Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

FOROM AYITI : Tèt Ansanm Pou'n Chanje Ayiti.
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  PortailPortail  ÉvènementsÉvènements  PublicationsPublications  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
-43%
Le deal à ne pas rater :
Smartphone SAMSUNG Galaxy Note20 5G 256 Go Gris à 599€
599 € 1059 €
Voir le deal
Le Deal du moment : -43%
Clairefontaine – Lot de 9 Cahiers 24×32 ...
Voir le deal
14.29 €

 

 Des membres du Congrès révoltés par les violentes expulsions de déplacés... 26/0

Aller en bas 
3 participants
AuteurMessage
piporiko
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 4753
Age : 51
Localisation : USA
Opinion politique : Homme de gauche,anti-imperialiste....
Loisirs : MUSIC MOVIES BOOKS
Date d'inscription : 21/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: L'impulsif

Des membres du Congrès révoltés par les violentes expulsions de déplacés... 26/0 Empty
MessageSujet: Des membres du Congrès révoltés par les violentes expulsions de déplacés... 26/0   Des membres du Congrès révoltés par les violentes expulsions de déplacés... 26/0 EmptyJeu 26 Mai 2011 - 16:08

Des membres du Congrès révoltés par les violentes expulsions de déplacés...
26/05/2011 14:46:59

Haïti - Social : Des membres du Congrès révoltés par les violentes expulsions de déplacés...
Hier mercredi 25 mai 2011, le Congressman Donald M. Payne (New Jersey) et les Congresswoman Yvette D. Clarke (NY), Frederica Wilson (FL) et Maxine Waters (CA) ont fait une déclaration commune en réponse à l'expulsion et à la destruction des camps situés sur des places publiques dans le quartier de Delmas à Port-au-Prince.

« ...Nos bureaux ont été alarmés par des nouvelles effrayantes, nous signalant que trois camps de personnes déplacées dans le quartier de Delmas ont été détruit. Cela comprenait le camps installé sur une place publique [qui abritait plusieurs centaines de personnes] à l'intersection de la Route de Delmas et de la Route de l'aéroport, détruit par la police haïtienne, sous la direction du Maire Wilson Jeudy. Les déplacés ont été témoin de la destruction de leurs effets personnels alors que certains ont été violemment battus à coups de matraque par la police.

Dans le même temps, l'OCHA (Office for the Coordination of Humanitarian Affairs) et le CCCM (Camp Coordination and Camp Management Cluster) ont envoyé une correspondance au sujet de l'annulation de la réunion de groupe de cette semaine, ainsi que l'ordre du jour de la prochaine réunion qui comprend une discussion sur l'administration Martelly et le Programme pilote de « Retour et de relocalisation ». Cependant, ils n’avaient pas encore eu connaissance des expulsions violentes des camps dans Port-au-Prince. C'est une grande préoccupation et comme membres du Congrès des États-Unis, nous allons examiner minutieusement cette affaire.

Il n’est pas pensable, pour n'importe quel fonctionnaire du gouvernement, de pardonner ou d’ignorer de telles actions à un moment où Haïti cherche à se récupérer du séisme de janvier 2010, dans un lent processus de reconstruction.

Face à des conditions hostiles, y compris des conditions météorologiques défavorables, la violence et la maladie; le logement et le travail sont les priorités pour chaque déplacé haïtien, qui ne doivent pas être compromises. Au cours de la visite du Président Martelly aux États-Unis, nous avons tous été encouragés par son affirmation selon laquelle Haïti faisait face à un nouveau jour, un nouveau départ. Nous avons tendu et continuer de tendre nos bras pour aider et soutenir la population d'Haïti et son gouvernement pour une transition vers l’amélioration. Cependant, nous n’allons pas rester les bras croisés à écouter de tels rapports d'expulsions, sans chercher des explications ou prendre des mesures.

Nous comprenons que les problèmes fonciers sont extrêmement complexes en Haïti et qu'il y a un besoin urgent de créer l'apparence de progrès. Toutefois, cela ne peut être fait par l'expulsion des gens hors des terres publiques, avec nulle part où aller. Il doit y avoir un effort plus intense pour déblayer les débris, réparer des bâtiments habitables et construire des abris permanents. En tant que représentants, qui ont toujours appuyé l'avancement et la prospérité d'Haïti et de sa diaspora, nous espérons que le Président Martelly, les États-Unis et la communauté internationale seront au courant de ces expulsions forcées et prendront des mesures appropriées pour régler ce problème. »
Revenir en haut Aller en bas
Le gros roseau
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 9664
Localisation : Usa
Loisirs : sport ,internet,stock market
Date d'inscription : 21/08/2010

Des membres du Congrès révoltés par les violentes expulsions de déplacés... 26/0 Empty
MessageSujet: Re: Des membres du Congrès révoltés par les violentes expulsions de déplacés... 26/0   Des membres du Congrès révoltés par les violentes expulsions de déplacés... 26/0 EmptyVen 27 Mai 2011 - 0:30

C'est triste quand des étrangers se soucient plus du sort des sinistrés d'un pays que leurs dirigeants.Qui a ordonné à la police de chasser les sinistrés de ces places publiques.Monsieur Andresol a-t-il pris lui meme cette decision?Le parlement haitien doit pouvoir convoquer le chef de la Police pour qu'il fasse la lumière sur ce comportement abusif des policiers.Nous ne voulons plus avoir des robots comme policiers en haiti , des gens sans coeur et sans pitié.comment un haitien peut-il dormir après qu'il eut commis un tel acte contre ses concitoyens.?

Si ces sinistrés sont encore sur les places publiques qui est coupable? le Maire de Joplin demandera-t-il à la police de chasser les americains dont les maisons viennnent d'etre detruites s'ils se refugiaient sur une place publique pour dormir?voila les raisons pour lesquelles j'ai dit :"Je n'aime pas haiti."Les malheureux sont maltraités pires que des animaux dans d'autres pays civilisés.Est-ce de cet ordre que Michel Martelly reclame la restoration au pays?le monde a beaucoup changé messieurs il faut faire attention , on vient de proceder a l'arrestation du bourreau de Sarjevo en Serbie.Mubarak sera jugé pour crime contre les Egyptiens.On ne tolerera plus un autre dictateur en haiti.
Revenir en haut Aller en bas
Thunder
Super Star
Super Star
Thunder

Masculin
Nombre de messages : 4690
Localisation : Planet Earth (Milky Way Galaxy)
Loisirs : Target Practice, Sports Cars, Konpa...
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le gardien

Des membres du Congrès révoltés par les violentes expulsions de déplacés... 26/0 Empty
MessageSujet: Re: Des membres du Congrès révoltés par les violentes expulsions de déplacés... 26/0   Des membres du Congrès révoltés par les violentes expulsions de déplacés... 26/0 EmptyVen 27 Mai 2011 - 0:48

Le maire Jeudi récupère de force les places publiques de Delmas


Le maire principal de Delmas, Wilson Jeudi, a déclenché, le lundi 23 mai 2011, une opération à grande vitesse pour déloger les personnes, occupant depuis le séisme, les places publiques de la commune. Accompagné d'unités de la police nationale, le maire a délogé ce lundi des milliers de personnes qui avaient élu domicile sur les places du carrefour de l'aéroport, considérées par plus d'un comme bastion de bandits armés.



Haïti: Les nuits des milliers de personne vivant sur les différentes places publiques de Delmas sont désormais comptées. Elles sont déjà terminées pour celles qui vivaient sur les places du carrefour de l'aéroport (carrefour Nazon pour certains). Suite aux avis lancés ces derniers jours par la mairie de Delmas, invitant les occupants à faire place nette, ces derniers ont été contraints, tôt ce lundi 23 mai 2011, de vider les lieux. Plusieurs tentes ont été découvertes vides et servaient, selon le maire, à des activités de prostitution et de banditisme. « C'est un désordre, nous ne voulons plus tolérer cette situation », a tempêté le maire Wilson Jeudi, déterminé à atteindre ses objectifs.

« Ici, c'est une place publique, un espace de loisirs. Tout le monde en a besoin. Elle ne doit pas rester privatisée par un groupe de gens. Tout ce qui m'intéresse pour le moment, c'est de vider la place », a indiqué le maire.

Si certaines personnes chassées n'ont pas cessé de se plaindre prétextant n'avoir nulle part où aller, des résidents de la zone ainsi que des passants ont loué ce geste des autorités municipales de la commune. « Des badauds s'amusent quotidiennement à voler les téléphones portables des passants et vont par la suite se cacher sous les tentes. Tous les soirs, les gens se font aussi dépouiller aux alentours de cette place », a témoigné un homme qui assistait à l'opération de déguerpissement exécutée par des brigadiers de la commune.

Outre ces places publiques, Wilson Jeudi, ex-candidat malheureux à la présidence des récentes élections, annonce que toutes les autres places publiques de la commune qui sont occupées depuis 12 janvier 2010 seront également vidées de leur population. Elles seront « clean », pour reprendre le mot du maire. Et, Beaucoup de personnes « chassées » ce lundi, souligne le maire, ne vivaient pas vraiment sur les lieux. « Beaucoup de ces gens passaient leur journée ici juste pour exercer leurs activités commerciales et rentraient chez eux dans la soirée. Ces places servent de refuge aux bandits armés et c'est également un espace pour le fonctionnement de bordels », a fulminé le maire.

Bordel ou pas, plusieurs dizaines de préservatifs ont été découverts un peu partout à l'intérieur des tentes ou des bicoques détruites qui ne contenaient que de vieux matelas ou des tapis. « Ils savaient quand même se protéger », rigole un policier. Continuer >





Alors que le maire passe des ordres à ces brigadiers de tout détruire, un agent de la mairie enregistre les noms des personnes dont les tentes sont déjà détruites. Mais, selon le maire, aucun dédommagement n'est vraiment prévu. Si, par hasard, une ONG souhaite faire quelque chose pour certains d'entre eux, dit-il, les femmes ayant des bébés seront les bénéficiaires. La mairie, a souligné le premier citoyen de la commune, n'aura jamais assez de moyens pour s'occuper de toutes les personnes « vivant » sur les places publiques.

Il est 10h 12 a.m. Une dame, accompagné de deux enfants, s'approche du maire : « J'habitais à Delmas 17, ma maison a été détruite, j'ai tout perdu, je n'ai nulle part où aller. Je n'ai pas d'argent, magistrat », raconte-t-elle.

« Je n'ai pas d'argent non plus pour donner à tout le monde. Vous trouverez certainement un lieu où aller », lui répond le maire, lui filant quand même quelques billets de 500 gourdes pour les enfants.

Une autre femme s'approche et raconte la même histoire. Le maire ne veut pas l'écouter. « Je suis déçue d'avoir voté Wilson Jeudi. Regarde comment il nous humilie maintenant. Le maire ne peut pas nous déloger sans nous donner les moyens de nous déplacer. Nous resterons ici », lance la dame.

« Nous ne délogeons pas les gens sur la base d'une entente. Je n'ai pas à dédommager les personnes qui vivaient sur les places publiques, a précisé le maire. La plupart de ces personnes passent leur temps à mener leurs activités commerciales sans jamais donner un sou à la mairie. Tandis que nous ramassons quotidiennement les déchets qu'ils jettent dans la rue et sur les places », a fait savoir M. Jeudi.

« Tout le monde a été victime du séisme; pas question de payer les gens pour vider des espaces publics qu'ils occupaient depuis plusieurs mois », soutient le maire Wilson Jeudi. Il estime qu'il ne faut pas croiser les bras si on veut donner une autre image au pays. « Nous ne pouvons pas encourager les investisseurs étrangers avec de telles images », ajoute-t-il.

Par ailleurs, face à la recrudescence de bandits armés dans la commune, le maire estime que le nombre de marchands dans la rue complique davantage la situation. « Il y a trop de marchands dans les rues de Delmas qui viennent un peu partout de la capitale. Je ne veux pas que Delmas devienne comme la Grand'Rue de Port-au-Prince. Je le dis, et c'est moi qui dirige la commune jusqu'à preuve du contraire », a tempêté le maire déterminé à récupérer les places publiques.


Valéry DAUDIER
vdaudier@lenouvelliste.com
Revenir en haut Aller en bas
Le gros roseau
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 9664
Localisation : Usa
Loisirs : sport ,internet,stock market
Date d'inscription : 21/08/2010

Des membres du Congrès révoltés par les violentes expulsions de déplacés... 26/0 Empty
MessageSujet: Re: Des membres du Congrès révoltés par les violentes expulsions de déplacés... 26/0   Des membres du Congrès révoltés par les violentes expulsions de déplacés... 26/0 EmptyVen 27 Mai 2011 - 1:10

"Si, par hasard, une ONG souhaite faire quelque chose pour certains d'entre eux, dit-il, les femmes ayant des bébés seront les bénéficiaires. La mairie, a souligné le premier citoyen de la commune, n'aura jamais assez de moyens pour s'occuper de toutes les personnes « vivant » sur les places publiques."Maire Wilson Jeudy,ancien candidat a la presidence.

Cette phrase resume l'attitude des autorités haitiennes envers les citoyens de ce pays.Le maire de delmas ,Jeudy, reclame des ONG de remplir son role.Pourquoi a-t-on crée toutes ces mairies à Port-au-Prince.la capitale d'haiti est-elle plus grande et plus peuplée que la ville de new York?Les politiciens n'achetent pas des amblulances ,des camions citernes pour eteindre le feu et des camions pour rammassser les fatras qui s'accumulent dans les rues ,mais ils ont mis trois Maires et trois commissions communales pour administer la ville.ah ah ah ah;

Ils chassent les pauvres qui sont sans secours parqu'ils commettent des crimes.Si mr jeudi se trouvait sous les tentes sans secours meme pour manger un repas par jour que ferait-il ?On reproche aux femmes de pratiquer la prostitution sans leur donner aucun moyen meme pour nourrir leurs enfants.

"Tout le monde a été victime du séisme; pas question de payer les gens pour vider des espaces publics qu'ils occupaient depuis plusieurs mois », soutient le maire Wilson Jeudi. Il estime qu'il ne faut pas croiser les bras si on veut donner une autre image au pays. « Nous ne pouvons pas encourager les investisseurs étrangers avec de telles images », ajoute-t-il."Wilson Jeudy

Ou a-t-on fabriqué ce monstre,ce robot?Que doivent faire ces malheureux ;se suicider pour ne pas effaroucher les investisseurs ,imbecile?

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Des membres du Congrès révoltés par les violentes expulsions de déplacés... 26/0 Empty
MessageSujet: Re: Des membres du Congrès révoltés par les violentes expulsions de déplacés... 26/0   Des membres du Congrès révoltés par les violentes expulsions de déplacés... 26/0 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Des membres du Congrès révoltés par les violentes expulsions de déplacés... 26/0
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti :: Haiti :: Espace Haïti-
Sauter vers: