tosyonè. koken , magouyè. Bonn repitasyon Mandela te bay Afrik di Sid tèni alos zoulou Numa gen yon pant pou remonte.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Zuma premye etni zoulou ki pran pouvwa Afrik di Sid, kisa pral pase ak Tutud   

Revenir en haut Aller en bas
 
Zuma premye etni zoulou ki pran pouvwa Afrik di Sid, kisa pral pase ak Tutud
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Zuma premye etni zoulou ki pran pouvwa Afrik di Sid, kisa pral pase ak Tutud
» Preval nan yon konplo estratejik ak KOZE PÈP pou pran pouvwa an 2011
» Fos politik kapab pran pouvwa se yon koalisyon OPL, LAVALAS AK FIZYON
» LE TRAIN "BANM JANM PRAN KANN"DE RENE PREVAL
» Le glas sonne-t-il pour J.B. Aristide avec l'arrivée de Zuma

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti :: Haiti :: Espace Monde-
Sauter vers: