Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

FOROM AYITI : Tèt Ansanm Pou'n Chanje Ayiti.
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  PortailPortail  ÉvènementsÉvènements  PublicationsPublications  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
-10%
Le deal à ne pas rater :
Apple TV HD 4K 32Go (2021)
179 € 199 €
Voir le deal

 

 Affaire d'Etat, gaspillage syndical

Aller en bas 
AuteurMessage
Maximo
Super Star
Super Star
Maximo

Masculin
Nombre de messages : 3182
Localisation : Haiti
Loisirs : football - Gagè
Date d'inscription : 01/08/2007

Feuille de personnage
Jeu de rôle:

Affaire d'Etat, gaspillage syndical Empty
MessageSujet: Affaire d'Etat, gaspillage syndical   Affaire d'Etat, gaspillage syndical EmptyMar 21 Juin 2011 - 7:02

Affaire d'Etat, gaspillage syndical



Environ une vingtaine des 102 autobus confiés par l'Etat à la compagnie SONI en février 2009 sont hors d'usage. On se sert des pièces des uns pour réparer d'autres. Cette politique soulève des inquiétudes chez des syndicats non membres du Groupe-13 pour avoir été à la base de la débâcle de Service Plus. Ces derniers réclament un audit de la gestion de cette société constituée rien que pour gérer les recettes de ces véhicules.



Haïti: La dernière fois qu'on avait entendu parler de la Société nationale d'investissements (SONI), c'était en novembre 2009, soit neuf mois après sa fondation. Les 13 centrales syndicales G-13, qui composent cette société montée en catastrophe à l'annonce de l'achat par l'Etat haïtien de 300 autobus se disputaient alors une allocation de la présidence et de la primature mal partagée. On parlait de 49 millions de gourdes, dont 39 millions accordées par le président René Préval et 10 millions par l'ancien Premier ministre Michèle Pierre-Louis, en subvention scolaire aux membres de ces centrales syndicales en été 2009.

Depuis, tout a paru revenir à la normale. Plus de tumulte, plus de pagaille, les dénonciations se sont tues et la compagnie qui gère, sous contrat, 102 des 300 autobus marche comme sur des roulettes en dépit du fait que cette société ne soit pas parvenue à moderniser le transport en commun comme elle l'avait annoncé.

« L'achat même de ces véhicules ne tenait que de la politique, fulmine Pierre Récinor Dumas, trésorier de la Centrale autonome des travailleurs haïtiens (CATH). Comment voulez-vous qu'une compagnie dont la fondation n'est motivée que par ces seuls autobus puisse durer. »

Et M. Dumas d'ajouter : « L'ex-président René Préval a utilisé ces véhicules comme son arme de corruption pour asseoir son pouvoir sur les syndicalistes ». Pierre Dumas précise que durant tout le mandat de l'ex-chef de l'Etat, aucun des syndicats non membres du G-13 ne pouvait entreprendre des activités sociales. « Ils étaient tous sous bâillonnement, dit-il. Car on boycottait et on menaçait les groupes syndicaux pour n'importe quoi. »

Pierre Dumas fait mention de trahison, de coups de gueule et même de mort de syndicalistes non impliqués dans les affaires de l'Etat réservées aux membres du G-13. « Miguel Saint-Louis, responsable de SOS Transport, a été arrêté, emprisonné puis assassiné au carrefour de l'Aéroport dans le cadre des activités de son institution », explique le syndicaliste, ajoutant la mort suspecte également de Marcellus André-Louis, de MSH.

La politique de destruction



Dix-neuf autobus sont abandonnés dans l'arrière-cour de la compagnie SONI. Les restes d'un de ces bus gisent parmi ces véhicules déjà oubliés sur le site qui devait servir de parking à la compagnie. On en prélève des pièces pour réparer d'autres, selon des garagistes. « Les bus sont maltraités, dit l'un d'entre eux. C'est ce qui explique qu'ils ne tiennent que deux ans à peine. »

« Cette pratique avait valu la destruction des autobus de la compagnie Service Plus aînée de SONI qui lutte encore pour sa survie, enchaîne M. Dumas. Les dirigeants veulent en finir avec le matériel afin de ne pas laisser de traces. Et dire qu'ils ne paient jamais les frais de l'Etat. »

Au garage où des mécaniciens s'attellent à réparer des autobus de plusieurs compagnies de l'Etat, dont Dignité et Service Plus, un lot d'autobus de SONI est en réparation. « Dieu seul sait si on va pouvoir trouver les pièces dysfonctionnelles sans tâter dans d'autres véhicules », s'inquiète le garagiste.

Quant aux responsables de SONI, qui jusque-là restaient très disponibles pour les médias, le silence est de mise. Les incessants appels téléphoniques non honorés et les rendez-vous ratés ne cessent de se multiplier.

Le temps de finir avec le syndicalisme d'Etat

« Le président Préval a passé tout son mandat sans faire face à une grève, uniquement parce qu'il a érigé son système de syndicalisme d'Etat », fait remarquer Montès Joseph, secrétaire général du Congrès des ouvriers d'Haïti (COH) et président d'un nouveau mouvement baptisé Unité d'action syndicale (UAS).

Pour M. Joseph, il est temps que l'Etat en finisse avec les pratiques d'achat d'autobus pour les confier à des syndicats amis. « M. Préval a répété en deux fois deux actions similaires en deux mandats et toutes deux se sont révélées des fiascos. Comment ne pas l'interroger sur ces pratiques qui puent la corruption, dit-il, avant d'exiger un audit de la gestion des autobus confiés au G-13 et des 198 autres confiés à on ne sait qui.

Pour en finir avec le syndicalisme d'Etat, Montès Joseph pense qu'Haïti a besoin de syndicats sérieux, aussi bien que de compagnies de transport en commun robustes. Mais pour ce dernier volet, le syndicaliste croit qu'il faut une ligne de crédits au lieu d'acheter des autobus pour les confier à des syndicats amis.

En 1996, se rappellent les syndicalistes, René Préval, alors président, avait entrepris de créer avec cinq syndicats proches du pouvoir "Service Plus", et en 2009 il s'est évertué à fonder avec 13 centrales syndicales la Société nationale d'investissements.


Lima Soirélus
lsoirelus@lenouvelliste.com
Revenir en haut Aller en bas
 
Affaire d'Etat, gaspillage syndical
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti :: Haiti :: Espace Haïti-
Sauter vers: