Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

FOROM AYITI : Tèt Ansanm Pou'n Chanje Ayiti.
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  PortailPortail  ÉvènementsÉvènements  PublicationsPublications  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
-43%
Le deal à ne pas rater :
Smartphone SAMSUNG Galaxy Note20 5G 256 Go Gris à 599€
599 € 1059 €
Voir le deal

 

 La

Aller en bas 
+2
Thunder
grandzo di
6 participants
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
grandzo di
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 2244
Localisation : VIhja
Opinion politique : centre
Loisirs : full contact
Date d'inscription : 22/10/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le crapaud sans pattes

La Empty
MessageSujet: La   La EmptySam 26 Mar 2011 - 13:43

K


Dernière édition par Néo le Lun 14 Nov 2011 - 13:20, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
grandzo di
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 2244
Localisation : VIhja
Opinion politique : centre
Loisirs : full contact
Date d'inscription : 22/10/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le crapaud sans pattes

La Empty
MessageSujet: Re: La   La EmptySam 26 Mar 2011 - 14:12

Dans les deux videos… Il explique clairement ceux qui ne l'aiment pas.. car il défend le peuple..

Nous savons maintenant quel groupe a commandité sa mort…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



La Empty
MessageSujet: Re: La   La EmptySam 26 Mar 2011 - 14:27

On a souvent cette image que dans les upperclass on a honte d'être haïtien, au contraire quand il disait que son père lui défendait de regarder les militaires haïtiens, qu'à chaques jours du drapeau il levait le drapeau.
Revenir en haut Aller en bas
grandzo di
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 2244
Localisation : VIhja
Opinion politique : centre
Loisirs : full contact
Date d'inscription : 22/10/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le crapaud sans pattes

La Empty
MessageSujet: Re: La   La EmptySam 26 Mar 2011 - 14:52

Tu neg

son père lui défendait de regarder les militaires américains
..
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



La Empty
MessageSujet: Re: La   La EmptySam 26 Mar 2011 - 15:03

K.H.L a écrit:
Tu neg

son père lui défendait de regarder les militaires américains
..

une faute de frappe.
Revenir en haut Aller en bas
grandzo di
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 2244
Localisation : VIhja
Opinion politique : centre
Loisirs : full contact
Date d'inscription : 22/10/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le crapaud sans pattes

La Empty
MessageSujet: Re: La   La EmptySam 26 Mar 2011 - 15:39

Alors Ti- neg

Tu ne trouves pas que Jean mérite que justice soit faite.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



La Empty
MessageSujet: Re: La   La EmptySam 26 Mar 2011 - 16:28

biensûr mais ces assasins eux, je me demande comment ils font pour garder tout ça en eux, n'ont ils pas de sentiments, de remords?
Revenir en haut Aller en bas
Thunder
Super Star
Super Star
Thunder

Masculin
Nombre de messages : 4690
Localisation : Planet Earth (Milky Way Galaxy)
Loisirs : Target Practice, Sports Cars, Konpa...
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le gardien

La Empty
MessageSujet: Re: La   La EmptySam 26 Mar 2011 - 17:32

RADIO HAITI INTER MARDI 19 OCTOBRE 1999
HAITI INTER FAIT LE POINT: DANY TOUSSAINT, PREND-IL LES ENFANTS DU BON
DIEU POUR DES CANARDS SAUVAGES ?


Un groupe de hurleurs, peut-il prétendre prendre en otage Radio Haiti
pour forcer nos micros à diffuser leurs accusations diffamatoires contre
d'honnêtes fonctionnaires publics et leur propos racistes anti-mulâtres?
C'est la question que nous nous sommes posées hier matin lorsq'une
quarantaine d'énergumènes bloquaient pendant quatre heures le boulevard
de Delmas devant notre immeuble?

Hurlements, vociférations, pierres lancées contre notre façade, nos
grilles violemment secouées. Devant notre résistance à leur terrorisme,
ils s'en sont pris à ma personne, avec évidemment les slogans macoutes
contre les "Ti rouge", contre les "mulâtres"
et patati et patata. Des
habitants du voisinage avaient tenté en vain de leur faire entendre
raison. Non messieurs, Jean Dominique a toujours été de notre côté,
depuis 1980, en 90, en 91, sa façade en est témoin, des impacts de
balles des putschistes et durant tout le coup d'Etat, Radio Haiti
silence..., et Jean Dominique et sa femme en exil...

Les habitants du quartier ont tenté en vain de leur faire comprendre que
ceux qui attaquaient Jean Dominique, ceux qui attaquaient Radio Haiti et
ceux qui attaquent Radio Haiti aujourd'hui sont toujours les macoutes,
les Duvalier, les Bennett, les Jean Valmé, les Constantin-Mayard Paul,
les Cédras, les Michel François, les espions de grands bourgeois
fabriquants de médicaments empoisonnés, les Serge Beaulieu, les Gérard
Georges, les Isidor Pongnon, tout comme en 1991, les Namphy, les
Regala...

Ces braves gens qui voulaient dire la vérité se sont fait tabassés
devant les grilles de Radio Haiti. Tabassés. Alors d'autres voisins
avaient identifié les deux camionettes qui, venues de Pétion-Ville,
déchargeaient de temps en temps de nouvelles poignées de hurleurs, l'une
d'entre elles a été identifiée, c'et le H-5678.

Vouz voyez, on a ouvert l'oeil. Chauffeurs et manifestants interrogés
aussi, disaient naïvement avoir reçu quelques dollars du major pour
venir devant Radio Haiti. Du major? Dany Toussaint bien sur. Mais
pourquoi Radio Haiti Grand Dieu?

Durant la campagne déclenchée par Dany Toussaint contre Robert Manuel,
Pierrot Denizé et contre l'état major de la police, il circulait à
Tabarre la formule suivante, Bob Manuel, Pierrot Denizé et Jean
Dominique sont des "ti Rouge". J'étais donc depuis assez longtemps la
cible du parti de Dany Toussaint à l'intérieur de La Fanmi.
D'autre
part, au lendemain de l'Opération de police "Columbus", vous vous
souvenez, une campagne visant à faire main basse sur la PNH s'était
déclenchée dans tout l'espace médiatique putschiste de la capitale. On
savait entendre sur certaines radios Jean-Claudistes, un jour: "Bob
Manuel attaquait le gouvernement", le lendemain: "Dany Toussaint et
Jean-Claude Nord, diffamer Bob Manuel". Si les radios Jean-Claudistes
n'étaient pas gênées de passer du jour au lendemain de l'un à l'autre en
faisant tirer l'un sur l'autre.

Nos ennemis saisissent toutes les occasions pour nous destabiliser. Ici
à Radio Haïti, durant toute cette campagne de diffamation, nous avons
gardé la tête froide. Opposant à ces brèches du code pénal, justifiable
d'un tribunal correctionnel et à ces attaques racistes, dignes d'un
meilleur macoutisme
, opposant notre ligne strictement professionnel
d'informations, notre silence et notre tenue avaient agacé DanyToussaint
et peut être ses patrons.

Bob Manuel une fois révoqué, ce verrou qui bloquait les ambitions de
Dany Toussaint ayant sauté avec une certaine légèreté, il faut le
reconnaître, DanyToussaint s'en est alors pris à Denizé et à Eucher
Joseph à la cathédrale et aujourd'hui à moi. Ce qui circulait donc à
Tabarre se réalise.

En me livrant à ces réflexions, je prêtais l'oreille quand même à ce qui
se passait dans la rue devant ma porte, constatant que les grafittis
contre ma personne, que les cris de haine proférés contre moi, que la
correction infligée à d'honnêtes citoyens voulant dire la vérité sur moi
ne me craponnaient pas, ils ont voulu alors négocier. Du haut de la
terrasse, je leur fis savoir que je n'accepterais les excuses qu'ils
disaient vouloir me présenter que lorsqu'ils auraient effacer tous les
grafittis me concernant, ce qui fut fait immédiatement. J'acceptai alors
de les écouter, d'entendre leurs excuses, mais je leur refusai le micro
en leur disant de transmettre à Dany Toussaint le message suivant:

1) DanyToussaint a commis une première erreur; celui qui vous a payé, leur
ai-je dit, pour tenter de me terroriser, à commis trois erreurs. La
première samedi à la cathédrale, il s'agissait pour lui et ses accolytes
de profiter des funérailles de Jean Lamy pour organiser une
manifestation accusatrice et diffamatoire. Certes, ils ont diffamé
Pierre Denizé et Luc Eucher Joseph, certes, ils ont physiquement agressé
le directeur général de la Police Nationale, certes ils ont profané sous
les yeux du Père Jean Bertrand Aristide un lieu qui aurait dû être sacré
pour tous: la Cathédrale de Port-au-Prince
; sacré pour les croyants et
les non-croyants, mais DanyToussaint malgré ces quelques avances pour
lui, n'a pu réunir qu'une poignée d'individus à l'intérieur de la
cathédrale. C'était manifeste, malgré la mobilisation tentée évidemment
dans tous les médias putschistes avant cette messe de funérailles,
malgré ce qu'il disait de la sympathie populaire dont jouissait Jean
Lamy, il n'y avait qu'une poignée de manifestants, des parents et des
officiels à ces funérailles. Ah! Cela est une nouvelle preuve de
l'érosion tragique d'un certain pouvoir de convocation populaire qui se
constate à Port-au-Prince depuis quelques temps.


à suivre...

Revenir en haut Aller en bas
Thunder
Super Star
Super Star
Thunder

Masculin
Nombre de messages : 4690
Localisation : Planet Earth (Milky Way Galaxy)
Loisirs : Target Practice, Sports Cars, Konpa...
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le gardien

La Empty
MessageSujet: Re: La   La EmptySam 26 Mar 2011 - 17:43

(SUITE...)


Croyez-vous que vos ennemis ne constatent pas cette érosion?

Première faute commise par Dany Toussaint: En stratégie militaire,
étaler aux yeux de l'ennemi la faiblesse de son dispositif est une faute
parfois capitale, le mot Capital pris dans son sens littéral.

Dany Toussaint est-il un bon gendarme? a-t-il été un bon gendarme? la
réponse ne me compète pas mais il est certainement un très mauvais
stratège!

Deuxième faute:

Enivré par le succès de la bousculade contre Pierrot
Denizé et Luc Euchère, Dany Toussaint se fait porter en triomphe sur les
épaules de quelques uns de ses hurleurs stipendiés, sous l'oeil
énigmatique de Jean Bertrand Aristide
. Certes, les hurleurs voulaient de
lui comme directeur général de la Police mais Titid a l'oeil perçant,et
sait décoder les ambitions, et son sourire syhillin en dit long pour
demain mais ça c'est leur affaire! Ce n'est pas la mienne! Je ne me suis
pas battu durant 30 ans pour aujourd'hui décoder les querelles entre
petits chefs de Lafanmi Lavalas!


La troisième erreur:

La 3e erreur de Dany Toussaint: il venait de la
commettre devant Radio Haïti, en s'en prenant à moi!

Réfléchissons un peu. Depuis la fin de l'opération Columbus, cette
attaque déclenchée durant des jours dans tout l'espace médiatique pour
amplifier ses diffamations, ses propos anti-mulâtres, comme le font
traditionnellement les macoutes, pour marteler sa diffamation qui n'est
justiciable que du tribunal correctionnel or, s'en prendre à Radio
Haiti, tandis que tout l'espace médiatique le supportait,
l'applaudissait et le "voyait monté", qu'est-ce que cela veut dire? tout
simplement, cet espace médiatique affirme contrôler tout l'auditoire,
s'en prendre à Radio Haïti et vouloir forcer Radio Haïti à diffuser ses
propos, cela veut dire une chose: Seul compte pour Dany Toussaint
vraiment "être entendu à Radio Haïti".. Ah je réfléchis, la calomnie,
disait Choderlos de Laclos, est un hommage que le vice rend à la vertu,
et la deuxième conséquence devant nos détracteurs, c'est de souligner
l'indépendance Lavalas de Radio Haïti, indépendance de tous les centres
de pouvoir (soulignez)...


Revenons à la cathédrale: l'erreur de Dany Toussaint, pensant qu'un
petit caponnage, de quelques "chimè JPP" pourrait lui permettre d'avoir accès à nos micros
, Ah ah, c'est sous-estimer 2 choses capitales:

Ici on ne donne pas la parole à n'importe qui!

On ne donne pas la parole à la diffamation, surtout pas dans la
diffamation contre d'honnêtes fonctionnaires et au racisme, que ce
racisme soit anti-mulâtre ou anti-noir
, comme Olivier Nadal, récemment,
le pérorait mais ici -- Ha! -- on respecte des règles.

Nous savons que la vraie justice ne saurait s'exercer à partir de
hurlements d'énergumènes, plus ou moins, bien payés!

Nous savons que lorsque des cambrioleurs fuient la maison qu'ils
viennent de piller, ils sont les premiers à crier "Barré volè!" (barrez
les voleurs). Comment voulez-vous qu'un juge sérieux puisse prendre en
compte ces "Barré volè!" (barrez les voleurs) quand il enquête sur le
pillage d'une maison ... (cynical laughter) ... soyons sérieux!

Et puis, je me suis posé la question: Pendant toute cette campagne
déclenchée dans tout l'espace médiatique, Dany Toussaint ne m'a jamais
appelé, il n'a jamais appelé Radio Haïti ni lui, ni Jean Claude Nord
pour faire quelque déclaration que ce soit ou pour exposer quelques
résultats d'enquête qu'il affirme partout avoir réalisé après la mort de
Jean Lamy. Jamais! C'est étrange, ce silence!... Et puis il déchaîne
quelques ...pour me forcer à lui accorder le micro. La réponse est la
suivante: Dany Toussaint sait parfaitement que s'il venait m'exposer à
moi les résultats de son enquête, le professionnel journaliste que je
suis lui aurait posé, en privé ou publiquement, des questions qui
souligneraient les contradictions contenues dans ses déclarations
d'enquête, il le sait, c'est pourquoi il préfère passer par la rue pour
faire pression sur moi.

Le meurtre de Jean Lamy, l'agression contre Mario Andresol, l'assassinat
récent d'une dizaine de policiers, le meurtre d'Yvon Toussaint,
l'agression meurtrière contre Marie-Claude Calvin Préval a provoqué et
provoque chez nous, à Radio Haïti, l'indignation citoyenne et cette
colère Lavalas, là nous nous sommes battus pour la justice, la
transparence, la participation...
et nous accompagnons, comme tout le
monde le sait, concrètement avec un travail professionnel d'information
de journaliste, la préparation du procès de Raboteau. Nous sommes
peut-être les seuls dans l'espace médiatique à accompagner cette
préparation. Mais pour nous, il n'y a qu'un sentiment qui nous anime,
lorsqu'un individu se sert du cadavre encore frais d'un camarade pour
faire campagne pour ses ambitions personnelles !..le spectacle de samedi
à la cathédrale était pour nous, tout simplement, répugnant! Tels sont
les éléments des messages que j'ai demandé à mes trois interlocuteurs de
transmettre à Dany Toussaint.

Je terminerai par cette dernière considération :S'il persiste dans ses
tentatives de vouloir mettre quelques hurleurs devant Radio Haïti Inter
pour barrer le Boulevard de Delmas, il se cassera les dents! Les micros
de Radio Haïti lui resteront fermés mais je sais qu'il a des armes! Je
sais qu'il a la fortune qu'il faut pour payer et armer les sbires. Ici
je n'ai d'autre arme que mon métier de journaliste! Mon micro et ma foi
inébranlable de militant pour le changement, le vrai changement!

Et qu'il soit bien clair pour tous, je ne laisserai à aucun roulibeur du
monde le monopole Lavalas -- qui que ce soit!

Si Dany Toussaint tente alors autre chose contre moi ou contre la radio
et si j'ai la vie sauve, je fermerai le poste, après avoir dénoncé, une
fois de plus les manoeuvres et je prendrai une nouvelle fois l'exil avec
ma femme et mes enfants.


En 1991 des amis de Dany Toussaint ont tenté désespérément de faire "Dap
pignanp" sur Radio Haïti, j'ai su résister seul! Avec ma foi, mon
intelligence et mon expérience professionnelle. A l'époque, j'avais
compris que derrière quelques politiciens qui préparaient le coup
d'État, derrière des amitiés, parce que les uns et les autres étaient
dissidents et fréquentaient les salons de grandes dames de Lavalas!

Il y avait une volonté têtue manifestée par un.... J'avais compris, le
30 septembre 91 et par la suite, Jean Bertrand Aristide et René Préval
m'ont dit: Tu avais raison! On voulait prendre Radio Haïti pour préparer
un coup d'État. Voilà! Aujourd'hui je me pose la même question:Est-ce
que c'est la même manoeuvre? le père curé de Dessalines disait dimanche
devant le Chef de l'État: qu'il y avait de nouveaux putschistes qui
tentaient de déstabiliser le pouvoir. En 1991, j'avais dit à Jean
Bertrand Aristide et à René Préval: Méfiez-vous de Cédras, Titid
affirmait "Cédras et moi, on s'est marié." Triste mariage! Avec le SIDA,
Titid est têtu! Eh oui il est têtu mais il doit comprendre que ce n'est
pas sa personne seulement ni son sens du pouvoir qui sont en jeu dans
cette affaire.

Sur Radio Haïti, un lundi silencieux encore demain, ah ce sera un
silence à réveiller les morts, les cinq mille du coup d'Etat, entre
autre, c'est la vérité, il faut dégager de cette insignifiante tentative
de caponnage d'hier. C'est cette vérité-là qu'il est bon de dire ce
matin, la vérité d'un homme libre.

Tout à l'heure je citais un autre homme libre: de Laclos, je termine
avec un Shakespeare: "La vérité fait toujours rougir la face du Diable"!Merci!

We will not give vent to defamation, above all not to defamation against
honest functionaries and to racism, whether this racism is anti-mulatto
or anti-black...

Jean L. Dominique
Revenir en haut Aller en bas
grandzo di
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 2244
Localisation : VIhja
Opinion politique : centre
Loisirs : full contact
Date d'inscription : 22/10/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le crapaud sans pattes

La Empty
MessageSujet: Re: La   La EmptyDim 27 Mar 2011 - 11:52

Thunder

A l'heure où l'on assiste au printemps Arabe, il n'est pas inutile de se demander si les violences perpétrées contre un peuple peuvent perpétuellement rester impunies. Je rappelle que la révolution tunisienne est une révolution qui a visé en partie la famille des Trabelsi. Une espèce d'oligarchie sui generis qui cannibalisait tout sur son passage et soumettait mêmes les investisseurs étrangers à des humiliations…. Bref…….

Vous êtes donc d'accord que Lavalas a eu bon dos dans cette affaire d'assassinat que le commanditaire de Jean Dominique se trouve parmi ceux qui avaient intérêt à lui faire taire pour ses prises de position contre sa propre classe au profit de la masse.

En 2000, les Jean claudistes et autres tonton macoutes n'étaient plus au pouvoir et avaient quasiment disparu… N'est- ce pas le pouvoir économique qui a commandité le meurtre de Jean Dominique?

Cet assassinat ressemble non seulement à un crime d'honneur mais également à un assassinat destiné à protéger certains acquis et intérêts de classe. L'on sait à quel point Jean Dominique était un trublion dans la faune politique haïtienne où pendant un temps une partie de la classe économique qui avait fait allégeance à Duvalier ne le supportaient car il avait le malheur de trahir sa classe : c'est le crime de Caïn.

Cela rappelle d'une certaine façon la mort subite par empoissonnement de Jacques roumain, fondateur du parti communiste qui appelait les pauvres à lutter contre la misère abjecte qu'il subissait.

Le texte précité de Jean Dominique atteste de la stupidité de la thèse sous-tendant la responsabilité du parti lavalas et indirectement Aristide.
Revenir en haut Aller en bas
grandzo di
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 2244
Localisation : VIhja
Opinion politique : centre
Loisirs : full contact
Date d'inscription : 22/10/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le crapaud sans pattes

La Empty
MessageSujet: Re: La   La EmptyDim 27 Mar 2011 - 11:57

Alors Thunder, dites nous ce vous en pensez… J'ai lu ton texte..
Revenir en haut Aller en bas
Thunder
Super Star
Super Star
Thunder

Masculin
Nombre de messages : 4690
Localisation : Planet Earth (Milky Way Galaxy)
Loisirs : Target Practice, Sports Cars, Konpa...
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le gardien

La Empty
MessageSujet: Re: La   La EmptyDim 27 Mar 2011 - 17:40

Mwen dako ke pa genyen moun ki ka nye ke Jean Dominique te genyen anpil enmi. Men pat genyen youn nan enmi sa yo ki te bloke anket sou asasinay lan ke lavalas. Alors, sa montre ke se lavalas ki genyen a kache. Eske w ka eksplike pou kisa te genyen tout blokaj sa yo de la part de lavalas?
Revenir en haut Aller en bas
Thunder
Super Star
Super Star
Thunder

Masculin
Nombre de messages : 4690
Localisation : Planet Earth (Milky Way Galaxy)
Loisirs : Target Practice, Sports Cars, Konpa...
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le gardien

La Empty
MessageSujet: Re: La   La EmptyDim 27 Mar 2011 - 17:41

Mwen dako ke pa genyen moun ki ka nye ke Jean Dominique te genyen anpil enmi. Men pat genyen youn nan enmi sa yo ki te bloke anket sou asasinay lan ke lavalas. Alors, sa montre ke se lavalas ki genyen a kache. Eske w ka eksplike pou kisa te genyen tout blokaj sa yo de la part de lavalas?
Revenir en haut Aller en bas
grandzo di
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 2244
Localisation : VIhja
Opinion politique : centre
Loisirs : full contact
Date d'inscription : 22/10/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le crapaud sans pattes

La Empty
MessageSujet: Re: La   La EmptyDim 27 Mar 2011 - 17:56

Pourquoi Madame Montas, porte parole de l'Onu ne porte pas plainte contre Aristide?

Quel intérêt de tuer un ami… Jean était l'ami d'Aristide… Ils avaient deux points communs… l'un l'amour du peuple.. l'autre le desamour pour les Duvalier…

Explique moi donc… le mobile du crime… De plus, le 3 avril 2000, Aristide n'est plus au pouvoir… Quel intérêt? Qu'on m'explique… quel est le mobile ?

L'élite en revanche avait deux mobiles… l'un, la trahison de sa classe en prenant partie pour le peuple. L'autre, le fait de faire savoir aux paysans que le clairin qu'on leur vendait était de l'ethanol….

je m'arrêterais là.
Revenir en haut Aller en bas
Thunder
Super Star
Super Star
Thunder

Masculin
Nombre de messages : 4690
Localisation : Planet Earth (Milky Way Galaxy)
Loisirs : Target Practice, Sports Cars, Konpa...
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le gardien

La Empty
MessageSujet: Re: La   La EmptyDim 27 Mar 2011 - 19:12

KLM,

Eske w te tande enteview 16 Desanm 1999 ke Aristide te bay Dominique lan?

Si w pa t tande enteview saa, l ap difisil pou nou diskite sou sa. E jiska prezan, wou pa di m popukisa ke lavalas te bloke anket lan.
Revenir en haut Aller en bas
grandzo di
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 2244
Localisation : VIhja
Opinion politique : centre
Loisirs : full contact
Date d'inscription : 22/10/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le crapaud sans pattes

La Empty
MessageSujet: Re: La   La EmptyDim 27 Mar 2011 - 19:25

Lavalas était au pouvoir… lol…ah bon.. Pourquoi ne pas accuser Preval pendant qu'on y est.. cela n'a aucun sens… en 2000, c'est Preval qui tirait les ficelles… Pas Aristide.. je ne comprends plus… s'il fallait accuser quelqu'un, c'est bien Preval…. Cela n'a aucun sens… On n'aime pas Aristide parce qu'on dit qu'il a une djol surette… c'est pas serieux… Aristide ne peut pas porter sur son dos toute la misère du monde.

Faites nous connaitre l'interview de 1999… j'attends..]

Revenir en haut Aller en bas
Thunder
Super Star
Super Star
Thunder

Masculin
Nombre de messages : 4690
Localisation : Planet Earth (Milky Way Galaxy)
Loisirs : Target Practice, Sports Cars, Konpa...
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le gardien

La Empty
MessageSujet: Re: La   La EmptyDim 27 Mar 2011 - 19:58

Pa fe m ri non KLN. Sa vle di ke Preval 1996-2001 an se pat lavalas?
Revenir en haut Aller en bas
jafrikayiti
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 2236
Localisation : Ottawa
Date d'inscription : 21/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Bon neg guinen

La Empty
MessageSujet: Re: La   La EmptyDim 27 Mar 2011 - 22:18

Éléments de réponse:

1) Si Jean Do te vivan, gagot elektoral ak koudeta ki te deja nan kouti, pa t ap ka pase luil konsa.
2) Si Jean Do te vivan karavan G184 la t ap pran pàn pi bonè
3) Si Jean Do te vivan kanpay rasis , klasis kont malere katye popilè yo, pa tap reyisi kontamine tout moun sa yo nan klas mwayèn nan, ki te vin adopte menm vokabilè ak rasis ki te alatèt karavàn nan.

Quelques faits, tirés d'un texte datant du 19 mai 2002

Is Jean Do's Electoral Coup d Etat over?
http://www.webster.edu/~corbetre/haiti-archive/msg11959.html

Citation :
From: Jean Saint-Vil <jafrikayiti@hotmail.com>

Onè,

In a recent exchange on Corbettland, Kevin Pina asked “ why didn't the OAS
negotiate its complaints about the ballot-counting process instead of going
to the press” and James Morrell’s answered with the following: “it did
attempt to do so, but was initially rebuffed by the election commissioner
himself, Leon Manus. Manus subsequently changed his mind by 180 degrees. For
that he was forced to flee for his life.”

This answer raises more questions in the minds of folks who are honestly
trying to understand who is/are feeding this mad crisis being imposed upon
the Haitian people.

Question 1: Who/what caused Manus’ sudden 180 degrees turn?
Question 2: Was this really a 180 degrees turn? Or was this strange move
part of the Electoral Coup d’Etat Jean Dominique had been denouncing all
along?


I can’t help but wonder these things, having read or listened to many of
Jean Dominique’s editorials, including his very last one (the rarely quoted
“Electoral Coup d’Etat editorial) from which we can find the following
quotes:

“Mr. Leopold Berlanger, the Coordinator of the Conseil National
d'Observateurs (CNO), is part of a coalition, working through Vision 2000,
which is engaged in THE DESTRUCTION OF LAVALAS.”

“Voila, so this individual is now a member of a coalition which for five
years has worked virulently with Vision 2000 against the Lavalas movement
and this same person is the head of a national commission to observe the
elections while in 1990 he tried to manipulate the results, and this is the
person President Leon Manus gave the power to receive all information and
documents related to the electoral process that should be sent to him
quickly”

(Jean Dominique, March 27, 2000 )

It seems self-evident that, up to the very day he was gunned down, Jean
Dominique was one of the most active members of Fanmi Lavalas and, the
Electoral Coup d’Etat he was denouncing was one being organised AGAINST
LAVALAS, not the opposite.
Yet, here is how James Morell chooses to present
the tragic events of the year 2000 on his website:

“Jean-Bertrand Aristide felt bold enough to flout the Clinton administration
openly, but he did this with the preposterous miscount of the senatorial
elections of May 2000 in which his representatives on the election
commission cut off the counting of ballots at the top four recipients,
discarding all the votes received by the other ten or fifteen candidates.
This way Aristide's candidates, who were leading, could all be declared
winners in the first round, although in fact the non-Aristide candidates
outpolled the Aristide ones in half the races.
The OAS election observers withdrew in protest. The election commissioner
refused to sign off on the fraud and was forced to flee Haiti after being
personally threatened by Aristide and President Préval. The opposition
boycotted all further elections. The country's leading journalist, Jean
Dominique, was slain by Aristide supporters. The judge investigating his
case has heard testimony that Aristide's henchmen feared the outspoken
journalist's popularity threatened Aristide's chances in the presidential
election.”
What Should Be Done in Haiti, By James R. Morrell

Mr. Morrell, don’t you agree that even people who are familiar with Haiti’s
happenings might conclude from your text that Jean Dominique was slain as a
result of denoucing Aristide’s party’s alledged misdoings during the
electoral period. When, in fact Jean Dominique was denouncing an Electoral
Coup d’Etat being organised AGAINST Aristide’s party, Fanmi Lavalas, which
happens to also be his own?


Is it not true that, days before he was assassinated, Jean Dominique was
saying loud and clear, with the courage that characterize him:

“We have noted in the course of the electoral process, with the passion that
you all know we have, the legitimate suspicion that there is a threat to the
process with the successive unpleasant revelations of the role of IFES
inside of the CEP and financed and directly manipulated by USAID. So, these
legitimate suspicions about the CEP are getting larger by that unbelievable
accord with the CNO. The question we are asking is the following: Did
President Manus sign this very important text to give Mr. Leopold Berlanger
the possibility of altering the results of the vote? Is President Manus'
signature in accord with the other eight members of the CEP? I already know
that one of them doesn't even know about the accord.” (Jean Dominique, March
27, 2000 )

I might add that another text titled “Prevent a Lavalas Electoral Coup
d'Etat. Micha Gaillard. May 8, 2000” adds to the confusion as it is logged
on CIP’s page immediately under the one titled Jean Dominique's last
broadcast. March 27, 2000.

As far as we know, the term “Electoral Coup d’Etat” was coined by Jean
Dominique in reference to the agenda we see unfolding before our eyes to
this very day. I.e. undoing a popular mouvement’s electoral gains in Haiti,
an unrepenting Black Republic.


Yes indeed, Jean Dominique might have suffered many other silencing attempts
since this faithful morning of April 3, 2000.
A couple of final questions:

1) Is OAS fostering reparations to the families of the 100 plus victims of
the failed Venezuelan coup? If not, why are they doing so in Haiti where
fewer people lost their lives?
2) Who is fitting Guy Phillipe’s bill?, the U.S. embassy? Or is this, yet
another case where Haiti must pay an "upside down debt" owed to her by
others.
3)What happened to the coup Jean Dominique was denouncing? Has it failed?
Has it succeeded? or is it still ongoing?

Thanks in advance for your thoughts and answers.

Jafrikayiti


Jafrikayiti
«Depi nan Ginen bon nèg ap ede nèg!»
www.godisnotwhite.com

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



La Empty
MessageSujet: Re: La   La EmptyLun 28 Mar 2011 - 9:29


Si Jean Do savait de "si" il ne serait pas mort aussi misérablement au milieu des conflits entre les gangs narcotrafiquants lavalasse et l'absolutisme d'un pouvoir individuel .S’il n'etait pas anime par tant d'ambitions du pouvoir politique , s'il avait compris qu’Aristide n’allait pas remettre le pouvoir a un ti-rouge de la classe des possédants meme s’il défendait les idées du socialisme mondial, il serait encore parmi nous à parfaire ses petites magouilles.Si sa femme avait ete moins veule et menteuse,il aurait eu une meilleure vie loin des tracas de la trahison.

Si Haiti savait ce que c’était que l’Union, elle n’aurait pas culbuté lamentablement entre les eaux de l’occupation de 1915.
Revenir en haut Aller en bas
WIFOUT
Star
Star
WIFOUT

Masculin
Nombre de messages : 161
Localisation : MIAMI
Loisirs : COURSE DE VOITURE
Date d'inscription : 18/09/2009

La Empty
MessageSujet: Re: La   La EmptyLun 28 Mar 2011 - 11:36

L'entrevue - Qui a tué Jean Dominique?
La fille du journaliste haïtien, l'écrivaine Jan Dominique, est réfugiée à Montréal où elle se consacre à la littérature
Isabelle Porter 20 novembre 2006 Culture

Photo : Clément Allard
L’écrivaine Jan DominiqueLe meurtre du grand journaliste haïtien Jean Dominique, en 2000, n'a pas encore été élucidé. Sa fille Jan, également journaliste, a fui le pays et vit actuellement à Montréal où elle prépare un roman sur le thème de la culpabilité. Le Devoir l'a rencontrée à Québec, où un réseau de médias communautaires l'avait invitée à parler de L'Agronome (2003), le documentaire de Jonathan Demme (Silence of the Lambs...) sur la vie de Jean Dominique.

Québec — Il y a trois choses qui frappent dans L'Agronome. D'abord, le personnage de Jean Dominique, cette formidable grande gueule mue par la conviction, la colère et un charisme fou (Demme avait d'ailleurs essayé de le convaincre de monter un spectacle à Broadway!). Puis, on est étonné par le mythe que cet homme a pu devenir en Haïti. Un homme qui a été accueilli par 60 000 personnes à son retour d'exil en 1986. Enfin, on ne peut qu'être impressionné par son combat. De l'époque de Duvalier fils (à partir de 1971) à celle de Jean-Bertrand Aristide (à partir de 1991), Jean Dominique, sa famille et ses collègues se sont battus pendant 30 ans pour garder Radio Haïti ouverte. Jusqu'à ce qu'on lui tire dessus à l'entrée de la station, un matin d'avril 2000. Cette tragédie n'a pas empêché Jan et sa belle-mère, Michelle Montas, de continuer. «Après la mort de Jean, pendant trois ans, on a tenu la radio. Et surtout, on a tenu le dossier justice, ce qui était encore plus dangereux pour nous, raconte Mme Dominique comme si c'était hier. Nous nous sommes battues pendant ces années pour que l'enquête soit faite de manière "potable". Et en décembre 2002, il y a eu un attentat contre Michelle. Elle a eu miraculeusement la vie sauve, mais son garde du corps a été assassiné. Je l'ai fait partir en lui disant: on va calmer un peu les choses.»

Mais les menaces ont repris à Radio Haïti Inter. En 2003, Jan Dominique décide de fermer la station et rentre à Montréal, où elle avait déjà vécu. «C'était devenu quasi impossible de faire notre métier. Chaque fois qu'un journaliste sortait, il était menacé. C'est absurde de penser qu'un journaliste doive travailler avec un garde du corps.»

Appel à la justice

Ça fait maintenant trois ans et, après avoir longtemps attendu, Mme Dominique a finalement défait toutes ses valises et ne prévoit pas rentrer de sitôt. Encore moins rouvrir la station. «Les assassins — les hommes qui avaient été emprisonnés à la suite de l'enquête [sur la mort de son père] — se sont enfuis comme par hasard. Actuellement, l'un d'eux est parmi les plus importants chefs de gang de la banlieue de Port-au-Prince, alors je ne m'imagine pas rentrer au pays.»

En avril dernier, elle et Michelle Montas — aujourd'hui à la radio française des Nations unies — ont lancé un nouvel appel à la justice. «Cela fait six ans que nous continuons en vain d'exiger justice pour ce militant de la parole libre, écrivaient-elles. Une fois écartée la voix combien gênante de Radio Haïti, le dossier judiciaire des assassinats du 3 avril est bloqué depuis trois ans, dans une conspiration du silence et de l'impunité.»

Mais qui a tué Jean Dominique?

Dans un rapport de 2001, Reporters sans frontières notait que l'animateur de radio s'était fait beaucoup d'ennemis en critiquant sans relâche l'élite financière, les anciens du régime Duvalier, l'armée, la politique américaine à l'endroit d'Haïti et certains membres de Lavalas, le parti d'Aristide. Depuis sa mort, certains témoins clés ont disparu, d'autres ont carrément été tués. L'enquête s'enlise, et la situation générale du pays est loin d'aller en s'améliorant. Le 6 novembre dernier, l'organisme Transparency International proclamait Haïti le pays le plus corrompu du monde. Avant la Birmanie et avant l'Irak...

«Si quelqu'un comme Jean ne peut pas obtenir justice, qui le pourra? C'était un homme connu, même internationalement. Il avait un média, de la facilité à se faire entendre. Ce que je trouve terrible, c'est de me dire que, si on n'a pas réussi et qu'on n'arrive pas encore à débloquer ce dossier, c'est dire le poids qui pèse sur le développement d'Haïti en général», déplore Jan Dominique.

Tentée par le journalisme à Montréal? Elle fait une pause, puis sourit: «Vous savez, j'ai découvert ici que je suis une femme de 50 ans, chose que j'ignorais en Haïti parce que mon père, à 70 ans, travaillait encore et n'avait pas l'intention de prendre sa retraite. Ç'a été mon premier choc. On m'a fait comprendre qu'une personne de mon âge n'avait aucune chance de trouver... Je n'ai pas insisté.» De toute façon, poursuit-elle, «ça aurait été une telle adaptation... Le genre de travail qu'on faisait [en Haïti], ce n'était pas seulement du journalisme, c'était plus que ça».

Mme Dominique n'est pas peu fière des réalisations de Radio-Haïti: les premières émissions de radio en créole, la langue du peuple, un accent sur les actualités internationales, des reportages de fond sur la réalité des campagnes... Et d'évoquer, la lumière dans le regard, la couverture qu'elle a faite des projets de réforme agraire lancés au début du gouvernement Aristide.

Mieux sous Duvalier?

Sur l'actualité récente en Haïti, la journaliste et écrivaine préfère ne pas faire de commentaires parce qu'elle ne suit plus les enjeux d'aussi près qu'avant. Quand même: «Au niveau de l'actualité, il y a un truc que j'ai constaté. Depuis notre départ, depuis la fermeture de Radio Haïti, il n'y a plus de radio indépendante à 100 % en Haïti.» Elle cherche le bon qualificatif. «Le mot "inféodées" est trop dur... Disons qu'elles sont toutes dans un camp ou dans l'autre. Elles ont pris position en faveur d'Aristide ou de Préval. Certaines sont bourgeoises, elles ne savent pas ce qui se passe dans l'arrière-pays. Donc, chaque média a un patron. Nous, on refusait d'avoir un patron.»

À Montréal, Jan Dominique se consacre entièrement à son autre passion, la littérature. Ses romans et recueils de nouvelles publiés en Haïti — Mémoire d'une amnésique (1984), Évasion (1996), Inventer... la Célestine (2000) — seront bientôt réédités et elle travaille à un nouveau projet de livre. «J'ai eu le bonheur de recevoir une bourse du Conseil des arts du Canada pour travailler sur un sujet qui me fascine: la culpabilité des bourreaux. Je me suis toujours trouvée, au niveau personnel et littéraire, du côté des victimes et, là, pour une fois, je vais essayer de plonger de l'autre côté. Ça ne va pas être facile.»

L'idée du roman lui est venue au contact de certains membres de sa communauté. «Vingt ans après la dictature, il y a des gens qui disent que c'était mieux sous Duvalier. Et ça, je ne peux pas le supporter. Je ne peux pas supporter qu'on oublie qu'il y a eu 30 000 victimes et qu'elles n'ont jamais trouvé la paix parce que les bourreaux n'ont pas été punis. C'est pour ça que je m'intéresse à ce thème-là. J'imagine [dans le livre] qu'un bourreau a pu se réinstaller, je ne sais pas, par exemple à Montréal, à Québec, n'importe où, vivre sa vie tranquille et maintenant, dire tout haut, du haut de cette virginité retrouvée, que "c'était mieux sous Duvalier". C'est d'entendre cette phrase qui a tout déclenché.»

Selon elle, le combat contre l'oubli et l'impunité est indispensable pour Haïti. «La démocratie n'a aucun sens et le développement économique ne pourra jamais se faire si l'impunité existe. Et pas seulement l'impunité pour les crimes de sang, mais aussi les gens qui volent, qui font de la contrebande, qui ne paient pas leurs taxes.» La voie littéraire est simplement une autre manière de véhiculer ce même message. «En Haïti, on a la mémoire courte. Ce livre sera aussi une façon détournée de parler d'Haïti, de dire qu'il ne faut pas oublier.»

Collaboratrice du Devoir


NB: Il ne faut pas oublier qu'a cette epoque om etait en plein regime lavalas ,cite le non d'Aristide en mal c'etait signe sa condanation a mort.
Jean Dominique voulait se portee comme candidat a la presidence et que le president Aristide ne voyait pas d'un bon oeil.Il lui a meme fait des menaces a peine voile[c'est tout ou rien des propos de Mr Aristide]
Revenir en haut Aller en bas
WIFOUT
Star
Star
WIFOUT

Masculin
Nombre de messages : 161
Localisation : MIAMI
Loisirs : COURSE DE VOITURE
Date d'inscription : 18/09/2009

La Empty
MessageSujet: Re: La   La EmptyLun 28 Mar 2011 - 11:41



Par Michèle Montas-Dominique
et Jan J. Dominique

Soumis à AlterPresse le 3 avril 2007

Ce texte a été publié le 3 avril 2006. A part quelques changements de dates, les exigences de justice de la famille du journaliste assassiné sont restées vaines. De lettre ouverte en lettre ouverte, rien n’a changé pour la famille de Jean Dominique. Les inculpés d’hier circulent librement, certains évadés de prison dirigent des gangs armés et la chape d’impunité sur ce dossier, devenue emblématique à travers le monde, continue de s’alourdir.

Il y a maintenant sept ans, le 3 avril 2000, le journaliste Jean Léopold Dominique était assassiné dans la cour de sa station, Radio Haïti. Cela fait sept ans que nous continuons en vain d’exiger justice pour ce militant de la parole libre. Aujourd’hui, ses assassins, ceux de Jean Claude Louissaint et ceux de Maxime Seide, assassiné deux ans plus tard pour faire taire nos revendications de justice, circulent librement. Une fois écartée la voix combien gênante de Radio Haïti, le dossier judiciaire des assassinats du 3 avril est bloqué depuis quatre ans, dans une conspiration du silence, et de l’impunité.

L’instruction, reprise par quatre juges différents, a duré 2 ans et 10 mois. Elle a été houleuse et sanglante. Des suspects sont morts en prison dans des circonstances non élucidées. Des témoins ont été sommairement exécutés. Un juge d’instruction, menacé, a dû s’exiler[maitre C. Gassant]. Presque toutes les institutions de l’Etat ont fait obstacle à cette enquête : mandats d’arrêt non exécutés par la police, opposition du Sénat à la levée de l’immunité parlementaire d’un sénateur, menaces publiques contre un juge d’instruction par des policiers, refus temporaire en 2002 du chef de l’état de renouveler le mandat du juge d’instruction en charge du dossier.

Après une intervention à peine déguisée du Ministre de la justice d’alors, l’enquête judiciaire s’est théoriquement conclue le 21 mars 2003, exactement un mois après que Radio Haïti ait été forcée d’éteindre ses émetteurs suite à une tentative d’assassinat sur la compagne de Jean Dominique, rédactrice en chef de Radio Haïti, Michèle Montas, suite à un meurtre, celui de Maxime Seide, un jeune agent de sécurité de Radio Haïti et suite à de nombreuses menaces sur nos journalistes. Bien que l’instruction, de mai 2000 à janvier 2002 a été marquée par l’audition de dizaines de témoins et une vingtaine d’inculpations, le juge d’instruction Bernard St Vil publiait, avec son ordonnance de renvoi, la liste de six personnes inculpées pour la mort du journaliste. Aucun commanditaire n’était désigné.

Le 3 avril 2003, la famille du journaliste fait appel des conclusions de l’enquête. Le 4 août 2003, la cour d’appel de Port-au-Prince demande le lancement d’une nouvelle instruction et la libération de trois des six inculpés. Les trois autres présentent un recours devant la Cour de cassation, suspendant de fait la poursuite du dossier. Entre temps, ces accusés qui s’étaient adressé à la Cour, Jeudy Jean Daniel, Dimsey Milien et Markenton Philippe, se sont évadés de prison.

Le 14 mars 2004, la police exécutait deux des mandats émis d’ailleurs par le juge St Vil, en arrêtant un ancien maire adjoint de Port au Prince, Harold Sévère inculpé le 28 janvier 2003, et Roustide Pétion, alias Douze, pour leur implication présumée dans les assassinats du 3 avril.

La Cour de Cassation rejette le 29 juin 2004, le « pourvoi des sieurs Dymsley Millien dit Tilou, Jean Daniel Jeudi dit Guimy et Markington Phillipe contre l’arrêt ordonnance de la Cour d’Appel de Port-au-Prince ». La Cour de cassation confirme ainsi le verdict de la Cour d’appel qu’un nouveau juge d’instruction soit désigné pour trouver les commanditaires du crime.

le 3 avril 2005, soit cinq ans jour pour jour après les assassinats du 3 avril, le cas est remis à un nouveau juge d’instruction. Aujourd’hui, deux ans plus tard, l’instruction est encore en suspens.

Revenir en haut Aller en bas
WIFOUT
Star
Star
WIFOUT

Masculin
Nombre de messages : 161
Localisation : MIAMI
Loisirs : COURSE DE VOITURE
Date d'inscription : 18/09/2009

La Empty
MessageSujet: Re: La   La EmptyLun 28 Mar 2011 - 11:51

Le Ré.Cit. - Réseau Citadelle
La Reconstruction d'Haïti passe par des réformes institutionnelles et structurelles en profondeur dans les domaines suivants: Douane, administration publique, justice & lois, respect du droit de propriété, libre concurrence, accès au crédit bancaire... Des millions sans des réformes auront aucun impact sur la pauvreté et le développement durable.



dimanche 27 mars 201128 Mars 1995: Assassinat de Mireille Durocher Bertin
Le 28 Mars 1995 Mireille Durocher etait assassine par des officiels du gouvernement Haitien apres des ordres donnes par le president de la republique Jean Bertrand Aristide. L'enquete du FBI revelera plus tard que le ministre de l'interieur Beaubrun au nom de Jean Bertrand Aristide etait le coordonnateur de l'assassinat de madame Bertin.

Mireille Durocher etait un avocat brillant et un militant politique. Elle luttait pour le respect des lois et de la constitution d'Haiti en 1995 quand elle a ete assassinee. En 1995, Mireille Durocher Bertin officiellement plaidait pour le respect de la souverainete nationale. Elle a demande aux instances de notre republique et particulierement a Jean Bertrand Aristide les references constitutionnelles de la demande d'intervention militaire sollicitee par ce dernier en 1994.

Aristide savait a l'avance que les demarches de Mireille Durocher Bertin sur l'illegalite de la demande officielle d'intervention militaire de 1994 et son embargo economique contre Haiti sollicitee en 1993 seraient comdamnes par devant les tribunaux Haitiens comme des actes inconstitutionnels et lillegaux.



Aristide risquait d'etre convoque par devant la Cour de Haute Trahison pour ces crimes. C'est dans ce contexte que le complot pour assassiner Mireille Durocher Bertin prit naissance au palais national. Les freres Arbrouet qui ont assassine Bertin pour Aristide, pour eviter leurs temoignages, furent ensuite executes a Leogane par le regime Lavalas alors qu'ils etaient dans leur sommeil. L'instruction donnee avant cette operation d'execution des freres Arbrouet conduite par l'unite politique de la SWATT team etait simple: Ne les ramenez pas vivants!


Le ministre de la justice en poste Jean Joseph Exume qui etait l'un des conseillers privilegies d'Aristide et aussi Ministre de la Justice en 1995 en sait long sur cette affaire.

Mireille Durocher Bertin, Pasteur Leroy, Jacques Roche, Senateur Yvon Toussaint, Michel Gonzalez font partie d'une longue liste de citoyens executes par lavalas pour des raisons politiques. Le Senateur Irvelt Chery dans sa lettre officielle eaux commissaires du gouvernement de la republique donne une idee de la liste des victimes du regime lavalas, pour lire cette lettre et decouvrir les noms des victimes cliquez ici: http://www.haitianinternet.com/messages.php/7222




Nous devons travailler a la reforme de la justice, a l'egalite des citoyens devant la loi pour qu'enfin justice soit faite. Mireille que la terre te soit legere! Assassins lavalas, bay kou bliye pote mak sonje
Revenir en haut Aller en bas
Thunder
Super Star
Super Star
Thunder

Masculin
Nombre de messages : 4690
Localisation : Planet Earth (Milky Way Galaxy)
Loisirs : Target Practice, Sports Cars, Konpa...
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le gardien

La Empty
MessageSujet: Re: La   La EmptyLun 28 Mar 2011 - 23:31

Mercredi, 3 avril 2002 09:39

Radio Haiti Inter accuse le pouvoir Lavalas de faire trainer l'enquête sur le meurtre de Jean Dominique

L'équipe de Radio Haiti Inter met à l'index le président Jean Bertrand Aristide dans le cadre du piétinement de l'enquête sur l'assassinat de Jean Léopold Dominique . A l'occasion du 2ème anniversaire du meurtre du journaliste le 3 avril 2000 ,le staff de la station s'est indigné contre le comportement des différentes entités du pouvoir en place .

Concis et précis, le staff de Radio Haïti Inter n'a pas caché sa colère et son indignation devant le blocage de l’enquête sur l’assassinat de Jean Léopold Dominique. A ce sujet , la station dénonce le retard mis par le président Jean Bertrand Aristide à se prononcer sur la reconduction du mandat du juge d'instruction Claudy Gassant expiré depuis le 4 janvier 2002. En T-shirt à l’éfigie du journaliste assassiné , l’équipe de Radio Haïti s'en prend également au comportement du Parlement du 21 mai par rapport à la demande du juge instructeur qui réclame depuis le 3 avril 2001 la levée de l’immunité du sénateur Dany Toussaint. Après cinq (5) mois d’étude, le Sénat Lavalas a récemment déclaré le dossier incomplet .

Radio Haiti Inter accuse aussi la police et la justice de complicité dans le piétinement de l'enquête car , soutient-elle, deux (2) mandats d’arrêt contre l’ancien capitaine Richard Salomon et Franck Joseph demeurent non exécutés .
Revenir en haut Aller en bas
Thunder
Super Star
Super Star
Thunder

Masculin
Nombre de messages : 4690
Localisation : Planet Earth (Milky Way Galaxy)
Loisirs : Target Practice, Sports Cars, Konpa...
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le gardien

La Empty
MessageSujet: Re: La   La EmptyLun 28 Mar 2011 - 23:39

Apa KHL pa ka di anba ki lobedyans ke Ayiti te ye ant 1996 pou rive 2001. (lol)

Si se yon lòt sektè ki te touye Jean Dominique vre, konnen ke lavalas li menm fè yon bèl travay nan bloke ankèt, disparèt evidans, falsifye dosye, elatriye...

Yon moun pa bezwen kont lavalas pou w tire yon konklizyon ki lojik devan yon sitiyasyon konsa.
Revenir en haut Aller en bas
grandzo di
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 2244
Localisation : VIhja
Opinion politique : centre
Loisirs : full contact
Date d'inscription : 22/10/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le crapaud sans pattes

La Empty
MessageSujet: Re: La   La EmptyMar 29 Mar 2011 - 15:34

THunder , il faut te mettre d'accord avec toi même..

Ce ou byen ou ka di se Aristide ou byen ou ka di se Lavalas..

Sa mwen di, se ke si se lavalas.. fok ou akuse preval… parce ke se li mim ki te o pouvwa… ou byen ce Aristide.. dan ka ca, ou oblige admet ke aristide pa te au pouwa….

Dans les deux cas, si on suit ton raisonnement, Aristide et Preval sont complices… car apparemment son gouvernement lavalas aurait bloque les enquêtes…

Thunder ou pa we ke genyen yon bagay ki illogik la….

Fok nou cherche dot piste… ou pa kakab kimbe yon lide ke lavalas se yon parti politik criminogen… ca pa serieux…

mwen pa di ce pa lavalass.. mwen di ke genyen moun ki te genyen plis interet asasine Dominique ke Aristid…
Mwen mim sa mwen vle se justice… kelke soit moun ki tue misie… fok yo kondamne'l.. Mwen pa genyen preferens… se pa yon bagay ideologik… se yon bagay kriminel
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




La Empty
MessageSujet: Re: La   La Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
La
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti :: Haiti :: Espace Haïti-
Sauter vers: