Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

FOROM AYITI : Tèt Ansanm Pou'n Chanje Ayiti.
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  PortailPortail  ÉvènementsÉvènements  PublicationsPublications  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
-40%
Le deal à ne pas rater :
-30% sur les Baskets Nike Court Royale
33 € 55 €
Voir le deal

 

 Mes réflexions sur la conjoncture et le choix du Premier ministre

Aller en bas 
AuteurMessage
Maximo
Super Star
Super Star
Maximo

Masculin
Nombre de messages : 3182
Localisation : Haiti
Loisirs : football - Gagè
Date d'inscription : 01/08/2007

Feuille de personnage
Jeu de rôle:

Mes réflexions sur la conjoncture et le choix du Premier ministre Empty
MessageSujet: Mes réflexions sur la conjoncture et le choix du Premier ministre   Mes réflexions sur la conjoncture et le choix du Premier ministre EmptyLun 20 Juin 2011 - 14:56

Mes réflexions sur la conjoncture et le choix du Premier ministre


Par Evelyne B. Chéron, Sénatrice de la République



17/06/2011




Je voudrais tout d’abord envoyer mes salutations à tous et ensuite remercier tous ceux qui ont voulu me faire confiance en me gratifiant de leur vote lors des élections de novembre de 2010 et , en second lieu, à tous ceux-là qui s’apprêtaient ӑ le faire aux environs de midi car c’était le mot d’ordre du parti RESPE à ses électeurs, de se présenter aux urnes vers cette heure afin de pouvoir rester aux aguets, en dehors des cents mètres des bureaux électoraux ,et de surveiller non seulement les mauvais coups, mais aussi de veiller à la prise en charge du matériel de vote par les autorités compétentes en la matière.

J’interviens aujourd’hui, non pas comme membre du directoire du parti politique cité en référence, mais je le fais en tant que citoyenne consciente de l’ampleur de l’aventure dans laquelle certains opérateurs politiques veulent entraîner notre pays. Je ne peux pas rester indifférente à ceci, persuadée que mon intervention sera utile aux députées, députés, sénatrice, et sénateurs qui certainement ont encore le sens de l’honneur, de l’intégrité et du respect de soi.

Le choix de ce Premier ministre, plutôt inédit dans les annales politiques traditionnelles, fait couler beaucoup d’encre. Les commentaires vont bon train, les uns très intéressés, les autres assez pertinents dans leur argumentaire de partage des responsabilités de l’Etat. Je voudrais donc apporter mes réflexions personnelles, ayant été moi-même parlementaire, femme de loi, cherchant toujours à me mettre non seulement du côté du droit, mais aussi et surtout à prioriser l’intérêt national, à l’intérêt personnel.

Un Premier ministre a été désigné par le président de la République au regard de l’article # 136 de la constitution, qui stipule :

« Le président de la République, chef de l’Etat, veille au respect et à l’exécution de la constitution et à la stabilité des institutions. Il assure le fonctionnement régulier des pouvoirs publics ainsi que la continuité de l’Etat.>

L’article 137 stipule :

« Le président de la République choisit un Premier ministre parmi les membres du parti ayant la majorité au Parlement. A défaut de cette majorité, le président de la République choisit son Premier ministre en consultation avec le président du Senat et de la Chambre des députés. Dans les deux (2) cas, le choix doit être ratifié par le Parlement. »

Ceci étant mentionné, le président choisit son Premier ministre selon les normes exigées par la constitution. Le Premier ministre sera donc invité par les présidents des deux Chambres à faire le dépôt de ses pièces ; si elles sont conformes , le Premier ministre sera alors invité au Parlement, une seconde fois, pour présenter aux deux Chambres sa politique générale de gouvernement. Il se fera accompagner de son cabinet ministériel. Quoi de plus simple. Des lors pourquoi ces débats qui n’en finissent pas ? Certains parlementaires et dirigeants de partis politiques semblent ignorer toutes les lois qui régissent la matière. Ils réclament des postes ministériels sous prétexte de vouloir partager les hautes responsabilités découlant du domaine de l’Exécutif. A ce propos, des arguments se font dans la presse et dans les couloirs législatifs : « Le Premier ministre doit négocier, il doit être ouvert », « Le président doit consulter les blocs parlementaires », « il doit s’asseoir avec tel ou tel parti politique », « le gâteau doit être partagé », et on n’en finit pas. Quelle catastrophe ! FINALEMENT, quand allons-nous pouvoir nous élever à la hauteur des Hommes et des Femmes dont le serment à la constitution en fait de véritables artisans et défenseurs de son application ?

Quel est le rôle du Pouvoir législatif. L’ article # 111 de la Constitution précise : « Le Pouvoir législatif fait des lois sur tous les objets d’intérêt public ». Donc, le parlementaire a une fonction législative. Son rôle est de légiférer. Il bénéficie également du pouvoir de contrôle. Ces pouvoirs sont définis par l’article 129-2 : « Le droit de questionner et d’interpeller un membre du gouvernement ou le gouvernement tout entier sur les faits et actes de l’administration est reconnu à tout membre des deux chambres ».

Ceci étant compris, le parlementaire ne peut en aucune façon solliciter un poste de ministre au profit de sa famille politique, car, en aucun cas, il ne peut être juge et partie à la fois. Contrairement à ce que pense certains parlementaires, le Parlement n’est pas un espace d’exécution, il est un espace de réflexion et de débats favorables à l’élaboration de bonnes lois, un espace de décision et de contrôle sur la gestion des deux autres pouvoirs : l’Exécutif qui a celui d’exécuter les résolutions publiques et le Judiciaire, celui de juger et de rendre justice. Comme le stipule l’article # 59, les citoyens délèguent l’exercice de la souveraineté nationale à trois pouvoirs :

1) Le Pouvoir législatif
2) Le Pouvoir exécutif
3) Le Pouvoir judiciaire

Le principe de la séparation des pouvoirs est le seul vrai salut de toute société ordonnée, principe inspiré par un idéal de liberté et de justice et consacré par notre constitution. Ainsi pour reprendre Montesquieu dans l’Esprit des Lois, ch. 4, XI : « Pour qu’on ne puisse abuser du pouvoir, il faut que, par la disposition naturelle des choses, le pouvoir arrête le pouvoir ».

Je souhaite de tout mon être que les parlementaires cessent ces pratiques malhonnêtes et indignes de bloquer toute ratification d’un Premier ministre ayant toutes les pièces requises en la circonstance et qui jouit d’une bonne réputation ? Qu’il soit seulement jugé sur l’énoncé de sa politique générale et le verdict équitable et impartial s’en suivra.

Nous sommes à un carrefour décisif de notre vie de peuple ; la communauté internationale nous regarde et souhaiterait dorénavant être moins sollicitée. En parallèle, nous avons une jeunesse sur laquelle nous pouvons compter ; elle est prête, une fois encadrée, à investir toutes ses ressources à la reconstruction d’Haïti. Ne perdons donc plus de temps, mesdames, messieurs les parlementaires, vous savez aussi bien que moi que l’électorat, que vous avez l’honneur de représenter, vit leur quotidien dans des conditions épouvantables de misère. Il vous faut agir avec plus de célérité pour empêcher cet électorat de souffrir davantage. Concitoyens, concitoyennes, réveillons-nous, mettons-nous debout et marchons la tête altière et haut le front.

Port-au-Prince, le 3 juin 2011.
Evelyne B. Chéron
Sénatrice de la République 2006 –2008
Revenir en haut Aller en bas
 
Mes réflexions sur la conjoncture et le choix du Premier ministre
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti :: Haiti :: Espace Haïti-
Sauter vers: