Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

FOROM AYITI : Tèt Ansanm Pou'n Chanje Ayiti.
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  PortailPortail  CalendrierCalendrier  PublicationsPublications  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez
 

 SAN ZABRI AP MONTE YON SYÈL PA DO: PANIK NAN KAN CORAIL

Aller en bas 
AuteurMessage
Rico
Super Star
Super Star
Rico

Masculin
Nombre de messages : 8954
Localisation : inconnue
Loisirs : néant
Date d'inscription : 02/09/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: dindon de la farce

SAN ZABRI AP MONTE YON SYÈL PA DO: PANIK NAN KAN CORAIL Empty
MessageSujet: SAN ZABRI AP MONTE YON SYÈL PA DO: PANIK NAN KAN CORAIL   SAN ZABRI AP MONTE YON SYÈL PA DO: PANIK NAN KAN CORAIL EmptyMar 13 Juil 2010 - 15:30

Panique au camp Corail

Le Nouvelliste

Haïti: Ce lundi 12 juillet, six mois exactement après le tremblement de terre qui a ravagé une bonne partie de la capitale haitienne, la peur s'est encore emparée du coeur des milliers de sans-abri du camp Corail, situé au Nord de Port-au-Prince. Des pluies accompagnées de vents violents ont arraché des tentes et paniqué plusieurs dizaines de familles installées sur ce site depuis environ trois mois.

« On s'apprêtait à lancer la campagne " Koute Ayiti" quand soudain une forte pluie accompagnée de vents horribles s'est abattue sur le site », a déclaré Marie Antoinette Toureau, directrice de Konesans Fanmi, l'une des organisations qui allaient donner le coup d'envoi de la campagne sur le rôle des sans-abri dans le processus de reconstruction du pays. Avec beaucoup d'émoi, on pouvait assister au spectacle des tentes emportées par le vent. Les dispositifs installés, soit pour abriter une école ou pour accueillir le lancement de la campagne, n'ont pas pu résister aux vents qui soufflaient vraiment forts. Devant cette scène, on a eu l'impression d'être revenu au tremblement de terre », a-t-elle poursuivi, toute effrayée.

Pris de panique, les gens criaient et couraient dans toutes les directions sans savoir exactement où se diriger. Les plus agiles se sont refugiés à l'intérieur du bus venu déposer les journalistes pour le lancement de la campagne.

Toute trempée, Marie-Yolaine, une des sinistrés, revenue à peine d'une césarienne, tremble de peur et de douleur à l'intérieur du véhicule. « Je ne sais pas ce que je vais faire», lâche-t-elle en versant de grosses larmes. Avec sur ses bras ses deux enfants tout aussi trempés qu'elle, cette femme dont le mari tentait encore de récupérer quelques effets sous la pluie, n'a nullement, l'intention de rester sur le site. Une réaction qui n'est pas différente de celle de John et de Suzanne, deux jeunes dont la tente a été emportée.

« Nous retournons à Delmas, l'endroit d'où nous sommes venus, déclarent-ils tous en choeur. Après ce qui vient de se produire, ajoutent-ils, il est clair que nous ne sommes plus en sécurité ici. D'autres sans-abri qui ont également vu partir dans le vent leur tente ont déploré l'attitude des autorités et des ONG qui n'ont pas pensé à leur construire des abris plus solides. Aujourd'hui, disent-ils, « les responsables doivent se rendre compte qu'ils n'ont fait que gaspiller de l'argent dans le cadre de ce vaste projet.»

Des laissés-pour-compte

Plus d'une heure après l'événement, aucun secours n'a été remarqué sur place. Quelques responsables d'ONG présents au moment où tout a commencé ont vite vidé les lieux comme pour sauver leur peau. Un constat qui n'a pas plu aux victimes. « C'est évident qu'ils nous ont envoyés ici pour mourir », lancent-ils sévèrement à l'endroit du gouvernement et des Organisations Non Gouvernementales qui ont appuyé ce projet de localisation à Corail de plusieurs milliers de victimes.

Installé il y a quelques mois, ce camp devait servir à relocaliser les milliers de sans-abri qui se trouvaient dans les zones à haut risque pour la saison cyclonique. Les abris faits de tentes en plastique ont été critiqués par de nombreux secteurs qui ont attiré l'attention sur le fait que ces dispositifs n'étaient pas sécuritaires, surtout en temps de pluie.

Danio Darius
daniodarius001@yahoo.com
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
SAN ZABRI AP MONTE YON SYÈL PA DO: PANIK NAN KAN CORAIL
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» SAN ZABRI AP MONTE YON SYÈL PA DO: PANIK NAN KAN CORAIL
» Y'a quelqu'un qui monte. Quelqu'un de sérieux.
» Fatal 4 Way - 20 juin 2010 (Résultats)
» Mandat kont Aristide - No DYOL to talk!
» La colère.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti :: Haiti :: Espace Haïti-
Sauter vers: