Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

FOROM AYITI : Tèt Ansanm Pou'n Chanje Ayiti.
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  PortailPortail  ÉvènementsÉvènements  PublicationsPublications  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Le Deal du moment :
Xiaomi Mi Days sur eBay : 15% de réduction
Voir le deal

 

 WikiLeak: Bernard Gousse was so repressive

Aller en bas 
2 participants
AuteurMessage
Mon Ayiti
Star
Star


Masculin
Nombre de messages : 272
Localisation : Chibougamo
Opinion politique : pèlin tet
Loisirs : Boxe
Date d'inscription : 21/08/2006

WikiLeak: Bernard Gousse was so repressive Empty
MessageSujet: WikiLeak: Bernard Gousse was so repressive   WikiLeak: Bernard Gousse was so repressive EmptyMer 13 Juil 2011 - 22:57

Tout Haiti] WikiLeak: Bernard Gousse was so repressive, uncontrollable and ineffective seven years ago that Washington and its Haitian and international allies forced his resignation, secret U.S. Embassy cables show.

WikiLeak: Bernard Gousse was so repressive, uncontrollable and ineffective
> seven years ago that Washington and its Haitian and international allies
> forced his resignation, secret U.S. Embassy cables show.

*WikiLeaked Cables Testify to PM Nominee’s Repressive Past*
*by Ansel Herz & Kim Ives*

[image: ...]

Bernard Gousse, whom Haitian President Michel Martelly nominated for Prime
Minister on Jul. 6, was so repressive, uncontrollable and ineffective as
Haiti’s *de facto *Justice Minister seven years ago that Washington and its
Haitian and international allies forced his resignation, secret U.S. Embassy
cables show.

The cables were among a trove of 1,918 Haiti-related U.S. Embassy
dispatches provided by the media organization WikiLeaks to *Haïti Liberté*.

“*He's an honest man. He has experience in public administration,*”
Martelly’s chief of staff Thierry Mayard-Paul told The Associated Press. “*We
believe that Mr. Gousse can drive this country out of its turmoil.*”

But the U.S. Embassy in Port-au-Prince came to a different conclusion
towards the end of Gousse’s last tenure as a public official, calling him a
“*complete failure*” as Justice Minister. In separate cables, the Embassy
and its interlocutors in Haiti decry his “*mischief,*” call him “*stubborn,*”
and question whether he is an “*obstacle*” to resolving the case of a
high-profile political prisoner.

“*Everyone, including his backers in the [Haitian] private sector, agreed
that Gousse had been a complete failure both on the security and justice
fronts,*” wrote then U.S. Ambassador James Foley in a Jun. 3, 2005
diplomatic cable.

Gousse’s nomination for premier already seems doomed. On Jul. 8, 16 out of
Haiti’s 30 Senators signed a resolution saying they would not ratify him.
The Senators, who are likely to be joined by other parliamentarians, said in
their resolution that Gousse was unacceptable for the “*repression,
arbitrary arrests and killings in the neighborhoods of Port-au-Prince*” that
were carried out under his auspices in 2004 and 2005.

Gousse is similar to François “Papa Doc” Duvalier in that he comes from a
sector of Haiti’s ruling class which is so reactionary that it sometimes has
conflict with Washington. This sector traces its ideological roots back to
President Dumarsais Estimé (1946-50) and comprises other right-wing
ideologues and spokesmen such as Col. Himmler Rébu, former “rebel” leader
Guy Philippe, and even Michel Martelly. Its representatives often strike a
faux-nationalist posture, citing “*Haitian sovereignty*” when pressured by
the U.S. to adopt certain democratic façades or bow to anti-corruption
measures and other imperial oversight. “*While they adopt nationalist
rhetoric, we know they are protected by and allied with the foreign military
occupation of Haiti,*” said Ben Dupuy of the progressive National Popular
Assembly (APN) in 1997 in summarizing this sector’s nature.

So, it was not so much Gousse’s brutality that alienated the U.S. and its
allies, but his refusal (at least in actions) to operate under the command
of the UN occupation force – known as MINUSTAH – which Washington set in
place to oversee Haiti after the Feb. 29, 2004 coup against former President
Jean-Bertrand Aristide.

For example, on Feb. 28, 2005, Gousse deployed the Haitian police to repress
a demonstration in Belair marking the one-year anniversary of the coup,
killing at least six protestors and wounding many more. MINUSTAH’s Brazilian
military commander Lt. Gen. Augusto Heleno Ribeiro complained to the
Associated Press the next day that the police killings “*had poisoned an
atmosphere that peacekeepers had been working to improve for two months,*”
and that now MINUSTAH was “*being received with a completely different
attitude*” by the population.

Heleno was seconded on Mar. 4 by MINUSTAH’s civilian chief Juan Gabriel
Valdes who told the *Miami Herald *that "*we cannot tolerate executions, we
can't tolerate shooting out of control, we will not permit human rights
abuses,*" promising that "*U.N. peacekeepers will intervene -- and use force
if necessary -- if Haitian police attack unarmed civilians again.*”

UN officials were also complaining to the U.S. Embassy. The UN’s CIVPOL
(Civilian Police) Canadian commissioner David Beer told the Embassy’s
political officer that “*his plans for HNP [Haitian National Police]
deployment along with CIVPOL have been stymied for months*,” according to a
secret Jun. 7, 2005 cable. Gousse effectively headed the police, and “*despite
professed agreement by the HNP, [...] the plan has not been put into
practice.*”

Beer also “*insisted that the Crowd Control Unit (CIMO) not be deployed
without a CIVPOL escort, but the agreement is often ignored in practice,*”
as occurred during the fateful Feb. 28, 2005 demonstration.

“*There are still incidents, Beer claimed, where Minister of Justice Gousse
sends CIMO out on his direct order, circumventing Beer's controls,*” the
cable reported. “*Beer said the May 22 [2005] incident in Bel Aire [sic] in
which a SWAT officer was killed was an example of Gousse's mischief.*”

Another case of UN dissatisfaction with Gousse is outlined in a Jun. 9,
2005 cable where MINUSTAH’s elections chief Gérard Le Chevallier complained
about the Justice Minister’s tampering with a foreign-drafted document that
the UN was trying to pass off as Haitian. “*LeChevallier complained June 1
that the draft [election] decree, which was submitted by the [Haitian
Provisional Electoral Council] CEP (ghostwritten by MINUSTAH) several weeks
ago, has been held up in the Council of Ministers by Justice Minister
Gousse, who has been insisting on what LeChevallier called ‘unhelpful
changes,’*” the cable says.

The UN and U.S. also worried that Gousse was giving them a black-eye by
holding many high-profile figures from Aristide’s government and Lavalas
Family party as uncharged and untried political prisoners.

Gousse suggested that Father Gérard Jean-Juste, a pacifist Catholic priest
with close ties to Aristide’s party, had “*engaged in terrorist acts*” when
the regime placed him in prison, reported *Haïti Progrès *in October 2004.
Months later, after Amnesty International labeled him “*a prisoner of
conscience,*” the prosecutor conceded there was no evidence against
Jean-Juste and he was released (only to be arrested again in July 2005).

The prisoner that most concerned the U.S. Embassy was Aristide’s former
Prime Minister Yvon Neptune, who was also imprisoned on Gousse’s watch. To
force the *de facto *authorities to either charge or release him after eight
months of detention, Neptune went on hunger strike in February 2005,
courting death and alarming the Embassy. Ambassador Foley met with the
leadership of the “*Interim Government of Haiti*” or IGOH (as the de facto
regime was called) – President Boniface Alexandre, his chief of staff Michel
Brunache, and Prime Minister Gérard Latortue – on Mar. 21, 2005 to pressure
for resolution of Neptune’s case, he reported in a Mar. 23, 2005 cable.
After “*stressing the utter unacceptability of Neptune dying in IGOH
custody,*” Foley proposed “*Neptune's transfer to a residential ‘prison’
annex*” from the National Penitentiary, and the “*advice*” was later
followed. The Embassy was “*endeavoring to work with business leaders,
political parties and human rights groups to create space for an eventual
solution*” to Neptune’s imprisonment, Foley wrote, but questioned “*whether
Minister of Justice Gousse. . . is willing to be a part of that solution or
an obstacle to it.*”

“*Gousse has been the strongest single force behind the persecution of
political prisoners in Haiti,*” said Brian Concannon, Jr., director of the
Institute for Justice and Democracy in Haiti, who worked to free Jean-Juste
and Neptune. “*He personally (and illegally) countermanded release orders
by judges and even his own prosecutors.*”

While hounding democracy activists, Gousse has defended some of Haiti’s most
notorious human rights violators. When former dictator Jean-Claude Duvalier,
currently under investigation and house arrest, returned to Haiti this
January, Gousse argued against his prosecution in an op-ed for *Le
Nouvelliste,* writing that “*the notion of a crime against humanity cannot
be used in Haitian courts.*”

As Justice Minister, Gousse also helped clear the landmark 2000 Raboteau
trial conviction (in absentia) of right-wing FRAPH death-squad leader Louis
Jodel Chamblain, who had returned to Haiti as a leader of the “*rebels*”
that helped overthrow Aristide in February 2004.

“*After himself acting as a judge in impromptu ‘rebel’ tribunals of Lavalas
sympathizers after the coup, Chamblain became something of an embarrassment
to the de facto regime and its U.S. sponsors,*” reported*Haïti Progrès* in
August 2004. “*So he struck a deal for a re-trial with de facto Justice
Minister Bernard Gousse and on April 22 took up residence in the Pétionville
jail, which he freely roams and regularly leaves for dinner and parties.*”

Gousse had already declared that Chamblain deserved to be pardoned for “*his
great service to the nation*” in helping to overthrow Haiti’s constitutional
government and had “*nothing to fear*” from Haitian justice under his aegis,
according to *Haïti Progrès*.

Therefore, it came as no surprise when on Aug. 17, 2004, a kangaroo court
overturned Chamblain’s Raboteau conviction for mass murder by finding him “*not
guilty at dawn after a non-stop all-night 14-hour trial at which only one
prosecution witness dared show up, and he was not an eyewitness,*” *Haïti
Progrès *reported. “*The trial was announced only three business days
earlier.*”

Nonetheless, Chamblain remained in his semi-imprisoned state awaiting
retrial on other charges. The U.S. Embassy feared that Latortue and Gousse
would free him, further embarrassing Washington.

Under the heading “*Chamblain shenanigans,*” a May 15, 2005 cable describes
how Prime Minister Latortue promised the U.S. Embassy that his
administration would not release Chamblain from prison. “*Latortue assured
us that that Chamblain would not be released, saying Minister of Justice
Gousse agreed with him on this,*” wrote Chargé d'Affaires Douglas M.
Griffiths. “*He repeated this twice, saying Chamblain would not be released
as long as he was Prime Minister.*”

But Chamblain was released just three months later. Most recently, Chamblain
was seen standing beside Duvalier shortly after his return, acting as his
security chief.

Gousse’s outrageous conduct began to generate discussions among Haiti’s
overseers behind the scenes. At a May 20 meeting with the U.S. Embassy and
other “Core Group” members, MINUSTAH chief Valdes reported that Haitian
political leaders overwhelmingly felt that “*the IGOH should replace some
members of the cabinet, especially Justice Minister Gousse,*” Ambassador
Foley reported in a May 25, 2005 cable. “*Valdes claimed that the President
favored replacing Gousse, but was concerned about creating a ‘martyr for
Haitian sovereignty’ if it were perceived that Gousse was ditched in order
to free Neptune. The French Ambassador cautioned that the President and PM
[Prime Minister] had not made up their minds on Gousse. Valdes said
replacing Gousse would be a good thing for both justice and security in
Haiti, but that the timing was certainly delicate.*”

Even members of Haiti’s bourgeoisie proposed replacing Gousse with people
like Gervais Charles, currently Duvalier’s lawyer and senior advisor to
President Martelly. “*Businessman Reginald Boulos is one who has pushed this
with us saying Charles is ‘clever but not stubborn like Gousse’,*” reported
Foley in a Jun. 13, 2005 cable.

The next day, Gousse was finally given the old heave-ho after ten US
congresspersons wrote a letter to Secretary of State Condoleeza Rice calling
for his immediate removal, saying he “*has clearly demonstrated that he is
unwilling to conduct his duties in an objective and responsible manner.*”

Gousse was replaced by Henri Dorleans, who, “*presented himself as the
antithesis of Gousse, open, friendly, and poised for action,*” Ambassador
Foley reported in a Jul. 5, 2005 cable.

“*As an official in 2004 and more recently as an independent lawyer, Gousse
has shown a troubling disregard for Haiti's obligation to prosecute human
rights crimes,*” Amanda Klasing, an expert on Haiti for Human Rights Watch,
told *Haïti Liberté.*

Gousse’s nomination, whether it goes forward or not, may reflect a similar “
*disregard*” on the part of President Martelly, whose right-wing affinities
are becoming more and more apparent. His first pick, ultra-conservative
businessman Daniel Rouzier, was soundly rejected by the Parliament.

On his return from Spain on Jul. 9, a Radio France International journalist
asked Martelly: “*And what if Bernard Gousse is rejected?*”
“*There is no ‘if’,*” Martelly responded. “*It’s Gousse that I want!*”
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



WikiLeak: Bernard Gousse was so repressive Empty
MessageSujet: Re: WikiLeak: Bernard Gousse was so repressive   WikiLeak: Bernard Gousse was so repressive EmptyMer 13 Juil 2011 - 23:37

Vvous vouliez es cables en anglais... Les voici
Revenir en haut Aller en bas
Marc H
Super Star
Super Star
Marc H

Masculin
Nombre de messages : 9836
Localisation : Quebec
Opinion politique : Démocrate
Loisirs : soccer
Date d'inscription : 28/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le voyeur

WikiLeak: Bernard Gousse was so repressive Empty
MessageSujet: Re: WikiLeak: Bernard Gousse was so repressive   WikiLeak: Bernard Gousse was so repressive EmptyJeu 14 Juil 2011 - 0:38

Voici la traduction pour nos lecteurs francophones

L’histoire et les câbles de WikiLeaks le laissent entrevoir:
La nomination de Gousse comme PM annonce le penchant de Martelly pour la répression



Bernard Gousse, que le président haïtien Michel Martelly vient de choisir comme Premier ministre le 6 juillet dernier, était tellement répressif, incontrôlable et inefficace alors qu’il était ministre de facto de la Justice sept ans auparavant, que Washington et ses alliés haïtiens et internationaux avaient dû exiger sa démission, tel que l’indiquent des câbles secrets de l’ambassade des États-Unis à Port-au-Prince.

Ces câbles proviennent de ce qu’on peut appeler une mine de 1918 dépêches de l’ambassade des États-Unis concernant Haïti, fournies à Haïti Liberté par l’organisation de presse WikiLeaks.

“C’est un homme honnête. Il a de l’expérience dans l’administration publique,” de dire le chef de cabinet de Martelly, Thierry Mayard-Paul à l’Associated Press. “Nous croyons que M. Gousse peut sortir ce pays du marasme.”

Mais l’ambassade des États-Unis à Port-au-Prince en était venue à une conclusion bien différente vers la fin du terme du dernier poste occupé par Gousse à titre de fonctionnaire public, le qualifiant d’« échec total » en tant que ministre de la Justice. Dans d’autres câbles, l’Ambassade et ses interlocuteurs en Haïti se lamentent de son “comportement tortueux,” le traitent d’« entêté », et s’interrogent à savoir s’il n’est pas plutôt un « obstacle » pour arriver à résoudre le cas d’un prisonnier politique de renom.

“Tout le monde, y compris ses propres soutiens dans le secteur privé [haïtien], s’entendent pour reconnaître que Gousse aura été un échec total, que ce soit dans le domaine de la sécurité ou de celui de la justice ” écrivait l’ambassadeur des États-Unis à l’époque, James Foley, dans un câble diplomatique en date du 3 juin 2005.

La nomination de Gousse comme Premier ministre semble d’ores et déjà vouée à l’échec. Le 8 juillet, 16 des 30 sénateurs haïtiens ont signé une résolution annonçant qu’ils voteraient contre Gousse, annulant de fait ses chances pour être ratifié. Ces sénateurs, auxquels devraient se joindre éventuellement d’autres parlementaires, ont fait savoir dans leur résolution que Gousse était inacceptable, à cause de la « répression, des arrestations arbitraires et des tueries perpétrées dans les quartiers de Port-au-Prince » au cours de sa gestion en 2004 et 2005.

Gousse est similaire à François «Papa Doc» Duvalier en ce sens qu’il représente un secteur de la classe dirigeante haïtienne qui est si réactionnaire qu’il est parfois en conflit avec Washington. Les racines idéologiques de ce secteur remontent au président Dumarsais Estimé (1946-1950) et inclut d’autres idéologues et portes-parole de droite comme le colonel Himmler Rébu, l’ancien chef des «rebelles» Guy Philippe, et même Michel Martelly. Ses représentants prennent souvent une fausse posture nationaliste, citant «la souveraineté d’Haïti» quand ils sont pressés par les Etats-Unis d’adopter une certaine façade démocratique ou de se plier à des mesures anti-corruption et à d’autres diktats de l’empire. «Bien qu’ils adoptent une rhétorique nationaliste, nous savons qu’ils sont protégés par l’occupation militaire étrangère d’Haïti dont ils sont les alliés», a déclaré Ben Dupuy de l’Assemblée Populaire Nationale (APN), organisation anti-impérialiste, en 1997 pour résumer la nature de ce secteur.

Donc, ce n’était pas tant la brutalité de Gousse qui lui aura aliéné les États-Unis et leurs alliés, mais son refus (du moins dans l’action) d’opérer sous le commandement de la force d’occupation de l’ONU – connue comme la MINUSTAH – que Washington mettait en place pour superviser Haïti après le coup d’État du 29 février 2004 contre l’ex-président Jean-Bertrand Aristide.

Par exemple, le 28 février 2005, Gousse déployait la police haïtienne pour réprimer une manifestation au Belair lors du premier anniversaire du coup d’État, causant la mort d’au moins six manifestants et faisant beaucoup plus de blessés. Le chef militaire de la MINUSTAH, le lieutenant général brésilien Augusto Heleno Ribeiro, s’était plaint à l’Associated Press le jour suivant, à l’effet que les crimes de la police « avaient empoisonné un climat que les Casques bleus travaillaient à améliorer depuis deux mois », et qu’à présent la MINUSTAH « était perçue sous un jour complètement différent » par la population.

Corroborant les dires d’Heleno, le 4 mars le chef civil de la MINUSTAH Juan Gabriel Valdés déclarait au Miami Herald: « Nous ne pouvons pas tolérer des exécutions, nous ne pouvons pas tolérer les fusillades sans contrôle, nous ne permettrons pas des abus de droits humains, », tout en promettant que « les Casques bleus de l’ONU interviendront -- et utiliseront la force si nécessaire – si la police haïtienne attaquait à nouveau des civils sans armes ».

Des fonctionnaires de l’ONU se plaignaient aussi à l’ambassade des États-Unis. Le commissionnaire canadien de la CIVPOL (Police civile de l’ONU) David Beer a dit à l’attaché politique de l’Ambassade que « ses plans pour le déploiement de la PNH [Police nationale d’Haïti] de concert avec la CIVPOL ont été mis sous le boisseau depuis des mois », suivant un câble secret du 7 juin 2005. Gousse prenait effectivement la tête de la police, et « en dépit de l’accord déclaré par la PNH, [...] ce plan n’a pas été mis en pratique. »

Beer aussi « insistait pour que l’Unité de contrôle de foule (CIMO) ne soit pas déployée sans une escorte de la CIVPOL, mais l’accord est souvent ignoré dans la pratique, » comme cela s’est produit durant la fatidique manifestation du 28 février 2005.

« Il y a encore des incidents, de faire valoir Beer, là où le ministre de la Justice Gousse envoie le CIMO directement sous ses ordres, circonvenant les contrôles de Beer, » indique ce câble. « Beer a dit que l’incident du 22 mai [2005] au Bel Aire [sic], au cours duquel un agent du SWAT a trouvé la mort, était un exemple du comportement tortueux de Gousse. »

Un autre cas d’insatisfaction de l’ONU avec Gousse est décrit dans un câble du 9 juin 2005, où le chef des affaires électorales de la MINUSTAH Gérard Le Chevallier s’est plaint du ministre de la Justice truquant un document émanant de l’étranger que l’ONU tentait de faire passer comme haïtien. « LeChevallier s’est plaint le 1er Juin que le projet de décret [électoral], présenté par le [Conseil électoral provisoire haïtien] CEP (écrit secrètement par la MINUSTAH) plusieurs semaines auparavant, avait été bloqué au sein du Conseil des ministres par le ministre de la Justice Gousse, qui a insisté sur ce que LeChevallier a caractérisé de 'changements inutiles',» rapporte le câble. L’ONU et les États-Unis s’inquiétaient aussi de voir Gousse leur faire mauvaise presse en incarcérant nombre de personnalités de premier plan du gouvernement d’Aristide et du parti Fanmi Lavalas comme prisonniers politiques sans inculpation et sans jugement.

Gousse a suggéré que le Père Gérard Jean-Juste, un prêtre catholique pacifique avec des liens étroits avec le parti d’Aristide, s’était « compromis dans des actions terroristes » lorsque le régime l’a fait mettre en prison, rapportait Haïti-Progrès en octobre 2004. Des mois plus tard, après qu’Amnesty International l’ait considéré comme un «prisonnier de conscience, » le ministère public concédait qu’il n’y avait pas de preuve contre Jean-Juste et celui-ci était libéré (seulement pour être arrêté à nouveau en juillet 2005).

Cependant, le prisonnier qui préoccupait le plus l’ambassade des États-Unis était l’ex-Premier ministre d’Aristide, Yvon Neptune, qui avait été aussi emprisonné sous les auspices de Gousse. Pour obliger les autorités de facto soit de le mettre en accusation et le faire comparaître en cour, soit de le libérer après huit mois de détention au tristement célèbre Pénitencier national, Neptune entamait une grève de la faim en février 2005, flirtant avec la mort ce pourquoi s’est alarmée l’Ambassade. L’ambassadeur Foley rencontrait les dirigeants du « Gouvernement intérimaire d’Haïti » ou GIOH (comme on désignait le régime de facto) – le président Boniface Alexandre, son chef de cabinet Michel Brunache, et le Premier ministre Gérard Latortue – le 21 mars 2005 pour exercer des pressions visant à apporter une solution au cas de Neptune, ainsi qu’il l’indiquait dans un câble du 23 mars. Après « avoir mis l’accent sur le côté inacceptable à l’extrême de voir Neptune mourir sous la garde du GIOH, » Foley proposait « le transfert de Neptune du Pénitencier national à une ‘annexe’ résidentielle de la prison », et son « conseil » fut suivi par la suite.

L’Ambassade était « enclin à vouloir travailler avec les hommes d’affaires, les partis politiques et des groupes de droits humains pour ouvrir un espace vers une solution finale » à l’emprisonnement de Neptune, écrivait Foley, mais qui se demandait « si le ministre de la Justice Gousse. . . veut être partie prenante de cette solution ou bien constituer un obstacle en ce sens. »

« Gousse aura été personnellement la force, la seule la plus puissante, la plus implacable pour la persécution des prisonniers politiques en Haïti, » de dire Brian Concannon Jr., directeur de l’Institut pour la justice et la démocratie en Haïti, et qui a oeuvré à la libération de Jean-Juste et de Neptune. « Gousse a personnellement (et illégalement) annulé des ordres de libération émis par des juges et même par ses propres procureurs. »

Tout en se montrant agressif à l’endroit des personnalités Lavalas, Gousse a oeuvré à défendre des violateurs de droits humains. Quand l’exdictateur Jean-Claude Duvalier, actuellement sous enquête et en résidence surveillée, est revenu en Haïti au mois de janvier dernier, Gousse a argumenté contre son inculpation dans un éditorial pour Le Nouvelliste, écrivant que « la notion de crime contre l’humanité ne peut être utilisée par les tribunaux haïtiens. »

À titre de ministre de la Justice, Gousse a aussi aidé à vider de tout contenu le procès historique de Raboteau pour la condamnation (in absentia) du leader d’extrême droite de l’escadron de la mort FRAPH Louis Jodel Chamblain, qui était revenu en Haïti comme l’un des dirigeants des “rebelles” qui avaient aidé à renverser Aristide en février 2004.

« Après avoir lui-même agi comme juge improvisé pour les tribunaux des ‘rebelles’ contre les sympathisants Lavalas après le coup d’État, Chamblain était devenu plutôt un embarras pour le régime de facto et ses patrons des États-Unis, » rapportait Haïti- Progrès en août 2004. « De sorte qu’il a conclu un marché pour un nouveau procès avec le ministre de facto de la Justice Bernard Gousse et, le 22 avril il s’installait à la prison de Pétionville, où il prenait ses aises en toute liberté et sortait régulièrement pour aller manger et participer à des agapes. » Gousse avait déjà déclaré que Chamblain méritait le pardon à cause « de ses grands services rendus à la nation » en aidant au renversement du gouvernement constitutionnel haïtien et n’avait « rien à craindre » de la justice haïtienne sous sa gouverne, d’après Haïti Progrès.

Donc, c’est sans aucune surprise que le 17 août 2004, un tribunal à la sauvette rejetait la condamnation de Chamblain pour le meurtre de masse de Raboteau, en le déclarant « non coupable, à l’aube, à la suite d’un procès nocturne en continu de 14 heures, auquel un seul témoin de l’accusation osa se montrer, et ce n’était pas un témoin oculaire, » rapportait Haïti-Progrès. « Le jugement avait été annoncé seulement trois jours ouvrables plus tôt. »

Néanmoins, Chamblain restait dans sa situation de semi-emprisonnement, attendant un nouveau jugement sous d’autres chefs. L’ambassade des États-Unis s’inquiétait de le voir mis en liberté par Latortue et Gousse, un embarras supplémentaire pour Washington. Sous le titre de « Manigances autour de Chamblain », un câble du 15 mai 2005 décrit comment le Premier ministre Latortue promettait à l’ambassade des États-Unis que son gouvernement ne sortirait pas Chamblain de prison. « Latortue nous a assurés que Chamblain ne serait pas libéré, disant que le ministre de la Justice Gousse était d’accord avec lui à ce sujet, » écrivait le chargé d’Affaires Douglas M. Griffiths. “Il l’a répété en deux fois, disant que Chamblain ne serait pas libéré tant qu’il serait Premier ministre. »

C’était, évidemment, un mensonge, et Chamblain était libéré trois mois plus tard. Tout récemment, on voyait Chamblain debout à côté de Duvalier peu après le retour de ce dernier, agissant à titre de chef de sécurité.

La conduite scandaleuse de Gousse a commencé à alimenter des discussions parmi les tuteurs d’Haïti dans les coulisses. Au cours d’une rencontre le 20 mai avec des fonctionnaires de l’ambassade des États-Unis et d’autres membres du “Noyau”, le chef de la MINUSTAH Valdés a rapporté que des leaders politiques haïtiens de façon écrasante sentaient que « le GIOH devrait procéder au remplacement de quelques membres du cabinet, spécialement du ministre de la Justice Gousse, » rapportait l’ambassadeur Foley dans un câble daté du 25 mai. « Valdés a fait valoir que le président était en faveur du remplacement de Gousse, mais s’inquiétait pour ne pas créer un ‘martyr pour la souveraineté haïtienne’ si cela laissait l’impression que Gousse était renvoyé afin de faire libérer Neptune. L’ambassadeur français était d’avis que le président et le Premier ministre n’avaient pas encore arrêté leur décision au sujet de Gousse. Valdés a dit que remplacer Gousse serait une bonne chose et pour la justice et pour la sécurité en Haïti, mais que le timing était certainement délicat. »

Même des membres de la bourgeoisie d’Haïti ont proposé de remplacer Gousse par des gens comme Charles Gervais, qui est actuellement l’avocat de Duvalier et l’éminence grise du président Martelly. « L’homme d’affaires Réginald Boulos est celui qui nous a proposé cela nous disant que Charles est ‘intelligent mais pas entêté comme Gousse ‘ », a rapporté Foley dans un câble du 13 juin 2005.

Le 14 juin, Gousse a été finalement remercié de ses services suite à une lettre de dix membres du Congrès des États-Unis à la secrétaire d’État Condoleezza Rice réclamant son renvoi immédiat, en ces termes: « (il) a clairement démontré ne pas vouloir assumer ses obligations d’une manière objective et responsable. »

Gousse fut remplacé par Henri Dorléans, qui « s’est présenté lui-même comme l’antithèse de Gousse, ouvert, amical, et tourné vers l’action. » ainsi que le rapportait l’ambassadeur Foley dans un câble du 5 juillet 2005.

« En tant que fonctionnaire en 2004 et plus récemment comme avocat indépendant, Gousse a montré un troublant dédain quant à l’obligation qu’a Haïti de poursuivre les crimes de droits humains, » a dit à Haiti Liberté Amanda Klasing, une experte sur Haïti pour Human Rights Watch.

La nomination de Gousse, qu’elle soit maintenue ou non, tend à refléter un « dédain” similaire de la part du président Martelly, dont les affinités de droite s’affichent de plus en plus. Son premier choix, l’ultraconservateur homme d’affaires Daniel Rouzier, a été bruyamment rejeté par le Parlement.

À son retour d’Espagne le 9 juillet, un journaliste de Radio France International a demandé à Martelly: « Et si Bernard Gousse est rejeté?”

« Il n’y a pas de ‘si’,” de répondre Martelly, « c’est Gousse que je veux !”

Traduit de l’anglais par Guy Roumer

Revenir en haut Aller en bas
Marc H
Super Star
Super Star
Marc H

Masculin
Nombre de messages : 9836
Localisation : Quebec
Opinion politique : Démocrate
Loisirs : soccer
Date d'inscription : 28/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le voyeur

WikiLeak: Bernard Gousse was so repressive Empty
MessageSujet: Re: WikiLeak: Bernard Gousse was so repressive   WikiLeak: Bernard Gousse was so repressive EmptyJeu 14 Juil 2011 - 0:43

''Le chef de la Minustha Valdés de l'époque a dit que remplacer Gousse serait une bonne chose et pour la justice et pour la sécurité en Haïti,


Maintenant que Martelly veut revenir avec ce même Gousse qui a été répudié par la communauté nationale et internationale.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




WikiLeak: Bernard Gousse was so repressive Empty
MessageSujet: Re: WikiLeak: Bernard Gousse was so repressive   WikiLeak: Bernard Gousse was so repressive Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
WikiLeak: Bernard Gousse was so repressive
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti :: Haiti :: Espace Haïti-
Sauter vers: