Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

FOROM AYITI : Tèt Ansanm Pou'n Chanje Ayiti.
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  PortailPortail  ÉvènementsÉvènements  PublicationsPublications  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Le Deal du moment : -30%
NVIDIA Passerelle multimédia SHIELD TV 2019
Voir le deal
149.99 €

 

 Même s’il n’y a pas de gouvernement, on me paie et moi je paie les parlementaire

Aller en bas 
2 participants
AuteurMessage
Goya
Star
Star


Masculin
Nombre de messages : 490
Localisation : Montreal
Loisirs : lecture
Date d'inscription : 20/11/2010

Même s’il n’y a pas de gouvernement, on me paie et moi je paie les parlementaire Empty
MessageSujet: Même s’il n’y a pas de gouvernement, on me paie et moi je paie les parlementaire   Même s’il n’y a pas de gouvernement, on me paie et moi je paie les parlementaire EmptySam 16 Juil 2011 - 17:55

Ratification de Gousse : Martelly veut mettre le Parlement au pas

Il faut en finir avec le "dilatoire", a lancé à Jacmel le chef de l’Etat parti en croisade contre la volonté proclamée du "groupe des 16" de faire tomber son Premier ministre désigné ; le Sénateur Evallière Beauplan prévient Michel Martelly qu’il ne pourrait survivre plus de "24 heures" à une éventuelle dissolution inconstitutionnelle du Parlement

Publié le samedi 16 juillet 2011

Le Président Michel Martelly est passé à l’offensive contre les parlementaires, lors d’une tournée dans le sud-est au cours de laquelle il n’est pas allé avec le dos de la cuillère en pressant les élus de mettre un terme à leur "dilatoire" et de ratifier le Premier ministre désigné, Bernard Gousse.

Estimant que le pouvoir législatif devrait ratifier son choix afin de permettre à la population d’entrevoir des réponses à ses nombreux problèmes, le chef de l’Etat a convié jeudi les parlementaires à travailler avec Bernard Gousse dont la candidature à la Primature est en danger.

16 des 30 Sénateurs, issus pour la plupart du bloc GPR/INITE, ont paraphé une pétition dans laquelle ils se sont engagés à écarter le dossier de l’ancien ministre de la justice de la période post-Aristide (2004-2006).

S’érigeant en véritable patron des Sénateurs et Députés, le Président a affirmé que c’est lui qui assure leur paye tous les mois.

"Même s’il n’y a pas de gouvernement, on me paie et moi je paie les parlementaires", a lâché tout de go Michel Martelly, l’ancien chanteur de Compas surnommé "Sweet Micky", qui s’exprimait à Jacmel, la métropole du sud-est.

Pour lui, la tendance, au départ très défavorable à M. Gousse, serait actuellement de 50-50 parmi les membres de la 49e législature.

Le premier Sénateur du sud-est, Edwin Zenny, a fait chorus avec son ami Président dans sa campagne anti-parlementaire qui, en quelques jours, a déjà franchi plusieurs étapes.

En rupture de ban avec l’ex-plateforme présidentielle INITE sous les couleurs de laquelle il s’était fait élire, Zenny s’en est pris à ses pairs qu’il accuse de gaspiller l’argent de l’Etat et de vouloir conditionner la ratification du Premier ministre désigné à des négociations axées sur des intérêts particuliers.

Associant à sa nouvelle stratégie politique son épouse Sophia, qui a reçu cette semaine les quatre femmes élues à la Chambre basse, Michel Martelly avait effectué mercredi une "visite de courtoisie" inhabituelle au Parlement en marge d’une tournée dans plusieurs quartiers populaires de Port-au-Prince transformés en camps de déplacés internes depuis le séisme dévastateur du 12 janvier 2010.

Vendredi, deux des membres du groupe des 16, les Sénateurs Francky Exius et Evallière Beauplan ont mis en garde le chef de l’Etat contre les graves dangers de chaos politique qui pourraient découler -sur conseil de ses proches collaborateurs- d’une tentative de dissolution du Parlement, en violation de la constitution.

"Si le Président Martelly essaie aujourd’hui de dissoudre le Parlement, il entraînerait sa propre chute 24 heures plus tard", a averti Beauplan revenu dans le giron de Lavalas, le parti de l’ex-Président Jean-Bertrand Aristide, dont il s’était écarté.

Arrivé au pouvoir il y a maintenant deux mois, le Président Martelly n’avait pu, le mois dernier, dégager la majorité parlementaire nécessaire à la ratification de l’homme d’affaires Daniel Rouzier dont la candidature au poste de Premier ministre avait échoué à la Chambre des Députés. spp/Radio Kiskeya
Revenir en haut Aller en bas
Le gros roseau
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 9664
Localisation : Usa
Loisirs : sport ,internet,stock market
Date d'inscription : 21/08/2010

Même s’il n’y a pas de gouvernement, on me paie et moi je paie les parlementaire Empty
MessageSujet: Re: Même s’il n’y a pas de gouvernement, on me paie et moi je paie les parlementaire   Même s’il n’y a pas de gouvernement, on me paie et moi je paie les parlementaire EmptySam 16 Juil 2011 - 18:38

kouman se martelly ki peyé palmantè yo se ak lajanl li peye yo.si se sa yo se domestik li se sak fè li pale ak Moise jean charles tankou se ak chofè l lap pale.Martelly gen lè manke yon fey.
Revenir en haut Aller en bas
 
Même s’il n’y a pas de gouvernement, on me paie et moi je paie les parlementaire
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti :: Haiti :: Espace Haïti-
Sauter vers: