Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

FOROM AYITI : Tèt Ansanm Pou'n Chanje Ayiti.
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  PortailPortail  ÉvènementsÉvènements  PublicationsPublications  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Le Deal du moment : -33%
Philips EP2220/10 Machine Espresso automatique avec ...
Voir le deal
269.99 €

 

 I LIVE IN A MAN'S WORLD--- LE MONDE APPARTIENT AUX HOMMES

Aller en bas 
2 participants
AuteurMessage
Ina Marie
Senior


Féminin
Nombre de messages : 45
Localisation : Europe
Opinion politique : Libérale
Loisirs : Jogging
Date d'inscription : 18/06/2011

Feuille de personnage
Jeu de rôle:

I LIVE IN A MAN'S WORLD--- LE MONDE APPARTIENT AUX HOMMES Empty
MessageSujet: I LIVE IN A MAN'S WORLD--- LE MONDE APPARTIENT AUX HOMMES   I LIVE IN A MAN'S WORLD--- LE MONDE APPARTIENT AUX HOMMES EmptySam 2 Juil 2011 - 10:48

I LIVE IN A MAN'S WORLD--- LE MONDE APPARTIENT AUX HOMMES DESS_081022-193149

I LIVE IN A MAN'S WORLD

I live in a world of violence. I live in a world of pain, of sadness. I live in a world of rape and coercion.

I live in a mans world.

I live in a world where the normal man is masturbating to Hustler magazine and gonzo movies. I live in a world where I watch women be relegated to body parts for the profit of males.

I live in a mans world.

I live in a world in which men buy our bodies for sex. I live in a world that sees its men masturbating to rape, violence and underage sex with women.

I live in a man’s world.

I live in a world in which women are being forced to act out the painful, degrading images that men view and want from us. A world in which the men are able to walk away from Nike shoes but not from the degradation of women.

I live in a mans world.

I live in a world where empathy is given only to men. A world in which men expect women to allow them to have anal sex with them and who use it as a means to degrade the woman they’re with.

I live in a mans world.

I live in a world in which the women do it for the amusement of men.

I live in a world where it’s perfectly normal and acceptable for a man to fantasize about children and rape.

I live in a world that tells me orgasms are worth more than lives. Where everyday men tell me I’m a prude and a fascist for feeling empathy for women and their degradation.

I live in a mans world.

This is the world I live in, this is the world I wake up to every day. A world in which orgasms are worth lives and the right to abuse women is touted as Free Speech to protect the interests of the men who wish to harm them, control them, dominate them.

I live in a world in which the most popular pornographic movie ever made, Deep Throat, starred a slave. A woman who ran from her abusive husband and whose husband then dragged her back, a world in which the men in her life forced her to have sex with animals, with objects and it is touted as a ‘Right’ for men to view this.

I live in a world in which 4 men can ejaculate on a woman’s face and it is called empowering. A world in which men have taught our daughters that it’s appropriate and right for our sexuality to be used as men see fit.

I live in a world in which No doesn’t mean No. A world in which women die and are raped and beaten by men. A world in which the screams of the sex slaves and the cries of the prostitutes and porn queens are forever silenced.

I am amazed at the world in which I live. I am amazed that so many of our brothers and fathers are quick to organize boycotts and political protests against the injustices surrounding them. Except when it comes to women.

I am saddened by a world in which our bodies become commercialized. In which our sex is on display. I’m saddened when another woman tells me her story of being forced to act out scenes in pornographic movies and magazines with men.

I am saddened that our fathers, brothers and husbands do not care.

I am hurt that our pain is ignored. I’m afraid of the man who looks at pornography, afraid of what that man may ask of his wife or girlfriend later that night. I am afraid for his partner, afraid for her pain and her degradation. If you look at porn I fear for the women in your life. I fear for their safety, I fear for their self-esteem and their state of mind.

I fear for the safety of our children when men sexualize children and place them, like so many lambs to the slaughter, upon the alter of Male Pride and ego. It frightens me that men do not want to save their mothers and sisters from the pain of rape. It saddens me that they say they are against rape and then help themselves to pictures of women being raped but never volunteer to work at a rape crisis center.

I live in a world of doublespeak. A world of free speech for the ones who can afford it at the expense of the most vulnerable in our society.

Men, in our society, do not care about women and it hurts me because I believe they can care about us. I hear the words from the men and they ring, large and hollow in my ears. The empty excuses crafted to protect their freedom of speech at the expense of women and children’s lives.

I feel defeated by a culture in which I am leered at, whistled at and abused in front of men and they turn their heads from me.

It saddens me that I am expendable to my lovers, brothers and husbands.

It creates a void within me when yet another man stands upon the podium of male power and tells the women who have felt the vicious sting of their pride that we are prudes.

Are we prudes because we cannot, will not tolerate your idea of our sexuality? Are we prudes because we hear the women screaming and we cannot handle the sound of it? Are we prudes or are you just sick?

What does it say about you? What does your porn say about you? Does it say that you have empathy for people? I think not. Does it say that you have compassion and understanding for women? No it doesn’t.

If I were a man I would live in a world that told me I was better than half of the population. If I were a man I could take my power from women around me. If I were a man I could get off to images of women being degraded and dehumanized and it would reaffirm my place as superior in this world. If I were a man I could walk down the street unmolested, in comfortable clothing, unafraid of rape, of men taking my sex.

If I were a man I could scream from the rooftops that I was against rape and then, in private, I could masturbate to rape. I could tell people that I was against torture and abuse of children and women and then, I could go on my merry way and not bother with helping them, it is, afterall a ‘Woman’s issue’. I will have done my part to simply speak out against it, acting against it is something I would have the luxury of not bothering with.

If I were a man I could go to church on Sunday and show everyone just how pious and godly I was before going home and getting on the internet and looking up, “Hot teen pussy”.

But I am not a man. I am a woman and I cry when I hear another story of abuse and degradation at the hands of someone’s lover or father.

These men who choose not to help, these men who claim they are for women’s rights, that they are against rape, have rarely stood out from the crowd to contest the offenses. I go to a rally and I see no male faces in the sea of women. I go to the shelters and I see no men working towards ending the suffering of women and children. The faces aren’t there, or they are there in such small numbers that it boggles my mind.

I know that men don’t care. I live in a world in which I know I am expendable to men. My suffering remains unheard by men though they readily absorb the falsified cries of delight from a woman who is being penetrated by 2 men.

This world is a scary world, it is a large world and it eats us alive. Women are born into this world and labeled as girls first and foremost. We are trained to behave in the ways that men have decided we should behave. Women fear the night, we fear the streets and we hear your message, You do not care about us.

We hear that message loud and clear. We hear it every time you say you hate rape but continue to engage in behavior that puts you at risk of masturbating to someone’s rape. Some woman’s degradation. We hear you say you hate rape but hear you say that ‘nagging’ a woman to have sex with you is a-ok.

We hear your message and we are saddened, angry, frustrated at your ignorance and selfishness. We are unable to understand how you can cry against the abuse of women and yet turn your face from the eyes of the porn star, the eyes that are dead and empty. We hear your excuses and we see them for what they are, excuses.

We are puzzled that you are so angry about Iraq, so infuriated about the Iraqi war, and yet, you are not horrified at the rapes being played out every day on your favorite free internet porn site. We are horrified and your silence scares us.

But there are some among us who refuse to be silenced. Despite our fear and despite knowing that your hands hit and your dicks stand ready to rape us we walk. We are willing to walk amid you, willing to fight you and scream at you, to tell you that you remain deaf to us, to our suffering, as long as you remain in the grip of pornography. There are those among us that do this work, who speak against it and you hate us for it. You wish us death and call us names.

We hear your message. We hear that you are saying we are expendable and it saddens us and makes us afraid and confused that our lovers and brothers can look at us so angrily, that they can be so cruel and cutting, all for a picture of a woman being raped.

We are shocked at your inability to understand rape and molestation. How you can eagerly say that women who are posing in your pictures do so of their ‘own free will’ when that free will entails a history teeming with rape, abuse and molestation. That you can so readily convince yourself that their ‘free will’ is actually free after a life of being primed to be degraded.

Quite frankly we are appalled at your behavior; we are saddened to see that our boys, whom we’ve raised with the love of a woman, have turned into such heartless creatures. So far removed from females that our rapes and our pain is dead to you. That you would look at a girl being posed in your photos and get off to them knowing that they have spent a lifetime being abused and hurt by men, that you would call this ‘free will’.

We see you rise up against manufacturers that use child labor. We see you boycott Wal-Mart when it comes out that they’ve locked illegal immigrants into their stores overnight. But never do we see you stand in solidarity with women when it comes to the largest violators of our rights. The Pornographers and the Pimps.

Instead you cry out, “We just need to stop the abuse! No reason to throw away an entire industry because of a few rapes!” You scream it indignantly while never giving the same to Wal-Mart or Nike or Reebok shoes.

I ask you this, you say that the industry is salvageable. That one bad apple doesn’t spoil the bunch. What I ask of you is how much sewage do you need in your wine before you throw the wine away? You tell us everyday that the entire barrel could be sewage, that over 50% of it could be sewage and yet you drink that wine and claim we should keep it.

We are confused as to why you hold these things so dearly, though, when we think about it we understand that you are afraid. You fear women and you fear the power of women. You fear that we are as good as you, as decent as you, as worthy as you and those of us that walk among you tearing the filth from your hands scare you the most.

We understand. And, to us, you matter.

You matter because you are our brothers and fathers and lovers and your fear is as palpable as the fear of the woman you slobber over in your glossy pictures or on your dirty computer screens. We rise up with you against the Iraqi war. We fight by your side to end the humiliation of the Iraqi people, yet, for our fight, you are not there. You refuse to stand in unity with us because there is power in your pictures.

Yes, there is power in porn. There is power in a medium that seeks to destroy us for your gain, for your benefit. You probably turn to it when you’re stressed, when you’ve had a bad day at work, when your wife scolds you for something. You probably turn to it when you’re feeling powerless because it tells you the lies you want to hear. The lies that make you feel better about being a man, the lies that tell you that women like to be hurt and degraded.

I live in a dangerous world. A world in which I have been raped, punched, strangled and tortured. A world in which my sex has been bought and sold like so many loaves of bread. I live in a world in which pornography has been used to rape me, to hurt me and to rape and hurt so many unheard thousands of women that their screams become ineffective. We hear your message. When you tell us, “Not in MY porn”, when you tell us that you have “Good porn!”. When you earnestly try to tell us that you have a RIGHT to your porn we hear your message,

We do not matter
Revenir en haut Aller en bas
Ina Marie
Senior


Féminin
Nombre de messages : 45
Localisation : Europe
Opinion politique : Libérale
Loisirs : Jogging
Date d'inscription : 18/06/2011

Feuille de personnage
Jeu de rôle:

I LIVE IN A MAN'S WORLD--- LE MONDE APPARTIENT AUX HOMMES Empty
MessageSujet: et encore, je m’retiens !    I LIVE IN A MAN'S WORLD--- LE MONDE APPARTIENT AUX HOMMES EmptySam 2 Juil 2011 - 11:16

Petites sœurs,

Moi ça fait un moment que je suis là. On ne peut pas dire que j’aie tout accepté, mais je me suis habituée à ma vie de femme chez les hommes. Je suis une femme parmi les femmes, c’est-à-dire une femme qui, comme toutes les autres, vit chez les hommes. Car le monde appartient aux hommes. Aux hommes avec un grand H. Il n’y a pas de femmes avec un grand F. Je suis d’une espèce domestique, d’un peuple sans Histoire, sans héros, sans aventures et sans légendes. Je suis d’un peuple qui n’a pas découvert l’Amérique, qui n’a pas inventé le moteur à explosion, qui n’a pas écrit de symphonies. Je suis du peuple qui a porté dans ses flancs les auteurs de toutes ces merveilles humaines. Je suis du peuple qui leur a fait à manger, a lavé leur linge, soigné leurs plaies. Nous sommes des fabriques de génies, mais jamais nous n’avons pu être des génies nous-mêmes. Nous les avons mis au monde, nous les avons nourris du lait de nos poitrines, nous leur avons chanté des berceuses. Nous avons répété les mêmes gestes pendant des millénaires, et on peut imaginer qu’une femme de l’âge de pierre trouverait un langage commun avec une femme du xxe siècle, américaine ou papoue, parce que certains gestes n’ont pas changé. Parce que les gestes éternels de soins aux nourrissons sont restés au long des siècles le carcan qui délimitait nos journées, et donner le jour notre destin figé. Joli parfois, triste souvent. Il fut un temps où la mortalité maternelle décimait les filles de vingt ans. La grossesse était un risque mortel, et la grossesse, c’était tout le temps. Nos aïeules étaient en danger de mort permanent.

Croyez-vous que ça leur ait valu la moindre solidarité de la part de ceux à qui elles faisaient l’amour ? Non. Au contraire. La loi de la jungle ne concerne pas que les animaux. Malheur aux perdantes. Les vainqueurs ne nous ont laissé faire que ce qu’ils ne pouvaient ni ne voulaient faire eux-mêmes et ont inventé que ça nous faisait plaisir. De notre souffrance ils ont fait un destin. Celles qui se sont aventurées à protester ont été, par la force et la violence, réduites au grand silence des peuples vaincus. Je regarde les petites d’aujourd’hui, mes petites sœurs, les héritières de siècles de servitude absolue, et je ne voudrais pas qu’elles se fassent avoir par tous les vieux trucs qui nous ont fait marcher du pied gauche dans l’Histoire depuis toujours. Je pense à vous les petites sœurs et mon cœur fond. Je voudrais vous protéger, vous mettre à l’abri. Nous revenons de si loin, nous avons gagné tant de terrain, la route est encore si longue. Vous avez cinq, huit, douze ou quinze ans, vous allez avoir affaire pendant de longues années à un rapport de forces défavorable. Vous allez naviguer vent debout, face à la logique masculine. Qui est par la même occasion celle du système. Faut vous y faire. Mais faut pas vous laisser faire. C’est pas facile. J’aimerais vous aider, vous tendre la main. Par solidarité. La solidarité entre filles, ça s’appelle la sororité. Et la sororité, si on nous laisse jamais le loisir de l’exprimer, c’est aussi beau que la fraternité.

Bonne chance les filles, la planète est un peu pourrie pour nous autres, mais c’est la seule qu’on a et rappelez-vous toujours qu’on a du bol quand même, ça aurait pû être pire, bien pire. Quand vous sortirez des jupes de vos mères, des jupes qui vous ont tenu chaud jusqu’à maintenant, n’oubliez pas que dehors c’est le monde des hommes. Un monde qui n’est pas et n’a jamais été fait pour vous. C’est dur ? Dangereux ? Oui, mais c’est aussi votre chance, une chance inouïe. Les hommes se plaignent souvent que le monde moderne ne leur offre plus d’aventure avec un grand A, plus d’Amérique, plus de frisson. C’est vrai pour eux, car les enfants trop gâtés n’ont plus de désirs. Mais pour vous, la vie, la simple vie, est encore une conquête, une aventure, une vraie. Parce que vous êtes des femmes. Et qu’à l’aube du troisième millénaire vous êtes encore des pionnières, avec devant vous mille bastions, mille conquêtes, mille défis. Vous verrez, ça vaut le coup, la vie, quand on la vit comme on la rêve, comme l’ont rêvée nos aïeules quand elles n’avaient ni leur corps à elles, ni leur chambre à elles, ni leur nom à elles... Je vous salue, les petites, vous êtes les plus belles du monde, vous méritez et je vous souhaite tous les bonheurs. À vous !
Revenir en haut Aller en bas
Ina Marie
Senior


Féminin
Nombre de messages : 45
Localisation : Europe
Opinion politique : Libérale
Loisirs : Jogging
Date d'inscription : 18/06/2011

Feuille de personnage
Jeu de rôle:

I LIVE IN A MAN'S WORLD--- LE MONDE APPARTIENT AUX HOMMES Empty
MessageSujet: controverse sur l’existence du prince charmant    I LIVE IN A MAN'S WORLD--- LE MONDE APPARTIENT AUX HOMMES EmptySam 2 Juil 2011 - 11:38

par françoise guérin

Il était une fois, une grand-mère qui parlait à ses petites filles, réunies autour d’elle...

Faut-il le dire aux petites filles ? Le Prince Charmant n’est qu’une hypothèse. Son existence n’est attestée par aucun scientifique digne de ce nom, ni aucun témoin crédible. J’ai dit crédible, Charlotte ! Le témoignage de la Belle au Bois Dormant, c’est un peu léger, non ? Elle l’a vu, elle l’a vu ... Faut voir ! Peut-être qu’après une sieste de cent ans, elle n’était pas bien réveillée... Allez savoir ! Et si elle s’était trompée ? Elle a peut-être cru voir le Prince Charmant, et ensuite, elle est allée raconter ça à tout le monde ! Vous imaginez la scène, lorsqu’elle s’est levée d’un bond et a couru partout en hurlant : Je l’ai vu ! Il est venu ! C’est le Prince Charmant ! Il m’a embrassée ! On va se marier et on aura plein d’enfants ! Nananère ! Et qu’ont fait les autres, à votre avis, devant cette folle échevelée, dans sa robe poussiéreuse et froissée ? Ils ont applaudi, trop polis ou trop veules pour dire le fond de leur pensée. Le Prince Charmant, on n’est pas sûr, vous savez... Oui, c’est à toi que je parle, Manon. A toi, à tes copines Lolita et Samia. Et à toi aussi, Charlotte ! De quelle couleur tu la veux, ta panoplie de princesse ? Rose ? C’est original, ça...

Le Prince Charmant n’existe pas. En tous cas, il n’habite pas le quartier. Assise sur le banc du square, Christine regarde passer les hommes. Ce sont des pères, des grands-pères, des oncles ou des frères. Pas l’ombre d’un Prince Charmant. Peut-être qu’elle ne regarde pas comme il faut ? Elle pose sa poupée sur le banc et se force à les dévisager. Là, c’est Pierrot qui rentre du chantier. Il a de la peinture dans ses cheveux gris et de la fatigue dans ses yeux. La fatigue, Pierrot la traîne du lundi au dimanche. Elle l’a rendu triste et presque laid. Pourtant, à vingt ans, Pierrot avait tout du Prince Charmant. Christine le sait car elle a vu la photo de son mariage avec le costume sombre, la mèche brillante sur son front et la petite moustache à la Clark Gable. A son bras, une fille jolie comme un cœur, avec des fleurs et un voile de mousseline dans les cheveux. C’est sûr qu’on ne reconnaît pas bien Bernadette, sur la photo. C’était il y a trente ans. Depuis Clark Gable s’est fait la tête de Jacques Balutin. Ca lui va moins bien... Tiens, ça, c’est le père d’Emilio. Ni prince, ni charmant, quand il rentre ivre mort et qu’il vomit sur le paillasson. Emilio tremble dès qu’il le voit s’approcher. L’habitude des taloches... Là, c’est Rachid et Georges. Ces deux là ne prient pas le même dieu, mais, question filles, ils pratiquent la même religion. Celle des caves poisseuses, des gamines brutalisées, menacées, bafouées, humiliées. Leur hypocrisie de mâles mal éduqués s’accommode formidablement bien des paradoxes, lorsqu’ils salissent avec hargne celles dont ils implorent la pureté. Le voile, ils l’ont devant les yeux. Il les empêche de voir que le monde a changé et qu’un jour ou l’autre, ces filles là leur exploseront à la gueule. Certaines relèvent déjà le nez, se battent pour exister... Et les autres ? Qu’est-ce qu’elles attendent, les autres filles, tellement écrasées qu’elles n’imaginent même pas être sujets de leurs vies ? Peut-être qu’il faudrait leur dire, pour le Prince Charmant ? Qu’un Prince Charmant, ça n’engrosse pas les filles, à la va-vite, dans un garage à vélo pour mieux les répudier après. Qu’un Prince qui n’a pas le courage d’entrer dans une pharmacie pour acheter une boite de 6 et qui n’est pas fichu d’enfiler correctement un préservatif, ne vaut peut-être pas la peine qu’on s’y attarde trop. Ce Prince là, il y a fort à parier qu’il ne se lèvera pas, la nuit, quand ses mômes auront de la fièvre. Il ne se lèvera pas pour débarrasser la table, ni pour aller chercher lui-même sa bière pendant le match, ni pour aider un pote. Encore moins pour aller voter. Un jour ou l’autre, il ne se lèvera même pas pour aller bosser. Un type assis qui n’a pas été informé de la fin de la domesticité... Ca intéresse quelqu’un, un Prince Charmant vautré sur son canapé ? Il faut croire... S’il n’existait pas des générations de petites princesses conditionnées à tout accepter, l’espèce finirait bien par disparaître ! Il suffirait que les filles boycottent le produit et, instinct de survie oblige, les Princes seraient contraints d’évoluer pour se reproduire... Ils finiraient par apprendre à leurs mômes l’usage des mots et du latex ! Encore un petit effort, Prince Charmant : Tout est écrit sur la notice, il y a même des dessins. Rien ne t’empêche de t’entraîner avant le jour J. Ca manque de romantisme mais une hépatite, le SIDA ou un gosse à 17 ans, ça te fait rêver, toi ? C’est un petit bout de caoutchouc, le préservatif mais ça peut se révéler un test bien utile pour savoir à qui on a affaire...

Le Prince Charmant n’existe pas. Ou bien, il a raté son bus ! Ou alors, il a été retenu dans une autre histoire, enfin, quoiqu’il en soit, il n’est pas encore arrivé. Christine l’attend. Elle a rendez-vous à 19H00, c’est un peu tard pour le Prince Charmant mais il a foot le mercredi. Le Prince Charmant joue avant-centre. Christine l’attend, à l’arrêt de son bus. Elle se repasse, pour patienter, leurs derniers baisers. Celui de la cage d’escalier de la tour B (pas mal...), celui du palier du 2ème étage, quand la minuterie s’est éteinte... Celui... Le bus arrive mais pas de prince. Tant pis, elle attend le suivant. Le suivant... Le suivant... Il fait nuit. Elle consulte sa messagerie, des fois qu’il aurait l’idée de la prévenir. Rien. Christine remonte la glissière de son blouson et se décide à rentrer. En passant près du square, trois types assis sur un banc la sifflent et lui proposent de se livrer, avec eux, à des jeux qui ne la tentent pas... Comme elle ne répond pas, il la traitent de salope et crachent leur bêtise sans retenue. Christine presse le pas, la peur la traverse de part en part. Les trois types s’excitent, s’égosillent, se débraguettent, la poursuivent pour rire. Ils sont en bande, ils se sentent forts et ils sentent fort : des hommes, des vrais ! Ils ne prennent même pas la peine de faire croire à un quelconque sentiment et n’ont pas fini de s’étonner de ce qu’un vagin a une bouche pour dire non et des jambes pour courir ! Car Christine court, le ventre noué, le cœur en bataille. La trouille. Les types hurlent, lui jettent quelques pierres, une petite lapidation de rien du tout ! Ils la poursuivent en rigolant, jusqu’à ce qu’un bus s’arrête à sa hauteur. Elle grimpe, essoufflée. La conductrice lui adresse un de ces regards qu’on n’oublie pas avant de refermer la porte au nez de ses agresseurs. Christine éclate en sanglots, elle tremble de colère et d’effroi. Il lui semble qu’elle ne retrouvera jamais son souffle. Les trois types tambourinent contre la porte du bus qui redémarre, hurlent leur haine à celle qui a cru possible de leur résister. Décidément, il y a des Princes Charmants qui se perdent...

Le Prince Charmant n’existe pas, ou bien c’est un alibi pour tous les autres. Une entourloupe pour faire tenir les filles tranquilles pendant que le loup les dévore. Christine fait la queue au Bureau des Entrées, sa carte de sécu à la main. Elle est seule. Quand elle a annoncé au Prince Charmant qu’elle avait du retard, il s’est moqué d’elle ! Puis, il l’a traitée de garce ! Elle l’avait trompé, c’est sûr !

Le gosse peut pas être de moi, criait-il furieux, on l’a fait qu’une fois !!! Parce qu’en plus, il est crétin, le Prince Charmant. Il a des millions de spermatozoïdes en pleine force de l’âge, tapis dans chaque goutte de son sperme et il croit quoi : que la première fois, ils vont se contenter d’une répétition générale ?

Y a un ovule, là, chef !

Oui mais on ne rentre pas, mon vieux. C’est que la répét ! On règle l’éclairage et, en plus, on n’a pas les costumes !

Ah ! Bon. Si vous le dites, Chef. Repli Général ! On retourne d’où on vient !!! Christine a le ticket 212. Encore 6 personnes, devant elle. Elle voudrait bien s’asseoir mais il ne reste pas une chaise libre. Elle a mal au ventre. C’est l’appréhension, sûrement. Plus que 5 personnes. Une dame, très enceinte, la frôle, s’avance vers le guichet. Christine détourne le regard. Elle a envie de pleurer. Elle songe au Prince Charmant qui lui a dit de se débrouiller. Les I.V.G., c’est des trucs de gonzesse ! En plus, c’est pas de sa faute à lui, quoi, elle aurait pu faire attention ! Et quand elle lui a demandé de l’accompagner, il lui a rappelé qu’il avait entraînement de foot. Ca c’est indiscutable. Bon Prince, il lui a filé deux tickets de bus : un pour l’aller et l’autre pour le retour. Au prix où est le bus, elle n’a pas à se plaindre ! Numéro 210. L’angoisse de Christine la vrille et elle frissonne malgré la chaleur de la salle d’attente. Plus que deux personnes et elle enregistre son entrée. Elle est presque à douze semaines. Le temps de comprendre ce qui lui arrivait, de savoir où s’adresser et d’obtenir les rendez-vous, tout s’est passé si vite... Au centre, on lui a expliqué : les formalités, le déroulement de l’intervention, comme ils disent, et qu’elle devra surveiller sa température pendant plusieurs jours, signaler toute hémorragie et prendre les comprimés qu’on lui a remis pour réparer la muqueuse de son utérus. Elle sait tout et rien de tout cela n’a de sens pour elle.

NUMERO 212 ! clame une voix sonore, derrière le guichet. Christine s’avance, les jambes molles, tend le papier qu’on lui a donné. Elle a honte, soudain, comme si la foule, qui se presse autour d’elle en attendant son tour, savait ce qu’elle va faire. Pourtant, la psychologue qu’elle a rencontrée dans son parcours d’I.V.G. l’a mise en garde contre cette culpabilité qui, lui a-t-elle expliqué, ne lui serait d’aucune utilité.

Ne perdez pas votre énergie à regretter votre geste, lui a-t-elle dit doucement, en lui serrant la main. Au contraire, usez-la pour vous battre afin que cela ne vous arrive plus jamais. Vous pouvez choisir d’être responsable de votre vie et de votre fécondité. Ne laissez jamais personne décider à votre place ! Christine sursaute, la dame derrière son guichet s’agite, lui parle et elle n’a rien entendu. Au hasard, elle tend sa carte de sécu.

YVETTE ! beugle soudain l’employée en se levant de son siège pour interpeller sa collègue de l’autre guichet. C’EST QUEL CODE, POUR LES I.V.G. ? Je l’ai pas sur mon écran. Christine blêmit. Cette fois, c’est sûr, tous les regards sont braqués sur elle. L’employée se rassoit, comme si de rien n’était, comme si elle ne venait pas de transgresser le secret médical auquel elle est assujettie. Elle a trouvé le code informatique qui résume en trois chiffres ce que Christine va vivre et porter seule : L’angoisse, la douleur, le désarroi et la honte. Comme si elle ne guettait que ce signal, une dame se lève, près de la porte. Une dame bien mise qui semblait attendre son tour. Erreur, elle attendait sa proie. Christine le découvre lorsque la dame l’accoste, sourire de madone et poigne chaude sur son bras. L’employée, derrière son guichet, les regarde, complice. Christine baisse les yeux sur ses mains où la vierge éthérée, en bleu marine et foulard beaux quartiers, a glissé une petite brochure. Cette brochure parle de l’I.V.G. Elle est illustrée d’un mini cercueil orné d’une photo de fœtus. Christine défaille, les mots lui sautent au visage. Génocide ! Sauver l’enfant à naître ! La dame lui serre le bras et l’entraîne au dehors. Christine sent son souffle ardent tandis qu’elle lui parle, d’un ton doucereux et autoritaire, de crime contre l’humanité et de la lutte des esprits du bien contre le mal.

Ici, martèle-t-elle en traversant la cour de l’hôpital, on tue des bébés. De pauvres êtres innocents... Christine tente de se soustraire à sa poigne, cette femme lui fait peur, comme lui fait peur la dizaine de personnes rassemblées devant la porte du centre d’orthogénie où elle a rendez-vous. A leur approche, ils entonnent des cantiques. Christine, la vue brouillée et le corps en débâcle, perçoit des regards incisifs, des lèvres menaçantes. La dame n’a pas lâché son bras et la couvre d’un flot de paroles qu’elle voudrait ignorer.

Laissez-moi... supplie Christine, d’une voix rauque qu’elle ne reconnaît pas.

Pas question ! répond l’autre qui continue de lui jeter à la figure des mots meurtriers. Le vigile de l’hôpital les observe sans intervenir. Les visages valsent, autour de Christine. Visages inquiétants, yeux hallucinés, croix, cardigans, cheveux sages, soutane et col romain. Elle en a le tournis. Elle essaye, une fois encore, d’arracher son bras aux griffes qui l’enserrent...

Je... J’ai rendez-vous, balbutie-elle, laissez-moi... A sa grande surprise, l’autre lui libère le bras. Au bord du malaise, elle s’avance vers le petit groupe qui fait front et se resserre pour l’empêcher d’entrer. A présent, ils sont immobiles et silencieux, une muraille immuable contre laquelle elle s’acharne en vain.
Laissez-moi passer ! supplie-t-elle en tentant de capter les regards qui s’échappent et la traversent. Je ne peux pas garder ce bébé... Ils sont figés, leurs yeux ne cillent pas. Derrière eux, la porte s’ouvre, une infirmière apparaît sur le seuil.

Laissez-la entrer ! intime-t-elle en les repoussant. Vous n’avez pas le droit d’empêcher la circulation des patients. Personne ne fléchit. L’infirmière insiste, menace d’appeler les forces de l’ordre.

Je ne reçois d’ordre que de Dieu, répond le col romain d’une voix grave. L’infirmière, impuissante, part téléphoner. Christine a envie de vomir. Son ventre est de pierre et les mots tambourinent sur son crâne comme les trois salauds contre la porte du bus. Quels qu’ils soient, il y a toujours des gens pour penser qu’ils ont pouvoir sur l’autre, sur le corps de l’autre, surtout si cet autre est une femme ! Ils n’ont pas tous le même visage, mais ils ont été façonnés avec les mêmes mots, les mêmes idées patiemment dupliquées, instillées, avec douceur ou brutalité, par-delà les générations. Sans doute sont-ils victimes, eux-mêmes, de la manipulation de ceux qui veulent tenir le monde dans leurs paumes... Imposer la prétendue loi de Dieu à la place de celle des hommes... Régner par la violence ou la terreur... Asservir l’humain à leur profit...

Christine est à cent lieues de ces considérations. Elle a quitté brusquement l’hôpital en se tenant le ventre, submergée par la nausée et la détresse.
Qu’est-ce qui va se passer, Samia ? C’est ça que tu veux savoir ? A ton avis ? Ca finit comment, les contes, rappelle-toi...

Le Prince Charmant n’existe pas. Ou alors, il n’est pas en vente libre. D’ailleurs, c’est écrit sur le paquet : L’abus de Prince Charmant nuit gravement à la santé. Christine en sait quelque chose, qui traîne son ventre au rayon layette du centre commercial. Après sa rencontre chaleureuse avec le commando anti-I.V.G., elle n’a plus remis les pieds à l’hôpital. Mais elle entend leurs cantiques fourbes jusque dans ses rêves. Elle a gardé le bébé, affronté ses parents. Mieux : Les deux familles se sont entendues pour unir leurs rejetons, ajoutant au malheur de ce bébé indésirable, le malheur d’un couple sans avenir. L’honneur des lignées est sauf, qu’importe si c’est au prix du ravage de trois vies. Christine est résignée. Le malheur gigote dans ses entrailles qui ne sont nullement bénies. Si c’est un gars, on l’appellera Domination, si c’est une fille : Renonciation.

Le prince Charmant, c’est l’opium des gamines à qui personne n’a appris qu’elles devaient d’abord compter sur elles-mêmes. Se construire un avenir avant de le partager avec un autre. Connaître leur corps avant d’y laisser entrer n’importe qui. Faire quelque chose de leur vie avant d’en faire une autre. C’est un piège pour les garçons, aussi, figés dans des rôles, des stéréotypes qui leur vont, parfois, comme un pull-over à une girafe.

Le Prince Charmant, c’est comme le trou dans la couche d’ozone, ça concerne tout le monde et tout le monde agit comme si c’était la faute de l’autre. Christine espère que son Prince changera, qu’il finira par mûrir...
Qu’est-ce que tu en penses, toi, Lolita ?
Peut-être, si elle demande à sa marraine, la fée, de l’aider...
Mes petites filles, il est temps que quelqu’un vous le dise : Les Princes se transforment plus volontiers en crapauds que le contraire.

Le Prince Charmant n’existe pas. En tous les cas, il ne traîne pas devant l’évier. Le Prince Charmant est soluble dans l’eau de vaisselle, c’est un fait constaté dans bien des foyers. Le Prince Charmant taille petit, question partage des tâches. Si j’osais, je dirais que les taches se répartissent de la façon suivante : Il les fait, elle les essuie. J’entends tout de suite les protestations de celles qui ne se livrent pas à leur colère :

Tu exagères, moi, mon Prince Charmant, il m’aide, à la maison ! Qu’est-ce que je disais ! Voilà les résignées de service qui se croient responsables en chef de la serpillière et parviennent à se réjouir d’être aidées, là où le seul mot acceptable est partage équitable. Il y a des leçons de génétique à réviser : sur quel chromosome, exactement, se situe le gène de l’aspirateur et de la balayette des chiottes ? Quelle anomalie génétique peut bien justifier qu’une moitié de la planète asservisse l’autre avec une bonne conscience émouvante de naïveté ? Et qu’est ce qui pousse près de deux milliards de petits chaperons rouges à se jeter dans la gueule du loup et à accepter sans sourciller que la grand-mère ait de grandes oreilles et un poil dans la main, question tâches ménagères ? J’entends déjà les inconditionnels du conditionnement hurler au loup, (sans blague !) et dire que Christine est libre, si elle le veut, de refaire sa vie ailleurs... Oui, c’est vrai, elle est libre. Elle peut prendre les trois gosses, un bout de valise et son livret de Caisse d’Epargne et demander un logement H.L.M. dans la ville d’à côté. Elle peut. Elle pourrait... Il suffirait de ressortir les onze C.C.B. qu’elle cache dans sa boite de couture, là où jamais son Pince Charmant, son Tape Crûment, son Cogne Méchamment n’aurait l’idée de les chercher. Il suffirait qu’elle porte plainte... Christine pose son torchon pour aller gronder son petit Prince de 9 ans qui joue à frapper ses sœurs avec le balai, pour qu’elles lui donnent leurs bonbons. Ces gosses, quelle imagination ! On se demande où ils vont chercher tout ça ...

Le Prince Charmant est un lâcheur. Inutile de compter sur lui pour vieillir ensemble. Vieillir, ça le répugne. Sincèrement, vous en avez lu beaucoup, des histoires de Prince Charmant à cheveux blancs ? Non, le Prince Charmant, vieillir, c’est pas son truc ! Du coup, il échappe ! A 45 ans, il trouve soudain du charme aux joues fraîches des soubrettes. Christine ne dit rien. Ca lui fait des vacances. Quand la minette en a assez du vieux barbon, elle le réexpédie, direction le Château Enchanté. Christine lui ouvre sa porte, histoire de ne pas finir seule. Quoique cela ne changerait pas grand-chose, après tout... Les gosses sont partis. L’aîné est en Centre Educatif où il apprend qu’on doit demander avant de se servir. Oui ! Même pour se faire une fille et même si ça presse ! Les gamines sont fiancées, à des petits princes sans ambition. La cadette attend son deuxième pour l’été. Le temps glisse sur leurs vies...

A 65 ans, le prince Charmant ne se souvient plus. Le docteur l’examine et conclut que ses neurones sont imbibés comme des cerises à l’eau de vie. Sa mémoire vive est saturée. Un truc épatant pour oublier que sa princesse avait déjà 100 ans, quand il l’a rencontrée. Et, à 70, il s’éclipse, sans payer la note. 10 ans plus tôt que Christine, sublime lâcheté. Ah, faut pas compter sur le Prince Charmant pour ranger avant de partir !
Elle n’est pas drôle, ton histoire, mamie...
C’est comme ça, Charlotte ! Et enlève les doigts de ton nez. Il faut apprendre les bonnes manières, ma petite fille, si tu veux te trouver un mari, plus tard...
Revenir en haut Aller en bas
Ina Marie
Senior


Féminin
Nombre de messages : 45
Localisation : Europe
Opinion politique : Libérale
Loisirs : Jogging
Date d'inscription : 18/06/2011

Feuille de personnage
Jeu de rôle:

I LIVE IN A MAN'S WORLD--- LE MONDE APPARTIENT AUX HOMMES Empty
MessageSujet: Re: I LIVE IN A MAN'S WORLD--- LE MONDE APPARTIENT AUX HOMMES   I LIVE IN A MAN'S WORLD--- LE MONDE APPARTIENT AUX HOMMES EmptyDim 3 Juil 2011 - 7:42

LE VIOL, PARCE QUE JE LE VAUX BIEN
Sur un site américain, Bernard-Henry Lévy persiste et signe à propos de l’affaire Polanski.

Ce que cette affaire illustre, c’est la persistance de comportements archaïques en matière de viol et le fossé considérable qui existe entre ces comportements et les textes de lois. Tant que tant ces archaïsmes persisteront, les lois ne seront pas appliquées et ne seront qu’un faux-semblant donnant aux femmes l’illusion que le viol est réellement réprimé alors qu’il ne l’est que de façon symbolique. Tant que ces lois ne seront pas appliquées, des victimes de viol confiantes en la justice intenteront des procès traumatisants qui n’aboutiront le plus souvent qu’à des non lieu ou à des condamnations dérisoires.

Rappelons que, dans notre société, le viol est le crime le moins puni : d’après les estimations les plus conservatrices, seul un viol sur 9 aboutit à une condamnation. Et les condamnations réelles sont le plus souvent très inférieures à ce que prévoient les textes de loi : sur le papier, le viol, c’est 15 ans de prison ; dans les cours de justice (et dans les medias), c’est à peine plus sérieux qu’un vol à l’étalage.

Dans son "Histoire du viol", Henri Vigarello souligne que sous l’Ancien Régime, il n’y avait jamais de procès pour viol visant des hommes importants. Parallèlement, les viols de femmes de milieux défavorisés et sans protection socio-familiale avaient des chances quasi-nulles d’aboutir en justice. Le cas Polanski illustre la rémanence de cette règle : dans les plateaux de la balance, les droits des hommes qui violent, s’ils sont importants, continuent à peser beaucoup plus lourd que les droits des femmes violées, si elles sont socialement insignifiantes.

Le fait qu’un Ours d’argent ait été décerné à Roman Polanski lors de la Berlinale (ce dont BHL se félicite dans l’article) envoie un message très clair : un viol sur une mineure de 13 ans n’est pas un crime assez grave pour ruiner le statut social d’un réalisateur consacré, d’un homme riche, célèbre et membre éminent de la jet set. L’Ours signifie : malgré ce viol, vous êtes toujours des nôtres, Mr. Polanski, vous restez un notable et vous avez toujours droit au respect et à la considération de la société et de vos pairs. Contrairement aux atteinte aux propriétés, les agressions sexuelles et violences envers les femmes ne "marquent" pas sur un curriculum vitae. Il est de notoriété publique que certains élus de tel ou tel parti se sont rendus coupables de violences sur leur compagne ou de harcèlement sexuel ; non seulement ils n’ont pas été poursuivis en justice mais la notoriété de ces comportements n’a en rien entravé leur ascension politique ni diminué leur popularité. S’ils s’étaient rendus coupables d’escroquerie ou de vol, comme cela a été allégué dans l’affaire Soumaré, les électeurs ne se seraient pas montrés aussi tolérants. Est-ce que l’Ours aurait été décerné à Roman Polanski s’il avait braqué une banque ou lynché un immigré ? On peut en douter. Le fait que les lois existantes sur le viol soient si mal appliquées est la conséquence directe de l’indulgence sociale dont bénéficient les violeurs. Corollaire du message : si vous commettez un viol et si vous faites partie de la jet set et/ou de l’intelligentsia, la solidarité des membres de votre groupe fera qu’il n’y aura guère de conséquences désagréables pour vous : non seulement, la justice ne vous poursuivra pas, ou mollement, mais grâce au soutien de vos amis hauts placés, vous ne perdrez pas une miette de votre réputation, pas un seul de vos contrats, pas une étoile de votre standing : vous continuerez à être invité partout, vous continuerez à tourner des films et à recevoir des récompenses, vous garderez votre chalet à Gstaad, votre famille vous entourera, vous resterez un pilier de votre communauté estimé de tous, exactement comme avant.

Les victimes de viol, elles, ne peuvent pas en dire autant ; souvent, c’est toute leur vie qui est dévastée : leur famille est traumatisée ou les rejette, leur milieu les stigmatise, leur équilibre psychologique est compromis, ce qui amène éventuellement la perte de leur travail, et ne parlons pas des ravages sur leur vie affective et leur sexualité. Une victime de viol sur 5 tente de se suicider ; les auteurs de viol, eux n’attentent pas à leur vie—parce que, contrairement à leurs victimes, ils en ont encore une. Contre toute évidence, BHL a le front d’affirmer que la célébrité de Polanski ne l’a pas protégé mais desservi dans cette affaire. Et il ajoute l’ignominie au mensonge en insultant ceux qui ont osé rappeller que les lois doivent s’appliquer aux privilégiés comme aux gens ordinaires et qu’il est anormal qu’un homme qui s’est rendu coupable de viol sur mineure s’en tire avec quelques semaines de prison préventive : d’après BHL, ces individu sont des salauds ("bastards"), rien de moins.

L’inversion de culpabilité est un procédé classique dans le discours justificatif des violences masculines : pour BHL, les salauds sont ceux qui dénoncent l’impunité des auteurs de viol, et la victime, c’est Roman Polanski, un grand artiste persécuté, un homme courageux qui a "refusé de se laisser intimider par la plèbe". L’indécence qu’il y a à présenter un auteur de viol sur une mineure comme un homme exemplaire, un modèle de force morale et de dignité, un martyr de la liberté face à une populace vindicative échappe manifestement à BHL.

Dont le choix de mots malheureux ("mob") trahit la conscience arrogante qu’il a de sa supériorité sociale : pour lui, il y a d’un côté la plèbe, la masse indistincte des gens ordinaires qui persistent à vouloir que le viol soit effectivement traité comme un crime et que justice soit rendue ; de l’autre, les êtres d’exception parmi lesquels il est transparent qu’il se range, de pair avec celui qu’il défend. Et faire partie des êtres d’exception, à ses yeux cela confère certaines prérogatives : la création d’une grande oeuvre, l’épanouissement du génie n’autorisent-t’ils pas à casser quelques oeufs, à abimer quelques vies (préférablement féminines) ? Est-ce que le fait d’avoir peint Guernica n’excuse pas, voire ne requiert pas, le comportement cruel de Picasso envers ses compagnes ? Que pèsent quelques femmes sans importance sacrifiées à l’accomplissement du grand homme ? Et BHL conclut : "finalement, c’est l’artiste et non la plèbe qui a le dernier mot". Et en effet, on dirait bien que c’est l’artiste (quand il est riche et célèbre) qui aura le dernier mot : plus le temps passe, plus la possibilité d’un procès s’éloigne et plus il est clair que ce viol n’aura finalement guère eu d’impact sur l’existence (confortable) et le standing (élevé) de Polanski. Pour lui, non seulement tout continuera exactement comme avant, mais avec le détachant miracle BHL qui fait disparaître toutes les taches, ça sera comme si ce viol n’avait jamais existé.

Hommes respectables et importants, vous n’avez aucune raison de réfréner votre goût pour les très jeunes filles et/ou pour les rapports sexuels forcés par souci de votre position sociale : le viol sur mineure, c’est facile, c’est sans risque et ça peut même vous rapporter une certaine considération, comme chaud lapin et vrai mâle.

(Im)moralité : le viol, parce que je le vaux bien ! Nonobstant ses gesticulations humanitaires et ses postures de champion des opprimés, en défendant Roman Polanski, BHL a choisi son camp, et c’est celui des prédateurs. Chez lui, le copinage entre individus du même monde parle plus fort que l’éthique et le respect des femmes. Protégé par son statut privilégié, il pense sans doute que ces sordides histoires de viols ne le concernent pas. Pourtant il a une fille qui, paraît-il, lui est chère. Aurait-il soutenu Polanski si c’est sa fille que celui-ci avait violée ?

Sporenda

Revenir en haut Aller en bas
Ina Marie
Senior


Féminin
Nombre de messages : 45
Localisation : Europe
Opinion politique : Libérale
Loisirs : Jogging
Date d'inscription : 18/06/2011

Feuille de personnage
Jeu de rôle:

I LIVE IN A MAN'S WORLD--- LE MONDE APPARTIENT AUX HOMMES Empty
MessageSujet: Re: I LIVE IN A MAN'S WORLD--- LE MONDE APPARTIENT AUX HOMMES   I LIVE IN A MAN'S WORLD--- LE MONDE APPARTIENT AUX HOMMES EmptyDim 3 Juil 2011 - 7:44

"la peste" soit du sexisme
par saratoga

Cet été, j’ai décidé de relire certains de mes classiques, c’est-à-dire les bouquins que j’avais lus et adorés lorsque j’avais dix-sept ans. Je me suis plongée enthousiaste dans La peste d’Albert Camus : je me souvenais d’un livre positif, encourageant à résister et se battre même lorsque le combat est perdu d’avance, à l’image du médecin héros du livre qui continue de soigner les victimes de la peste même s’il sait qu’il n’a aucune chance de sauver leur vie. J’ai commencé ma lecture avec les meilleures intentions du monde, impatiente de retrouver un bon souvenir d’adolescence. Pour celles et ceux qui auraient besoin d’un petit rappel : le livre raconte dans un style très factuel, du début jusqu’à la fin d’une épidémie de peste, la lutte au quotidien de la ville d’Oran, coupée du monde extérieur et livrée à elle-même.

Mon enthousiasme s’est glacé d’un coup dès la page 2. C’est qu’aujourd’hui, je n’ai plus dix-sept ans. Pire. Je suis devenue activement féministe. Ma grille de lecture a profondément changé. Et me voici me posant la question : comment ai-je pu ne pas voir le sexisme outrancier de ce bouquin la première fois que je l’ai lu ?

Dès la page 2, en effet, Camus fixe les règles du jeu. Le récit a pour objet de décrire la vie de « nos concitoyens » (le narrateur étant l’un de ces « concitoyens ») et ces fameux concitoyens sont ainsi présentés : « Nos concitoyens travaillent beaucoup, mais toujours pour s’enrichir. Ils s’intéressent surtout au commerce et ils s’occupent d’abord, selon leur expression, de faire des affaires. Naturellement ils ont du goût aussi pour les joies simples, ils aiment les femmes, le cinéma et les bains de mer. » OK. Donc « nos concitoyens » n’inclut pas les femmes - qui sont apparemment des passe-temps et non des êtres humains pensants. Confirmation de cette hypothèse : tout au long du livre, le narrateur du récit insiste sur son esprit de rigueur. C’est par souci d’objectivité qu’il compile les carnets/observations de plusieurs personnages afin que l’histoire nous soit rapportée de différents points de vue : « [Le narrateur] voudrait au moins justifier son intervention et faire comprendre qu’il ait tenu à prendre le ton du témoin objectif. Pendant toute la durée de la peste, son métier l’a mis à même de voir la plupart de ses concitoyens, et de recueillir leur sentiment. Il était donc bien placé pour rapporter ce qu’il avait vu et entendu. (...) Etant appelé à témoigner, à l’occasion d’une sorte de crime, il a gardé une certaine réserve, comme il convient à un témoin de bonne volonté » (page 263). Or, aucun des points de vue rapportés n’est féminin. Conclusion : en toute « objectivité », si une ville est touchée par la peste, le seul avis qui mérite d’être mentionné, c’est celui des hommes.

Ces hommes dont Camus peuple son roman sont nombreux et possèdent presque tous un nom et un métier. On croise Bernard Rieux, Raymond Rambert, M. Othon, le père Paneloux, Joseph Grand, Jean Tarrou, M. Michel, M. Mercier, M. Cottard, etc. exerçant les professions de médecin, journaliste, juge d’instruction, prêtre, employé de mairie, concierge, directeur, etc. Lorsqu’ils n’ont ni nom, ni profession, les hommes sont tout de même identifiés par un détail précis : ainsi, parmi les personnages secondaires, figurent « le vieil Espagnol asthmatique » et « le petit vieux crachant sur les chats ».

Du côté des femmes, en revanche, aucune identification n’est possible. Il n’est fait mention que de deux prénoms féminins : Nicole, p 22, et Jeanne, p 70, et de deux professions exercées par des femmes : la garde-malade et la femme de ménage. Toutes les autres femmes ne sont définies que par rapport à un homme : « sa femme », « sa mère », « la femme de », et bien sûr « Mme » suivi du nom de l’homme auquel on se réfère : ainsi, « Mme Rieux » désigne aussi bien la mère que l’épouse du personnage principal. A la page 8, il est dit que le docteur Rieux « appela sa femme par son prénom », mais nous ne connaîtrons jamais ce prénom.

C’est là le premier moyen stylistique d’expression du sexisme dans ce roman. Car comment faire la différence entre « sa femme » (du concierge), « sa femme » (du vieil Espagnol), « sa femme » (du docteur Rieux), « sa femme » (du juge d’instruction) ? Au bout du dixième « sa femme » lu, on renonce à donner une identité propre à chaque personnage féminin. Les femmes s’amalgament pour devenir « sa femme », une sorte de présence récurrente que l’on voit apparaître au fil des pages, pour un travail de couture ou une crise de larmes, et peu importe d’ailleurs de qui elle est la femme puisque, nous allons le voir, toutes les femmes jouent le même rôle.

A l’inverse des personnages masculins, qui ont chacun pour fonction de représenter un archétype spécifique (le médecin, le journaliste, l’homme d’église, le juge, le politique) et ne sont donc pas superposables, les personnages féminins sont en effet totalement interchangeables. Les femmes n’ont que deux fonctions : souvenir flottant dans l’esprit d’un homme (il s’agit des femmes absentes de la ville d’Oran au moment de l’intrigue et dont le narrateur ne nous parle que par évocation) ou être passif conçu pour pleurer les mourants et faire le ménage. Exemple flagrant de cette redondance des femmes : l’épouse du docteur Rieux (donc Mme Rieux), éloignée d’Oran avant la fermeture de la ville, est immédiatement remplacée par la mère du docteur (donc Mme Rieux) qui vient « s’occuper de la maison de son fils, en l’absence de la malade » (p 7). Ainsi, privées de nom, les femmes sont également privées de spécificité. N’importe quelle femme du roman peut jouer le rôle de n’importe quelle autre.

Eléments de décor d’une action se nouant et se dénouant uniquement entre les hommes, les femmes sans nom, ni spécificité, sont enfin privées de la parole. Les personnages masculins ne perdent en effet aucune occasion d’insister lourdement sur leur silence et leur effacement. Pour illustrer ce propos, j’ai sélectionné deux extraits particulièrement représentatifs. La première scène se déroule au moment où le docteur Rieux est appelé pour soigner une nouvelle victime de la peste, le fils de M. et Mme Othon (p 182-183). « Quand le docteur releva la tête, il rencontra le regard du juge et, derrière lui, le visage pâle de la mère qui avait mis un mouchoir sur sa bouche et suivait les gestes du docteur avec des yeux élargis.
C’est cela, n’est-ce pas ? dit le juge d’une voix froide.

Oui, répondit Rieux, en regardant de nouveau l’enfant. Les yeux de la mère s’agrandirent, mais elle ne parlait toujours pas. Le juge se taisait aussi, puis il dit, sur un ton plus bas :

Eh bien, docteur, nous devons faire ce qui est prescrit. Rieux évitait de regarder la mère qui tenait toujours son mouchoir sur la bouche.
Ce sera vite fait, dit-il en hésitant, si je puis téléphoner. M. Othon dit qu’il allait le conduire. Mais le docteur se retourna vers la femme :
Je suis désolé. Vous devriez préparer quelques affaires. Vous savez ce que c’est. Mme Othon parut interdite. Elle regardait à terre.
Oui, dit-elle en hochant la tête, c’est ce que je vais faire. Avant de les quitter, Rieux ne peut s’empêcher de leur demander s’ils n’avaient besoin de rien. La femme le regardait toujours en silence. Mais le juge détourna cette fois les yeux :
Non, dit-il, puis il avala sa salive, mais sauvez mon enfant. »

Dans le deuxième exemple (p 240), Jean Tarrou donne son opinion au sujet de Mme Rieux, la mère du docteur chez qui il a provisoirement élu domicile : « Tarrou insistait surtout sur l’effacement de Mme Rieux ; sur la façon qu’elle avait de tout exprimer en phrases simples ; sur le goût particulier qu’elle montrait pour une certaine fenêtre, donnant sur la rue calme, et derrière laquelle elle s’asseyait le soir, un peu droite, les mains tranquilles et le regard attentif jusqu’à ce que le crépuscule eût envahi la pièce, faisant d’elle une ombre noire dans la lumière grise qui fonçait peu à peu et dissolvait alors la silhouette immobile ; sur la légèreté avec laquelle elle se déplaçait d’une pièce à l’autre ; sur la bonté dont elle n’avait jamais donné de preuves précises devant Tarrou, mais dont il reconnaissait la lueur dans tout ce qu’elle faisait ou disait ; sur le fait enfin que, selon lui, elle connaissait tout sans jamais réfléchir, et qu’avec tant de silence et d’ombre, elle pouvait rester à la hauteur de n’importe quelle lumière, fût-ce celle de la peste. » Plus loin page 250, Jean Tarrou parle de sa propre mère : « Ma mère était ainsi, j’aimais en elle le même effacement et c’est elle que j’ai toujours voulu rejoindre. Il y a huit ans, je ne peux pas dire qu’elle soit morte. Elle s’est seulement effacée un peu plus que d’habitude et, quand je me suis retourné, elle n’était plus là. »

Un mouchoir sur sa bouche, ne parlait toujours pas, toujours son mouchoir sur la bouche, interdite, regardait à terre, toujours en silence, effacement, simples, tranquilles, faisant d’elle une ombre, dissolvait, légèreté, sans jamais réfléchir, tant de silence et d’ombre, effacement, effacée un peu plus que d’habitude : voici les termes associés à l’idée des femmes dans les deux extraits ci-dessus. C’est à ce jeu-là que nous jouions en classe de première, lorsque le prof de français nous demandait d’étudier un texte. Regrouper les mots utilisés par l’auteur autour d’un même thème et identifier le champ sémantique d’où ils proviennent.

Je ne sais pas ce qui me choque le plus : le sexisme à la limite de la caricature présent tout au long de l’ouvrage (les femmes sont si non-vivantes qu’elles ne peuvent mourir réellement, fût-ce de la peste, elles ne font que « s’effacer un peu plus que d’habitude »), ou le fait que jamais aucun professeur de français ne m’ait demandé d’étudier ce genre d’œuvre sous cet angle. A l’époque, on m’avait vendu Albert Camus comme un pur génie (un homme engagé, un prix Nobel, pensez donc). Nous avons lu La peste et aucun enseignant n’a jugé utile de mentionner la vision désastreuse des femmes, de la même façon que nous avons lu - dans le cadre d’un travail sur « l’amour passion » - Tristan et Iseult et Les liaisons dangereuses et qu’aucun enseignant n’a jugé utile d’attirer notre attention sur la présence d’une scène de viol dans chacun de ces livres. La preuve que le sexisme n’est pas seulement dans les pages qu’on nous lit, mais également dans les yeux qui nous lisent les pages. Double ration. Quand l’école sert à étudier des textes sexistes de façon sexiste, quelle chance avons-nous que les adolescent-e-s apprennent à respecter les femmes ?

Revenir en haut Aller en bas
Joel
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 17236
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

I LIVE IN A MAN'S WORLD--- LE MONDE APPARTIENT AUX HOMMES Empty
MessageSujet: Re: I LIVE IN A MAN'S WORLD--- LE MONDE APPARTIENT AUX HOMMES   I LIVE IN A MAN'S WORLD--- LE MONDE APPARTIENT AUX HOMMES EmptyDim 3 Juil 2011 - 9:47

INA MARIE,sans vouloir entrer dans aucune discussion ;je vous fais compliment;vous savez écrire!
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




I LIVE IN A MAN'S WORLD--- LE MONDE APPARTIENT AUX HOMMES Empty
MessageSujet: Re: I LIVE IN A MAN'S WORLD--- LE MONDE APPARTIENT AUX HOMMES   I LIVE IN A MAN'S WORLD--- LE MONDE APPARTIENT AUX HOMMES Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
I LIVE IN A MAN'S WORLD--- LE MONDE APPARTIENT AUX HOMMES
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Jurassic World en streaming VF HD DVDRIP GRATUIT

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti :: Blogue :: VIVRE-
Sauter vers: