Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

FOROM AYITI : Tèt Ansanm Pou'n Chanje Ayiti.
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  PortailPortail  ÉvènementsÉvènements  PublicationsPublications  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
-41%
Le deal à ne pas rater :
-41% sur le Pack enceintes Home Cinéma JAMO PACK
649 € 1099 €
Voir le deal

 

 LE CRI DE DANY VALET:Michel Martelly a besoin de la Minustah. Comme Préval

Aller en bas 
3 participants
AuteurMessage
kakakok
Super Star
Super Star
kakakok

Féminin
Nombre de messages : 5234
Localisation : USA
Opinion politique : Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites,mais je défendrai jusqu’à la mort votre droit à le dire"
Loisirs : DEMOCRATE DU CENTRE GAUCHE !
Date d'inscription : 27/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Vision politique , NOE DES TEMPS MODERNES !

LE CRI DE DANY VALET:Michel Martelly a besoin de la Minustah. Comme Préval Empty
MessageSujet: LE CRI DE DANY VALET:Michel Martelly a besoin de la Minustah. Comme Préval   LE CRI DE DANY VALET:Michel Martelly a besoin de la Minustah. Comme Préval EmptyDim 11 Sep 2011 - 0:53

Notre Haïti n’est plus :cette île insolite des Caraïbes. C’est désormais une sorte de cage aux fous et aux folles. Une promiscuité dans la déraison qui met côte à côte nationaux et étrangers. Au chevet d’une société déréglée, des aides-soignants dérangés. Chacun y va de sa folie sanguinaire. Kidnappings meurtriers en série. De sa corruption douce et sauvage. Larcins ici et là et mise à sac de la République. De ses assauts contre nos lois et la Constitution. Élections bidon et diktats internationaux. De son dévergondage sexuel. Port-Salut. Dans la République de l’impunité, la corruption, l’indécence et la violence des uns et des autres peuvent se donner libre cours. Tous à bord. Tous encagés dans le même réduit d’inélégances et d’incivilités. Tous coupables. Donc, point de sanctions. On a fait d’un pays une cité de complices dans le vice. Pourtant, une exception : la Minustah ne sortira pas indemne de cette énième « opération perversion » de ses casques bleus les plus infâmes.

Avant-hier, ils étaient jordaniens. Hier, sri-lankais. Aujourd’hui, ils sont uruguayens. Un cumul d’agressions sexuelles contre nos jeunes, qui a fini par rendre la Minustah aussi impopulaire qu’indésirable. C’est comme si l’opprobre du choléra n’était pas suffisant comme souillure sur le visage de cette mission onusienne et qu’il lui fallait se maculer d’autres salissures pour parfaire son autodestruction dans l’opinion publique haïtienne. L’affront de Port-Salut est trop profond. Aucune éponge ne saurait ni l’essuyer ni le laver. Blessures. Comme ces entailles vives faites d’une main assassine sur le corps et qui touchent jusqu’aux nerfs et aux os. Des bruits d’indemnisation nous parviennent d’Uruguay. Attention ! Ceux-là qui, ici comme ailleurs, croient possible une réparation du mal, doivent se dire que la dignité humaine outragée ne s’indemnise pas. Car ce viol collectif contre cet adolescent haïtien tient lieu de « kalòt marasa ». C’est la personne humaine qui est ici violentée. Et c’est Haïti qui est aussi flétrie dans ce qu’il lui reste d’orgueil national. Les excuses officielles uruguayennes sont acceptées. Celles des dignitaires des Nations unies en Haïti sont aussi les bienvenues. Isoler ou rapatrier ces soldats onusiens dépravés, ce n’est pas rendre justice. Il pourrait même s’agir là de stratagèmes procéduraux pour couvrir des intouchables. Justice ne sera rendue que quand un juge impartial aura dit son mot sur Port-Salut, ce haut lieu de villégiature où, par la folie de ces Uruguayens, la Minustah a creusé son tombeau d’Abu-Ghraib. C’est justement le comportement abject d’une minorité de GI’s américains dans cette prison d’Irak qui a fini par décrédibiliser, aux yeux des Irakiens et du reste du monde, la présence des forces américaines d’occupation dans ce pays. Éclaboussures. La maladresse de quelques-uns, les dérapages d’un groupe, les bavures d’un contingent, deviennent, souvent, le lot de tous. De toute une mission. Malheureusement.

Le renouvellement prochain du mandat de la Minustah devrait s’accompagner d’un agenda de redéploiement progressif de ses effectifs militaires. Le scandale de Port-Salut devrait servir de catalyseur aux autorités haïtiennes et onusiennes pour repenser cette mission et réévaluer son impact durable sur le terrain. Elle a permis, certes, une stabilisation relative d’Haïti. Mais dans l’ensemble, le bilan est loin d’être réjouissant. On peut même dire que la Minustah est victime de sa propre « malédiction haïtienne ». Le label n’est plus crédible. Méfiance. Suspicion. Mépris. Révolte. Manipulations politiciennes. Sous son appellation et son fonctionnement actuels, la mission militaire onusienne ne peut plus être efficace dans un environnement devenu très hostile. Il faudra travailler mieux l’image et policer davantage les comportements. Les puissances militaires régionales, comme le Brésil et le Chili, aideront mieux Haïti dans la préparation et la mise sur pied d’une force de sécurité haïtienne viable et professionnelle que dans le cadre d’une présence militaire prolongée, suspecte et indésirable, sous le parapluie onusien.

Michel Martelly a besoin de la Minustah. Comme Préval, il sait que la sécurité de son fauteuil présidentiel dépend largement de la présence militaire internationale. Les Américains en ont également besoin. L’Onu leur sert, ici, de paravent. La Minustah leur permet, surtout, de maintenir Haïti sous contrôle militaire sans coût majeur pour leur budget déficitaire. Du grand jeu. Au Palais national comme à Washington. Mais du mauvais jeu pour Haïti sur le long terme. Autant dire que cette présence militaire onusienne, que beaucoup d’Haïtiens perçoivent comme une mise sous tutelle de facto de leur pays, risque d’avoir encore de longs jours devant elle. De longs jours, si les Haïtiens le veulent, bien sûr. De longs jours, s’ils continuent de se faire petits devant l’exigence d’édifier leur propre force de sécurité nationale. Les temps sont mûrs pour des Haïtiens devenus grands et grandis de leurs petitesses et chicanes. Sinon, le viol de Port-Salut n’aura été qu’une amorce à d’autres viols à venir.
Daly Valet

Notre Haïti n’est plus cette île insolite des Caraïbes. C’est désormais une sorte de cage aux fous et aux folles. Une promiscuité dans la déraison qui met côte à côte nationaux et étrangers. Au chevet d’une société déréglée, des aides-soignants dérangés. Chacun y va de sa folie sanguinaire. Kidnappings meurtriers en série. De sa corruption douce et sauvage. Larcins ici et là et mise à sac de la République. De ses assauts contre nos lois et la Constitution. Élections bidon et diktats internationaux. De son dévergondage sexuel. Port-Salut. Dans la République de l’impunité, la corruption, l’indécence et la violence des uns et des autres peuvent se donner libre cours. Tous à bord. Tous encagés dans le même réduit d’inélégances et d’incivilités. Tous coupables. Donc, point de sanctions. On a fait d’un pays une cité de complices dans le vice. Pourtant, une exception : la Minustah ne sortira pas indemne de cette énième « opération perversion » de ses casques bleus les plus infâmes.

Avant-hier, ils étaient jordaniens. Hier, sri-lankais. Aujourd’hui, ils sont uruguayens. Un cumul d’agressions sexuelles contre nos jeunes, qui a fini par rendre la Minustah aussi impopulaire qu’indésirable. C’est comme si l’opprobre du choléra n’était pas suffisant comme souillure sur le visage de cette mission onusienne et qu’il lui fallait se maculer d’autres salissures pour parfaire son autodestruction dans l’opinion publique haïtienne. L’affront de Port-Salut est trop profond. Aucune éponge ne saurait ni l’essuyer ni le laver. Blessures. Comme ces entailles vives faites d’une main assassine sur le corps et qui touchent jusqu’aux nerfs et aux os. Des bruits d’indemnisation nous parviennent d’Uruguay. Attention ! Ceux-là qui, ici comme ailleurs, croient possible une réparation du mal, doivent se dire que la dignité humaine outragée ne s’indemnise pas. Car ce viol collectif contre cet adolescent haïtien tient lieu de « kalòt marasa ». C’est la personne humaine qui est ici violentée. Et c’est Haïti qui est aussi flétrie dans ce qu’il lui reste d’orgueil national. Les excuses officielles uruguayennes sont acceptées. Celles des dignitaires des Nations unies en Haïti sont aussi les bienvenues. Isoler ou rapatrier ces soldats onusiens dépravés, ce n’est pas rendre justice. Il pourrait même s’agir là de stratagèmes procéduraux pour couvrir des intouchables. Justice ne sera rendue que quand un juge impartial aura dit son mot sur Port-Salut, ce haut lieu de villégiature où, par la folie de ces Uruguayens, la Minustah a creusé son tombeau d’Abu-Ghraib. C’est justement le comportement abject d’une minorité de GI’s américains dans cette prison d’Irak qui a fini par décrédibiliser, aux yeux des Irakiens et du reste du monde, la présence des forces américaines d’occupation dans ce pays. Éclaboussures. La maladresse de quelques-uns, les dérapages d’un groupe, les bavures d’un contingent, deviennent, souvent, le lot de tous. De toute une mission. Malheureusement.

Le renouvellement prochain du mandat de la Minustah devrait s’accompagner d’un agenda de redéploiement progressif de ses effectifs militaires. Le scandale de Port-Salut devrait servir de catalyseur aux autorités haïtiennes et onusiennes pour repenser cette mission et réévaluer son impact durable sur le terrain. Elle a permis, certes, une stabilisation relative d’Haïti. Mais dans l’ensemble, le bilan est loin d’être réjouissant. On peut même dire que la Minustah est victime de sa propre « malédiction haïtienne ». Le label n’est plus crédible. Méfiance. Suspicion. Mépris. Révolte. Manipulations politiciennes. Sous son appellation et son fonctionnement actuels, la mission militaire onusienne ne peut plus être efficace dans un environnement devenu très hostile. Il faudra travailler mieux l’image et policer davantage les comportements. Les puissances militaires régionales, comme le Brésil et le Chili, aideront mieux Haïti dans la préparation et la mise sur pied d’une force de sécurité haïtienne viable et professionnelle que dans le cadre d’une présence militaire prolongée, suspecte et indésirable, sous le parapluie onusien.

Michel Martelly a besoin de la Minustah. Comme Préval, il sait que la sécurité de son fauteuil présidentiel dépend largement de la présence militaire internationale. Les Américains en ont également besoin. L’Onu leur sert, ici, de paravent. La Minustah leur permet, surtout, de maintenir Haïti sous contrôle militaire sans coût majeur pour leur budget déficitaire. Du grand jeu. Au Palais national comme à Washington. Mais du mauvais jeu pour Haïti sur le long terme. Autant dire que cette présence militaire onusienne, que beaucoup d’Haïtiens perçoivent comme une mise sous tutelle de facto de leur pays, risque d’avoir encore de longs jours devant elle. De longs jours, si les Haïtiens le veulent, bien sûr. De longs jours, s’ils continuent de se faire petits devant l’exigence d’édifier leur propre force de sécurité nationale. Les temps sont mûrs pour des Haïtiens devenus grands et grandis de leurs petitesses et chicanes. Sinon, le viol de Port-Salut n’aura été qu’une amorce à d’autres viols à venir.
Daly Valet
Revenir en haut Aller en bas
Le gros roseau
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 9664
Localisation : Usa
Loisirs : sport ,internet,stock market
Date d'inscription : 21/08/2010

LE CRI DE DANY VALET:Michel Martelly a besoin de la Minustah. Comme Préval Empty
MessageSujet: Re: LE CRI DE DANY VALET:Michel Martelly a besoin de la Minustah. Comme Préval   LE CRI DE DANY VALET:Michel Martelly a besoin de la Minustah. Comme Préval EmptyDim 11 Sep 2011 - 1:12


Nous sommes contre le renouvellement de la mission onusienne en haiti.Nous respecterons le mandat du President martelly pour effacer cette honte qui eclabousse l'honneur de tous les haitiens.Que les gendarmes se retirent graduellement ,mais il faut qu'ils laissent le pays le plus tot possible.Que les polticiens haitiens cessent ces querelles eternelles pour un pouvoir qu'ils ne peuvent pas bien gerer pour le developpement du pays.La politique a echoué ,messieurs .Vous nous aviez apporte l'opprobe. la honte.le mepris et le deshonneur.Alors il est temps que vous vous occupiez d'autres activités pour produire plus de biens et de services pour notre peuple.Que les gendarmes de la MINUSTAH aillent au diable. Martelly n'a pas besoin de leurs service s'il respecte la Constitution du pays.Martelly ne sera pas renverse parcequ'il est le protege de l'oligarchie et des puissances colonialistes qui ont toujours formenté les coups d'etat pour maintenir l'esclavage en haiti.Enough is enough.Go home ;we don't need you.
















Revenir en haut Aller en bas
Nickie
Star plus
Star plus
Nickie

Féminin
Nombre de messages : 1132
Localisation : Montréal, Canada
Loisirs : La lecture, la musique tendre, le net, le cinema, la plage, les voyages
Date d'inscription : 21/12/2007

Feuille de personnage
Jeu de rôle: La rose

LE CRI DE DANY VALET:Michel Martelly a besoin de la Minustah. Comme Préval Empty
MessageSujet: Re: LE CRI DE DANY VALET:Michel Martelly a besoin de la Minustah. Comme Préval   LE CRI DE DANY VALET:Michel Martelly a besoin de la Minustah. Comme Préval EmptyDim 11 Sep 2011 - 8:04

Nous n'avons nullement besoin de la présence de la minustha. Ils ne font rien que sé réjouir au bord de la plage, profiter de nos jeunes adolescents, manger le bétail des paysans, bref, il n ya rien qu'ils font que nos policiers formés ne peuvent pas faire. Ces gens là sont nos fardeaux; ils peuvent repartir aider d'autres pays si vraiment aider est leur mission.

Merci Minustha et au revoir, sans regret
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




LE CRI DE DANY VALET:Michel Martelly a besoin de la Minustah. Comme Préval Empty
MessageSujet: Re: LE CRI DE DANY VALET:Michel Martelly a besoin de la Minustah. Comme Préval   LE CRI DE DANY VALET:Michel Martelly a besoin de la Minustah. Comme Préval Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
LE CRI DE DANY VALET:Michel Martelly a besoin de la Minustah. Comme Préval
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti :: Haiti :: Espace Haïti-
Sauter vers: