Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

FOROM AYITI : Tèt Ansanm Pou'n Chanje Ayiti.
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  PortailPortail  CalendrierCalendrier  PublicationsPublications  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  
Autopassion.net le site dédié à l'automobile créé par ses utilisateurs
Partagez | 
 

 Jacob Tierney: les immigrants et les anglophones invisibles au QC

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Jacob Tierney: les immigrants et les anglophones invisibles au QC   Mar 6 Juil 2010 - 19:30

Nicolas Bérubé (collaboration spéciale)

La Presse
Los Angeles

Le réalisateur montréalais Jacob Tierney était de passage à Los Angeles vendredi dernier pour présenter son film The Trotsky. Notre correspondant a rencontré le jeune cinéaste, qui en a profité pour dénoncer vertement l’absence des réalités anglophone et immigrante dans la culture et le cinéma québécois.

Son film The Trotsky était présenté pour la première fois à Hollywood, mais Jacob Tierney n’était pas nerveux. «Moi, je fais les films que j’aime. Je ne cherche pas à plaire à un public en particulier. Si les Américains embarquent, tant mieux!»

M. Tierney connaît bien Los Angeles. Il y a habité à la fin de l’adolescence. Il a aimé son expérience d’acteur, mais tout ça est derrière lui: aujourd’hui, Tierney fait des films à Montréal, la ville de sa naissance, la ville où il a grandi. Mais une ville qui ne veut pas de lui, dit-il.

«La société québécoise est extrêmement tournée sur elle-même, dit Tierney. Notre art et notre culture ne présentent que des Blancs francophones. Les anglophones et les immigrants sont ignorés. Ils n’ont aucune place dans le rêve québécois. C’est honteux.»

Aux États-Unis et ailleurs au Canada, dit-il, les immigrants sont bien représentés dans l’univers culturel. Au Québec, les immigrants et les anglophones ne sont pas seulement marginalisés: ils sont invisibles, dit Tierney.

«Je suis né au Québec, je parle français, mais pour les gens, ça ne change rien: je serai toujours perçu comme l’Autre. Des gens me disent que je peux toujours déménager à Toronto, mais je ne veux pas aller à Toronto! C’est chez moi, Montréal!»

Tierney dit être fier du chemin qu’ont parcouru les Québécois depuis la Révolution tranquille et de l’adoption de la loi 101. Selon lui, le gouvernement du Québec est sensible au sort de la minorité anglophone.

Les artistes de la province, déplore-t-il, sont encore en train de «se regarder le nombril» alors que le monde autour d’eux a changé depuis les années 60.

«Le cinéma québécois, c’est blanc, blanc, blanc. C’est homogène! C’est gênant. Regarde les films qu’on fait au Québec: 1981, C.R.A.Z.Y., Polytechnique... Ce sont de bons films, mais ce sont des films tournés vers le passé. C’est la glorification de la nostalgie. Tout était donc plus intéressant avant. Il y a quelque chose de malsain là-dedans.»

Les Jutra

Les prix Jutra, qui récompensent le cinéma québécois, sont l’incarnation de cette réalité, dit-il.

«Regarde la soirée des Jutra. C’est blanc! C’est francophone! C’est ça le Québec? Si tu es un jeune Haïtien de Montréal, est-ce que tu vois une place pour toi là-dedans? C’est qui nos vedettes? Luc Picard? Penses-tu que les jeunes Haïtiens de Montréal se reconnaissent dans Luc Picard? Pas du tout. Ça ne fait pas partie de leur monde, de leur univers. Ils ne sont pas représentés.»

En tournant Trotsky, un film où un jeune Montréalais anglophone prétend être la réincarnation du révolutionnaire bolchevique, Tierney ne voulait pas faire l’apologie du communisme, mais plutôt célébrer les individus qui osent penser autrement. Le film est présenté à Los Angeles, en collaboration avec le gouvernement du Québec, qui a tenu une petite réception en l’honneur de M. Tierney, vendredi soir.

Tierney aimerait voir le cinéma québécois montrer la réalité de centaines de milliers de Québécois anglophones ou immigrants. Il donne en exemple Un prophète, le film de Jacques Audiard, sur la vie d’un jeune Arabe dans une prison française.

«Personne ne fait des films comme Un prophète au Québec. Personne! Je ne dis pas qu’il y a une barrière consciente ou un sentiment de racisme conscient. Techniquement, rien ne nous empêche de faire des films comme ça. Mais la réalité, c’est que ça n’intéresse pas. Ça ne fait pas partie des préoccupations. Ça n’existe pas.»


http://moncinema.cyberpresse.ca/nouvelles-et-critiques/nouvelles/article/11984-jacob-tierney-les-anglos-et-les-immigrants-sont-ignores.html?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_B2_cinema_261_accueil_POS1
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Jacob Tierney: les immigrants et les anglophones invisibles au QC   Mar 6 Juil 2010 - 19:50

Dommage pour nos frères haitiens qui vivent au Québec!
Revenir en haut Aller en bas
Rico
Super Star
Super Star
avatar

Masculin
Nombre de messages : 8954
Localisation : inconnue
Loisirs : néant
Date d'inscription : 02/09/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: dindon de la farce

MessageSujet: Re: Jacob Tierney: les immigrants et les anglophones invisibles au QC   Mer 7 Juil 2010 - 12:43

On n'a pas besoin d'être un spécialiste soit un sociologue ou autre pour comprendre pourquoi ''«Le cinéma québécois, c’est blanc, blanc, blanc. C’est homogène!'' comme le dit le réalisateur montréalais Jacob Tierny.

Il devait comprendre les particularités de cette province qui expliquent cette situation. Pour bien comprendre ma thèse, prenons d'abord lecture du plus récent sondage de la population de la province de Québec au 1er juillet 2008.

''Au 1erjuillet 2008, le Québec était peuplé de 7 750 504 personnes, soit 23,3 % de la population totale du Canada. Plus de 80 % de la population québécoise vit le long des rives du fleuve Saint-Laurent.''

Une province avec près 8 millions d'habitant donc une forte population francophone de souche blanche garde une forte tendance pour préserver sa culture. L'histoire politique et économique de cette province renforce cette tendance.

Le Québec d'avant la '' REVOLUTION TRANQUILLE''1 était dominé par les anglophones qui faisaient la politique pour la majorité francophone blanche. Et ils avaient aussi tous les leviers économiques entre leurs mains. Avec l'éducation cette tendance fut renversée, les Québecois majoritaires francophones occupent toutes les espaces des pouvoirs politiques et économiques.

Le Québec comme à s'ouvrir vraiment à l'immigration vers la fin des années 60 pour l'expansion de son industrialisation. Les grosses vagues d'immigration arrivent seulement au début des années 70 .

Le Québec tenait encore à préserver sa culture. On peut comprendre que cela devient leur cheval de bataille pour ne plus se laisser envahir dans cette mer d'anglophone au Nord de l'Amérique avec seulement 8 million de citoyens..


1- Revolution Tranquille
Politique
C'est une époque de modernisation de la structure de l'État québécois qui correspond aux transformations connues ailleurs sous le nom des «
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] ». Le [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] crée des institutions publiques telles que la [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] (gestion des retraites) et la [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] (gestion des sommes venant de la capitalisation des différents régimes de retraite et autres programmes d'assurances administrés par l'État).

Article détaillé : [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien].

Économie
Un des grands acteurs de cette période est
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] qui, à titre de ministre des Richesses naturelles, nationalise l'ensemble des sociétés privées de production et de distribution d'électricité, faisant de la société [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] un acteur économique et industriel essentiel. L'[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] se fait essentiellement sur cette question. Le gouvernement crée aussi des sociétés d'État dans divers domaines économiques : forêts, mines, recherche pétrole..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Jacob Tierney: les immigrants et les anglophones invisibles au QC   

Revenir en haut Aller en bas
 
Jacob Tierney: les immigrants et les anglophones invisibles au QC
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Ouverture du procès de Jacob Zuma en Afrique du Sud
» Black immigrants see personal triumphs in Obama
» INQUIETUDE DE B. OBAMA A JACOB ZUMA POUR LE RETOUR D'ARISTIDE AVANT LE 20 MARS
» Planning the War on Immigrants
» Newark post (la coupe a jacob josefson)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti :: Mi-temps :: Tribune libre - Nap pale tèt kale-
Sauter vers: