Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

FOROM AYITI : Tèt Ansanm Pou'n Chanje Ayiti.
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  PortailPortail  CalendrierCalendrier  PublicationsPublications  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Parrainage Humanitaire: Les Haïtiens de MTL en colère

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Parrainage Humanitaire: Les Haïtiens de MTL en colère   Sam 20 Mar 2010 - 10:45


Yolande James se défend d’avoir offert un cadeau empoisonné à la communauté haïtienne. Au contraire, le gouvernement du Québec s’est montré extrêmement généreux envers les Haïtiens qui ont été durement éprouvés par le séisme du 12 janvier, a estimé la ministre de l’Immigration et des Communautés culturelles.

En effet, près de deux mois après le tremblement de terre qui a ravagé Haïti, aucun des réfugiés ou parrainés prévus dans le cadre du programme mis en branle récemment par Québec n’a encore foulé le sol québécois. Si la ministre Yolande James ainsi que son homologue canadien Jason Kenney rassuraient que tout allait être fait (un délai d'environ 3 mois dans le cas de M.Kenney) pour faciliter les choses, les lourdeurs administratives inhérentes au programme semblent alourdir le processus.
Dans une entrevue exclusive accordée à l’Agence de presse «Média Mosaïque», la ministre fait le point autour du programme et répond aux inquiétudes manifestées par bon nombre de gens dans la communauté haïtienne. Ci-dessous, l’intégralité de cet entretien entre notre journaliste Donald Jean et la ministre de l’Immigration et des Communautés culturelles, Yolande James.



VERBATIM DE L'ENTREVUE

Donald Jean : Mme la ministre, bonjour
Yolande James : Bonjour M.Jean, bonjour Média Mosaïque!


*Question : On est à près de deux mois après le séisme, le processus que vous avez adopté pour faciliter l’arrivée de personnes sinistrées au Québec semble être pas mal long, pas vrai Mme James?
Yolande James : Je ne dirais pas long, parce qu’il faut remonter le cours des choses pour voir l’ensemble des gestes qui ont été posés par notre gouvernement depuis la catastrophe. Le gouvernement du Québec a mis sur pied la cellule de crise, la situation des étudiants, l’adoption internationale, ainsi que l’immigration. Les formulaires sont disponibles depuis le 17 février et que les gens peuvent faire leurs demandes. On est là pour les accompagner à la fois dans les différents centres à Montréal, sur la Rive Sud, à Laval et partout au Québec.

*Question :Mise à part la lenteur du processus, les gens estiment que c’est trop coûteux, bon nombre de gens estiment que les montants faramineux que vous réclamez ne sont pas applicables à la communauté haïtienne, qui n’est sans doute pas la communauté la plus fortunée Mme James...
Yolande James : C’est une question d’équilibre, je redis qu’il s’agit d’une réponse exceptionnelle à une situation exceptionnelle. Cela tient compte de ce que la diaspora et de ce que la société d’accueil a exprimé aussi. Je ne rends service à personne en laissant rentrer au Québec des personnes qui ne seraient pas capables de s’intégrer à la société. C’est l’équilibre qu’il faut respecter. Ça prend absolument un niveau de revenus démontrant que le répondant est capable de prendre soin de son unité familiale et qu'il dispose de revenus supplémentaires pour s’occuper de la personne parrainée.
Et justement, pour venir en aide aux personnes qui n’ont pas assez de revenus, j’ai adopté la clause tiers-garant de façon exceptionnelle en fonction de la situation en Haïti en permettant à une personne qui n’est pas membre de la famille de cautionner financièrement un répondant qui n’aurait pas les revenus exigés.

*Question : Vous réclamez près de 68 000 de revenus annuels à un couple qui a 2 enfants et qui souhaite faire rentrer 2 personnes sans compter les frais pour le traitement des dossiers 500 du fédéral, 250 pour Québec et 150 pour chaque sinistré, mais c’est une fortune pour bien des gens, vous admettez?
Yolande James : Je me rappelle l’avoir dit dès le début : en quoi rend-on service à la famille au Québec à la famille qui vient d’arriver si on n’est pas capable d’en prendre soin? On part de ce principe-là pour exiger ces revenus, mais il y a plein de Québécois de toutes origines qui ont fait preuve d’une grande générosité et qui ont manifesté une volonté de venir en aide aux gens, alors pour ces personnes en difficulté il y a la clause du tiers-garant qui peut grandement aider dans ces circonstances.

*Question : Sur quoi vous vous basez Mme James pour choisir les 3 000 personnes. On sait que même pour le Kosovo, dont les liens avec le Québec ne sont pas aussi étendus, on avait accepté d’héberger 5000 d’entre eux, n’est-ce pas?
Yolande James : C’est sûr que le 3000 c’est le chiffre maximal. Il ne faut pas faire des comparaisons comme ça en parlant du Kosovo parce que chaque situation est différente. Le 3 000-là, c’est juste pour ce programme spécial. En plus de ça, le programme général de réunification familiale se poursuit avec 1500 dossiers actuellement en cours et les gens continuent à faire des demandes, sans compter les travailleurs qualifiés.

*Question : Pour les dossiers de réunification familiale déjà en cours dont vous parlez justement, ne pensez-vous pas qu’il y a bien de ces gens qu’on voulait parrainer qui sont morts lors du séisme?
Yolande James : Pas juste les cas qui sont en cours, les gens peuvent continuer à faire des demandes, ça n’affecte pas le programme spécial qu’on vient de mettre sur pied pour Haïti. Tout ça pour dire quand on regarde la somme des actions, cela démontre qu’on a été extrêmement généreux envers la comunauté haïtienne.
Je comprends que bon nombre de gens soient déçus, mais vous admettez également que je serais incapable de dire qu’on va répondre aux besoins de tout le monde parce que c’est tellement énorme la situation d’Haïti maintenant et ça prend les efforts de tous. Le gouvernement du Québec fait sa part et on a aussi entendu les déclarations du premier-ministre Jean-Max Bellerive et du président Préval qui font remarquer qu’il y a un équilibre à chercher, à savoir que tout le monde ne peut pas quitter Haïti, car il en faut pour la reconstruction du pays.

*Question : Pensez-vous que la communauté haïtienne aurait pu bénéficier davantage s’il y avait eu un gouvernement du Parti québécois (PQ) à Québec?
Yolande James : Écoutez, je l’ai dit dès le départ que dans cette situation-là où l’on a vu l’immense souffrance de la population d’Haïti et de la communauté haïtienne qu’il n’était pas une question de faire de la partisannerie politique. Au-delà des couleurs politiques, quand on a posé nos gestes, que ce soit en matière d’immigration, il n’était pas question de faire de la politique partisane, c’était plutôt de voir rapidement dans les circonstances les gestes à poser.

*Question : La chef du PQ, Pauline Marois, avait même demandé à Québec de défier Ottawa qui ne voulait pas lâcher du lest sur cette question et la communauté haïtienne était bien déçue de la position de Stephen Harper et de Jason Kenney?
Yolande James : Comme je vous le dis, il n’était pas question de faire de cette question-là un enjeu politique et partisan. Dans tout ce drame, ce qui m’a guidée c’était de me dire quel est le maximum d’efforts que je peux faire pour venir en aide à la communauté haïtienne. On a vu que le premier-ministre était très ouvert, on a vu son action, une cellule de crise a été mise sur pied. Je dois vous dire franchement que j’ai pas en tête de partir en chicane avec qui que ce soit. L’essentiel c’est de voir ce qui doit être fait pour aider les gens.

*Question : Mme James, vu que votre programme spécial en matière d’immigration ne répond clairement pas aux besoins d’une majorité de gens dans la communauté haïtienne, pensez-vous qu’il y a une possibilité de le modifier dans les jours à venir?
Yolande James : Je pense que dans tout ce processus-là, avant même de procéder à l’annonce de ce programme, on se mettait à l’écoute de ce qu’avaient demandé les leaders de la communauté haïtienne, à l’écoute de la société d’accueil avant d’aller de l’avant avec le programme. Je suis tout à fait consciente que ce programme ne répond à ce que tout le monde souhaite et que les gens auraient souhaité. Mais depuis l’annonce, les règles étaient claires et cela part du principe qu’il faut respecter un certain équilibre.
Je ne rends service à personne si je dis oui à tout le monde qui veut voir l’arrivée de leurs proches et que les gens ne soient pas capables de prendre soin d’eux. Est-ce qu’on veut vraiment aider en faisant cela, est-ce qu’on veut vraiment aider? Dans un principe d’agir de façon responsable, c’est pour ça qu’on tient à garder cet équilibre-là mais c’est sûr que la situation évolue et on regarde aller les choses.

*Question : C’est pas un cadeau empoisonné de Yolande James à la communauté haïtienne comme certains le prétendent?
Yolande James : Écoutez, moi, je pense que c’était une question d’aider les gens. Et je l’avais dit dès le premier jour dans la conférence de presse après la catastrophe qu’une telle possibilité, ça prend des revenus pour s’occuper des proches qu’on veut faire venir au Québec.

*Question : Mais pourquoi au minimum vous n’éliminez pas les frais de traitement, au moins cela pourrait aider bon nombre de gens qui doivent payer alors qu’ils ne savent même pas si leurs dossiers vont être acceptés?
Yolande James : On l’avait considéré cette possibilité, mais le gouvernement fédéral a gardé ses frais de son côté, c’est aussi… pour que ça soit arrimé dans des situations comme ça.

Donald Jean : Merci Mme la ministre
Yolande James : Au revoir M.Jean!


http://www.mediamosaique.com/Seismes-Haiti/lparrainage-humanitairer-un-cadeau-empoisonne-a-la-communaute-haitienne.html


Dernière édition par T-NEG le Sam 20 Mar 2010 - 10:50, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Parrainage Humanitaire: Les Haïtiens de MTL en colère   Sam 20 Mar 2010 - 10:50

Une grogne silencieuse semble monter dans la communauté haïtienne. Contrairement aux leaders qui se sont apparemment tus jusque-là depuis l’adoption par Québec de mesures d’immigration, dites «exceptionnelles» en faveur d’Haïti, certaines voix n’hésitent pas à dénoncer publiquement à Montréal l’inconfort de la communauté haïtienne avec ce programme de la ministre Yolande James.


«Leaders» et fonctionnaires du MICC en ligne de mire
Les critiques, les unes plus acerbes que les autres, se dirigent à la fois contre le ministère de l’Immigration et des Communautés culturelles (MICC) et contre les leaders de la communauté haïtienne qui ont pris les devants pour solliciter auprès de Québec et d'Ottawa un assouplissement des normes en matière d'immigration dès les premières heures de la catastrophe du 12 janvier.
Sans pitié pour ceux qu’il qualifie de «piètres leaders», Charles André Dorsainvil, enseignant de français au secondaire, père de trois enfants, résidant à Laval, assimile ces derniers «aux leaders politiques en Haïti qui ne font du bruit que pour atteindre leurs objectifs personnels au détriment des besoins criants de la communauté».
«Comment accepter quelque chose d’aussi risible de la part de Québec? Qui avait formulé les besoins de la communauté et à qui cela va profiter réellement», a questionné M.Dorsainvil qui a, dans la même veine, tiré à boulets sur les fonctionnaires du MICC qui ont accouché de ce programme, dit-il, «pour éviter, semble-t-il, que des Noirs viennent en masse au Québec».
Formé à l’Université de Montréal, Dorsainvil a perdu son frère, un agronome de profession et cadre travaillant pour le compte de l’Union Européenne en Haïti, lors de la tragédie. Il ne sait désormais quoi répondre à ses proches en Haïti qui pensent qu’il va pouvoir faire rentrer plusieurs d’entre eux au Québec.

Un programme pour quelle communauté?
Cette situation préoccupe également Guy-Youlbert Frère de Saint-Léonard, qui est détenteur d’une maîtrise à l’Université de Sherbrooke et qui travaille actuellement chez SNC-Lavalin à Montréal. «Force est de constater que les mesures annoncées ne sont nullement à la hauteur des attentes de la communauté et ne répondent pas efficacement aux besoins crées par la tragédie», a critiqué M.Frère, père d’une fille de 3 ans. Les deux frères cadets de Guy, durement éprouvés par le séisme, résident encore à Port-au-Prince.
Guy-Youlbert Frère s’en prend également aux «exigences financières (qui) n’ont pas beaucoup changé alors que la communauté haïtienne ne fait pas partie des plus fortunées et arrive difficilement à satisfaire ces exigences. De plus, le seuil de 3000 personnes demeure une restriction importante compte tenu des besoins. Je suis d’avis que, face à une situation pareille, tout en respectant la capacité d’accueil de la province, le MICC pourrait hausser encore plus et juste pour cette année la quantité d’immigrants d’origine haïtienne devant arriver ici».

«…Remplir les coffres des gouvernements »?
«Mme James, à travers le ministère du Revenu, peut voir facilement combien de personnes disposant dans la communauté ces fameux revenus annuels de 50 000 ou de 60 000 dollars dans la communauté haïtienne. Quel pourcentage de gens qui va pouvoir en bénéficier et c’est pas juste et c’est même discriminatoire d’ailleurs», fulmine, de son côté, Samuel Lucien, coordonnateur du CECISCA (Centre d’éducation communautaire et d’insertion sociale du Canada) à St-Michel.

«Il y a aussi un aspect malsain de ce programme qui vise aussi à remplir les coffres des gouvernements du Québec et du Canada. On sait que des milliers d’Haïtiens vont appliquer pour faire venir leurs proches alors que le MICC vous dit dès le départ qu’il ne va agréer que 3 000 demandes. Savez-vous que, uniquement en termes de frais pour étudier le dossier, ça prend 250 dollars pour déposer la demande à Québec, 150 pour chaque sinistré parrainé et 500 dollars additionnels pour Ottawa?», a dénoncé de son côté, M. Lucien.

«Un programme qui crée des tensions au sein des familles»?
Fernand Jean-Louis, titulaire également d’une maîtrise en communication à l’UQÀM, homme d’affaires et co-propriétaire d’une agence de placement en emploi WAPEX, estime que «le gouvernement Charest qui connaît très bien les faiblesses de la communauté haïtienne ne fait que la ridiculiser en lui imposant un tel programme».
«Écoutez c’est pas sérieux, est-ce que le gouvernement Charest allait proposer ça aux autres communautés? On ne doit pas accepter ce programme, les leaders de la communauté haïtienne doivent dire non à Yolande James. S'ils ne l’ont pas fait, s’ils sont désorganisés et s’ils ne défendent pas nos intérêts c’est à nous membres de la société civile de le faire», a martelé M.Jean-Louis qui n'écarte pas l'idée de lancer une pétition en ce sens.
M.Jean-Louis juge cette «mesure trop restrictive et même discriminatoire de la part de Québec». Selon lui, comme d’autres l’ont soutenu à mots couverts, la titulaire du MICC veut «éviter d’être taxée de favoritisme envers les Haïtiens, en raison de son origine antillaise». C’est sûr qu’elle n’est pas là en tant que ministre de la minorité noire, elle est une ministre québécoise, mais quand même, elle se doit également de défendre les intérêts de cette communauté», a-t-il exigé.
«L’autre problème, ce programme crée des tensions au sein des familles tant ici qu’en Haïti. Les conditions que Yolande James impose à la communauté haïtienne dans ce programme font croire aux gens en Haïti que nous avons les moyens de les faire immigrer. Franchement, ce programme nous met dans le pétrin, non seulement avec les membres de nos familles et envers nous-mêmes qui sommes incapables de les aider comme avant»
«Il faut que le programme soit révisé. Ce n’est pas une faveur. Nous sommes une force numérique et depuis quelque temps, la communauté haïtienne prend conscience désormais de son poids politique. Nous avons le droit de demander au gouvernement Charest de rectifier, sinon c’est clair qu’il va y avoir reddition de compte lors des prochaines élections», a menacé l'homme d'affaires qui s'est montré très préoccupé par les questions relatives à sa communauté d'origine.

http://www.mediamosaique.com/Seismes-Haiti/programme-dimmigration-post-seisme-yolande-james-vertement-critique.html
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Parrainage Humanitaire: Les Haïtiens de MTL en colère   Sam 20 Mar 2010 - 10:55

Je vous l'avais bien dit ! Mon père a entendu un communiqué à la radio il y a deux semaines disant que seulement 85 demandes avaient été envoyées et dans ses 20 demandes, plusieurs étaient éronnées. Jettez donc un coup d'oeil dans les critères:

http://www.immigration-quebec.gouv.qc.ca/publications/fr/haiti/Feuillet-garant-parrainage-humanitaire.pdf
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Parrainage Humanitaire: Les Haïtiens de MTL en colère   Sam 20 Mar 2010 - 12:11

YOLAND JAMES EST PRÉSENTEMENT EN DIRECT AU 90.3 SUR CKUT
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Parrainage Humanitaire: Les Haïtiens de MTL en colère   

Revenir en haut Aller en bas
 
Parrainage Humanitaire: Les Haïtiens de MTL en colère
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Parrainage Humanitaire: Les Haïtiens de MTL en colère
» Haïti-Émigration: Le parrainage humanitaire arrive à sa fin le 20 juillet
» Tiens ça m'aurait étonnée !
» Un geste humanitaire de Lula devant une loi barbare.
» Chrétiens évangéliques atake vodouizant ak kout roch nan Cite Soley

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti :: Haiti :: Espace Haïti-
Sauter vers: