Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

FOROM AYITI : Tèt Ansanm Pou'n Chanje Ayiti.
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  PortailPortail  ÉvènementsÉvènements  PublicationsPublications  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
-40%
Le deal à ne pas rater :
-40% Polo Lacoste – imprimé crocodile – 5 couleurs dispo
72 € 120 €
Voir le deal

 

 Plaidoyer pour le maintien du Ministère à la condition féminine

Aller en bas 
2 participants
AuteurMessage
Maximo
Super Star
Super Star
Maximo

Masculin
Nombre de messages : 3182
Localisation : Haiti
Loisirs : football - Gagè
Date d'inscription : 01/08/2007

Feuille de personnage
Jeu de rôle:

Plaidoyer pour le maintien du Ministère à la condition féminine Empty
MessageSujet: Plaidoyer pour le maintien du Ministère à la condition féminine   Plaidoyer pour le maintien du Ministère à la condition féminine EmptyVen 3 Juin 2011 - 6:43

Plaidoyer pour le maintien du Ministère à la condition féminine


Un acquis politique pour combattre les discriminations et les violences de genre



Haïti: Depuis la création, le 8 novembre 1994, du Ministère à la Condition féminine et aux droits des femmes (MCFDF), il faut, à chaque changement de pouvoir, que le mouvement des femmes haïtiennes se mobilise pour dire NON aux velléités de nier cet acquis politique.

L'équipe du Président Michel Martelly ne se donne même pas la peine d'expliquer ce qui pourrait justifier la décision de fermer le Ministère à la Condition féminine. Au-delà des précautions de langage, c'est bien de disparition sur l'échiquier politique national qu'il s'agit, lorsque le Premier ministre désigné, M. Daniel-Gérard Rouzier, déclare que la Condition féminine sera intégrée au Ministère des Affaires sociales et du travail (MAST), sans moindrement préciser la nature de la structure en question.

Pourquoi cette volonté de priver le pays d'un instrument politique qui a permis de faire des avancées notables en termes d'égalité des droits pour 52% de la population ?

Différentes arguties ont été avancées auparavant pour prétendre fermer le Ministère à la Condition féminine. Il y a notamment lieu de retenir : la disponibilité budgétaire, l'inefficacité et l'inutilité.

Disponibilité budgétaire : Pour 2010-2011, le budget du Ministère à la Condition féminine a été d'environ 37 millions de Gourdes. Ces montants ne sauraient en aucun cas sortir le pays du marasme économique.

Inefficacité : Le ministère à la Condition féminine accuse certes des insuffisances, tout comme toutes les autres institutions de l'appareil d'État : Présidence, Primature, Parlement, Judicaire, ministères, mairies, collectivités territoriales et institutions indépendantes telles que le Conseil électoral, etc.

- L'illettrisme et l'éducation au rabais sont des phénomènes patents. L'analphabétisme frappe davantage les femmes et les filles. La formation professionnelle est presque inexistante dans le secteur public.

- La grande majorité des populations n'a toujours pas accès, de manière continue et satisfaisante, aux soins de santé. La plupart des femmes accouchent sans assistance médicale. La mortalité maternelle est l'une des plus élevée au monde ; Les familles monoparentales féminines sont légion dans le pays.

- L'insécurité alimentaire est une donnée avec laquelle doit compter les populations, en particulier les groupes marginalisés ruraux et suburbains où prédominent les femmes. Le droit à l'alimentation n'est pas respecté. La paysannerie ne bénéficie pas d'un encadrement apte à lui permettre de se relever dignement et efficacement.

- Les dysfonctionnements de la justice sont notoires. L'insécurité est un phénomène récurent, peu contrôlé.

Les ministères de l'éducation, de la santé, de l'agriculture et de la justice, pour ne citer que ceux là, existent depuis fort longtemps, avec leurs faibles performances et l'absence d'esprit de service public Pourtant, il ne vient pas à l'idée d'un quelconque pouvoir de les fermer. Par contre, l'on menace de disparition l'une des institutions les plus récentes, le Ministère à la Condition féminine, qui pourtant a 17 ans d'existence.

Inutilité : L'existence du ministère à la Condition féminine se justifie par la nécessité de prendre en compte, au plus haut sommet de l'État, les rapports sociaux de sexe et leurs incidences dans tous les domaines. La mission du ministère est de promouvoir et défendre les droits fondamentaux des femmes/filles et, ce faisant, de contribuer à instaurer une meilleure cohésion sociale. Cela à travers la définition et l'application de politiques et programmes publics visant l'égalité des sexes, la lutte contre les violences de genre et la féminisation de la pauvreté, et en s'assurant du caractère transversal de ces orientations dans l'action gouvernementale. Cela répond aux prescrits de la Constitution de 1987 et aux engagements pris par Haïti en signant les conventions internationales relatives aux droits de la personne et aux droits spécifiques des femmes et des filles, en tant que personnes et citoyennes.

S'il s'agit réellement, comme se plait à le déclarer le Président Martelly, de redresser l'État et d'oeuvrer à l'édification d'une société fondée sur le droit et le respect des droits de la personne, il importe que le Ministère à la Condition féminine joue pleinement son rôle et soit plutôt résolument renforcé dans ses capacités pour la pleine réalisation de sa mission.

Les militantes des droits des femmes que sont les féministes rêvent du jour où le Ministère à la Condition féminine ne sera plus nécessaire, car les droits fondamentaux des femmes et des filles seront pleinement reconnus, respectés et l'égalité des chances sera une réalité tangible. Les féministes rêvent aussi du jour où la Secrétairerie d'État à l'alphabétisation n'aura plus de raison d'être, parce que les enfants des deux sexes non scolarisés, qui deviennent des adultes analphabètes, auront eu dès la petite enfance l'opportunité de recevoir une instruction de qualité qui leur permettra d'être des citoyens et citoyennes qui participent activement au devenir de leur pays.



Les organisations suivantes appuient la déclaration de Kay Fanm en faveur du maintien du Ministère à la condition féminine et aux droits. Ces organisations demandent au nouveau gouvernement et au Parlement de doter le ministère des ressources nécessaires à l'accomplissement de sa mission en matière d'égalité.

1. Concertation nationale contre les violences faites aux femmes ; Réseau national d'organisations

2. Centre de promotion des femmes ouvrière (CPFO) ; Région métropolitaine de Port-au-Prince, département Ouest

3. Fanm Yo La /Les femmes sont là (Collectif féminin haïtien pour la participation politique des femmes)

Région métropolitaine de Port-au-Prince, départements Sud, Sud-est, Nord

4. Mouvement des femmes haïtiennes pour l'éducation et le développement (MOUFHED)

Région métropolitaine de Port-au-Prince, départements Artibonite, Ouest, Nord, Nord-est, Sud-est

5. Asosyasyon fanm solèy d Ayiti /Association des femmes soleil d'Haïti (AFASDA)

Départements Nord, Nord-est, Nord-ouest

6. Fanm lakay /Femmes du terroir ; département Nord

7. Kódinasyon fanm Nódès /Coordination des femmes du Nord-est ; département Nord-est

8. Mouvman fanm Nip /Mouvement des femmes de Nippes (MOFAD - Nippes) ; département Nippes

9. Mouvman fanm Ansavo /Mouvement des femmes d'Anse à veau (MOFA) ; département Nippes

10. Komite fanm Gabou /Comité des femmes de Gabou ; Commune de Petite Rivière, département Nippes

11. Groupman fanm Duverger /Groupement des femmes de Duverger ; Commune de Miragoâne, département Nippes

12. Rasanbleman fanm Nip /Rassemblement des femmes de Nippes (RAFANIP) ; département Nippes

13. Konbit fanm peyizàn Abraham /Rassemblement des paysannes de Nippes (KOFA) ; département Nippes

4e section communale de Miragoâne, département Nippes

14. Alternative action verte ; Réseau d'organisations du département des Nippes 15. Groupement pour la relance de l'économie des femmes en association par coopérative (GREFACOOP)

Commune de Delmas, région métropolitaine de Port-au-Prince, département Ouest

16. Coalition des femmes de la 3e circonscription de Port-au-Prince (KOFATRA) ; Martissant, département Ouest

17. Réseau des femmes progressistes pour le développement d'Haïti (RFPDH) ; département Ouest

18. L'espoir des femmes haïtiennes de Petit-Goâve (EFHPG) ; département Ouest

19. Association des femmes actives de Saint Louis du Sud (AFAS) ; département Sud

20. Femmes actives de la Savanne (FAS) ; département Sud

21. Association des femmes progressistes de Flamand (AFPF) ; département Sud

22. Association des femmes pour le développement des Anglais (AFDA) ; département Sud.



Port-au-Prince, le 31 mai 2011
Pour Kay Fanm, Danièle Magloire
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Plaidoyer pour le maintien du Ministère à la condition féminine Empty
MessageSujet: Re: Plaidoyer pour le maintien du Ministère à la condition féminine   Plaidoyer pour le maintien du Ministère à la condition féminine EmptyVen 3 Juin 2011 - 7:50

[i]

Epoukisa nou pa ka ginyen yon ministere a la condition masculine .Gasson gan pwoblem tou .

Epoukisa nou paka ganyen yon ministe a la condition enfantine ?Mwin we yo fe ti moun pliss abi lan peyi sa a ke ni fanm ni gason kika kanpe rele anmwe pou tett yo.
Revenir en haut Aller en bas
Le gros roseau
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 9664
Localisation : Usa
Loisirs : sport ,internet,stock market
Date d'inscription : 21/08/2010

Plaidoyer pour le maintien du Ministère à la condition féminine Empty
MessageSujet: Re: Plaidoyer pour le maintien du Ministère à la condition féminine   Plaidoyer pour le maintien du Ministère à la condition féminine EmptyVen 3 Juin 2011 - 10:55

O moman ou genyen plis pase yon milyon moun ki pa genyen kote pou yo dòmi ,o moman ou kolera ap touye ayisyen paske yo pa ka jwen dlo pwop pou yo bwè, o moman ou moun ap pran la ri kont grangou kloroks.ou moman ou menm debri gouvenman pa ka ranmasse pou deblaye ri yo.o moman ou peyi ya finn tounen yon desè tan ke ayisyen koupe pye bwa. o moman ou ayiti vinn genyen plis pase 10 milyon moun ke li pa ka soutni ;yon moun ki ap mande pou gouvenman depanse lajan pou mentni politisyen nan sineki ou se yon radotè.O Zeta zuni pa genyen ministè de la kondityon feminin.mwen pou egalite des sexes, men nan yon peyi tankou ayiti kote beswen yo imans e moyen yo piti chak santim dwe depanse pou soulaje pi gwo soufrans yo pa pou kreye milyonè nan administratyon piblik.

fok chak ministè yo genyen resous ase pou yo ka regle bagay ki pi irjan yo. se pa yon paket ministè san resous ki pral regle pwoblem irjan nan epyi ya. se lotrejou la Gue tap plenyen ke Ministè lagrikilti pat genyen ase resous poul achte angrè ak semans pou peyisan nan yon peyi kote moun ap pran la ri pou manifeste kont grangou kloroks.poukisa pa ka genyen yon biro nan Ministè afè sosyal ki okipe de zafè fanm ak ti moun?
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Plaidoyer pour le maintien du Ministère à la condition féminine Empty
MessageSujet: Re: Plaidoyer pour le maintien du Ministère à la condition féminine   Plaidoyer pour le maintien du Ministère à la condition féminine Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Plaidoyer pour le maintien du Ministère à la condition féminine
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti :: Haiti :: Espace Haïti-
Sauter vers: