Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

FOROM AYITI : Tèt Ansanm Pou'n Chanje Ayiti.
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  PortailPortail  CalendrierCalendrier  PublicationsPublications  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 a LA NEG EGRI,SE STANLEY LUCAS

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
piporiko
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 4753
Age : 47
Localisation : USA
Opinion politique : Homme de gauche,anti-imperialiste....
Loisirs : MUSIC MOVIES BOOKS
Date d'inscription : 21/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: L'impulsif

MessageSujet: a LA NEG EGRI,SE STANLEY LUCAS   Dim 13 Déc 2009 - 18:43

19 Decembre: Le Grand Gala des Journalistes de l'Unite et de Rene Preval


Le redacteur en chef des journalistes de l'Unite organise un gala le 19 Decembre 2009. cliquez ici: http://lenouvelliste.com/article.php?PubID=1&ArticleID=76980&PubDate=2009-12-11 Le
11 Aout 2007 le president Rene Preval installait sa commission
presidentielle de journalistes presidee par Guyler C. Delva de S.O.S
Journalistes cliquez ici:

http://metropolehaiti.com/metropole/archive.php?action=full&keyword=guyler+delva&sid=0&critere=0&id=12924&p=1 .



Depuis
son installation cette commission des journalistes de Lespwa et de
l'Unite a recue de Rene Preval deux vehicules fambants neuf tout
terrain et des millions de gourdes de l'etat Haitien. Si tout un chacun
reconnait la contribution passe de Guyler Delva dans le maintien de la
liberte de la presse, la plupart des journalistes independants ont
questionne ce choix gouvernemental. Depuis cette nommination les gaffes
de Delva en faveur de Preval genent beaucoup de journalistes
independants.



On
peut citer son debarquement a la derniere minute dans l'emission
ranmasse pour attaquer des parlementaires opposes a la ratification
d'un premier ministre nomme par Preval, sa gestion comme commissaire du
gouvernement a.i. du cas judiciaire de Brignol Lindor ou les petits
criminels furent comdamnes mais les auteurs intellectuels
volontairement oublies, ses attaques contre le senateur Boulos sous les
ordres de Rene Preval qui ont abouti a sa comdamnation pour un mois de
prison cliquez ici: http://metropolehaiti.com/metropole/archive.php?action=full&keyword=guyler+delva&sid=0&critere=0&id=14477&p=1 ,
les efforts pour faire trainer et creer la diversion dans la gestion du
dossier de Jacques Roche, ses efforts pour recruter des journalistes de
l'AIH et autres dans son projet.



Nombreux
sont ceux qui croient que la mission donnee a Guyler Delva par Preval
est a. de faire comdamner les petits executants tout en ignorant les
grands barons responsables des decisions d'eliminer des journalistes b.
d'affaiblir le travail des journalistes independants. Cette ceremonie
organisee par le journaliste de l'Unite l'Unite le 19 Decembre est une
insulte a la memoire des disparus.





--
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joel
Membre-fondateur
Membre-fondateur


Masculin
Nombre de messages : 15289
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

MessageSujet: Re: a LA NEG EGRI,SE STANLEY LUCAS   Lun 14 Déc 2009 - 18:08

Pipo,

Si yon jounalis ap evolye ann Ayiti e STANLEY LUCAS atake w;se pou w rele AYIBOBO,VWALA MAGLWA.

Sa vle di ou se yon nonm pwòp,ou pa t lan manje lajan Chango pandan dènye koudeta a.

Mwen pa bezwen konnen si GUYLER DELVA ap travay pou PREVAL ou pa ;paske depi LUCAS atake l ,sa pwouve ke misye se yon bon grenn!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
dilibon
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 2205
Localisation : Haiti
Opinion politique : Entrepreneur
Loisirs : Plages
Date d'inscription : 17/05/2009

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Contributeur

MessageSujet: Re: a LA NEG EGRI,SE STANLEY LUCAS   Lun 14 Déc 2009 - 18:40

Joel a écrit:
Pipo,

Si yon jounalis ap evolye ann Ayiti e STANLEY LUCAS atake w;se pou w rele AYIBOBO,VWALA MAGLWA.

Sa vle di ou se yon nonm pwòp,ou pa t lan manje lajan Chango pandan dènye koudeta a.

Mwen pa bezwen konnen si GUYLER DELVA ap travay pou PREVAL ou pa ;paske depi LUCAS atake l ,sa pwouve ke misye se yon bon grenn!

Ciel! Mesye Marc pale franse, li pale kreyol, kreyol aysien an pou li di ke forum lap administre a, forum li inisye lentensyon li sete pou fasilite dyalog ant ayisien, li di atake lide moun nan ak agiman, bon jan kont agiman men pa atake moun nan. Si Stanley Lucas fe krim swa an Ayiti ak nan peyi letranje poukisa nou pa rele li nan tribinal? Vini ak bon jan prev pou demontre k elise vagabon men pa konitnye ap fe vagabondaj. Si nou pa konpwann forum nan chanje difamasyon pa akseptab la anko mesye! Li di youn bagay de Guyler C Delva, neg la se jounalist li ka defann tet li, li genyen veb ak lespri pou fe sa e menm lajan pou pouswiv moun nan men sispann fe avoka koz pedi... Sevi ak sevo nou pou nou aprann fe deba! Mezanmi nou ka grandi nan sevo nou pa kontinye ak fe espektak lontan isit la toujou. Patyans administrate ak moderate ka pa osi long ke nou pense a non!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thunder
Super Star
Super Star
avatar

Masculin
Nombre de messages : 4689
Localisation : Planet Earth (Milky Way Galaxy)
Loisirs : Target Practice, Sports Cars, Konpa...
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le gardien

MessageSujet: Re: a LA NEG EGRI,SE STANLEY LUCAS   Mar 15 Déc 2009 - 1:45

Mwen ta renmen pou Joel di kisa li te panse de Delva nan epòk 2000-2004 tou

Robert Menard of Reporters Without Borders, RSF, reacts to the
death threats issued by people's organization, OP, members against Guyler C.
Delva of the Association of Haitian Journalists, AJH.


http://www.webster.edu/~corbetre/haiti-archive/msg10354.html

Eske li te pou oubyen kont Delva akòz Menard ki t ap pran pou li?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joel
Membre-fondateur
Membre-fondateur


Masculin
Nombre de messages : 15289
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

MessageSujet: Re: a LA NEG EGRI,SE STANLEY LUCAS   Mar 15 Déc 2009 - 10:18

[quote="dilibon"]
Joel a écrit:
e forum lap administre a, forum li inisye lentensyon li sete pou fasilite dyalog ant ayisien, li di atake lide moun nan ak agiman, bon jan kont agiman men pa atake moun nan. Si Stanley Lucas fe krim swa an Ayiti ak nan peyi letranje poukisa nou pa rele li nan tribinal? Vini ak bon jan prev pou demontre k elise vagabon men pa konitnye ap fe vagabondaj. Si nou pa konpwann forum nan chanje difamasyon pa akseptab la anko mesye! Li di youn bagay de Guyler C Delva, neg la se jounalist li ka defann tet li, li genyen veb ak lespri pou fe sa e menm lajan pou pouswiv moun nan men sispann fe avoka koz pedi... Sevi ak sevo nou pou nou aprann fe deba! Mezanmi nou ka grandi nan sevo nou pa kontinye ak fe espektak lontan isit la toujou. Patyans administrate ak moderate ka pa osi long ke nou pense a non!

Tonnè boule m.
Mwen pa p di plis.
Men w ap defann STANLEY LUCAS!
Men w ap mande prèv fout tonnè!
Moun ki ap mete atik ke manm HAITI DEMOCRACY PROJECT ekri pou nou akize ARISTIDE!
KOUMANMAN!
Ale sou achiv COHA (COUNCIL ON HEMISPHERIC AFFAIRS) wa wè sa yo di de STANLEY LUCAS?
Bagay ke li te sou pewòl MICHEL FRANCOIS ,pandan premye koudeta a!

Ale sou achiv NEW YORK TIMES e sou magazin SALON pou w wè sa yo di de misye e wòl ke li te jwe pandan dezyèm koudeta a;e temwajaj anbasadè BRIAN DEAN CURREN !

Nou kontwole près lan ann Ayiti,e nou bezwen kontwole sa k ap di sou sit sa a tou.
Mwen bezwen konnen ki sa ki te di ant oumenm ak MARC ,lè w t al vizite lan MONREYAL e apre sa MARC fè koub 180 degre sa a.
Mwen pa p mande w ,men se pou MARC di sa k te pale!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
piporiko
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 4753
Age : 47
Localisation : USA
Opinion politique : Homme de gauche,anti-imperialiste....
Loisirs : MUSIC MOVIES BOOKS
Date d'inscription : 21/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: L'impulsif

MessageSujet: Re: a LA NEG EGRI,SE STANLEY LUCAS   Mar 15 Déc 2009 - 10:34

JOEL,
OU TE TANDE PALE DE"PROTOCOLE SE SION".MWEN KONPARE TOUT SA KAP DI ,KAP EKRI AK DOKIMAN PWOPAGANN SA A.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
piporiko
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 4753
Age : 47
Localisation : USA
Opinion politique : Homme de gauche,anti-imperialiste....
Loisirs : MUSIC MOVIES BOOKS
Date d'inscription : 21/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: L'impulsif

MessageSujet: Re: a LA NEG EGRI,SE STANLEY LUCAS   Mar 15 Déc 2009 - 10:39

Thunder a écrit:
Mwen ta renmen pou Joel di kisa li te panse de Delva nan epòk 2000-2004 tou

Robert Menard of Reporters Without Borders, RSF, reacts to the
death threats issued by people's organization, OP, members against Guyler C.
Delva of the Association of Haitian Journalists, AJH.


http://www.webster.edu/~corbetre/haiti-archive/msg10354.html

Eske li te pou oubyen kont Delva akòz Menard ki t ap pran pou li?

Reporters sans Frontières et les coups d’états de Washington : le financement par l’Institut Républicain International révélé.

Le magnat de la presse britannique
Lord Northcliff avait dit "L’information c’est ce que quelqu’un,
quelque part, veut vous cacher, tout le reste n’est que de la
publicité." Dans ce cas, le financement de Reporters Sans Frontières
par le gouvernement des Etats-Unis doit bien être une information,
parce que cette organisation et ses amis à Washington ont tout tenté
pour le cacher. Malgré 14 mois de fins de non recevoir opposés par le
"National Endowment for Democracy" (NED) à notre demande formulée sous
la loi de la Liberté d’Accès à l’Information ("Freedom of Information
Act") et une dénégation nette de la part du directeur exécutif de RSF,
Lucie Morillon, la NED a finalement admis que Reporters Sans Frontières
avait bien reçu des dons au cours des trois dernières années de la part
du "International Republican Institute".


La NED refuse toujours de fournir les
documents demandés ou même de révéler les montants versés, mais ces
dons sont identifiés par les références suivantes : IRI 2002-022/7270,
IRI 2003-027/7470 et IRI 2004-035/7473. Le journaliste d’investigation
Jeremy Bigwood a demandé le 25 avril au directeur exécutif de Reporters
Sans Frontières, Lucie Morillon, si son organisation recevait de
l’argent du IRI, et elle a dit non. Mais l’existence de ce financement
a été confirmée par Patrick Thomas, adjoint du président de la NED.


Cette découverte met à nu un mensonge
majeur de l’organisation qui, pendant des années, a nié recevoir de
l’argent de Washington jusqu’à ce que certains montants relativement
faibles - de la part de la NED et du "Center for a Free Cuba" - aient
été découverts (1). Interrogée sur les origines de son important
budget, RSF a affirmé que l’argent provenait de la vente de livres de
photographies. Le chercheur Salim Lamrani a souligné l’incohérence
d’une telle réponse. Même en considérant que ces livres avaient été
imprimés gratuitement, il aurait fallu vendre 170200 exemplaires en
2004 et 188400 en 2005 pour obtenir les près de 2 millions de dollars
que l’organisation affirme récolter chaque année - soit 516 exemplaires
vendus par jour en 2005. A l’évidence, il devait exister d’autres
sources de financement. Et il s’avère que c’est bien le cas.


Le IRI, une organisation du Parti
Républicain, est spécialisé dans l’ingérence dans les élections de pays
tiers, comme indiqué dans le rapport annuel de la NED et le site
Internet de l’IRI. L’IRI est l’un des quatre principaux financeurs de
la NED, une organisation fondée par le Congrès US en 1983 sous
l’administration Reagan pour remplacer les programmes actions
clandestines de la CIA envers les sociétés civiles, programmes révélés
et démontés par la Commission d’enquête Church au milieu des années 70
(2). Les trois autres piliers du financement de la NED sont le
"National Democratic Institute" (du Parti Démocrate), le "Solidarity
Center" (du syndicat AFL-CIA) et le "Center for International Private
Enterprise" (de la Chambre de Commerce des Etats-Unis). Mais de tous
ces groupes, c’est l’IRI qui est le plus proche de l’administration
Bush - selon un récent article du New York Times révélant le rôle de
cette organisation dans le renversement du président haïtien
Jean-Bertrand Aristide.


C’est le président Bush qui a désigné
son président, Lorne W. Craner, pour diriger les programmes de
l’administration destinés à instaurer la démocratie. L’institut, qui
intervient dans plus de 60 pays, a vu son financement d’origine
gouvernemental pratiquement tripler ces trois dernières années, passant
de 26 millions de dollars en 2003 à 75 millions de dollars en 2005. Au
printemps dernier (2005), lors d’une soirée de collecte de fonds pour
l’IRI, M. Bush a qualifié la création de démocraties d’"industrie en
croissance". (3)


Le financement par l’IRI constitue un
problème important par rapport à la crédibilité de RSF en tant
qu’organisation de "défense de la liberté de la presse" parce que cette
dernière a été à l’origine de propagandes contre les mouvements
populaires au Venezuela et Haïti au moment même où un de ses
financeurs, l’IRI, tentait de les renverser. L’IRI a financé
l’opposition vénézuelienne au Président Hugo Chavez (4) et a activement
organisé l’opposition haïtienne à Aristide en coordination avec la CIA
(3).


Le chaînon manquant entre RSF et ces
activités s’appelle Otto Reich, qui est d’abord intervenu sur ces coups
d’états en tant que premier secrétaire d’état adjoint pour l’Amérique
latine et, à partir de novembre 2002, comme envoyé spécial en Amérique
latine pour le compte du Conseil National de Sécurité. A part d’être un
des administrateurs du "Center for a Free Cuba", financé par le
gouvernement des Etats-Unis, et qui verse 50.000 dollars par an à RSF,
Reich a travaillé depuis le début des années 80 avec le premier
vice-président de l’IRI, Georges Fauriol, autre membre du "Center for a
Free Cuba". Mais c’est l’expérience de Reich en matière de propagande
qui est particulièrement intéressante ici. Dans les années 80, il a
fait l’objet d’enquêtes sur la guerre illégale de l’administration
Reagan contre les Sandinistes. L’enquête officielle avait révélé en
1987 que le "Bureau de Diplomatie Publique" de Reich avait "mené des
actions clandestines illégales de propagande." (3). Au début de l’année
2002, après que George Bush l’ait engagé au sein de Département d’Etat,
"Reich fut rapidement affecté à l’orchestration d’une campagne
médiatique de diffamation massive contre Chavez qui n’a pas cessé
depuis" (5).


Est-ce que Reich est à l’origine du
financement de RSF par l’IRI ? Est-ce que Reich a dirigé les opérations
de propagande de RSF contre Aristide, Chavez et Cuba ? Un examen des
méthodes de l’organisation semble confirmer la thèse ; la propagande
contre Aristide, un ancien prêtre, fut aussi grossière que n’importe
laquelle des calomnies habituelles de Reich à l’encontre les dirigeants
latino-américains. RSF qualifia le président haïtien de "prédateur de
la liberté de la presse" après l’avoir impliqué, dans aucune preuve,
dans les assassinats des journalistes Jean Dominique et Brignol Lindor.
L’organisation présenta ostensiblement des photographies des cadavres
des journalistes sur son site web, les transformant ainsi en icônes
d’une répression présumée d’Aristide contre la presse.


En 2002, RSF écrivit "Le 3 décembre
2001, à Petit-Goâve, un bourg situé à 70 kilomètres au sud-ouest de
Port-au-Prince, un journaliste a été battu à mort par une bande de
tueurs liée aux autorités politiques locales et se réclamant du
mouvement "Lavalas" (l’Avalanche) du président Jean-Bertrand
Aristide.... Ce meurtre survient alors que la situation de la liberté
de la presse ne cesse de se dégrader en Haïti depuis l’assassinat de
Jean Dominique, directeur de Radio Haïti Inter, le 3 avril 2000" (6).
Notez l’erreur de traduction intentionnelle de "Lavalas" (qui signifie
inondation et non avalanche) et comment RSF lie le gang de tueurs au
"mouvement Lavalas d’Aristide," sous-entendant par là que le gang était
dirigé par le président lui-même.


L’article est parsemé de ce genre
d’insinuations et contre vérités grossières. "Dans ce contexte,
l’assassinat de Brignol Lindor est interprété comme un nouvel
avertissement par l’ensemble de la profession". Ici, RSF a déjà
condamné Aristide en laissant entendre que celui-ci a ordonné le
meurtre des journalistes pour envoyer un avertissement aux média
d’opposition et pour faire cesser leurs critiques à son égard. Mais
Jean-Dominique fut assassiné en avril 2000, soit de nombreux mois avant
l’élection d’Aristide, et il n’y a pas là non plus de preuve que le
président ait un lien avec le meurtre de Lindor.


Dans le même article, RSF qualifie le
gouvernement d’Aristide de "régime autoritaire" et l’accuse de
lynchages par la méthode dite du "collier" (7), et décrit les partisans
d’Aristide comme des "voyous" et conclut que toutes ces actions,
imputées par RSF au gouvernement, "s’intègre dans une stratégie plus
large des autorités de recourir à des milices para légales pour
intimider la presse".


Cette propagande aurait été déjà
suffisamment forte si RSF n’avait pas pris des mesures supplémentaires
pour étrangler un pays désespéramment pauvre et dépendant de l’aide
extérieur - tactique qui a aussi été employée contre Cuba (1). L’agence
Associated Press cite le secrétaire général Robert Ménard, qui parlait
de l’incapacité supposée du gouvernement haïtien de faire arrêter
l’assassin de Dominique, "le Président Jean-Bertrand Aristide est
responsable de cette obstruction, et nous allons le classer parmi les
prédateurs de la liberté de la presse si aucun progrès n’est accompli
dans les mois qui viennent" (Cool. L’article se poursuit, "Ménard a dit
qu’il espérait que cette liste, qui sera envoyée à des gouvernements et
aux institutions financières, influencerait l’Union Européenne pour
prolonger la suspension de quelques 100 millions de dollars d’aide."
Les sanctions économiques imposées par les Etats-Unis ont provoqué une
explosion de l’inflation et privé le gouvernement de l’argent
indispensable à son fonctionnement et à sa défense. Pour illustrer le
double standard appliqué par RSF, le bilan des journalistes assassinés
en Colombie est impressionnant, mais Ménard n’a jamais fait pression
sur les Etats-Unis ou l’Union Européenne pour couper les aides au
gouvernement Uribe.


Mais Reporters Sans Frontières ne se
contenta pas d’une simple suspension de l’aide. Au mois de janvier
2002, Ménard lançait un appel auprès du Congrès des Etats-Unis et de
l’UE pour imposer "des sanctions individuelles" contre Aristide et le
Premier Ministre Yvon Neptune, parmi lesquelles les "refus de visas
d’entrée ou de transit" et "le gel de tout compte bancaire ouvert à
l’étranger" (9)


Après le renversement d’Aristide le 29
février 2004, RSF a ignoré pratiquement toutes les violences et
persécutions contre les journalistes critiques envers le gouvernement
Latortue, imposé de l’extérieur, en affirmant au contraire que la
liberté de la presse s’était améliorée. Les rapports 2005 et 2006 de
RSF s’abstiennent de condamner l’exécution extrajudiciaire d’Abdias
Jean qui, selon les témoins, a été tué par la police après avoir pris
trois photos de trois jeunes que la police venait de tuer. RSF a aussi
ignoré les arrestations de journalistes Kevin Pina (Pacifica Radio -
radio progressiste US, ndt) et Jean Ristil, et s’est abstenu de mener
une vraie enquête sur plusieurs attaques contre des stations de radio
pro-Lavalas.


Interrogé sur la révélation de ces
financements, Pina a déclaré : "Il fut rapidement évident que RSF et
Robert Ménard n’étaient pas des gardiens objectifs de la liberté de
l’information en Haïti mais plutôt des acteurs clés dans ce qu’il faut
bien appeler une campagne de désinformation contre le gouvernement
d’Aristide. Les tentatives d’impliquer Aristide dans le meurtre de Jean
Dominique et leur silence lorsque le présumé assassin, le Sénateur
Lavalas Dany Toussaint, a rejoint le camp anti-Aristide et se présenta
aux élections en 2006 n’est qu’un des nombreux exemples qui révèlent le
véritable rôle et la nature d’organisations telles que RSF. Elles
diffusent de fausses informations et des rapports biaisés pour
fabriquer une opposition interne aux gouvernements considérés comme
incontrôlables et qui ne sont pas au goût de Washington tout en
préparant le terrain pour leur renversement éventuel en fournissant une
justification sous prétexte d’atteintes à la liberté de la presse."


Nous avons demandé à l’expert de Haïti
chez RSF, à Paris, pourquoi l’organisation avait ignoré le meurtre
d’Abdias Jean et il a répondu : "Nous avons interrogé la police sur la
mort d’Abdias Jean et elle nous a répondu que l’attaque avait bien été
effectuée par la police mais que celle-ci ne savait pas qu’il était
journaliste. Il prenait des photos." Il avoua qu’aucun des témoins du
meurtre n’avait été interrogé alors que tout l’information qu’il
possédait sur ce cas était basée sur le témoignage de la police, connue
pour ses assassinats et abus courants. En ce qui concerne l’arrestation
de Pina et Ristil, il dit, "généralement lorsque quelqu’un est
emprisonné, nous attendons pour savoir combien de temps... Ils ont été
libérés alors nous ne sommes pas intervenus." Etant donné que RSF n’est
jamais intervenue pour le cas de Abdias Jean, il est très peu probable
qu’elle s’engage pour Pina, critique à la fois du gouvernement
d’intérim et de RSF.


Celui qui paie décide. Prenant ses
instructions auprès du Département d’Etat, RSF s’est rendue coupable de
diaboliser les gouvernements que les Etats-Unis veulent renverser, tels
que ceux de Cuba, Venezuela et Haïti, tout en minimisant les violations
des droits de l’homme commises chez ses alliés stratégiques tels que le
Mexique ou la Colombie. Parce que l’organisation a réussi à cacher le
financement de l’IRI, ce qui aurait pu alerter l’opinion sur ses
objectifs réels, RSF a joué un rôle efficace dans les agressions
clandestines de l’administration Bush contre les chef d’états
récalcitrants de l’Amérique latine. L’organisation a aussi réussi à se
servir de son image d’organisation indépendante de défense de droits de
l’homme pour faire passer son message dans les média US et les ouvrages
universitaires. Un tel résultat pourrait passer pour un exploit de la
part d’un petit groupe d’individus sans expérience réelle du
journalisme si ces derniers n’avaient pas les parrains les plus riches
et les plus puissants du monde.




Notes :

(1) Barahona : RSF : Les Fonds Gouvernementaux Ternissent L’objectivité d’une Organisation

Barahona, D. (2005, 17 mai). "Reporters Without Borders Unmasked : It’s Secret Deal With Otto Reich to Wreak Cuba’s Economy. Counterpunch.org."

en français : RSF un Accord Secret avec Otto Reich pour Ruiner l’Economie de Cuba

(2) David Ignatius (Sept. 22, 1991).
"Innocence Abroad : The New World of Spyless Coups." The Washington
Post. Extrait de la base de données ProQuest. “’Beaucoup de choses nous
faisons aujourd’hui était faite clandestinement par la CIA il y a 25
ans," acquiesça (Allen) Weinstein "


(3) Bogdanich, Walt et Nordberg, Jenny
(2006, 29 janvier). "Mixed U.S. Signals Helped Tilt Haiti Towards
Chaos". The New York Times. Extrait de la base de données ProQuest.


(4) Barry, Tom (2005, 4 août). "Profile : International Republican Institute. International Relations Center." Extrait le 4 juillet, 2006, de

(5) Conkling, Will et Goble, Sam (2004, 13 juillet). "Otto Reich : A Career In Disservice. Council on Hemispheric Affairs".

(6) Lionet, Christian et Avila, Calixto (2002, 10 septembre). Zéro tolérance pour la presse : enquête sur l’assassinat du journaliste Brignol Lindor. Reporters Sans Frontières. Extrait le 7 juillet 2006

(7) Origine de la calomnie sur le
"collier". Comme expliqué par Erwin Stotzky dans son livre " Silencing
the guns of Haiti", Aristide prononça un discours à l’ONU dans lequel
il promit que les "rues deviendront rouges" en employant la forme de
protestation créole bien connue qui consiste à bruler des pneus, dans
aucune allusion explicite au "collier" ou toute autre méthode de
violence (ndt : collier, placer un pneu en feu autour de la victime).
Peu après ce discours, "Haiti Observateur", journal d’opposition de
droite, transforma le métaphore créole en un prétendu appel au
"collier" ce qui fit mille fois le tour des média étrangers, des
rapports de la CIA et les groupes de réflexion néo conservateurs tels
que Heritage Foundation


(Cool Norton, Michael (2001, Nov. 24).
"International press freedom group blasts Haitian government for
stalling progress in Jean Dominique murder investigation". Associated
Press. Extrait le 7 Juillet 2006 de la base Lexis-Nexis. "accusation
d’obstruction : Trois suspects (Ti Lou, Guimy et Markington) furent
arrêtes sous le gouvernement d’Aristide pour le meurtre de Dominique
mais purent mystérieusement s’échapper lors d’une "mutinerie de prison"
sous le gouvernement Latortue au mois de février 2005 et ne furent
jamais retrouvés."


(9) Norton, Michael (2002, 10 janvier).
"Journalists Group Urges Sanctions for Haiti’s President". Associated
Press. Extrait le 7 Juillet 2006 de Lexis-Nexis.


"Aristide est personnellement
responsable de la dégradation de la liberté de la presse en Haïti et
des sanctions devraient être prises contre lui personnellement," dit
Ménard.


Diana Barahona est journaliste indépendante, spécialisée dans la politique en Amérique latine. dlbarahona@cs.com, BARAHONA Diana


Jeb Sprague est journaliste free lance et correspondant pour Radio Pacifica. Sont blog http://www.freehaiti.net

Remerciements à Jeremy Bigwood et Michael D. Steger, avocat.

Traduction "on s’en doutait un peu" par CSP Diffusion autorisée et même encouragée Merci de mentionner les sources.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
dilibon
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 2205
Localisation : Haiti
Opinion politique : Entrepreneur
Loisirs : Plages
Date d'inscription : 17/05/2009

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Contributeur

MessageSujet: Re: a LA NEG EGRI,SE STANLEY LUCAS   Mar 15 Déc 2009 - 10:56

Citation :
Mwen bezwen konnen ki sa ki te di ant oumenm ak MARC ,lè w t al vizite lan MONREYAL e apre sa MARC fè koub 180 degre sa a. Mwen pa p mande w ,men se pou MARC di sa k te pale!

Marc,

Mwen pa fe w konpliman menm paske gende neg nan lavi ke ou pa dwe janm konte pami zanmi w e rele yo zanmi! SI mwen ta genyen youn zanmi ou ansyen zanmi kita konsidere mwen konsa, franchman mwen tap wont. Men Joel sigjere ke se kek pawol mwen pale ak ou le mwen te montreal ki lakoz ke ou devlope pwend vi w. Mwen we sa se oyun derespektan ki mele ak oyun grenn pemet. Mwen rele Maximo ak Deza zanmi mwen pa ekzanp men pa genyen youn moman, malgre distans ki separe nou, ke youn nan mesye sa yo ta devlope youn pwend vi kontre ak mwen menm pou m ta di youn betiz konsa. Daye nan pwoteksyon zanmitay la si mwen ta pa konpwann youn bagay mwen konnen ke mwen ka fe eklsisman an prive anvna menm li ta piblik!

Mwen rive Montreal nan oyun visit biznis mwen apt menm genyen tan menm. Pa genyen youn moman mwen te we ak Marc pou kont li! Lite toujou ak oyun zanmi ou youn manm nan fanmi li! Nou te genyen youn sel chans manje ansanm pendan ke tout zanmi ak fanmi la e nou te fe kek ti diskisoyn sou demokrasi ak lavni peyi Dayiti. Men jodya wap insinye ke se kek avantaj zanmi w nan jwenn ki fe li vire 180 degre? Ak zanmi konsa Marc franchman ou pa bezwen ennmi! Neg konsa mwen pa genyen tan pou yo, menm mepri two konsekan poum voye pou li! Joel mwen wont pou ou nan pwen ke mwen anvi vomi!

Finalman le yap pale de Aristide ou toujou di se yo di, kote prev, men nan ka Stanley Lucas tout sa ki ekri se verite, pa vre? Rele li nan tribinal ak tout moun kap di yo! Dapre mwen ak karakte koupye bourik ou genyen la, menm si ou ta jwenn Aristide sou vant youn fanmi w se fanmi w nan ou tap di ki two cho, ki al vyole le p'tit pretr inosan...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: a LA NEG EGRI,SE STANLEY LUCAS   

Revenir en haut Aller en bas
 
a LA NEG EGRI,SE STANLEY LUCAS
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» a LA NEG EGRI,SE STANLEY LUCAS
» STANLEY LUCAS, POUR QUI SE PREND IL?
» STANLEY LUCAS CONTRE-ATTAQUE
» Stanley Lucas enrage contre ses allies.
» KI ROL STANLEY LUCAS DWAT EKTREMIS MERIKEN AP JWE NAN KAN MARTELLY

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti :: Haiti :: Espace Haïti-
Sauter vers: