Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

FOROM AYITI : Tèt Ansanm Pou'n Chanje Ayiti.
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  PortailPortail  ÉvènementsÉvènements  PublicationsPublications  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
-53%
Le deal à ne pas rater :
– 53% sur le Ventilateur sur pied OCEANIC – Hauteur réglable – ...
22.88 € 49 €
Voir le deal

 

 La Formation Continue des Enseignants en Haïti

Aller en bas 
AuteurMessage
revelation
Super Star
Super Star
revelation

Masculin
Nombre de messages : 3086
Localisation : Washington, DC
Opinion politique : Senior Financial Analyst
Loisirs : walking, jogging, basket, tennis
Date d'inscription : 21/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: L'analyste

La Formation Continue des Enseignants en Haïti Empty
MessageSujet: La Formation Continue des Enseignants en Haïti   La Formation Continue des Enseignants en Haïti EmptyMer 28 Sep 2011 - 23:24

La formation continue des enseignants en Haïti
Etzer FRANCE
Université de Montréal (Québec, Canada)
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Résumé
En Haïti, aujourd’hui, l’éducation est en situation d’urgence, et la formation massive (initiale et continue) d’enseignants s’avère incontournable. Les quelques initiatives lancées en ce sens n’ont pu aboutir aux résultats escomptés, entre autres, par manque de coordination… La solution reste encore à trouver.

Depuis les années 80, l’éducation en Haïti évolue dans un contexte politique assez mouvementé, caractérisé par la répétition des coups d’État, une insécurité omniprésente, de longues périodes de turbulence et, évidemment, la détérioration progressive de l’économie.
Tout comme les autres secteurs vitaux tels que la santé et la justice, l’éducation est en situation d’urgence, et le pays ne semble pas sur la voie de réaliser les objectifs du Forum mondial sur l’éducation de Dakar, en particulier l’enseignement primaire obligatoire et gratuit pour tous d’ici 2015 et l’amélioration de la qualité de l’éducation.
La réalisation de ces objectifs requiert impérativement une campagne de formation massive d’enseignants, formation initiale pour intégrer de nouveaux enseignants, car un demi-million d’enfants n’ont toujours pas accès à l’éducation de base (CIC, 2004), mais aussi formation continue pour qualifier les enseignants en service.
En effet, sur un total de 70 000 enseignants au fondamental 31, 85 % n’ont pas reçu une formation professionnelle jugée adéquate et n’ont donc aucune certification; 30 % ont un niveau académique inférieur à celui de la neuvième année fondamentale (MENJS, 2005).
Le Ministère de l’Éducation nationale, des ONG et d’autres institutions privées ont lancé diverses initiatives de formation continue des enseignants, avec le soutien de différents bailleurs de fonds, particulièrement l’USAID, l’ACDI et l’Union européenne.

Il existe donc actuellement un certain nombre de curricula plus ou moins élaborés et une certaine expertise a été développée sur le terrain. Ces programmes utilisaient essentiellement des sessions (de deux jours à quatre semaines) pendant les congés scolaires, des journées pédagogiques, la supervision pédagogique et la formation à distance sous forme de cahiers d’exercices.

« Ces actions ont permis d’élever le niveau de qualification d’un nombre
significatif d’agents. Cependant, l’absence d’une véritable politique de
formation n’a pas facilité la synergie des actions et a plutôt renforcé l’éparpillement
et l’émiettement des différents programmes appliqués ici ou là.


De plus, l’ensemble de ces initiatives n’a pas permis de relever les défis
qualitatifs et quantitatifs de la formation des agents en exercice dans le
fondamental. » (MENJS, 2005).

Certains ont même qualifié ces activités de « saupoudrage ».
En fait, de multiples organisations nationales, internationales, confessionnelles et communautaires ont œuvré pour la formation continue des enseignants, mais de manière peu coordonnée, avec des interventions souvent éparses et ponctuelles.

L’une des grandes particularités du système éducatif haïtien est le poids du privé qui représente plus de 80 % de l’offre scolaire au fondamental avec des écoles laïques, des écoles protestantes de diverses dénominations et des écoles catholiques à leur tour réparties en écoles congréganistes, presbytérales et autonomes catholiques; à cela s’ajoute une multitude d’ONG.
Le Ministère de l’Éducation n’a jamais pu se structurer et se donner les moyens d’assurer la gouvernance du système.

Dans le cadre du Plan national de formation (1997-2007), une structure avait pourtant été définie, les EFACAP, Écoles fondamentales d’application et Centres d’appui pédagogique (MENJS, 2004).
Chaque EFACAP assure en principe l’encadrement pédagogique d’une vingtaine d’écoles associées. Elle est constituée d’un Centre d’appui pédagogique (CAP) chargé de la formation continue des enseignants et directeurs des écoles associées et d’une École fondamentale d’application (EFA) pour les enseignants en formation initiale.

Des EFACAP devaient être mises en place dans toutes les communes (MENJS, 2004). Malheureusement, ce programme n’a jamais vraiment démarré. Ce n’est qu’à la fin de 2001 que le Ministère de l’Éducation nationale met sur pied une Commission d’élaboration des programmes de formation continue des personnels de l’école fondamentale, dans l’optique « de concevoir la formation, de coordonner l’ensemble du dispositif de formation, d’évaluer et de réguler le système » (MENJS, 2002).

Cette commission, réunissant les acteurs principaux de la formation des agents éducatifs, a réussi à élaborer le « Programme cadre de formation continue des agents du fondamental ».
En plus de définir un référentiel de compétences professionnelles et disciplinaires pour 200 agents éducatifs, ce programme fixe les normes permettant de réguler et de valider les programmes de formation continue, d’habiliter les opérateurs (du secteur privé) et de certifier les bénéficiaires.
Il a dû cependant attendre janvier 2005 pour être officiellement validé.

Quelques outils (insuffisants il est vrai) de formation continue existent donc déjà et les dispositifs officiels sont à un stade assez avancé de conception.

Il faut maintenant espérer un minimum de stabilité politique pour la mise en oeuvre.

L’urgence devient de plus en plus grande : Haïti vient encore de se classer 153e sur 177 pays, selon l’indicateur de développement humain du PNUD (rapport 2005); c’est le seul pays d’Amérique à figurer sous la rubrique « Faible développement humain ».

Références
CIC (2004). Cadre de coopération intérimaire 2004-2006 - Rapport de synthèse. Banque
interaméricaine de Développement - Commission européenne - Nations Unies -
Banque Mondiale.
MENJS (Ministère de l’Éducation nationale, de la jeunesse et des sports) (2002).
Programme cadre pour la formation des agents de l’enseignement fondamental
(première version). MENJS (2004). EFACAP - texte d’orientation. MENJS (2005). Programme cadre pour la formation des agents de l’enseignement fondamental.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
 
La Formation Continue des Enseignants en Haïti
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Une nuit qui prend tout son sens [Hentaï PV Kaine] [Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti :: Haiti :: Culture-
Sauter vers: