Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

FOROM AYITI : Tèt Ansanm Pou'n Chanje Ayiti.
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  PortailPortail  CalendrierCalendrier  PublicationsPublications  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 RETRO MIZIK

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 16 ... 31  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: RETRO MIZIK   Mar 4 Aoû 2009 - 13:05

Rappel du premier message :



EN 2004 YO SANBA PWAN LA WI POU YO CHANJE YUN NASYON CHANJE MANTALITE.....


Dernière édition par zouke le Ven 1 Juil 2011 - 12:35, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas

AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Re: RETRO MIZIK   Lun 17 Aoû 2009 - 2:42

Vous permettez, Monsieur


by Salvatore Adamo

Aujourd'hui, c'est le bal des gens bien.
Demoiselles, que vous êtes jolies!
Pas question de penser aux folies:
les folies sont affaires de vauriens.
On n'oublie pas les belles manières,
on demande au papa s'il permet;
et comme il se méfie des gourmets,
il vous passe la muselière.

{Refrain:}
Vous permettez, Monsieur,
que j'emprunte votre fille?
Et, bien qu'il me sourie,
moi, je sens qu'il se méfie.
Vous permettez, Monsieur?
Nous promettons d'être sages
comme vous l'étiez à notre âge
juste avant le mariage.

Bien qu'un mètre environ nous sépare,
nous voguons par-delà les violons.
On doit dire, entre nous, on se marre
à les voir ajuster leurs lorgnons.

{Refrain}

Que d'amour dans nos mains qui s'étreignent!
Que d'élans vers ton cœur dans le mien!
Le regard des parents, s'il retient,
n'atteint pas la tendresse où l'on baigne.

{Refrain}
Nous promettons d'être sages
comme vous l'étiez à notre âge
juste avant le mariage.
{2x}
https://www.youtube.com/watch?v=O70E5PYved4 https://www.youtube.com/watch?v=O70E5PYved4
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: RETRO MIZIK   Lun 17 Aoû 2009 - 2:48

À demain sur la lune


by Salvatore Adamo

A demain sur la lune
Aux quatre coins des dieux
A demain sur la lune
A trois bornes des cieux

Il y aura un carrosse
Qui nous emmènera
Voir mes rêves de gosse
Et tu t'y reconnaîtras
Et pour toi ma jolie
Le vent, ce magicien
Jouera une symphonie
De mille musiciens

A demain sur la lune...

Là nous verrons la Terre
Comme une boule de Noël
Se balancer légère
Au grand sapin du ciel
Et d'étoile en étoile
Nos chevaux voleront
A l'heure où le ciel se voile
De mille rêves blancs {blonds?}

A demain sur la lune...

Le vent te couvrira
D'un voile de dentelles
Et tu t'endormiras
Dans la nuit la plus belle
Moi moi moi je te bercerai
J'attendrai ton réveil
Puis je t'embrasserai
A la barbe du soleil

A demain sur la lune...
A demain sur la lune...
{ad lib}
https://www.youtube.com/watch?v=P90sDHWtjnU
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: RETRO MIZIK   Lun 17 Aoû 2009 - 3:04

Quand les ROSES
ADAMO

www.casadei.fr/en/iso_album/photoadamo_3_350x0.jpg" style="width: 86px;height: 129px" border="0">


Quand les roses fleurissaient,
sortaient les filles.
On voyait dans tous les jardins
danser les jupons.
Puis les roses se fanaient,
rentraient les filles
pour passer dans leur doux écrin
le temps des flocons.

C'était charmant, c'était charmant,
c'était charmant, le temps des roses,
quand on y pense, paupières closes.

Mais les roses d'aujourd'hui
sont artificielles,
et les filles vont cueillir des fleurs
été comme hiver.
Elles ne supportent plus l'ennui,
ces demoiselles.
Elles se griment le corps et le cœur
et vont prendre l'air.
https://www.youtube.com/watch?v=9nih_2OMGpM
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: RETRO MIZIK   Mar 18 Aoû 2009 - 2:23

Déborah


by Michel Sardou

Si tu allumes tous mes copains
Comme des chandelles à la Toussaint,
Déborah, Déborah,

Prends garde à mes coups de colère.
Ils sonnent comme éclate un tonnerre,
Déborah, Déborah.

Si j'en trouve un dans mon peignoir,
Les cheveux collés, les yeux hagards,
Déborah, ça ira mal pour toi.

La première fois, ça m'a fait rire.
Le pauvre gars n'savait plus quoi dire.
Déborah, il était plus gêné que moi.

Si tu as le feu quelque part,
Si tu n'peux pas rester un soir
Sans un homme avec toi
Fais-toi engager cantinière
Au corps des légions étrangères.
Déborah, oublie-moi.

Je n'peux pas te traiter de putain
Parce que je suis loin d'être un saint,
Mais, dis-moi, Déborah,
Si tu allumes tous mes copains
Comme le feu dans un bois de sapins
Déborah, comment appelles tu ça ?

J'en ai marre de savoir le soir
Qu'un type est planqué dans l'armoire,
Déborah, Déborah,

Et pour te dire la vérité,
J'ai peur qu'il en meurt étouffé,
Déborah, Déborah.

Jure-moi qu'cette fois
C'est bien fini,
Qu'on n'sera
Qu'tous les deux dans mon lit.
Déborah, jure-le moi

Et un bon conseil, entre nous,
Souviens-toi de Pierre et du loup,
Déborah,
Déborah, il le dévora.

C'est mon dernier avertissement.
Après tu dégages comme le vent
Déborah, Déborah.

Même si je ne suis jamais jaloux,
Souviens-toi de Pierre et du loup,
Déborah, Déborah, Déborah,
Déborah il le dévora.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: RETRO MIZIK   Mar 18 Aoû 2009 - 2:27

Je veux l'épouser pour un soir


by Michel Sardou

Je veux l'épouser pour un soir,
Mettre le feu à sa mémoire,
L'épuiser d'amour et disparaître dans la nuit,
Comme un voleur, comme un bandit.
Je veux l'épouser pour un soir
Et l'oublier un peu plus tard.

Je voudrais aimer une enfant,
Une fiancée de hasard
Que je croiserais en passant
Dans un gala de quelque part.
Je voudrais aimer une enfant
Qui, dans sa robe des dimanches,
Me défierait du premier rang
Avec les yeux de l'insolence.

Je veux l'épouser pour un soir,
Mettre le feu à sa mémoire,
L'épuiser d'amour et disparaître dans la nuit,
Comme un voleur, comme un bandit.
Je veux l'épouser pour un soir
Et l'oublier un peu plus tard.

Je voudrais aimer une enfant
Qui me ressemblerait un peu,
Qui saignerait du même sang,
Qui brûlerait du même feu.
Oh, je voudrais aimer une enfant
Pour quelques heures pour le plaisir,
La prendre un soir à ses parents
Et, dans mes bras, la voir dormir.

Je veux l'épouser pour un soir,
Mettre le feu à sa mémoire,
L'épuiser d'amour et disparaître dans la nuit,
Comme un voleur, comme un bandit.
Je veux l'épouser pour un soir
Et l'oublier un peu plus tard.

Je veux l'épouser pour un soir
Et divorcer un peu plus tard.
https://www.youtube.com/watch?v=TcHTFdjHKOU
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: RETRO MIZIK   Mar 18 Aoû 2009 - 2:32

Mourir de plaisir


by Michel Sardou

Et mourir de plaisir {x3}

Poser les mains sur un visage,
Vouloir et ne pas oser
Puis s'aventurer davantage
Au risque de tout briser,
Souffrir à force de s'étreindre
Et se confondre dans la nuit,
Souffrir sans gémir ou se plaindre
Sans un cri

Et mourir de plaisir {x2}

S'étendre à demi-mort de peur,
Se réchauffer par des mots,
Des mots qui retiennent les heures
Et sans trouver le repos,
Souffrir à force de s'attendre
Et tomber jusqu'à l'agonie,
Souffrir encore plus et se rendre
Dans un cri

Et mourir de plaisir {x2}

Et dormir {x4}
https://www.youtube.com/watch?v=m6p0FlidGEg
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: RETRO MIZIK   Mar 18 Aoû 2009 - 2:38

Une lettre à ma femme pour tout lui expliquer


by Michel Sardou

Si tu pars avant moi,
Promets-moi, par un signe,
De me dire où tu vas,
De me dire ce qu'il y a.
Si tu restes toi-même
Et si tu me vois vivre,
Si je suis le premier,
Pour ne pas te faire peur,
Je viendrai me glisser,
Quand tu t'endormiras,
Au creux de ta chaleur,
Un frisson dans un rêve,
Tu sauras que c'est moi.

Une lettre à ma femme
Pour tout lui expliquer,
Pour lui dire que je l'aime
Autant qu'au premier jour,
Que je suis toujours là
Que je n'ai pas changé,
Sinon de la fatigue
Et quelques illusions
Qui se sont égarées...

Un frisson dans un rêve
Si je pars avant toi,
Un sourire sur tes lèvres
Tu sauras que c'est moi.

Une lettre à ma femme
Au hasard d'un voyage
Pour lui dire qu'il n'y a pas
D'histoire à pardonner,
Que je n'ai jamais vu
D'aussi jolis yeux qu'elle
Sinon, il y a longtemps,
Un visage et un nom
Qui se sont effacés.

Une lettre à ma femme
Pour lui dire en deux lignes
Que c'est la seule au monde
Qui m'ait vraiment aimé,
Qui a su tout comprendre
Avant même que j'y pense
Y compris mes silences
Et quelque illusions
Qui se sont envolées.

Un frisson dans un rêve,
Si je pars avant toi,
Un sourire sur tes lèvres,
Tu sauras que c'est moi.
https://www.youtube.com/watch?v=_j9sl41OVGA
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: RETRO MIZIK   Mar 18 Aoû 2009 - 2:57

Paroles Je Vole


Michel Sardou


Artiste: Michel Sardou
Chanson: Je Vole

Mes chers parents
Je pars
Je vous aime mais je pars
Vous n'aurez plus d'enfant
Ce soir
Je n' m'enfuis pas je vole
Comprenez bien je vole
Sans fumée sans alcool
Je vole je vole

C'est jeudi il est 5 heures 5
J'ai bouclé une petite valise
Et je traverse doucement l'appartement endormi
J'ouvre la porte d'entrée
En retenant mon souffle
Et je marche sur la pointe des pieds
Comme les soirs
Où je rentrais après minuit
Pour ne pas qu'ils se réveillent
Hier soir à table
J'ai bien cru que ma mère
Se doutait de quelque chose
Elle m'a demandé si j'étais malade
Et pourquoi j'étais si pâle
J'ai dis que j'était très bien
Tout à fait clair
Je pense qu'elle a fait semblant de me croire
Et mon père a souri

En passant à côté de sa voiture
J'ai ressenti comme un drôle de coup
Je pensais que ce s'rait plus dur
Et plus grisant un peu
Comme une aventure
En moins déchirant
Oh surtout ne pas se retourner
S'éloigner un peu plus
Il y a la gare
Et après la gare
Il y a l'Atlantique
Et après l'Atlantique

C'est bizarre cette espèce de cage
Qui me bloque la poitrine
Ca m'empêche presque de respirer
Je me demande si tout à l'heure
Mes parents se douteront
Que je suis en train de pleurer
Oh surtout ne pas se retourner
Ni des yeux ni de la tête
Ne pas regarder derrière
Seulement voir ce que je me suis promis
Et pourquoi et où et comment
Il est 7 heures moins 5
Je me suis rendormi
Dans ce train qui s'éloigne un peu plus
Oh surtout ne plus se retourner
Jamais
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: RETRO MIZIK   Mer 19 Aoû 2009 - 0:51

Hervé Vilard Reviens Lyrics:
Reviens, elle est là près de moi, elle est belle
Je te vois quand je suis avec elle
Après tout, après toi, je n'ai rien,
Tu sais bien
Reviens, on va vivre la main dans la main
C'est écrit sur les murs de la vie
C'est écrit c'est certain je l'oublie

J'ai gardé une place au soleil, pour toi, pour moi
Oui j'ai fait l'amour avec elle, de toi à moi
Reviens, on va vivre la main dans la main
L'aventure avec toi c'est si bien
Amoureux, malheureux, ça n'fait rien
C'est si bien
Reviens, elle est là, elle sourit, elle est belle
Elle est bien quand je suis avec elle
Elle est là près de moi et c'est toi
[ Find more Lyrics on www.mp3lyrics.org/TvEX ]
Que je vois

Oui, en aimant toutes celles qui m'ont pris
Dans leurs mains, dans leurs yeux, j'ai appris
On a qu'un seul amour dans la vie.
C'est la traversée du désert pour toi, pour moi
On a bien raison de la faire, de toi à moi
Reviens, on va vivre la main dans la main
C'est écrit sur les murs de la vie
C'est certain c'est écrit je l'oublie
Je l'oublie c'est certain je crie
Reviens, on va vivre la main dans la main
L'aventure avec toi c'est si bien
Amoureux, malheureux, ça n'fait rien
C'est si bien
C'est pourquoi je crie
Reviens, on va vivre la main dans la main
C'est écrit sur les murs de la vie
Amoureux, malheureux, ça n'fait rien, ça n'fait rien
C'est pourquoi je crie
Amoureux, malheureux, ça n'fait rien
https://www.youtube.com/watch?v=kgE9uvLR_ic
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: RETRO MIZIK   Mer 19 Aoû 2009 - 0:59

Hervé Vilard Va pour l'amour libre Lyrics:
Il ne peut rien lui cacher
Mais à la façon dont elle le regarde
Il va sûrement l'embrasser
Mais qui a dit ça, que l'amour ça n'existait pas ?
On entendrait une mouche voler
Et quant à la façon dont ils se regardent
Il va sûrement l'épouser
Il doit lui dire ça, que l'amour les emportera
Elle doit l'écouter et pense que c'est l'été

Va, allez, va pour l'amour libre
Toi et moi on dirait deux étrangers, là
Entre elle et toi il y a la fureur de vivre
Et ne me dis pas que l'amour ça n'existe pas
Entre ces deux-là c'est une réalité
[ Find more Lyrics on www.mp3lyrics.org/CN4v ]

En face, au café de Flore
Regarde-les, tu vas tout comprendre
Ils s'embrassent encore plus fort
Et toi tu trembles, Dieu que cet amour est tendre
Ils sont enlacés, c'est une exclusivité

Va, allez, va pour l'amour libre
Toi et moi on dirait deux étrangers, là
Entre elle et toi il y a la fureur de vivre
Et ne me dis pas que l'amour ça n'existe pas
Entre ces deux-là c'est une réalité

Non ne me dis pas que l'amour ça n'existe pas
Entre ces deux-là c'est une réalité
Entre elle et toi il y a la fureur de vivre
Et ne me dis pas que l'amour ça n'existe pas
Entre ces deux-là c'est une réalité
Allez, va, pour l'amour libre
https://www.youtube.com/watch?v=QCKnLJ2lM1Q
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: RETRO MIZIK   Mer 19 Aoû 2009 - 1:01

Hervé Vilard Méditerranéenne Lyrics:
[Refrain:]
Ma vie sera la tienne, Méditerranéenne
Aux Saintes-Maries que j'aime
Y a danger pour l'étranger !

T'as sur le front la croix de ton village
Et deux grands yeux noirs qui me dévisagent
Qui t'a donné ce déhanché toi qui es née
Entre les vignes et les champs d'oliviers ?
Dans ta famille on aime les orages
Les flamands roses et les chevaux sauvages
Eparpillés, ensoleillés, ensorcelés
Comme le sont tous les gens du voyage
Viens me rejoindre à la nuit, mais prends garde
Car tu sais bien que ton frère nous regarde
Qu'il t'a juré : y a danger pour l'étranger !
Méditerranéenne, mais qu'est-ce que tu es belle
[ Find more Lyrics on www.mp3lyrics.org/CiiM ]
Ce parfum de Bohème je l'aimerai puisque tu m'aimes
[au Refrain]

Mais j'ai envie de courir dans les vagues
Et de crier sous le ciel de Camargue
Qui t'a donné ce déhanché, la majesté d'être nu-pieds
Au milieu des gitanes ?
A la tombée du jour, le feu, les flammes
Raniment l'amour dans le cœur des femmes
Quand tu es triste, un guitariste, un violoniste
Est toujours là pour jouer du vague à l'âme
Viens me rejoindre à la nuit mais prends garde
Car tu sais bien que ton frère nous regarde
Qu'il t'a juré : y a danger pour l'étranger !
Méditerranéenne, les guitares se souviennent
La mer est dans la plaine aux Saintes-Maries que j'aime

Ma vie sera la tienne, Méditerranéenne
Ce parfum de Bohème je l'aimerai puisque tu m'aimes
[au Refrain]
La la la la la...
https://www.youtube.com/watch?v=IeTPta42el4
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: RETRO MIZIK   Mer 19 Aoû 2009 - 1:08

Hervé Vilard Capri, c'est fini Lyrics:
Nous n'irons plus jamais,
Où tu m'as dit je t'aime,
Nous n'irons plus jamais,
Comme les autres années,
Nous n'irons plus jamais,
Ce soir c'est plus la peine,
Nous n'irons plus jamais,
Comme les autres années;
Capri, c'est fini,
Et dire que c'était la ville
De mon premier amour,
Capri, c'est fini,
Je ne crois pas
Que j'y retournerai un jour.
Capri, c'est fini,
Et dire que c'était la ville
De mon premier amour,
Capri, c'est fini,
Je ne crois pas
Que j'y retournerai un jour.

Nous n'irons plus jamais,
Où tu m'as dit je t'aime,
Nous n'irons plus jamais,
Comme les autres années;
Parfois je voudrais bien,
Te dire recommençons,
Mais je perds le courage,
Sachant que tu diras non.
Capri, c'est fini,
Et dire que c'était la ville
De mon premier amour,
Capri, c'est fini,
[ Find more Lyrics on www.mp3lyrics.org/UGhs ]
Je ne crois pas
Que j'y retournerai un jour.
Capri, c'est fini,
Et dire que c'était la ville
De mon premier amour,
Capri, c'est fini,
Je ne crois pas
Que j'y retournerai un jour.

Nous n'irons plus jamais,
Mais je me souviendrais,
Du premier rendez-vous,
Que tu m'avais donné,
Nous n'irons plus jamais,
Comme les autres années,
Nous n'irons plus jamais,
Plus jamais, plus jamais.
Capri, c'est fini,
Et dire que c'était la ville
De mon premier amour,
Capri, c'est fini,
Je ne crois pas
Que j'y retournerai un jour.
Capri, oh c'est fini,
Et dire que c'était la ville
De mon premier amour,
Capri,oh c'est fini,
Je ne crois pas
Que j'y retournerai un jour.

Oh capri, oh c'est fini,
Et dire que c'était la ville
De mon premier amour
Oh capri, c'est fini,
Je ne crois pas
Que j'y retournerai un jour.
Oh capri, oh c'est fini,
Et dire que c'était la ville
De mon premier amour
Oh capri, c'est fini,
Je ne crois pas
Que j'y retournerai un jour
https://www.youtube.com/watch?v=4TP3u0rNkys
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: RETRO MIZIK   Mer 19 Aoû 2009 - 1:11

Hervé Vilard Mourir ou vivre Lyrics:
De nouveau, on me quitte encore,
Je ne suis jamais le plus fort,
Je suis celui qui par malheur,
Passe sa vie de cœur en cœur,
C'est à croire que je suis puni,
C'est à croire que l'amour m'oublie,
C'est à croire, c'est à croire,
C'est à croire,
Je ne sais plus.

Faut-il mourir ou vivre,
Quand on a du chagrin ?
Faut-il mourir ou vivre ?
Je ne sais plus très bien.

Réponds, moi je veux vivre,
T'avoir auprès de moi,
Faut-il mourir ou vivre
[ Find more Lyrics on www.mp3lyrics.org/viJv ]
Pour que l'amour ne nous quitte pas ?
Car la peine est là chaque instant,
Et mon rire ne vit qu'un moment,
Avec moi, je lutte parfois,
Hélas, je perds chaque fois,
C'est à croire que l'amour m'oublie,
C'est à croire que je suis puni,
C'est à croire, c'est à croire, c'est à croire,
Je ne sais plus.

Faut-il mourir ou vivre,
Quand on a du chagrin ?
Faut-il mourir ou vivre ?
Je ne sais plus très bien,

Reviens, moi je veux vivre,
T'avoir auprès de moi,
Faut-il mourir ou vivre ?
C'est toi qui me le diras,
Reviens, moi je veux vivre,
T'avoir auprès de moi,
Faut-il mourir ou vivre ?
C'est toi qui me le diras,
Reviens, moi je veux vivre
https://www.youtube.com/watch?v=W04BsSgYpqM
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: RETRO MIZIK   Mer 19 Aoû 2009 - 14:13

POUR MON AMI DEZA

NEMOUR JN BAPTISTE

TITRE ROUGE ET BLAN

https://www.youtube.com/watch?v=w9VtDBUHN-0
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: RETRO MIZIK   Mer 19 Aoû 2009 - 14:16


Nemours Jean-Baptiste
Né le 2 février 1918 à Port-au-Prince ,Décédé le 18 mai 1985 à Port-au-Prince
Musicien créatif, chef d'orchestre, compositeur. C'est aussi l'inventeur patenté du "Konpa direk", le rythme urbain, contemporain le plus célèbre du terroir.

Nemours est sans doute la figure la plus emblématique, la plus adulée et, aussi la plus controversée de la musique haïtienne moderne. Et pourtant, comme tous les grands de toutes les époques et de partout; il n'avait qu'une idée, faire de la musique. Et même s'il s'est révélé parmi les plus doués de sa génération, il sera ainsi dans la foulée d'une pléiade d'innovateurs. Il est aussi le baroudeur chargé de déblayer le terrain pour se placer impérialement à l'avant-garde d'une époque sans précédent, d'où il a su mettre en oeuvre son génie pour gratifier du "konpa dirèk", le plus dansé des rythmes urbains du terroir.
Ainsi différemment des: Chuck Berry, Little Richard etc; ces initiateurs du rock & roll qui se sont fait approprier de leur invention., Nemours lui même assuma la responsabilité de sa progéniture dès les premiers balbutiements. Même si son impact fut aussi minimisé par ses compétiteurs de l'époque, jaloux sûrement qu'il leur ait volé la vedette; cherchant même à confondre astucieusement le public sur la vraie origine du "compas-driver"
Durant la deuxième décennie du 20e sc; un nouveau roi naquit à la rue des Fronts Forts. Quartier d'anciens combattants, chevaliers sans peur..; sambas et simbies, conquérants et aspirants. Et d'un pionnier de souche, en effet l'ombre de Mr François Guignard, maître musicien, domine le voisinage du petit Nemours. Car entre ses multiples responsabilités familiales. "père Guignard" s'attale aussi à la revalorisation de la musique de climat, avec son groupe bastringue <>. C'est encore un instructeur scrupuleux, musicien polyvalent et un initiateur d'envergure qui fabrique un petit banjo, qu'un seul gosse de la cour a eu l'audace de le jouer.
C'est Nemours, proche ami de son fils Aîné Félix "féfé" Guignard. Son père cordonnier travaille pour l'éduquer en compagnie de son frère Monfort et de sa soeur Altagrace. Entre temps, l'adolescent Nemours s'applique aux études et pratique occasionnellement le métier de coiffeur. Tout en continuant avec "féfé" un duo de trouvères, doté de banjo et d'accordéon qui s'en va sérénader différends recoins du pays. Il continue à traîner dans l'entourage du <> attendant son heure, où, il côtoie copieusement le guitariste Antoine Duverger, le saxophoniste Victor Flambert et des proches comme: Antoine St Armant et Chadavoine.
Ses randonnées buissonnières l'emmènent aussi aux Cayes dans un bref "stint" avec le groupe de Barrateau Destinoble pour lequel il gratte les cordes. Il en profite sous le contrôle de ce dernier de continuer à familiariser avec le sax. Sa première initiative personnelle fut le <> avec lequel il prouve sa capacité de "strings man" (homme des cordes").Mais déjà il est plus intéressé à se montrer en souffleur, avec la possibilité de se mettre en vedette et d'être mieux rémunéré. L'occasion se présenta lorsqu'il est appelé à rallier l' <> avec son meneur le claviériste Robert Camille et son chanteur-vedette Joe "atomik" Lavaud.
Malgré tout, il finit par s'imposer en maestro et, pour n'en vouloir faire qu'a sa tête, il est éjecté du groupe par un noyau constitué de son frère, le contrebassiste Monfort, sous la menée du trompettiste Kesnel Hall. Cette affaire tourna au chaud, lorsque c'est sous la demande d'un tribunal, que le maestro novice rendit le sax alto qu'il avait confisqué. Amer, il s'en va former l'<> Sahieh, bien que cette tentative émotionnelle fut de durée éphémère. D'un coup, pistonné par Issa, il atterrit dans l'<> qu'il finit par abdiquer le contrôle. Inassouvi, il recrute Gérard Dupervil (voix et piston), son jeune protégé Wébert Sicot (sax, trombone) et entre autres, le superlatif Antal Murat dans son fameux <>., dans l'exploration des couleurs afrolationes.
Mais on est en plein coeur de l'épopée indigéniste et le groupe éclata après le désistement collectif dont fut responsable son grand ami Antalcidas Oréus Murat. Dès cet instant, il promit de faire des vagues à Antal et aussi à Saint Aude qui le lui a chipé pour le compte du <>>. A l'étape subséquente, il s'associe à Jean Numarque, propriétaire de boite de nuits et homme-orchestre à ses heures, qui l'offre un cadre attrayant à Kenscoff, pour expérimenter de nouvelles approches. A ce carrefour, il se sert de Frank Briol, Julien Paul, Louis Lahens, Walter Thadal, les Frères Mozart et Kretzer Duroseau etc. Mais le succès ne se fait pas attendre et Nurmarque inaugure un nouveau night club à Mariani, baptisé "Aux calebasses" avec son plafond au décor bucolique, fait de "calebasses" multicolorées, qui devint le fief du chef d'orchestre autodidacte, et d'un maestro désormais conquérant. Il y installe son << Ensemble aux calebasses>> déjà à l'entame de quelques flots. En s'imposant en chef de file, pour faire triompher l'originalité dans un climat enrichi de pluridimensionnalité.
Ce fut donc la conquête du " danse kare" une variante de l'ancien carabinier, (cher au fondateur de la patrie), mué en meringue, à laquelle Nemours apporta d'autres innovations que les fans appelèrent tout simplement <>. Mais qui ne fut rien d'autre que les premiers balbutiements du konpa dirèk. Nouveau rythme trépidant qui alla déboucher sur une symbiose du tempo ternaire de souche autochtone. Une meringue syncopée à subdivision binaire, d'orientation simplifiée, dite <>, sans aucune autre interférence d'une troisième mesure. La désignation de ce vocable pour identifier ce rythme fut pour la première fois utilisé par le trompettiste René Diogène venait consulter, concernant une partition difficile à appréhender.
C'est alors que Nemours qui était présent, se vanta de sa nouvelle formule qui n'avait rien de compliqué. Avec son utilisation du tambour, comme vecteur moteur. Diogène répliqua: << toi tu n'a pas à t'en faire, tu ne joues que du "compas">>. Ce que le maestro allait lui même apprécier, en adoptant ce nom sur le champ. Autre innovation de Nemours: l'introduction du "Gong". A la manière de la Grosse Caisse de musique bastringue par voie martiale. Il servait au découpage du tempo, le modifiant chaque fois qu'il tombait dans l'ornière. Tandis que le tambour exprimait la conception rythmique. L'identification tonale du 5/3, sans coda.
Nemours fut aussi le premier à intégrer les instruments amplifiés, dont la basse et guitare électriques, jamais encore utilisées dans le music hall local. Au lieu de célébrer ses innovations, ses concurrents le taxèrent d'imposteur. Mais, continuant allègrement son chemin, le maestro n'en démordit point, il était convaincu d'avoir trouvé les formules d'un public qui lui sut gré d'avoir livré la marchandise au moment opportun. En effet, dès 1955, le konpa était lancé à la conquête de toutes les couches sociales du pays. Entre-temps c'est la rupture avec Jean Numarque, et le maestro introduit pour la première fois son ensemble le 29 juillet 1955, sur la place Ste Anne.
Flanqué de Kretzer, Mozart, Richard Duroseau Thadal, Tallès, Briol, R. Gaspard, Domingue, Napoléon, D. Boston, Lahens, P. Blain etc. Cependant, comme tout nouveau conquérant, il était sans cesse en butte aux assauts des compétiteurs. D'abord le <> qu'il avait lui même antagonisé parce que la bande à Saint Aude était d'un niveau supérieur, comme le ghota de la polyrythmie locale. Dans un répertoire constitué de: raboday, mayi yanvalou, pétro, banda, meringue, congo, boléro. Ainsi que dans des excursions exotiques. Puis de W. Sicot qui l'attaqua en premier, en voulant profiter lui même du momentum qui allait faire du konpa dirèk la vague dominante.
Contrairement à ce qu'avanceront les puristes, l'émergence du konpa fut une percée positive à une époque où la scène musicale haïtienne regorgeait de talents. Une abondance de grands musiciens et de groupes, tel le <>, explorait les richesses des rythmes ancestraux. Ainsi que d'autres groupes d'envergure comme: Le <>, <>, <>, <> etc., qui rayonnaient d'excellence.
Le konpa de Nemours vint freiner la vogue des musiques cubaines et dominicaines, toutes équipés de leur armada moderne qu'on dansait sans coup férir dans les salons. Car à l'époque, les groupes locaux n'enregistraient presque pas, alors que s'écoulaient sur le marché local, les vinyls, 78 et 33 tours des groupes latins divers tels: << La Seniora Matancera>>, Perez Prado, Celia Cruz le <> de Angel Viloria avec son fandango; qui résonnaient des phonographes ou " pick ups" dominateurs des bals privés. Rejetant toute imitation servile, Nemours est allé au delà du folklorisme, avec une inclinaison marquée pour le show-business. Une approche similaire à celle qui se dessinait à la même époque aux Etats-Unis où le rock & roll faisait ombrage aux tendances: jazz, soul, be-bop, blues etc.
Ainsi, Nemours, musicien et compositeur de flair, multi-instrumentiste et showman, a vite compris tout cela, et bien mieux que personne. Il endigua le flot de paramètres d'outre-mer et, relégua à l'arrière scène les meilleurs musiciens du moment. Comme saxophoniste même s'il n'est pas de la catégorie des virtuoses, il se permettait quand même de longs solos, de son sax ténor. Son jeu basé sur la justesse et la fluidité du tempo avec, de surcroît, les accommodements essentiels d'un apport mélodique et rythmique firent de lui un maestro et arrangeur complet.Trônant allègrement, même à l'extérieur, il fit du konpa un rythme à part entière, au même titre que les multiples rythmes d'Haïti.
Après avoir régné durant un lustre avec son orchestre, Nemours devait faire face dès la fin des années 1960, à la montée des mi-jazz, qui éventuellement lui ravirent son public jeunot. Ayant eu administré ce revers au <>, il savait plus que personne ce que c'était que d'être talonné par une nouvelle génération. IL l'avait d'ailleurs déclaré à Wagner Lalanne: "l'essentiel, c'est de savoir se retirer à temps." Plutôt que de se faire emporter par la vague mini, il décida de s'expatrier à New York en 1969. Au "state" il trouva une communauté en gestation, que Raymond et Wébert Sicot, Raoul Guillaume (en exil) les Duroseau: Mozart et Richard etc., avaient déjà fait leur nid. Il forma un combo qui fit les délices de ses anciens admirateurs immigrés et exilés.
Notamment, au club "Casa Boriquen" de Brooklyn et "Casa Caribe" a Manhattan. il revint immédiatement au pays, usé, livré à lui-même, la vue endommagée. il essaya tant bien que mal de reconstituer un groupe sous le nom de "Super combo", et se payait même le luxe d'un ultime succès avec le morceau gason nou nan ka. Mais ce ne fut pas le même enthousiasme chez les adeptes, et les sérieux problèmes économiques dus à l'absence d'un système de retraite ou d'assurance, n'étaient pas pour arranger les choses. Quelques compatriotes essayèrent d'établir une suscription à son nom, dans le but de l'aider à couvrir les frais d'une intervention chirurgicale à l'étrager. Son et compétiteur des jours de gloire, Wébert Sicot, avec lequel il produisit un dernier album: "Union", l'accompagna dans cette dernière tentative de restaurer sa vision. Il finit neanmoins par sombrer dans la cécité.
Ce monument de la musique haïtienne connut une fin marquée de privations. La commercialisation de ses innombrables oeuvres aurait une retraite paisible dénuée de tout souci matériel. Hélas, ce compositeur prolifique a été littéralement pillé: groupe et artistes dominicains et porto-ricains ont interprété ses composition, et la plupart, n'ont même pas eu la décence de les lui accréditer.
En léguant le konpa dirèk Nemours traça un chemin qui l'a amené dans la légende de la musique nationale par la grande porte. A l'instar d'un Occilus Jeanty, le père de l'écriture orchestrale haïtienne, d'un A. Bruno, d'un J. Elie, ou encore d'un F. Guignard, d'un Sahieh, d'un Antal Cidas etc, il a été à la source de l'authenticité, de l'originalité et de la renaissance des rythmes natifs. Parmi tous ces géants qui ont montré la voie, Nemours fut l'un des plus déterminants. Il illustra une approche toute personnelle et fit la différence entre sophistication, inventivité et parfois même, l'austérité, des groupes: <>, <>, et bien d'autres. Il y apporta tant de décontraction, d'intelligence et de facilité que du moment où il apparut avec sa "marque déposée", il a été le plus calqué, le plus suivi de son époque. Pour avoir inventé la grandeur, le style et une identification musicale ambiante du terroir, il demeure un innovateur hors-pair, l'architecte du rythme urbain le plus populaire d'Haïti..
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: RETRO MIZIK   Mer 19 Aoû 2009 - 14:37

Hommage à Nemours Jean Baptiste
Occasion 50 ans du Compas


le 2 février 1918 à Port-au-Prince
Décédé le 18 mai 1985 à Port-au-Prince
Musicien créatif, chef d'orchestre, compositeur. C'est aussi l'inventeur patenté du "Konpa direk", le rythme urbain, contemporain le plus célèbre du terroir.


Nemours est sans doute la figure la plus emblématique, la plus adulée et, aussi la plus controversée de la musique haïtienne moderne. Et pourtant, comme tous les grands de toutes les époques et de partout; il n'avait qu'une idée, faire de la musique. Et même s'il s'est révélé parmi les plus doués de sa génération, il sera ainsi dans la foulée d'une pléiade d'innovateurs. Il est aussi le baroudeur chargé de déblayer le terrain pour se placer impérialement à l'avant-garde d'une époque sans précédent, d'où il a su mettre en oeuvre son génie pour gratifier du "konpa dirèk", le plus dansé des rythmes urbains du terroir.
Ainsi différemment des: Chuck Berry, Little Richard etc; ces initiateurs du rock & roll qui se sont fait approprier de leur invention., Nemours lui même assuma la responsabilité de sa progéniture dès les premiers balbutiements. Même si son impact fut aussi minimisé par ses compétiteurs de l'époque, jaloux sûrement qu'il leur ait volé la vedette; cherchant même à confondre astucieusement le public sur la vraie origine du "compas-driver"
Durant la deuxième décennie du 20e sc; un nouveau roi naquit à la rue des Fronts Forts. Quartier d'anciens combattants, chevaliers sans peur..; sambas et simbies, conquérants et aspirants. Et d'un pionnier de souche, en effet l'ombre de Mr François Guignard, maître musicien, domine le voisinage du petit Nemours. Car entre ses multiples responsabilités familiales. "père Guignard" s'attale aussi à la revalorisation de la musique de climat, avec son groupe bastringue <<Jazz Guignard>>. C'est encore un instructeur scrupuleux, musicien polyvalent et un initiateur d'envergure qui fabrique un petit banjo, qu'un seul gosse de la cour a eu l'audace de le jouer.
C'est Nemours, proche ami de son fils Aîné Félix "féfé" Guignard. Son père cordonnier travaille pour l'éduquer en compagnie de son frère Monfort et de sa soeur Altagrace. Entre temps, l'adolescent Nemours s'applique aux études et pratique occasionnellement le métier de coiffeur. Tout en continuant avec "féfé" un duo de trouvères, doté de banjo et d'accordéon qui s'en va sérénader différends recoins du pays. Il continue à traîner dans l'entourage du <<Jazz Guignard>> attendant son heure, où, il côtoie copieusement le guitariste Antoine Duverger, le saxophoniste Victor Flambert et des proches comme: Antoine St Armant et Chadavoine.
Ses randonnées buissonnières l'emmènent aussi aux Cayes dans un bref "stint" avec le groupe de Barrateau Destinoble pour lequel il gratte les cordes. Il en profite sous le contrôle de ce dernier de continuer à familiariser avec le sax. Sa première initiative personnelle fut le <<Trio Anacaona>> avec lequel il prouve sa capacité de "strings man" (homme des cordes").Mais déjà il est plus intéressé à se montrer en souffleur, avec la possibilité de se mettre en vedette et d'être mieux rémunéré. L'occasion se présenta lorsqu'il est appelé à rallier l' <<orchestre Atomique>> avec son meneur le claviériste Robert Camille et son chanteur-vedette Joe "atomik" Lavaud.
Malgré tout, il finit par s'imposer en maestro et, pour n'en vouloir faire qu'a sa tête, il est éjecté du groupe par un noyau constitué de son frère, le contrebassiste Monfort, sous la menée du trompettiste Kesnel Hall. Cette affaire tourna au chaud, lorsque c'est sous la demande d'un tribunal, que le maestro novice rendit le sax alto qu'il avait confisqué. Amer, il s'en va former l'<<atomique Junior>> Sahieh, bien que cette tentative émotionnelle fut de durée éphémère. D'un coup, pistonné par Issa, il atterrit dans l'<<Orchestre Citadelle>> qu'il finit par abdiquer le contrôle. Inassouvi, il recrute Gérard Dupervil (voix et piston), son jeune protégé Wébert Sicot (sax, trombone) et entre autres, le superlatif Antal Murat dans son fameux <<Conjunto Internacional>>., dans l'exploration des couleurs afrolationes.
Mais on est en plein coeur de l'épopée indigéniste et le groupe éclata après le désistement collectif dont fut responsable son grand ami Antalcidas Oréus Murat. Dès cet instant, il promit de faire des vagues à Antal et aussi à Saint Aude qui le lui a chipé pour le compte du <<Jazz des Jeunes>>>. A l'étape subséquente, il s'associe à Jean Numarque, propriétaire de boite de nuits et homme-orchestre à ses heures, qui l'offre un cadre attrayant à Kenscoff, pour expérimenter de nouvelles approches. A ce carrefour, il se sert de Frank Briol, Julien Paul, Louis Lahens, Walter Thadal, les Frères Mozart et Kretzer Duroseau etc. Mais le succès ne se fait pas attendre et Nurmarque inaugure un nouveau night club à Mariani, baptisé "Aux calebasses" avec son plafond au décor bucolique, fait de "calebasses" multicolorées, qui devint le fief du chef d'orchestre autodidacte, et d'un maestro désormais conquérant. Il y installe son << Ensemble aux calebasses>> déjà à l'entame de quelques flots. En s'imposant en chef de file, pour faire triompher l'originalité dans un climat enrichi de pluridimensionnalité.
Ce fut donc la conquête du " danse kare" une variante de l'ancien carabinier, (cher au fondateur de la patrie), mué en meringue, à laquelle Nemours apporta d'autres innovations que les fans appelèrent tout simplement <<rythme aux calebasses>>. Mais qui ne fut rien d'autre que les premiers balbutiements du konpa dirèk. Nouveau rythme trépidant qui alla déboucher sur une symbiose du tempo ternaire de souche autochtone. Une meringue syncopée à subdivision binaire, d'orientation simplifiée, dite <<une-deux>>, sans aucune autre interférence d'une troisième mesure. La désignation de ce vocable pour identifier ce rythme fut pour la première fois utilisé par le trompettiste René Diogène venait consulter, concernant une partition difficile à appréhender.
C'est alors que Nemours qui était présent, se vanta de sa nouvelle formule qui n'avait rien de compliqué. Avec son utilisation du tambour, comme vecteur moteur. Diogène répliqua: << toi tu n'a pas à t'en faire, tu ne joues que du "compas">>. Ce que le maestro allait lui même apprécier, en adoptant ce nom sur le champ. Autre innovation de Nemours: l'introduction du "Gong". A la manière de la Grosse Caisse de musique bastringue par voie martiale. Il servait au découpage du tempo, le modifiant chaque fois qu'il tombait dans l'ornière. Tandis que le tambour exprimait la conception rythmique. L'identification tonale du 5/3, sans coda.
Nemours fut aussi le premier à intégrer les instruments amplifiés, dont la basse et guitare électriques, jamais encore utilisées dans le music hall local. Au lieu de célébrer ses innovations, ses concurrents le taxèrent d'imposteur. Mais, continuant allègrement son chemin, le maestro n'en démordit point, il était convaincu d'avoir trouvé les formules d'un public qui lui sut gré d'avoir livré la marchandise au moment opportun. En effet, dès 1955, le konpa était lancé à la conquête de toutes les couches sociales du pays. Entre-temps c'est la rupture avec Jean Numarque, et le maestro introduit pour la première fois son ensemble le 29 juillet 1955, sur la place Ste Anne.
Flanqué de Kretzer, Mozart, Richard Duroseau Thadal, Tallès, Briol, R. Gaspard, Domingue, Napoléon, D. Boston, Lahens, P. Blain etc. Cependant, comme tout nouveau conquérant, il était sans cesse en butte aux assauts des compétiteurs. D'abord le <<Jazz des Jeunes>> qu'il avait lui même antagonisé parce que la bande à Saint Aude était d'un niveau supérieur, comme le ghota de la polyrythmie locale. Dans un répertoire constitué de: raboday, mayi yanvalou, pétro, banda, meringue, congo, boléro. Ainsi que dans des excursions exotiques. Puis de W. Sicot qui l'attaqua en premier, en voulant profiter lui même du momentum qui allait faire du konpa dirèk la vague dominante.
PAGE 1
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: RETRO MIZIK   Mer 19 Aoû 2009 - 14:38

Contrairement à ce qu'avanceront les puristes, l'émergence du konpa fut une percée positive à une époque où la scène musicale haïtienne regorgeait de talents. Une abondance de grands musiciens et de groupes, tel le <<Jazz des Jeunes>>, explorait les richesses des rythmes ancestraux. Ainsi que d'autres groupes d'envergure comme: Le <<Riviera>>, <<El Rancho>>, <<Citadelle>>, <<El Sahieh>> etc., qui rayonnaient d'excellence.
Le konpa de Nemours vint freiner la vogue des musiques cubaines et dominicaines, toutes équipés de leur armada moderne qu'on dansait sans coup férir dans les salons. Car à l'époque, les groupes locaux n'enregistraient presque pas, alors que s'écoulaient sur le marché local, les vinyls, 78 et 33 tours des groupes latins divers tels: << La Seniora Matancera>>, Perez Prado, Celia Cruz le <<Tipico Cibeano>> de Angel Viloria avec son fandango; qui résonnaient des phonographes ou " pick ups" dominateurs des bals privés. Rejetant toute imitation servile, Nemours est allé au delà du folklorisme, avec une inclinaison marquée pour le show-business. Une approche similaire à celle qui se dessinait à la même époque aux Etats-Unis où le rock & roll faisait ombrage aux tendances: jazz, soul, be-bop, blues etc.
Ainsi, Nemours, musicien et compositeur de flair, multi-instrumentiste et showman, a vite compris tout cela, et bien mieux que personne. Il endigua le flot de paramètres d'outre-mer et, relégua à l'arrière scène les meilleurs musiciens du moment. Comme saxophoniste même s'il n'est pas de la catégorie des virtuoses, il se permettait quand même de longs solos, de son sax ténor. Son jeu basé sur la justesse et la fluidité du tempo avec, de surcroît, les accommodements essentiels d'un apport mélodique et rythmique firent de lui un maestro et arrangeur complet.Trônant allègrement, même à l'extérieur, il fit du konpa un rythme à part entière, au même titre que les multiples rythmes d'Haïti.
Après avoir régné durant un lustre avec son orchestre, Nemours devait faire face dès la fin des années 1960, à la montée des mi-jazz, qui éventuellement lui ravirent son public jeunot. Ayant eu administré ce revers au <<Jazz des Jeunes>>, il savait plus que personne ce que c'était que d'être talonné par une nouvelle génération. IL l'avait d'ailleurs déclaré à Wagner Lalanne: "l'essentiel, c'est de savoir se retirer à temps." Plutôt que de se faire emporter par la vague mini, il décida de s'expatrier à New York en 1969. Au "state" il trouva une communauté en gestation, que Raymond et Wébert Sicot, Raoul Guillaume (en exil) les Duroseau: Mozart et Richard etc., avaient déjà fait leur nid. Il forma un combo qui fit les délices de ses anciens admirateurs immigrés et exilés.
Notamment, au club "Casa Boriquen" de Brooklyn et "Casa Caribe" a Manhattan. il revint immédiatement au pays, usé, livré à lui-même, la vue endommagée. il essaya tant bien que mal de reconstituer un groupe sous le nom de "Super combo", et se payait même le luxe d'un ultime succès avec le morceau gason nou nan ka. Mais ce ne fut pas le même enthousiasme chez les adeptes, et les sérieux problèmes économiques dus à l'absence d'un système de retraite ou d'assurance, n'étaient pas pour arranger les choses. Quelques compatriotes essayèrent d'établir une suscription à son nom, dans le but de l'aider à couvrir les frais d'une intervention chirurgicale à l'étrager. Son et compétiteur des jours de gloire, Wébert Sicot, avec lequel il produisit un dernier album: "Union", l'accompagna dans cette dernière tentative de restaurer sa vision. Il finit neanmoins par sombrer dans la cécité.
Ce monument de la musique haïtienne connut une fin marquée de privations. La commercialisation de ses innombrables oeuvres aurait une retraite paisible dénuée de tout souci matériel. Hélas, ce compositeur prolifique a été littéralement pillé: groupe et artistes dominicains et porto-ricains ont interprété ses composition, et la plupart, n'ont même pas eu la décence de les lui accréditer.
En léguant le konpa dirèk Nemours traça un chemin qui l'a amené dans la légende de la musique nationale par la grande porte. A l'instar d'un Occilus Jeanty, le père de l'écriture orchestrale haïtienne, d'un A. Bruno, d'un J. Elie, ou encore d'un F. Guignard, d'un Sahieh, d'un Antal Cidas etc, il a été à la source de l'authenticité, de l'originalité et de la renaissance des rythmes natifs. Parmi tous ces géants qui ont montré la voie, Nemours fut l'un des plus déterminants. Il illustra une approche toute personnelle et fit la différence entre sophistication, inventivité et parfois même, l'austérité, des groupes: <<El Sahieh>>, <<Des Jeunes>>, et bien d'autres. Il y apporta tant de décontraction, d'intelligence et de facilité que du moment où il apparut avec sa "marque déposée", il a été le plus calqué, le plus suivi de son époque. Pour avoir inventé la grandeur, le style et une identification musicale ambiante du terroir, il demeure un innovateur hors-pair, l'architecte du rythme urbain le plus populaire d'Haïti

PAGE 2
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: RETRO MIZIK   Ven 21 Aoû 2009 - 0:53

Ça ne change pas un homme


by Johnny Hallyday


Album: Ça ne change pas un homme

Je n'ai pas cru les mots
Quand ils étaient trop beaux
Je n'ai pas pris les clefs
Je n'ai rien refermé
Mais je les ai usés
Ces chemins buissonniers
Aux mûriers de béton
Le nez dans le goudron

J'ai grandi dans la rue
Avec au bout des poings
Des tessons de refus
Plantés dans mon destin
Pour n'avoir rien voulu
Je n'ai rien retenu
Pour n'avoir rien touché
Je n'ai rien déformé

{Refrain:}
Ça ne change pas, un homme
Un homme, ça vieillit
Ça ne meurt pas, un homme
Un homme, ça s'oublie
Ça ne change pas, un homme
Un homme, ça vieillit
Ça ne meurt pas, un homme

Je n'ai pas cru l'ami
Ni l'amour ni les filles
Je n'ai pas pris le temps
Je m'attendais devant
Mais je les ai brûlés
Mes châteaux de papier
Avec des vrais serpents
Avec de faux-semblants

{au Refrain}

Pour n'avoir jamais cru
Je n'ai jamais vécu
Pour n'avoir jamais su
Mon père, je te salue

{au Refrain}

Un homme, ça s'oublie
https://www.youtube.com/watch?v=eUUj3S3qNMQ flower


Dernière édition par zouke le Ven 21 Aoû 2009 - 1:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: RETRO MIZIK   Ven 21 Aoû 2009 - 0:56

Ceux que l'amour a blessés


by Johnny Hallyday

Comme des revenants de guerre
Comme des revenants du front
Ils ont la peur aux yeux
Ils ont la ride au front
Comme des jeunes vieux
Ils marchent le dos courbé
Ils font un peu pitié {x2}
Ceux que l'amour {x2}
Ceux que l'amour a blessés

Comme des revenants de guerre
Comme des revenants de loin
Qui ont offert leur vie
A qui on ne rend rien
Ils crient, ils crient pour avoir l'air
J'ai fait l'amour, moi, monsieur
Comme s'ils en étaient fiers
Comme s'ils étaient heureux
Ceux que l'amour {x2}
Ceux que l'amour a blessés

Comme des revenants de guerre
Comme des revenants chez soi
Ils trouvent le feu éteint
On ne les attend pas
Devant les cendres froides
Comme des chiens, sans pleurer
Ils lèchent leurs blessures
Ils soignent leur passé
Ceux que l'amour [x2}
Ceux que l'amour a blessés

Comme des revenants de guerre
Comme des revenants d'amour
Ils jurent, c'est la dernière
A jamais, pour toujours
Il faut ranger les armes
Il faut sécher les larmes
Ils veulent mourir en paix
Et qu'on leur fiche la paix
Ceux que l'amour {x2}
Ceux que l'amour a tués
A tués
https://www.youtube.com/watch?v=w53OGK1ubgo flower


Dernière édition par zouke le Ven 21 Aoû 2009 - 1:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: RETRO MIZIK   Ven 21 Aoû 2009 - 1:04

Johnny lui dit adieu


by Johnny Hallyday

Allô, bonjour Madame
Ici, c'est Johnny
Je vous téléphone
Car les amis m'ont dit
Que votre fille se marie
Qu'elle part aujourd'hui
Non, je ne veux pas lui parler
Je veux pleurer
Mais dites-lui que je l'aime
Et que Johnny lui dit adieu

A quelle heure ce mariage ?
Quelle heure et quel endroit ?
Car le garçon qu'elle épouse là
Aurait dû être moi
Mais comme un fou, je la perds
Je la perds, sachez-le
Non, je ne veux pas lui parler
Je veux pleurer
Mais dites-lui que je l'aime
Et que Johnny lui dit adieu

Je l'imagine belle comme un ange
Quand la cloche sonnera
Je promets qu'elle me verra pas
Mais moi je veux la voir encore une fois
Oh, oui, je vous dérange
Vous avez d'autres soucis
Je sais que vous perdez votre fille
Mais sachez que je la perds aussi
Oh, dites-lui que dans ma peine
Je souhaite son bonheur
Non, je ne veux pas lui parler
Il vaut bien mieux
Mais dites-lui que je l'aime
Et que Johnny lui dit adieu

Ouais, que Johnny lui dit adieu
Adieu

Adieu
https://www.youtube.com/watch?v=A6jMtrfLdak flower
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: RETRO MIZIK   Ven 21 Aoû 2009 - 1:10

Le chant des partisans


by Johnny Hallyday

Ami, entends-tu le vol noir des corbeaux sur nos plaines ?
Ami, entends-tu les cris sourds du pays qu'on enchaîne ?
Ohé, partisans, ouvriers et paysans, c'est l'alarme.
Ce soir l'ennemi connaîtra le prix du sang et les larmes.

Montez de la mine, descendez des collines, camarades !
Sortez de la paille les fusils, la mitraille, les grenades.
Ohé, les tueurs à la balle et au couteau, tuez vite !
Ohé, saboteur, attention à ton fardeau : dynamite...

C'est nous qui brisons les barreaux des prisons pour nos frères.
La haine à nos trousses et la faim qui nous pousse, la misère.
Il y a des pays où les gens au creux des lits font des rêves.
Ici, nous, vois-tu, nous on marche et nous on tue, nous on crève...

Ici chacun sait ce qu'il veut, ce qu'il fait quand il passe.
Ami, si tu tombes un ami sort de l'ombre à ta place.
Demain du sang noir sèchera au grand soleil sur les routes.
Chantez, compagnons, dans la nuit la Liberté nous écoute...

Ami, entends-tu ces cris sourds du pays qu'on enchaîne ?
Ami, entends-tu le vol noir des corbeaux sur nos plaines ?
Oh oh oh oh oh oh oh oh oh oh oh oh oh oh oh oh...
flower
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: RETRO MIZIK   Dim 23 Aoû 2009 - 16:13


<table border=0 cellSpacing=0 borderColor=#0 cellPadding=0 width="85%"><tr><td width="85%">
<table border=0 cellSpacing=0 borderColor=#0 cellPadding=0 width="100%"><tr><td style="BORDER-BOTTOM: #ff6600 2px solid; BORDER-LEFT: #ff6600 4px solid; BORDER-TOP: #ff6600 3px solid; BORDER-RIGHT: #ff6600 4px solid" vAlign=bottom width="65%"></TD>
<td vAlign=center width="35%"></TD></TR></TABLE></FONT></TD></TR></TABLE>
<table border=0 cellSpacing=3 cellPadding=3 width="100%"><tr><td width="100%"></TD></TR>
<tr><td width="100%"></TD></TR>
<tr><td width="100%"></TD></TR>
<tr><td width="100%"></TD></TR>
<tr><td width="100%"></TD></TR>
<tr><td width="100%"></TD></TR>
<tr><td width="100%"></TD></TR>
<tr><td width="100%"></TD></TR>
<tr><td width="100%"></TD></TR>
<tr><td width="100%"></TD></TR>
<tr><td width="100%"></TD></TR>
<tr><td width="100%"></TD></TR></TABLE>
<table style="MARGIN-TOP: -0.1in" border=0 cellSpacing=0 cellPadding=0 width="100%"><tr><td vAlign=top width="68%">



Hommage à Webert Sicot
Occasion 50 ans du Compas

Webert Sicot
(1930: Port-au-Prince - 1985: Port-au-Prince)
Musicien extraordinaire, multi-instrumentiste, saxophoniste génial et virtuose éternel, c'est le "maestro difficile" par excellence
</TD>
<td vAlign=top width="2%"></TD>
<td vAlign=top width="30%">
</TD></TR></TABLE>
<table style="MARGIN-TOP: -0.03in" border=0 cellSpacing=0 cellPadding=0 width="100%"><tr><td vAlign=top width="68%">
]e destin a voulu que Nemours et Sicot s'en aillent vers l'au delà à la même année, après avoir à eux deux fait danser tout le pays.
Saxophoniste génial, multi-instrumentiste, sans doute le plus doué de sa génération, si ce n’est pas de son pays. Cet incomparable musicien s'est frayé très tôt un chemin dans le music-hall local après avoir été formé par l'un des plus célèbres musiciens de l'époque Augustin Bruno, surnommé «le manchot des Casernes Dessalines» qui fut à un moment en charge de la Centrale des Arts et MétiersWebert s'est initié à la musique de même que son frère Raymond.
Muni d'une formation musicale adéquate, ce musicien dans l'âme faisait déjà entrevoir les signes d'un génie qui allait tôt ou tard exceller. Ainsi, on le trouva dès l'adolescence rouler sa bosse dans l'entourage des musiciens les plus expérimentés. Entre autres, l'incontournable François Guignard qui était le grand manitou avec lequel la plupart des novices faisait leur début. Et c'est encore le père François qui recommanda l'adolescent Webert ainsi que son frère Raymond à Claudin Toussaint qui les embaucha afin de rallier son «Jazz Capois» du Cap, où Webert entama sa carrière de musicien professionnel.
Puis s'ensuivent de petites navettes entre «Jazz des Jeunes» et «L'orchestre Saieh», attendant son heure d'être un membre à part entière de l'un de ces groupes. Il a eu quand même l'opportunité d'enregistrer au moins un disque avec le second. Dans ces incessantes mutations, il est repéré au sein du «Conjunto international», sous la conduite de son aîné et futur compétiteur, Nemours Jean Baptiste avec qui une sublime rivalité va changer, dans peu de temps, le cour de la musique de danse urbaine. Avec à la clef, une solide amitié qui s'étendra jusqu'à leur mort.
On prétend qu'au stade de leur collaboration, le virtuose Sicot a eu le temps de prodiguer quelques secrets de sax au chef d'orchestre Nemours. Après son départ du "Conjunto", il s'est fait un peu remarquer avec «l'Orchestre Citadelle». Par le temps où il faisait des "stints" pour l'Orchestre du «Casino International», Sicot savait assez les dessus et les impondérables du show-biz haïtien, pour devenir le capitaine de son propre navire. De fait, au début des sixties, il s'allia à son frère Raymond, profitant de la désintégration de «l'Orchestre Latino», duquel il fit appel à la plupart des membres pour former «La Flèche d'or» des Frères Sicot (Raymond & Webert) et dont le premier hit: paré du refrain: "Nou pral danse nan Paladium, les frères Sicot", fut une sorte d'introduction de ce nouveau né, installé au Club Palladium à Bizoton.
Cependant, la collaboration des frères Sicot fut de courte durée, lorsque Raymond préféra aller muter ailleurs. Mais, plus déterminé que jamais, Webert voulait coûte que coûte prendre part au festin musical qui se faisait sous la forme d'une concurrence musclée entre le «Jazz des Jeunes» et «l'Ensemble Nemours Jean-Baptiste». Et se sentant de poids à participer à l'aventure, il se lança sans retenue à l'attaque contre la bande à Nemours Jean Baptiste dans le morceau: "Sispan 'n voye Tach". Puis, apportant sa propre saveur, Sicot élabora une variante de la "méringue haïtienne", avec son Kadans Ranpa, fort de sa vitesse d'exécution et une approche rythmique complexe de mélodies et contre mélodies émaillée de modernité, grâce aux instruments amplifiés.
La concurrence de ces deux rythmes (Konpa et Ranpa) devint le point culminant du music-hall haïtien, lorsque les deux maestros tournaient la musicalité en une aréne tapageuse, au comble de polémiques spectaculaires. Mais là, ce n'était que le côte du business, car, en fait d'ingéniosités, il n'y avait de personnages plus excentriques. Spécialement, Webert Sicot, saxophoniste virtuose et suprême, avec ses solos magiques, ses improvisations lumineuses, un jeu fulgurant, et une exubérance bon enfant tout en se servant du sax comme un joujou épatant, jusqu'à emboucher deux à la fois pour les jouer simultanément, de son style singulier et inimitable toujours en soliste incomparable.
Instrumentiste multiple, il jouait aussi de la flûte, la trompette, le tambour, la guitare, la basse, le trombone à coulisse et saxes: alto, ténor et baryton. Exigeant, il s'entraînait parfois à l’aide d'une serviette, avec laquelle il obstruait l'embouchure du sax et en y mettant tout son souffle. Et que dire de ce phrasé mélodieux et de ce vibrato expressif qui lui faisaient rythmer même les ballades. Prince du sax, Webert Sicot était aussi l'ultime "showman" qui charma son sax jusqu'au délire. Pas étonnant qu'il fut l'une des grandes figures de la musique contemporaine.
Expert en combines, Sicot, qui voyageait très souvent à l'extérieur avec son orchestre, s'arrangea un beau jour avec des médecins qui désiraient quitter le pays pour les aider à prendre le large, à une époque où "Papa Doc", le vieux dictateur, interdisait à ceux-ci d'émigrer. C'était vers les années 1968 et la nouvelle vague mini jazz commençait à s'installer confortablement. Et, sentant tourner le vent, Sicot qui était passé comme le roi du carnaval laissait le pays furtivement, alors que ses fans, la mort dans l'âme, attendaient indéfiniment son retour. Il fut bruit que "Papa doc" était prêt à passer l' éponge, mais le "maestro difficile", comme l'appelèrent ses inconditionnels, n'était pas disposé à prendre de risque. En s'installant à New York, Sicot continua à cultiver son sax pour un public de cabarets qui goûtait religieusement à cette sonorité et cette virtuosité impeccables. II profita pour assembler son «Orchestre Le Jeune», avec la collaboration des vétérans comme Charles Delva, Duffont Mayala, etc., qui a régalé les mélomanes de Brooklyn et de Manhattan. Puis, il réalisa un disque instrumental de musique intimiste, fait de ballades; "Just for you", en compagnie de quelques membres de l'«Ibo Combo» de New York dont le talentueux Gaguy Dépestre à la flûte. On sait aussi qu'il eut l'opportunité d'enregistrer avec le grand orchestre de CBS faisant montre de son génie dans un monde rompu de professionnalisme.
Il revint en Haïti au milieu des années 1970 pour reformer son orchestre avec lequel il essaya de reconquérir un public qui s'était déjà entiché de drôles de musique. II a aussi participé à une tentative du groupe «Zotobre» de Serge Rosenthal qui n'a vécu que l'espace d'un matin. En 1977, il en profita pour renouer avec l'ambiance du carnaval, prouvant au public qu'il n'avait rien perdu de sa verve. II jouait si éperdument, en arrivant à l'angle des rues Mgr Guilloux et Oswald Durand où sa sœur Paulette tenait une boutique, que dans son engouement de sérénader, il ne s'était pas aperçu d'une branche d'arbre, qui l'éjecta du char, l'envoyant à l'hôpital.
Entre autres petits boulots pour survivre, il réalisa deux ou trois œuvres en solo dont "Webert Sicot, The Greatest". Et un dernier baroud en commun: "L'union", avec Nemours, comme pour sceller une épopée qu'ils ont dominé à eux deux. Sans oublier une collaboration remarquée au sein de l'«Orchestre de la Radio Nationale», sous la conduite du maestro Raoul Guillaume. Finalement, un jour, il emmena son fils très malade à l'Hôpital Général, et ne reçut que l'indifférence du personnel, ce qui le mit très en colère. Râpé, cardiaque, Sicot est mort en février 1985 en pleine ambiance carnavalesque. Ce qu'en profita le peuple tout entier pour le remercier dans une atmosphère de festivités dont Sicot fut l'ultime pourvoyeur, avant que la mort vienne briser les ailes de cet oiseau souffleur qui aurait joué jusqu'au dernier soupir.
[/size]
</TD></TR></TABLE>
https://www.youtube.com/watch?v=Jx5d-XZY5b4
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: RETRO MIZIK   Dim 23 Aoû 2009 - 16:22

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: RETRO MIZIK   Lun 24 Aoû 2009 - 13:47

















Ce fils d'immigrés arméniens est arrivé en haut de l'affiche à force de volonté. "Je m'voyais déjà" chantait-il en 1960. Il aura mis vingt ans pour gravir une à une les marches du succès. Depuis Aznavour est devenu le chantre de la chanson romantique à travers le monde. Aujourd'hui, à plus de 70 ans, il est un des classiques de la chanson française voire internationale.

Il est né à Paris, par hasard, le 22 mai 1924. En effet, ses parents attendaient en France un visa en vue d'un départ pour les États-Unis. Son père, Micha, arménien né en Géorgie, est le fils d'un ancien cuisinier du Tsar Nicolas II. Quant à sa mère, Knar, elle est issue d'une famille de commerçants arméniens de Turquie.

Micha, ancien baryton, ouvre un petit restaurant arménien à Paris où il chante pour les exilés d'Europe centrale. Avec sa femme, comédienne, ils élèvent leurs deux enfants, Charles et sa soeur aînée, Aïda, dans une atmosphère de musique et de théâtre au milieu des nombreux artistes qui fréquentent le petit restaurant de la rue de la Huchette.

Après la crise économique de 1929, la famille Aznavourian s'installe rue du Cardinal-Lemoine : en face de l'école du Spectacle! En 1933, ils y inscrivent leur fils qui rêve de devenir acteur.

Très vite, Charles fait de la figuration puis débute dans des petits rôles au théâtre et au cinéma. En 1939, Micha Aznavourian s'engage comme volontaire dans l'armée et Charles quitte l'école du spectacle pour travailler. En 1941, il rencontre un jeune auteur compositeur, Pierre Roche, avec qui il écrit un duo et écume les cabarets de la capitale. Le monde du spectacle les adopte.

En 1946, il rencontre Edith Piaf et son idole, Charles Trenet. Piaf va ouvrir au duo les portes de l'Amérique. Cette même année, Charles Aznavour épouse Micheline et l'année suivante naît sa fille Séda. A la fin des années 40, le duo AZNAVOUR-ROCHE s'envole pour les États-Unis puis pour Montréal où il reste à l'affiche pendant des mois.

En 52, Aznavour rentre seul en France. Pierre Roche s'est marié là-bas ! Il commence alors à chanter en solo, mais sans succès. En revanche, il se fait un nom comme compositeur pour Mistinguett, Patachou, ou encore Juliette Gréco qui, avec la chanson "Je hais les dimanches", obtient le prix de la SACEM en 1952. Il travaille également pour Piaf et adapte pour elle le titre américain "Jezebel" qui est un succès.

En 1952, naît son deuxième enfant, Charles.

Il faut attendre 1954 et une tournée en Afrique du Nord pour enregistrer les premiers succès publics. Charles a alors une trentaine de chansons à son actif et décroche alors un contrat à l'Alhambra puis à l'Olympia. Si les critiques ne sont pas tendres avec lui, le public lui réserve un chaleureux accueil.

En 1956, il se remarie avec Évelyne Plessis et cette même année, naît Patrick.

Charles Aznavour devient un "nom" indispensable de la chanson française et à cette époque là, il crée les titres "Sur ma vie", "Parce que" ou encore "Après l'amour" qui sera interdit d'antenne.

C'est en 1957 que Aznavour connaît enfin le triomphe lors d'une série de concerts à l'Alhambra puis à l'Olympia où il passe pour la première fois en tête d'affiche. Il décide alors d'entreprendre une tournée à l'étranger. Partout où il passe, il rencontre un énorme succès.

Sa carrière cinématographique prend parallèlement son envol. En 1958, il tourne "Les dragueurs" de Jean-Pierre Mocky et "La tête contre les murs" de Georges Franju pour lequel il reçoit le prix d'interprétation masculine du cinéma français.

François Truffaut fait appel à lui en 1960 pour "Tirez sur le pianiste" et le succès de ce film aux États-Unis lui ouvre les portes du Carnégie-Hall, le prestigieux music-hall new-yorkais. La critique est enthousiaste et Aznavour commence alors un véritable tour du monde qui va durer plusieurs années. Turquie, Liban, Grèce, Afrique noire, URSS, Charles Aznavour devient une star internationale et vend des millions d'exemplaires de ses disques, entre autres de "La Mamma" qu'il interprète triomphalement à Erevan, en Arménie.

En 65, de retour en France, il installe son "One Man Show" de trente chansons pendant douze semaines à l'Olympia. Durant l'été, il tourne "Paris au mois d'Août", le film de Pierre Granier-Deferre et à la fin de l'année, il monte sa comédie musicale "Monsieur Carnaval" dont est tirée la chanson "La bohème" qui restera un de ses titres-phares.

En 1966, il repart sur les routes pour continuer sa tournée mondiale. Après le Canada, les Antilles, il remporte un triomphe en Amérique latine en particulier avec la version espagnole du titre "Avec".

Il alterne pendant quelques années, tournées à l'étranger et retour sur scène en France. Il va d'ailleurs inaugurer à l'Olympia un système inédit d'horaires variés pour ses récitals : à 17 heures, à 21 heures ou à minuit.

C'est à Las Végas en 1968 qu'il épouse la suédoise, Ulla Thorsell, avant de célébrer religieusement leur mariage à l'église arménienne de Paris l'année suivante.

En 1969, il reçoit le prix de la Société américaine des auteurs compositeurs pour sa chanson "Hier encore" ainsi que la médaille Vermeil de la ville de Paris.

Enfin cette même année, naît sa fille Katia. Au début des années 70, il rédige ses mémoires "Aznavour par Aznavour" et s'installe aux États-Unis. Cette nouvelle décennie marque aussi un intérêt plus marqué‚ pour les faits de société‚ telles les chansons "Le temps des loups" en 1970 sur le thème de la violence, "Mourir d'aimer" en 1971 inspiré d'un fait divers décrit dans le film du même nom ou encore "Comme ils disent" où il chante l'homosexualité.

Durant l'année, il donne de nombreux récitals dans les universités de la côte ouest des États-Unis et triomphe à Broadway. Au début de l'année 71, il remporte à nouveau un vif succès à l'Olympia de Paris. Quelques mois plus tard, Il reçoit un Lion d'Or lors du Festival de Venise pour la version italienne de la chanson du film "Mourir d'aimer".

Au mois de mai, naît son fils Misha. En 1972, il triomphe à l'Olympia en début d'année et six semaines à l'automne. Le titre "Les plaisirs démodés" est un tube qui fait le tour du monde.

A la fin de l'année, un accident de ski immobilise Charles Aznavour pendant plusieurs mois. Il en profite pour écrire avec son beau-frère, le compositeur Georges Garvarentz, l'opérette "Douchka".

Il reçoit un disque de platine en 1974 en Grande-Bretagne pour le titre "She" qui ne marchera jamais en France.

En 1975, à l'occasion du soixantième anniversaire du génocide arménien, il crée la chanson "Ils sont tombés". Cette même année, il joue avec Claude Chabrol dans "Folies Bourgeoises" et retrouvera le metteur en scène en 1983 pour "Le Fantôme du Chapelier".

Vedette internationale, ses chansons sont reprises par les plus grands. Ray Charles chante "La mamma" et Fred Astaire "Les plaisirs démodés" en 1976 et peu de temps avant de disparaître, en 1977, Bing Crosby reprend "Hier encore". Cette même année, Charles Aznavour devient père d'un petit Nicolas et grand-père pour la première fois.

En 1978, il entame une tournée internationale et encore une fois, triomphe à Broadway.

L'année suivante, il joue dans le film "Le Tambour" de Volker Schloendorff qui obtient la Palme d'or au Festival de Cannes.

1980, triomphe à l'Olympia dont il est maintenant un des piliers et l'année suivante, il reprend ses tours de chant à travers le monde.

C'est en 1983 que Charles Aznavour quitte sa maison de disques Barclay pour Trema avec qui il signe deux ans plus tard seulement. Sa nouvelle maison de disques s'engage à rééditer ses anciens titres.

En 1986, sortent effectivement les premières rééditions ainsi qu'un nouvel album, sur lequel on trouve la chanson "Les Émigrants", album qui se vend à 180.000 exemplaires.

En 1986, Aznavour se lance aussi pour la première fois dans l'écriture du scénario de "Yiddish Connection" de Paul Boujenah, film qu'il interprète également.

Puis l'année suivante, il entame une tournée triomphale aux États-Unis avec la chanteuse Pia Zadora. Il revient ensuite chanter à Paris au Palais des Congrès avant de sillonner la France en fin d'année.

En 1988, Charles Aznavour remonte sur la scène du Palais des Congrès. Mais en fin d'année, le terrible tremblement de terre de Erevan en Arménie (50.000 morts), mobilise l'artiste qui va mener un combat ininterrompu depuis pour aider sa terre d'origine. Il crée à cette occasion la Fondation "Aznavour pour l'Arménie" qui se charge de collecter et d'envoyer vêtements et nourriture pour la population. Au début de l'année 1989, avec le réalisateur Henri Verneuil, également d'origine arménienne, il fait appel aux artistes français pour le tournage d'un clip, quatre-vingt-dix chanteurs et comédiens enregistrent alors la chanson "Pour toi Arménie" qui se vend à un million d'exemplaires.

Suite à cette opération, Charles Aznavour est nommé‚ Ambassadeur permanent en Arménie par l'Unesco. Cette même année, il va réenregistrer ses principaux titres à Londres qui sortiront en trois volumes.

Au début des années 90, il continue de tourner pour le cinéma et la télévision. Il publie en 1991, son deuxième ouvrage "Des mots à l'affiche", dans lequel il recueille nombreux de ses textes. Fin 1990, il donne au Palais des Congrès un récital en duo avec son amie de toujours, Liza Minnelli.

En 1992, Charles Aznavour rachète le catalogue de la société d'édition phonographique Raoul Breton dont il devient le président. Ce catalogue est un des plus riches de France et comprend entre autres les œuvres d'Edith Piaf et de Charles Trenet.

En 1994, il signe avec EMI la réédition de la totalité de sa propre œuvre qui comprend environ mille titres et dont une bonne moitié‚ est composée par lui-même. Une intégrale de trente CD voit donc le jour en 1996. Cette même année en octobre, Aznavour fait la Une du magazine américain "Billboard", événement exceptionnel pour un artiste français.

En 1997, il obtient la Victoire de la Musique du meilleur interprète masculin, prix décerné par l'ensemble des professionnels de la chanson en France. Le Président de la République, Jacques Chirac, le nomme également Officier de la Légion d'honneur.

Enfin, il sort un nouvel album "Plus bleu" du nom d'une chanson qu'il a écrite en 1951 pour Edith Piaf. Il reprend d'ailleurs ce titre en duo virtuel avec la grande chanteuse française.

Le samedi 12 juillet 1997, Charles Aznavour fête ses 50 ans de chansons au festival de Montreux en Suisse. Après avoir ouvert le concert avec la chanson "Après l'amour", Aznavour laisse la place à une dizaine d'artistes de jazz (Rachelle Ferrell, Bobby Mc Ferrin, Manu Dibango...) qui reprennent ses titres les plus connus en français ou en anglais. Puis la star de la soirée revient clore le récital anniversaire avec une version enlevée de "Emmenez-moi".

Lors de sa tournée 98, Charles Aznavour est contraint d'annuler deux concerts fin juillet pour raisons de santé. Âgé de 74 ans, le chanteur se prépare en outre à affronter une nouvelle tournée américaine à l'automne. Il démarre par un mois entier à New York en octobre au Marquis Theater de Broadway, grand lieu de la comédie musicale et du music hall new-yorkais. C'est un triomphe pour l'artiste dont les Américains apprécient la classe, le romantisme et l'accent… Cette série de concerts à New York est suivie de quelques soirées à Los Angeles. Puis début décembre, le chanteur s'envole pour Moscou et Saint Pétersbourg où l'accueil qui lui est réservé n'est pas moins chaleureux.

Au même moment, Charles Aznavour publie un nouvel album un peu différent puisque entièrement jazz. Sur ce disque où il reprend 14 de ses standards façon jazz, il est accompagné par des pointures du genre comme André Ceccarelli, Michel Petrucciani ou Diane Reeves.

Depuis cinquante ans, Charles Aznavour s'est imposé‚ comme un maître de la chanson française et un artiste complet puisque outre la musique, il est un comédien confirmé, et pratique l'écriture et la peinture avec talent.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: RETRO MIZIK   Mar 25 Aoû 2009 - 13:08

Michel Sardou : Biographie



Si le champion toutes catégories de la chanson française reste le grand Johnny Hallyday, Michel Sardou n’en reste pas moins un des monuments les plus représentatifs. D’ailleurs, les chemins des deux hommes ne se sont-ils pas souvent croisés ?
Amis à la vie comme à la scène, leurs chemins musicaux se sont cependant séparés. Rock’n'Roll Attitude pour Johnny. Variété contestataire et populaire pour Sardou.
Ce dernier, provocateur invétéré, dont les chansons restent gravées à jamais dans l’inconscient collectif (Les bals populaires, La java de Broadway, La maladie d’amour, Les lacs du Connemara, Vladimir Illitch, Le France, Les Ricains, …), continue de séduire toutes les générations et s’attaque désormais, avec brio, au cinéma.
Famille d’artistes


Michel Sardou naît sous une bonne étoile, le 26 janvier 1947 à Paris, dans le 17e arrondissement. Sa famille est issue d’une longue tradition d’artistes. Depuis la moitié du 19e siècle, les Sardou courent les villes de scènes en scènes.
Plus proche de nous, son père, Fernand Sardou (1910-1976) est un comédien de théâtre et de cinéma reconnu. Sa mère, Jacky Sardou (décédée en 1998) joue quant à elle dans le registre de la comédie. Naturellement, la vie du petit Michel sera celle d’un artiste.
Ses premières années se déroulent pourtant loin de Paris, dans la Meuse, où Michel est élevé pendant les tournées de ses parents. Rapidement, il retrouve la capitale et mène entre Fernand et Jacky, la vie d’enfant de la balle qui lui est destinée. Michel sait bien que l’école n’est pas pour lui.
Envoyé en pension dans les Yvelines, à Jouy-en-Josas, il la quitte à seize ans pour ne plus y revenir. Son entrée sur scène, il la fait dès 1963 dans le cabaret de son père “Chez Fernand Sardou” en serveur-vedette. Tout en apprenant le métier, il découvre la vie et épouse en 1965 Françoise, sa première femme. Ensemble, ils auront deux filles, Sandrine (1970) et Cynthia (1973).
Musicalement parlant, le succès viendra assez vite grâce à deux éléments déclencheurs. Le premier est sa rencontre avec deux hommes clés: Jacques Revaux en 1966, qui devient outre son ami, l’auteur de la plus grande partie de son répertoire, mais aussi Michel Fugain, avec lequel il écrit ses premières chansons. Le deuxième est la signature de son premier contrat chez Barclay la même année et la sortie de ses premiers disques: Le Madras fin 1965, puis Les filles d’aujourd’hui l’année suivante.
Les Ricains


Après une interruption militaire forcée, Sardou revient en force en 1967 avec son quatrième 45 tours Les Ricains. Ce “tube” révèle toute la personnalité d’un jeune chanteur se disant de droite, grincheux et contestataire, n’hésitant pas à chanter à contre-courant.
Ainsi Les Ricains (écrit en pleine guerre du Viêt-nam) est le premier d’une longue série de mini-révolutions: Je suis pour (pour la peine de mort), Le France (rappelant la fin du somptueux navire français) ou encore Vladimir Illitch ou Français plus récemment.
Mais si ses chansons les plus controversées donnent naissance à des comités anti-Sardou, il ne faut pas oublier que le chanteur est aussi l’interprète des plus belles chansons du répertoire francophone: Petit, Les vieux mariés, La java de Broadway, Les lacs du Connemara, Je vais t’aimer, La maladie d’amour, etc. Autant de succès qui font de lui un artiste aussi bien adulé que détesté.
Cette ambivalence n’empêche pas son public de venir nombreux à chacun de ses concerts. Durant toute sa carrière, à Paris (Bercy, Bobino, Olympia, …) ou en province, les fans se déplacent par centaines de milliers, valant à Sardou plusieurs Victoires de la Musique.
Les années 70 sont les années Sardou. Chacun de ses titres remporte un vif succès. Il alterne sans cesse albums studios et live. Ses tournées sont grandioses. Côté coeur, sa vie semble un peu plus trouble. Après son divorce, il se remarie avec Babette en 1977, qui lui donnera deux fils, Romain (né en 1974) et Davy (1978).
Entre temps, son père meurt en 1976, plongeant l’artiste dans un profond désespoir. Mais la vie continue et Sardou ne cesse d’être présent auprès de son public, des médias ou des journaux spécialisés. Rarement chanteur n’eut une carrière aussi prolixe. Avec sa participation aux Restos du Coeur de Coluche, sa popularité va grandissante et son image de vieux râleur s’estompe.
Cinéma et théâtre


Avec les années 90, Michel ralentit sa production musicale pour se consacrer à la comédie, véritable métier des Sardou. Celui qui déclare “je veux tout faire à la fois, jouer et chanter” s’était déjà essayé à la comédie dès l’âge de 6 ans, en figurant auprès de son père dans plusieurs films. Mais ses vrais débuts datent de 1983 dans le film de Marcel Jullian L’été de nos quinze ans.
On le voit ensuite dans Cross en 1987 ou la comédie Promotion canapé en 1990. Sa carrière de comédien s’oriente alors vers le théâtre avec succès. Il est applaudi dans Bagatelle dès 1996 puis dans Comédie privée plus récemment. La télévision est aussi séduite par ce personnage charismatique et l’embauche pour L’Irlandaise en 1993 et Le prix de l’honneur en 2003.
Un monument inébranlable de la chanson


Après son divorce avec Babette, le comédien-chanteur se remarie avec Anne-Marie Périer en 1999 et sort la même année un nouvel album studio Français. Suit une nouvelle tournée de soixante dates, qui le conduit dans toute la France avec le même succès.
Tout à la fois chanteur, auteur et comédien, Michel Sardou mène une carrière extraordinaire. Jeune artiste contestataire, il se fait plus doux avec l’âge mais garde quand même sa “grande gueule” et sa fierté. Il n’hésite pas à faire un procès à sa maison de disques et à se jeter à fond, en attendant, dans la comédie. Adoré par certains comme un chanteur populaire, détesté par tous ceux qui l’accusent de démagogie, Michel Sardou reste malgré tout un des plus grands artistes de ces cinquante dernières années.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: RETRO MIZIK   

Revenir en haut Aller en bas
 
RETRO MIZIK
Revenir en haut 
Page 2 sur 31Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 16 ... 31  Suivant
 Sujets similaires
-
» RETRO MIZIK
» Voiture de Djakout-Mizik impliqué dans un autre accident de la circulation
» MOVE SON NAN MIZIK LA
» Retro Taco Show.
» Retro: Temwagnay ex senatè Louis G. Gilles kont Aristid

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti :: Mi-temps :: Tribune libre - Nap pale tèt kale-
Sauter vers: