Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

FOROM AYITI : Tèt Ansanm Pou'n Chanje Ayiti.
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  PortailPortail  ÉvènementsÉvènements  PublicationsPublications  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
-64%
Le deal à ne pas rater :
TACKLIFE T8 800A – Démarreur de Batterie de Voiture
35.99 € 99.99 €
Voir le deal

 

 Haiti

Aller en bas 
+9
jafrikayiti
Joel
Kiloutou
travers
Marc H
Rico
kami
kakakok
grandzo di
13 participants
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant
AuteurMessage
grandzo di
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 2244
Localisation : VIhja
Opinion politique : centre
Loisirs : full contact
Date d'inscription : 22/10/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le crapaud sans pattes

Haiti - Page 3 Empty
MessageSujet: Haiti   Haiti - Page 3 EmptyLun 16 Mai 2011 - 17:49

Rappel du premier message :

Haiti


Dernière édition par Néo le Lun 14 Nov 2011 - 12:45, édité 37 fois
Revenir en haut Aller en bas

AuteurMessage
kami
animatrice
animatrice
kami

Féminin
Nombre de messages : 2981
Localisation : ICI
Opinion politique : La séparation des pouvoirs
Loisirs : Lecture, Dormir
Date d'inscription : 20/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle:

Haiti - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Haiti   Haiti - Page 3 EmptyJeu 19 Mai 2011 - 14:01

Citation :
Dominique Strauss-Kahn, qui a démissionné de son poste de directeur général du Fonds monétaire international, laisse derrière lui des succès importants dans la modernisation de l'institution, mais aussi des chantiers inachevés dus à son départ prématuré.
La France est du cote des voyoux

"En France, il est inimaginable qu'une femme de ménage immigrée sans statut puisse porter plainte contre un homme de premier rang et soit prise au sérieux",

Margaret Wente Globe and Mail
Revenir en haut Aller en bas
Joel
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 17131
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

Haiti - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Haiti   Haiti - Page 3 EmptyJeu 19 Mai 2011 - 15:09

kami a écrit:
Citation :
Dominique Strauss-Kahn, qui a démissionné de son poste de directeur général du Fonds monétaire international, laisse derrière lui des succès importants dans la modernisation de l'institution, mais aussi des chantiers inachevés dus à son départ prématuré.
La France est du cote des voyoux

"En France, il est inimaginable qu'une femme de ménage immigrée sans statut puisse porter plainte contre un homme de premier rang et soit prise au sérieux",

Margaret Wente Globe and Mail


KAMI ;
AN PA W AP VINI.Il n'est jamais trop tard.
Vous ètes très conservatrice mais je voudrais que vous vous rendiez compte que l'influence française en HAITI est néfaste pour le pays ,sur tous les points de vue.
Elle l'a toujours été
Revenir en haut Aller en bas
grandzo di
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 2244
Localisation : VIhja
Opinion politique : centre
Loisirs : full contact
Date d'inscription : 22/10/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le crapaud sans pattes

Haiti - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Haiti   Haiti - Page 3 EmptyJeu 19 Mai 2011 - 15:28

JOEL

Tu trouves pas que si on n'exécute DSK aux Etats unis avant procès, c'est qu'on adore les histoires de cul aux Etats unis surtout quand il s'agit d'hommes politiques. Ce qui me gêne dans cette histoire, la présumée victime est inconnue au bataillon…on peut accabler un homme sans qu'on sache qui est la victime..
Revenir en haut Aller en bas
Rico
Super Star
Super Star
Rico

Masculin
Nombre de messages : 8954
Localisation : inconnue
Loisirs : néant
Date d'inscription : 02/09/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: dindon de la farce

Haiti - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Haiti   Haiti - Page 3 EmptyJeu 19 Mai 2011 - 15:35

Ki koze sa sendrom anti Franse ap vale teren, lese yon pwoblèm jidisyè sou kote.
Revenir en haut Aller en bas
Joel
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 17131
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

Haiti - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Haiti   Haiti - Page 3 EmptyJeu 19 Mai 2011 - 15:41

KARL;

La victime est connue .Elle est une guinéenne ,une veuve avec une petite fille;elle est agée de 32 ans.
On ne montrera pas sa photo sur les journaux américains ,parceque on ne montre pas la photo d'une présumée victime de viol.
Revenir en haut Aller en bas
Joel
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 17131
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

Haiti - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Haiti   Haiti - Page 3 EmptyJeu 19 Mai 2011 - 15:45

Rico a écrit:
Ki koze sa sendrom anti Franse ap vale teren, lese yon pwoblèm jidisyè sou kote.


RICO;

Tout sa ki ka kontribye pou diminye prestij franse yo ann AYITI ;mwen pou sa.
Oumenm ou gen dwa renmen franse yo ""tèt kale"".
Se dwa w ,se dwa pa m tou
Revenir en haut Aller en bas
kami
animatrice
animatrice
kami

Féminin
Nombre de messages : 2981
Localisation : ICI
Opinion politique : La séparation des pouvoirs
Loisirs : Lecture, Dormir
Date d'inscription : 20/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle:

Haiti - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Haiti   Haiti - Page 3 EmptyJeu 19 Mai 2011 - 16:05

Joel,

Eske ou te li Daily News jodiya, eske-w te li sa Sarkozi te di DSK?
Pa okupe brown nose yo tande ki vle vire konvesasyon an yon lot kote.

Revenir en haut Aller en bas
Joel
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 17131
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

Haiti - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Haiti   Haiti - Page 3 EmptyJeu 19 Mai 2011 - 16:37


kami a écrit:
Joel,

Eske ou te li Daily News jodiya, eske-w te li sa Sarkozi te di DSK?
Pa okupe brown nose yo tande ki vle vire konvesasyon an yon lot kote.



KAMI;
Se k ap yon zafè. de ""kilti"".Nou konnen jan la JISTIS fonksyone OZETAZINI ;se posib lòt yo pa fin konnen trè byen.
Mwen te manm 2 JIRI ;youn yon pwosè kriminèl ,lòt lan yon pwosè sivil.
Se pa konsa yo akize moun de vyòl ,sitou lan yon ETA tankou NOUYÒK.
Si majistra NOUYÒK lan te akize de sa DSK prezime komèt lan ;yo t ap trete l menm jan ,a leksepsyon de zafè ""kosyon""an paske misye pa ""flight risk""
Ministè piblik lan te prezante ayè evidans yo genyen sou DSK yo devan sa yo rele yon ""GRAND JURY"";se grand jury sa a ki deside ke si gen evidans ase pou mete misye ann akizasyon ;se pa la polis;e yon grand jury pa pran anyen a la lejè.

Eske y ap lage misye sou kosyon ann atandan pwose an fèt;se la kesyon an ye,jounen jodi an men tou si yo ta fè sa e DSK ta kraze rak ;mwen si ke gen anpil moun ki t ap pèdi djòb yo ,lan ofis ""district attorney"" an
Revenir en haut Aller en bas
kami
animatrice
animatrice
kami

Féminin
Nombre de messages : 2981
Localisation : ICI
Opinion politique : La séparation des pouvoirs
Loisirs : Lecture, Dormir
Date d'inscription : 20/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle:

Haiti - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Haiti   Haiti - Page 3 EmptyJeu 19 Mai 2011 - 16:56

Sarkozie te dil avanl antre nan USA ke lwa nan US diferan de la France so pa al manyen dada fiy yo nan elevater yo e ke Lafrans paka pemet li yon eskandal. Se nan London times ak NY post yo mete sa.

Sa vle di ke DSK se yon residivis, yon neg malad seksyelman.

Mwen regret yo bail li out bien ke som nan tres ro.
Revenir en haut Aller en bas
grandzo di
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 2244
Localisation : VIhja
Opinion politique : centre
Loisirs : full contact
Date d'inscription : 22/10/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le crapaud sans pattes

Haiti - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Haiti   Haiti - Page 3 EmptyJeu 19 Mai 2011 - 17:10

DSK est libéré sous caution.. L'avocat de DSK a fait du bon boulot.
Revenir en haut Aller en bas
Marc H
Super Star
Super Star
Marc H

Masculin
Nombre de messages : 9830
Localisation : Quebec
Opinion politique : Démocrate
Loisirs : soccer
Date d'inscription : 28/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le voyeur

Haiti - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Haiti   Haiti - Page 3 EmptyJeu 19 Mai 2011 - 18:45

K.H.L a écrit:
DSK est libéré sous caution.. L'avocat de DSK a fait du bon boulot.

Aux USa dès qu'on peut se payer de bons avocats tout parait possible. Une chose est certaine , cet homme a un trouble sexuel aigu et le juge devrait ordonner une évaluation psychiatrique avant le procès .

Cet homme a peut être subi des traumatismes sexuels à son jeune âge . J'en suis presque certain car un homme de 62 ans normal ne se retrouverait jamais dans une telle situation.

KHL, s'il est ton ami dis-lui de consulter rapidement un psycho.
Revenir en haut Aller en bas
jafrikayiti
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 2236
Localisation : Ottawa
Date d'inscription : 21/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Bon neg guinen

Haiti - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Haiti   Haiti - Page 3 EmptyJeu 19 Mai 2011 - 20:38

mesyedam, mwen pa achte koze diferans kiltirèl la. Se vre gen diferans nan sistèm lajistis yo ki ka rann pwosedi yo pi difisil pou franse yo konprann. Men, alabaz, nou ka poze tèt nou kèk kesyon, ki sikjere faktè kiltirèl la plizoumwen neglijab.

1) Si se yon gwo potanta Meriken yo te bare Anfrans, nan menm sikonstans yo, èske bon kou Ameriken pa t ap reyaji yon mannyè irasyonèl, jan franse yo ap fè pou DSK a? Nou sonje ajan CIA ki te masakre moun nan Pakistan an, ki jan Obama te entèvni pou ede li chape sennesof. Se pa menm sikonstans, men, sonje sa kanmenm!

2) E si se nan yon peyi tankou Chad yo te bare DSK? Èske yo t ap menm okipe viktim nan?

3) E si se monnonk Bill Clinton yo te bare nan yon otèl Dikini?


Koze a gen plis arevwa ak rapo fos ant moun rich ak moun pov, ogèy nasyonal, ogèy pou defann privilèj. Mwen pa kwè franse pi koupab konpotman sa yo pase pyès lot pèp. Bagay la vin pi konplike paske zak la komèt nan yon peyi etranje epi DSK se yon politisyen ki an vog nan moman zak la rive a.

Mwen pa fanatik Lafrans pou politik etranjè li, pou awogans anpil franse afiche jiskaprezan anfas krim nasyon yo an komèt sou pèp otokton yo....men, mwen pa anti-fransè. Pou dayè, kontrèman ak anpil Ayisyen ki konprann yo pi Gaulois pase Le Pen k ap defann Lafrans sou dosye tankou RESTITISYON ak REPARASYON, mwenmenm mwen rankontre anpil fransè, nèg tankou blan, moun ki aktif nan mouvman sosyal, tankou moun ki p at menm okouran dosye sa yo, ki - yon fwa yon vin okouran, deside sipote revandikasyon jis epi nob sa yo. Kidonk, mwen pa abode koze DSK a sou yon baz anti-franse. E sètènman se pa paske yo di misye gen tandans gochis mwen ta kont li. Wi, lefèt l ap dirije FMI pa ban mwen rezon gen chètout pou li. Men, anverite, sa ki fè diferans lan, se prèv yo ki pa an favè misye jiskaprezan. E, fè kadejak sou fanm - keseswa orijin sosyal osnon etnik li, keseswa laj li, nan lespri pa m, se pa yon zak minè sa ye. SE YON GWO GWO KRIM ki pa dwe janm banalize. E noumenm gason, an patikilye, li lè, li tan pou nou sispann pran yon pozisyon macho sou kesyon sa a. Kadejak se yon zak TEWORIS li ye!

Jaf
Revenir en haut Aller en bas
jafrikayiti
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 2236
Localisation : Ottawa
Date d'inscription : 21/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Bon neg guinen

Haiti - Page 3 Empty
MessageSujet: At I.M.F., Men on Prowl and Women on Guard   Haiti - Page 3 EmptyJeu 19 Mai 2011 - 22:48

At I.M.F., Men on Prowl and Women on Guard
By BINYAMIN APPELBAUM and SHERYL GAY STOLBERG
http://www.nytimes.com/2011/05/20/business/20fund.html


WASHINGTON — It is an international island in the midst of the American capital, a sharp-elbowed place ruled by alpha male economists. The days are long, and employees are regularly pressed together for weeks on end during overseas “missions.” It is a climate in which romances often flourish — and lines are sometimes crossed.

Some women avoid wearing skirts for fear of attracting unwanted attention. Others trade whispered tips about overly forward bosses. A 2008 internal review found few restraints on the conduct of senior managers, concluding that “the absence of public ethics scandals seems to be more a consequence of luck than good planning and action.”

This is life at the International Monetary Fund, the lender of last resort for governments that need money and, under the leadership of Dominique Strauss-Kahn, an emerging force in the regulation of the global economy.

But with Mr. Strauss-Kahn’s arrest earlier this week and indictment on Thursday on charges that he tried to rape a New York hotel housekeeper, a spotlight has been cast on the culture of the institution. And questions have been revived about a 2008 episode in which the I.M.F. decided that Mr. Strauss-Kahn had not broken any rules in sleeping with a female employee.

What may draw even more attention to the culture of the fund is the revelation of an affair involving a potential successor to Mr. Strauss-Kahn, who resigned as managing director on Wednesday. Kemal Dervis of Turkey had a liaison while working at the World Bank years ago with a woman who now works at the I.M.F., according to a person with direct knowledge of the relationship.

Interviews and documents paint a picture of the fund as an institution whose sexual norms and customs are markedly different from those of Washington, leaving its female employees vulnerable to harassment. The laws of the United States do not apply inside its walls, and until earlier this month the I.M.F.’s own rules contained an unusual provision that some experts and former officials say has encouraged managers to pursue the women who work for them: “Intimate personal relationships between supervisors and subordinates do not, in themselves, constitute harassment.”

“It’s sort of like ‘Pirates of the Caribbean’; the rules are more like guidelines,” said Carmen M. Reinhart, a prominent female economist who served as the I.M.F.’s deputy director for research from 2001 to 2003. “That sets the stage, I think, for more risk-taking.”

In 2007, officials at the fund declined to investigate a complaint by an administrative assistant who had slept with her supervisor, and who charged that he had given her poor performance reviews to pressure her to continue the relationship. Officials told the woman that the supervisor planned to retire soon, and therefore there was no point in investigating the charges, according to findings by the I.M.F.’s internal court.

The official, who is not named in the records, told investigators that he also had a sexual relationship with a second employee, and that he did not believe he had acted improperly.

In another case, a young woman who has since left the I.M.F. said that in 2009, a senior manager in her department started sending her increasingly explicit e-mails seeking a relationship. She complained to her boss, who did not take any action.

“They said they took it seriously, but two minutes later they were turning around and acting like everything was O.K. to the person who had done it to me,” said the woman, who spoke on condition of anonymity because she still works in the international development community. “He wasn’t punished. Not at all.”

Virginia R. Canter, who joined the I.M.F. last year with responsibility for investigating harassment claims, said the institution recently took a series of strong steps to protect employees. A new code of conduct adopted on May 6 specifies that intimate relationships with subordinates “are likely to result in conflicts of interest” and must be disclosed to the proper authorities.

“It’s recognizing that sometimes relationships grow in the workplace,” Ms. Canter said. “But it doesn’t mean we’re not sensitive to this issue and we will investigate if there is evidence to suggest harassment.”

She also said that the fund would not again brush aside an employee complaint like the one from the assistant who was sleeping with her boss. “Absolutely that wouldn’t have happened today,” she said. “We would investigate the matter.”

The I.M.F., created in 1945, has 2,400 employees evaluating the economic health of nations from a pair of huge Washington buildings and on regular trips abroad. When nations borrow money from the fund, they typically must agree to adopt economic reforms, and employees are sent to watch their progress.

In recent years the fund has tried to diversify by hiring more women, Even so, only six of the I.M.F.’s 30 senior executives are women. Only 21.5 percent of all managers at the fund are women, compared with 32 percent at its sister institution, the World Bank, and 26 percent at the United Nations secretariat.

Some women say the fund is a welcoming work environment.

“I haven’t met any cases in my career of sexual harassment,” said Teresa Ter-Minassian, who spent 37 years at the I.M.F. and retired last year as director of the fiscal affairs department.

Some issues arise from cultural differences. In one case, a married Muslim woman complained when her European boss paid her a compliment that was innocuous but unrelated to work, the only subject she considered permissible.

“Culturally, there are a lot of people thrown together,” said Susan Schadler, who spent 32 years at the fund, rising to deputy director of the European department before leaving in 2007. “There’s a lot of scope for misunderstanding, misreading signals. I think that’s a particular vulnerability for the fund.”

The new relationship policy is a response to the 2008 case in which a Hungarian economist, Piroska M. Nagy, had a relationship with Mr. Strauss-Kahn.

Ms. Nagy described herself in a letter to investigators as “damned if I did and damned if I didn’t.”

An independent investigation found that Mr. Strauss-Kahn had not abused his power. Though he apologized publicly, many women at the I.M.F. were dismayed by the outcome.

“What are we supposed to make of this when we go into Strauss-Kahn’s office?” Ms. Schadler said, recounting conversations with former colleagues. “Do we sit there and think, ‘He’s sizing me up as a potential sexual object?’ ”

“There is this implicit culture that this wasn’t really seen as something that the fund is going to worry about,” she said, “and I think that’s what bothered women.”
Revenir en haut Aller en bas
Le gros roseau
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 9664
Localisation : Usa
Loisirs : sport ,internet,stock market
Date d'inscription : 21/08/2010

Haiti - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Haiti   Haiti - Page 3 EmptyJeu 19 Mai 2011 - 22:58

Strauss pap janm mete pyel o Zeta zuni ankò se nan lanfè lisifè a jije l.
Revenir en haut Aller en bas
Kiloutou
Star
Star
Kiloutou

Masculin
Nombre de messages : 367
Localisation : Aquin
Loisirs : travaille
Date d'inscription : 27/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le discret

Haiti - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Haiti   Haiti - Page 3 EmptyVen 20 Mai 2011 - 4:18


"Le passé judiciaire, médical et sexuel de la présumé victime va être observé au microscope"
Revenir en haut Aller en bas
http://www.vizyonplusfm.com
Kiloutou
Star
Star
Kiloutou

Masculin
Nombre de messages : 367
Localisation : Aquin
Loisirs : travaille
Date d'inscription : 27/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le discret

Haiti - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Haiti   Haiti - Page 3 EmptyVen 20 Mai 2011 - 5:59

Un homme qui s'était présenté comme "le frère" de l'accusatrice de l'ex-patron du FMI Dominique Strauss-Kahn a reconnu jeudi n'être en fait qu'un ami de cette femme de chambre de l'hôtel Sofitel de New York.


Revenir en haut Aller en bas
http://www.vizyonplusfm.com
Kiloutou
Star
Star
Kiloutou

Masculin
Nombre de messages : 367
Localisation : Aquin
Loisirs : travaille
Date d'inscription : 27/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le discret

Haiti - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Haiti   Haiti - Page 3 EmptyVen 20 Mai 2011 - 6:56

La victime n'a pas de frère. Les parents de Nafissatou Diallo, victime présumée d'agression sexuelle par Dominique Strauss-Kahn, ont affirmé que Blake Diallo présenté comme le frère de Nafissatou par nombre de médias, ne fait en fait pas partie de la famille, selon les informations recueillies par Europe 1. L’homme est en fait un Sénégalais qui tient un restaurant à Harlem. Dans une interview à la radio africaine SudFM, il se présente d’ailleurs simplement comme un bon ami de Nafissatou, qui l’"appelle tous les matins pour voir si elle va bien". Selon Le Monde, daté de vendredi, l'homme serait même le petit ami de la victime
Revenir en haut Aller en bas
http://www.vizyonplusfm.com
Kiloutou
Star
Star
Kiloutou

Masculin
Nombre de messages : 367
Localisation : Aquin
Loisirs : travaille
Date d'inscription : 27/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le discret

Haiti - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Haiti   Haiti - Page 3 EmptyVen 20 Mai 2011 - 7:28

Ces zones d'ombre qui entourent l'affaire DSK

Le Point.fr - Publié le 16/05/2011 à 18:16 - Modifié le 17/05/2011 à 08:51
Imprécisions ou incohérences, la mise en cause de Dominique Strauss-Kahn repose sur plusieurs inexactitudes.

Dominique Strauss-Kahn est maintenu en détention par la justice américaine. Mais de nombreuses zones d'ombre subsistent dans le déroulé des faits qui ont mené le patron du FMI devant la justice américaine.

L'agression

- La femme de ménage affirme être entrée dans la chambre de Dominique Strauss-Kahn, la suite 2086 de l'hôtel Sofitel de la 44e avenue de New York, "en croyant qu'elle était inoccupée".

Or, un porte-parole d'un grand groupe de palaces français nous confirme qu'aucun personnel d'entretien ne peut accéder à une suite tant que le check-out n'a pas été fait par son occupant. Ce qui était le cas ici.

- Selon les premières déclarations du porte-parole de la NYPD, Paul Browne, la femme de chambre affirme avoir été agressée par Dominique Strauss-Kahn samedi, à 13 heures (heure locale).

Problème, l'entourage proche de DSK indiquait, dimanche, à Paris, que Dominique Strauss-Kahn avait quitté l'hôtel à 11 h 45 pour rejoindre sa fille Camille vers 12 h 15 et déjeuner avec elle, avant de prendre un taxi directement pour l'aéroport JFK.

Le déjeuner

- D'après la police de New York, DSK aurait quitté précipitamment son hôtel pour se rendre directement à l'aéroport JFK.

"S'il s'est dépêché, c'est parce qu'il avait rendez-vous pour déjeuner et la personne avec qui il a déjeuné en témoignera", a déclaré l'avocat Benjamin Brafman à la juge Melissa Jackson. Un élément facilement vérifiable et qui pourrait donner des indications capitales sur l'emploi du temps de l'ancien ministre.

La "fuite" vers Paris

- L'oubli d'un téléphone portable de DSK a poussé la police new-yorkaise à évoquer un "départ précipité" de l'hôtel.

Or, Dominique Strauss-Kahn a bien signalé samedi son départ à la réception de l'hôtel Sofitel, a indiqué lundi le groupe hôtelier Accor, propriétaire des Sofitel.

- Dominique Strauss-Kahn a été interpelé à 16 h 40, alors qu'il se trouvait dans un avion à destination de Paris, le vol AF023 JFK-CDG.

Contrairement à ce qui a été indiqué, la réservation avait été faite plusieurs jours à l'avance sur ce vol et ne correspond pas à un changement de vol de dernière minute.

- DSK n'a pas pu voyager en "première classe", comme l'indiquait la police de New York samedi. Le vol AF023 est assuré en Airbus A330-200 équipé de trois classes : affaires, voyageur premium et voyageur.

Seuls les 777 et l'A380 au départ de New York-JFK sont équipés de première.

Revenir en haut Aller en bas
http://www.vizyonplusfm.com
Kiloutou
Star
Star
Kiloutou

Masculin
Nombre de messages : 367
Localisation : Aquin
Loisirs : travaille
Date d'inscription : 27/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le discret

Haiti - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Haiti   Haiti - Page 3 EmptyVen 20 Mai 2011 - 7:35

Le groupe Accor confirme : DSK a bien signalé son départ à la réception du Sofitel

Par ailleurs, le groupe hôtelier Accor, propriétaire des Sofitel, a indiqué ce lundi que Dominique Strauss-Kahn avait bien signalé, samedi, son départ à la réception de l’hôtel Sofitel de New York.

Interrogé par l’AFP, Accor a refusé de préciser si le patron du FMI était un habitué de cet hôtel, situé à quelques encablures de Times Square, ni pour combien de temps son séjour était prévu. « Nous ne donnons pas d’informations sur nos clients », a souligné le gro
upe.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.vizyonplusfm.com
grandzo di
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 2244
Localisation : VIhja
Opinion politique : centre
Loisirs : full contact
Date d'inscription : 22/10/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le crapaud sans pattes

Haiti - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Haiti   Haiti - Page 3 EmptyVen 20 Mai 2011 - 8:02

Ce qui m'étonne, c'est pourquoi DSK aurait fait une tentative de viol, puis appelle le lieu du crime pour dire où il se trouve.. C'est incohérent…
Irrelevant.

Ce n'est pas le comportement de quelqu'un qui vient de commettre un crime. Tout au moins, on peut penser que dans l'esprit de DSK, il n'y a pas d'intention de commettre un viol.

En droit pénal.. Il faut prouver l'intention… Au vu des faits médiatiques, il est difficile de voir une tentative de viol.. pour l'instant..Il faudra avoir plus d'éléments de l'enquête pour se faire une opinion définitive… L'attouchement sexuel est peut être consenti.. puis la femme a change d'avis… et il y a eu instance… cela arrive tout le temps avec des petasses qui allument les hommes. Aux Etats unis, les teasers courent les rues… Aux états unis, la pipe est un sport courant.. pour certaines femmes.. leur slogan… c'est…. Just thzeu pipe.. lol

Pour le moment, dire qu'il y a eu un crime, c'est exécuter un individu au motif qu'il est un womanizer… Les américains ont un problème avec le sexe.. Ils sont des puritains. Il y a aux Etats unis un Etat fédéré qui a une loi encore en vigueur qui empêche les maris d 'enc…. de sodomiser leurs femmes..

Mais c'est quoi ce puritanisme A DEUX BALLES… Mais comment peut-on vérifier qu'un mari a sodomisé sa femme… Mais quoi encore, on va pas vérifier le cul de la femme pour rechercher l'ADN du mari… mais franchement….. il ne faut pas pousser manmi dans les orties. Vous imaginez si une femme méchante et perverse se fout un godemichet dans le cul et accuse son mari… tout de même soyons sérieux.. Il y a une frontière à respecter sinon c'est vivre dans une société aseptisée et paranoïaque.


Si le système juridique pénal des Antilles était comme celui des américains, tous les hommes mâles antillais seraient derrière les barreaux. Car les antillais adorent les femmes et sont très insistants..Celui qui dit le contraire est un menteur… hein Marc.. tous les antillais qui courent les femmes toute la journée sont-ils des malades sexuels? Gros roseau lui même est un womanizer… un séducteur comme DSK lol lol.. Il dira pas le contraire.. hein Roseau.

Revenir en haut Aller en bas
Kiloutou
Star
Star
Kiloutou

Masculin
Nombre de messages : 367
Localisation : Aquin
Loisirs : travaille
Date d'inscription : 27/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le discret

Haiti - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Haiti   Haiti - Page 3 EmptyVen 20 Mai 2011 - 8:18

Condamnés à mort acquittés

Depuis que les exécutions ont repris aux Etats-Unis en 1976, plus de 100 personnes ont été libérées des couloirs de la mort après avoir été innocentées. D'autres ont été exécutées malgré de sérieux doutes sur leur culpabilité.


Charles Munsey - 1999
En septembre 1999, Charles Munsey a été exécuté en Caroline du Nord, après 6 ans d'attente. Il est mort pour un crime qu'un autre homme a plus tard confessé. Peu de temps après sa mort, Munsey a gagné un nouveau procès.

Earl Washington - 2000
En octobre 2000, Earl Washington a été totalement acquitté à la suite de tests ADN qui l'ont disculpé du viol et du meurtre dont il était accusé. Washington, qui souffre de désordres psychologiques, a passé 17 ans dans une prison de Virginie. En 1993, il a vu sa condamnation à mort commuée en prison avant d'être finalement libéré en février 2001.




Steve Manning et le moratoire en Illinois
En janvier 2000. Steve Manning a été disculpé dans l'Etat de l'Illinois. Ce fut le treizième condamné à mort injustement accusé dans cet Etat depuis 1977. L'acquittement de M. Manning a amené le Gouverneur de l'Illinois George Ryan à promulguer un moratoire immédiat sur les exécutions à venir.

Ray Krone, 100e condamné à mort libéré
En avril 2002, Ray Krone fut le 1000e prisonnier libéré du couloir de la mort depuis 1973. M. Krone a perdu dix années de sa vie dans une prison de l'Arizona pour un meurtre qu'il n'a pas commis. Ce sont des tests ADN qui ont prouvé son innocence.

Derrick Jamison, le dernier condamné libéré, 2005
Le 28 février 2005, le juge de l'Ohio Richard Niehaus a levé toutes les charges qui pesaient contre Derrick Jamison, accusé de la mort du tenancier d'un bar de Cincinnati. M. Jamison a été condamné à la peine de mort en 1985 sur le faux témoignage de son complice Charles Howell, à qui le police promit une sentence moins sévère en échange de ses aveux.

Durant le procès, l'accusation a caché les déclarations contradictoires de Howell qui auraient discrédité la version du procureur et suspecté d'autres personnes. Le principal témoin écarté du procès s'appelle James Sugg, il était présent au moment du cambriolage. M. Suggs a affirmé qu'il n'était pas capable d'identifier formellement le suspect. 2 cours fédérales de justice ont établi que l'accusation avait bafoué les droits de M. Jamison à bénéficier d'un procès équitable. Il est aujourd'hui libre.


Les principales causes d'erreurs judiciaires :

> Indigence de 97% des condamnés à mort
> Défense inadéquate voire bâclée
> Dérives de la police et de la justice américaine
> Témoignages fictifs ou manquants
> Préjudices raciaux

Innocents : les chiffres

Nombre de condamnés à mort libérés depuis 1973 : 119
Nombre moyen d'années de détention entre la condamnation et la libération : 9.3 ans
Nombre de cas où les tests ADN ont joué un rôle significatif : 14

En 2000, 8 détenus ont été libérés et acquittés.
Entre 2001 et 2002, 9 autres condamnés à mort ont été disculpés.
En 2003, 12 condamnés à mort ont été acquittés.
En 2004, 6 condamnés à mort ont été disculpés.


Condamnés à mort libérés, par Etat

119 condamnés à mort ont été innocentés dans 25 Etats américains

Floride 21 innocents
Illinois 18 innocents
Louisiane 8 innocents
Texas 8 innocents
Arizona 7 innocents
Oklahoma 7 innocents
Alabama 5 innocents
Georgie 5 innocents
Caroline du Nord 5 innocents
Pennsylvanie 5 innocents
Ohio 5 innocents
Nouveau Mexique 4 innocents
Californie 3 innocents
Massachusetts 3 innocents
Missouri 3 innocents
Indiana 2 innocents
Caroline du Sud 2 innocents
Idaho 1 innocent
Kentucky 1 innocent
Maryland 1 innocent
Mississippi 1 innocent
Nebraska 1 innocent
Nevada 1 innocent
Virginie 1 innocent
Washington 1 innocent

De 1973 à 1998, il y avait une moyenne de 2.96 libérations par année. Durant ces cinq dernières années, la moyenne a atteint 7.60 libérations par année.

Libérations par race

Afro-américains 60
Blancs 46
Latino-américains 12
Autres 1
Revenir en haut Aller en bas
http://www.vizyonplusfm.com
Kiloutou
Star
Star
Kiloutou

Masculin
Nombre de messages : 367
Localisation : Aquin
Loisirs : travaille
Date d'inscription : 27/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le discret

Haiti - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Haiti   Haiti - Page 3 EmptyVen 20 Mai 2011 - 8:44

Déclaration publique

AMR 51/026/2007

Amnesty International demande de nouveau aux autorités de la Louisiane de gracier l’Afro-américain Gary Tyler, âgé de quarante-neuf ans, qui est incarcéré depuis l’âge de dix-sept ans et dont le procès, en 1975, avait été entaché par des préjugés racistes. Gary Tyler a été reconnu coupable en 1975 du meurtre du collégien blanc âgé de treize ans Timothy Weber, abattu aux abords de l’école secondaire de Destrehan à St Charles, lors d’émeutes raciales. Gary Tyler se trouvait avec de nombreux adolescents noirs dans un autobus qui avait été attaqué par des blancs jetant des pierres et des bouteilles alors qu’il s’apprêtait à les ramener chez eux ; c’est depuis cet autobus que le tir mortel est censé avoir été tiré. Juste après le tir, tous les garçons qui se trouvaient dans l’autobus ont été fouillés et le véhicule qui les transportait a été soumis à une fouille minutieuse à deux reprises. Aucune arme à feu n’a été retrouvée. L’autobus et les élèves qui s’y trouvaient ont ensuite été conduits au poste de police où, après avoir été interrogée, une élève a déclaré qu’elle était assise à côté de Gary Tyler et qu’elle l’avait vu faire feu sur la foule. C’est après son témoignage que la police a « trouvé », enfoncé à l’intérieur du siège par une assez longue fente, nettement visible, un pistolet automatique de calibre 45. Le même siège avait été auparavant fouillé, secoué et retourné plusieurs fois sans que rien n’ait été trouvé. Gary Tyler a été détenu au police de police où il a été violemment frappé mais n’a jamais reconnu sa culpabilité, sous quelque forme que ce soit. Au moment de ces événements, les tensions étaient extrêmement vives dans cette région où la population blanche résistait à l’intégration raciale. Il y avait de nombreux affrontements dans lesquels le Ku Klux Klan jouait un rôle majeur. Gary Tyler a été jugé par un jury composé uniquement de blancs, dont les membres de la communauté noire avait été délibérément exclus. Il a reçu une assistance juridique pour le moins déficiente de la part d’un avocat blanc spécialisé dans les actions civiles qui a passé une heure à peine avec lui pendant l’année qui a précédé son procès. L’avocat n’a pas interrogé les témoins ni convoqué d’experts ; il n’a pas effectué de test sur les pièces à conviction présentées par l’accusation et n’a fait aucune objection aux erreurs flagrantes du juge, qui ont conduit la cour d’appel à conclure par la suite que le procès de Gary Tyler avait été « foncièrement inéquitable ». Depuis le procès, des éléments indiquant que Gary Tyler n’est pas le meurtrier de la victime ont été mis au jour : des personnes qui avaient témoigné contre lui au procès sont revenues sur leur déclaration en expliquant qu’elles avaient été forcées par la police à faire des déclarations à charge contre Gary Tyler, et il est apparu que certains éléments médicolégaux ne permettaient pas d’établir de manière définitive et non équivoque l’implication de Gary Tyler dans le meurtre. Condamné à mort dans un premier temps, Gary Tyler a vu sa sentence annulée en 1977, en application d’une décision de 1976 de la Cour suprême des États-Unis frappant d’inconstitutionnalité la peine capitale en Louisiane ; sa sentence a été commuée en peine de réclusion à perpétuité, avec une peine de vingt ans incompressible, sans possibilité de libération conditionnelle ni de mise à l’épreuve. Une cour d’appel fédérale a statué à deux reprises que Gary Tyler avait été « reconnu coupable sur la base d’un chef d’accusation non conforme à la Constitution », et que ceci avait « affecté le procès » au point de le rendre « foncièrement inéquitable ». Dans sa première décision, la cour a cassé le jugement et demandé que Gary Tyler soit de nouveau jugé. Cependant, le ministère public ayant fait appel de cette décision, la cour est revenue sur sa demande d’un nouveau procès, sans toutefois remettre en cause ses conclusions au sujet de l’inconstitutionnalité ; elle a alors redit qu’elle considérait que le procès avait été foncièrement inéquitable. À au moins trois occasions distinctes, le Comité des grâces de la Louisiane a recommandé au gouverneur en place de procéder à une réduction de la peine de Gary Tyler ce qui, à une occasion, rendait possible le fait qu’il soit immédiatement gracié, mais ces recommandations ont été rejetées. Si la peine de mort n’avait pas été frappée d’inconstitutionnalité en Louisiane, il est fort probable que Gary Tyler aurait déjà été exécuté. Amnesty International appelle le gouverneur Blanco à corriger cette injustice révoltante en accordant à Gary Tyler une grâce avec effet immédiat et en ordonnant l’ouverture d’une enquête exhaustive et indépendante sur cette affaire afin que toute personne soupçonnée de dissimulation d’information ou d’acte illicite soit déférée à la justice.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.vizyonplusfm.com
Kiloutou
Star
Star
Kiloutou

Masculin
Nombre de messages : 367
Localisation : Aquin
Loisirs : travaille
Date d'inscription : 27/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le discret

Haiti - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Haiti   Haiti - Page 3 EmptyVen 20 Mai 2011 - 8:55



Le 13 juin 2000, l'Humanité consacre un dossier à la peine de mort, suite à la publication d'un rapport de l'Université de Columbia sur la peine de mort. Ci-dessous l'éditorial de Jean-Emmanuel Ducoin, l'article de Michel Muller, une interview de Charles Lebman, professeur de droit à Columbia, une interview de Enid Harlow, de Amnesty International.

Etats-Unis,
publication d'un rapport accablant
Peine de mort, 68% d'erreurs judiciaires



7 condamnations à mort sur 10,
prononcées entre 1973 et 1995,
ont dû être révisées par les juges
à la suite de manquements graves à la loi.


Combien ?
Par Jean-Emmanuel Ducoin

Huntsville, Texas, mercredi 1er mars 2000. Les gestes, immuables, se répètent une nouvelle fois. Un homme en combinaison blanche, entravé par ses chaînes, parcourt en silence un couloir sombre. Deux hauts murs de brique rouge. Puis un chemin bordé de gazon, dernière touche de vert avant l'enfouissement des souvenirs. Enfin un bâtiment adossé à la muraille hérissée de barbelés. Une cellule, froide. L'homme s'appelait Odell Barnes. C'était un Noir américain de trente et un an, condamné à mort en 1991 pour un meurtre qu'il a toujours nié avoir commis. Quelques heures avant l'injection, avec calme, il a déclaré : "M'ôter la vie n'est pas la justice. Cela viole tous les principes pour lesquels les pères fondateurs de ce pays se sont battus : la vie, la liberté et la poursuite du bonheur."

Depuis hier, cette honte américaine est encore un peu plus mise en accusation après la publication d'une étude réalisée à grande échelle par des chercheurs de la faculté de droit de l'université Columbia de New York. Les résultats sont tout simplement hallucinants : entre 1973 et 1995, les deux tiers des condamnations à la peine de mort aux Etats-Unis ont dû être révisées par les juges à la suite de manquements à la loi. Vous avez bien lu : manquements à la loi !

Depuis que la Cour suprême a décidé, en 1976, que l'application de la peine de mort n'était pas contraire à la Constitution, plus de six cents personnes ont été exécutées aux USA. Et jamais le caractère bâclé des procès, les doutes très sérieux qui pesèrent sur les verdicts, sans parler des incohérences des débats ou l'indigence des avocats commis d'office, n'ont entravé la marche inexorable de la machine américaine, inégalitaire, brutale, faussement judiciaire. Aux seuls fortunés, les procès dont le modèle idéalisé remplit les séries TV et gave nos gosses. Aux autres, des débats tronqués, escamotés. Or, qu'est-ce qu'un accusatoire sans réel débat, sinon une absence d'audience, donc de contradictoire, donc de garantie ? Il faudrait être aveugle pour ne pas voir que le but ultime de cette construction procédurale est de tendre vers "l'efficacité" et non la vérité - seule, pourtant, à servir de base à la justice.

L'étude le démontre avec éclat. Le taux de jugements révisés pour cause d'erreur judiciaire dans les trois Etats où le nombre d'exécutions est le plus élevé, est de 18 % en Virginie, 52 % au Texas et 73 % en Floride. Alors, combien d'"erreurs" par pendaisons, sur les chaises électriques ou par injection ? Combien parmi les 68 exécutions en 1998 ? Combien parmi les 98 mises à mort en 1999 ? Quel pourcentage d'"erreurs" encore parmi les 131 exécutés au Texas depuis que George Bush junior en est le gouverneur ?

Un jour peut-être, un jour maudit, on apprendra que Odell Barnes était innocent, victime de ce que les chercheurs de Columbia appellent "un système qui s'effondre sous ses propres dysfonctionnements". La barbarie. Pour Mumia Abu-Jamal et les 3 669 autres condamnés à mort qui attendent dans les prisons américaines, la peine de mort doit disparaître pour que cesse cette machine à tuer. Inutile de rappeler que tous les pays rétifs à l'abolition invoquent pour leur défense le mauvais exemple américain...



Etats-Unis. Peine de mort. Un rapport exhaustif révèle la profonde perversion de la justice dans les jugements aboutissant à la condamnation suprême.
Une justice assassine

Une enquête menée par l'université de Columbia portant sur l'ensemble des condamnations à la peine capitale révèle que dans plus des deux tiers des cas une erreur judiciaire a été commise. Décryptage.

Quelques 68 % des 5 760 condamnations à mort prononcées aux Etats-Unis entre 1973 et 1995 ont dû être annulées en appel du fait d'erreurs judiciaires. C'est la conclusion à laquelle est parvenu un rapport explosif publié lundi par l'école de droit de l'université new-yorkaise, Columbia.

Le rapport intitulé "Un système brisé" a été réalisé par une équipe dirigée par le professeur James S. Liebman est le résultat d'une enquête menée durant neuf ans sur la base des dossiers de l'ensemble des 5 760 condamnés à la peine capitale durant la période concernée. Si jusqu'en 1995, "seulement" 5 % des détenus des couloirs de la mort ont été exécutés, ce taux va en s'accroissant rapidement : en 1995, cinquante-six personnes ont été victimes de l'assassinat légalisé (dont sept avaient abandonné tout espoir et demandé à être exécutées) alors qu'en 1999 ils ont été au nombre de quatre-vingt-dix-huit. 75 % des condamnés dont le procès a été révisé ont vu leur peine commuée, 7 % été acquittés, et 18 % de nouveau condamnés à mort.

"Il ne s'agit pas seulement de cas isolés, ni dans un seul Etat. Mais des erreurs de niveau épidémique ont été trouvées à travers tout le pays", constate James Liebman. Il indique que les causes essentielles des "erreurs" sont l'incompétence profonde des avocats (37 %) - dans la plupart des cas de réquisition de peine capitale, les défenseurs sont commis d'office et recrutés parmi les moins habiles - et la partialité du procureur (16 %) qui vont souvent jusqu'à retenir des preuves à décharge et en fabriquer d'autres, à charge. Dans de nombreux Etats les équipes d'avocats spécialisés dans ce domaine n'obtiennent plus de subventions publiques. La police est aussi dénoncée notamment pour fabrication de faux témoignages. Le système judiciaire américain est fondé sur le système accusatoire. Partant de là, le pouvoir public, en l'occurrence l'accusateur, recherche en priorité les preuves à charge. La défense, quant à elle, devra compter sur ses propres moyens pour tenter de prouver l'innocence de l'accusé.

Le rapport cible également des juges qui ont fait de la peine de mort leur "spécialité", choisissant des jurés à leur convenance pour pouvoir mieux les influencer. Notons qu'aux Etats-Unis, un candidat juré qui n'est pas favorable à la peine de mort est légalement récusable.

L'enquête menée par Columbia n'est pas une dénonciation de la peine de mort, mais il est d'autant plus un terrible réquisitoire contre la pratique de cette forme de châtiment définitif, puisqu'il démontre qu'il n'est pas possible d'arriver à une absence totale d'erreur. Ce qui a d'ailleurs conduit le gouverneur républicain de l'Illinois à prononcer un moratoire, car en cas de peine de mort, une seule erreur est "une erreur de trop". Il est évident que lorsque la condamnation n'est pas la mort, le jugement peut toujours être révisé.

Commentant le rapport, le porte-parole de George W. Bush, le sénateur texan candidat à l'investiture présidentielle républicaine, Ari Fleischer a cru pouvoir affirmer que le nombre important de révisions engagées "montre qu'il y a un taux de vigilance particulière dans les cas de condamnations à mort". D'ailleurs, a-t-il estimé, il ne s'agit pas d'une "question d'innocence ou de culpabilité mais du choix de la punition appropriée"...

Un argument réduit à néant par le rapport qui montre que le taux de révision est lui-même aléatoire. Ainsi, 100 % des condamnations capitales ont été annulées pour erreur judiciaire au Kentucky, dans le Maryland et au Tennessee. Ce taux est de 91 % au Mississippi et seulement de 18 % en Virginie, un Etat qui se situe au deuxième rang, après le Texas, du palmarès de la mort, avec 75 exécutions. Ce qui conduit James Liebman à souligner que l'enquête "révèle qu'un système où la vie et la mort sont en jeu a produit davantage d'erreurs que nous ne tolérerions dans n'importe quel autre champ d'activités moins important". Et ajoute-t-il, "l'étude montre l'énorme inconsistance, une justice soumise aux aléas de la géographie et du hasard, qui caractérise la nature du système de la peine de mort".

Le rapport confirme aussi un fait déjà empiriquement connu : l'application de la peine de mort n'a pas d'effet sur le taux de criminalité. Au contraire, alors que le taux général américain de meurtre est de 9 pour cent mille habitants, il s'élève à 9,3 % dans les Etats qui pratiquent le meurtre légal.

A l'inverse, les condamnations à mort ne sont pas proportionnelles au nombre de meurtres commis. Ainsi au Wyoming, 6 % de tous les meurtres commis dans l'Etat se traduisent par une peine de mort, soit quatre fois plus que dans tous les autres Etats assassins, alors que ce taux n'est que de 0,6 % dans le Maryland. De même le nombre de peines capitales prononcées dans des affaires d'homicide varient largement selon les Etats. Les Etats les plus assassins ne sont pas ceux qui prononcent le plus de peines capitales, en revanche ce sont eux qui exécutent le plus rapidement et le plus facilement des condamnés, sans attendre qu'ils aient épuisé tous leurs droits à recours.

Dernier point, mais pas le moins scandaleux, le rapport souligne que la loi sur l' "application effective de la peine de mort" approuvée en 1996 par le président Bill Clinton pour soi-disant, abréger le temps qui sépare la condamnation et l'exécution, ne fait qu'accroître le nombre d'erreurs non détectées à temps pour empêcher la mort du supposé coupable. "Si un hôpital avait un taux de deux tiers d'erreurs chirurgicales, combien de temps cela prendrait-il pour le fermer ?" Cette apostrophe du sénateur démocrate Patrick J. Leahy est symbolique du trouble qui frappe depuis quelque temps l'opinion publique américaine quant à la peine de mort. Le nombre de ses partisans est passé 80 % en 1994 à 66 % au printemps 2000.

Michel Muller

Ligue des droits de l'homme
le réquisitoire de Raymond Forni

Samedi dernier, le président de l'Assemblée nationale, Raymond Forni, est intervenu devant le congrès de la Ligue des droits de l'homme, sur la question de la peine de mort aux Etats-Unis.

"Il y a une tache sur l'image prestigieuse des Etats-Unis d'Amérique ! Ce n'est plus l'esclavage, ce n'est plus la ségrégation raciale organisée, c'est la peine de mort. Injection, fusillade, électrocution, gazage, pendaison ; au pays de l'innovation, l'invention est au service de la mort." Et de citer un chiffre : "L'an passé, quatre-vingt-dix-huit personnes ont été légalement assassinées ; cependant que quelque trois mille six cents autres sont exposées au même sort dans les trop célèbres couloirs de la mort." Le président de l'Assemblée nationale, chiffres à l'appui, fait observer que la peine de mort "ne recule pas" aux Etats-Unis, "elle progresse". et qu'en dépit de cette progression, la criminalité, elle, n'a pas reculé. "Ce n'est pas dans l'Europe abolitionniste, mais bien en Amérique, que se produisent ces sanglantes fusillades, venues d'on ne sait où et accomplies on ne sait pourquoi ; dues même parfois à des meurtriers à peine sortis de l'enfance."

Raymond Forni relève qu'en dépit des "multiples erreurs judiciaires constatées outre-Atlantique, les Etats-Unis ne veulent manifestement pas y renoncer".

Saluant le New York Times pour sa "campagne audacieuse contre la peine de mort", le parlementaire qui sait ce qu'en pense le candidat républicain à la présidence américaine, George W. Bush, gouverneur du Texas (un Etat où un condamné à mort est exécuté toutes les trois semaines), il fait remarquer que "face à cette sauvagerie" le candidat démocrate, Al Gore, ne propose "rien" et observe "un silence gêné". Aussi propose-t-il d'aider "sans illusion" mais "avec beaucoup de détermination", le corps législatif du New Hampshire et le gouverneur de l'Illinois qui se sont engagé avec "courage" sur la voie de l'abolition. Il faut "continuer à agir pour que soit sauvée la vie de Mumia Abu-Jamal, dont la condamnation à mort remonte à 1982", a encore dit Raymond Forni, en concluant : "Nous devons être la mauvaise conscience de l'Amérique pour que, enfin, elle ne soit plus le mouton noir des démocraties occidentales."

James Liebman
"La peine capitale est politique"

De notre correspondante particulière

James S. Liebman, professeur de droit, Columbia University. Directeur de l'Etude nationale sur la peine capitale, publiée hier répond aux questions de l'Humanité.

Selon votre rapport, il est nécessaire de réformer système judiciaire américain. Pourquoi ?

James S. Liebman. Le principal problème, c'est que trop peu de ressources sont consacrées à la défense des accusés dès le début des procès. En conséquence, les avocats sont très souvent inexpérimentés : soit très jeunes, soit très vieux. Ils sont tellement mal payés que souvent seuls les avocats qui n'ont pas beaucoup de travail par ailleurs acceptent de défendre les accusés indigents.

L'autre problème, c'est que pour les procureurs, qui sont élus, il y a une véritable "prime" pour chaque condamnation. La peine de mort est tellement populaire qu'ils obtiennent des votes supplémentaires pour chaque condamnation à mort. C'est une véritable peine de mort politique. Quand on arrive en appel, des années et des millions de dollars plus tard, ce n'est plus le souci de ces procureurs de redresser les erreurs.

George Bush junior est de plus en plus sous pression au sujet de la peine de mort. Pourquoi la question n'a-t-elle pas encore été posée à Al Gore ?

James S. Liebman. Il y a six mois, personne n'aurait pensé que la peine capitale serait un enjeu politique. Tous les candidats se sont donc positionnés en sa faveur. Mais attention, dans quelques mois, on devrait assister à la première exécution suite à une condamnation par une Cour fédérale (c'est-à-dire au nom des Etats-Unis en tant que tels - NDLR), et, à ce moment-là, Al Gore se retrouvera face au même problème que George Bush, et il aura du mal à l'éviter. C'est définitivement un enjeu que ne pourront ignorer les deux candidats.

Propos recueillis par C. B

Amnesty USA
"La peine de mort sera bientôt abolie aux Etats-Unis"

De notre correspondante particulière aux Etats-Unis.

Enid Harlow est la directrice de la campagne pour l'abolition de la peine de mort d'Amnesty International (1). Elle commente le rapport de Columbia.

La publication de rapports édifiants comme celui de l'université de Columbia ainsi que la multiplication du nombre d'articles sur le thème de la peine de mort laissent à penser que le débat sur cette question s'élargit. Pensez-vous que l'opinion publique est en train de changer ?

Enid Harlow. Je suis convaincue que nous sommes à un moment décisif en ce qui concerne le débat sur la peine de mort aux Etats-Unis. J'ai le sentiment que nous allons abolir la peine capitale à court terme dans ce pays, plutôt qu'à long terme, comme nous pouvions le croire. C'est peut-être très optimiste de ma part, mais je veux y croire. Les signes sont là. Plus il y aura de rapports comme celui-ci, c'est-à-dire des documents qui étalent au grand jour la responsabilité d'avocats incompétents dans la condamnation de leurs clients, les discriminations que subissent les pauvres, les Noirs et les Hispaniques, le racisme qui entache la procédure judiciaire, plus les Américains auront accès à une information correcte concernant la peine de mort, plus ils seront enclins à vouloir réparer les erreurs et réformer le système (2). Il y a aujourd'hui un réel mouvement en faveur d'un moratoire sur les exécutions dans plusieurs Etats. Ce mouvement s'inscrit, bien qu'avec un certain retard, dans un mouvement plus universel. Aujourd'hui, plus de la moitié des pays ont aboli la peine de mort. C'est très encourageant.

En pleine campagne électorale pour l'élection présidentielle de novembre, le gouverneur du Texas George W. Bush semble subir une pression de plus en plus forte. Le débat sur la peine de mort va-t-il enfin entrer dans le débat présidentiel ?

Enid Harlow. George Bush junior est constamment sous pression grâce au travail des militants abolitionnistes. Dernièrement, il a semblé plus sensible au sujet des risques d'erreur judiciaire. Il vient d'accorder pour la première fois un sursis à exécution de trente jours à un condamné à mort, pour lui permettre d'établir éventuellement son innocence grâce à des tests d'ADN. Il admet donc implicitement la possibilité d'une erreur, ce qui est un réel progrès.

Aux Etats-Unis, le "bon sens" des hommes politiques est le suivant : pour être élu, il faut être favorable à la peine de mort. Avez-vous l'espoir de les convaincre du contraire ?

Enid Harlow. La position d'Amnesty International consiste à dire que la peine capitale est une atteinte aux droits de l'homme. C'est une question de droits et non pas un thème politique. Cependant, des sondages dans plusieurs Etats ont montré récemment que les convictions d'un homme politique en matière de peine capitale n'avaient pas une si grande influence sur les électeurs, comme on veut nous le faire croire. En fait, le sondage le plus récent, qui a été effectué dans le New Hampshire début mai (l'Assemblée législative du New Hampshire, majoritairement conservatrice, a voté l'abolition de la peine de mort en mars 2000, mais la loi a été victime du veto du gouverneur- NDLR), prouve au contraire qu'en matière de lutte contre la criminalité, l'opinion publique préfère les mesures préventives aux mesures répressives. Les trois-quarts des personnes interrogées pensent qu'il est plus efficace d'améliorer le système scolaire plutôt que de promouvoir la peine de mort et une même proportion de personnes interrogées estime qu'un meurtrier ne va pas peser les risques d'une éventuelle condamnation à mort au moment où il s'apprête à commettre son crime. En fait, quand on donne le choix aux Américains entre une décision de peine capitale ou un emprisonnement à vie, sans possibilité de libération conditionnelle, ils choisissent la deuxième solution à 60 %.

Propos recueillis par Cécile Besson

(1) www.amnesty.org.amnestyinternational.USA concentre actuellement ses efforts sur le cas de Gary Graham, qui doit être exécuté le 22 juin au Texas. Sa culpabilité, établie sur la base du témoignage d'une seule personne qui l'aurait aperçu sur les lieux du crime, de nuit et de loin, est très sérieusement remise en question.

(2) Outre la décision du gouverneur de l'Illinois d'imposer un moratoire, en janvier dernier, les conseils municipaux de Philadelphie et de Baltimore ainsi que l'Association des avocats du Texas ont appelé à un moratoire. Au niveau fédéral, des élus du Congrès, démocrates et républicains confondus, ont déposé une proposition de loi pour lutter contre les erreurs judiciaires et le département de la Justice a lancé une enquête sur les discriminations dans l'application de la peine de mort.



Revenir en haut Aller en bas
http://www.vizyonplusfm.com
Kiloutou
Star
Star
Kiloutou

Masculin
Nombre de messages : 367
Localisation : Aquin
Loisirs : travaille
Date d'inscription : 27/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le discret

Haiti - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Haiti   Haiti - Page 3 EmptyVen 20 Mai 2011 - 8:59

Document - Témoignages de juges et de procureurs sur la peine de mort. Discussion organisée par Amnesty International. Nations unies – 21 octobre 2008

Novembre 2008 Document public


Amnesty International




Témoignages de juges et de procureurs sur la peine de mort

Discussion organisée par Amnesty International

Nations unies – 21 octobre 2008



Témoignages de juges et de procureurs sur la peine de mort


Discussion organisée par Amnesty International

Nations unies – 21 octobre 2008


Introduction


L'Assemblée générale des Nations unies a adopté, le 18 décembre 2007, la résolution 62/149 et appelé tous les États à instaurer un moratoire sur les exécutions. Depuis lors, le secrétaire général des Nations unies a déclaré dans les conclusions de son rapport sur la mise en œuvre de la résolution (A/63/293) que « l’évolution très marquée de longue date vers l’abolition de la peine capitale […]se poursuit. Les contributions des États au présent rapport indiquent que la mise en place d’un moratoire sur l’application de la peine de mort est une mesure fondamentale dans la perspective de l’abolition de jure de cette forme de châtiment. » Amnesty International salue les efforts qu’ont déployés les pays de nombreuses régions du monde afin de mettre la résolution en œuvre.


On constate une diminution spectaculaire du nombre de pays procédant à des exécutions. En 1989, ils étaient 100. En 2007, Amnesty International a recensé des exécutions dans 24 pays. Cependant, certains font fi de cette tendance et continuent à exécuter des condamnés, parmi lesquels il y a des innocents. Beaucoup ont été mis à mort à l’issue de procès ne respectant pas les garanties juridiques les plus fondamentales. Rien ne pourra les ramener à la vie.


Amnesty International est opposée à la peine capitale parce que ses effets sont irréversibles et parce qu’il est inévitable que des hommes et des femmes innocents soient exécutés dans tout pays maintenant ce châtiment. Comme le démontrent les témoignages personnels ci-après, il est illusoire de penser qu’un quelconque système de justice puisse être à l’abri de l’erreur judiciaire. Amnesty International est aussi opposée à la peine capitale parce qu'elle est fondamentalement arbitraire et qu’elle frappe de manière disproportionnée les plus démunis, les membres de minorités ou les personnes marginalisées. Enfin, la peine capitale constitue une violation du droit à la vie et du droit de ne pas être soumis à la torture ou à des peines cruelles, inhumaines ou dégradantes. Or, les résolutions sur la peine de mort adoptées sans vote par l’Assemblée générale en 1971 et 1977 réaffirment précisément le droit à la vie de tout un chacun.


Le 21 octobre 2008, quatre juges et procureurs originaires du Japon, de Jordanie, du Nigéria et des États-Unis ayant travaillé sur des affaires dans lesquelles l’accusé encourait la peine de mort ont chacun fait devant les Nations unies le récit de leur cheminement personnel expliquant leur opposition à la peine de mort1. Voici leurs histoires.



Norimichi Kumamoto – Ancien juge (Japon)

M. Kumamoto est l’un des trois juges ayant condamné Iwao Hakamada à la peine de mort il y a quarante ans ; ce dernier risque toujours d’être exécuté à tout moment au Japon, et passe son temps dans des conditions proches de l'isolement. Le juge Kumamoto brise désormais son silence et a effectué des démarches pour qu’Iwao Hakamada bénéficie d’un nouveau procès. Son épouse, qui s’est également exprimée devant les Nations unies, a décrit les terribles effets de cette affaire sur la vie de M. Kumamoto depuis lors. Voici son histoire :


« Je m’appelle Norimichi Kumamoto. L’affaire dont je veux parler s’est déroulée en juin 1966. J’avais déjà travaillé sur trois affaires dans lesquelles le prévenu encourait la peine de mort. En 1966, dans la préfecture de Shizuoka, au Japon, quatre personnes ont été tuées et leur maison a été incendiée. Deux jours plus tard, un homme du nom d’Iwao Hakamada a été appréhendé pour ces faits.


« J’étais l’un des trois magistrats appelés en 1968 à juger le cas d’Iwao Hakamada, un homme arrêté sur la foi de rumeurs quant à sa réputation et son comportement. Objectivement, il n’y avait quasiment pas d’éléments à charge ; l’enquêteur était toutefois convaincu de sa culpabilité depuis le début, et la police a donc mené les investigations en considérant comme un fait établi qu’il était l’auteur du crime. Il a été placé en détention et forcé à faire des « aveux » simplement parce que la police l’avait arrêté. Au Japon, on peut être maintenu en détention pendant vingt-deux jours dans ces conditions.


« Bien qu’étant le plus jeune des trois juges j’ai assez curieusement été désigné pour présider les audiences. En ma qualité de président, j’ai participé aux débats tout au long de la procédure et c’est à moi qu’a échu la responsabilité de rédiger la sentence. Les autres juges avaient environ trente-cinq et cinquante ans. Je n’en avais que vingt-huit. Ce cas m’inspirait deux principales questions : 1) Y avait-il d’autres éléments l’incriminant à part ses « aveux » ? 2) Était-il coupable de ce crime ? La police, en principe, avait déjà répondu à ces questions mais, dès le début du procès, j’ai eu l’impression qu’elle avait mené ses investigations en partant du principe que M. Hakamada était coupable, et je n’étais pas sûr de pouvoir me fier à ses conclusions. Il est plus tard apparu clairement que la police l’avait torturé tant physiquement que psychologiquement pendant les vingt-deux jours de l’enquête afin de lui arracher ces « aveux ».


« Je n’ai pas pu convaincre les deux autres juges de l’innocence d’Hakamada, et j’ai donc dû le déclarer coupable, cette décision étant celle de la majorité. Sur un plan personnel, le fait d’avoir eu à rédiger la sentence allait à l’encontre de mes convictions, et j'y pense encore à ce jour.


« Ne pouvant supporter ce poids sur ma conscience j’ai quitté mes fonctions de juge six mois plus tard. Par la suite j’ai compris que depuis que je l’avais déclaré coupable, je me sentais moi-même très coupable. C’est encore le cas aujourd’hui. Je regrette tant ce que j’ai fait. On continue aujourd’hui encore à maintenir des suspects comme Hakamada en détention afin de les interroger pendant des périodes pouvant aller jusqu’à vingt-deux jours. Cette pratique favorise l’extorsion d’« aveux ». Au Japon, obtenir des « aveux » est l’une des méthodes les plus efficaces pour veiller à ce qu’un accusé soit déclaré coupable. Je me demande comment j’aurais pu vivre avec cela sur la conscience si je n’avais pas quitté la magistrature.


« Des recours ont été formés en faveur d’Iwao Hakamada. Chaque jour je prie pour qu’il soit mis hors de cause. »


Kazuko Shimauchi – son épouse « Pendant quarante ans, mon mari, Norimichi Kumamoto, n’a parlé à personne de cette histoire, pas même à sa famille. Pour oublier ses tourments il a fait de nombreuses tentatives de suicide. Il s’est mis à boire énormément. Il a essayé de se jeter sous un train et, une autre fois, à la mer. Je veux que nous passions le reste de notre vie au calme, à voyager et à savourer ce qui pourrait être notre dernière décennie ensemble. »



Muhammad Al Tarawneh (Jordanie)

Muhammad Al Tarawneh a travaillé à la Cour d’appel jordanienne pendant vingt-cinq ans, s’efforçant d’y faire respecter les normes en matière d’équité des procès. Voici son parcours :


« Je voudrais exprimer ma profonde gratitude à Amnesty International et aux Nations unies pour m’avoir donné l’opportunité de parler de ce sujet crucial. Je m’appelle Mohammad Al Tarawneh et je viens de Jordanie. Notre petit pays est l’un de ceux qui n’exécutent plus ni femmes ni mineurs depuis l'indépendance.


« Je m’intéresse principalement aux droits humains, au droit international et à la Cour pénale internationale. J’ai eu le plaisir de participer au processus menant à l’adhésion de la Jordanie à la CPI. J’ai écrit de nombreux articles et dans le cadre de mes fonctions de maître de conférences, j’évoque les normes en matière d'équité des procès.


« Je n’ai jamais examiné d’affaire ayant débouché sur une condamnation à mort, bien qu’elle soit prévue par la loi pour certains crimes. À une occasion où il me paraissait probable d’avoir à prononcer une sentence de mort, j’ai demandé à être déchargé de l’affaire. Je considère que ce châtiment enfreint le droit à la vie. Celle-ci est considérée par toutes les religions comme un cadeau accordé par le Créateur à ses créatures. Nul ne peut se substituer au Créateur et priver quelqu’un de ce droit.


« Mon rôle à la Cour d’appel consistait à réviser les cas ou à les renvoyer devant les tribunaux jordaniens de première instance. Dans toutes les affaires, de nouveaux éléments de preuve peuvent nous parvenir à un moment ultérieur. Cela peut se produire après l'exécution. Il est alors trop tard pour rattraper l’erreur commise.


« Avec le recul je pense pouvoir dire que la peine de mort n’a pas d’effet dissuasif. Peut-être n’avons-nous pas ici le temps de produire et d’examiner l’ensemble des éléments en provenance du monde entier prouvant que c’est le cas, et montrant que tous les pays l'ayant abolie n’ont pas depuis lors observé de recrudescence de la délinquance.


« Il y a une contradiction d’ordre juridique dans le fait de ne pas appliquer la peine capitale dans les cas de graves crimes contre l’humanité tels que le viol de masse et le génocide, relevant du Statut de Rome (de la CPI), alors que l’on continue à y avoir recours en Jordanie pour sanctionner des infractions dont la gravité est moins flagrante.


« De nombreuses sociétés du tiers-monde reconnaissent que la peine de mort ne devrait plus être utilisée. En 2007, nous avons organisé un séminaire en Jordanie à l’issue duquel la première coalition nationale contre la peine de mort du monde arabe a été créée. Elles sont désormais au nombre de dix. Cette même année, 13 pays arabes ont mis sur pied une conférence au sujet de la peine de mort. Nous espérons en organiser une autre au Maroc plus tard cette année. Nos coalitions respectent en particulier la position et les actions de l’Algérie, qui a accepté les conclusions de la résolution de 2007 des Nations unies concernant le moratoire sur les exécutions.


« Plus de la moitié des pays du monde ont aboli la peine de mort pour tous les crimes, 10 pour les crimes de droit commun, et 35 l’ont abolie en droit. Soixante pays continuent à y recourir, ce qui est relativement faible. La tendance générale est à l’abolition.


« Mes humbles recherches m’ont amené à constater que le droit à la vie est à la base de toutes les autres libertés. La peine de mort est un crime commis au nom de la justice. Elle est cruelle et inhumaine. Elle est, enfin, incompatible avec la dignité humaine.


« Nous devons remercier les Nations unies et demander à tous les pays d’adhérer au Deuxième protocole facultatif se rapportant au Pacte international relatif aux droits civils et politiques. Les pays parties au Statut de Rome maintenant la peine de mort dans leur législation nationale ont une attitude contradictoire. L’abolition ne mène pas à une hausse de la délinquance.


« La réponse réside dans la réforme du système de justice pénale et dans le respect des droits humains. »



Muhammad Zubair (Nigéria)

M. Zubair a été invite à participer mais n’a pas pu arriver à New York à temps, pour des raisons d’ordre technique. Il a été procureur de 2001 à 2004 et les poursuites qu'il a engagées ont débouché sur plusieurs condamnations à mort. Il a démissionné parce qu’il était convaincu que de nombreuses condamnations prononcées dans les cas de crimes passibles de la peine de mort étaient uniquement basées sur des « aveux » probablement arrachés sous la torture ou obtenus par la contrainte. Voici son témoignage :


« Je m’appelle Muhammad Zubair, je suis nigérian. J’exerce la profession d’avocat et j’officie également comme maître de conférences en droit ; je suis par ailleurs actuellement étudiant en troisième cycle au Human Rights Centre à l'université de l'Essex, au Royaume-Uni.


« J’ai débuté ma carrière il y a dix ans, en 1998, comme maître de conférences en droit constitutionnel à la faculté de droit de Yola, dans l’État d’Adamawa. En novembre 2001 j’ai rejoint le parquet de l’État de Jigwa en tant que procureur. J’ai plus tard été nommé dans la juridiction de Hadejia – l’une des six de l’État.


« J’ai engagé des poursuites dans plusieurs affaires allant de l’homicide volontaire au vol à main armée, et obtenu des condamnations, parfois à la peine de mort, dans la plupart. Elles avaient toutes une chose en commun : des « aveux » censément arrachés par la police dans les locaux de la police judiciaire de l’État.


« Une fois que j’ouvrais des poursuites et que je cherchais à soumettre devant la cour les « aveux » du prévenu dans lesquels il s’accusait, la validité de ces déclarations était remise en question, au motif qu’elles auraient été obtenues sous la contrainte. La cour ordonnait alors l’ouverture d’un procès dans le procès visant à déterminer si l’accusé avait fait ces déclarations de son propre chef ou non. Le prévenu n'avait personne pour témoigner en sa faveur, mis à part lui-même et quelques coaccusés pouvant partager une cellule avec lui. Mais qui irait croire un délinquant ?


« Nous demandions au policier chargé de l’enquête de venir témoigner afin de confirmer si oui ou non il avait torturé l'accusé pendant les investigations. Nous allions ensuite encore plus loin, convoquant son supérieur afin que celui-ci authentifie ces déclarations. Le supérieur disait avoir demandé à l’accusé si ses « aveux » avaient été obtenus par la force, par la torture ou par l’intimidation. L’accusé répondait alors par la négative et signait en sa présence sa déclaration ou y apposait l’empreinte de son pouce. C’était alors la parole de la police contre celle de l'accusé.


« Je me souviens encore d’un cas dans lequel la cour a tranché en ma faveur et a condamné les accusés dès le premier jour de leur comparution, avant même qu’un seul élément de preuve ait été fourni. Les accusés étaient au nombre de neuf et j’avais engagé des poursuites pour vol à main armée contre eux. Ils ont été amenés dans la salle d’audience enchaînés et menottés, et un avocat assistant aux débats en tant qu’amicus curiae [personne extérieure intervenant pour donner des conseils lors d’un procès] a demandé à la cour qu’on leur retire leurs entraves car le procédé enfreignait leur droit à ne pas être soumis à la torture et à d’autres traitements cruels, inhumains et dégradants, et bafouait leur droit à la présomption d’innocence. Le juge, furieux, a dit à l’avocat en anglais (langue que les accusés ne comprenaient pas) : "Vous ne les connaissez pas, c’est pour ça que vous plaidez en leur faveur, si on leur enlève leurs chaînes, personne ici n'est en sécurité". Ces hommes ont plus tard été condamnés à mort et attendent désormais le bourreau dans une prison nigériane.


« Au bout de trois ans au parquet, j’ai commencé à me poser plusieurs questions : Et si les rumeurs de torture policière étaient vraies ? Est-il possible que chaque personne accusée au Nigéria soit honnête au point de dire à la police tout de go "Oui, j'ai commis un vol à main armée ou un meurtre" mais pas suffisamment pour tenir le même discours devant la cour ? Et si les recours formés par cette personne sont rejetés ? Si elle est exécutée, ne suis-je pas coupable de sa mort ? Pourrais-je jamais me pardonner si une seule personne est indûment condamnée à mort ou exécutée par ma faute ?


« J'ai commencé à me soucier des difficultés de ces accusés qui, pour la plupart, sont très pauvres et ne peuvent s'offrir les services d’un avocat, et doivent faire appel à l’unique avocat de l’aide juridictionnelle de l’État. Celui-ci met une journée pour se rendre d’une juridiction à une autre en raison des distances séparant celles-ci, ne dispose d’aucun véhicule, que ce soit personnel ou de fonction, et doit emprunter des modes de transport commerciaux pour assister aux audiences.


« J’ai donc décidé de démissionner en septembre 2004, de retourner à mon ancien poste de maître de conférence à l’école polytechnique de l’État de Kano, et d’y enseigner le droit constitutionnel et le droit administratif. J’ai également ouvert un cabinet d’avocats proposant à titre gracieux des services aux accusés se trouvant dans le besoin. Par ailleurs, je forme des avocats de la défense, des procureurs et des juges de tribunaux appliquant la charia [loi islamique] à l’intégration des normes en matière de droits humains à leurs pratiques respectives.



Sam Millsap (États-Unis)

M. Millsap a été procureur dans le comté de Bexar, au Texas, de 1982 à 1987. Il est le seul ancien procureur de district (élu) des États-Unis ayant engagé des poursuites dans des affaires de meurtre emportant la peine de mort à avoir reconnu sa responsabilité dans l’exécution d’un homme, Ruben Cantu, alors que celui-ci était peut-être innocent. Il milite depuis lors contre la peine de mort aux États-Unis. Voici son histoire :


« Permettez-moi tout d’abord de vous dire à tous à quel point je suis honoré de pouvoir évoquer cette très importante question en cette période décisive pour les Nations unies. Je viens du Texas, un État dans lequel 12 personnes seront exécutées au cours des six semaines à venir, et je veux vous parler brièvement des dérives associées à la peine de mort, de mon point de vue d’ancien procureur, mais aussi du point de vue d’un homme ayant lancé des poursuites dans des affaires de crime emportant la peine capitale.


« Je suis devenu ces dernières années un opposant déclaré à ce châtiment en raison de mon expérience personnelle de ces affaires, et je suis aujourd’hui, à ma connaissance, le seul ancien procureur élu des États-Unis à assumer sa part de responsabilité dans l’exécution d’une personne qui était peut-être innocente. Je suis certain que mon cas n’est pas unique, et c'est ma conviction que les procureurs dont les meilleures intentions possibles ont donné lieu à des résultats regrettables dans des affaires de crimes passibles de la peine de mort ont le devoir moral de reconnaître leur responsabilité dans les erreurs commises.


« Fort de mon expérience personnelle de procureur élu d’une zone métropolitaine, je suis convaincu que le système de justice pénale américain n’a pas la compétence requise pour déterminer qui doit vivre et qui doit mourir.


« Comme vous le savez, les gens ont tendance à envisager le peuple américain comme un bloc homogène, à considérer que les Américains sont soit bons, soit mauvais et que nous pensons tous de la même façon, mais ce n’est vraiment pas le cas et aucun thème ne met ces divergences en évidence de manière aussi frappante que la peine de mort. La moitié des États-Unis ne procède à aucune exécution de nos jours. L’application de la peine de mort est illégale dans 13 États. Dans une douzaine d’autres, il n’y a eu aucune exécution ces trente dernières années. La quasi-totalité de celles-ci se déroule dans 11 États.


« Celui qui met à mort le plus grand nombre de prévenus n’est autre que mon État, le Texas. C’est là que plus de 40 % des exécutions survenues ces onze dernières années ont eu lieu.


« La principale raison pour laquelle la peine de mort doit être abolie tient à son application intrinsèquement arbitraire et imprévisible. Nous avons 50 systèmes judiciaires différents [aux États-Unis]. Ils ne prévoient pas tous la peine de mort. L’an dernier, l’État du Texas a pris la décision unique en son genre d’étendre l’application de la peine capitale à de nouvelles infractions, tandis que l’État du Nouveau-Mexique, juste à côté, était en passe d’abolir ce châtiment. C’est pourquoi je soutiens que son application est arbitraire. La probabilité d’être poursuivi aux États-Unis pour un crime passible de la peine capitale tel que le meurtre dépend du lieu du crime.


« La seconde chose qu’il est important que les gens comprennent est la suivante : des erreurs sont commises. Et je suis ici non pas parce que j’ai fait quelque chose d'extraordinaire mais bel et bien parce que je me suis trompé. Je peux vous affirmer que les juges, les procureurs, les jurés et les policiers des États-Unis font des erreurs même dans leurs bons jours, même s’ils sont consciencieux et remplissent leur tâche du mieux possible au quotidien.


« J'ai engagé des poursuites contre Ruben Cantu en 1985. Je suis tenté de dire que cet homme a fait l’objet d’un procès qu’on pourrait qualifier d’exemplaire aux États-Unis. Il bénéficiait des services d’un bon avocat. Le procureur était compétent. Le juge était excellent et les jurés ont pris la seule décision envisageable dans cette affaire. Ils l’ont déclaré coupable, ainsi que nous l’avions requis, et il a été condamné à mort, puis exécuté.


« Vingt ans plus tard, le principal témoin de ce procès s’est rétracté dans des circonstances rendant ce revirement crédible. Aujourd’hui la culpabilité de Ruben Cantu est sérieusement remise en question. J’avais le pouvoir, au même titre que tous les procureurs des États-Unis, ou la plupart en tout cas, de requérir la peine de mort sur la foi des déclarations d’un seul témoin oculaire et c’est ce que j’ai fait dans le cas Cantu. J’ai fait une erreur abominable, parce qu’il n’y avait pas de preuve matérielle le reliant au crime d’une quelconque façon ; une fois que mon témoin phare s’est rétracté, à un niveau personnel je me suis retrouvé face à l’idée que j’avais peut-être envoyé un innocent à la mort.


« Le dernier sujet que je voudrais aborder, c’est l’argument central en faveur de la peine de mort, que l’on parle des États-Unis ou de la Jordanie, à savoir son prétendu effet dissuasif. Il n’existe pas. Si vous comparez le taux d’homicide de tous les États des États-Unis, vous vous rendrez compte qu’il est le plus élevé dans ceux qui appliquent la peine de mort. On trouve inversement un taux d’homicide plus faible dans les États où l’on n’y recourt pas.


« J’aimerais pouvoir vous dire que la peine de mort sera un jour officiellement abolie. Je crains que cela n’arrive pas, mais je peux en revanche affirmer que le soutien du public à ce châtiment mollit. En 2006 par exemple, le nombre de sentences de mort prononcées aux États-Unis était en chute libre, et le nombre d’exécutions considérablement moins élevé qu'il y a dix ans.


« La peine capitale est donc selon moi en passe d’être abolie au moins de manière officieuse aux États-Unis. Si j’affirme cela, c’est à cause de la tournure qu'ont prise les choses aux États-Unis bien que ce châtiment puisse être prononcé dans au moins 37 États, à savoir qu'il est très onéreux d'ôter la vie à un être humain. Des grandes villes aux comtés, le coût de l’exécution d’un être humain aux États-Unis est absolument exorbitant et il finira par faire exploser les budgets de la plupart des gouvernements.


« L’un des arguments ayant le plus de poids aux États-Unis, c’est qu’il revient en fait moins cher d’emprisonner un être humain pour le reste de sa vie plutôt que de faire passer cette personne par toutes les différentes procédures et de remplir toutes les conditions requises avant de pouvoir l’exécuter.


« C’est pour moi un grand privilège d’être ici. Merci infiniment. »



Conclusion


Ces témoignages montrent encore une fois à quel point la fiabilité des éléments sur la foi desquels des personnes sont condamnées à mort est variable. Deux des participants sont encore hantés par l’idée que les hommes qu'ils ont contribué à faire condamner à mort étaient en fait peut-être innocents. Ils ont souligné le fait que souvent les seuls éléments à charge dans les cas passibles de la peine de mort sont les « aveux » des accusés, semble-t-il fréquemment obtenus par la contrainte, les mauvais traitements ou la torture. Ces experts ont également insisté sur l’une des principales conclusions auxquelles Amnesty International est parvenue : les personnes condamnées sont souvent pauvres et ne peuvent s’offrir les services d’avocats leur garantissant une défense digne de ce nom. Ils ont signalé que des erreurs sont commises dans le cadre des affaires de crimes emportant la peine de mort et ce, même au sein des systèmes judiciaires les plus développés.


Certains ont fait état des débats en cours sur la peine de mort dans leur pays ou leur région du monde : des coalitions contre la peine de mort sont établies, par exemple dans les pays arabes. Deux d’entre eux ont mis l’accent sur la conviction que se sont forgée certains intellectuels, les Nations unies elles-mêmes et Amnesty International : rien ne prouve que la peine de mort ait un effet dissuasif. D’après l’ancien procureur américain, par exemple, le taux d’homicide serait plus élevé dans les États de son pays qui maintiennent la peine de mort.


La résolution de l’an dernier réclamant un moratoire sur les exécutions a été soutenue par 104 pays, et près de 90 ont coparrainé la résolution 62/149.


Gardant à l’esprit que le 10 décembre 2008 marque le 60e anniversaire de la Déclaration universelle des droits de l'homme,


Amnesty International demande à tous les États membres des Nations unies :


De réaffirmer la résolution 62/149 : moratoire sur l’application de la peine de mort ;


De faire bon accueil au rapport du secrétaire général des Nations unies sur les moratoires relatifs à la peine capitale, qui confirme que l’évolution très marquée de longue date vers l’abolition de ce châtiment se poursuit ;


De demander aux États non abolitionnistes de respecter les normes internationales garantissant la protection des droits des personnes passibles de la peine de mort et d’instaurer un moratoire sur les exécutions ;


D’engager le secrétaire général des Nations unies à faire un compte rendu sur l’application des résolutions de l’Assemblée générale réclamant un moratoire sur les exécutions lors de la 65e session de cette dernière.


De soutenir pleinement l’appel en faveur d’un moratoire universel sur les exécutions en se prononçant en faveur de la résolution à ce propos lors de la 63e session de l’Assemblée générale, au sein de la Troisième Commission et en session plénière, et d’encourager tous les États ayant coparrainé la résolution 62/149 et tous ceux ne procédant plus à des exécutions à coparrainer la résolution sur le moratoire concernant la peine capitale présentée lors de la 63e session de l’Assemblée.





1 Amnesty International est reconnaissante aux missions permanentes de l’Argentine, du Chili, du Mexique, des Philippines, du Rwanda, du Timor-Leste et de l’Uruguay pour avoir coparrainé cet événement.


Revenir en haut Aller en bas
http://www.vizyonplusfm.com
Kiloutou
Star
Star
Kiloutou

Masculin
Nombre de messages : 367
Localisation : Aquin
Loisirs : travaille
Date d'inscription : 27/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le discret

Haiti - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Haiti   Haiti - Page 3 EmptyVen 20 Mai 2011 - 17:48

Les avocats de Dominique Strauss-Kahn vont employer des détectives tout savoir sur la femme de chambre du Sofitel.

L'immeuble se trouve sur la très chic Madison Avenue, la société s'appelle Guidepost Solutions, une importante agence de renseignement privée plutôt discrète à Manhattan. Selon le New York Times, c'est elle que l'avocat de Dominique Strauss-Kahn a engagée pour mener l'enquête de la défense. À Guidepost Solutions, on ne confirme ni ne dément. Une chose est sûre, c'est l'une des meilleures firmes de son secteur, confie-t-on chez un concurrent qui ne souhaite pas révéler son nom. On n'en douterait pas. L'agence a été fondée par Bart Schwartz, ancien responsable de la division criminelle du bureau du procureur fédéral de New York. Le numéro deux est Joseph Rosetti, un ancien de Kroll, la plus grande agence de détectives au monde. Guidepost Solutions est spécialisée dans le renseignement sur les entreprises, le commerce en zones à risque, la sécurité Internet, et les expertises médico-légales.

«L'avocat de Strauss-Kahn va vouloir tout savoir à la fois sur la victime et sur son client», explique Kim Townsend, avocat new-yorkais qui traite de dossiers criminels. «Vue la stratégie de défense envisagée, il va s'agir de discréditer la victime et donc fouiller dans son passé, jusqu'à son enfance. Sur son client, il va devoir absolument tout vérifier sur lui, afin de contrer toutes les attaques du procureu r», poursuit l'avocat. Une armada de détectives a déjà été envoyée dans le Bronx, où habite la victime, à Harlem où ses proches travaillent. C'est une investigation à grande échelle qui devrait s'étendre sur plusieurs continents, de la Guinée, d'où elle est originaire, jusqu'à Paris, Washington, etc.

Wayne Kellerman, détective à New York, explique comment se passe une enquête. «Pour commencer, le numéro de sécurité sociale de la fille va leur donner accès à de nombreuses bases de données. Ils sauront où et avec qui elle a habité depuis son arrivée aux États-Unis, si elle a eu des problèmes avec la justice, si ses papiers sont en règle, si elle a commis des infractions.» Il s'agit de vérifier si c'est une personne honnête au regard de la justice. Parmi les zones d'ombre à explorer: les conditions de son logement dans un immeuble réservé aux séropositifs. Son avocat a dit qu'elle ne l'était pas. «Comme il s'agit d'une agression sexuelle présumée, la priorité va être donnée aux relations qu'elle a eues avec d'autres hommes, les enquêteurs vérifieront même quel genre de femme elle est au lit!», précise un autre expert. L'objectif est de statuer sur la moralité de cette musulmane de 32 ans, veuve, qui élève seule sa fille de 15 ans dans un quartier pauvre du Bronx, en faisant des heures de ménage dans un grand hôtel de Manhattan. Tout ce qui a été dit aux médias par ses proches, y compris Blake Diallo, qui s'est présenté comme son frère avant de dire qu'il était juste un ami, sera examiné à la loupe. Face aux moyens financiers que DSK va pouvoir mettre à disposition de cette armée d'enquêteurs et d'avocats, il y aura ceux tout aussi importants du procureur de la ville de New York.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.vizyonplusfm.com
Contenu sponsorisé




Haiti - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Haiti   Haiti - Page 3 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Haiti
Revenir en haut 
Page 3 sur 9Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti :: Haiti :: Espace Haïti-
Sauter vers: