Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

FOROM AYITI : Tèt Ansanm Pou'n Chanje Ayiti.
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  PortailPortail  CalendrierCalendrier  PublicationsPublications  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Fok Chavez jwenn youn bouchon rapid pou byen Ven ak res mond nan!

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
dilibon
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 2205
Localisation : Haiti
Opinion politique : Entrepreneur
Loisirs : Plages
Date d'inscription : 17/05/2009

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Contributeur

MessageSujet: Fok Chavez jwenn youn bouchon rapid pou byen Ven ak res mond nan!   Jeu 20 Aoû 2009 - 15:57

Se youn gwo risk wi youn neg pwan jodya le ou deside pale la verie sou sa kap pase nan peyi Venezuela.Anpil aysien depi enezuela finn bay mashe, kek isinlektrik ak kontra pou bay pri favorab sou petrol la ak tendans politik Prezidan avez la pito ou pale Bondye mal oupa pa di anyen mal de Chavez menm si se vre. Tout sa Chavez fe bon, si ou ta we li ta manke pa finn bon se paske imperialism ameriken an ap bay pwoblem alo Chavez oblije!

Si wap cheche youn peyi depi ou malere ou byen ou te malere ou byen ou deklare tet ou malere plis ou se youn chavistas ou byen youn chime ofisyel, eh byen ou ka fe saw pi pito an tout enpinite. Lit la se kont gran don, gran neg, lelit ou boujwa apatrid ki pa vle separe sa yo genyen ak map ti pep malere a. Ti pep la ki malere a ki pa konn sa lap fe egnyen dwa cheche manje li kote li jwenn. Sa vinn lakoz ke lavi nan grann vil yo vinn degoutan e danjere: se youn spektak koudeta, vol a main armee, assasinaj, masak politik, femen 32 station radyo ak televisyon ki pa vle ansense leader Maximo a. Denye lwa nan peyi Venezuela sou edikasyon ekzije pou tout liv vante leader a nan tout nivo edikasyon. SI ou pa chavista ou ap Venezuelyen ou pa menm genyen dwa a la vi!

Malgre Chavez di ke li pa sipote advese gouvenman Colombie a, malgre yo jwenn zam ke Chavez ba yo eh byen Chavez pa rekonet souverente peyi sa' pou li fe sal li pi pito lakay li. Poutet Colombie ap aksepte milite ameriken nan baz lalaky yo, Chavez di li pap vann yo petrol ak prix favorab anko. Chavez menm di ke li ka pwan aksyon milite kont Colombie menm jan li menase ke li ka rantre Honduras al mete lod nan koudeta ke ameirken bay gouvenman Zeyala.

Kom nou di se chak jou Bondye mete Venezuelyen leve ak paket mo nan lari, se youn gouvenman chavistas yo ka fe sa yo pi pito, koripsyon anraje, gangs ki sipote chavistas yo ka mare nenpot moun yo idantifye ki kont pouvwa popile san okenn enkyetid. Nou sonje koman chime te konn ap mashe ak kod al mare ofisyel nan gouvenman sou Aristid la, se menm bagay la si li ap pired! Ak lajan petrol mele ak lajan trafik drog Chavez itilize resous Venezuela pou sipote ti peyi ki arebo li nan Amerik latinn nan tankou nan Karayb e male a yo si yo ta kritike li! Bolivie ak Ekwate, Honduras sou Zeyala ak lto ti peyi ki nan Alba ap swiv Chavez pazapa.

Mwen pa finn alez ak kesyon pou Colombnie pwoteje tet kont Chavez pou se milite ameriken ki pou rantre nan baz milite yo nan youn zonn ki pa janm tolere inteferans milite Tonton Sam. Sa fe lontan ke genyen eekspe ameriken kap ede nan efo pou konbat drog nan Colombie men ogmantasyon fos sa yo nan rejyon an sou preteks Chavez chaje ak zam nan pa kenbe. Si fos ameriken p rive mete lape nan peyi Irak, nan Afghanistan, mwen ap kwe se nan Colombie lap ka rive mete soudinn. Si Chavez ta bay geryeros roket anti tank, zamak minisyon, lajan pou konbat gouvenman an eh byen Pentagon te ka bay (e deja bay) lame Colombie moyen pou defann tet li san beswen rantre anpil solda ameriken nan baz yo.

Chavez di sa ka fe ke li sote e nou ka konprann sa apre tentativ koudeta kite fet kont li dej. Daye menm Prezidan Luiz Inacio Lula da Silva ke bagay sa pa finn fe li plezi; Krichner prezidan Lajantinn nan di sa se youn belijerans ki inakseptab, rafael Correa nan Equateur di se youn provokasyon. Men fok Chavez ta desann tensyon yo. Msie pap ka kwe ke lap invite Larisi vinn fe antrenman ak li, al mande Iran vinn eksplwate uranium lakay li epi lap sevi ak sistem banke lakay li pou kraze sanksyon l'ONU mete kont Iran epi Ameriken ap kanpe gade san fe anyen!

Anpil sous nou genyen nan Washingotn fe nou konnen ke adminsitrasoyn Obama deja prezante bay Kongre youn plan pou kontrekare aksyon sibvesif Chavez ap fe nan zonn nan. sie deklare ke Ameriken se ennmi li, msie ap deklare lage, lap fe aksyon kont ameriken, fok yo demontre ke sa pap pase konsa. Se nan kad sa'a ke yo pa kite Zeyala zanmi msie chire konstitisyon peyi a e voye nan kanpe lwen. NAn jou ki pwal vini la yo, nou pwal we youn kanpay pou ranfose fos nan tout peyi ki arebo Venezuela, komanse pa Colombie, apre pral genyen youn strateji ki pral genyen plis fos ak dan ki pou desann tensyon an nan peyi Venezuela. Objektif Chavez se kontwole tout amerik latinn nan, pwazonen li kont ameriken, e mete sekirite zonn nan an je. Dialog ak diplomasi pap ede Lamerik. Lap rive youn moman kote Obama ap oblije monte pantalon li, touse manch chemiz li pou konfronte Chavez ki pa konnen okenn lot langa ke fos e plis fos pase li!

Pep Venezuela deja a bout nan klima ensekirite ki andedan peyi'a. Msie rive nan pwen kote menm Cuba ap konstwi teren golf, Lachinn genyen 300 teren golf, tout peyi kap atire tourism ap bati teren golf, msie li menm di li pwal kraze tout teren golf kise youn spo boujwa, youn spo parese pou bati kay pou malere rete. Alo se sel teren sa yo ki disponib pou fe youn bon pwoje konsa? Li le pou Chavez konnen po ak grenn piman kiles ki pi pike!

http://imagenes.globovision.com/archivos/124366_PROTESTA-PERIODISTAS.pdf
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Fok Chavez jwenn youn bouchon rapid pou byen Ven ak res mond nan!   Jeu 20 Aoû 2009 - 17:08

Moi je trouve que ce n'est pas à nous de juger le choix des Vénézueliens.
Revenir en haut Aller en bas
dilibon
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 2205
Localisation : Haiti
Opinion politique : Entrepreneur
Loisirs : Plages
Date d'inscription : 17/05/2009

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Contributeur

MessageSujet: Re: Fok Chavez jwenn youn bouchon rapid pou byen Ven ak res mond nan!   Jeu 20 Aoû 2009 - 17:24

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
dilibon
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 2205
Localisation : Haiti
Opinion politique : Entrepreneur
Loisirs : Plages
Date d'inscription : 17/05/2009

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Contributeur

MessageSujet: Re: Fok Chavez jwenn youn bouchon rapid pou byen Ven ak res mond nan!   Jeu 20 Aoû 2009 - 17:34

Honduras: les contradictions de "l'anti-impérialiste" Chavez
le 15 juillet 2009 11h35 | par
Axel Gylden

chavez.jpg1) Le colonel-président (et ex-putschiste) Hugo Chavez est furieux contre les Etats-Unis et Barack Obama parce que ce dernier n'intervient pas plus directement dans la crise hondurienne afin de rétablir le président en exil Zelaya, déposé le 28 juin dernier par un coup d'Etat. Ainsi, Chavez, le champion de l'anti-impérialisme autoproclamé exhorte "l'empire" à se comporter de manière... impériale, comme les Etats-Unis l'ont pourtant trop souvent fait en Amérique latine au cours du XXe siècle.

2) Hugo Chavez appelle Washington à évacuer la base militaire que les Américains possèdent à Palmerola, au Honduras. Chavez a ainsi interpellé Obama: "Faites-le et montrez ainsi que vous ne soutenez pas le coup d'Etat." Question: pourquoi le poulain de Chavez qu'est Manuel Zelaya ne l'a-t-il pas fermée lorsqu'il était au pouvoir à Tegucigalpa, suivant l'exemple du président équatorien Rafael Correa (qui, lui, a fermé la base américaine de Manta, en Equateur)? Et comment se fait-il que Chavez, champion de l'anti-impérialisme, ne l'ait pas suggéré plus tôt à Manuel Zelaya?

3) Enfin, l'essentiel: Hugo Chavez est-il le mieux placé pour se poser en défenseur de la démocratie et du respect de l'ordre constitutionnel, lui qui, en février et novembre 1992 (photo), fut l'auteur de deux tentatives (plusieurs dizaines de morts) de coup d'Etat au Venezuela contre le président démocratiquement élu Carlos Andrès Perez ? Pour mémoire, Hugo Chavez célèbre chaque année l'anniversaire de ces deux putschs manqués (et cent fois plus sanglants que celui du Honduras) comme des fêtes nationales...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
dilibon
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 2205
Localisation : Haiti
Opinion politique : Entrepreneur
Loisirs : Plages
Date d'inscription : 17/05/2009

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Contributeur

MessageSujet: Re: Fok Chavez jwenn youn bouchon rapid pou byen Ven ak res mond nan!   Jeu 20 Aoû 2009 - 17:39

Honduras :
Obama et Chavez jouent des coudes
Ils ont tous deux condamné le coup d’Etat au Honduras. Ils ont aussi exigé le retour de Manuel Zelaya au pouvoir. Le président américain, Barack Obama, et son homologue vénézuélien, Hugo Chavez, se sont retrouvés côte à côte après l’arrestation et l’expulsion du président hondurien le dimanche 28 juin. Comme l’écrit le New York Times, cette situation était inimaginable il y a quelques mois encore, quand le républicain George W. Bush occupait la Maison Blanche et, serait-on tenté d’ajouter, quand John Negroponte, ancien ambassadeur des Etats-Unis à Tegucigalpa dans les années 80, assumait les fonctions de numéro deux du Département d’Etat.

Le prestigieux quotidien américain, proche des démocrates, va plus loin. Il considère que la condamnation du coup d’Etat par M. Obama a privé M. Chavez de munitions pour attaquer les Etats-Unis comme sous l’administration précédente, quand Washington et Caracas s’engageaient régulièrement dans des échanges d’insultes. Le président américain « s’éloigne des politiques qui ont isolé les Etats-Unis » en Amérique latine ces dernières années, s’est félicité le journal. La presse américaine n’est pas unanime. Le Wall Street Journal, qui appartient au groupe conservateur Murdoch, s’est distingué de la majorité des quotidiens internationaux en justifiant le coup d’Etat. Il s’est même permis de le qualifier de « démocratique » dans un
éditorial publié mercredi. Et de critiquer l’attitude des Etats-Unis. Selon ce journal financier, en exigeant le retour de M. Zelaya, M. Obama pourrait finalement « offrir une victoire politique aux forces du ‘chavismo’ en Amérique latine ».

Les Etats-Unis et le Venezuela reviennent souvent dans les articles publiés sur le Honduras. Dans une interview accordé à El Pais quelques heures avant le coup d’Etat, M. Zelaya assurait qu’il s’était maintenu au pouvoir grâce à Washington. Comme l’explique le quotidien argentin Clarin, ceux qui ont pris le pouvoir n’avaient pas prévu une réaction aussi intransigeante des Etats-Unis. « Le seul scénario favorable pour Roberto Micheletti (désigné président par le Congrès) est que les Etats-Unis bougent et deviennent plus perméables aux demandes de Tegucigalpa, mais Obama aurait du mal à l’expliquer », a souligné le principal quotidien argentin.
Quant à Hugo Chavez, il apparaît dans bon nombre d’articles, comme celui intitulé « Golpe contra el chavismo », publié par El Pais, qui présente la situation au Honduras comme un combat entre partisans et adversaires du président vénézuélien. M. Chavez est aussi pointé du doigt dans un éditorial du journal costaricain La Nacion qui déplore que M. Zelaya se soit aligné aux côtés de l’ALBA depuis son éviction. « Il a ainsi détourné la situation, accentué les teintes idéologiques du conflit, aggravé l’atmosphère de confrontation et éloigné la possibilité d’une solution ».

Enfin, la presse hondurienne, qui s’est rangée derrière M. Micheletti, ne cesse de rapporter chaque jour les propos anti-Chavez des Honduriens qui s’opposent au retour de M. Zelaya.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
dilibon
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 2205
Localisation : Haiti
Opinion politique : Entrepreneur
Loisirs : Plages
Date d'inscription : 17/05/2009

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Contributeur

MessageSujet: Re: Fok Chavez jwenn youn bouchon rapid pou byen Ven ak res mond nan!   Jeu 20 Aoû 2009 - 17:41

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
dilibon
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 2205
Localisation : Haiti
Opinion politique : Entrepreneur
Loisirs : Plages
Date d'inscription : 17/05/2009

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Contributeur

MessageSujet: Re: Fok Chavez jwenn youn bouchon rapid pou byen Ven ak res mond nan!   Jeu 20 Aoû 2009 - 17:46

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kami
animatrice
animatrice
avatar

Féminin
Nombre de messages : 2981
Localisation : ICI
Opinion politique : La séparation des pouvoirs
Loisirs : Lecture, Dormir
Date d'inscription : 20/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle:

MessageSujet: Re: Fok Chavez jwenn youn bouchon rapid pou byen Ven ak res mond nan!   Jeu 20 Aoû 2009 - 23:02

[quote]Poutet Colombie ap aksepte milite ameriken nan baz lalaky yo, Chavez di li pap vann yo petrol ak prix favorab anko. Chavez menm di ke li ka pwan aksyon milite kont Colombie menm jan li menase ke li ka rantre Honduras al mete lod nan koudeta ke ameirken bay gouvenman Zeyala.[quote]

Dilibon,

Vraiman, Chavez ap bay pwoblem, buznis ap aler o ralenti sou zone frontier-a yo preske femin depi ke Chavez komanse koupe van-n petrol lan.

Biznisman Colombien aux abois, se kinbe vant avek decision Chavez ki pa founi yo gazolin. Biznis au ralenti e komes paralize akoz de rarete petrol lan. Se yon fason pou Chavez puni gouvenman Uriebe-a ki bay amerikin fasilite pou mete baz militer nan peyi-a.

Malgre tout bel tet kole kap fet ak nouvel gouvenman amerikin-an Chavez santi se yon souflet ke Uribe bali loskel aksepte sou teritwa li la presence des gringos. Nap swiv.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
piporiko
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 4753
Age : 47
Localisation : USA
Opinion politique : Homme de gauche,anti-imperialiste....
Loisirs : MUSIC MOVIES BOOKS
Date d'inscription : 21/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: L'impulsif

MessageSujet: Re: Fok Chavez jwenn youn bouchon rapid pou byen Ven ak res mond nan!   Ven 21 Aoû 2009 - 22:45

Notre fil rouge pour décoder l'info : les 5 règles de la propagande de guerre




A
chaque guerre, coup d’Etat ou agression menée par l’Occident, les
grands médias appliquent ces cinq « règles de la propagande de guerre
». Employez vous-même cette grille de lecture lors des prochains
conflits, vous serez frappé de les retrouver à chaque fois : 1. Cacher
l'Histoire. 2. Cacher les intérêts économiques. 3. Diaboliser
l’adversaire. 4. Blanchir nos gouvernements et leurs protégés. 5.
Monopoliser l'info, exclure le vrai débat.Application au cas du Honduras
Juillet 2009...






1. Cacher l'Histoire. Le Honduras est
l’exemple parfait de la « république bananière » aux mains des USA.
Dépendance et pillage colonial ont provoqué un énorme fossé
riches-pauvres. 77% de pauvres selon l’ONU. L’armée hondurienne a été
formée et encadrée - jusque dans les pires crimes - par le Pentagone.
L’ambassadeur US John Negroponte (1981-1985) était surnommé « le
vice-roi du Honduras ».

2. Cacher les intérêts économiques.
Aujourd’hui, les multinationales US (banane Chiquita, café, pétrole,
pharmacie…) veulent empêcher ce pays de conquérir son indépendance
économique et politique. L’Amérique du Sud s’unit et vire à gauche, et
Washington veut empêcher l’Amérique centrale de suivre la même voie.

3. Diaboliser l’adversaire.
Les médias ont accusé le président Zelaya de vouloir se faire réélire
pour préparer une dictature. Silence sur ses projets sociaux :
augmentation du salaire minimum, lutte contre l’hyperexploitation dans
les usines-bagnes des firmes US, diminution du prix des médicaments,
aide aux paysans opprimés. Silence sur son refus de couvrir les actes
terroristes made in CIA. Silence sur l’impressionnante résistance
populaire.

4. Blanchir nos gouvernements et leurs protégés.
On cache le financement du putsch par la CIA. On a présenté Obama comme
neutre alors qu’il refusait de rencontrer et de soutenir le président
Zelaya. S’il avait appliqué la loi et supprimé l’aide US au Honduras,
le coup d’Etat aurait été vite arrêté. Le Monde et la plupart des
médias ont blanchi la dictature militaire en parlant de « conflit entre
pouvoirs ». Les images de répression sanglante ne sont pas montrées au
public. Bref, un contraste frappant entre la diabolisation de l’Iran et
la discrétion sur le coup d’Etat hondurien « made in CIA ».

5. Monopoliser l’info, exclure le vrai débat.
La parole est réservée aux sources et experts « acceptables » pour le
système. Toute analyse critique sur l’info est censurée. Ainsi, nos
médias empêchent un vrai débat sur le rôle des multinationales, des USA
et de l’UE dans le sous-développement de l’Amérique latine. Au
Honduras, les manifestants crient « TeleSur ! TeleSur ! » pour saluer
la seule télé qui les informe correctement.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
piporiko
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 4753
Age : 47
Localisation : USA
Opinion politique : Homme de gauche,anti-imperialiste....
Loisirs : MUSIC MOVIES BOOKS
Date d'inscription : 21/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: L'impulsif

MessageSujet: Re: Fok Chavez jwenn youn bouchon rapid pou byen Ven ak res mond nan!   Ven 21 Aoû 2009 - 22:47

Sous-information et désinformation:
loin du Honduras




Henri Maler


Le dimanche 28 juin, un « urgent » de l’AFP
annonce (c’est le titre) : « URGENT Honduras : des militaires ont
arrêté le président Manuel Zelaya (TV) ». Et indique, provisoirement
sans autres précisions, que « des militaires ont arrêté dimanche le
président du Honduras, Manuel Zelaya, qui serait détenu dans une base
aérienne, selon la chaîne de télévision locale Ocho. » Puis les
dépêches se succèdent, annonçant que le président Zelaya a été conduit
de force au Costa-Rica et reproduisant ses déclarations à la chaîne
Telesur.


Le 6 juillet 2009

Mais comment les événements ont-ils été présentés
jusqu’au coup d’Etat ? De quels éclairages a-t-on pu bénéficier en
France pour en comprendre le sens ?
I. Des faits pour s’informer ?



Quelles informations ont été diffusées par les médias français sur le coup d’État ?
Sans
doute, les informations en provenance de l’AFP ne sont-elles pas toutes
aussi détaillées et dénuées de « biais » qu’on pourrait le souhaiter.
Mais, dès le 25 juin, l’agence, au fil des dépêches, livrait les
principales informations :
- La destitution, le 24 juin, du chef
d’état-major général des forces armées et la démission des chefs
d’état-major de l’Armée de terre, de la Marine, des forces aériennes,
et du ministre de la Défense du Honduras.
- Le jugement de la Cour
suprême ordonnant, le lendemain [25 juin], la réintégration du chef
d’état-major général des armées et le déploiement de troupes, le
lendemain, aux alentours du palais présidentiel et de l’aéroport, et
des rumeurs de coups d’État.
- L’entrée de force (le même jour),
du président Zelaya dans une base militaire, « pour récupérer les urnes
nécessaires à une consultation publique qu’il entend organiser dimanche
et qui pourrait déboucher sur sa réélection mais à laquelle l’armée est
hostile ».

Certes, ces informations parcellaires et souvent
biaisées (comme quelques extraits reproduits en annexe permettent de le
vérifier), sont insuffisantes. Mais la plupart des médias ne se sont
même pas donnés la peine de les reproduire au fur et à mesure,
interdisant ainsi de comprendre l’enchaînement des événements et, a
fortiori, leur sens.

Certes, Le Monde (qui, puisque il prétend encore
être un « quotidien de référence », mérite d’être pris comme
référence), commence par sous-traiter partiellement les dépêches de
l’AFP, mais de façon très orientée.

Un article du Monde.fr avec l’AFP, paru le 26 juin
et intitulé « Avant un référendum-clé, le Honduras s’enfonce dans la
crise » fournit cette information approximative et mutilée : « Avant un
référendum prévu dimanche, le Honduras plonge graduellement dans une
crise politique. Le président Manuel Zelaya a forcé l’entrée d’une base
militaire, jeudi, pour récupérer les urnes nécessaires à cette
consultation, qui pourrait déboucher sur une réforme constitutionnelle
qui lui permettrait de briguer un deuxième mandat présidentiel.
L’armée, hostile à une réélection de M. Zelaya, avait refusé de
distribuer les urnes ». Le même jour un Port-Folio du Monde.fr nous le
montre : « Le président du Honduras force l’entrée d’une base
militaire ». Mais de l’origine et du sens de ces événements, nous ne
saurons rien…
Et le jour même du coup d’État, Le Monde.fr (« avec
AFP et Reuters ») livre l’information, à 19h53 heure de Paris sous le
titre suivant : « Putsch au Honduras : Chavez place son armée en état
d’alerte »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
piporiko
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 4753
Age : 47
Localisation : USA
Opinion politique : Homme de gauche,anti-imperialiste....
Loisirs : MUSIC MOVIES BOOKS
Date d'inscription : 21/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: L'impulsif

MessageSujet: Re: Fok Chavez jwenn youn bouchon rapid pou byen Ven ak res mond nan!   Ven 21 Aoû 2009 - 22:48



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
piporiko
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 4753
Age : 47
Localisation : USA
Opinion politique : Homme de gauche,anti-imperialiste....
Loisirs : MUSIC MOVIES BOOKS
Date d'inscription : 21/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: L'impulsif

MessageSujet: Re: Fok Chavez jwenn youn bouchon rapid pou byen Ven ak res mond nan!   Ven 21 Aoû 2009 - 22:56













Mais Le Monde, plutôt que condamner le coup d’État –
car il arrive au Monde de prendre position… – ou de fournir des
éléments d’explication de la situation au Honduras, préfère se
défausser sur une revue de presse : un article composé à partir des
extraits de la presse réactionnaire ou conservatrice (à une exception
près) d’Amérique Latine. Cet article du Monde ressemble fort à un
soutien au coup d’État. Était-ce le but recherché ? On peut en douter.
Est-ce l’effet produit ? C’est certain. Le titre de l’article est des
plus évocateurs : « “Coup d’État d’un genre nouveau" » Ce titre est
emprunté au « principal quotidien » nicaraguayen - La Prensa – qui est
« surtout le plus réactionnaire », comme le précise Thierry Deronne
lorsqu’il porte le scalpel dans les plaies du Monde (Lire : « Victoire diplomatique à Managua. Défaite du "Monde" à Paris »),
et souligne que Le Monde publie cette revue de presse le jour même où
la plupart des chefs d’États de l’UE, et l’ONU condamnent le coup
d’État.

Certes, tout ne ressemble pas à cet article du
Monde, y compris dans Le Monde… En revanche, l’impression sinon d’un
soutien, du moins d’une bienveillance compréhensive envers les
putschistes, cesse d’être une impression à la lecture de Libération (et
non du Figaro…).

Pour ce quotidien, ce qui pour Le Monde n’était
encore qu’un « coup d’État d’un genre nouveau » n’était même pas un
coup d’État. Le 30 juin, en effet, Libération publie un article
d’anthologie qui s’interroge : « Y a-t-il eu un véritable coup d’État
militaire au Honduras ? ». On se le demande… En tout cas, la
responsabilité de cet hypothétique coup d’État doit être imputée au
président destitué. C’est ce qu’indique le titre de l’article :
« Manuel Zelaya, le putsch au crime ». C’est ce que confirme son
sous-titre : « Le président, destitué dimanche, avait scellé son sort
en violant la Constitution ». Bref, Libération épouse la thèse de
l’opposition et des militaires, sans fournir le moindre élément
d’appréciation sur ce prétendu « viol », sur la nature de la procédure
prévue par le président et sur ses motifs, y compris juridiques. En
tout cas, la titraille a « scellé le sort » de Zelaya.

L’article s’efforce en outre d’expliquer que, coup
d’État ou pas, Zelaya a bien cherché ce qui lui arrive. Avec sa
« tentative d’organiser (…) un référendum pour lui permettre de se
représenter à la présidence » [ce qui faux...] , le président « a
incontestablement joué avec le feu », déclare M. Thomas, pompier de
circonstance et auteur de l’article. Et M. Thomas de rappeler, à propos
de « son programme sécuritaire et économique ambitieux » que « le
président démis n’a par ailleurs pas convaincu ». On appréciera le
« par ailleurs », en se demandant qui n’a pas été convaincu. Reste une
question à aborder : « Quel rôle a joué Chávez dans la radicalisation
au Honduras ? ». Et une réponse à apporter : « Hugo Chávez a conforté
Manuel Zelaya dans sa volonté de perdurer à la présidence. » Autrement
dit, un autre « putsch au crime ».

Ainsi, non seulement il était impossible, même en
croisant les sources françaises, de saisir la nature et le sens du
conflit, sanctionné par un coup d’État, mais les médias français ont
précieusement gardé pour eux les clés pour comprendre
II. Des clés pour comprendre ?



Dans sa présentation la plus ramassée et la plus
trompeuse, la présentation de l’objet de la consultation prévue le
dimanche 28 juin tend, volontairement ou pas, à donner raison aux
auteurs du coup d’État, puisqu’elle consiste à dire que le président
Zelaya voulait, ce jour-là, « changer la constitution pour briguer un
second mandat », comme on pouvait le lire dans l’article du Monde cité
plus haut quand il s’y lit que la consultation prévue « devait lui
permettre [au président Zelaya] de se présenter pour un second mandat.
Or ceci est totalement faux (ou faussé par de singuliers raccourcis).

1. Le « référendum » prévu était,
en vérité, une consultation facultative (le vote est obligatoire au
Honduras) et ne portait pas sur l’éventualité d’un deuxième mandat du
Président, mais sur l’éventualité d’un vote ultérieur sur la
convocation éventuelle d’une assemblée constituante.

Plus exactement, la consultation du dimanche 28 juin
avait pour objet de demander au peuple hondurien, s’il voulait d’une
quatrième urne lors des élections de novembre, pour voter à ce
moment-là en faveur ou non de la convocation d’une Assemblée
constituante. Comme le rappelle Maurice Lemoine, dans un article paru
sur le site du Monde Diplomatique – « Retour des “gorilles” au Honduras »
– il s’agissait d’organiser le 28 juin « appuyé par quatre cent mille
signatures, une consultation populaire sans caractère contraignant
posant la question suivante : “Êtes-vous d’accord pour que, lors des
élections générales de novembre 2009, soit installée une quatrième urne
pour décider de la convocation d’une Assemblée nationale constituante
destinée à élaborer une nouvelle Constitution politique ?”. »

C’est assez dire que la formulation du Monde
mentionnée plus haut - « une consultation populaire sur la convocation
d’une Assemblée constituante » – est, pour le moins, incomplète. Et que
la dépêche de l’AFP du 25 juin ne vaut pas mieux : « Zelaya, élu en
janvier 2006 pour un mandat de quatre ans non renouvelable, souhaite
que les électeurs se prononcent dimanche pour ou contre la convocation
de l’élection d’une assemblée constituante qui réformerait la
constitution et lui permettrait de briguer un deuxième mandat. »

Dans l’hypothèse où le vote du 28 juin aurait donné
une majorité en faveur d’une « quatrième urne », ce n’est qu’en
novembre que les Honduriens auraient eu à se prononcer sur
l’éventualité d’une Assemblée constituante. Or, c’est en novembre que
devait être élu un nouveau Président de la République : il était donc
constitutionnellement impossible, avant toute décision d’une Assemblée
constituante, de réélire immédiatement le Président Zelaya.

2. Dans l’hypothèse où cette
Assemblée constituante aurait été (ou serait…) réunie, les
modifications envisagées ne portaient pas exclusivement sur la
possibilité d’exercer deux mandats présidentiels.

Comme en témoigne un manifeste paru le 25 juin 2009 sur le site La obsesiòn de Babel,
sous le titre « La Consulta ¿Crimen contra la Democracia ? », ce qui
était et demeure en question, c’est l’adoption d’un « système politique
qui inclut des mécanismes de démocratie directe » ou, plus exactement
qui permette de « passer d’une démocratie purement représentative
électorale formelle et excluant à une démocratie participative directe
et incluant. » On peut désapprouver un tel projet : on ne peut le
passer sous silence sans désinformer.

S’agissant de la proposition d’un second mandat, on
notera simplement qu’elle n’a rien d’extraordinaire et qu’il n’y a pas
eu de levées de boucliers lorsque le Président Uribe a changé la
constitution colombienne (sans passer par une assemblée constituante),
pour pouvoir être réélu [2].

On ne peut par conséquent qu’être surpris (ou
affecter de l’être…) quand on constate que la plupart des médias ne
retiennent que la proposition d’un second mandat et ne la tienne pour
discutable que quand elle est proposée par un Président de gauche,
alors que tant de constitutions permettent une telle réélection.

3. Et cela d’autant plus que le
Président hondurien a indiqué, à plusieurs reprises, qu’il entendait
respecter la Constitution (qui lui interdisait de se représenter en
novembre), qu’il n’entendait pas se succéder à lui-même et qu’il
n’était même pas certain qu’il se présente à une autre occasion.
Certes, on peut penser que cette promesse, comme on dit, n’engage que
ceux qui y croient, mais le moins que l’on puisse attendre de médias
d’information, c’est qu’ils informent… même en France.

Voici par exemple ce que l’on pouvait lire dans un entretien publié le 28 juin par El Païs sous le titre : « "El jefe del Ejército desobedeció a su comandante, que soy yo" »
-
Question : « L’opposition dit qu’en réalité derrière cette consultation
de dimanche il y a votre essai de vous maintenir au pouvoir. »
-
Réponse : « Regardez... honnêtement. Je n’ai aucune option de rester au
pouvoir. La seule façon serait d’enfreindre l’ordre constitutionnel et
je ne vais pas le faire »
- Question : « C’est votre parole ? »
-
Réponse : « Oui, je vais finir mon gouvernement le 27 janvier 2010.
C’est ce que je vais faire. Mais je vais laisser un processus pour
ouvrir la démocratie, ouvrir l’économie, ouvrir la possibilité que dans
le futur un président puisse être réélu, bien que je ne sache pas si je
serai alors disponible pour cette occasion [3]. »

4. Reste un dernier point :
pourquoi une procédure aussi compliquée – à savoir une consultation en
juin sur la possibilité d’inclure en novembre une question sur la
convocation éventuelle d’une Assemblée constituante – pour modifier la
constitution ?

La raison en est simple : la constitution prévoit
qu’elle ne peut être réformée que par le Congrès à la majorité des deux
tiers (article 374) , mais elle se déclare « inviolable », c’est-à-dire
inamendable sur des point décisifs (article 375) : « Ne pourront être
reformés l’article antérieur [l’article 374], le présent article, les
articles constitutionnels qui renvoient à la forme du gouvernement , au
territoire national, à la durée de la présidence, à l’interdiction
d’être à nouveau président de la république pour un citoyen qui aurait
rempli ce rôle à quelque titre que ce soit , les articles qui renvoient
à ceux qui ne peuvent être président de la république dans la période
suivante [4]. » (Souligné par nous).

A chacun de juger s’il serait antidémocratique de
convoquer une Assemblée Constituante pour contourner une telle
disposition [5].
En tout cas, pour pouvoir se prononcer, encore
aurait-il fallu et faudrait-il encore trouver dans les médias français
des informations exactes et précises.
Henri Maler, avec Pablo…
P.S. Au moment où nous achevons cet article le président Zelaya tente de revenir au Honduras.

Annexe : quelques extraits des dépêches de l’AFP ou « quand trop d’approximations nuisent à la vérité ».

Dépêche de l’AFP du 25 juin - « Honduras :
le président Zelaya force l’entrée d’une base militaire » - en
provenance de Tegucigalpa. Après l’énoncé des faits correspondants :
« Zelaya, élu en janvier 2006 pour un mandat de quatre ans non
renouvelable, souhaite que les électeurs se prononcent dimanche pour ou
contre la convocation de l’élection d’une assemblée constituante qui
réformerait la constitution et lui permettrait de briguer un deuxième
mandat. ». C’est faux : il s’agissait de se prononcer pour que
l’éventualité de cette convocation soit mise aux voix en novembre.

Dépêche du 25 juin - « Honduras : la Cour
suprême ordonne la réintégration du chef d’état-major ». Après le
rappel des fait correspondants, cette étrange présentation : « Des
troupes s’étaient déployées jeudi matin aux alentours du palais
présidentiel de Tegucigalpa, avant de réintégrer leurs casernes. Ce
déploiement avait été décidé pour éviter des "désordres" qu’auraient pu
provoquer "certains" groupes, a affirmé le porte-parole officiel de
l’armée. Il faisait allusion, sans les mentionner, à des organisations
syndicales et indigènes de partisans du président Zelaya. »

Dépêche de l’AFP du 25 juin - « Honduras :
déploiement de troupes sur fond de réforme constitutionnelle [sic] » -
en provenance de Tegucigalpa. « Des centaines de militaires se sont
déployés jeudi [25 juin] dans la capitale du Honduras, après la
destitution du chef d’état-major général par le président Manuel Zelaya
face à l’opposition de l’armée à son projet de briguer un deuxième
mandat présidentiel, selon les médias locaux. Les troupes se sont
déployées aux alentours du palais présidentiel et de l’aéroport, selon
les médias, qui évoquent des rumeurs de tentative de coup d’État. » Et
un peu plus loin, cette phrase plus proche de la vérité, mais encore
approximative : « Si la consultation publique a lieu et au cas où elle
approuverait le projet de M. Zelaya, soutenu par des organisations
populaires et indigènes, les élections générales du 29 novembre
(présidentielle, législatives et municipales) s’accompagneraient d’un
scrutin sur le principe d’une réforme constitutionnelle autorisant la
réélection du président. ». pas le principe d’une réforme
constitutionnelle, mais le principe de la convocation d’une Assemblée
constituante.

« Papier général » du 28 juin (« Honduras : le
président Zelaya conduit de force au Costa-Rica » Par Ana Fernandez »,
en provenance de Tegucicgalpa. Rappelel des faits, des déclarations du
président Zelaya à Telesur, de la condamantion de son arrestation par
l’Union européenne et de la « profonde préoccupation ». Et : « une
consultation populaire organisée par le chef de l’État, malgré
l’opposition de l’armée, du Parlement et de la Cour suprême, qui avait
jugé ce scrutin illégal. M. Zelaya, élu en 2006 pour un mandat de
quatre ans non renouvelable, avait convoqué les électeurs pour ouvrir
la voie à une révision de la Constitution qui lui permettrait de
briguer un deuxième mandat le 29 novembre. ». . Non : pas en novembre


Notes
[1] Cet article fusionne
des informations qui faisaient l’objet de deux dépêches distinctes de
l’AFP, la première annonçant le coup d’état, la seconde mentionnant la
réaction d’ Hugo Chavez, sous un titre sans équivoque : « Hugo Chavez
menace d’intervenir au Honduras si son ambassadeur est agressé ».
[2] Comme on pouvait le lire par exemple le 20 mai 2009 sur le site de El Mundo sous le titre : « El Senado colombiano abre el camino hacia la posible reelección de Uribe ». El Mundo reprenait ainsi une dépêche de l’agence Reuters).
[3]
Pregunta. La oposición dice que lo que en realidad hay detrás de la
consulta del domingo es su intento de perpetuarse en el poder.
-
Respuesta. Mire... Honestamente. No tengo ninguna opción de quedarme en
el poder. La única sería romper el orden constitucional y no lo voy a
hacer.
- Pregunta.¿Es su palabra ?
- Respuesta. Sí, yo voy a
terminar mi gobierno el 27 de enero del 2010. Eso es lo que voy a
hacer. Pero sí voy a dejar un proceso para abrir la democracia, abrir
la economía abrir la posibilidad de que un presidente pueda ser
reelegido en el futuro. Aunque no sé si para entonces voy a estar
disponible.
[4] « Constituciòn de la Repùblica de Honduras, 1982 » et, pour lire les articles 373 à 375 (« De la réforme et de l’inviolabilité de la constitution ») voir « Titulo VII ».
[5] Pour en savoir plus lire sur le site « Escolar.net », l’article intitulé « Las claves para entender qué pasa en Honduras ».

Source: ACRIMED-Observatoire de Médias


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
piporiko
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 4753
Age : 47
Localisation : USA
Opinion politique : Homme de gauche,anti-imperialiste....
Loisirs : MUSIC MOVIES BOOKS
Date d'inscription : 21/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: L'impulsif

MessageSujet: Re: Fok Chavez jwenn youn bouchon rapid pou byen Ven ak res mond nan!   Ven 21 Aoû 2009 - 23:02

L’Amérique latine préfère la coopération à la compétition




Jean Pestieau

Après le coup d’Etat du 28 juin au
Honduras, Manuel Zelaya, le président destitué, conserve le soutien des
pays de l’ALBA, alliance régionale montante. Bernard Duterme explique
pourquoi.
Quelle nouveauté l’ALBA représente-t-elle par rapport à d’autres associations régionales en Amérique latine ?

Bernard Duterme. Cette nouveauté est
importante et radicale. LíALBA signifie désormais – depuis son dernier
sommet au Venezuela fin juin 2009 – « Alliance Bolivarienne pour les
Peuples de Notre Amérique ». Cette nouvelle appellation contient déjà
en elle-même ses ambitions sociales et géopolitiques, en rupture
fondamentale ou, pour le moins, en décalage avec les initiatives déjà
existantes (Mercosur, Can, etc.), au profil essentiellement commercial
et plus en phase avec les vents dominants de l’économie mondiale et du
libre-échange. Hugo Chavez, le président vénézuélien, cofondateur et
principal moteur de cette « Alliance » vient de le confirmer : « L’ALBA
n’est plus maintenant une alternative, une option ou une proposition
théorique, elle est devenue une réalité, une plate-forme politique de
pouvoir ». Elle vise un modèle original d’intégration politique, social
et économique non subordonné aux Etats-Unis bien sûr, mais qui,
au-delà, entend privilégier la coopération entre les peuples et les
Etats plutôt que la compétition... C’est sa force et sa faiblesse. Elle
est perçue par ses détracteurs ainsi que par certains observateurs
sceptiques comme une initiative trop politisée, trop dépendante de la
couleur politique des partis (et surtout des personnalités) au pouvoir
dans ses pays membres pour pouvoir s’affirmer comme un processus non
réversible à la moindre alternance électorale.

Que représente l’ALBA pour le Honduras ?

Bernard Duterme. Personne n’est dupe. Pour le
Honduras, l’ALBA est d’abord une opportunité économique. Quelque peu
lâché sur ce plan par les Etats-Unis et le Fonds monétaire
international, le président libéral-conservateur Manuel Zelaya s’est
assez vite tourné – à la grande stupeur de l’élite hondurienne qui
avait participé à son élection – vers la diplomatie généreuse et
volontariste du Venezuela. En montant d’abord dans le train de
Petrocaribe (autre initiative du président Chávez qui permet aux pays
de la région d’amortir les prix du pétrole), en s’affiliant ensuite à
l’ALBA aux côtés de gouvernements à l’identité originelle socialiste
nettement plus affirmée, comme Cuba, la Bolivie, le Nicaragua et depuis
juin dernier l’Equateur de Rafael Correa. Cela étant, progressivement,
Zelaya a aussi donné corps à ce virage à gauche (opportuniste dans un
premier temps) sur le plan national, par une série d’initiatives
sociales et économiques, visant par exemple à assurer un salaire
minimum au Honduras ou à casser le monopole des multinationales
pharmaceutiques dans le marché de l’approvisionnement en médicaments...

Quelles sont les forces sociales en présence au Honduras?
Bernard Duterme.
Fondamentalement, la structure sociale du Honduras reste l’une des plus
caricaturales de la région. Le pouvoir et les privilèges de
l’oligarchie n’y ont jamais véritablement été remis en question. En
cela, le Honduras correspond toujours à son image de « république
bananière » et d’« arrière-cour des Etats-Unis ». 70 % de la population
vivent sous le seuil de pauvreté ou dans l’extrême pauvreté et plus de
40 % du revenu national proviennent de l’envoi des remesas (argent) des
émigrés pour la plupart aux Etats-Unis. Ils y seraient plus d’un
million pour une population nationale de moins de huit millions
d’habitants. Deux partis traditionnels se partagent l’essentiel du
pouvoir politique, mais le poids de l’armée reste déterminant, ainsi
que celui des grands médias au service d’un certain conservatisme
social et du consumérisme libéral, comme dans pratiquement toute
l’Amérique latine. La société civile et les organisations sociales -
paysannes notamment - ne sont toutefois pas absentes. Ce sont elles qui
ont manifesté et se sont fait réprimer cette première semaine de
juillet pour le retour de Zelaya.

Pourquoi le coup d’Etat au Honduras? Est-il le « maillon faible » de l’ALBA?

Bernard Duterme. Plus que « la conséquence
des procédés illégaux d’un président qui prétend se faire réélire » –
version officielle des responsables du coup d’Etat –, ce coup d’Etat
est d’abord le fait d’une élite crispée et paniquée qui entend bloquer
la progression du « chavisme » en Amérique centrale et au Honduras en
particulier. Contrairement à ce qui a été dit et répété, la
consultation contestée – et qui a servi de prétexte aux putschistes –
n’avait pour objectif que de demander à la population hondurienne si
elle acceptait ou non qu’aux prochaines élections générales
(présidentielle, législative, locale) de décembre 2009 (auxquelles
Zelaya ne pourra de toute façon pas se présenter), un « quatrième
bulletin » l’invitant à se prononcer sur la pertinence ou non d’une
Assemblée constituante… C’est-à-dire d’une Assemblée qui aurait pour
mandat à terme de réformer la Constitution encore très conservatrice du
Honduras et hypothétiquement de donner à un ancien président la
possibilité de se représenter une deuxième fois.

Quel est le rôle des Etats-Unis dans le coup d’Etat ?

Bernard Duterme. Difficile de répondre à ce
stade. Une chose est sûre : connaissant le niveau de dépendance de la
scène politique hondurienne à l’égard des Etats-Unis et la toujours
forte présence militaire de ceux-ci dans le pays, on voit mal comment
tout cela aurait pu se passer sans l’aval, l’aide ou la bienveillance
de certains secteurs de l’administration étasunienne, qui partagent le
même ostracisme à l’égard du « chavisme » et des pouvoirs de gauche
latinos. De là à dire que le président Obama a planifié le coup d’Etat,
ce serait ridicule. On regrettera toutefois, à ce stade, le ton quelque
peu équivoque de sa première « condamnation » du coup d’Etat, par
rapport aux mots plus clairs utilisés par l’Organisation des Etats
américains et l’Union européenne.

Sur qui le peuple hondurien peut-il vraiment
compter dans le concert international de condamnation du coup d’Etat?
Quel est dans ce contexte le rôle de l’ALBA ?


Bernard Duterme. Je ne me souviens pas qu’un
coup d’Etat en Amérique latine – et il y en a eu ! – ait à ce point
fait la quasi unanimité contre lui aussi vite. S’il n’avait été
condamné que par l’ALBA en revanche, je n’aurais pas été optimiste sur
les chances d’un retour immédiat du président Zelaya à son poste...
Mais là, si effectivement tous les acteurs qui ont condamné (OEA, UE,
Mercosur, Unasur, SICA, AG de l’ONU et chacun des pays du continent
américain…) joignent le geste à la parole, comment les « nouvelles »
autorités honduriennes pourraient-elles poursuivre la répression de la
contestation interne ?

Bernard Duterme est directeur du CETRI, Centre Tricontinental (www.cetri.be).
Spécialiste des peuples de l’Amérique latine, il a séjourné fin juin
2009 au Venezuela comme membre du jury du Prix Libertador à la Pensée
critique.


Source: Solidaire































Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
piporiko
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 4753
Age : 47
Localisation : USA
Opinion politique : Homme de gauche,anti-imperialiste....
Loisirs : MUSIC MOVIES BOOKS
Date d'inscription : 21/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: L'impulsif

MessageSujet: Re: Fok Chavez jwenn youn bouchon rapid pou byen Ven ak res mond nan!   Ven 21 Aoû 2009 - 23:10

Guerre sans fin
Les mensonges de Reporters sans frontières sur le Venezuela

par

Salim Lamrani*
On
aurait pu croire qu’avec le changement d’administration aux États-Unis
ou avec son changement de directeur, l’association Reporters sans
frontières aurait cessé sa campagne de propagande contre le Venezuela
et Cuba. Il n’en est rien. Salim Lamrani relate le dernier épisode de
cette guerre sans fin.

















19 juin 2009










Depuis
Paris (France)










































Le 29 mai 2009, Reporters sans frontières a publié une lettre
ouverte destinée au président vénézuélien Hugo Chávez dans laquelle
l’association dénonce « une véritable charge du pouvoir et de
l’administration » contre Globovisión, « une chaîne privée
d’information ». Selon l’organisation parisienne, Globovisión « fait
l’objet d’une procédure administrative pouvant mener à sa suspension
d’antenne pour une durée de soixante-douze heures » pour avoir « relayé
l’information [du séisme du 4 mai 2009] en se référant aux données de
l’Institut géologique des États-Unis [1] ».

Les autorités vénézuéliennes reprochent à la chaîne « d’avoir
enfreint l’article 29 de la Loi de responsabilité sociale en radio et
télévision (Loi Resorte) sanctionnant les médias qui ‘promeuvent, font
l’apologie ou incitent à la guerre ; promeuvent, font l’apologie ou
incitent aux altérations de l’ordre public ». RSF questionne : « En
quoi une information donnée sur un tremblement de terre, pour
imparfaite qu’elle puisse être, cadre-t-elle avec la définition de
l’infraction [2] ? ».

Présentée de cette manière, l’affaire a de quoi surprendre
l’opinion publique internationale. Mais contrairement à ce qu’affirme
RSF, la réalité est autre et soigneusement éludée par l’entité
française de « défense de la liberté de la presse ».


Globovisión contre la démocratie




Depuis 1998, Globovisión n’a eu de cesse de s’opposer au
gouvernement démocratique d’Hugo Chávez. En avril 2002, la chaîne de
télévision avait activement participé au coup d’État de Pedro Carmona
Estanga [3].
Dans n’importe quel pays du monde, Globovisión aurait été fermée et ses
dirigeants condamnés à de lourdes peines de prison. Mais le Tribunal
suprême, contrôlé par l’opposition à l’époque, avait refusé de
reconnaitre la réalité du putsch et s’était contenté de prononcer une
« vacance de pouvoir » pour expliquer le coup de force.

Par la suite, la chaîne a multiplié les appels à l’insurrection [4].
En mai 2007, Globovisión s’est même rendue coupable d’incitation à
l’assassinat du président Chávez en manipulant des images et en lançant
des messages subliminaux. Lors de la diffusion du programme Aló,
Ciudadano, où une interview de Marcel Granier, directeur de la chaîne
RCTV, critiquant fortement Chávez était diffusée, la chaîne a montré
simultanément les images de l’attentat contre le Pape Jean-Paul II
survenu en mai 1981. Globovisión n’avait pas su expliquer pourquoi elle
avait diffusé des images de l’attentat dans un programme traitant du
non renouvellement de la concession de RCTV [5]. Plusieurs experts en sémiotique avait été catégoriques à ce sujet : « On incite à l’assassinat du président [6] ».
En France, de tels agissements auraient conduit les journalistes de la
chaîne ainsi que leurs dirigeants derrière les barreaux.

Les journalistes de Globovisión ainsi que les présentateurs de la
chaîne ont également multiplié les expressions diffamatoires à l’égard
du gouvernement en utilisant les termes « dictature » et « tyrannie »,
afin de justifier les appels à la désobéissance civile et les actes de
violence. De telles expressions sont inimaginables en Occident [7].
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
piporiko
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 4753
Age : 47
Localisation : USA
Opinion politique : Homme de gauche,anti-imperialiste....
Loisirs : MUSIC MOVIES BOOKS
Date d'inscription : 21/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: L'impulsif

MessageSujet: Re: Fok Chavez jwenn youn bouchon rapid pou byen Ven ak res mond nan!   Ven 21 Aoû 2009 - 23:11


L’affaire du séisme




Le 4 mai 2009, une secousse sismique a frappé l’état de Miranda à 4
heures 40 du matin, suivie de trois répliques (4 h 50, 6 h 23 et
6 h 24), sans faire de dégâts humains. À 5 h 25, le ministre de
l’Intérieur et de la Justice Tarek El Aissami a indiqué que le
tremblement de terre avait été ressenti à plusieurs endroits. « Nous
recevons actuellement des rapports sur les dégâts. Nous sommes en train
de déterminer l’épicentre et la magnitude à travers la Funvisis
(Fondation vénézuélienne de recherche sismologique). Nous voulons
informer que pour l’instant nous n’avons aucun rapport de dommages
matériels ou humains. Nous souhaitons lancer un appel au calme. Nous
avons ordonné immédiatement un déploiement de patrouilles afin de
protéger les personnes qui ont quitté leur demeure », a-t-il déclaré [8].
A 5 h 44, El Aissami a rendu public un second rapport informant qu’il
s’était entretenu avec le président ainsi que le vice-président Ramón
Carrizález, soulignant par la même occasion que Chávez avait ordonné le
déploiement de la Garde nationale bolivarienne afin d’assurer la
sécurité des citoyens7.

De son côté, Francisco Garcés, président de Funvisis, a informé à
5 h 40 que deux secousses avaient frappé la capitale Caracas ainsi que
la zone métropolitaine et a demandé aux médias de lancer des appels au
calme à la population. A 6 h 05, le ministre des Travaux publics et du
Logement, Diosdado Cabello, a indiqué que le métro, le chemin de fer et
l’aéroport fonctionnaient parfaitement. Hector Navarro, ministre de
l’Éducation, a également souligné que les écoles et les universités
n’avaient pas été touchées par le séisme et qu’elles restaient
ouvertes. Jesús Mantilla, ministre de la Santé, a fait part du
fonctionnement normal des centres hospitaliers du pays. A 6 h 47, la
ministre des Télécommunications et de l’Informatique Socorro Hernández
a informé la population que le réseau de télécommunications n’avait pas
été affecté. Alejandro Hitcher, président de Hidrocapital, a expliqué
pour sa part que le système des aqueducs fonctionnait normalement. A
7 h, Blanca Ekhout, ministre de la Communication et de l’Information, a
signalé que l’ensemble des organismes de l’État était entré en état
d’alerte dès la première secousse. Jacqueline Faría, chef du
gouvernement du district de la capitale, ainsi que Rafael Ramírez,
ministre de l’Énergie et du Pétrole, ont tenu la population informée
dans leurs attributions respectives [9].

Cependant, à 5 h 20 du matin, soit à peine 40 minutes après la
première secousse sismique, le directeur de Globovisión Alberto
Federico Ravell, s’est empressé d’intervenir personnellement en direct
sur sa chaîne pour —après avoir fourni une information erronée sur
l’épicentre du séisme se basant sur des informations en provenance… des
États-Unis— s’en prendre directement au gouvernement et l’accuser
d’incurie tout en transmettant un message de peur et d’angoisse. « Nous
sommes très inquiets, nous n’avons trouvé personne, nous n’avons trouvé
aucune autorité susceptible de nous informer de manière précise et
exacte […]. Nous sommes dans l’attente d’une information précise et
crédible de la part de nos autorités car nous n’avons personne à qui
nous adresser. Nous avons appelé Funvisis mais on a été coupé, nous
n’avons pas pu entrer en contact avec les pompiers. Le maire [Gerardo]
Blay n’indique pas s’il y a des dégâts dans sa région [10] ».

À ce moment de la conversation, le présentateur de Globovisión a
interrompu son directeur pour lui rappeler une réalité. « Directeur,
nous venons d’avoir une nouvelle fois au téléphone le président de
Funvisis qui nous informe qu’il se trouve en voiture et que c’est la
raison pour laquelle il lui a été impossible de nous fournir des
informations. Cependant, il a affirmé que dès qu’il arrivera à
destination, il nous informera en direct à la télévision pour nous
fournir une meilleure information [11] ».

Loin d’entendre l’appel à la raison, Ravell en profita pour
stigmatiser de nouveau les autorités : « Les médias officiels qui font
tant de propagande devraient être en train d’informer les citoyens en
ce moment, sans que nous ayons à recourir aux services météorologiques
des États-Unis pour informer les gens qu’à Caracas il y a eu un
tremblement de terre [12] ».

Tarek el Assaimi a dénoncé « l’attitude mesquine et l’utilisation
irresponsable d’un moyen de communication ». Ravel, au lieu de
transmettre un message de tranquillité, a instrumentalisé une
catastrophe naturelle pour des fins politiques et « semer la crainte au
sein de la population », selon Cabello, ministre des travaux Publics [13].
Que se passerait-il en France si le directeur de la chaîne privée TF1
avait attaqué le gouvernement de Nicolas Sarkozy, avec la même
virulence, quarante minutes après le début des inondations survenues en
2008, l’accusant d’abandonner les victimes à leur sort
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
piporiko
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 4753
Age : 47
Localisation : USA
Opinion politique : Homme de gauche,anti-imperialiste....
Loisirs : MUSIC MOVIES BOOKS
Date d'inscription : 21/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: L'impulsif

MessageSujet: Re: Fok Chavez jwenn youn bouchon rapid pou byen Ven ak res mond nan!   Ven 21 Aoû 2009 - 23:12


La désinformation de RSF




RSF a bien évidemment soigneusement censuré cette réalité et tente
de faire passer une grave atteinte à la déontologie journalistique et
un sérieux manquement à la responsabilité des médias pour une violation
de la liberté de la presse. En référence au coup d’État de 2002,
l’organisation parisienne reconnait qu’« une procédure judiciaire,
assortie d’un débat contradictoire, sur l’attitude de certains médias
privés au cours de ces évènements n’était pas sans fondement à
l’époque » mais feint d’ignorer les agissements continuels et illégaux
de Globovisión en s’interrogeant : « Sur quel contenu repose désormais
l’accusation, plus de sept ans après les faits [14] ? ».

Enfin, RSF affirme que « Globovisión est le seul média télévisuel du
réseau à émettre une voix nettement critique envers votre gouvernement.
[…].Dans d’autres pays d’Amérique latine, où vos homologues ont été
durement confrontés à des médias hostiles ou considérés comme tels,
jamais la réplique de l’État n’a pris une tournure aussi extrême.
Jamais n’a eu lieu la subordination de la quasi-totalité du secteur
télévisuel à la seule voix dirigeante ». Ici, le mensonge est triple :
l’entité fondée par Robert Ménard tente de faire croire que les
agissements de Globovisión sont monnaie courante en Amérique latine,
que le gouvernement Chávez s’en prend à la chaîne en raison des
critiques émises à son encontre et que les autres médias télévisuels du
pays sont à la solde du leader bolivarien [15].

Encore une fois, il est aisé d’infirmer les propos de RSF. D’une
part, aucun média latino-américain n’a appelé au renversement du
président élu tel que l’a fait Globovisión. Par ailleurs, il suffit de
regarder les chaînes de télévision privées qui occupent plus de 80 % de
l’espace médiatique du pays pour se rendre contre que la critique à
l’encontre des autorités y est acerbe et constante. Enfin, tout
analyste sérieux sait pertinemment qu’aucun pays du continent américain
ne peut se targuer de disposer d’une liberté d’expression et de la
presse similaire à celle qui règne au Venezuela. Ainsi, pour RSF, les
médias doivent inciter à l’insurrection et au renversement de l’ordre
établi comme le fait Globovisión pour ne pas être considérés comme
étant à la botte du pouvoir.

Depuis l’élection d’Hugo Chávez à la présidence de la République
bolivarienne du Venezuela, RSF a pris fait et cause pour l’opposition
antidémocratique et putschiste et n’a eu de cesse de défendre ses
intérêts au niveau international. Ainsi, lors du coup d’Etat du 11
avril 2002, RSF s’était bien gardée de dénoncer le rôle principal joué
par les médias privés opposés au président démocratiquement élu. Pis
encore, le 12 avril 2002, RSF avait publié un article reprenant sans
aucune réserve la version des putschistes et avait essayé de convaincre
l’opinion publique internationale que Chávez avait démissionné :

« Reclus dans le palais présidentiel, Hugo Chávez a signé sa
démission dans la nuit, sous la pression de l’armée. Il a ensuite été
conduit au fort de Tiuna, la principale base militaire de Caracas, où
il est détenu. Immédiatement après, Pedro Carmona, le président de
Fedecámaras, a annoncé qu’il dirigerait un nouveau gouvernement de
transition. Il a affirmé que son nom faisait l’objet d’un "consensus"
de la société civile vénézuélienne et du commandement des forces
armées [16] ».

RSF n’est pas une organisation de défense de la liberté de la
presse mais une sombre entité à l’agenda politique bien précis chargée
de discréditer par tous les moyens possibles les gouvernements
progressistes à travers le monde et qui se trouvent sur la liste noire
des États-Unis. Rien d’étonnant quand on sait que Washington finance
substantiellement l’organisation par le biais de la National Endowment
for Democracy, [17] une officine écran de la CIA selon le New York Times [18].
















Salim Lamrani
Enseignant
chargé de cours à l’Université Paris-Descartes et à l’Université
Paris-Est Marne-la-Vallée et journaliste français, spécialiste des
relations entre Cuba et les États-Unis. Auteur de Cuba face à l’empire : Propagande, guerre économique et terrorisme d’État, dernier ouvrage publié en français : Double Morale. Cuba, l’Union européenne et les droits de l’homme.



Les articles de cet auteur

Envoyer un message






























[1] Reporters sans frontières, « Acharnement gouvernemental contre la chaîne Globovisión : lettre ouverte au Président Hugo Chávez », 29 mai 2009. (site consulté le 2 juin 2009).

[2] Ibid.

[3] « Opération manquée au Venezuela », par Thierry Meyssan, Réseau Voltaire, 18 mai 2002.

[4]
Agencia Bolivaria de Noticias, « Periodistas coinciden en que
Globovisión es promotor de protestas de oposición », 29 mai 2007.

[5] Agencia Bolivaria de Noticias, « Ministro Lara denunció que medios de oposición incitan a magnicidio », 27 mai 2007.

[6] Agencia Bolivaria de Noticias, « CNN miente sobre Venezuela y Globovisión incita al magnicidio », 28 mai 2007.

[7] Agencia Bolivaria de Noticias, « Globovisión continúa con la instigación a la desestabilización », 29 mai 2007.

[8] Luigino Bracci Roa, « Fuerte temblor sacudió región central del país esta madrugada sin causar daños », Yvke Mundial, 4 mai 2009. (site consulté le 15 juin 2009).

[9] Ibid.

[10] Globovisión, « ¿Quién sintio el temblor primero ? ¿Los chavistas o los opositores ? », 4 mai 2009. (site consulté le 15 juin 2009).

[11] Ibid.

[12] Ibid.

[13] Ibid.

[14]
Reporters sans frontières, « Acharnement gouvernemental contre la
chaîne Globovisión : lettre ouverte au Président Hugo Chávez », op. cit.

[15] Ibid.

[16] Reporters sans frontières, « Un journaliste a été tué, trois autres ont été blessés et cinq chaînes de télévision brièvement suspendues », 12 avril 2002. (site consulté le 13 novembre 2006).

[17] « La NED, nébuleuse de l’ingérence "démocratique" », par Thierry Meyssan, Réseau Voltaire, 22 janvier 2004.

[18] Salim Lamrani, Cuba. Ce que les médias ne vous diront jamais (Paris : Editions Estrella, 2009).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
piporiko
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 4753
Age : 47
Localisation : USA
Opinion politique : Homme de gauche,anti-imperialiste....
Loisirs : MUSIC MOVIES BOOKS
Date d'inscription : 21/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: L'impulsif

MessageSujet: Re: Fok Chavez jwenn youn bouchon rapid pou byen Ven ak res mond nan!   Ven 21 Aoû 2009 - 23:23

De la théorie à la pratique
La Fondation Héritage et l’Amérique latine
par

Edgar González Ruiz*




La
Fondation Héritage n’intervient pas seulement dans la vie politique
intérieure des États-Unis et au Royaume-Uni pour promouvoir le
pseudo-libéralisme. Elle est aussi très présente en Amérique latine.
Ses « expertises », qui ressortent plus de l’idéologie que de
l’observation, servent de base aux attributions d’aide économique
états-unienne. Ses « analyses » justifient le déploiement permanent de
troupes US pour défendre les intérêts économiques des multinationales,
ainsi que les opérations de déstabilisations d’Haïti, de Cuba et du
Venezuela.


















20 octobre 2004















































La Fondation Héritage n’est pas un simple laboratoire d’idée, c’est
une organisation militante qui fournit des argumentaires aux décideurs
états-uniens, en un temps record, pour défendre les points de vue du
Parti républicain. Son histoire se confond avec celle des
administrations Reagan et Bush fils aux États-Unis, Thatcher au
Royaume-Uni [1]. Elle joue aussi un rôle déterminant dans l’élaboration des politiques du département d’État en Amérique latine.

Ainsi, le 3 mai 2004, l’administration Bush a annoncé, via Roger F.
Noriega, que 16 pays, dont la Bolivie, le Honduras et le Nicaragua,
avaient été choisis pour bénéficier du Millenium Challenge. Cet
organisme privé, doté par l’État fédéral d’un milliard de dollars, est
destiné à « soutenir des programmes de développement économique, de
développement humain, de renforcement de la démocratie et à favoriser
la libre entreprise
» [2]

Entre autres critères d’obtention de cette aide, le gouvernement
états-unien s’en est remis à l’assentiment de la fondation Héritage,
qui évalue le degré de « liberté économique » des États candidats.

C’est encore la Fondation qui participe à la validation de résultats
électoraux, chaque fois qu’il est nécessaire de confirmer des victoires
douteuses de partis pro-états-uniens, comme au Mexique lors des
élections de 2000 qui virent la victoire de Vincente Fox.

La Fondation a fait la promotion d’agressions états-uniennes contre
Haïti, le Venezuela et Cuba. Dans plusieurs de ses rapports, elle a
pressé le gouvernement Bush de faire face « à la menace terroriste en
Amérique latine. » [3].

Elle fournit aussi un argumentaire pour justifier du déploiement
permanent de troupes US en Amérique latine et d’interventions
couvertes. Le 20 février 2004, elle publiait un mémo du
lieutenant-colonel James Jay Carafano et de Stephen Johnson intitulé, Renforcer le flanc Sud de l’Amérique requiert plus d’efforts [4].
Les deux experts y décrivaient une supposée menace terroriste, centrant
leurs attaques sur Cuba et le Venezuela, les accusant d’interférer dans
les « processus démocratiques latino-américains ». Le document mettait en demeure la diplomatie états-unienne de « travailler de manière coordonnée avec d’autres gouvernements pour neutraliser les menaces ».

Des soldats états-uniens en patrouille dans les rues de Port-au-Prince à Haïti

Stephen Johnson, expert la Fondation Héritage et ancien attaché
militaire au Honduras, écrivait dans un document en date du 13 avril
2004, Sécuriser un nouveau départ pour Haïti [5]
que les États-Unis ne peuvent résoudre tous les problèmes du monde car
ceux-ci sont nombreux et leurs ressources sont limitées. C’est
pourquoi : « Les autres pays doivent apprendre à se débrouiller tout seuls ». Mais, dans le cas d’Haïti, sa stabilité étant « essentielle » pour les autres économies des Caraïbes, « les États-Unis ont un intérêt économique et stratégique à l’aider à être autosuffisant et à se régir par lui-même ».

Sans faire allusion à la participation des Etats-Unis dans le renversement d’Aristide [6], Johnson indique que Washington et ses « partenaires internationaux » aident à la reconstruction d’Haïti. Il qualifie de bon début, la formation d’un cabinet de « technocrates non partisans ».

Ses conclusions soulignent que « jusqu’à présent l’administration Bush a aidé à Haïti à préserver l’ordre constitutionnel devant une autocratie rampante ».
Elles citent les mots du gouverneur de Floride, Jeb Bush, demandant aux
Haïtiens installés aux États-Unis de prendre part au « processus de reconstruction ». Johnson ajoute que : « cependant,
il est plus utile et souhaitable que les Haïtiens s’aident eux-mêmes,
écartant ainsi les démagogues, tout en construisant des institutions
durables. Le leadership des États-Unis pour maintenir le soutien
international est un facteur clé pour que la reconstruction soit un
succès
».

Le 31 octobre 2002 en sa qualité de secrétaire-assistant pour
« l’hémisphère occidental », Otto Reich a fustigé Cuba dans un discours
prononcé à Fondation Héritage. Il l’a accusé « d’être une menace permanente pour la sécurité des Etats-Unis », exigeant en outre que le gouvernement cubain mène à bien « des réformes politiques radicales avant que les États Unis ne puissent avoir avec lui des relations diplomatiques normales » [7].
Otto Reich s’était d’ailleurs adjoint comme assistant au département
d’État, Dan Fisk, un expert de la Fondation Héritage et ancien
assistant parlementaire du sénateur Jesse Helms.

C’est précisément Dan Fisk, le diplomatique états-unien de plus haut
rang chargé de Cuba, qui a justifié les récentes restrictions imposées
sur les voyages à destinations de l’Île et aux devises envoyées par les
exilés à leurs proches, en alléguant que ces restrictions étaient
nécessaires parce que Castro essayait « de profiter d’une partie du
soutien de la Communauté exilée pour subvenir aux besoins de la
population cubaine (…) Le régime a construit sa réputation sur la base
d’une révolution qui prétend répondre aux besoins du peuple cubain (…)
C’est le régime qui doit nourrir, donner du vêtement et des services
médicaux au peuple
». Certes, mais précisément, Cuba est victime d’un embargo depuis quarante ans.












<table width="400" border="0" cellpadding="0" cellspacing="0"> <tr valign="top"> <td width="80"></td>
<td class="texte" width="320" align="right">



Edgar González Ruiz
Journaliste d’investigation mexicain, auteur de Los Abascal, De los cristeros a Fox, La sexualidad prohibida, Cruces y Sombras ainsi que d’autres livres sur la droite mexicaine et sud-américaine.



Les articles de cet auteur

Envoyer un message















</td>
</tr>
</table>















[1] « Le prêt-à-penser de la Fondation Héritage », Voltaire, 8 juin 2004.

[2] « Le Millenium Challenge, colonialisme libéral » par Paul Labarique, Voltaire, 19 février 2004.

[3] Cf . « Estados Unidos ocupa la triple frontera » par Gaston Pardo, IPI/Red Voltaire, 10 février 2004.

[4] Strengthening America’s Southern Flank Requires a Better Effort par James Jay Carafano et Stephen Johnson, Heritage Fondation, 20 février 2004.

[5] Securing a Fresh Start in Haiti par Stephen Johnson, Heritage Foundation, 13 avril 2004.

[6] « Coup d’État en Haïti » par Thierry Meyssan, Voltaire, 1er mars 2004.

[7] « U.S. Interests in Latin America », conférence d’Otto Reich, Heritage Foundation, 31 octobre 2002



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joel
Membre-fondateur
Membre-fondateur


Masculin
Nombre de messages : 15210
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

MessageSujet: Re: Fok Chavez jwenn youn bouchon rapid pou byen Ven ak res mond nan!   Sam 22 Aoû 2009 - 10:31

Gen fondasyon tankou "HERITAGE FOUNDATION" ekstrèm dwat kòlòwòch;gen de bon fondasyon tou tankou COHA ki fè rechèch pou demokrat liberal yo sou Amerik Latin lan.

Mwen kontan ke COHA demaske PREVAL ak zafè salè minimòm 200g.Yo te apiye PREVAL paske yo te kwè ke misye se te yon "popilis' de goch;men zye yo kòmanse louvri ak bagay 200 g lan!

http://www.coha.org/2009/08/haiti's-minimum-wage-battle/#more-6118
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Fok Chavez jwenn youn bouchon rapid pou byen Ven ak res mond nan!   

Revenir en haut Aller en bas
 
Fok Chavez jwenn youn bouchon rapid pou byen Ven ak res mond nan!
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Fok Chavez jwenn youn bouchon rapid pou byen Ven ak res mond nan!
» Chavez traite Obama de « pauvre ignorant »
» Where Hugo Chavez and William Baldwin agree.
» Hugo Chavez et le vice-president cubain en Haiti
» Chavez soupconne une tentative d'assassinat contre sa personne

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti :: Haiti :: Espace Monde-
Sauter vers: