Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

FOROM AYITI : Tèt Ansanm Pou'n Chanje Ayiti.
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  PortailPortail  CalendrierCalendrier  PublicationsPublications  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

  le sable d’Haïti pour la reconstruction de nos écoles?

Aller en bas 
AuteurMessage
jafrikayiti
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 2236
Localisation : Ottawa
Date d'inscription : 21/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Bon neg guinen

MessageSujet: le sable d’Haïti pour la reconstruction de nos écoles?   Sam 4 Sep 2010 - 22:23

Allons-nous utiliser le sable d’Haïti pour la reconstruction de nos écoles?
Allons-nous utiliser le créole, la seule langue connue de tous les Haïtiens,
comme langue d’instruction?
Yves Dejean, 12 juin 2010

Le tremblement de terre du 12 janvier 2010 a détruit plusieurs écoles à Port-au-Prince et
dans d’autres villes d’Haïti.
On parle beaucoup de reconstruire les écoles détruites. Les Haïtiens espèrent réparer les
dommages grâce au concours de tous les citoyens, et des membres de la diaspora, ainsi
qu’à celui des organisations internationales. Les écoles doivent être reconstruites selon
les normes modernes qui s’appliquent aux constructions dans un pays situé dans une zone
sismique.
Mais il est inutile de reconstruire les établissements scolaires détruits par le séisme sans
changer le système scolaire haïtien.
Il existe un groupe d’Haïtiens qui voudraient que soit mis sur pied un système éducatif au
service de la population haïtienne TOUTE ENTIÈRE, particulièrement les enfants des
masses paysannes et de la classe ouvrière, ceux dont les mères achètent et revendent dans
tous les marchés de l’arrière-pays, dans tous les villages et toutes les villes d’Haïti. Un tel
système d’éducation servirait alors TOUS les enfants haïtiens, de telle manière que, des
tout-petits jusqu’aux adolescents de dix-huit ans, ils puissent trouver des écoles
primaires, des écoles secondaires, des lycées techniques et des universités prêts à les
accueillir et où ils puissent enrichir leur connaissance dans la mesure de leurs possibilités.
Cela se fait dans beaucoup de pays qui sont moins peuplés qu’Haïti. Voir ci-dessous des
exemples de dix de ces pays. On peut dire sans exagérer qu'aujourd'hui en 2010
TOUTES les populations de ces pays ont déjà bénéficié de plusieurs années dans de
bonnes écoles qui enseignent dans leurs langues maternelles. Les populations
ENTIÈRES de ces pays peuvent lire et écrire leurs langues maternelles. Les chiffres que
nous fournissons datent de 1999, selon l’édition 2001 du dictionnaire anglais « Harper-
Collins ». Selon cette édition, la population haïtienne s’élevait à 6.884.000 en 1999. Pour
la même année, voici les chiffres concernant ces dix autres pays :
1. Albanie 3.365.000 langue : albanais
2. Costa Rica 3.584.000 langue : espagnol
3. Danemark 5.316.000 langue : danois
4. Estonie 1.439.000 langue : estonien
5. Finlande 5.167.000 langue : finnois, suédois
6. Islande 276.000 langue : islandais
7. Israël 5.934.000 langue : hébreu, arabe
8. Jordanie 4.839.000 langue : arabe
9. Liban 3.563.000 langue : arabe
10. Norvège 4.452.000 langue : norvégien
Dans ces dix pays, la langue d’instruction à tous les niveaux d’éducation est la langue de
l’ensemble de la population, c’est-à-dire la langue qui est parlée dans les activités de tous
les jours.
En Haïti, la langue d’instruction devrait être le créole selon les éducateurs qui
reconnaissent les faits suivants :
1. Toute personne née et élevée en Haïti comprend et parle le créole.
2. La plupart des personnes nées et élevées en Haïti ne comprennent ni ne parlent le
français.
3. Cela veut dire que ce ne serait pas une erreur de supposer que 80% des 6.884.000
Haïtiens comptés en 1999 ne comprenaient ni ne parlaient le français. Cela implique qu’il
y aurait 5.507.200 Haïtiens qui ne comprenaient ni ne parlaient le français. Il est probable
que le chiffre exact soit même plus élevé.
4. L’emploi du français en tant que langue d’instruction en Haïti au cours des 200
dernières années n’a donc pas réussi à rendre francophone une large fraction de la
population haïtienne. On trouve au moins trois Haïtiens sur quatre qui ne comprennent ni
ne parlent le français.
5. Il n’y a aucun président, aucun premier ministre, aucun ministre d’éducation nationale,
aucun doyen d’université qui puisse affirmer de bonne foi que les écoles ont réussi à
montrer à un quart de la population haïtienne à comprendre le français, à parler français
et à conduire l’essentiel de leurs activités en français.
6. Ces mêmes personnes ne peuvent pas contredire les savants réputés qui ont étudié les
questions d’éducation à travers le monde entier et en Haïti même, et qui sont arrivés à la
conclusion suivante : la situation normale des écoliers de 6 à 18 ans est d’apprendre dans
la langue qu’ils parlent dès l’âge de 3 ans, surtout quand cette langue est parlée à la
maison, dans leur quartier, dans les rues, dans les marchés, etc.
En tenant compte de tous ces faits, suivons les directives de la science et de la pédagogie
moderne, et mettons sur pied un nouveau système scolaire qui soit basé sur la langue
créole, langue parlée par la population tout ENTIÈRE du pays, du matin au soir, dans les
rues, dans les marchés, dans toutes les foules, dans les jeux, pour les blagues, dans les
fêtes, dans les moments de tristesse, de chagrin, de maladie, de mort, dans les funérailles,
dans les villes comme dans les campagnes, dans les plaines comme dans les montagnes…
Dès lors qu’un spécialiste devient conscient de la situation en Haïti, qu’il soit éducateur,
sociologue, ethnologue, ou psychologue, il conviendra que notre pays bénéficie d’un
avantage immense du fait que tous les enfants et tous les adultes partout dans le pays
peuvent facilement communiquer entre eux EN CRÉOLE.
Beaucoup de pays dans le monde, particulièrement en Afrique et en Asie, possèdent 2, 3,
4 ou plus de régions qui n’ont pas de langue commune. Ce problème n’existe nulle part
en Haïti. Avec le créole (c’est-à-dire la langue que TOUT LE MONDE parle en Haïti)
comme langue d’instruction, tous les enfants seront capables d’étudier le calcul, la
géographie, l’histoire, etc. de façon sérieuse et profiter d’un programme valable
d’enseignement du français, langue implantée en Haïti depuis l’époque coloniale.
Si tout le monde parle chinois en Haïti,
qu’on enseigne en chinois à l’école.
Si tout le monde parle anglais,
qu’on enseigne en anglais à l’école.
Si tout le monde parle français,
qu’on enseigne en français à l’école.
Si tout le monde parle espagnol,
qu’on enseigne en espagnol à l’école.
Si tout le monde parle créole,
qu’on enseigne en créole à l’école.
TOUT le monde parle créole en Haïti.
C’est aussi évident que deux et deux font quatre.
Qu’on enseigne donc en CRÉOLE.



Signez la pétition demandant que l'État haitien fasse la refonte du système scolaire sur une base scientifique et logique

[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien][Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ainsi ne soit-il
Super Star
Super Star
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2404
Localisation : terre-neuve
Loisirs : chiquer du tabac, molester les molosses
Date d'inscription : 03/05/2010

Feuille de personnage
Jeu de rôle: l'hallucinogène

MessageSujet: Re: le sable d’Haïti pour la reconstruction de nos écoles?   Sam 4 Sep 2010 - 23:42

Jeff se francise. Il faut bien faire la part des choses, n'est-ce pas? (lol)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
jafrikayiti
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 2236
Localisation : Ottawa
Date d'inscription : 21/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Bon neg guinen

MessageSujet: Re: le sable d’Haïti pour la reconstruction de nos écoles?   Dim 5 Sep 2010 - 0:05

Se moun ki gen movèzfwa ki prefere mete etikèt "antifranse" nan fwon moun ki ap pouse yon apwòch (itilizasyon apwopriye lang Kreyòl la nan yon peyi 100% kreyolofòn) ki depaman ak sa yomenm yo kwè ladan l nan.

Mwen pa janm gen kont ak lang franse. Lang se zouti, li pa responsab anyen. Se moun ki ka itilize zouti yo pou yo fè byen osnon mal. Se moun ki ka mal itilize zouti yo. Sa m ap defann nan pa gen anyen arevwa ak rayisman osnon emosyon negatif.

N ap gaspiye sèvo plizyè milyon moun - pami yo, plizyè santèn jeni - ki pap janm gen chans devlope potansyèl yo akoz yon blokaj sikolojik ki anpeche nou adopte ZOUTI ki pi apwopriye pou nou pataje lakonesans nan mitan nou.

Mwen fenk kare goumen pou sa ki syantifik, lojik epi jis.

Jaf
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: le sable d’Haïti pour la reconstruction de nos écoles?   

Revenir en haut Aller en bas
 
le sable d’Haïti pour la reconstruction de nos écoles?
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Des idées pour la reconstruction
» Différents articles sur la reconstruction d'Haiti
» Haiti et le Venezuela signe des projets de 369 millions pour la reconstruction
» L'histoire du Marchand de Sable (conte pour enfants sages)
» coller du sable pour une texture

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti :: Mi-temps :: Tribune libre - Nap pale tèt kale-
Sauter vers: