Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

FOROM AYITI : Tèt Ansanm Pou'n Chanje Ayiti.
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  PortailPortail  CalendrierCalendrier  PublicationsPublications  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Internet au service de la politique:Président Alvaro Colom accusé de meurtre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Rico
Super Star
Super Star
avatar

Masculin
Nombre de messages : 8954
Localisation : inconnue
Loisirs : néant
Date d'inscription : 02/09/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: dindon de la farce

MessageSujet: Internet au service de la politique:Président Alvaro Colom accusé de meurtre   Sam 30 Mai 2009 - 9:27

29 mai 2009


De l’usage de l’internet pour renverser des dictatures…


Soumis par : Monique Crépault à 9:25 AM

Un assassinat dénoncé sur YouTube par l’ »assassiné », un citoyen mis en prison pour avoir dénoncé le meurtre sur Twitter, une caution payée grâce à des dons récoltés via PayPal… L’internet s’infiltre partout, même dans les histoires de brutes, de bons et de truands.

Le 11 mai dernier est apparue sur YouTube une vidéo où l’on voyait un avocat guatémaltèque s’adresser directement à la caméra en ces termes : « Si vous voyez cette vidéo, c’est parce que moi, Rodrigo Rosenberg Marzano, j’ai été assassiné par le secrétaire privé de la présidence (…) avec l’approbation de Monsieur Alvaro Colom et de Sandra de Colom, son épouse. »

Alvaro Colom et Sandra de Colom sont respectivement le président et la femme du président du Guatemala. Rodrigo Rosenberg Marzano, l’homme qui apparaît de façon posthume dans cette vidéo, était un avocat guatémaltèque de 47 ans, père de quatre enfants, qui a été assassiné le dimanche 10 mai alors qu’il se promenait à bicyclette dans la ville de Guatemala, la capitale du pays du même nom. Le lendemain du meurtre, soit le 11 mai, la vidéo, qui avait été tournée le 6 mai, apparaissait sur YouTube. Dans cette vidéo, Rosenberg, en plus de prédire sa propre mort, accuse également le président Colom d’avoir assassiné Khalil Musa, un industriel guatémaltèque qui avait été tué en même temps que sa fille Marjorie un mois plus tôt, le 14 avril. Khalil Musa était le client de Rosenberg.

Et pourquoi le président du Guatemala aurait-il voulu assassiner Khalil Musa ? Selon Rosenberg, Musa avait été nommé par le président guatémaltèque pour siéger sur le conseil d’administration de Banrural (la banque de développement rural du Guatémala), banque qui est en grande partie la propriété du gouvernement et l’une des plus importantes du pays. Khalil Musa aurait été tué sur ordre du président et de son entourage pour avoir refusé de couvrir les transactions illégales qui se négocient quotidiennement à la Banrural, tels que le blanchiment d’argent, le détournement de fonds publics pour des programmes inexistants gérés par la femme du président et le financement d’entreprises servant d’écrans au narcotrafic. Khalil Musa aurait déclaré que si rien n’était fait pour empêcher que la banque continue d’être le repaire de voleurs, de trafiquants de drogue et de meurtriers qu’elle était, il dénoncerait toute cette corruption, dénonciation qui bien sûr, ne pouvait faire le bonheur de tous les gens concernés.

De telles accusations portées à l’échelle internationale (la vidéo est tournée en espagnol, mais est disponible avec sous-titres anglais) ne pouvaient laisser le gouvernement guatémaltèque indifférent. Le président Colom a riposté en se disant victime d’une conspiration et a contre-attaqué en soulignant le passé « trouble » de deux des protagonistes impliqués dans la réalisation de la vidéo et en demandant à la Commission internationale contre l’impunité au Guatemala (Cicig) de mener une enquête.
Ces meurtres ainsi publicisés sur YouTube ont généré une importante crise politique au Guatemala, un pays déjà malmené depuis des décennies par des conflits politiques, amenant les citoyens à protester dans les rues pour demander la résignation du président en poste depuis janvier 2008.

Le 15 mai dernier, suite à ces manifestations, Ramses Anleu Jean Fernandez, un technicien informatique guatémaltèque de 37 ans, a été arrêté à son domicile pour incitation à la panique financière. Fernandez se serait rendu coupable de ce délit en émettant depuis son compte Twitter un appel au boycott de la Banrural, appel qui faisait suite bien sûr aux accusations portées contre la banque par l’avocat Rosenberg dans sa vidéo.
Fernandez aurait écrit sur le réseau social le commentaire suivant : « Première action. Suivre la piste Banrural. Briser la banque de la corruption », suivi d’un lien menant à toutes les informations liées à l’affaire Rosenberg. Ce commentaire de Fernandez est un commentaire parmi bien d’autres qui ont circulé sur les réseaux sociaux comme Twitter pour protester contre l’assassinat de l’avocat et de son client. Malheureusement, une loi guatémaltèque stipule que l’infraction d’incitation à la panique financière est caractérisée par le fait de « produire, de reproduire ou de diffuser par tout moyen ou système de communication, des renseignements faux ou inexacts qui sapent la confiance des clients, des utilisateurs, des déposants ou des investisseurs dans un établissement de crédit ». Ce délit peut amener une sanction allant jusqu’à trois ans de prison !

On s’en doute, l’arrestation de Fernandez a généré bien des discussions dans les réseaux sociaux et les blogues guatémaltèques, à tel point que les blogueurs se sont mobilisés pour une série de manifestations réclamant de nouveau la démission du président Alvaro Colom en attendant que soit éclairci l’assassinat de Rosenberg. Après une nuit passée en prison, Fernandez a été libéré sous caution grâce à son employeur qui lui a prêté les 6500$ nécessaires à sa libération et à ses supporters qui ont réussi à ramasser des dons via PayPal pour le rembourser.

L’aspect positif de cette histoire est le fait que grâce à des moyens de communication aussi simples et internationaux que YouTube, Twitter ou PayPal, la corruption devient de plus en plus facile à dénoncer. L’aspect négatif, c’est que les corrupteurs et les corrompus trouveront certainement moyen de les utiliser aussi à leur avantage…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Internet au service de la politique:Président Alvaro Colom accusé de meurtre
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Internet au service de la politique:Président Alvaro Colom accusé de meurtre
» Lutter contre la déstabilisation politique...
» Paul Magloire un président qui avait de l'envergure, un leader de fort calibre
» Le boulangisme politique de Préval
» Tragédie-comédie des bouffons de la politique en Haiti

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti :: Haiti :: Espace Monde-
Sauter vers: