Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

FOROM AYITI : Tèt Ansanm Pou'n Chanje Ayiti.
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  PortailPortail  ÉvènementsÉvènements  PublicationsPublications  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
-50%
Le deal à ne pas rater :
JBL Xtreme 2 – Enceinte Bluetooth portable
149.99 € 299.99 €
Voir le deal

 

 REPRISE D'UN TEXETE POUR ECLAIRER L'HISTOIRE DE NOTRE PAYS

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



REPRISE D'UN TEXETE POUR ECLAIRER L'HISTOIRE DE NOTRE PAYS  Empty
MessageSujet: REPRISE D'UN TEXETE POUR ECLAIRER L'HISTOIRE DE NOTRE PAYS    REPRISE D'UN TEXETE POUR ECLAIRER L'HISTOIRE DE NOTRE PAYS  EmptyMer 6 Juil 2011 - 2:59

Je dois rendre hommage à mon ami Maximo .Il est venu à mon secours comme toujours quand je m’arrange pour mettre dans de beaux draps .Je me souviens distinctement d’avoir publié ce texte quelque part sur le net et sur un site haïtien.

Mais, j’écris tellement çà et là et de tout que je ne savais plus ou .Mais lui, l’ami fidèle qui me suit des yeux et avec son esprit, lui le General intègre et patient investigateur au nez fin des folies humaines a su retrouve la trace poussiéreuse de ces textes égarés dans les archives du Net. Merci.

Thank you, my dear friend Maximo. You are my Sherlock Holmes. And I know of no one who can pretend to have a friend like you .But I do. It is my blessing in life.
Rappel important : Il faut bien mettre en perspective ce qui s’est passé dans ces temps-là pour comprendre les vérités de notre histoire .C’était pas simplement du blanc au noir :

Les relations entre les différentes parties étaient beaucoup plus compliquées que nous laissent supposer nos historiens qui semblent totalement ignorer tous les éléments de la psychologie humaine qui pouvaient améliorer leur jugement et leur conclusion .

Le reproche que je fais aux ardents défenseurs de la race des Quongos c’est leur insistance à faire passer leurs ancetres comme des guerriers combattants de l’Indépendance qui avaient droit à tous les privilèges et à tous les droits citoyens proclames par les fondateurs de la patrie .Telle n’est pas la verite .Certains chefs de bandes avaient rejoint Dessalinnes mais il y en avait d’autres qui continuaient à trahir la cause de l’Indépendance .

Dessalinnes les avait pardonnes mais ils aimaient la vie de paresse, de crimes, de meurtres et de pillage .Ila voulaient la vie facile et pensait vivre aux dépens des labeurs et du courage des indigènes ou créole. (Deza)
-------------------------------------------------

Avant la fin de la journée, ses partisans avaient évacué la place. Baptiste Leveille, Martial Besse, Villate, plusieurs autres affranchis, et Bedos commandant du 73e régiment de ligne, s'entendirent avec Pierrot pour faire rentrer dans l’ordre ses bandes indisciplinées. Pierrot les fit sortir de la ville et abandonna la cause du roi d'Espagne, ainsi qu'un autre chef de bandes nommé Macaya.

Les commissaires civils abandonnés de presque tous les Blancs qui s'étaient embarqués, venaient de gagner à la République dix mille nouveaux citoyens. Ils en choisirent mille et en formèrent un bataillon sous le nom de Garde des mandataires de la Convention Nationale.

Galbaud vaincu partit pour les Etats-Unis le 23 juin 1793 avec deux vaisseaux, l'Eole" et le "Jupiter". La ville du Cap était rendue à l'autorité nationale. Polvérel et Sonthonax exécutant les lois du gouvernement républicain, exerçaient à St-Domingue contre les Blancs qui représentaient l'ancienne aristocratie coloniale, les mêmes rigueurs que le comité de salut public en France contre les nobles, les prêtres et les modérés.

Par la journée du 21 juin, le parti colonial fut entièrement abattu au Cap et rendit le dernier soupir. De cette époque date l'extinction du prestige et de l'influence des Blancs dans la colonie. Il n'y eut plus de bornes à la puissance des commissaires civils; ils remplacèrent la Commune qui avait soutenu Galbaud par un bureau municipal de trois membres, et firent quelques mutations dans la commission intermédiaire.

Pendant la lutte entre Galbaud et la commission civile, Nully, lieutenant-colonel au 24e régiment, commandant du cordon de l'Ouest, officier royaliste, avait passé aux Espagnols; son exemple fut suivi par Larfeuille qui livra Ouanaminthe à 10 000 hommes dont six mille soldats espagnols européens, et quatre mille, guerriers des bandes de Jean-François. On répandait parmi les Noirs des campagnes, pour les détacher du parti de la République, que Paris avait été saccagé et livré aux flammes par les armées alliées. Mais le commandant du cordon de l'Est demeura fidèle à la France, et conserva à la République le Fort-Dauphin.

Pendant ce temps, Macaya qui avait été chargé de proposer à Jean-François et à Biassou d'arborer le drapeau tricolore, fut lui-même gagné par eux. Ce ne fut qu'après beaucoup d'instance que Polvérel obtint de lui une entrevue. Il dit au commissaire civil :

"Je suis le sujet de trois rois, du roi du C-O-N-G-O, maître de tous les Noirs, du roi de France qui représente mon père, du roi d'Espagne qui représente ma mère; ces trois rois sont les descendants de ceux qui, conduits par une étoile, ont été adoré l'Homme-Dieu".

Quant à Jean-François et à Biassou, excités par les chefs royaliste qui venaient d'embrasser la cause du roi d'Espagne, ils se déclarèrent le 25 juin par une proclamation les vengeurs des malheureuses victimes des commissaires civils, répondirent à la proclamation que leur avait apportée Macaya, qu'ayant perdu le roi de France, et qu'étant aimé du roi d'Espagne, ils ne reconnaitraient l'autorité des commissaires que lorsque ceux-ci auraient proclamé un roi. Cependant plusieurs chefs de bandes, tels que Pierre Michel, Paul Larfeuille qui livra Ouanaminthe à 10 000 hommes dont six mille soldats espagnols européens, et quatre mille, guerriers des bandes de Jean-François.

On répandait parmi les Noirs des campagnes, pour les détacher du parti de la République, que Paris avait été saccagé et livré aux flammes par les armées alliées. Mais le commandant du cordon de l'Est demeura fidèle à la France, et conserva à la République le Fort-Dauphin.


Cependant plusieurs chefs de bandes, tels que Pierre Michel, Paul Lafrance, Barthélemy et Zéphirin qui commandaient dans les campagnes du Limbé, du Port-Margot et du Port-de-Paix, arborèrent le drapeau tricolore. Les commissaires désiraient surtout gagner à la République Toussaint Louverture.

Né sur l'habitation Bréda au Haut du Cap, supérieur en intelligence à Jean-François et à Biassou, doué d'un profond génie que nous verrons se développer par les circonstances, Toussaint, quoique dans un rang subalterne, était l’âme de toutes les opérations militaires et des négociations politiques des insurgés. Ayant appris à lire et à écrire pendant la servitude, plein de perspicacité, il comprenait que la liberté ne consiste ni dans le pillage ni dans l'assassinat.

Jusqu'alors juste et humain, il savait respecter la propriété et les personnes. Il ne cessa jamais de condamner le trafic infâme que faisaient Jean-François et Biassou avec les Espagnols, des femmes et des enfants noirs républicains qui tombaient en leur pouvoir. (1)

Plein de piété, il repoussa les offres des commissaires civils en lesquels il voyait encore des athées et d'infâmes régicides. La véritable cause de son éloignement fut le peu de confiance qu'il avait alors en la liberté générale dont parlaient Sonthonax et Polvérel. Du reste, le commandant du fort de la Tannerie, chargé de s'aboucher avec lui, conduisit mal la négociation.

Nous avons vu que les commissaires civils, avant de partir du Port-au-Prince pour aller combattre Galbaud, avaient ordonné à Rigaud de réunir un corps d'armée pour soumettre la Grand'Anse. Le général Rigaud était parti avec trois représentants de la commission civile, Pinchinat, Delestang et Albert. Son armée composée des affranchis de Jacmel, du Grand-Goave, du Petit-Goave, de Miragoâne, de St-Michel et de quelques compagnies de ceux des Cayes se réunit au Petit-Trou où commandait Jourdain.

II y trouva 3 compagnies composées d'hommes de couleur et de noirs de Jérémie, du parti républicain. Toutes ses forces s'élevèrent à mille cinq cents hommes. Au lieu de marcher directement sur Jérémie après s'être renforcé de tous les ateliers du quartier du Petit-Trou, il s'approcha du camp Desrivaux, fortification construite sur une éminence de l'habitation du même nom, non loin de Pestel, de vingt pieds de diamètre.

Les Jérémiens étaient commandés par deux officiers royalistes Débrosse et Duperrier. Ils demandèrent aux républicains à entrer avec eux en négociations, et leur envoyèrent des députés. Pinchinat dit avec hauteur aux parlementaires, qu'il était venu pour faire exécuter la loi du 4 avril, et qu'il entendait que Jérémie ouvrit ses portes sans aucune condition préalable à l’armée républicaine, sinon elle serait traitée en ville rebelle. Débrosse demanda cinq jours pour envoyer cet ultimatum à Jérémie et pour en recevoir la réponse. Rigaud y consentit. Ce n'était qu'une ruse des Jérémiens qui avaient déjà demande des renforts. Leurs envoyés dirent au Conseil d'administration :

«On ne veut pas de condition; il faut vous soumettre à la discrétion de vos barbares ennemis.»



Dernière édition par deza le Mer 6 Juil 2011 - 7:39, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
kami
animatrice
animatrice
kami

Féminin
Nombre de messages : 2981
Localisation : ICI
Opinion politique : La séparation des pouvoirs
Loisirs : Lecture, Dormir
Date d'inscription : 20/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle:

REPRISE D'UN TEXETE POUR ECLAIRER L'HISTOIRE DE NOTRE PAYS  Empty
MessageSujet: Re: REPRISE D'UN TEXETE POUR ECLAIRER L'HISTOIRE DE NOTRE PAYS    REPRISE D'UN TEXETE POUR ECLAIRER L'HISTOIRE DE NOTRE PAYS  EmptyMer 6 Juil 2011 - 5:32

L'histoire d'Haiti m'a toujours ete un object de fascination.

Deza,

Je me suis permis de te signaler une repetition de paragraphes deja inclus dans le texte.

_________________
Comme toi, il n'en est qu'un, deviens donc qui tu es.

"Ceux qui ont le pouvoir de faire le mal et qui savent ne pas le faire sont des Seigneurs" (Shakespeare)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



REPRISE D'UN TEXETE POUR ECLAIRER L'HISTOIRE DE NOTRE PAYS  Empty
MessageSujet: Re: REPRISE D'UN TEXETE POUR ECLAIRER L'HISTOIRE DE NOTRE PAYS    REPRISE D'UN TEXETE POUR ECLAIRER L'HISTOIRE DE NOTRE PAYS  EmptyMer 6 Juil 2011 - 10:14


Ami Kami,
Je te dis merci et c'est avec empressement que je procede a la correction du paragraphe en question .Qui sait ?On pourrait m'accuser de partisanerie pour avoir poste deux fois dans le meme texte ...la meme information .Merci.Heureusement que tu es la
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



REPRISE D'UN TEXETE POUR ECLAIRER L'HISTOIRE DE NOTRE PAYS  Empty
MessageSujet: Re: REPRISE D'UN TEXETE POUR ECLAIRER L'HISTOIRE DE NOTRE PAYS    REPRISE D'UN TEXETE POUR ECLAIRER L'HISTOIRE DE NOTRE PAYS  EmptyMer 6 Juil 2011 - 10:17

( suite )

La population animée de l'énergie du désespoir préféra la guerre; on n'entendit que ces mots: Plutôt mourir que de se soumettre aux affranchis. Il y avait à Jérémie une jeunesse blanche brave et intrépide; les femmes même se montrèrent disposées à combattre.

Cette population, telle que la mer orageuse qui baigne ses rivages, fut toujours énergique et tumultueuse. Le Conseil d'administration confia à un nommé Domingeau un corps composé d'esclaves armés et de jeunes Créoles blancs et lui ordonna de s'acheminer sur le camp Desrivaux. Dans la nuit qui précéda le cinquième jour de la trêve, Domingeau pénétra dans la fortification.

Le lendemain 19 juin, à neuf heures du matin, un soldat noir très bien équipé, monta sur les remparts et dit aux affranchis des Cayes:
Retournez sur vos habitations, vous avez abimé votre pays, et vous voulez maintenant miner le nôtre; retournez chez vous, misérables hommes libres, pillards tout nus et en chapeau de paille".

Les républicains commençaient à répondre, quand quelques coups de fusils partirent du fort; ils ne pouvaient se rendre compte de la conduite de Débrosse; mais un instant après ils apprirent que le général Rigaud avait été trompé.

Le soldat qui s'était montré sur les remparts, se représenta et dit aux républicains :

"Vous ne connaissez pas celui qui vient de vous parler, c'est moi,' je m'appelle Café mur; vous êtes venu pour cueillir notre café; eh bien! Si vous l'emportez, ce sera à bon titre".

Un des officiers de Rigaud, Bernard, ordonna de commencer le feu. On se battit avec acharnement pendant toute la journée. Les canons du fort firent de grands ravages dans les rangs des républicains, sans artillerie. Rigaud ayant perdu trois cents des siens, entre autres, Jourdain emporté par un boulet, battit en retraite, après avoir envoyé ses blessés à l'Anse-à-Veau. Ignace, un de ses lieutenants, grièvement blessé se brula la cervelle pour ne pas tomber au pouvoir de l'ennemi. Domingeau poursuivit les fuyards jusqu'à la Rivière Salée, et Rigaud rentra au Petit-Trou.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



REPRISE D'UN TEXETE POUR ECLAIRER L'HISTOIRE DE NOTRE PAYS  Empty
MessageSujet: Re: REPRISE D'UN TEXETE POUR ECLAIRER L'HISTOIRE DE NOTRE PAYS    REPRISE D'UN TEXETE POUR ECLAIRER L'HISTOIRE DE NOTRE PAYS  EmptyMer 6 Juil 2011 - 14:02

Jean Francois et Biassou etaient des freres d'armes et de combats .Partout,on se refere a eux comme Jean Francois et Biassou parce qu'ils partageaient ls memes opinions et se battaient pour l'une des puissances coloniales de l'heure. Voici donc la lettre qui les condamne signee par Jean Francois :

1) Voici une lettre par laquelle Jean-François demande à l'un des agents du gouvernement espagnol, l'autorisation de faire le commerce des jeunes noirs ses prisonniers :

A.M.Tabert commandant de S.M.

Supplie très humblement Mr Jean-François, Chevalier des ordres royales militaires de Saint-Louis, Amiral de toute la partie française de St-Domingue conquise que ayant de très mauvais sujets, et n'ayant pas le cœur de les détruire, nous avons recours à votre ban cœur pour vous demander de vous les faire passer pour les dépayser. Nous aimons mieux les vendre au profit du roi, et employer les mêmes sommes à faire des emplettes en ce qui concerne pour l'utilité de l'armée campée pour défendre les droits de S. M.

Voici les heros que nous proposent les forces anti-histoire des C-O-N-G-O-S QUI N'ONT PAS FINI DE TRAHIR LA NATION ET SON HISTOIRE . Ils veulent a tout prix nous donner des traitres a leur race pour heros.[/color]
[/i][/size]
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




REPRISE D'UN TEXETE POUR ECLAIRER L'HISTOIRE DE NOTRE PAYS  Empty
MessageSujet: Re: REPRISE D'UN TEXETE POUR ECLAIRER L'HISTOIRE DE NOTRE PAYS    REPRISE D'UN TEXETE POUR ECLAIRER L'HISTOIRE DE NOTRE PAYS  Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
REPRISE D'UN TEXETE POUR ECLAIRER L'HISTOIRE DE NOTRE PAYS
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti :: Haiti :: Espace Haïti-
Sauter vers: