Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

FOROM AYITI : Tèt Ansanm Pou'n Chanje Ayiti.
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  PortailPortail  CalendrierCalendrier  PublicationsPublications  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Yon tè pou OBAMA,tanttativ putsch lan Ondiras.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Joel
Membre-fondateur
Membre-fondateur


Masculin
Nombre de messages : 15206
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

MessageSujet: Yon tè pou OBAMA,tanttativ putsch lan Ondiras.   Dim 28 Juin 2009 - 10:46

Gen yon bagay ki ap devlope la a ,lan ONDIRAS.

lame fè prezidan an prizonye lan palè an.
Si se te BUSH ki te o pouvwa ,pa t ap gen dout ,misye t ap bay f e vèt ak tantativ koudeta sa a.
Sa t ap fasil anpil ,paske ZELAYA SE se yon gochis,se yon alye HUGO CHAVEZ e misye ap chache chanje konstitisyon an ,pou l pran yon lòt manda.
Swivan jan OBAMA reyaji ,jwèt lan ap vin pi klè pou apranti pouchis yo ann ayiti!:

http://www.lemonde.fr/web/depeches/0,14-0,39-39713561@7-37,0.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
piporiko
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 4753
Age : 47
Localisation : USA
Opinion politique : Homme de gauche,anti-imperialiste....
Loisirs : MUSIC MOVIES BOOKS
Date d'inscription : 21/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: L'impulsif

MessageSujet: Re: Yon tè pou OBAMA,tanttativ putsch lan Ondiras.   Dim 28 Juin 2009 - 10:57

An nou suiv.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
piporiko
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 4753
Age : 47
Localisation : USA
Opinion politique : Homme de gauche,anti-imperialiste....
Loisirs : MUSIC MOVIES BOOKS
Date d'inscription : 21/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: L'impulsif

MessageSujet: Re: Yon tè pou OBAMA,tanttativ putsch lan Ondiras.   Dim 28 Juin 2009 - 12:29

Le président du Honduras Manuel Zelaya, arrêté tôt dimanche matin par des militaires dans sa résidence de la capitale Tegucigalpa, est arrivé dans la journée au Costa Rica où il dénoncé un "coup d'Etat" et un "enlèvement". Lire la suite l'article

Un responsable de la présidence costa-ricaine avait auparavant annoncé l'arrivée de M. Zelaya au Costa Rica, sans préciser dans quelles circonstances. Il a ajouté que le président renversé demanderait probablement l'asile politique.
Elu en novembre 2005 pour quatre ans, Manuel Zelaya avait décidé de maintenir ce dimanche un référendum organisé malgré l'opposition de l'armée, du Congrès et de la Cour Suprême, qui l'a déclaré illégal. Le chef de l'Etat demandait à la population de se prononcer sur une éventuelle révision de la Constitution, afin de lui permettre de briguer un nouveau mandat, en novembre. AP

Mwen poko tande donneur de leson yon non.Konpare sa kap pase an Iran ak Honduras.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
piporiko
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 4753
Age : 47
Localisation : USA
Opinion politique : Homme de gauche,anti-imperialiste....
Loisirs : MUSIC MOVIES BOOKS
Date d'inscription : 21/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: L'impulsif

MessageSujet: Re: Yon tè pou OBAMA,tanttativ putsch lan Ondiras.   Dim 28 Juin 2009 - 12:30

Le président du Honduras Manuel Zelaya, arrêté tôt dimanche matin par des militaires dans sa résidence de la capitale Tegucigalpa, est arrivé dans la journée au Costa Rica où il dénoncé un "coup d'Etat" et un "enlèvement". Lire la suite l'article

Un responsable de la présidence costa-ricaine avait auparavant annoncé l'arrivée de M. Zelaya au Costa Rica, sans préciser dans quelles circonstances. Il a ajouté que le président renversé demanderait probablement l'asile politique.
Elu en novembre 2005 pour quatre ans, Manuel Zelaya avait décidé de maintenir ce dimanche un référendum organisé malgré l'opposition de l'armée, du Congrès et de la Cour Suprême, qui l'a déclaré illégal. Le chef de l'Etat demandait à la population de se prononcer sur une éventuelle révision de la Constitution, afin de lui permettre de briguer un nouveau mandat, en novembre. AP

Mwen poko tande donneur de leson yon non.Konpare sa kap pase an Iran ak Honduras.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
revelation
Super Star
Super Star
avatar

Masculin
Nombre de messages : 3084
Localisation : Washington, DC
Opinion politique : Senior Financial Analyst
Loisirs : walking, jogging, basket, tennis
Date d'inscription : 21/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: L'analyste

MessageSujet: Re: Yon tè pou OBAMA,tanttativ putsch lan Ondiras.   Dim 28 Juin 2009 - 13:10

Citation :
Joel di : Gen yon bagay ki ap devlope la a ,lan ONDIRAS.
lame fè prezidan an prizonye lan palè an. Si se te BUSH ki te o pouvwa ,pa</A> t ap gen dout ,misye t ap bay f e vèt ak tantativ koudeta sa a.
Sa t ap fasil anpil ,paske ZELAYA SE se yon gochis,se yon alye HUGO CHAVEZ e misye ap chache chanje konstitisyon an ,pou l pran yon lòt manda.
Swivan jan OBAMA reyaji ,jwèt lan ap
vin pi klè pou apranti pouchis yo ann ayiti!:
][/quote]


Joel, sa montre klereman ke kelkeswa paty politik ki o pouvwa nan peyi EtaZini, Repibliken ou Demokrat, se menm kout baton an.

Si yon dirijan pa konfome'l e souiv reg jwet la, dirijan sa ap gen pwoblem ak yo. Daye denye video ke nou te we nan summit lan prezidan Obama pat bay Preval la main, e pa antand li byen ak li.
Preval pat al nan dinner d'adieu pou ansyen ambassade ameriken an Janet Sanderson. E gen anpil lot bagay anko ke nou pa konnen.

Nou menm nan Diaspora, sel chanjman ke nou ap atand de Preval pou'l fe nan Konstitition peyi d'Ayiti se bay Diaspora dwa pou yo vote e patisipe nan eleksyon san dele e san kondisyonalite. Sa ap pemet Diaspora gen yon dwa nan jwet politik nan peyi d'Ayiti. Yon intere e responsabilite indeniable pou yo pa pran pretext ke yo kenbe yo an deyo jwet la.

Chanjman pou'l fe yon lot 5 anne anko o pouvwa pap passe konsa, e se pa sa ki pou nan l'ide'l.

E daye, nou nan Diaspora pap padone Preval si apre 15 zan o pouvwa (5 an kom PM, e 10 zan kom Prezidan) li pa kite yon mark historik pou remesye Diaspora pou tout sipo ke yo bay peyi d'Ayiti nan tout moman difisil ke yo ye.

Fok Preval konprand ke le li kite pouvwa, se nan pye Diaspora ke lap tounnen nan yon post diplomatik, ou byen se Marmelad ke li pral chita.

De tout fason, kelkeswa kote a, se possib ke li kab pa jwi rest vie li jan ke li ta remen a koz de tout enmi ke li kweye tet li e bel oportinite historik sa yo ke li rate fe pandan tout tan sa yo o pouvwa.

Li gen tout tan devan'l pou li poze yon akt historik honnet e serye pou tout Ayisyen deho kou andedan lakay sa chonje demen kom souveni nan bel liv memoir li gen entansyon ekwit demain.

Revelasyon
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
piporiko
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 4753
Age : 47
Localisation : USA
Opinion politique : Homme de gauche,anti-imperialiste....
Loisirs : MUSIC MOVIES BOOKS
Date d'inscription : 21/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: L'impulsif

MessageSujet: Re: Yon tè pou OBAMA,tanttativ putsch lan Ondiras.   Dim 28 Juin 2009 - 13:17

Putsch militaire au Honduras, le président Zelaya au Costa Rica



il y a 1 heure 28 min


Quelques jours après la destitution de leur chef d'état-major, les militaires honduriens se sont rebellés dimanche contre le président Manuel Zelaya qu'ils ont chassé du pouvoir et expulsé vers le Costa Rica. Lire la suite l'article


Le président, arrivé dans ce pays, a demandé l'asile politique aux autorités de San José, a fait savoir le ministre costaricien de la Sécurité cité par le service en espagnol de la chaîne d'information CNN.






Le président Zelaya, un allié du numéro un socialiste vénézuélien Hugo Chavez, voulait amender la Constitution du Honduras afin de pouvoir briguer un nouveau mandat de quatre ans lors de la présidentielle de l'an prochain.
Le chef d'état-major des forces armées avait refusé de l'aider à organiser ce dimanche un référendum modifiant la constitution en ce sens, ce qui lui a valu d'être limogé.
A Tegucigalpa, la police a tiré des gaz lacrymogènes contre des manifestants favorables à Zelaya, dans le centre de la capitale, après l'arrestation du président par des militaires qui se sont présentés à l'aube à sa résidence pour l'emmener.
Le président américain Barack Obama a fait part de sa vive préoccupation face à l'arrestation et l'expulsion du président hondurien.
"Comme l'Organisation des Etats américains l'a fait vendredi, j'appelle tous les acteurs politiques et sociaux au Honduras à respecter les normes démocratiques, l'état de droit et les principes de la charte démocratique interaméricaine", a-t-il déclaré dans un communiqué.
"Toutes les tensions et les contentieux existants doivent être résolus pacifiquement par le dialogue, sans aucune ingérence extérieure", a-t-il ajouté.
L'Union européenne, dont les ministres des Affaires étrangères se trouvaient à Corfou pour une réunion de l'OSCE, a également condamné l'arrestation de Zelaya.
"Il s'agit d'une violation inacceptable de l'ordre constitutionnel", a déclaré le ministre tchèque des Affaires étrangères Jan Kohout, dont le pays assume la présidence de l'UE.
Robert Campbell et Edgard Garrido, version française Eric Faye
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Yon tè pou OBAMA,tanttativ putsch lan Ondiras.   Dim 28 Juin 2009 - 13:19

elephant


Dernière édition par lent=slow le Lun 7 Sep 2009 - 9:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
piporiko
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 4753
Age : 47
Localisation : USA
Opinion politique : Homme de gauche,anti-imperialiste....
Loisirs : MUSIC MOVIES BOOKS
Date d'inscription : 21/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: L'impulsif

MessageSujet: Re: Yon tè pou OBAMA,tanttativ putsch lan Ondiras.   Dim 28 Juin 2009 - 13:37

Mwen tande reyaksyon Obama a ,se yon bagay mifig,mirezin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
piporiko
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 4753
Age : 47
Localisation : USA
Opinion politique : Homme de gauche,anti-imperialiste....
Loisirs : MUSIC MOVIES BOOKS
Date d'inscription : 21/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: L'impulsif

MessageSujet: Re: Yon tè pou OBAMA,tanttativ putsch lan Ondiras.   Dim 28 Juin 2009 - 13:39

revelation a écrit:
Citation :
Joel di : Gen yon bagay ki ap devlope la a ,lan ONDIRAS.
lame fè prezidan an prizonye lan palè an. Si se te BUSH ki te o pouvwa ,pa</A> t ap gen dout ,misye t ap bay f e vèt ak tantativ koudeta sa a.
Sa t ap fasil anpil ,paske ZELAYA SE se yon gochis,se yon alye HUGO CHAVEZ e misye ap chache chanje konstitisyon an ,pou l pran yon lòt manda.
Swivan jan OBAMA reyaji ,jwèt lan ap
vin pi klè pou apranti pouchis yo ann ayiti!:
]


Joel, sa montre klereman ke kelkeswa paty politik ki o pouvwa nan peyi EtaZini, Repibliken ou Demokrat, se menm kout baton an.

Si yon dirijan pa konfome'l e souiv reg jwet la, dirijan sa ap gen pwoblem ak yo. Daye denye video ke nou te we nan summit lan prezidan Obama pat bay Preval la main, e pa antand li byen ak li.
Preval pat al nan dinner d'adieu pou ansyen ambassade ameriken an Janet Sanderson. E gen anpil lot bagay anko ke nou pa konnen.

Nou menm nan Diaspora, sel chanjman ke nou ap atand de Preval pou'l fe nan Konstitition peyi d'Ayiti se bay Diaspora dwa pou yo vote e patisipe nan eleksyon san dele e san kondisyonalite. Sa ap pemet Diaspora gen yon dwa nan jwet politik nan peyi d'Ayiti. Yon intere e responsabilite indeniable pou yo pa pran pretext ke yo kenbe yo an deyo jwet la.

Chanjman pou'l fe yon lot 5 anne anko o pouvwa pap passe konsa, e se pa sa ki pou nan l'ide'l.

E daye, nou nan Diaspora pap padone Preval si apre 15 zan o pouvwa (5 an kom PM, e 10 zan kom Prezidan) li pa kite yon mark historik pou remesye Diaspora pou tout sipo ke yo bay peyi d'Ayiti nan tout moman difisil ke yo ye.

Fok Preval konprand ke le li kite pouvwa, se nan pye Diaspora ke lap tounnen nan yon post diplomatik, ou byen se Marmelad ke li pral chita.

De tout fason, kelkeswa kote a, se possib ke li kab pa jwi rest vie li jan ke li ta remen a koz de tout enmi ke li kweye tet li e bel oportinite historik sa yo ke li rate fe pandan tout tan sa yo o pouvwa.

Li gen tout tan devan'l pou li poze yon akt historik honnet e serye pou tout Ayisyen deho kou andedan lakay sa chonje demen kom souveni nan bel liv memoir li gen entansyon ekwit demain.

Revelasyon[/quote]

Preval pa fe 15 zan sou pouvwa non.Li te fe 7 mwa kom PM,5 kan kom prezidan.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
piporiko
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 4753
Age : 47
Localisation : USA
Opinion politique : Homme de gauche,anti-imperialiste....
Loisirs : MUSIC MOVIES BOOKS
Date d'inscription : 21/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: L'impulsif

MessageSujet: Re: Yon tè pou OBAMA,tanttativ putsch lan Ondiras.   Dim 28 Juin 2009 - 14:04

Putsch au Honduras : Chavez place son armée en état d'alerte

LEMONDE.FR avec AFP et Reuters | 28.06.09 | 19h53 • Mis à jour le 28.06.09 | 19h55







<table cellSpacing=0 cellPadding=0 align=center border=0><tr><td class=toolsElement> </TD>
<td class=toolsElement></TD>
<td class=toolsElement></TD>
<td class=toolsElement></TD>
<td class=toolsElement>[</TD>
<td class=banner150sponsor vAlign=top>
OAS_AD([</TD></TR>
<tr><td colSpan=5>
</TD></TR></TABLE>


Le président vénézuélien Hugo Chavez a placé, dimanche 28 juin, ses troupes en état d'alerte à la suite du coup d'Etat survenu au Honduras et a fait savoir qu'il riposterait militairement au cas où son ambassadeur dans ce pays serait attaqué ou enlevé et qu'il ferait tout pour"faire avorter" le putsch (lire aussi : "Coup d'Etat militaire au Honduras").











Chavez a déclaré que des soldats honduriens avaient emmené l'ambassadeur cubain et abandonné celui du Venezuela au bord d'une route après l'avoir frappé durant le coup de force contre le président hondurien Manuel Zelaya, son proche allié. Le représentant du Venezuela auprès de l'Organisation des Etats américains avait affirmé un peu plus tôt que des soldats honduriens avaient "enlevé" les ambassadeurs alliés de Zelaya - à savoir ceux de Cuba, du Venezuela et du Nicaragua - ainsi que le chef de la diplomatie hondurienne.
"Derrière les militaires putschistes se cachent la bourgeoisie hondurienne, les nantis, les riches qui ont transformé le Honduras en une république bananière, en une base politique, militaire et terroriste de l'empire nord-américain", a ajouté Hugo Chavez. "L'empire yankee a beaucoup à voir avec cela".En écho, le président hondurien a déclaré à une chaîne de télévision : "Si (Washington) n'apporte pas son soutien à ce coup d'Etat, il peut empêcher cette attaque contre notre peuple et contre la démocratie".
OBAMA "PROFONDÉMENT PRÉOCCUPÉ"
interpellé par les deux chefs d'Etat, le président américain Barack Obama s'est dit "profondément préoccupé" par la situation, a annoncé la Maison Blanche dans un communiqué. Il a appelé "tous les acteurs politiques" au Honduras à "respecter les règles démocratiques et la loi".
La présidente argentine Cristina Kirchner a quant à elle qualifié le coup d'Etat de "retour à la barbarie" en Amérique latine et exigé que le président Manuel Zelaya "soit rétabli dans ses fonctions". "C'est un moment très sombre qui nous rappelle les pires moments de l'histoire de l'Amérique latine", a-t-elle ajouté faisant allusion aux nombreux coups d'Etat qui ont eu lieu dans les pays sud-américains pendant des décennies. L'Organisation des Etats américains (OEA), qui devait tenir une réunion d'urgence au siège de l'organisation régionale à Washington, a elle aussi condamné le "coup d'Etat", tout comme l'Union européenne.
Dimanche à l'aube, des militaires ont arrêté le président du Honduras, qui était sur le point d'organiser le jour-même une consultation populaire jugée illégale par la Cour suprême qui devait lui permettre de se présenter pour un second mandat. Conduit de force par des militaires honduriens au Costa Rica, où il a demandé l'asile politique, Manuel Zelaya a déclaré à la chaîne latino-américaine Telesur avoir été victime d'un "enlèvement", d'un "coup d'Etat".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
revelation
Super Star
Super Star
avatar

Masculin
Nombre de messages : 3084
Localisation : Washington, DC
Opinion politique : Senior Financial Analyst
Loisirs : walking, jogging, basket, tennis
Date d'inscription : 21/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: L'analyste

MessageSujet: Re: Yon tè pou OBAMA,tanttativ putsch lan Ondiras.   Dim 28 Juin 2009 - 14:30

Citation :
Piporiko di: Preval pa fe 15 zan sou pouvwa non.Li te fe 7 mwa kom PM,5 kan kom prezidan.
L'histwa ap montre ke Preval te nome PM pou 5 an, e te eli Prezidan 2 fwa, total 10 zan.

Li pa fe tout term li yo jou pou jou, se pa la kestyon ye e se pa yon eskiz ki valab.

Paske yon akt historik kap fe nan yon semen ou byen nan yon mwa.
Ozeta Zini, prezidan signyen yon akt de lwa avek yon kout plim.

Li bay amnesti a imigran illegal yo e li mande pou yo peye $5,000.00 dolla, pou yo aprand angle, al lekol e jwen yon bon travay ki pou patrone yo apre sa yap jwen permi travay e greenkat..

Preval te kap fe menm bagay la tou pou mamb nan Diaspora.
Fe tout ayisyen ki natiralize yo achte yon paspo ayisyen,

Fe yo peye $1000.00, tax pou chak annee ke yo te natiralize yo a, Si yo gen yon paspo ameriken pandan 5 annee yap peye $5,000.00 dolla.

Chanjman konstitition pou bayo dwa fome pati politik, patisipe nan eleksyon kom voter e kom kandida.

Prezidan Preval te kap komanse travay sou sa depi konnyen la e chwazi yon dat historik, kankou 1 Janvye 2011 pou rev sa realize.

Fok li fe yon bagay pozitif pou pep la sa sonje li, e pou fe yo blye zafe "naje pou'n soti a".

Revelasyon
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
piporiko
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 4753
Age : 47
Localisation : USA
Opinion politique : Homme de gauche,anti-imperialiste....
Loisirs : MUSIC MOVIES BOOKS
Date d'inscription : 21/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: L'impulsif

MessageSujet: Re: Yon tè pou OBAMA,tanttativ putsch lan Ondiras.   Dim 28 Juin 2009 - 16:51

Honduras: vote du Congrès pour approuver une prétendue lettre de démission du président Zelaya



il y a 1 heure 25 min





Le Congrès du Honduras a approuvé dimanche lors d'un vote ce qui a été présenté comme une lettre de démission du président Manuel Zelaya, quelques heures après un "coup d'Etat" dénoncé par le chef d'Etat, qui a apparemment été conduit de force par des militaires au Costa Rica. Lire la suite l'article

Manuel Zelaya a déclaré sur CNN que cette lettre de démission était "totalement fausse" et souligné qu'il était toujours président.
Le secrétaire du Congrès Jose Alfredo Saavedra a lu une lettre qui serait, selon lui, datée de jeudi et signée de M. Zelaya. Une majorité des membres du Congrès a voté à main levée pour approuver ce qui a été présenté comme la démission du président du Honduras.
La lettre attribuerait la démission à la situation politique et à des "problèmes de santé fondamentaux".
Elu en 2005, Manuel Zelaya avait décidé de maintenir ce dimanche un référendum non contraignant, malgré l'opposition de l'armée, du Congrès et de la Cour suprême, qui l'a déclaré illégal.
Le chef de l'Etat demandait à la population de se prononcer sur une éventuelle révision de la Constitution, afin de lui permettre de briguer un nouveau mandat, en novembre.
La Cour suprême a annoncé qu'elle soutenait l'armée dans ce qu'elle a présenté comme un acte de défense de la démocratie, et l'ambassadeur du Honduras auprès de l'Organisation des Etats américains (OEA) a déclaré que l'armée envisageait de confier les rênes du pays au président du Congrès Roberto Micheletti en remplacement de Manuel Zelaya.
Le président Hugo Chavez qui, avec les dirigeants cubains, est le principal allié de M. Zelaya, a annoncé que le Venezuela était en lutte et a placé les forces armées en état d'alerte. AP


UN AIR DE DEJA VU!!!!!!!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
piporiko
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 4753
Age : 47
Localisation : USA
Opinion politique : Homme de gauche,anti-imperialiste....
Loisirs : MUSIC MOVIES BOOKS
Date d'inscription : 21/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: L'impulsif

MessageSujet: Honduras : le nombre de mandats, prétexte du coup d'Etat   Dim 28 Juin 2009 - 16:53

Aux dernières nouvelles, le président de la République Manuel Zélaya a été victime d'un coup d'Etat militaire comme on en avait pas vu en Amérique centrale depuis la fin de la Guerre froide. Il a été enlevé au palais présidentiel de Tegucigalpa, la capitale du Honduras, et emmené en avion militaire au Costa Rica voisin, où il aurait demandé asile.
Zelaya, un riche propriétaire terrien plutôt conservateur a été élu en 2006 et une fois au pouvoir a viré, de façon assez inattendue, à gauche.
Au Honduras, comme dans beaucoup d'autres pays d'Amérique latine, les élus ne peuvent accomplir qu'un seul mandat (au Honduras, il est de quatre ans) et Zelaya a voulu organiser ce dimanche un référendum non pour modifier la constitution, mais pour demander au peuple s'il veut convoquer dans un prochain scrutin une assemblée constituante afin qu'elle permette aux élus de briguer un second mandat.
Il s'est heurté à l'armée, à laquelle il avait demandé, comme la loi du pays le prévoit, d'assurer la logistique du scrutin, à la cour suprême, qui a jugé son initiative contraire à la constitution, et enfin au congrès, dont la majorité (dont Zelaya est issu) est également contre un tel projet.
Zelaya évoque « un coup d'Etat technique » et a décidé de faire front, demandant à ses partisans d'ouvrir des bureaux de vote pour que ce référendum ait lieu. Il affirme que lui-même a pour seule intention de terminer son mandat en 2010 et de laisser à son successeur une constitution modernisée.
Le bon combat pour deux mandats


Zelaya a-t-il outrepassé ses droits ? Ce qui est sûr, c'est que le combat en faveur d'un deuxième mandat est, en Amérique latine, un bon combat.
Les constitutions démocratiques latino-américaines élaborées aux lendemains des dictatures ont cherché à limiter les risques de pouvoirs personnels et de caudillos indéboulonnables, dont la liste est longue dans l'histoire de la région et à laquelle Zelaya, peut-être, aimerait ajouter son nom. Tout ça me semblait donc fort raisonnable jusqu'à ce que j'interviewe un jour, pour L'Express en janvier 2001, le président de Colombie de l'époque, Andres Pastrana.
Cet homme de bonne volonté, élu en 1998, a sans douté été le président qui a été le plus loin dans la recherche d'un accord de paix avec les Farc et l'ELN, deux guérillas marxistes dont la plus importante, les Farc (Forces armées révolutionnaires de Colombie) s'était au fil du temps davantage consacrée au négoce de la coca et à celui des enlèvements qu'à la dialectique des lendemains qui chantent.
Pour tenter de mettre un terme à un conflit qui durait depuis quatre décennies, Pastrana avait entamé des discussions avec les Farc alors même qu'elles continuaient leurs actions et qu'aucun cessez-le-feu n'avait été conclu. Le président avait démilitarisé une zone - « grande comme la Suisse » était alors l'expression consacrée pour évoquer sa dimension - dont le centre était la ville de San Vicente del Caguan, au sud de Bogota, afin de mener ces pourparlers.
Quand j'avais rencontré Pastrana, il m'avait raconté les frustrations et l'impatience des Colombiens alors que les Farc avaient opté pour l'inertie, et je me souviens avoir pensé : ce type n'a plus qu'une seule année au pouvoir. Pourquoi les Farc lui donneraient-elles le cadeau de la paix alors que dans un an il n'est plus leur interlocuteur ? En Colombie, avais-je pensé, un seul mandat de quatre ans, c'est trop court. Une année pour se mettre en route, deux pour agir, et la quatrième est perdue car le président n'a plus d'avenir et les aspirants à sa succession sont déjà en campagne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
piporiko
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 4753
Age : 47
Localisation : USA
Opinion politique : Homme de gauche,anti-imperialiste....
Loisirs : MUSIC MOVIES BOOKS
Date d'inscription : 21/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: L'impulsif

MessageSujet: Re: Yon tè pou OBAMA,tanttativ putsch lan Ondiras.   Dim 28 Juin 2009 - 16:55

Sans surprise, à la veille du scrutin présidentiel de 2002, les Farc ont repris les attentats et Pastrana a repris le Caguan (c'est à cette occasion qu'Ingrid Bétancourt, se croyant protégée par je ne sais quelle immunité divine ou politique, est allée se jeter dans la gueule du loup en voulant rejoindre San Vicente par la route, et qu'elle a été enlevée avec Clara Rojas).
Les Colombiens, qui avaient cru en la paix, furent exaspérés et élirent Alvaro Uribe qui promettait la manière forte avec les guérillas. Lors de son premier mandat, Uribe a tenu ses promesses. Il a combattu -et affaibli- les groupes armés, y compris les paramilitaires. Sa popularité était telle qu'il a semblé opportun de lui permettre de poursuivre -sinon de terminer- au cours d'un deuxième mandat le travail entrepris au cours du premier. La constitution a été amendée et Uribe a été réelu en 2006 à la majorité absolue dès le premier tour de scrutin. Il est toujours difficile de dire aujourd'hui qu'il n'a pas rempli son contrat -mano dura ! - contracté en 2002 et en 2006 avec ses électeurs.
Résitance des élites contre ce frein à la corruption



L'utilité d'un deuxième mandat, en Colombie comme ailleurs, a d'autres vertus que le seul don du temps pour l'action politique. Elle offre l'expression d'un choix aux électeurs : garder ou sanctionner un élu. En ce sens, elle renforce la démocratie. Il est probable qu'elle constitue également un frein à la corruption, plus séduisante pour l'élu sans espoir de réélection que pour celui qui devra rendre des comptes pour conquérir un second mandat.
Pourquoi pas trois, quatre cinq mandats ?
Mais alors, si ce raisonnement vaut pour deux mandats, pourquoi pas pour trois ? Ou quatre ? Ou cinq ? Heureusement Hugo Chavez est là, et avec lui son rêve de réélection perpétuelle, pour nous rappeler que la démocratie est encore assez fragile en Amérique latine pour être un instrument facilement manipulable. Une presse de plus en plus docile, des amendes et des menaces pour les plus réfractaires, des juges prompts à chercher querelle aux opposants, du clientélisme parmi les plus pauvres et la lassitude ou l'exil des plus dérangeants… il est au fond assez facile -avec ou sans pétrole- d'être élu, puis réélu, encore et encore, déguisé en grand démocrate.


Autant quatre ans sont courts pour mener des réformes, autant huit ans me semblent être une limite raisonnable au-delà de laquelle les amoureux de l'état de droit devraient éprouver un léger vertige. C'est pour ça qu'Uribe serait bien inspiré de laisser à d'autres le soin de consolider ce qu'il a construit. Et c'est aussi pour ça que Zelaya a tenté -visiblement sans succès- de résister aux élites locales et de tenter de mener à bien son référendum.
Photo : le 28 juin 2009, à Tegucigalpa, l'armée hondrienne bloque les accès à la résidence présidentielle de Zelaya (Oswaldo Rivas/Reuters). Des partisans de Zelaya tentent d'empêchent un véhicule militaire d'en approcher (Oswaldo Rivas/Reuters). Le président Manuel Zelaya s'adresse à la nation le 27 juin, à la veille du coup d'Etat militaire (Edgard Garrido/Reuters). Une femme vote symboliquement en soutien à Zelaya (Oswaldo Rivas/Reuters). Copie du bulletin de vote pour une assemblée constituante (Edgard Garrido/Reuters). Des affiches à l'effigie de Chavez sont déployées en soutien à Zelaya devant l'ambassade du Honduras à Caracas (Edvin Montilva/Reuters).


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
piporiko
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 4753
Age : 47
Localisation : USA
Opinion politique : Homme de gauche,anti-imperialiste....
Loisirs : MUSIC MOVIES BOOKS
Date d'inscription : 21/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: L'impulsif

MessageSujet: Re: Yon tè pou OBAMA,tanttativ putsch lan Ondiras.   Dim 28 Juin 2009 - 16:55

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
piporiko
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 4753
Age : 47
Localisation : USA
Opinion politique : Homme de gauche,anti-imperialiste....
Loisirs : MUSIC MOVIES BOOKS
Date d'inscription : 21/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: L'impulsif

MessageSujet: Re: Yon tè pou OBAMA,tanttativ putsch lan Ondiras.   Dim 28 Juin 2009 - 16:58

[reçu 28/6 18h30 :] Le Monde à Paris ment déjà en titrant que Zelaya a demandé l’asile politique au Costa Rica. TeleSur informe en direct, Manuel Zelaya s’exprime à travers cette chaine et explique comment il a été sorti de chez lui en pleine nuit et emmené de force dans ce pays. Les militaires d’extreme-droite viennent à l’instant d’enlever sur place les ambassadeurs du Venezuela, du Nicaragua, etc... la ministre des affaires etrangères du Honduras, qui ont été brutalisés. Mais le peuple du Venezuela autour du président Chavez (qui organise en ce moment un front avec les presidents de l’ALBA) se mobilise avec les autres peuples et celui du Honduras qui tente de manifester dans les rues. http://www.telesurtv.net/solotexto/index.php

Thierry Deronne
Vicepresidencia de Formación Integral
Televisión Publica VIVE


Radio du Nicaragua qui informe en direct (en espagnol)
http://nuevaya.com.ni/modules/mod_internetradio/makeplaylist.php?ip=66.225.205.22&port=80&format=PLS

Blog NarcoNews (en anglais)
http://www.narconews.com/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
piporiko
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 4753
Age : 47
Localisation : USA
Opinion politique : Homme de gauche,anti-imperialiste....
Loisirs : MUSIC MOVIES BOOKS
Date d'inscription : 21/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: L'impulsif

MessageSujet: Re: Yon tè pou OBAMA,tanttativ putsch lan Ondiras.   Dim 28 Juin 2009 - 16:59

[TROIS ARTICLES DANS UN ORDRE CHRONOLOGIQUE AVEC UN LEGER RETOUR EN ARRIERE]

GRANMA du 25 Juin

La population du Honduras soutient Zelaya pour la tenue du référendum

Le président « récupère » les boîtes de scrutin en vue du référendum sur une réforme de la Constitution. Il était accompagné d’une foule nombreuse

TEGUCIGALPA, 25 juin.- « Personne ne pourra empêcher la tenue du référendum de dimanche », a déclaré le président du Honduras, Manuel Zelaya, alors qu’il faisait son entrée accompagné d’une foule nombreuse au siège des Forces aériennes pour « récupérer » les urnes et autres documents nécessaires à la tenue du référendum de dimanche. Ce matériel électoral avait auparavant été saisi par les militaires.

Selon l’agence EFE, Zelaya était très secoué par les événements, et il pleuvait abondamment à l’extérieur. « On veut nous empêcher de consulter la population, on veut l’empêcher de s’exprimer, de donner son opinion, de participer au processus en cours, bref, on ne veut pas de démocratie au Honduras », a souligné le chef d’Etat.

L’agence AFP, pour sa part, précise que le président et plusieurs centaines de ses partisans ont eux-mêmes fait sauté les verrous et ont pénétré dans la base aérienne Acosta Mejia, située tout près de l’aéroport Toncontin de la capitale. Puis ils ont chargé les boîtes contenant le précieux matériel dans des camions qui attendaient expressément. Zelaya a ensuite déclaré qu’il se rendait immédiatement au Palais présidentiel pour mettre la dernière main aux préparatifs du référendum.

Quelques heures auparavant, le président hondurien avait lancé un appel à ses partisans à manifester publiquement leur soutien. Aussitôt des milliers de personnes s’étaient rassemblées, jeudi, vers midi, devant le Palais présidentiel, et les images transmises par la télévision montraient clairement une foule compacte bien décidée à défendre son gouvernement. C’est alors que Zelaya a pris la tête de ce qu’il a qualifié de « mission destinée à préserver l’Etat de droit » : récupérer les urnes et les listes électorales.

A noter que la Cour suprême de Justice, dans un geste de défi, avait décidé de restituer dans ses fonctions le général Romeo Vasquez, chef de l’Etat-major conjoint, moins de 24 heures après que Zelaya l’eût destitué, les forces armées ayant refusé de distribuer le matériel nécessaire à la tenue du référendum. Le président entend consulter la population au sujet de la mise sur pied d’une Assemblée constituante chargée de réformer la Constitution du pays. Selon AFP, le Congrès a également rejeté la tenue d’un tel référendum.

« Nous voulons légitimer l’autorité du pouvoir exécutif. (…) La Cour (suprême) s’est rangée du côté de certains groupes de pouvoir, contre la population », a déclaré Zelaya à la foule réunie devant le palais présidentiel.

Au cours de ce bref rassemblement, où les manifestants ont entonné l’hymne national, le président a exhorté ses partisans à faire en sorte que « la démocratie ne soit pas l’affaire d’une minorité. Nous devons lutter sans relâche, a-t-il dit, pour atteindre ce haut niveau de démocratie que nous visons ».

La Constitution du Honduras date de 1982. Elle renferme, selon Prensa latina, 7 articles dits « de pierre », car ils ne peuvent être amendés. Ces articles concernent, entre autres, la façon de gouverner le pays, le territoire national et la durée du mandat présidentiel.

Selon le président Zelaya, il est impossible, dans le cadre de la Constitution actuelle, de mener de profondes transformations sociales. Or, il est nécessaire, selon lui, de mettre fin à la misère et aux inégalités. Au Honduras, sept personnes sur dix vivent dans des conditions de pauvreté ou d’extrême pauvreté. Le référendum, s’il passe, permettra l’instauration d’une quatrième urne lors des élections générales du mois de novembre prochain, où les électeurs seront appelés à se prononcer sur une Assemblée constituante.

Les représentants des groupes autochtones et des différents secteurs de la population, paysans, syndicalistes et autres groupes sociaux, ont tous dénoncé cette tentative de coup d’Etat. Ce danger est d’autant plus grave qu’à la suite de la destitution de Vazquez, les chefs des trois armées, marine, aviation et forces terrestres, de même que le ministre de la Défense, Edmund Orellana, ont démissionné en bloc par mesure de solidarité avec le général destitué.

Le Conseil civique des organisations populaires et des peuples autochtones du Honduras (COPINH) a dénoncé, dans un communiqué, cette tentative de coup d’Etat. « Il s’agit, peut-on lire, d’une réaction désespérée de la droite et des forces qui lui sont alliées pour empêcher population de s’exprimer et de trouver de nouvelles voies démocratiques pour transformer le pays. »

Selon Prensa latina, ce mouvement putschiste a débuté trois jours après que le président eût annoncé la tenue d’un référendum, en accord avec les leaders populaires, les paysans, les intellectuels et les forces de gauche du pays. Aussitôt les représentants de l’oligarchie, les milieux d’affaires et le haut clergé avaient manifesté leur désaccord. D’autres sources affirment que le Tribunal suprême électoral, l’appareil judiciaire, la Cour suprême de justice et le Parlement s’opposent également à la tenue d’un référendum, de même que les couches les mieux nanties de la population. Zelaya a, de son côté, dénoncé cette manœuvre.

Le Honduras a demandé à l’OEA qu’elle se penche, en toute urgence, sur la situation que vit le pays. Selon l’agence EFE, une réunion extraordinaire du Conseil permanent de l’OEA devrait, dans les heures qui viennent, débattre de la question.

http://www.granma.cu/frances/2009/junio/vier26/hoduras.html

* * * *

COMMENTAIRE (PREMONITOIRE ?) de FIDEL CASTRO du 26 Juin

Un geste qui ne sera pas oublié

Je fais une pause dans le travail que je suis en train d’élaborer depuis deux semaines au sujet d’un épisode historique pour me solidariser avec le président constitutionnel du Honduras, José Manuel Zelaya.

Le voir, sur Telesur, haranguer le peuple hondurien était impressionnant. Il dénonçait avec énergie le grossier refus de la réaction d’accepter une importante consultation populaire. Telle est la « démocratie » que défend l’impérialisme. Zelaya n’a absolument pas violé la loi, il n’a fait aucun coup de force. En tant que président, il est le commandant des Forces armées honduriennes. Ce qu’il se passe dans ce pays sera un test pour l’OEA et pour l’administration étasunienne.

L’ALBA s’est réunie hier à Maracay, dans l’Etat vénézuélien d’Aragua. Les dirigeants latino-américains et caribéens qui y ont pris la parole ont brillé tant par leur éloquence que par leur dignité.

J’écoutais les solides arguments du président Hugo Chávez pour dénoncer l’action putschiste sur Venezolana de Televisión.

Nous ignorons ce qu’il se passera cette nuit ou demain au Honduras, mais la conduite courageuse de Zelaya passera à l’Histoire.

Ce qu’il a dit m’a rappelé le discours du président Salvador Allende tandis que les avions de guerre bombardaient le Palais de la Monnaie où il mourut héroïquement le 11 septembre 1973. Cette fois-ci, nous voyions un autre président latino-américain entrer avec le peuple dans une base aérienne pour réclamer les bulletins d’une consultation populaire confisqués crapuleusement.

Voilà comment agit un président et un commandant.

Le peuple hondurien n’oubliera jamais ce geste !

Fidel Castro

* * * * *

L’EXPRESS 28 Juin (ou le mensonge soigneusement relayé et l’information soigneusement expurgée...)

TEGUCIGALPA - Quelques jours après la destitution de leur chef d’état-major, les militaires honduriens se sont rebellés dimanche contre le président Manuel Zelaya qu’ils ont chassé du pouvoir et expulsé vers le Costa Rica.

Le président, arrivé dans ce pays, a demandé l’asile politique aux autorités de San José, a fait savoir le ministre costaricien de la Sécurité cité par le service en espagnol de la chaîne d’information CNN.

Le président Zelaya, un allié du numéro un socialiste vénézuélien Hugo Chavez, voulait amender la Constitution du Honduras afin de pouvoir briguer un nouveau mandat de quatre ans lors de la présidentielle de l’an prochain.

Le chef d’état-major des forces armées avait refusé de l’aider à organiser ce dimanche un référendum modifiant la constitution en ce sens, ce qui lui a valu d’être limogé.

A Tegucigalpa, la police a tiré des gaz lacrymogènes contre des manifestants favorables à Zelaya, dans le centre de la capitale, après l’arrestation du président par des militaires qui se sont présentés à l’aube à sa résidence pour l’emmener.

Le président américain Barack Obama a fait part de sa vive préoccupation face à l’arrestation et l’expulsion du président hondurien.

"Comme l’Organisation des Etats américains l’a fait vendredi, j’appelle tous les acteurs politiques et sociaux au Honduras à respecter les normes démocratiques, l’état de droit et les principes de la charte démocratique interaméricaine", a-t-il déclaré dans un communiqué.

"Toutes les tensions et les contentieux existants doivent être résolus pacifiquement par le dialogue, sans aucune ingérence extérieure", a-t-il ajouté.

L’Union européenne, dont les ministres des Affaires étrangères se trouvaient à Corfou pour une réunion de l’OSCE, a également condamné l’arrestation de Zelaya.

"Il s’agit d’une violation inacceptable de l’ordre constitutionnel", a déclaré le ministre tchèque des Affaires étrangères Jan Kohout, dont le pays assume la présidence de l’UE.

http://www.lexpress.fr/actualites/2/putsch-militaire-au-honduras-le-president-zelaya-au-costa-rica_770745.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joel
Membre-fondateur
Membre-fondateur


Masculin
Nombre de messages : 15206
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

MessageSujet: Re: Yon tè pou OBAMA,tanttativ putsch lan Ondiras.   Dim 28 Juin 2009 - 20:15

Se vrèman yon tès pou OBAMA;

Jiska kounye an ,misye byen reyaji.Misye mande pou ZELAYA tounen sou pouvwa a.
Si n sonje pandan koudeta kont CHAVEZ lan an 2002 ,BUSH pa t tann 24 è pou l te rekonèt rejim pouchis venezwelyen an.

Ann gade kouman Brezil ak Ajantin ap reyaji.
Mwen si ke mesyedam sa yo ap santi yo menase.

Epi moun ki kontinye ap mande retou lame dayiti,se twou Lame Dayiti an koudeta sa a ap kontinye fouye.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ed428
Star
Star


Masculin
Nombre de messages : 359
Localisation : USA
Loisirs : Reading
Date d'inscription : 30/01/2008

Feuille de personnage
Jeu de rôle:

MessageSujet: Re: Yon tè pou OBAMA,tanttativ putsch lan Ondiras.   Dim 28 Juin 2009 - 21:25

Koudeta ou non, n'ap gen yon lòt FADH kanmenm. Amwenske Konstitisyon 1987 la amande e aboli FADH tout bon vre.
Sitiyasyon sa a pral fè nou wè si meriken ak OEA pral kite koudeta sa a pase lan figi moun. Kisa pèp Ondiranyen di lan koze sa a menm?


Dernière édition par ed428 le Lun 29 Juin 2009 - 21:44, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marc H
Super Star
Super Star
avatar

Masculin
Nombre de messages : 8741
Localisation : Quebec
Opinion politique : Démocrate
Loisirs : soccer
Date d'inscription : 28/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le voyeur

MessageSujet: Re: Yon tè pou OBAMA,tanttativ putsch lan Ondiras.   Lun 29 Juin 2009 - 0:03

On va voir si Obama adoptera la même politique qu'il a maintenue face à la crise iranienne qu'à celle du Honduras. A savoir , ne pas s'immiscer dans les affaires internes d'un autre pays.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joel
Membre-fondateur
Membre-fondateur


Masculin
Nombre de messages : 15206
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

MessageSujet: Re: Yon tè pou OBAMA,tanttativ putsch lan Ondiras.   Lun 29 Juin 2009 - 7:41

Non Ed,

Se menm jan ke apre COSTA RICA te fin aboli Lame yo an ,an 1948,e yo pa t fin si ke sa yo te fè an bon;lè yo konstate koudeta a repetisyon ki t ap fèt pa Lame yo lan rès Amerik Latin;sa te vin andisi yo kont retou Lame an.

Apre sa k pase lan ONDIRAS lan,ale mande yon ayisyen ki ka panse pou kont li ,si l an favè de retou Lame an?

Marc,

Vous aimeriez que OBAMA se croiserait les bras n'est ce pas?
S'il le ferait ,ce serait le commencement de la fin de l'influence américaine en Amérique Latine.

Regardez bien,les putschistes Honduriens ont déclaré que ZELAYA avait signé une lettre de résignation avant de laisser le pays
Ou ont ils appris ça?
Si il n'y a pas de réaction de Washington contre ce coup d'état ,les autres pays de l'Amérique vont exclure tout simplement les Etats Unis de leur organisation ,ou former
une organisation indépendante des Etats Unis comme ils l'ont menacé de le faire.

Il y a des régimes de gauche au Brésil,Paraguay,Bolivie,Equateur,Vénézuela,Argentine ,Salvador.
Ils seraient tous menacés!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
piporiko
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 4753
Age : 47
Localisation : USA
Opinion politique : Homme de gauche,anti-imperialiste....
Loisirs : MUSIC MOVIES BOOKS
Date d'inscription : 21/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: L'impulsif

MessageSujet: Re: Yon tè pou OBAMA,tanttativ putsch lan Ondiras.   Lun 29 Juin 2009 - 8:41

jiska prezan,Obama pa osi ferm nan ka Honduras ke Iran.Mouche anbigi sou ka sa .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
piporiko
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 4753
Age : 47
Localisation : USA
Opinion politique : Homme de gauche,anti-imperialiste....
Loisirs : MUSIC MOVIES BOOKS
Date d'inscription : 21/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: L'impulsif

MessageSujet: Re: Yon tè pou OBAMA,tanttativ putsch lan Ondiras.   Lun 29 Juin 2009 - 8:52

Couvre-feu au Honduras, après un "coup d'Etat" dénoncé par le président Zelaya.

Un couvre-feu a été décrété au Honduras pour deux jours à compter de dimanche soir par Roberto Micheletti, fraîchement nommé à la tête du Honduras par les membres du Congrès en remplacement du président Manuel Zelaya, arrêté par des militaires et conduit contre son gré au Costa Rica. De nombreux pays, dont les Etats-Unis, ont condamné cette violation de l'ordre constitutionnel. Lire la suite l'article


Dimanche soir, Zelaya a quitté le Costa Rica à bord d'un avion mis à disposition par le président vénézuélien Hugo Chavez pour le Nicaragua où il doit participer à un sommet prévu des présidents d'Amérique centrale.
Dimanche, Roberto Micheletti a déclaré lors d'une conférence de presse qu'il avait nommé un nouveau ministre des Affaires étrangères, l'avocat et ancien ambassadeur auprès de l'ONU Enrique Ortez Colindres.
Peu après après avoir prêté serment lors d'une cérémonie au Congrès, devant lequel quelque 150 personnes opposées au renversement de Zelaya levaient le poing en scandant "Traîtres!", Roberto Micheletti a affirmé qu'il ne prenait pas ses nouvelles fonctions "sous l'égide d'un coup d'Etat". "J'ai accédé à la présidence" à la suite d'"un processus de transition absolument légal", a déclaré celui qui tenait les rênes du Congrès.
Il a également défendu l'armée, déclarant qu'elle s'était "conformée à la Constitution et aux lois". Et a lancé une mise en garde contre toute ingérence suite aux propos du président vénézuélien Hugo Chavez, l'un des principaux alliés de Manuel Zelaya avec Cuba, qui a déclaré: "nous le renverserons" si Roberto Micheletti était nommé président.
Ce dernier a reconnu qu'il n'avait parlé à aucun chef d'Etat d'Amérique latine. Mais, a-t-il dit, "je suis sûr qu'entre 80 et 90% de la population du Honduras est heureuse de ce qui s'est passé aujourd'hui". Il a également annoncé que Manuel Zelaya serait le bienvenu en cas de retour au Honduras en tant que citoyen à une condition: "sans le soutien de M. Hugo Chavez".
Elu en novembre 2005, Manuel Zelaya avait décidé de maintenir dimanche un référendum non contraignant, malgré l'opposition de l'armée, du Congrès et de la Cour suprême, qui l'a déclaré illégal.
Le chef de l'Etat demandait à la population de se prononcer sur une éventuelle révision de la Constitution, afin de lui permettre de briguer un nouveau mandat, en novembre.
Dénonçant un "coup d'Etat" et un "enlèvement", Manuel Zelaya a fait part de son intention de poursuivre son mandat jusqu'à son terme prévu, début 2010. Il a souligné qu'il ne reconnaîtrait "aucun gouvernement d'usurpation" et a précisé qu'il assisterait à une réunion des présidents des pays d'Amérique centrale prévue lundi au Nicaragua. "Je veux revenir dans mon pays", a-t-il dit au Costa Rica. "Je suis président du Honduras".
Manuel Zelaya a expliqué à la chaîne Telesur qu'il avait été réveillé par des coups de feu et les cris de ses gardes de sécurité qui, selon lui, ont résisté à des soldats pendant au moins 20 minutes. Le président du Honduras a ajouté être sorti du lit, et s'être caché derrière un climatiseur pour éviter des balles, soulignant que huit ou neuf soldats dont le visage était dissimulé l'avaient escorté vers un avion qui l'a emmené au Costa Rica.
Manuel Zelaya a appelé les militaires du Honduras à résister, exhorté les citoyens à prendre part à des manifestations pacifiques et demandé à la police de protéger les manifestants.
Barack Obama s'est déclaré "profondément préoccupé" et la secrétaire d'Etat Hillary Clinton a estimé que l'arrestation de M. Zelaya devait être condamnée. Le président américain a appelé "tous les acteurs politiques et sociaux au Honduras à respecter les normes démocratiques" et la "règle du droit", souhaitant la résolution "par le dialogue, libre de toute ingérence extérieure".
Manuel Zelaya doit reprendre les rênes du pays, selon des responsables américains. Deux hauts responsables de l'administration ont déclaré aux journalistes que des diplomates américains travaillaient à assurer la sécurité de M. Zelaya tout en pressant pour le rétablissement de l'ordre constitutionnel et de sa présidence.
Réunis ce week-end à Corfou (Grèce), les ministres des Affaires étrangères de l'Union européenne ont de leur côté dénoncé une "violation inacceptable de l'ordre constitutionnel au Honduras". Ils ont réclamé la remise en liberté de M. Zelaya et le retour à une situation "normale".
L'Organisation des Etats américains (OEA) a approuvé dimanche une résolution demandant le "retour immédiat, sûr et inconditionnel du président constitutionnel Manuel Zelaya".
Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon a quant à lui condamné le coup d'Etat et a appelé à "la réinstallation dans leur fonction des représentants démocratiquement élus du pays", selon sa porte-parole Michele Montas. AP
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
piporiko
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 4753
Age : 47
Localisation : USA
Opinion politique : Homme de gauche,anti-imperialiste....
Loisirs : MUSIC MOVIES BOOKS
Date d'inscription : 21/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: L'impulsif

MessageSujet: Re: Yon tè pou OBAMA,tanttativ putsch lan Ondiras.   Lun 29 Juin 2009 - 9:01

Obama responds to Zelaya arrest

Obama statement on Honduras, where soldiers have arrested President Manuel Zelaya, a Chavez ally who had been seeking ...
to rewrite the constitution to allow himself to run for another term:

"I am deeply concerned by reports coming out of Honduras regarding the detention and expulsion of President Mel Zelaya. As the Organization of American States did on Friday, I call on all political and social actors in Honduras to respect democratic norms, the rule of law and the tenets of the Inter-American Democratic Charter. Any existing tensions and disputes must be resolved peacefully through dialogue free from any outside interference."

UPDATE: A senior admin. official tells POLITICO: "General Jones briefed President Obama on the situation in Honduras by telephone this morning. An inter-agency team is following the situation closely and will provide updates to the President, General Jones, and Mr. Donilon throughout the day."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
piporiko
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 4753
Age : 47
Localisation : USA
Opinion politique : Homme de gauche,anti-imperialiste....
Loisirs : MUSIC MOVIES BOOKS
Date d'inscription : 21/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: L'impulsif

MessageSujet: Re: Yon tè pou OBAMA,tanttativ putsch lan Ondiras.   Lun 29 Juin 2009 - 9:08

29 juin 2009

Coup d’Etat au Honduras : une erreur suicidaire

Fidel CASTRO


J’ai écrit voilà trois jours dans mes Réflexions du jeudi 25 au soir : « Nous ignorons ce qu’il se passera cette nuit ou demain au Honduras, mais la conduite courageuse de Zelaya passera à l’Histoire. »

J’avais aussi écrit deux paragraphes plus haut : « Ce qu’il se passe dans ce pays sera un test pour l’OEA et pour l’administration étasunienne. »

L’antédiluvienne institution interaméricaine, qui s’était réunie le lendemain à Washington, avait promis dans une résolution en demi-teinte et tiède de faire aussitôt les démarches pertinentes pour chercher une harmonie entre les parties en conflit. Autrement dit une négociation entre les putschistes et le président constitutionnel du Honduras.

Le haut gradé, qui restait à la tête des forces armées honduriennes, se prononçait publiquement contre les positions du président, dont il ne reconnaissait l’autorité que du bout des lèvres.

Les putschistes n’attendaient pas autre chose de l’OEA. Peu leur importait la présence d’un grand nombre d’observateurs internationaux qui étaient arrivés dans le pays pour attester d’une consultation populaire et avec lesquels le président Zelaya s’était entretenu jusque tard dans la nuit. Ce matin, au petit jour, ils ont lancé contre la résidence du président environ deux cents soldats de métier bien entraînés et armés qui, écartant rudement l’escouade de la garde d’honneur, ont séquestré Zelaya, qui dormait alors, l’ont conduit à la base aérienne, l’ont fait monter de force dans un avion et l’ont déposé sur un aéroport costaricien.

C’est à huit et demi du matin que nous avons appris par TeleSur cet assaut contre la maison présidentielle et l’enlèvement. Le président n’a pas pu assister au lancement de la consultation populaire qui devait se dérouler ce dimanche-ci. On ignorait encore son sort.

La télévision officielle a été interrompue. Les putschistes souhaitaient empêcher une divulgation prématurée de leur trahison à travers TeleSur et CubaVisión Internacional, qui informaient des faits. Aussi ont-ils suspendu les centres de retransmission et fini par couper le courant dans tout le pays. Le Congrès et les hauts tribunaux, impliqués dans la conspiration, n’avaient pas encore publié les décisions qui la justifiaient. Ils ont d’abord fait leur coup d’État inqualifiable, puis l’ont légalisé. Le peuple s’est réveillé, a constaté ce fait acquis et a commencé à réagir avec indignation. On ignorait toujours le sort de Zelaya. Trois heures après, la réaction populaire était telle qu’on a vu des femmes frapper du poing des soldats dont les fusils leur tombaient presque des mains tant ils étaient désarçonnés et nerveux. Au départ, on aurait dit qu’ils livraient un étrange combat contre des fantômes ; plus tard, ils ont tenté de bloquer de leurs mains les objectifs des caméras de TeleSur, ils visaient, tremblant, les reporters et quand les gens avançaient, ils reculaient parfois. Les putschistes ont envoyé des transports blindés armés de canons et de mitrailleuses. La population discutait sans peur avec les occupants des blindés. Étonnante réaction populaire !

Vers deux heures de l’après-midi, en coordination avec les putschistes, une majorité domestiquée du Congrès a déposé Zelaya, le président constitutionnel, et nommé un nouveau chef d’Etat, affirmant au monde, après avoir présenté une signature falsifiée, qu’il avait démissionné. Quelques minutes après, depuis un aéroport costaricien, Zelaya a informé de ce qu’il se passait et a démenti catégoriquement avoir démissionné. Les conspirateurs se couvraient de ridicule aux yeux du monde.

Bien d’autres choses se sont déroulées aujourd’hui. CubaVisión s’est consacrée presque toute entière à démasquer le putsch, informant tout le temps notre population.

Certains faits ont revêtu un caractère nettement fasciste. Bien que prévisibles, ils ne cessent d’étonner.

La cible fondamentale des putschistes a été, après Zelaya, Patricia Rodas, la ministre hondurienne des Affaires étrangères. Ils ont dépêché un autre détachement chez elle. Courageuse et résolue, elle a agi vite et n’a pas perdu une minute pour dénoncer le putsch par tous les moyens.

Notre ambassadeur, Juan Carlos Hernández, était entré en contact avec elle pour s’informer de la situation, comme l’ont fait d’autres ambassadeurs. À un moment donné, elle a demandé aux représentants diplomatiques du Venezuela, du Nicaragua et de Cuba de la rejoindre, car, férocement harcelée, elle avait besoin d’une protection diplomatique. Notre ambassadeur, qui avait été autorisé dès le premier instant à offrir le plus grand appui possible à la ministre constitutionnelle et légale, s’est alors rendu chez elle.

Alors que les ambassadeurs étaient déjà avec elle, le commandement putschiste envoie le commandant Oceguera l’arrêter. Les ambassadeurs forment un écran devant elle et informent le militaire qu’elle se trouve sous protection diplomatique et qu’elle ne se déplacera qu’en leur compagnie. Oceguera discute avec eux respectueusement. Quelques minutes après, de douze à quinze hommes en battle-dress et encagoulés pénètrent dans la résidence. Les trois ambassadeurs font alors bloc autour de Patricia ; les encagoulés agissent brutalement et parviennent à séparer les ambassadeurs vénézuélien et nicaraguayen, mais le nôtre, Hernández, est accroché si fort à son bras que les encagoulés les traînent tous les deux jusqu’à une fourgonnette, les conduisent jusqu’à la base aérienne, parviennent à les séparer et emmènent Patricia. Alors que notre ambassadeur est arrêté, Bruno Parrilla, notre ministre des Relations extérieures, qui a eu des nouvelles de l’enlèvement, parvient à l’avoir sur son portable, mais un des encagoulés tente brutalement de le lui arracher. Notre ambassadeur, qui avait déjà reçu des coups chez Patricia, lui crie : « Ne me bouscule pas, cojones ! » Je ne me rappelle pas si Cervantès a déjà utilisé ce mot, mais notre ambassadeur Juan Carlos Hernández a sûrement enrichi notre langue.

Après, les encagoulés l’ont abandonné sur une route, loin de l’ambassade, et l’ont averti avant de le libérer que s’il parlait, il risquait de lui arriver quelque chose de pire. « Rien n’est pire que la mort ! », leur a-t-il rétorqué dignement, « et pourtant vous ne me faites pas peur. » Les habitants de l’endroit l’ont aidé à regagner l’ambassade d’où il est aussitôt entré de nouveau en contact avec Bruno.

On ne peut négocier avec les hauts gradés putschistes. Il faut exiger leur démission, et que des officiers plus jeunes et non compromis avec l’oligarchie se substituent à eux. Sinon, il n’y aura jamais de gouvernement « du peuple, par le peuple et pour le peuple » au Honduras.

Les putschistes, acculés et isolés, n’ont aucune échappatoire possible si on leur fait face avec fermeté.

Jusqu’à Mme Clinton a déclaré dans l’après-midi que Zelaya était le seul président hondurien. Et les putschistes, sans l’appui des États-Unis, n’osent même pas respirer.

Encore en pyjama voilà quelques heures, Zelaya sera reconnu par le monde entier comme le seul président constitutionnel du Honduras.

Fidel Castro Ruz
28 juin 2009
18 h 14
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Yon tè pou OBAMA,tanttativ putsch lan Ondiras.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Yon tè pou OBAMA,tanttativ putsch lan Ondiras.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Yon tè pou OBAMA,tanttativ putsch lan Ondiras.
» Obama en chute libre ...
» Afghanistan: Le Vietnam d'Obama?
» Première Pub de la campagne d'obama ou Le rêve américain
» Obama fait campagne sous la pluie alors que McCain annule...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti :: Haiti :: Espace Monde-
Sauter vers: