Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

FOROM AYITI : Tèt Ansanm Pou'n Chanje Ayiti.
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  PortailPortail  ÉvènementsÉvènements  PublicationsPublications  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Le Deal du moment :
iPhone 13 Pro : où précommander le ...
Voir le deal

 

 a propos de la bio-diesel.

Aller en bas 
2 participants
AuteurMessage
piporiko
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 4753
Age : 51
Localisation : USA
Opinion politique : Homme de gauche,anti-imperialiste....
Loisirs : MUSIC MOVIES BOOKS
Date d'inscription : 21/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: L'impulsif

a propos de la bio-diesel. Empty
MessageSujet: a propos de la bio-diesel.   a propos de la bio-diesel. EmptyLun 19 Mar 2007 - 17:54

Le maïs dans le moteur d’accord, mais à notre façon : campesinos contre Bush


par João Pedro Stedile

Mondialisation.ca, Le 11 mars 2007
Il manifesto



Le mouvement des paysans Sem terra du Brésil et l’organisation internationale Via Campesina condamnent l’initiative du président Bush, qui, dans son imminent voyage (l’article a été écrit avant le voyage de Bush au Brésil, NDT) latino-américain se propose de séduire et faire coopter les gouvernements de la région dans le développement à grande échelle de la production des biocombustibles – comme l’alcool de la canne à sucre et l’éthanol de maïs - pour les exporter vers le marché nord-américain. Récemment, 600 dirigeants de mouvements paysans du monde entier, de scientifiques, d’écologistes et de féministes, se sont réunis au Mali pour discuter des problèmes relatifs à la souveraineté alimentaire de nos pays. Nous avons analysé l’offensive en cours pour la production de biocombustibles et avons compris qu’une « alliance diabolique » a été fomentée pour unifier les intérêts de trois grands secteurs du capital international : les entreprises pétrolières, les transnationales qui contrôlent le commerce agricole et les semences transgéniques, et les firmes des constructeurs automobiles.



Que veulent-ils ? Maintenir le niveau actuel de consommation dans le premier monde, avec tous leurs taux de bénéfice. Pour l’obtenir, ils attendent que les pays du sud concentrent leur agriculture sur la production de combustibles qui approvisionneraient les moteurs du premier monde.



L’énergie contenue dans les grains (céréales) ou dans les plantes est en réalité une métamorphose agrochimique de l’énergie solaire qui, à travers les huiles végétales ou l’alcool se transforme en combustible. Les meilleures conditions de réalisation de ce processus se trouvent au sud du monde, où l’incidence de l’énergie solaire est plus grande et où il y a encore des terres disponibles. En outre, les entreprises veulent profiter de l’ouverture vers les agrocombustibles pour étendre l’utilisation des semences transgéniques de soja et maïs, en s’assurant les bénéfices dérivant de la vente des semences brevetées et de celle des produits agro toxiques pour le développement de l’agriculture énergétique.


Produire des combustibles comme le tournesol, le maïs, les amandes, la palme africaine ou la canne à sucre est en apparence un comportement animé de bonnes intentions : celui de substituer au pétrole, combustible polluant et non renouvelable, des combustibles renouvelables qui n’endommagent pas l’environnement. Cette alternative sera récompensée par une vaste publicité gratuite, parce qu’elle se présentera comme un geste de bonne volonté pour limiter le réchauffement de la planète.



Mais la seule chose qui intéresse l’alliance trilatérale c’est de faire des profits. La question environnementale ne les préoccupe pas le moins du monde. L’alliance n’a opté pour l’énergie renouvelable que pour ne pas dépendre du pétrole importé par des pays qui ont des gouvernements nationalistes comme le Vénézuéla et l’Iran, du fait de l’échec de la guerre en Irak qui a empêché les Etats-Unis de s’approprier ce pétrole, et du fait de l’instabilité politique du Nigéria, de l’Arabie Saoudite et de l’Angola. En clair, le choix a été déterminé par des problèmes dan les principaux pays qui exportent leur pétrole aux Etats-Unis ou en Europe.



Les mouvements paysans affirment :

En premier lieu qu’on ne doit pas utiliser le terme de biocombustible, parce que mettre génériquement en relation énergie et vie (bio) est une manipulation d’un concept qui n’existe pas. Le terme doit être remplacé par agrocombustible.



Deuxièmement, nous reconnaissons que l’agrocombustible est plus adapté à l’environnement que le pétrole. Mais cela ne modifie pas le principe du choix auquel est appelé l’humanité : le modèle actuel du gaspillage de l’énergie et du transport individuel, qui doit être remplacé par un modèle fondé sur le transport collectif (train, métro etc.).



Troisièmement, nous sommes opposés à l’utilisation de biens destinés à l’alimentation humaine à des fins de production de combustibles.



Quatrièmement, bien que la production d’agrocombustibles soit considérée comme nécessaire, elle doit être faite de façon durable. Nous combattons le modèle néo libéral actuel d’agriculture à grande échelle et de monoculture, qui dégrade l’environnement par l’utilisation intensive d’agro toxiques et la mécanisation, qui élimine la main d’œuvre et aggrave le réchauffement de la planète, en détruisant la biodiversité, et en empêchant que l’humidité et les pluies gardent un équilibre avec la production agricole.



Nous affirmons qu’il est possible de réaliser des combustibles avec des produits agricoles si ceux-ci sont cultivés de façon durable, dans des unités de production petites et moyennes, qui ne déséquilibrent pas l’environnement et qui préservent une plus grande autonomie pour les paysans dans leur contrôle de l’énergie et dans les approvisionnements des villes.


Le mouvement paysan condamne le voyage de Bush, parce qu’il marquera le début de l’offensive pour l’exportation d’agrocombustibles latino-américains vers le marché étasunien. En échange, les capitalistes nord-américains de l’alliance trilatérale exigent le droit d’installer des dizaines de nouveaux établissements pour la production d’alcool dans tout le continent sud-américain. Pour rendre son propre programme réalisable, le gouvernement Bush postule qu’on reconnaisse à l’alcool éthanol le statut de « matière première énergétique » non agricole, pour échapper aux normes imposées par l’OMC sur les produits agricoles.


Bush propose en outre que Brésil, Etats-Unis, Inde, Afrique du Sud, et d’autres pays, négocient un registre technologique commun pour l’agrocombustible dérivé de la canne à sucre, du maïs ou de plantes, dans le but d’atteindre une formule internationalement reconnue, en donnant naissance à une sorte d’Opec de l’énergie agricole, qui en contrôlerait le commerce mondial.



Dans les prochains mois, les mouvements paysans continueront à débattre pour une meilleure définition de nos concepts et de nos initiatives politiques face à ce nouveau défi, y compris avec la définition d’une proposition de production réalisable et durable.


Surtout, nous discuterons des formes de combat contre ce projet étasunien dont l’éventuel succès entraînerait une tragédie pour l’agriculture tropicale, parce qu’il transformerait nos meilleures terres cultivables par de grandes extensions en monocultures, il aggraverait la perte de biodiversité et réduirait la quantité de terre réservée à la production d’aliments, en rejetant des millions de paysans du monde entier vers les bidonvilles. Le tout pour approvisionner les transports individuels motorisés et préserver la consommation de l’ American way of life.


Cette discussion et cette lutte ne font que commencer. Nous espérons que le débat va s’étendre à toutes les sociétés et que les médias diffuseront le débat. Ce sont des thèmes fondamentaux pour l’avenir de nos peuples.



*João Stedile est le leader du mouvement des Sans Terre (MST) au Brésil.

©Ips /il manifesto



Edition de jeudi 8 mars 2007 de il manifesto
Revenir en haut Aller en bas
piporiko
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 4753
Age : 51
Localisation : USA
Opinion politique : Homme de gauche,anti-imperialiste....
Loisirs : MUSIC MOVIES BOOKS
Date d'inscription : 21/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: L'impulsif

a propos de la bio-diesel. Empty
MessageSujet: Re: a propos de la bio-diesel.   a propos de la bio-diesel. EmptyLun 19 Mar 2007 - 17:55

Qui tire profit du commerce des biocarburants ?


par Mouvement mondial pour les forêts

Mondialisation.ca, Le 9 mars 2007
WRM, Bulletin mensuel no 112


Envoyer cet article à un(e) ami(e)
Imprimer cet article


Il y a dans le monde près de 800 millions d’automobiles, qui consomment plus de 50 % du total de l’énergie produite. Ainsi, la voiture individuelle est la première cause de l’effet de serre. Bien que tout le monde soit d’accord que le changement climatique est une réalité, personne n’a sérieusement l’intention de modifier le style de vie qui le provoque. Au contraire, on cherche des solutions technologiques pour que les entreprises qui profitent de ce modèle y gagnent toujours autant.

C’est dans ce contexte que l’on a commencé, ces dernières années, à préconiser les biocombustibles comme solution de rechange au réchauffement de la planète.

Poussés par leur désir de remplir les obligations contractées en vertu du Protocole de Kyoto, les pays européens veulent à tout prix remplacer leurs systèmes énergétiques à base de combustibles fossiles par d’autres utilisant des biocombustibles, mais la production de ces derniers ne leur suffit pas. Quant aux États-Unis, s’ils disposent de terres agricoles en quantité suffisante, leur consommation d’énergie est si élevée qu’ils dépendront eux aussi des importations pour satisfaire la demande.

D’où viendront ces biocombustibles ? Eh bien, de l’Amérique latine, de l’Asie et de l’Afrique. Dans toutes ces régions on affectera des terres à vocation agricole ou des écosystèmes naturels à la plantation de cultures appropriées pour la fabrication de biocarburants.

Ainsi, en raison de la voracité énergétique qui existe au monde, les biocarburants aggraveront les problèmes que suscitent déjà les monocultures de soja, de palmier à huile et de canne à sucre, sans résoudre pour autant les problèmes écologiques et sociaux de fond.

Mme. Dilma Roussef, chef du cabinet civil brésilien, a dit que les biocarburants sont l’expression du « mariage de l’industrie agricole avec l’industrie pétrolière ». Il faudrait inclure dans cette alliance l’industrie biotechnologique.

L’exemple le plus clair en est peut-être la nouvelle association créée par la société pétrolière BP et la société biotechnologique DuPont. Ensemble, elles vont développer, produire et commercialiser une nouvelle génération de biocarburants pour accroître la demande mondiale de carburants renouvelables pour les transports. Les deux entreprises y travaillent depuis 2003 et vont introduire sur le marché britannique un nouveau produit, le biobutanol, en tant que bio-composant de l’essence.

Les entreprises en question sont en train de tirer parti des compétences biotechnologiques de DuPont et de l’expérience et l’expertise de BP en matière d’élaboration de carburants. Elles espèrent devenir des leaders mondiaux dans le développement de biocarburants avancés qui pourraient atteindre 20 % dans la composition de carburants pour les transports dans certains marchés-clés.

L’industrie biotechnologique a vu dans les biocarburants une occasion d’élargir son champ d’action et, surtout, de rester longtemps en affaires, en dépit de l’opposition des consommateurs du monde entier qui ont refusé les produits transgéniques dans leur nourriture.

L’utilisation de cultures transgéniques dans l’élaboration de biocarburants permettra à l’industrie biotechnologique de redorer son image, qui s’est considérablement détériorée ces dernières années. Après les nombreuses promesses qu’elle n’allait jamais pouvoir tenir, cette industrie propose aujourd’hui de développer de nouvelles variétés transgéniques mieux adaptées à la production d’énergie.

Le soja RR sera la principale matière première pour la production de ‘biodiesel’ dans le Cône Sud et peut-être aussi dans d’autres pays de la région. Cette culture couvre déjà de vastes étendues en Argentine, au Paraguay, en Uruguay et au Brésil.

L’utilisation du soja transgénique pour la production de biocarburant a été présentée par le président Lula comme une solution à la polémique sur le soja transgénique au Brésil : au lieu de le manger, on en fera du biodiesel et la voiture ne va pas s’y opposer.

Le principal bénéficiaire de cette affaire sera la société Monsanto, qui percevra des redevances sur la vente de ses semences transgéniques brevetées et sur le produit de la récolte (dans ce cas, le biocarburant), comme elle le fait déjà dans le cas de l’huile de soja produite avec du soja RR. D’autres bénéficiaires seront, par exemple, Cargill, Bunge et ADM, qui se chargeront de la commercialisation.

En outre, la plupart du maïs utilisé aux États-Unis pour la production d’éthanol est sans doute d’origine transgénique. Chaque litre d’éthanol vendu grossira les recettes des entreprises biotechnologiques détentrices des brevets sur les semences de maïs transgénique, telles que Monsanto, Syngenta, Bayer et Dupont.

Un autre oléagineux utilisé pour la fabrication de biocarburants est le colza. La Confédération des industries agro-alimentaires de l’Union européenne (CIAA) a demandé à la Commission européenne d’autoriser l’importation de nouvelles variétés de colza génétiquement modifié pour l’industrie du biodiesel.

D’autre part, on commence à essayer des variétés transgéniques spécifiquement conçues pour la production de biocarburants. Ainsi, la société Syngenta a mis au point un enzyme alpha-amilase exprimé dans le maïs 3272 qui, mélangé à du maïs traditionnel, est destiné à la production d’éthanol. Or, l’enzyme alpha-amilase a été identifié comme un allergène important. Si les gènes qui le synthétisent réussissent à s’introduire dans la chaîne alimentaire, nous nous retrouverons devant une protéine susceptible d’avoir sur la physiologie humaine des effets inattendus.

Les entreprises alimentaires nord-américaines se sont opposées à l’introduction dans l’environnement de cultures transgéniques non destinées à l’alimentation, parce qu’elles craignent une éventuelle contamination génétique de leurs produits.

L’industrie pétrolière est encore un secteur qui tirera profit des biocarburants. Les sociétés pétrolières, en Europe surtout, ont décidé de s’engager dans l’affaire des produits « respectueux de l’environnement » pour répondre à la demande de leurs clients et s’adapter aux nouveaux objectifs de la Commission européenne en matière d’énergies renouvelables. Parmi celles qui ont le mieux diversifié leurs activités figurent Total, BP et Shell.

La société française Total obéit aux politiques de son pays, fortement favorable aux énergies renouvelables. La France est le deuxième producteur de biodiesel et d’éthanol de l’Europe. Total possède dans ce pays 4 500 stations-service et elle a une place importante en Espagne et en Italie, où elle exploite respectivement 1 740 et 1 400 stations-service. Elle prévoit aujourd’hui d’ouvrir de nouvelles usines en Afrique et en Amérique du Sud.

Les cas de BP et de Shell sont différents car, quoique le Royaume-Uni et les Pays-Bas ne s’efforcent pas de promouvoir les biocarburants, ces sociétés ont des stations-service dans des pays où les consommateurs les demandent. Par exemple, BP exploite 2 700 stations-service en Allemagne (premier producteur de biodiesel de l’Europe) ; Shell en a 2 200 en Allemagne et 1 000 en France.

Royal Dutch Shell vise à développer une deuxième génération de biocarburants, et elle a fait des essais de raffinage de bioéthanol à partir de lignine et de cellulose en coopération avec l’entreprise canadienne Iongen. Un autre associé stratégique de Shell est l’entreprise allemande Choren Industries, avec laquelle elle travaille à la production de carburant à partir de la biomasse forestière.

Pour ce qui est des entreprises nord-américaines, Chevron a créé une unité d’affaires en technologies avancées pour profiter des opportunités de production et de distribution d’éthanol et de biodiesel aux États-Unis. Cette unité sera située à Galveston, Texas, et aura une capacité de production annuelle de 100 millions de gallons de biodiesel par an. Chevron produit 300 millions de gallons d’éthanol par an aux États-Unis.

En Amérique latine, le Venezuela, malgré les grandes réserves de pétrole qu’il possède, s’apprête à rejoindre l’Argentine et le Brésil dans le développement de combustibles d’origine végétale pour la production d’énergie. La recherche de technologies pour la production de carburants de remplacement, dont le biodiesel, fait partie également d’un accord récemment passé par le Venezuela et treize autres pays des Caraïbes, qui a donné lieu à la création de Petrocaribe. Au Brésil, la moitié des carburants qui contiennent de l’alcool à l’état pur ou mélangé sont produits par les raffineries de Petrobras, l’entreprise pétrolière étatique.

La société espagnole Repsol, qui fabrique déjà du biodiesel en Espagne, investira 30 millions de dollars dans sa première usine de biodiesel en Argentine, dont la construction commencera en 2007. Au départ, la capacité de production sera de 120 000 mètres cubes par an, qui seront intégrés au gazole dans la proportion de 5 %.

Et finalement, il y a l’industrie automobile, responsable de la plupart de la consommation de combustibles fossiles et de l’effet de serre au niveau mondial, mais elle aussi commence à suivre la nouvelle vague des biocarburants.

Au Brésil, toutes les grandes marques internationales d’automobiles se sont adaptées à la production de véhicules qui utilisent de l’alcool. La moitié des voitures vendues au Brésil en 2004 sont faites pour fonctionner à l’alcool pur ou mélangé à de l’essence.

Ailleurs, ces entreprises se sont associées à d’autres dans des projets conjoints afin d’améliorer leur image de marque, de se transformer du point de vue technologique et de continuer dans les affaires pendant longtemps encore. La société allemande Volkswagen AG, par exemple, a annoncé qu’elle allait augmenter la période de garantie des voitures qui fonctionnent avec du biodiesel (B5) mélangé au carburant. Cette annonce fait partie d’un projet conjoint de deux ans avec la transnationale de l’alimentation Archer Daniels Midland Company (ADM), que les deux sociétés ont entrepris après avoir évalué ce biocarburant pendant un an.

De son côté, la société Toyota a annoncé une coopération stratégique avec BP pour produire de l’éthanol avec de la cellulose extraite des déchets au Canada.

D’autres entreprises ont suivi la même voie. Ce n’est pas qu’elles s’inquiètent de l’avenir de la planète : elles doivent s’adapter aux nouveaux besoins des consommateurs et aux obligations internationales que certains pays ont contractées en vertu du Protocole de Kyoto.

Dans le monde entier on préconise l’utilisation de biocarburants et plusieurs pays ont commencé à mettre en oeuvre des programmes nationaux, ont approuvé des lois et ont créé des comités consultatifs à ce sujet. Les arguments utilisés sont, parmi d’autres, que la prolifération de cultures énergétiques telles que la canne à sucre, le palmier à huile, le soja et d’autres peut être un facteur de développement rural important, et que la substitution des combustibles fossiles par des biocombustibles va contribuer à diminuer le réchauffement de la planète.

Or, l’affaire des biocombustibles contribuera plutôt à mieux positionner l’industrie biotechnologique, à renouveler les industries pétrolière et automobile et à augmenter les profits des entreprises qui commercialisent les biocarburants.

Cela ne veut pas dire que ce qui précède s’applique à l’utilisation d’huiles végétales, de bagasse de canne à sucre ou d’autres déchets agricoles ou forestiers pour satisfaire la demande en énergie de petites communautés locales. Il s’agit d’une question d’échelle : nous parlons des problèmes qui se posent lorsqu’il faut répondre à la demande de consommateurs qui veulent maintenir leur niveau de vie fondé sur le gaspillage, et qui ont bonne conscience lorsqu’ils mettent dans le réservoir de leur véhicule 5,75 % de biocarburant, sans regarder s’il provient des forêts amazoniennes du Brésil, des terres paraguayennes d’où les paysans ont été violemment expulsés ou de leurs propres terres agricoles.

À moins de changer le modèle de développement et de nous engager sur la voie d’une transition vers une société post-pétrolière où les modes de consommation de l’énergie seront différents, les biocarburants ne seront pas le moyen d’enrayer le changement climatique.

Devant cette situation, nous devons continuer de lutter pour une société qui encourage et respecte la souveraineté alimentaire et énergétique de tous les peuples.




Article orginal: novembre 2006.
Revenir en haut Aller en bas
Rodlam Sans Malice
Super Star
Super Star
Rodlam Sans Malice

Masculin
Nombre de messages : 11114
Localisation : USA
Loisirs : Lecture et Internet
Date d'inscription : 21/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Stock market

a propos de la bio-diesel. Empty
MessageSujet: Re: a propos de la bio-diesel.   a propos de la bio-diesel. EmptyLun 19 Mar 2007 - 23:25

Mwen kontan li teks saa.pase li enforme mwen sou zafè biodiesel la men mwen twouve otè ya twop ideyalist.Se foli ki ta kenbe mwen pou m ta diskite ak li men mwen pa wè demash Presidan Bush la osi sinikman.Mwen kwè ki li rekonet anfen ke planet la ap shofe reyelman se pa youn jwet anko. e li vle ede a konbat danje ke bagay saa represante.

Wi se otomobile ki konsome plis enerji ke nou pwodwi e se peyi industriyalise ki konsome plis enerji se vre.Men an nou gade bagay yo san pasyon eske ou pral mande mwen pou mwen vann mashinn mwen poum pran bus ki pa janm a lè.Se yon bagay ki panko reyalisab pou mete transpo piblik pou tout moun tout kote ,ke yon moun vle l ke w pa vle machinn se yon bagay ke se anpil jeneratyon ki pral pa itilise mashinn anko.Mwen kwè nou dwe ankouraje tout teknoloji ki ka deminye sa yo rele efè de ser sou planet ke se an fabrikan vwati ki itilise biodiesel ou byen vwati electrik.

Konbyen tan anvan ke ayisyen pral genyen bus tou patou ki pou asire transpo tout moun .men si nou itilise alkool ke nou pwodwi ak kann ou byen ak po kann ;si nou ka itilise gwo medsiyen pou nou kreye biodiesel mwen kwè sa ap diminye enpotatyyon lwil la ki rale anpil lajan ki te ka itilise pou lot bagay.Epi sa a kreye travay tou pou anpil moun.Fok yon moun sonje koz deforestatyon se itilisatyon chabon bwa , si nou ka kreye youn lot sous denerji san nou pa koupe bwa tout kote nou pa wè ki benefis sa ap ye pou peyi ya.Nou te konn itilise teren yo pou nou pwodwi sik ,sisal sa pat anpeshe ke nou kreye manje pou pep la.O zeta Zuni ak nouvel teknoloji ke yo itilise nan agrikilti koulye ya yap diminye nonb ferm ki genyen.Pwoblem rarte manje an ayiti se paske nou pa modernise agrikilti ya poul ba tout moun sayo manje .Mwen pa kwe si nou plante pye gwo medsiyen nan savann desole ak nan tou morn ki sanble desè yo sa ap diminye kantite manje nou pwodwi.O kontrè sa ap ede nou modernise agrikilti ya pou nou ka ba pep la manje.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




a propos de la bio-diesel. Empty
MessageSujet: Re: a propos de la bio-diesel.   a propos de la bio-diesel. Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
a propos de la bio-diesel.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti :: Mi-temps :: Tribune libre - Nap pale tèt kale-
Sauter vers: