Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

FOROM AYITI : Tèt Ansanm Pou'n Chanje Ayiti.
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  PortailPortail  ÉvènementsÉvènements  PublicationsPublications  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Le Deal du moment : -43%
Clairefontaine – Lot de 9 Cahiers 24×32 ...
Voir le deal
14.29 €

 

 Artibonite 4 C : encore des barrages au barrage ?

Aller en bas 
2 participants
AuteurMessage
Maximo
Super Star
Super Star
Maximo

Masculin
Nombre de messages : 3182
Localisation : Haiti
Loisirs : football - Gagè
Date d'inscription : 01/08/2007

Feuille de personnage
Jeu de rôle:

Artibonite 4 C : encore des barrages au barrage ? Empty
MessageSujet: Artibonite 4 C : encore des barrages au barrage ?   Artibonite 4 C : encore des barrages au barrage ? EmptyMar 12 Avr 2011 - 10:55

Artibonite 4 C : encore des barrages au barrage ?


Haïti: Six mois après la remise du volumineux plan d'étude du barrage hydroélectrique Artibonite 4 C au président René Préval par Celso Amorim, chancelier du Brésil, le projet n'a pas fait d'avancées significatives. « L'un des obstacles, c'est qu'il n'est pas encore clair que la construction du barrage Artibonite 4 C constitue l'un des projets prioritaires et qu'il faut avancer en nommant un chef de projet », a révélé M. Rubens Gama, représentant alternatif du Brésil à la CIRH, en marge de la sixième réunion de cette commission, le vendredi 8 avril 2011 à Tara's.

« On a eu des réunions seulement au premier niveau, c'est -à-dire avec le président, quand on a fait la présentation du projet. Après, on n'a reçu de la part du gouvernement haïtien aucune indication de qui va s'occuper du projet », a poursuivi M. Rubens Gama, rappelant que le Brésil a déjà déposé au fonds fiduciaire 40 des 190 millions de dollars américains prévus initialement pour la construction de cette centrale censée avoir une capacité de 32 mégawatts.

La BID, appelée, selon M. Gama, à refaire une nouvelle estimation, une revalidation du projet, pourrait fournir 30 millions. « Nous ne sommes pas préoccupés par le fait que d'autres bailleurs ne se sont pas encore manifestés », a-t-il dit, gageant « que le reste des fonds sera trouvé une fois le projet lancé ». « L'obstacle est la non-désignation d'une commission ou d'un chef de projet », a martelé Rubens Gama afin de s'assurer que ses propos sont bien compris.

Les mots du ministre des TPTC

Le ministère des TPTC, celui de l'Agriculture et l'Ed'H, chacun en ce qui le concerne, ont travaillé sur le projet en vue d'aider dans la gestion des difficultés rencontrées sur le terrain, a réagi le ministre des Travaux publics, Jacques Gabriel, joint au téléphone. « Je ne sais pas pourquoi M. Rubens Gama a dit ce qu'il a dit », a-t-il enchaîné. qui a indiqué qu'un général brésilien en charge de ce dossier est une interface avec qui on a travaillé. « C'est un général brésilien qui était en charge du projet. S'il y a des avancées à faire, c'est vrai qu'on était supposé le contacter, mais il aurait pû nous contacter aussi », a indiqué le ministre des Travaux publics.

« Nous n'avons pas encore reçu le dossier technique », a ajouté Jacques Gabriel qui, au passage, a confié qu'il a été surpris d'entendre que le Brésil ne financera pas totalement la construction de cette centrale comme cela a été annoncé. Est-ce que l'étude complète de la construction n'avait pas été remise au président René Préval le 29 septembre 2010 ? « Je ne sais pas. Je n'ai pas eu d'information à ce sujet », a répondu le ministre des TPTC.

Ce qu'avait dit René Préval

« Lorsque le président Lula était venu en Haïti il y a trois ans, il m'avait demandé de quoi j'avais besoin. Je lui avais répondu une seule chose : le barrage », avait expliqué sur un ton élogieux René Préval, pour qui ce projet s'inscrit dans la logique de décentralisation prônée par son administration. « C'est bien d'avoir des routes, mais il faut de l'électricité, un élément important dans la production et le développement », a-t-il dit en revenant sur l'âpreté des discussions avec des cultivateurs dont les terres seront inondées dans les communes de Mirebalais et de Boucan-Carré, dans le département du Centre, et qui seront relogés.

Les populations des localités de Carporand, Penchinat, Balumettes, Fedja, Bosiaud, Gilbert, entre autres, n'étaient pas contre le principe de la construction d'un nouveau barrage en vue d'augmenter la capacité énergétique du pays. Mais elles avaient des inquiétudes et des exigences formulées dans le mémorandum remis au chef de l'Etat, René Préval », avait confirmé en avril 2010 M. Descollines Abel, membre d'un collectif qui représente entre 15 et 20 000 agriculteurs, nouvellement élu député au second tour des législatives du 20 mars 2011.
L'intégration d'une politique d'irrigation à grande échelle, la relocalisation des populations dans des villages modernes, la réorientation professionnelle, la construction d'écoles et d'universités pour renforcer l'accès à l'éducation sont, selon M. Descollines Abel, quelques-unes des recommandations des membres de ce collectif qui ne digèrent toujours pas les promesses non tenues faites à la population du Plateau central lors de la construction du barrage de Péligre au début des années cinquante.

Autres usages possibles du barrage

« Pour 400 hectares inondés, on pourra irriguer 1 370 hectares selon le type de barrage qui sera construit, avait expliqué le ministre de l'Agriculture, Joanas Gué, pour qui les avantages du projet Artibonite 4 C sont intéressants. « Si on utilisait les 32 mégawatts pour alimenter des électropompes installées sur les deux rives du fleuve Artibonite de Mirebalais jusqu'à Désarmes, on peut augmenter à 16 000 hectares les surfaces irriguées. Avec une production annuelle de 10 tonnes à l'hectare, cela fait 160 000 tonnes, soit 50 % de l'importation annuelle de riz », avait calculé le ministre Joanas Gué.

« Avec une couverture électrique nationale de moins de 15% et une consommation moyenne annuelle de l'ordre de 75 kWh par habitant, les populations pauvres d'Haïti se retrouvent de très loin les plus démunies de la région Caraïbe. Dans ce panorama, les plus pauvres sont des victimes qui sont réduites à cuisiner au charbon de bois et à s'éclairer au pétrole lampant et à la pile sèche », avait indiqué des experts du MTPTC dans l'ébauche d'un avant-projet de politique énergétique.

Selon ce texte daté du mois d'octobre 2008, le gouvernement décide d'exploiter le potentiel en énergie hydraulique du pays en vue d'en augmenter la capacité de production d'énergie électrique. La priorité sera accordée à : la réalisation de la carte de potentiel hydraulique du pays ; l'exploitation des sites hydroélectriques déjà identifiés. Une emphase particulière sera mise sur les sites de mini et microcentrales en vue de favoriser le développement des régions rurales isolées ; la réhabilitation des bassins versants à travers le pays, en commençant par les plus dégradés et ceux dont le potentiel en irrigation et en production hydroélectrique est des plus élevés.

Si en 2008, peu avant les émeutes de la faim, le président René Préval misait à la fois sur le thermique et l'hydroélectrique pour augmenter la capacité énergétique du pays, on constate à la fin de son quinquennat que des centrales thermiques ont pullulé, grâce à la coopération avec le Venezuela. Et la facture pétrolière a explosé alors qu'il y a vraisemblablement des barrages au barrage Artibonite 4 C.


Roberson Alphonse
ralphonse@lenouvelliste.com
Revenir en haut Aller en bas
Le gros roseau
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 9664
Localisation : Usa
Loisirs : sport ,internet,stock market
Date d'inscription : 21/08/2010

Artibonite 4 C : encore des barrages au barrage ? Empty
MessageSujet: Re: Artibonite 4 C : encore des barrages au barrage ?   Artibonite 4 C : encore des barrages au barrage ? EmptyMar 12 Avr 2011 - 11:16

Pourtant certains recommandent Bellerive a Michel Martelly.Un gouvernement propose de vous aider à construire un barrage hydroelectrique et c'est lui qui doit vous contacter de temps en temps.Voila pourquoi je dis qu'il faut abolir le poste de Premier Ministre et diminuer le nombre des ministères.Il y a trop de chefs dans ce pays pauvre.Personne ne s'occupe des dossiers importants.Il serait preferable d'avoir 10 Ministeres bien organisés et euqipes pour remplir leurs fonctions au lieu d'avoir une vingtaine pour caser des politiciens ineptes.Non seulement on allegera le budget de cette bureaucratie trop couteuse ,mais il y aura aussi une meilleure assignation des projets a accomplir.

Un projet aussi important devrait avoir la priorite du gouvernment.Pourquoi Mr Gabriel pense qu'il revenait au gouvernement Bresilien de le contacter pour l'accomplissement du projet?
Revenir en haut Aller en bas
 
Artibonite 4 C : encore des barrages au barrage ?
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti :: Haiti :: Espace Haïti-
Sauter vers: