Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

FOROM AYITI : Tèt Ansanm Pou'n Chanje Ayiti.
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  PortailPortail  CalendrierCalendrier  PublicationsPublications  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Connaitre les officines de la destabilisation /Reseau Voltaire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
piporiko
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 4753
Age : 47
Localisation : USA
Opinion politique : Homme de gauche,anti-imperialiste....
Loisirs : MUSIC MOVIES BOOKS
Date d'inscription : 21/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: L'impulsif

MessageSujet: Connaitre les officines de la destabilisation /Reseau Voltaire   Dim 31 Mai 2009 - 13:06

De la théorie à la pratique
La Fondation Héritage et l’Amérique latine
par Edgar González Ruiz*
La Fondation Héritage n’intervient pas seulement dans la vie politique intérieure des États-Unis et au Royaume-Uni pour promouvoir le pseudo-libéralisme. Elle est aussi très présente en Amérique latine. Ses « expertises », qui ressortent plus de l’idéologie que de l’observation, servent de base aux attributions d’aide économique états-unienne. Ses « analyses » justifient le déploiement permanent de troupes US pour défendre les intérêts économiques des multinationales, ainsi que les opérations de déstabilisations d’Haïti, de Cuba et du Venezuela.




20 octobre 2004

Depuis
Mexico (Mexique)




La Fondation Héritage n’est pas un simple laboratoire d’idée, c’est une organisation militante qui fournit des argumentaires aux décideurs états-uniens, en un temps record, pour défendre les points de vue du Parti républicain. Son histoire se confond avec celle des administrations Reagan et Bush fils aux États-Unis, Thatcher au Royaume-Uni [1]. Elle joue aussi un rôle déterminant dans l’élaboration des politiques du département d’État en Amérique latine.
Ainsi, le 3 mai 2004, l’administration Bush a annoncé, via Roger F. Noriega, que 16 pays, dont la Bolivie, le Honduras et le Nicaragua, avaient été choisis pour bénéficier du Millenium Challenge. Cet organisme privé, doté par l’État fédéral d’un milliard de dollars, est destiné à « soutenir des programmes de développement économique, de développement humain, de renforcement de la démocratie et à favoriser la libre entreprise » [2]
Entre autres critères d’obtention de cette aide, le gouvernement états-unien s’en est remis à l’assentiment de la fondation Héritage, qui évalue le degré de « liberté économique » des États candidats.
C’est encore la Fondation qui participe à la validation de résultats électoraux, chaque fois qu’il est nécessaire de confirmer des victoires douteuses de partis pro-états-uniens, comme au Mexique lors des élections de 2000 qui virent la victoire de Vincente Fox.
La Fondation a fait la promotion d’agressions états-uniennes contre Haïti, le Venezuela et Cuba. Dans plusieurs de ses rapports, elle a pressé le gouvernement Bush de faire face « à la menace terroriste en Amérique latine. » [3].
Elle fournit aussi un argumentaire pour justifier du déploiement permanent de troupes US en Amérique latine et d’interventions couvertes. Le 20 février 2004, elle publiait un mémo du lieutenant-colonel James Jay Carafano et de Stephen Johnson intitulé, Renforcer le flanc Sud de l’Amérique requiert plus d’efforts [4]. Les deux experts y décrivaient une supposée menace terroriste, centrant leurs attaques sur Cuba et le Venezuela, les accusant d’interférer dans les « processus démocratiques latino-américains ». Le document mettait en demeure la diplomatie états-unienne de « travailler de manière coordonnée avec d’autres gouvernements pour neutraliser les menaces ».


Des soldats états-uniens en patrouille dans les rues de Port-au-Prince à Haïti
Stephen Johnson, expert la Fondation Héritage et ancien attaché militaire au Honduras, écrivait dans un document en date du 13 avril 2004, Sécuriser un nouveau départ pour Haïti [5] que les États-Unis ne peuvent résoudre tous les problèmes du monde car ceux-ci sont nombreux et leurs ressources sont limitées. C’est pourquoi : « Les autres pays doivent apprendre à se débrouiller tout seuls ». Mais, dans le cas d’Haïti, sa stabilité étant « essentielle » pour les autres économies des Caraïbes, « les États-Unis ont un intérêt économique et stratégique à l’aider à être autosuffisant et à se régir par lui-même ».
Sans faire allusion à la participation des Etats-Unis dans le renversement d’Aristide [6], Johnson indique que Washington et ses « partenaires internationaux » aident à la reconstruction d’Haïti. Il qualifie de bon début, la formation d’un cabinet de « technocrates non partisans ».
Ses conclusions soulignent que « jusqu’à présent l’administration Bush a aidé à Haïti à préserver l’ordre constitutionnel devant une autocratie rampante ». Elles citent les mots du gouverneur de Floride, Jeb Bush, demandant aux Haïtiens installés aux États-Unis de prendre part au « processus de reconstruction ». Johnson ajoute que : « cependant, il est plus utile et souhaitable que les Haïtiens s’aident eux-mêmes, écartant ainsi les démagogues, tout en construisant des institutions durables. Le leadership des États-Unis pour maintenir le soutien international est un facteur clé pour que la reconstruction soit un succès ».
Le 31 octobre 2002 en sa qualité de secrétaire-assistant pour « l’hémisphère occidental », Otto Reich a fustigé Cuba dans un discours prononcé à Fondation Héritage. Il l’a accusé « d’être une menace permanente pour la sécurité des Etats-Unis », exigeant en outre que le gouvernement cubain mène à bien « des réformes politiques radicales avant que les États Unis ne puissent avoir avec lui des relations diplomatiques normales » [7]. Otto Reich s’était d’ailleurs adjoint comme assistant au département d’État, Dan Fisk, un expert de la Fondation Héritage et ancien assistant parlementaire du sénateur Jesse Helms.
C’est précisément Dan Fisk, le diplomatique états-unien de plus haut rang chargé de Cuba, qui a justifié les récentes restrictions imposées sur les voyages à destinations de l’Île et aux devises envoyées par les exilés à leurs proches, en alléguant que ces restrictions étaient nécessaires parce que Castro essayait « de profiter d’une partie du soutien de la Communauté exilée pour subvenir aux besoins de la population cubaine (…) Le régime a construit sa réputation sur la base d’une révolution qui prétend répondre aux besoins du peuple cubain (…) C’est le régime qui doit nourrir, donner du vêtement et des services médicaux au peuple ». Certes, mais précisément, Cuba est victime d’un embargo depuis quarante ans.

<table cellSpacing=0 cellPadding=0 width=400 border=0><tr vAlign=top><td width=80></TD>
<td class=texte align=right width=320>Edgar González Ruiz

Journaliste d’investigation mexicain, auteur de Los Abascal, De los cristeros a Fox, La sexualidad prohibida, Cruces y Sombras ainsi que d’autres livres sur la droite mexicaine et sud-américaine.
Les articles de cet auteur
Envoyer un message


</TD></TR></TABLE>




[1] « Le prêt-à-penser de la Fondation Héritage », Voltaire, 8 juin 2004.
[2] « Le Millenium Challenge, colonialisme libéral » par Paul Labarique, Voltaire, 19 février 2004.
[3] Cf . « Estados Unidos ocupa la triple frontera » par Gaston Pardo, IPI/Red Voltaire, 10 février 2004.
[4] Strengthening America’s Southern Flank Requires a Better Effort par James Jay Carafano et Stephen Johnson, Heritage Fondation, 20 février 2004.
[5] Securing a Fresh Start in Haiti par Stephen Johnson, Heritage Foundation, 13 avril 2004.
[6] « Coup d’État en Haïti » par Thierry Meyssan, Voltaire, 1er mars 2004.
[7] « U.S. Interests in Latin America », conférence d’Otto Reich, Heritage Foundation, 31 octobre 2002

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joel
Membre-fondateur
Membre-fondateur


Masculin
Nombre de messages : 15115
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

MessageSujet: Re: Connaitre les officines de la destabilisation /Reseau Voltaire   Dim 31 Mai 2009 - 13:35

La fondation Héritage est maintenant en exil.Elle fait les gorges chaudes des démocrates libéraux qui la rend responsable de toutes les calamités qui s'abattent sur le pays.

La fondation qui a maintenant le vent en poupe est la "Fondation pour le progrès".
C'est le "think tank" pour le gouvernement d'Obama
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rodlam Sans Malice
Membre-fondateur
Membre-fondateur
avatar

Masculin
Nombre de messages : 11114
Localisation : USA
Loisirs : Lecture et Internet
Date d'inscription : 21/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Stock market

MessageSujet: Re: Connaitre les officines de la destabilisation /Reseau Voltaire   Dim 31 Mai 2009 - 15:59

En lisant ce texte je me souviens de cette declaration du scientiste pakistanais qui developpa la bombe nucleaire du Pakistan:"Obama defend les interets de son pays,moi je defends ceux du Pakistan.Personne ne peut applaudir certains actes malhonnètes commis par certains zelés de l'extrème droite du Parti Republicain,cependant tous les pays ont le devoir de proteger leurs interets.S'ils forment des organisations chargées de proteger leurs interets on ne peut pas les condamner.Il incombe aux dirigeants des autres pays de batir des remparts pour proteger leur leurs.

J'ai toujours retenu ces paroles de Clint Eastwood dans le fim :"The good , the bad and the ugly"Sur cette terre il y a deux categories de gens:ceux qui ont leurs armes toujours chargées et ceux dont les armes sont toujours vides.Alors on doit choisir son camp.je ne suis pas un partisan de la loi de la jungle ,mais la réalité nous demande d'etre prudents quand on est faible pour ne pas subir les courroux des puissants.Si quelqu'un menace ma securité,n'ai-je pas le droit de me defendre par tous les moyens nécéssaires?

On me demandera en quoi Cuba menace-t-elle la securité des Etats-unis.la question est pertinente et doit etre repondue en tenant compte du contexte mondial ou l'embargo a été imposé.Il a été imposé durant la guerre froide ou le Premier Secretaire General du parti communiste de l'Union Sovietique declara à la tribune de l'ONU en se referant aux Etats-Unis :"Nous vous entèrrerons."On dit:" l'ami de mon ennemi est mon ennemi."

Quant à haiti on doit bien inclure tous les variables pour bien comprendre le renversement d'Aristide.S'agit -il d'une ingerence dans les affaires d'un pays independant?Bien sur ,mais il incombait au president Aristide de prendre des mesures appropriées pour eviter son renversement une seconde fois par les Bush.Il a dit quand on est pauvre on ne peut pas controler le traffic de la drogue;il a un peu raison ,mais cela ne signifie pas qu'il devrait tolerer les trafficants qui etaient au sein du gouvernement et meme maintenir des relations personnelles avec des delinquants qui l'ont avili dans leurs aveux aux autorités americaines.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Connaitre les officines de la destabilisation /Reseau Voltaire   

Revenir en haut Aller en bas
 
Connaitre les officines de la destabilisation /Reseau Voltaire
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Économie : Obama choisit ceux qui ont échoué /Reseau VOLTAIRE
» Le coup marketing de Leslie Voltaire ; un coq comme symbole électoral
» Connaitre les logiciels utilisant les ressources net
» Les Amours de Voltaire et Emilie Du Châtelet
» Heureux de vous connaitre!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti :: Haiti :: Espace Monde-
Sauter vers: