Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

FOROM AYITI : Tèt Ansanm Pou'n Chanje Ayiti.
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  PortailPortail  ÉvènementsÉvènements  PublicationsPublications  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Le Deal du moment : -33%
Remise de 1000 € sur le ...
Voir le deal
1999 €

 

 LA DERNIERE PITE

Aller en bas 
AuteurMessage
Edpoete
Star
Star


Nombre de messages : 209
Date d'inscription : 24/10/2006

LA DERNIERE PITE Empty
MessageSujet: LA DERNIERE PITE   LA DERNIERE PITE EmptyVen 4 Nov 2011 - 15:51


"Qui veut faire l'ange fait la bête" ?

Top of Form
"Qui veut faire l'ange fait la bête" ?

« L'homme n'est ni ange ni bête et le malheur veut que qui veut faire l'ange fait la bête. » Blaise Pascal La culture et la morale exigent de l'homme des tâches difficiles. Elles lui demandent de renoncer à une vie dans l'instant, à une vie de bête rythmée par ses pulsions pour une vie d'ange réglée par des principes. Mais l'homme se plie rarement tout à fait à ces règles, elles le fatiguent tant qu'il va parfois volontairement les violer pour le plaisir de s'en libérer. Dans ce sens, qui veut faire l'ange fait la bête. Pourtant, les règles de conduite ne sont pas nécessairement des contraintes extérieures à soi, elles peuvent venir d'un choix de vie authentique. L'opposition de modèles de conduite extrêmes tels que l'ange et la bête est peut être le fruit d'une morale trop abstraite qui n'est pas adaptée à la réalité de l'homme. Si au lieu de se proposer des modèles imaginaires l'homme conduit sa vie à partir de la connaissance de soi, peut-il atteindre des fins à la hauteur de ses aspirations?
""Qui veut faire l'ange fait la bête"





JUSQU'A LA DERNIERE PITE

Cela ne rentre pas dans le cadre de ma grande culture de sagesse inspirée de Jéhovah, de Mahou, de Danleh ou de Jésus christ qui enseigne qu’avant de voir la paille dans l’oeil de son prochain, il est bien mieux de voir la poutre qui est votre propre oeil, ainsi vous verrez mieux pour enlever la paille dans l’oeil de l’autre. Je suis du syncrétisme du vodou, mélange du christianisme occidental et du vodou béninois de l’Afrique. Je suis en droit de critiquer le christianisme ou le vodou quand il y a écart entre l’acte et la parole chez les croyant ou chez ces deux religions. Par sagesse, je n’ai pas droit d’enlever la paille dans les yeux des musulmans ou islamistes a moins qu’ils piquent la guêpe dans son nid. Car j’ai ma propre poutre dans mon propre oeil, je dois d’abord m’e occuper selon que Jésus christ l’exige. Nulle religion n’est parfaite car la perfection est un attribut divin que le vodou adopte comme idéal sublime et métaphysique. Le vodou a ses anges rebelles tels Cheviecoudaleh (jalousie=péché), Aza Athiassou (Voleur=péché), des Guede, Bakoulou Baka, Bizango, Rwaminui, qui se versent dans les sciences occultes, ésotériques cachant des faux secrets pour vendre afin de s’enrichir, de faire fortune comme le christianisme a son Belzébul, son serpent d’airain, sa pythie, son Léviathan, son diable, son démon, son propre satan. Que chaque religion s’occupe a l’intérieur d’elle, de ses propres anges rebelles sans s’arroger le droit sans raison valable de s’ingérer, s’immiscer dans les affaires d’une autre religion ayant ses propres chats a fouetter. C’est ainsi que les boeufs seront bien gardes, que les comptes seront bien faits dans l’aune démocratique de la tolérance, du respect, de la liberté, du droit, de la fraternité, de la conscience éclairée.


Bien cher Jean Delisle, sans doute vous etes de bonne foi, quand vous affirmez que toutes les religions prêchent l’amour du prochain, la non violence et la tolérance, C’est vrai ! Vous dites la vérité. Personne ne peut vous contrecarrer. Par exemple, dans 1 Jean 4 : 8 et Jean la Bible dit : Celui n’aime pas n’a pas connu Dieu car Dieu est amour... Quand je parlerais les langues des hommes et des anges, j’airais le don de la prophétie, comprenne tous les mystères, possède toutes les connaissances, si je n’ai pas l’amour je ne suis rien. (1 corinthien 13 : 1-6) Cantique 2 :4 car c’est l’amour le plus fort, Le plus grand de tout c’est l’Amour Proverbes 10 : 12

Ce n’est pas seulement de savoir si les actes suivent les paroles, mais il est aussi question de remettre en question le fait d’inculquer des instructions sélectives par lesquelles des dirigeants ou chefs religieux cherchent a endoctriner les esprits des gens afin de fabriquer des bonasses dociles, des zombies égares dans les zones ténébreuses des mystères dont l’obscurité les empêche de voir la réalité en place face, de connaitre la vraie des authentiques vérités. Blaise Pascal avait raison de dire que l’homme n’est ni ange ni bête, mais qui veut faire la bête. Cependant il faut distinguer le croyant du savant, le fidèle du théologien dont la compréhension ne se situe pas au même niveau. Du théologien prophète étant un savant vient l’instruction que reçoit le fidèle de la bouche des chefs religieux prêtres ou pasteurs. La déformation de la parole souvent vient de gens intermédiaires, souvent a cause du souci de biens matériels trop adores ou du manque d’instruction que souffrent les intermédiaires ou le passage, le transfert de la parole du responsable au fidèle profane qui ne se fait pas sans subir des déformations perçues comme des déviances ou des déviations dont les dérives entraînent des dommages au niveau psychologique et spirituel d’abord ayant des conséquences négatives sur le plan social et économique. Les bonasses se font exploiter sans voir l’exploitation, se fait marginaliser sans voir la marginalisation de telle sorte que la déformation facilite le glissement du pouvoir spirituel au pouvoir temporel, ou le responsable prêtre ou pasteur cesse de compter les âmes pour le salut au royaume céleste et du paradis pour compter des César en million pour enrichir son compte de banque ou l’âme se met désormais au service de l’argent par la poche et pour la fourchette.

Les bonasses ne peuvent pas voir le glissement qui égarent leur chef qui les égare eux mêmes parce qu’ils sont trop endoctrines, trop aveugles, ont la tête trop enfoncée dans la caverne ténébreuse des mystères dont l’obscurité bloque tout sens d’objectivité, de critique, d’observation, d’analyse, des faits. Bref l’obscurité des mystères empêche de saisir la réalité dont ils sont complètement déconnectés. Le glissement et l’exigence de la dîme pour la poche du chef, les paralysent en faisant montre d’un grand état de faiblesse. Tout compte fait, endoctrines et déconnectés, aveugles et affaiblis, les bonasses sont tailles sur mesure pour vivre sous le règne du mensonge destructeur conforme a l’instruction sélective déformante et déformée en ayant dans l’esprit que la religion prêche exclusivement l’amour, la non violence et la tolérance. Seulement ça, exclusivement, rien que ça Toutes les religions appréhendent le monde selon trois comprennent trois grandes dimensions, a savoir 1) le cadre naturel couvrant les besoins naturels tels que manger, boire, se vêtir, dormir, produire, consommer, commercialiser 2) le cadre socio culturel renfermant( instruction, éducation, édification, intellectualité, psychologie, fraternité, affectivité, amour) 3) le cadre métaphysique ou surnaturel comprenant (spiritualité, foi, croyance, éternité, au-delà de la mort, espérance, rêve, fin). Donc il est qu’on se met a l’esprit que la religion doit exclusivement prêcher l’amour en négligeant les autres facettes de la vie. Si quelques personnes le font, c’est au détriment d’elles mêmes et de la volonté divine enseignant dans la genèse : croissez, multipliez, dominez la terre. Dominez ici signifie cultivez le sol pour devenir de maître de votre propre destin, vous montrez responsables envers vous mêmes et non dominez les autres frères étant vos égaux comme images du créateur. Mais les déformateurs n’insistent pas sur les passages qui permettent de rester en contact avec la réalité au profit d’un endoctrinement qui dresse l’esprit du fidèle croyant dans la caverne ténébreuse des mystères dont l’obscurité opaque les interdit de rester en contact avec la réalité, le réel pour qu’ils en récoltent les profits et retombées bénéfiques.

Enfin il a fallu un grand révolutionnaire de la trempe, de la stature d’un Jésus Christ, ayant le culot et le mérite de dénoncer les farceurs, les déformateurs, de casser le monopole des grands docteurs de la loi, pharisiens ou sadducéens, de libérer la parole des entraves de la loi, basculée dans le traditionalisme propre a protéger les privilèges des puissants au détriment de Dieu et de ceux du petit peuple. Il a fallu un révolutionnaire de la trempe de Jésus christ pour libérer la parole des entraves de la loi et de la mettre sous la protection de la foi, ouverte a tout le monde sans exception ni acception, au juif comme au grec, au libre comme a l’esclave, au circoncis comme a l’incirconcis, au barbare comme scythe, a l’homme comme a la femmes car par la foi en Dieu et en Jésus christ, nous sommes tous un, des frères.(Galates 3 : 28). Il a fallu un révolutionnaire de la trempe de Jésus christ pour chasser les vendeurs du temple transforme en caverne de voleurs. Il a fallu un révolutionnaire de la trempe de Jésus christ pour dire aux riches si vous croyez être parfaits, vendez tous vos biens, distribuez les aux pauvres et suivez moi. Il a fallu un révolutionnaire de la stature de Jésus christ, pour confesser en pleine face dans le grand effroi des riches, des farceurs, des déformations, des cupides : je suis venu jeter un feu sur la terre, et qu’ai-je a désirer, s’il est allume! Il est un baptême dont je dois être baptise, et combien il me tarde qu’il soit accompli. Pensez-vous que je sois venu apporter la paix sur la terre! Non, vous dis-je, mais la division. Car désormais cinq dans la maison seront contre divises, trois contre deux, et deux contre toi, le père contre le fils et le fils contre le père, la mère contre la fille et la fille contre la mère. Selon Luc 12 : 49.

Il a fallu un révolutionnaire de la trempe de Jésus Christ pour avoir le culot de dire aux puissants : Hypocrites! Vous discernez l’aspect de la terre et du ciel, comment ne discernez vous pas ce temps ci. Pourquoi de discernez vous pas de vous mêmes ce qui est juste. Je te le dis, tu ne sortiras pas de la que tu n’aies payé jusqu’a la dernière Pite. Matthieu1:2 ; Hébreux 7:14




DEHORS LES SOCIALISTES
Je suis fils a part entière de l’Amérique par mon sang (Cacique Henri= je jure que je préfère mourir que servir les blancs. Si vous êtes sages, allez remerciez Dieu de ce que je vous laisse la vie), par ma force (Dessalines= je fais ce qu’il fallait, je me fiche de ce que dira la postérité) par ma foi dans la prophétie de Toussaint Louverture ( en me renversant on n’a abattu a Saint-Domingue que le tronc de l’arbre de la liberté des noirs, mais elle repoussera par ses racines parce qu’elles sont profondes et nombreuses) tout comme par mon respect pour la devise d’Alexandre Pétion( l’union fait la force) et du rêve de l’ensemble des pères fondateurs de la patrie ( Liberté, égalité, fraternité, Indépendance).

Question pour les possédants
Vous trouvez inquiétant que les jeunes n’aient de leaders désignés. Vous craignez qu’ils ne se jettent dans les bras d’un fanatique qui les conduirait à la baguette. Serait ce que vous avez quelqu’un à suggérer ! Vous n’arrivez donc pas à penser autrement. Savez vous que les jeunes indignes ne veulent plus de chef charismatique ! Savez vous qu’ils veulent que les décisions réelles et ressortent de la volonté générale au bénéfice de l’ensemble et non de quelques uns ! Leur allergie aux autocrates est plutôt bon signe, non ! Vous dites craindre que leurs manifestations ne sombrent dans la violence. Avez-vous vu quelqu’un d’armé chez eux ! Leurs discours attaquent votre manque de responsabilité sociale. Est-ce donc que vous voulez les faire taire par la violence. Qui déclenchera la violence ! Vous croyez que ces anticapitalistes n’ont rien a proposé et vous leur conseiller donc de rentrer chez eux.
Savez vous qu’ils en ont assez de vos formules toutes faites. Savez vous que c’est justement cela qui est novateur chez eux que de proposer de construire les solutions ensemble non d’assener la vérité révélée. L’apparent apolitisme du mouvement est très politique : il s’agit de ne pas se livrer a des recettes décidées d’en haut pour se donner le temps de déterminer des processus qui émergent de la confrontation des idées, des processus, pas des procédés. Chers possédants, quelles formes de récupération êtes vous en train de préparer. Lagacé Francis.



Salut des charlatans
Les cancres, les charlatans a la manière de Tai Ki Tao ou de Madoff disciple de Ponzi que se donnent l’air des dieux pour tromper les apparences aiment adorent se vautrer dans la gabegie et ses gâchis par leurs spéculations pour porter le peuple a voyager dans les nuages célestes des rêves loufoques miroitant la fortune afin que ces ruses spéculateurs s’accaparent des profits en millions sinon milliards sans même contribuer un sous en placement. Après quoi les ruses prônent un prétendu positivisme fantoche attendant que la bulle éclate en pleine figure pour les démentir en meme temps que des investisseurs sont cruellement endommages financièrement. Même la encore il faut rester toujours positif car selon les acrobaties mentales des positifs caméléons il n’y a pas de récession en cours seulement quelques maisons construites en trop. Combien de récessions pointent à l’horizon de 1980 à 2008 et de 2008 à 2011. Le nombre est tellement astronomiquement effrayant je vous laisse la réponse avec John Stiglish dans son livre intitule ‘Le Triomphe de la Cupidité’. Cupidite ! Oui, le monstre destructeur que Christophe Colomb amène et débarque en Amérique pour égorger les indiens et les noirs. Destruction camouflée dans la théorie de l’évolution afin que le meurtre ou le génocide de certaines races reste en silence. Devant cette horreur terrible certaines forces du bien ayant une conscience éclairée interviennent avec leur lumière mais faute de moyens financiers, leur contribution reste minime devant l’ampleur des dommages causes par les gros démons, les grands monstres croyant dans le sans foi ni loi de la jungle. D’ailleurs il n’y rien d’étonnant ou de surprise en ce sens puisque l’homme moderne mesure sa valeur par sa force financière en nombre d’argent, de césar ou de millions sur son compte de banque sinon on n’a pas de valeur et n’a pas droit a la parole en public. Justement parce que les positifs caméléons ne font pas la distinction entre Vie dépendant de Dieu et Existence dependant des hommes à la manière du Vodou ou la vie est sous la responsabilité de Daïco fidele à Dieu Mahou et l’existence sous la responsabilité de Cheviecoudaleh dont la jalousie la convertit en fidele de Satan. Alors ce n’est pas étonnant que la confusion du positif caméléon au niveau de la vie et de l’existence donne la nausée autant que la répugnance est morbide.
Certains dénoncent les vices des monstres a la manière de Brave Guédé qui dénonce Azaka Athiassou comme grand voleur ou des fils de Madoff qui dénoncent leur père pour ses crimes a FBI. Rien d’étonnant les hommes de vertu dénoncent toujours les vices des caméléons, des cancres, des charlatans, des monstres comme Jésus Christ avait dénonce les grands docteurs de la loi depuis les pharisiens passant par les sadducéens jusqu’aux païens. Et Jésus christ avait raison de se révolter contre la logique boiteuse des grands farceurs ou docteurs de la loi car la raison comme la logique aiguillée de la conscience se mettent d’accord pour reconnaitre que tout remède se réserve aux malades et non aux gaillards. Pourquoi prodiguer des remèdes a des gaillards, c’est à dire, dans le contexte moderne pourquoi enrichir la poche des riches aises, des grands ayant déjà trop d’argent ! Seule l’absurdité peut répondre à cette question. C’est pourquoi je vois dans la loi de la jungle une grande absurdité que peuvent comprendre seulement les gens sensés éclairés ayant une conscience comme lumière qui les place dans l’humanité par opposition à la brute ou la bête.

Flash ! Un homme éclaire ne peut être contre le capitalisme en tant que système. En soi ce système n’est pas mauvais. Car le principe de la multiplication régit l’existence de tous les êtres vivants y compris les humains. D’ailleurs même la bible a fait ce constat : Croissez, multipliez. La multiplication est la base du processus de la conservation de toutes les espèces vivantes. C’est par la multiplication que la vie garde sa pérennité. Le profit dans le domaine économique est l’expression de ce principe. Ce qu’il faut dénoncer c’est l’intervention abusive de l’homme dans la découverte et l’application de ce principe, son utilisation au profit de certains et au détriment d’autres. Autant dire une pratique foncièrement discriminatoire. Ce que comprennent bien longtemps les socialistes. Ce que résume bien la brillante Nathalie Elgraby : En matière de climat, le manque d’éthique et la malhonnêteté ne sont pas des cas isoles. Ottmar Edenhofer, un membre influent du groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat(GIEC), a avoue que la véritable préoccupation de l’ONU est de redistribuer la richesse a travers les politiques environnementales Voila qui explique sans doute l’alarmisme injustifié qu’on tente de nous communiquer. Mais alors pourquoi les balivernes dont certains nous abreuvent n’éveillent-elles pas notre indignation. Pourquoi sommes si tolérant face à pareil simulacre de science. Un mensonge est un mensonge et le fait qu’il soit vert ne devrait pas le rendre plus acceptable.


Les cancres, les charlatans, les caméléons du capitalisme aiment bien se baigner les nuages éthérés de leurs spéculations favorables à la gabegie, au gâchis jusqu’à l’éclatement d’une bulle boursière. Puis toujours ils attendent la main salvatrice du socialiste au moment de la crise pour éteindre le feu qu’ils allument par leur faute. Si le socialiste ne fait pas de propositions de solutions les caméléons spéculateurs disent toujours qu’il se ferme la gueule s’il n’a rien à nous proposer. Quand tout va bon train, on ils suivent la logique pernicieuse de la même routine traditionnelle de la spéculation. Business as usual. Alors pour eux le socialiste est l’ennemi commun et jure qu’il faut abattre a tout prix car c’est lui qui dérange et non leur logique corrompue et boiteuse. D’ou leur pensées incendiaires comme extrémistes qui consistent à porter les socialistes (penseurs ou indignes) a se taire par la violence et que anticapitalistes doivent rentrer chez eux parce qu’ils n’ont rien à offrir ou proposer a la manière des mendiants eternels, des virus, bactéries vivent non symbiose mais en parasites qui tordent détruisent pour se nourrir. Je dirai a ces parasites s’ils n’aiment Cacique Henri ou Dessalines pour leurs propos qu’ils rentrent chez lui la ou ils étaient sortis avant le 5 décembre 1492, la date de la découverte de l’Amérique débarquant avec des cupides de la trempe de Bobadilla et de Je suis fils a part entière de l’Amérique par son sang (Cacique Henri= je jure que je préfère mourir que servir les blancs. Si vous êtes sages, allez remerciez Dieu de ce que je vous laisse la vie) et par ma force (Dessalines= je fais ce qu’il fallait, je me fiche de ce que dira la postérité) par ma foi dans la prophétie de Toussaint Louverture ( en me renversant on n’a abattu a Saint-Domingue que le tronc de l’arbre de la liberté des noirs, mais elle repoussera par ses racines parce qu’elles sont profondes et nombreuses) tout comme par mon respect pour la devise d’Alexandre Pétion( l’union fait la force) et du rêvé de l’ensemble des pères fondateurs de la patrie ( Liberté, égalité, fraternité, Indépendance).

Question pour les possédants
Vous trouvez inquiétant que les jeunes n’aient de leader désignés. Vous craignez qu’ils ne se jettent dans les bras d’un fanatique qui les conduirait à la baguette.
Serait ce que vous avez quelqu’un à suggérer ! Vous n’arrivez donc pas à penser autrement. Savez vous que les jeunes indignes ne veulent plus de chef charismatique ! Savez vous qu’ils veulent que les décisions réelles et ressortent de la volonté générale au bénéfice de l’ensemble et non de quelques uns ! Leur allergie aux autocrates est plutôt bon signe, non ! Vous dites craindre que leurs manifestations ne sombrent dans la violence. Avez-vous vu quelqu’un d’armé chez eux ! Leurs discours attaquent votre manque de responsabilité sociale. Est-ce donc que vous voulez les faire taire par la violence. Qui déclenchera la violence ! Vous croyez que ces anticapitalistes n’ont rien a proposé et vous leur conseiller donc de rentrer chez eux.
Savez vous qu’ils en ont assez de vos formules toutes faites. Savez vous que c’est justement cela qui est novateur chez eux que de proposer de construire les solutions ensemble non d’assener la vérité révélée. L’apparent apolitisme du mouvement est très politique : il s’agit de ne pas se livrer a des recettes décidées d’en haut pour se donner le temps de déterminer des processus qui émergent de la confrontation des idées, des processus, pas des procédés. Chers possédants, quelles formes de récupération êtes vous en train de préparer. Lagacé Francis au Journal de Montréal.


Salut des charlatans
Les cancres, les charlatans a la manière de Tai Ki Tao ou de Madoff disciple de Ponzi que se donne l’air des dieux pour tromper les apparences aiment adorent se vautrer dans la gabegie et ses gâchis par leurs spéculations pour porter le peuple a voyager dans les nuages célestes des rêves loufoques miroitant la fortune afin que ces ruses spéculateurs s’accaparent des profits en millions sinon milliards sans même contribuer un sous en placement. Après quoi les ruses prônent un prétendu positivisme fantoche attendant que la bulle éclate en pleine pour les démentir en même temps que des investisseurs sont cruellement endommages financièrement. Même la encore il faut rester toujours positif car selon les acrobaties mentales des positifs caméléons il n’y a pas de récession en cours seulement quelques maisons construites en trop. Combien de récessions pointent à l’horizon de 1980 à 2008 et de 2008 à 2011. Le nombre est tellement astronomiquement effrayant je vous laisse la réponse avec John Stiglish dans son livre intitule ‘Le Triomphe de la Cupidité’. Cupidité ! Oui, le monstre destructeur que Christophe Colomb amène et débarque en Amérique pour égorger les indiens et les noirs. Destruction camouflée dans la théorie de l’évolution afin que le meurtre ou le génocide de certaines reste en silence. Devant cette horreur terrible certaines forces du bien ayant une conscience éclairée interviennent avec leur lumière mais faute de moyens financiers, leur contribution reste minime devant l’ampleur des dommages causes par les gros démons, les grands monstres croyant dans le sans foi ni loi de la jungle. D’ailleurs il n’y rien d’étonnant ou de surprise en ce sens puisque l’homme moderne mesure sa valeur par sa force financière en nombre d’argent, de césar ou de millions sur son compte de banque sinon on n’a pas de valeur et n’a pas droit a la parole en public. Justement parce que les positifs caméléons ne font pas la distinction entre Vie dépendant de Dieu et Existence dépendant des hommes à la manière du Vodou ou la vie est sous la responsabilité de Daico fidele à Dieu Mahou et l’existence sous la responsabilité de Cheviecoudaleh dont la jalousie la convertit en fidele de Satan. Alors ce n’est pas étonnant que la confusion des positifs caméléons au niveau de la vie et de l’existence donne la nausée autant que la répugnance est morbide.
Certains dénoncent les vices des monstres a la manière de Brave Guede qui dénonce Aza Athiassou comme grand voleur ou des fils de Madoff qui denoncent leur père pour ses crimes a FBI. Rien d’étonnant les hommes de vertu dénoncent toujours les vices des caméléons, des cancres, des charlatans, des monstres comme Jésus Christ avait dénonce les grands docteurs de la loi depuis les pharisiens passant par les sadducéens jusqu’aux païens. Et Jésus christ avait raison de se révolter contre la logique boiteuse des grands farceurs ou docteurs de la loi car la raison comme la logique aiguillée de la conscience se mettent d’accord pour reconnaitre que tout remède se réserve aux malades et non les gaillards. Pourquoi prodiguer des remèdes a des gaillards, c’est à dire, dans le contexte moderne pourquoi enrichir la poche des riches aises, des grands ayant déjà trop d’argent ! Seule l’absurdité peut répondre à cette question. C’est pourquoi je vois dans la loi de la jungle une grande absurdité que peuvent comprendre seulement les gens sensés éclairés ayant une conscience comme lumière qui les place dans l’humanité par opposition à la brute ou la bête.

Flash ! Un homme éclairé ne peut être contre le capitalisme en tant que système. En soi ce système n’est pas mauvais. Car le principe de la multiplication régit l’existence de tous les êtres vivants y compris les humains. D’ailleurs même la bible a fait ce constat : Croissez, multipliez. La multiplication est la base du processus de la conservation de toutes les espèces vivantes. C’est par la multiplication que la vie garde sa pérennité. Le profit dans le domaine économique est l’expression de ce principe. Ce qu’il faut dénoncer c’est l’intervention abusive de l’homme dans la découverte et l’application de ce principe, son utilisation au profit de certains et au détriment d’autres. Autant dire une pratique foncièrement discriminatoire. Ce que comprennent bien longtemps les socialistes. Ce que résume bien la brillante Nathalie Elgraby : En matière de climat, le manque d’éthique et la malhonnêteté ne sont pas des cas isoles. Ottmar Edenhofer, un membre influent du groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat(GIEC), a avoue que la véritable préoccupation de l’ONU est de redistribuer la richesse a travers les politiques environnementales Voila qui explique sans doute l’alarmisme injustifié qu’on tente de nous communiquer. Mais alors pourquoi les balivernes dont certains nous abreuvent n’éveillent-elles pas notre indignation. Pourquoi sommes si tolérant face à pareil simulacre de science. Un mensonge est un mensonge et le fait qu’il soit vert ne devrait pas le rendre plus acceptable.


Les cancres, les charlatans, les caméléons du capitalisme aiment bien se baigner les nuages éthérés de leurs spéculations favorables à la gabegie, au gâchis jusqu’à l’éclatement d’une bulle boursière. Puis toujours ils attendent la main salvatrice du socialiste au moment de la crise pour éteindre le feu qu’ils allument par leur faute. Si le socialiste ne fait pas de propositions de solutions les caméléons spéculateurs disent toujours qu’il se ferme la gueule s’il n’a rien à nous proposer. Quand tout va bon train, on ils suivent la logique pernicieuse de la même routine traditionnelle de la spéculation. Business as usual. Alors pour eux le socialiste est l’ennemi commun et jure qu’il faut abattre a tout prix car c’est lui qui dérange et non leur logique corrompue et boiteuse. D’ou leur pensées incendiaires comme extrémistes qui consistent à porter les socialistes (penseurs ou indignes) a se taire par la violence et que anticapitalistes doivent rentrer chez eux parce qu’ils n’ont rien à offrir ou proposer a la manière des mendiants eternels, des virus, bactéries vivent non symbiose mais en parasites qui tordent détruisent pour se nourrir. Je dirai a ces parasites s’ils n’aiment Cacique Henri ou Dessalines pour leurs propos qu’ils rentrent chez lui la ou ils étaient sortis avant le 5 décembre 1492, la date de la découverte de l’Amérique débarquant avec des cupides de la trempe de Bobadilla et de Ojeda. Si vous êtes sages, vous ferez mieux de rentrer chez vous.


Racisme dans les medias
J’ignore si vous lisez les quotidiens Anglophones mais je trouve dérangeant de constater le racisme qui y est étalé par certains journalistes, pendant qu’ils accusent les Québécois d’avoir une longue histoire de xénophobie. Ce qui signifie que personne n’est oblige d’aimer qui que ce soit de force, et qu’il est bien connu que de par sa nature, l’homme n’apprécie que ses semblables. Aucun journaliste ni groupe ethnique ou groupe de pression, ne changera rien à cette évidence. Lettre anonyme dans le Journal de Montréal

Si l’exemple que vous donnez de la xénophobie d’une certaine presse anglophone a pour but de m’inciter a donner ma bénédiction a la votre, et bien vous vous trompez. Pas plus que la loi du talion n’est un signe de santé mentale des individus, la xénophobie n’est celui d’une société civilisée accueillante. Réponse du journal.


Où et Quand le Vent Passe
J’ai lu dans le journal de Montréal les inquiétudes du peuple haïtien face à une prétendue gestation de règne d’une dictature mieux un éventuel autoritarisme au détriment de la démocratie. Sur ce point, je pense qu’il s’agit des appréhensions relatives à des sauts d’humeurs de la population. Le contexte politique actuel ne favorise pas l’émergence d’aucun régime de dictature de manière ouverte. Les dirigeants haïtiens déjà isolés sur la scène internationale et privés de ressources financières ne peuvent en aucun cas réussir à instaurer un régime dictatorial. De plus, Haïti fait parti des pays de l’Amérique latine ou le régime politique qui s’applique c’est l’hétéronomie, ou les grandes décisions sont prises dans le centre (contrôle) dans les pays occidentaux particulièrement à Paris, aux États-Unis à Ottawa et dictées dans la périphérie que composent les pays du sud depuis les pays a enclave minier jusqu’aux pays à enclave agricole.
Bref on doit savoir déterminer le lieu et l’heure ou le vent du temps passe. Un caractère typique du grand génie qu’on appelait John Keynes Ménard qui vivait dans son propre temps, c'est-à-dire il saisit l’actualité de son milieu et du monde de son temps. C’est grâce à la compréhension de la problématique, des enjeux de l’heure, qu’il parvenait à vaincre ses adversaires en mettant a son profit toutes les ressources intellectuelles nécessaires (théorie, rigueur, objectivité, élégance, style, séduction, critique) afin de s’imposer et que ses propositions soient acceptées pour résoudre la crise de 1930 dans l’intérêt du monde entier. Il savait que s’il gagnait cette bataille, ce sera un tournant décisif pour l’humanité. Même le grand Bertrand Russel se trouvait petit devant ce flambeau de lumière. Russel disait même à son propos qu’il est l’homme le plus brillant ou intelligent que je n’ai jamais rencontre.
En fait, beaucoup de gens peuvent être un grand génie de la trempe de la stature d’un John Keynes Ménard s’il a de l’attention, s’il sait observer, défricher la réalité avec objectivité, sens critique ou l’analyse se marie toujours avec les faits au lieu de spéculation, sortes d’élucubrations mentales propres basculer les gens dans les nuages de la ruine, de la dépression, de la récession, de toutes sortes de scénarios lamentables a force de les couvrir de mensonges.
Quand les régimes de dictature croissaient sur le globe ou à travers le monde, c’était un vent qui favorisait cette tendance. C’était la hantise ou la peur des spectres du communisme. C’est pourquoi les pays à tentacules capitalistes se coalisaient contre le communisme comme l’ennemi commun à abattre malgré les violations des droits humains dans ces pays dictatoriaux. Les pays occidentaux qui se disaient capitalistes et démocratiques se fichaient de toute violation de droits humains si un dictateur peut combattre le communisme. C’est à cause de la peur des spectres du communisme qu’on avait des dictateurs partout à travers le monde comme : Noriega au Panama, Agusto Pinochet au Chili, Marcos aux Philippines, Balaguer en République Dominicaine, Nasser en Égypte, Duvalier En Haïti, Franco en Espagne, Mobutu Seseko au Zaïre, Duplessis au canada, Hailé Sélassié en Éthiopie, Mussolini en Italie pour ne citer que ceux là. Autant dire des chiens de garde du capitalisme à la manière de Tai Ki Tao qui avait fini par se suicider. Si Les États-Unis parvient à renverser les grands dictateurs du moyen orient malgré leurs grandes ressources de pétroles, c’est que le temps n’est pas favorable à l’instauration d’une dictature. Tout pays qui aurait osé prendre le risque de le faire, ce serait un manque de prudence politique, la marque d’une imprudence ou insolence propre a des analphabètes qui ne savent pas lire l’alphabet du moment ou de l’actualité internationale.
Au lieu de sauts d’humeurs ou de rumeurs concernant une éventuelle dictature, il serait mieux de travailler a remédier aux incompétences qui portent certains élus à commettre des erreurs au niveau de l’application des règles du droit et de l’esprit de bamboche ou débandade qui porte le peuple a s’égarer malgré lui dans l’anarchie. Une campagne de sensibilisation en matière de démocratie et de responsabilité de chacun ou de tous, serait préférable que les appréhensions, les sauts d’humeur, les rumeurs, les Yodi ou des tractations traditionnelles pour défaire, déstabiliser ou paralyser un gouvernement. Que tout se fait dans les règles du droit pour le progrès, la prospérité de la nation et le bonheur du peuple haïtien. Amen Ayibobo Edpoete





















POURQUOI
Alors dites moi, pourquoi aimez vous autant
Défricher, chercher la foi chez le croyant
Sans vouloir vous en procurer vous même
Se cache-t-il un intérêt dans la pénombre

Alors dites moi pourquoi aimez vous autant
Évaluer la foi du prochain, voisin, croyant
Dont vous étés vous même dépourvu
Se cache-t-il un intérêt dans les ténèbres

Alors dites moi, pourquoi aimez vous autant
A remettre en question la foi du frère croyant
Dont vous etes vous même entièrement prive
Se cache-t-il un intérêt dans l’obscurité

Alors dites moi pourquoi aimez vous autant
A obscurité la foi du prochain, du frère croyant
Laquelle ressource divine que vous n’avez point
Se cache-t-il un intérêt dans la caverne

Alors dites moi, pourquoi aimez vous autant
A déterminer la foi du voisin, prochain croyant
Alors que vous demeurez un sans foi ni loi
Dont le code de vie est régi par la règle de la jungle

Vodouisant, seul Dieu Mahou est maître de votre foi
Les hommes d’une autre confession quels qu’ils soient
N’ont aucune leçon de foi, nulle leçon à vous donner
Soyez la guêpe qui mort quand de son nid on ose la piquer

Le principe démocratique de la tolérance l’exige
Le principe démocratique du respect l’exige
Car c’est conforme à la règle de la légitime défense
L’atrocité de l’un entraîne chez l’autre la vengeance

Si l’offense, l’agression est la première règle de la force
La résistance, la défense est le premier principe du droit
Qu’on se mette tous debout a l’horizon pour pointer le doigt
Nous ne gravitons autour des cupides croyant au culte de la force

Des cupides qui veulent monter en puissance
Rien que pour se donner luxueuse apparence
Pour se distinguer prétentieusement du reste de l’existence
Comme un roi, comme un dieu. Hélas dieu de l’ignorance


Voltaire utilise le mensonge avec génie
Rien que dans le but de sauver des vies
La ou la chasse aux sorcières de l’inquisition
Poursuivait son oeuvre sinistre de la destruction

Les gens qui ne comprennent pas tant la recette
Se laisse emporte par la poche et pour la fourchette
Ainsi il se brûle, se consume l’âme et le coeur
Dans les flammes ardentes de ce vice destructeur

Voltaire l’avait bien dit et précise dans son dicton :
Mentez mes amis, mentez je vous le rendrai a l’occasion
Mais il n’avait jamais encourage a mentir en tout temps
Ni pour de l’argent car ce vice peut réduire au néant

Soit que le vice se tourne contre son propre auteur
En se montrant suicidaire à et pour soi destructeur
Soit qu’il se montre agressif prenant autrui pour cible
Où il détruit, endommageant des vies devenues victimes

Le vice entraîne l’âme à la ruine de la corruption
Ou le coeur trop charge cède a la destruction
Le génie au niveau social devient inutile
Car le monde le range dans la catégorie vile

Génie du mal quand il n’est la brute de la foret
Il doit subir de la société le foudroyant rejet
Ainsi rien ne peut empêcher la démolition
Ainsi nul ne peut empêcher la destruction



LE MENSONGE
En soi le mensonge est un grand vice
Qui conduit l’âme à la ruine au précipice
Parce qu’il se reconnaît dans la corruption
Dont le destin tend vers la destruction

Le mensonge a l’odeur du suicide
Par remord de conscience troublée
Souvent en cas de rejet par la société
Sinon nuisible à l’autre tel l’homicide

Mais quand le mensonge s’évertue
De faire cordiale alliance à la vertu
En se donnant un cœur salvateur
Au bien il devient compensateur

Mais pour ne pas devenir un gros larron
Voltaire conseille de le faire à l’occasion
L’occasion d’accomplir par amour un bien
Ainsi le principe de la vertu se maintient

Si l’on ment pour apporter le salut
À des victimes ou des vies qu’on offense
En appliquant le droit de légitime défense
Ce n’est plus un vice mais une vertu

Ce vice devient complément de vertu
Parce que son but se joint à un salut
On ne le fait non pas pour détruire
Mais pour sauver, pour construire




RACISME
Quand dans la pleine rue
Le vilain met tout a nu
Sa bulle vénéneuse de racisme
Ensorcelant sa bile de sadisme

L’oeil nu de tout le monde le voit
La voix dénonce le sans foi ni loi
Qui adore le grand culte du désarroi
Qui exige supplice comme la croix

Quand la source du problème
Réside dans le coeur du système
Qui demeure toute une gangrène
Où le racisme répand ses graines

L’oeil peut ne pas voir les signes
Caches a travers une main invisible
Où l’on dissimule la logique abstraite
Du racisme qui détruit bien des têtes

Sous une silhouette un visage, une figure courtoise
Racisme peut se manifester de manière sournoise
Sans que l’homme ordinaire n’aperçoive sa face
Car Caméléon demeure le grand dieu de la farce

Tant et aussi longtemps que vit un Adolphe Hitler
Au sein de nos rangs dans la collectivité, la société
Le coeur comme l’âme connaîtra toujours des calvaires
Qui obscurcissent horizons et chemin de l’humanité

Tant et aussi longtemps que vit un Darwin Charles
Au sein de nos rangs dans la collectivité, la société
Comme chef, roi, président, prince ou maréchal
La brute gouvernera toujours la vie, la destinée

Christophe colomb vient avec le sinistre monstre
De la cupidité qui devient sublime reine de la ronde
Darwin théorise le cancre démon, diable, Belzébul Satan
Où le tigre cruel est ami des charlatans dans leur carcan

Herbert Spencer traduit a ciel ouvert cette théorie
Dans le monde social fragile par franchise ou ironie
Où le bonheur des uns fait le malheur des autres
Le principe de l’évolution a ses fidèles et apôtres

Adolphe Hitler la met en pratique l’actualise
Grâce a sa magie, sa stratégie et maîtrise
Qui le hisse au sommet du génie du mal
Où une race est condamnée dans l’infernal

Dans un monde de démons ou mieux de colons
Où l’esclave demeure le mentor du maître larron
Qui s’appuie sur le moyen de l’exploitation
Pour faire fortune, des richesses en million

Certes le vice le mensonge et les abus mettront
La lie dans le tremplin pour devenir champion
Mais faute de talent au réveil de l’instinct de conservation
Le champion doit se jeter dans l’abîme de la destruction

Car tout système porte à l’intérieur de son sein
Le germe gourmand de sa propre destruction
Karl Marx le prêchait non comme donneur de leçon
Mais un grand constat sur le devenir, le destin

On peut beau structurer le monde social
Sur la base de l’infernal ensorcelant de mal
Mais produit de l’homme n’est pas divine création
Il finit par connaître son jour fatal de destruction

BRAVE GUEDE
Brave Guede est un loa de la famille des Petro
Mais n’aime ni Bakoulou Baka ni service gombo
Il n’aime non plus Rwaminui ni Bossa ni Bizango
Il ne dit jamais abilolo mais aoche nago ayibobo
Brave Guede n’aime pas qu’on pollue le vodou
C’est pourquoi assez souvent il se met debout
Pour critiquer, dénoncer les vices et leurs remous
Afin qu’on mette les corrompus sous les verrous

Brave Guede dénonce Aza Athiassou
Qui vole pour se gonfler les poches de sous
Dont le vice est la seule source de sa fortune
Pour se donner apparence de la pleine lune

Pour son train de vie repose sur des vices caches
Aza Athiassou se fait appeler par Brave Guede
Voleur ne trois jours avant le chat au marche
Vole fet twa jou anvan chat nan mache

Athiassou est dépourvu de tout sens vertueux
Il vole tout le monde voire le Bon Dieu
Il s’accapare pour lui même et les siens
Il dépouille le monde de ses propres biens

Il vole la moisson, les récoltes d’Azaka Limba
Mère de famille vertueuse envers ses enfants azaka
Par la ruse il trompe la sincère Grann Silibo
Dont l’amitié reste limpide comme de l’eau

Dans ses vices dont l’obsession touche à la folie
Il vole même la Parole, la Prière, la Prophétie
Depuis Aloumandia passant Par Ibolelée
Car pour lui le vice est un culte très adoré











Clé 2
L’humanité dans sa motion et ses manifestations
Se dresse sur deux grandes philosophiques visions
Qui se résume en deux mots seulement
La Sortie et l’Entrée dans la fuite du temps

Les tenants du grand chemin de la Sortie
Posent la société comme monstre impie
Où tout le monde doit vite sortir de sa caverne
Pour ne pas se faire dévorer chair sang et veine

L’homme veut se libérer de cette caverne
Ogre, Démon, Monstre, Tetsankò gouverne

Tout le monde doit courir vite, lutter pour mériter le salut
La Gazelle doit courir vite pour que son sang ne soit pas bu

Ce qui caractérise ce type de représentation ou vision
C’est surtout le doute semant dans l’âme la confusion
Car on sait la où l’on sort mais non ou l’on va
D’où l’inquiétude qui dure de la naissance au trépas

Les tenants du vaste chemin de l’Entrée
Posent la société comme but projeté
Vers lequel tend le destin l’avenir
Où l’actualisation pistonne le devenir

Il faut de l’effort double du courage
Pour avoir vie méritant hommage
Ici l’homme reste insouciant du passe
Mais connaît où il va, chemin de sa destinée

La rencontre en un même espace temps
De ces deux types d’êtres vivant pensant
Les deux grandes visions se contrastent
Parfois ordre, souvent choc se constate

La sortie se baigne dans la confusion
L »Entrée se baigne dans l’illusion
Ainsi tout doit se refaire en scénarios
Toujours meurt l’ancien et naît le nouveau

C’est à partir de ce jeu de destruction dans le temps
Que le vodou vient avec son concept de Potomitan
Comme une solution tenue pour une troisième voie
Ou les extrêmes refuses pour source de désarroi

Potomitan! Mesure ! Balance ! Juste milieu
Promesse, rêve d’un avenir, devenir heureux
O sagesse, Modération, Amour, Pleine Vie
Comme le vice du défaut l’excès en tout nuit

Le Vodou n’est pas un tchaka donnant répugnance
Car il sait très bien distinguer la vie de l’existence
Afin que l’un à l’autre ne cause de dommage
Sa compréhension favorise bien des avantages

Vie et Existence deux faces d’une même médaille
Devant être deux alliés sur le champ de la bataille
Mais quand ils deviennent de coriaces adversaires
L’être humain peut traverser bien des calvaires
Quand il y a harmonie les deux se complètent

Quand règne l’harmonie ils se complète
En chantant des mélodies quasi parfaites
Mais lorsque le choc s’interpose
Ils se contredisent, ils s’opposent

Ainsi naît la grande crise de l’existence
Où la mort est prise comme délivrance
La vie se trouve dépourvue de guide
Faute de quoi on se console sur le suicide

C’est à partir de ce jeu de destruction dans le temps
Que le vodou vient avec son concept de Potomitan
Comme une solution tenue pour une troisième voie
Ou les extrêmes refuses pour source de désarroi

Potomitan ! Mesure ! Balance ! Juste milieu
Promesse, rêve d’un avenir, devenir heureux
O sagesse, Modération, Amour, Pleine Vie
Comme le vice du défaut l’excès en tout nuit







DROIT DU LION
Dans les temps moderne de Darwin
Ou on veut que les lions toujours Win
On blâme toujours la victime qu’on offense
N’ayant même pas droit à la légitime défense
Les moutons soumis au joug des bourreaux
Restent des zombies menottes dans leur cachot
Ou la loi de la jungle de Madoff disciple de Ponzi
Règne sur la conscience, sur l’existence sur la vie

Ah! Pendant environ vingt ans
Madoff brillait dans le firmament
Une des étoiles de Wall street
Au détriment de l’Avenue Main Street
Ah! Pendant environ vingt ans
Madoff brillait dans le firmament
Un des dieux de Wall street
Au de l’Avenir Main Street

Pendant qu’il vivait dans son Eldorado
Dans le confort, le luxe ou tout était beau
Il n’a place pas un seul sous, un seul centime
Des sommes confiées par les clients qui l’estiment

Le truc magique qu’il utilisait par excellence
Lui permettant une fort heureuse existence
C’est qu’il piochait dans le fonds des nouveaux clients
Pour rétribuer ou rembourser les plus anciens clients

Quand un nombre croissant d’investisseurs
Demandent à retirer leur du a l’heure
Ou la crise éclate en pleine figure
Il se retrouvait coince au pied du mur

Avec une peine de 150 ans de prison
Il apprend de ses erreurs d’heureuses leçons
Aujourd’hui il est le plus grand richard César
Avec par moi un gros salaire de 150 dollars

Il n’avait rien place d’argent autrefois
Aujourd’hui il en a 150 dollars il est roi
Il finit par apprendre la grande leçon
Que le mensonge est propre au larron
1er novembre 2011



HETERONOMIE
L’occident le Nord centre de contrôle
Centre de prise de décisions
Que doit exécuter périphérie le Sud
Qui en subit les conséquences

Bonheur des uns malheurs des autres
Ainsi se construit le monde, l’humanité
Dialectique, antinomie, antagonisme, lutte, combat
Que toujours le plus fort selon la règle de la jungle
Mais pour les hommes de lumière
Attentionne, avise et qui observe
Analyse, critique, remet en question
Il est au-dessus de la mêlée, de tout
Car il sait la ou ça se brasse
Aussi bien quand ça passe
Quand la calebasse casse

Il est homme de l’heure
Il est homme du temps
Avec son Bic il verse l’encre
Pour faire jaillir la lumière
Lumière dans le salon, dans la chambre
Lumière dans le plafond, sur le toit
L’intérieur et l’extérieur de la maison
Partout à travers le vaste horizon
Il n’est pas un avatar tire du hasard
Il est homme éclaire, lumière, phare

Masse brillez car vous êtes aussi lumière
Peuple Brillez car vous êtes lumière
Nation brillez car vous aussi lumière
Humanité brillez car vous aussi lumière

Citadin brillez car vous êtes aussi lumière
Paysan brillez car vous êtes aussi lumière
Bourgeois brillez car vous êtes aussi lumière
Ouvrier brillez car vous êtes aussi lumière

Roi brillez car vous êtes aussi lumière
Chef brillez car vous êtes aussi lumière
Autorité brillez car vous êtes aussi lumière
Sujet brillez vous êtes aussi lumière

Protestant brillez car vous êtes aussi lumière
Catholique brillez car vous êtes aussi lumière
Vodouisant brillez car vous êtes aussi lumière
Bouddhiste brillez car vous êtes aussi lumière

Un seul nous sommes des ténèbres
Ensemble nous sommes la lumière
Notre rôle, tache, fonction de briller
Nous sommes image du créateur Mahou

Un seul nous sommes des ténèbres
Ensemble nous sommes la lumière
Notre rôle, tache, fonction de briller
Nous sommes image de Dambala

Brillez comme des astres dans l’univers
Constellez comme des étoiles dans la galaxie
Un seul nous sommes des ténèbres
Ensemble nous sommes la lumière
1er novembre 2011


Cendrillon
Le poète reste toujours au quotidien
La lie la cendrillon des écrivains
Parce que hier il s’enfermait dans son ego
Ou la romance de l’âme répand des maux

Alors comme poète j’annonce le nouveau
Afin de corriger de la romance le défaut
A la Romance dont l’âme était ténèbres et chimère
J’ajoute le flambeau, le phare, la bougie, la lumière
Car la vie est à la fois célébration et constellation
Car la vie est à la fois animation et lumière
Sur l’âme qui vibre, se meut, toujours en motion
Il faut quelque lumière, quelque illumination

L’émotion n’est jamais maîtresse de sa maison
Elle l’est quand le phare éclaire sa direction
Le sentiment n’est jamais maître en sa demeure
Pour l’être il lui faut de la lumière, de la chaleur

La vie est émotion et illumination
La vie est animation et constellation
La vie est motion et lumière
Soyons cœur âme qui éclaire

Quand la romance est fille de la pénombre
Notre existence demeure une simple ombre
Quand la romance tient le phare dans la demeure
La vie s’épanouit en toute sa splendeur
1er novembre 2011



























Voici le Poème de René Lévesque
On a tué au Vietnam au Biafra
On a tu au Sinaï, en Algeria
Che Guevara est mort en Bolivie
Tant d’espoirs sitôt passent de vie à trépas

Kennedys de Dallas et de Californie
Tant de fleurs au panier adieu Jacquie
Onassis sur son Yacht Trudeau a Ottawa

Le riche s’enrichit les gros font la graisse
Au lieu de liberté des colonels en Grèce
Et contre l’inflation on chôme à Montréal
Cadillacs a crédit et vieux pauvres qui brulent
Fait mourir dans un monde ou le blé se vend mal
Barbus aux cheveux longs cibles de belles bulles
D’excommunication des imberbes inquiets
Êtes-vous beaux ainsi ou bien si laids?
Qu’importe si par vous de vieux tabous reculent
On est moins hypocrite et on est plus instruit
Deux grands pas même si c’est loin du Paradis
Que le Real seul s’obstine à promettre sur cette terre

Si la bombe fait peu la fusée n’a porte
Qu’un homme dans la lune et c’est de ce cote
Qu’un jour la paix viendra dans l’interplanétaire

Un jour enfin l’école vint
Partout la secondaire
Pour tous l’espoir de faire
Finir par finir le p’tit pain

Révolution sans grands machins
Qui change tout sans rien défaire
Et demain ses contesta ires
Seront ses meilleurs citoyens

Un peuple entier vient de renaitre
Dont le passe n’est plus seul maitre
Qui va oser vivre au présent…

Mon vieux Québec, tout jeune adulte
Tout renouveau te catapulte
Le clairon de Saint Hyacinthe
31 décembre 1969


Voici le poème de Gilles Vigneault
Pour tenir le mat, le poète du pays
Je m’ennuie des mélodies qui mettaient mes yeux dans l’eau
Je m’ennuie de ton ennui
On veut un drapeau, mais on n’a pas encore de mat
Il faudrait se faire un mat

Ben le temps passe, pis y chante encore
Pis on chante encore, pis dans toutes les noirceurs
Y faut se faire un mat
On va se faire un mat lustre
Chante encore je te promets
Qu’on va répondre en chœur


















SOCRATE ET BOUDDHA

Philosophie: Pensée conventionnelle dont Socrate est le stratège ou père, se tenant au centre du cercle comme un lutteur de sumo, ramassé sur lui-même, trapus, bas, flexible, bondissant à droite à gauche, jamais où on l’attend, comme Cassius Clay. La philosophie n’est pas son métier. Il n’a aucun savoir a monnayer : je ne sais qu’une seule chose, c’est que je ne sais rien. Sur ce terrain de non savoir personne ne le déloge. En revanche Socrate a dit : Connais toi, toi-même.



NAISSANCE: Socrate naît 470 et meurt en 399 avant jésus Christ
Bouddha naît 408 et meurt vers 400? Avant jésus christ

Enseignent : Plaine du Cange escorté de centaines de disciples. Rumeur
Socrate : Intérieur d’Athènes, auditoires restreint, gens de bonne compagnie, langue des forgerons, savetiers, corroyeurs

Origine familiale fils d’un tailleur de Pierre, de la Plèbe, enseigne aux princes

Bouddha, fils du roi, le prince parle à tout venant


Qualités Socrate réveille les gens, harcèle les dormeurs comme Mélos, Anytos, Lycon, ceux qui ne cherchent pas, ne questionnent pas, ne trouvent pas. Socrate cherche mais ne trouve pas. Dormeurs fâchés contre lui de se réveiller pour rien. Dialogues aporétiques qui ne disent rien sur la nature du bien, piété ou bonheur en soi
Bouddha veut réveiller aussi

Socrate questionne, ne cesse de questionner, philosophie après lui s’installe dans la précarité de questionnement, comme le démon Éros soufflant sur les braises de la pensée.

Bouddha ne questionne pas. Ne cherche pas. Comme Picasso, il trouve. Engagé dans un processus de trouvaille sans fin auquel le Nom de Nirvana, qui surgit quand les recherches s’arrêtent. N’a cure de ce remue méninge dialectique. Son rayonnement se passe de mots, il est direct, tangible, renversant, comme un éléphant dans la savane

Socrate retient son interlocuteur par les basques quand le dialogue est fini, Veut poursuivre l’échange, se réjouit dans le débat. Inquiète. Le Taon au flanc de la cité. Cherche faille du raisonnement et du raisonneur, son point aveugle. Mit tout, sens dessus dessous. On l’accuse de corrompre la Jeunesse, de soulever le fils contre les pères, contre l’État, contre les dieux. Porte un masque, passe son temps à faire le naïf et l’enfant avec les gens, dissimule, ironise. Regard de taureau devant la ciguë. Dispute. Dialectique est une joute. Le dernier mort, celui de la fin, ne lui appartient pas. Pense. Tend vers la sagesse.

Bouddha
Ne dicte pas ceci est vrai ceci est faux. N’est pas partie prenante à la controverse. Ne dispute pas parce que toutes ces discussions sont sans rapport avec le but, avec la vie noble, parce qu’elles ne conduisent pas au désenchantement, à l’illumination, a la cessation, à la tranquillité, à la connaissance profonde, à l’illumination et au Nirvana. Tranquillise. Enlève les dards : Je vous enseigne un chemin où les épines disparaissent (Dhp275). Bouddha au mot de la fin. Proclame la fin du monde, ici même, dans corps haut de 6 pieds. Ne pense pas mais voit. Ne tend vers rien. Il n’incline vers rien, il se tient au milieu, les yeux ouverts. Nirvana est l’État sans inclination est radieux. Fondateur de religion au même titre que Moïse, Christ, Mahomet. Religion d’environ 300 ou 400 million de Bouddhistes recensés dans le monde. Fidèles ont leurs : rites, reliques, moines, lieux saints, textes sacrés

La théologie du Bouddhisme repose sur 4 piliers : 1) Les dieux existent 2) Ils resplendissent comme on respire 3) ils ne sont pas nécessaire à la libération 4) Ils sont mortels :Principe fondamental du Zen : ne rien poursuivre, juste voir (Bodhidharma, sage indien). Art de voir, selon Suzuki


Religion athée : attraction de la plante pour la lumière, religion sans dieu, sans dogmes, sans création du monde, dont la vocation est de nous mettre au large.


Philosophie : dans le sens restrictif, au sens où l’entendaient certains stoïciens dont la philosophie, essentiellement pratique, consistait a se tenir aux aguets, en éveil, dans un patient, méthodique et scrupuleux espionnage de soi par soi.

Erroire
Dure très longtemps. Sans fin concevable est le Samsara, sans fin concevable est le premier commencement des êtres errants, tournant en rond, enveloppés d’ignorance et liés par la soif (Tanha. Le Samsara a un caractère circulaire, une ronde (Vatta)
Comme les Dupondt, dans Tintin au pays de l’or noir, tournent en rond dans le désert sur les ornières que leur jeep a elle-même tracé. L’homme revient à ses traces, de vie en vie

Encore et encore ils jettent leur essence
Encore et encore tombe la pluie
Encore et encore ils cultivent la terre
Encore et encore la terre donne son fruit…
Encore et encore l’homme naît et meurt
Encore et encore il est porté en terre…



Et plus heureux que les vivants et les morts est celui qui ne vit pas encore et ne voit pas l’iniquité qui se commet sous le soleil. Car elle se commet encore et encore, l’iniquité (Qohélet)

Siddhârta : signifie, celui qui atteint la cible, qui met dans le mille. Puisque Bouddha grandit proximité des montagnes, il enseignera une doctrine. Page 95















Revenir en haut Aller en bas
 
LA DERNIERE PITE
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti :: Haiti :: Culture-
Sauter vers: