Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

FOROM AYITI : Tèt Ansanm Pou'n Chanje Ayiti.
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  PortailPortail  ÉvènementsÉvènements  PublicationsPublications  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
-13%
Le deal à ne pas rater :
Retour des cartes cadeau Jackpot Fnac
130 € 150 €
Voir le deal

 

 WIFOUT!BREZIL AP VALE TEREN.

Aller en bas 
+3
Sasaye
ainsi ne soit-il
Joel
7 participants
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Joel
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 17253
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

WIFOUT!BREZIL AP VALE TEREN. - Page 2 Empty
MessageSujet: WIFOUT!BREZIL AP VALE TEREN.   WIFOUT!BREZIL AP VALE TEREN. - Page 2 EmptyMar 27 Déc 2011 - 16:24

Rappel du premier message :

Jan bagay lan prale la a ;nèg pa p ka di ""BLAN"" an ankò lè n ap pale de mèt planèt la ankò non.Kounye an BREZIL se 6zyèm pwisans ekonomik sou planèt lan ;li pase devan LANGLETÈ.
Anvan 2 zou 3 zan ,yo prevwa l ap pase devan LA FRANS.
Sèl peyi a majorite BLAN ki ap kenbe konpa a toujou ,se ETAZINI.
Lan 16zyèm syèk ;LA CHINE ak LEND te gen 50% richès mondyal lan.Genlè se sa k ap retounen ak BREZIL ki po t ko ekziste ,ap chante lan baskou an tou:

BRAZIL OVERTAKES UK ECONOMY:

http://www.guardian.co.uk/business/2011/dec/26/brazil-overtakes-uk-economy
Revenir en haut Aller en bas

AuteurMessage
Le gros roseau
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 9664
Localisation : Usa
Loisirs : sport ,internet,stock market
Date d'inscription : 21/08/2010

WIFOUT!BREZIL AP VALE TEREN. - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: WIFOUT!BREZIL AP VALE TEREN.   WIFOUT!BREZIL AP VALE TEREN. - Page 2 EmptyVen 30 Déc 2011 - 13:53

E sa enpotan anpil pou yo anseye nwa istwa afriken.ki jan pou fè renmen tet w si w pa konnen istwa w e se literati franseuuuu yap aprann w .wap toujou rete yon admiratè de menm moun ki te di ke esklavaj nesesè.de menm moun ki te konn ap vann w nan plas piblik tankou yon bet.e sak pi red la an ayiti ou jwen moun ki ap defann edikatyon pèpè saa.

E se bagay saa ki fè ou wè fanm ak gwo dyol ap mete wouj a lev nan bouch yo, gason ap mete kravat nan kou ak chapo lenn nan tet yo nan yon peyi tropikal tankou ayiti ak yon tanperati ki pret pou toufe yo,Nou tounen yon paket makak alyene ki ap imite tou sa blan genyen lakay yo san ke nou pa ka pose tet nou kestyon eske se vre nou beswen bagay sa yo.Nou pito ap mande charite pou nou imite sa blan fè lakay yo.men nou pa ka envesti nan anyen ki pou pwodwi anyen.Jodya se yon Koreyen ki vinn pran avantaj sa lwa hope la ofri nou.li pral fè nou travay tankou esklav pou li rich sou tet nou.Paske yo kokobe nou ak yon edikatyon de pacotille ki pa pemet nou pwodwi anyen.Fok se nan men yo nou toujou ap achte poutan se nou ki premye dekouvri metallurgie.Ki donk si w pa konn istwa w ki jan ou fè vinn nan eta saa ki jan pou fè renmen tet w e chanje sa wap fè yo pou vinn yon moun lib tout bon.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



WIFOUT!BREZIL AP VALE TEREN. - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: WIFOUT!BREZIL AP VALE TEREN.   WIFOUT!BREZIL AP VALE TEREN. - Page 2 EmptyVen 30 Déc 2011 - 19:02

Mwen konten pou brezilyen yo menm d'une puissance à une autre se interè pa yo yap proteje.
Revenir en haut Aller en bas
Joel
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 17253
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

WIFOUT!BREZIL AP VALE TEREN. - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: WIFOUT!BREZIL AP VALE TEREN.   WIFOUT!BREZIL AP VALE TEREN. - Page 2 EmptySam 31 Déc 2011 - 9:08

T-NEG a écrit:
Mwen konten pou brezilyen yo menm d'une puissance à une autre se interè pa yo yap proteje.

Pa nesesèman T-NÈG;

Ou gen dwa wè bagay yo ak zye yon OKSIDANTAL.Enterè manifeste tout jan;li gen dwa ekonomik ,li gen dwa kiltirèl.
CHINWA jis lan ane 1800 ,se te peyi ki pi rich sou tè an ,si yo te vle kolonize LEWÒP yo te ka fè l;yo te gen yon avans omwens 100 an ou plis sou LEWÒP.Eske lè EWÒP t al lan vwayaj ""dekouvèt"" yo ;yomenm yo te fè sa.
An 1492 lè KOLON t al ""dekouvri"" LAMERIK bato CHINWA yo te 4 fwa pi gwo ke pa EWÒP yo.
Yon gouvènman BREZILYEN ak majorite NWA gen dwa wè enterè l lan avansman ""ras nwa a (AAA WI,ZÒT.LOL).
Se menm jan ke ou konn tande lè gen yon malè lan yon peyi nwa ,e ETAZINI chita sou brenzeng li e ou tande kòmantatè ap di w ke si se te yon peyi blan ,yo pa ta reyaji konsa.
Revenir en haut Aller en bas
Joel
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 17253
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

WIFOUT!BREZIL AP VALE TEREN. - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: WIFOUT!BREZIL AP VALE TEREN.   WIFOUT!BREZIL AP VALE TEREN. - Page 2 EmptySam 7 Jan 2012 - 8:29

Sa a se pou REVELASYON ak TI-NÈG

Mesye pa gade BREZIL ak long vi jan li te ye lan pase.Gade jan li ye jodi an e li ka vin ye demen.
Yo di imigran ap debake lan BREZIL jan yo te konn fè l lan peyi NÒ yo.Se sèlman 5% moun ki san travay lan BREZIL e y ap bati BARAJ,STADYÒM,OTOROUT ,sitou pou KOUP DI MOND lan ak OLENPIK.

Men yon twis lan atik lan ;imigran ilegal ap sòti lan END,BANGLADESH,PAKISTAN e AYITI.BREZILYEN yo pa kite AZYATIK yo antre e sipriz,sipriz ,moun yo kite antre yo se AYISYEN yo e sa gen plizyè rezon.
Se mwen k ap ajoute ,yon imigran AYISYEN lan BREZIL pa p gen okenn pwoblèm pou li adapte l KILTIRÈLMAN kontrèman a yon AZYATIK.
Se 2 pèp sou tè an ki pi pre AYISYEN kiltirèlman se KIBEN ak BREZILYEN.

Sitou REVELASYON ,pake lide retrograd yo,MOND lan chanje:

http://www.nytimes.com/2012/01/07/world/americas/brazils-boom-absorbs-haitis-poor-for-now.html?_r=1&hp=&pagewanted=all
Revenir en haut Aller en bas
revelation
Super Star
Super Star
revelation

Masculin
Nombre de messages : 3086
Localisation : Washington, DC
Opinion politique : Senior Financial Analyst
Loisirs : walking, jogging, basket, tennis
Date d'inscription : 21/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: L'analyste

WIFOUT!BREZIL AP VALE TEREN. - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: WIFOUT!BREZIL AP VALE TEREN.   WIFOUT!BREZIL AP VALE TEREN. - Page 2 EmptySam 7 Jan 2012 - 10:13

Citation :
Joel di: Sitou REVELASYON ,pake lide retrograd yo,MOND lan chanje:
Joel, nou pa gen lide retro-grad! Nou kwe nan progre, men nou pa kwe nan tonton Noel! Tout bagay ki brille pa l'or!!

Brezil bezwen fos travay ayisyen jodiya nou pa konnen pou demen.
Joel w pa di ke ekonomi Brezil komanse bese, men emplwa rete ba toujou a 5.2 % e anpil konpagny ap chache moun pou bay travay.

Atik la di ke de 2003 a 2009 saler malere o Brezil grandi 7 fwa plis ke saler brezilyen rich yo. Paske avek konstriksyon, hydroelektrik, stadium, wout etc.. sekte travay manual la pran fos.

Opinion pa nou se ke:
Pa gen yon sevis d’anbochaj organize e legal pou Ayisyen ale o Brezil e se la danje a ye. Yo pedi vie yo nan pran chans saa.
Fok yo travesse Dominikani, Panama, Equateur, an kamion e a pied e sap ran mwa avan key o rive o Brezil.
Yo kap fe $800 a 900 dolla pa mwa se vre men la vie o brezil pou immigrant pa fasil! Le travay komanse bese, fok yo tounnen lakay yo.

Pa bliye ke Ayisyen te al Cuba tou e revolisyon cubenn nan te trete yo byen, malerezman yo pat kab tounnen lakay yo akoz de rejim anti-kominist diktate Duvalier a.

Nou ta renmen we yon sevis d'anbochaj organize an Ayiti e o Brezil pou proteje intere travaye Ayisyen yo.
Yon sevis tranfe lajan, investman, epagn etc..

Nap souyv evenman migration Ayisyen o Brezil la de pre pou nou we si a longterm, ap gen benefis ladan.
Revenir en haut Aller en bas
Joel
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 17253
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

WIFOUT!BREZIL AP VALE TEREN. - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: WIFOUT!BREZIL AP VALE TEREN.   WIFOUT!BREZIL AP VALE TEREN. - Page 2 EmptySam 7 Jan 2012 - 10:56

BREZIL fèt dekouvri jizman GAZ ak petwòl ki gen yon valè de 2 trilyon dola.Donk pou ekonomi BREZIL lan bese an ;se pa pou demen.Yo prevwa ke yo genyen pou yo depase menm LALMAY anvan 10 zan .LALMAY se pi gwo ekonomi ann EWÒP
Oumenm ,ou pa kwè lan TONTON NWÈL men ou kwè lan konfigirasyon jan mond lan te ye sa gen 30 an de sa.M ap di w ,pa gen sipremasi BLANCH ankò ,dominasyon EWÒP ak desandan l yo te genyen de pi revolisyon endistriyèl lan ap rive lan fen l.

Gade sa TRAVERS ki se yon blan franse ki ap viv an FRANS ap ekri ,sa ka di w sa mond lan ap deveni.
ETAZINI vle kontrekare penetrasyon LA CHINE ann AFRIK ;ki moun yo rele pou ede yo se BREZIL ,paske kiltirèlman BREZILYEN yo pi pre AFRIKEN yo ;AMERIKEN yo pa rele FRANSE,ANGLE elt..ki te gen koloni ann AFRIK.Tan yo pase.
Si m jwenn atik NOUYÒK TIMES lan m a mete l.
Konpetisyon AMERIKEN yo ann AYITI se ak BREZIL se pa la FRANS.Lè yo kòmanse eksplwate afinite kiltirèl yo ak AYITI ,tout FRANKOFOU ak lòt yo ap vole gagè.
Gade byen tou ,yo kite AYISYEN yo antre BREZIL ,pa PAKISTANÈ,ENDYEN ou byen BENGLADESHI yo se paske yo bezwen chita enfliyans yo lan AMERIK lan
Revenir en haut Aller en bas
Le gros roseau
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 9664
Localisation : Usa
Loisirs : sport ,internet,stock market
Date d'inscription : 21/08/2010

WIFOUT!BREZIL AP VALE TEREN. - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: WIFOUT!BREZIL AP VALE TEREN.   WIFOUT!BREZIL AP VALE TEREN. - Page 2 EmptySam 7 Jan 2012 - 11:06

Men la vi saa kiles ki ta di se jis O brezil ayisyen ap chache refij jodya.Yè mwen resevwa yon email ki di ke pi gwo dekouvert pretrol ki fet nan tan dernye se o brezil 'email la di brezil genyen potantyel poul vinn yon gran ekspotatè petwol tankou Saudi Arabia e yo di ke ak demand pou petrol ke chinwa an indyen ap fè bresil ka vinn yo gwo pwisans ekonomik e menm militè sou pe.E se pa bresil sleman nan peyi latino ameriken yo ki ap devlope konsa yo di Chili tou ki se premye eksportatè kwiv.

peyi ke mwen pa konprann ki jan li fè pov se meksik yo di meksisk se premye eksportatè darjan e meksik genyen petrol.dapre mwen meksik se yon peyi kote fortune lan mal partaje.
Revenir en haut Aller en bas
Joel
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 17253
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

WIFOUT!BREZIL AP VALE TEREN. - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: WIFOUT!BREZIL AP VALE TEREN.   WIFOUT!BREZIL AP VALE TEREN. - Page 2 EmptySam 7 Jan 2012 - 12:37

Kite FRÈ BREZILYEN yo jete yon ti dlo pou menm sa ki pa kwè lan VODOU yo.ILE se yon lwa ,orisha ki prezan lan VODOU AYISYEN an ,lan SANTERIA KIBEN an ak lan CANDOMBLE BREZILYEN AN:

Revenir en haut Aller en bas
Bon Paulo
Star
Star


Nombre de messages : 170
Date d'inscription : 09/09/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle:

WIFOUT!BREZIL AP VALE TEREN. - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: WIFOUT!BREZIL AP VALE TEREN.   WIFOUT!BREZIL AP VALE TEREN. - Page 2 EmptySam 7 Jan 2012 - 18:19

DE L’ESCLAVAGE À ALLAH
Islam hip-hop dans les favelas


La religion musulmane attire de plus en plus de jeunes Afro-Brésiliens, qui y voient un retour aux sources autant qu’un instrument de lutte contre les inégalités raciales et sociales.

Cinq fois par jour, leurs regards survolent le béton des rues irrégulières et cherchent La Mecque, de l’autre côté du monde. Pour Honerê, Malik et Sharif, prier en direction de ce lieu lointain, qui paraît exotique à la majorité des Brésiliens, représente le plus court chemin vers eux-mêmes. Ils ont longtemps été Carlos, Paulo et Ridson ; mais ils se sont convertis à l’islam et se sont forgé une nouvelle identité. Ils sont pauvres, noirs et, désormais, musulmans. Ils voient dans le Coran une réponse à leurs difficultés quotidiennes – les mauvais traitements de la police, les violences liées au trafic de drogue ou les difficultés d’accès à l’éducation et à la santé – et à ce qu’ils interprètent parfois comme un “projet d’extermination de la jeunesse afro-brésilienne”.

Ces jeunes hommes diffusent l’islam dans les banlieues du pays, notamment à São Paulo, l’utilisant comme un instrument de transformation politique. Et ils se préparent à apporter le message du prophète Mahomet aux prisonniers, dans les prisons. Ils brandissent haut la bannière de l’islam, espérant voir se profiler un Etat musulman dans l’horizon du Brésil. Pour expliquer leur choix, ils scandent, le menton fier et le regard orgueilleux : “Un musulman baisse la tête devant Allah – et seulement devant Allah.”

Honerê, originaire de la banlieue de São Bernardo do Campo, a converti Malik, de la banlieue de Francisco Morato, qui lui-même a converti Sharif, de la banlieue de Taboão, qui en convertit d’autres à son tour. C’est ainsi que l’islam progresse dans les banlieues du Grand São Paulo. Les nouveaux musulmans ne sont pas nombreux, mais leur présence est de plus en plus tangible. Lors des rassemblements culturels ou politiques des ghettos, on aperçoit toujours quelques chéchias. La plupart d’entre eux sont noirs. “C’est un islam de qualité qui progresse grâce à des personnes qui savent ce qu’elles font”, affirme le rappeur Honerê Al-Amin Oadq, 31 ans – Carlos Soares Correia, pour l’état civil. “A chaque coin de rue, on m’accoste en me disant : ‘J’ai déjà entendu parler de toi et je veux connaître l’islam.’ C’est notre attitude qui permet de diffuser la religion. L’islam progresse par la conscience et par l’exemple.”

A São Paulo, on estime à quelques centaines le nombre de Brésiliens convertis dans les banlieues au cours des dernières années. Dans le pays, ils seraient quelques milliers. Le nombre total de musulmans au Brésil est incertain : à peine plus de 27 000 selon le recensement de l’an 2000, mais de 700 000 à 3 millions selon les organisations musulmanes – autant dire que l’importance de l’islam au Brésil demeure une inconnue. En réalité, jusqu’aux années 2000, il n’y avait pas un intérêt réel à se pencher sur une religion qui éveillait plus l’attention dans des telenovelas que dans le journal télévisé.

Feres Fares, prosélyte fervent de l’islam, a voyagé dans tout le Brésil pour réaliser un recensement des mosquées et des mussalas [salles de prière]. Les chiffres sont impressionnants. Ces huit dernières années, le nombre aurait presque quadruplé, passant de 32 en 2000 à 127 en 2008. Des mosquées sont même apparues dans des Etats du Nord comme l’Amapá, l’Amazonas et le Roraima. Le cheikh iranien Ishan Mohammad Ali Kalandar, auteur de l’ouvrage Les Musulmans au Brésil, affirme pour sa part que, depuis le 11 septembre 2001, le nombre de conversions a beaucoup augmenté. “Les Brésiliens ont pris connaissance de la religion”, fait-il remarquer, ajoutant que “l’islam a toujours été accueilli d’abord par les plus pauvres”. Selon Ali Hussein El-Zoghbi, directeur de la Fédération des associations musulmanes du Brésil, trois facteurs sont essentiels pour comprendre cet intérêt : le croisement d’icônes musulmanes avec des personnalités importantes de l’histoire du mouvement noir, l’accès à des informations instantanées par Internet et l’amélioration en termes structurels des organisations brésiliennes. “Les fils des Arabes qui sont arrivés au Brésil après la guerre ont atteint un niveau d’éducation et de connaissance qui a permis la progression du prosélytisme et un plus grand rapprochement avec la culture brésilienne”, affirme-t-il.


La présence de l’islam dans les médias depuis l’attentat contre les Tours jumelles, renforcée par l’invasion américaine de l’Afghanistan et de l’Irak, aurait eu un double effet : d’abord en renforçant l’identité musulmane des descendants d’Arabes éloignés de la religion, qui se sont sentis persécutés et diffamés ; ensuite en attirant des Brésiliens n’ayant aucun lien avec l’islam, mais dont le sentiment de marginalité est important. Ce dernier phénomène a éveillé l’intérêt de l’ambassade des Etats-Unis au Brésil, comme en témoigne cet extrait d’un rapport de 2008 sur la liberté religieuse : “Les conversions à l’islam ont augmenté récemment parmi les citoyens non arabes.”

Les jeunes convertis apportent à l’islam la culture hip-hop et une formation politique issue du mouvement noir. En se prosternant devant Allah, ils ont l’impression de revenir à la maison après un long exil, l’islam noir puisant ses racines dans le Brésil esclavagiste. Pour raconter cette histoire, il faut revenir en 1835, à Salvador de Bahia, où la révolte des Malês [leur nom proviendrait du terme yoruba imalé, “musulman”], menée par des Noirs musulmans, a constitué le soulèvement d’esclaves urbains le plus important de l’histoire du pays. Peu cité dans les livres scolaires, cet événement a, grâce au rap, touché les banlieues après un long silence. Il s’est ajouté à l’héritage du militant afro-américain Malcolm X, découvert grâce au film de Spike Lee en 1992, et aux événements du 11 septembre, qui ont engendré des théories du complot popularisées sur la Toile. C’est cet islam qui a atteint les convertis les plus récents. São Paulo, noyau dur du hip-hop au Brésil, est le plus touché par ce phénomène. La tentaculaire banlieue de São Paulo est, comme le disent les poètes marginaux, la “senzala moderne” [la senzala est l’endroit où vivaient les esclaves des plantations]. Et chaque nouveau converti croit sentir en lui un peu de Malê. Ce n’est pas par hasard si Mano Brown, le plus important rappeur brésilien, qui n’est pas musulman, chante dans Esprit de bandit : “[…] Noirs de 2010/Fans de Mumia Abu-Jamal, Oussama, Saddam, Al-Qaida, des talibans, de l’Irak, du Vietnam/Contre les boys, contre le GOE [Groupe d’opérations spéciales, l’unité d’élite de la police de São Paulo], contre le Ku Klux Klan.”

“Je suis un peu effaré par le langage de certains rappeurs, mais leur discours s’est répandu. Une fois que le feu a pris dans les buissons, il se propage. L’islam est tombé au cœur de la banlieue”, estime Valter Gomes, 62 ans. Dans les années 1990, il a “plaidé” avec une grande véhémence devant les organisations du mouvement noir des ghettos et de l’ABC de São Paulo [région industrielle au sud-est de la mégalopole, dont les trois principales villes sont Santo André (A), São Bernardo do Campo (B) et São Caetano do Sul (C)] ; il y a défendu l’idée que le salut pour les Afro-Brésiliens viendrait de l’islam. “Frères, vous voulez lutter, mais vous n’avez pas d’objectif. Je vous apporte un objectif et un étendard. L’objectif, c’est le paradis ; l’étendard, c’est l’islam.”

Ces paroles ont enflammé le cœur de certains rappeurs, qui cherchaient depuis longtemps un chemin unissant dieu et idéologie. Tant que l’islam évoquait seulement une religion ethnique, arrivée au Brésil par l’intermédiaire des immigrés arabes de la seconde moitié du XIXe siècle, il n’y a pas eu d’identification. Mais, lorsque le mouvement noir et, par la suite, le rap ont diffusé la révolte des Malês comme une réaction de fierté dans une histoire marquée par la soumission, la religion est devenue un moyen de sauver ses racines. Les jeunes musulmans ne disent pas qu’ils se convertissent, mais qu’ils se “retournent” – ou qu’ils renaissent. Le mot a pour eux un double sens : récupérer une identité séquestrée par l’esclavage et s’inscrire dans une tradition dont on peut être fier. Les églises évangéliques néopentecôtistes – qui se sont multipliées à partir des années 1980, notamment dans les banlieues et dans les prisons – n’avaient rien d’attrayant pour les jeunes Noirs en quête d’identité et sans vocation pour suivre le troupeau. “Dans l’église évangélique de ma mère, l’histoire du Christ pardonnant tout me gênait. J’avais déjà eu droit à des coups de matraque de la police, des coups bien réels. Le jour où il y aura une autre bagarre, il faudra que je tende l’autre joue ?” assène Ridson Mariano da Paixão, 25 ans. “Je ne suis pas dans cet état d’esprit passif. Grâce à Malcolm X, j’ai découvert que l’islam nous permettait de nous défendre.”


Ridson est devenu Dugueto Sharif Al-Shabazz en 2005. Son nom fait la synthèse historique de la trajectoire de l’islam dans les banlieues brésiliennes. Le prénom Ridson [“fils délaissé”, en anglais] a été choisi par son père, un Noir facétieux. Dugueto est le nom d’un groupe de rap qui renvoie au mot ghetto ; Sharif est emprunté à un personnage d’un film de gangsters ; Shabazz provient du nom islamique de Malcolm X.

Cette génération ne pardonne pas non plus au catholicisme son mutisme lors de la période de l’esclavage africain. “Ma famille est catholique, mais, en faisant des recherches historiques, j’ai découvert que l’Eglise avait soutenu l’esclavage. Ils affirmaient que les Noirs n’avaient pas d’âme, souligne Honerê. Sans compter que Jésus était blanc, les anges étaient blancs aussi. Et tout ce qui était mauvais était noir.” Honerê est devenu un des principaux divulgateurs de la religion dans l’ABC. Il est actuellement l’un des dirigeants du Mouvement noir unifié [apparu en 1978] et travaille au Centre de divulgation de l’islam pour l’Amérique latine. Pour lui comme pour la majorité des musulmans noirs, peu importe que la race n’existe pas en tant que concept biologique. C’est avant tout un concept culturel à l’origine de toutes les asymétries socio-économiques qui ont déterminé leur existence et qui aujourd’hui représente un élément fondamental dans la construction de leur identité, y compris religieuse. Il raconte comment Carlos Soares Correia s’est transformé en Honerê Al-Amin Oadq au milieu des années 1990.

“Ma mère était domestique chez des Blancs ; elle a souvent été traitée de ‘misérable négresse’. Je me rendais compte qu’à l’hôpital ou ailleurs ceux de ma couleur étaient les seuls à faire face à des difficultés. Il n’y a pas un Noir dans ce pays qui n’ait une histoire de discrimination à raconter. Alors, j’ai décidé de partir à la recherche de ma propre histoire. C’était l’époque où le rap était de la musique de Noirs pour les Noirs. Et le rap m’a fait découvrir Malcolm X. Ensuite, j’ai découvert l’histoire des Malês. Ils ne buvaient pas, ne fumaient pas, savaient écrire ; ils étaient instruits. S’ils avaient réussi à s’emparer de [Salvador de] Bahia ce jour du 25 janvier 1835, ils auraient eu le pays entre leurs mains, et le Brésil serait un Etat musulman.”

A l’époque, la révolte des Malês a non seulement ébranlé le Brésil, mais aussi la communauté internationale. Des journaux de Londres, Boston et New York ont relayé les événements, qui se sont achevés avec la mort de 70 rebelles et des condamnations – à des peines de prison, à la peine de mort ou à la déportation en Afrique – pour plus de 500 autres.

Avant d’opter pour un nom musulman, Honerê a fait partie des fondateurs de l’une des plus anciennes posses de hip-hop en activité, la Haussa. Les posses sont des groupes qui réunissent des personnes ayant des affinités culturelles et politiques afin d’atteindre des objectifs communs. Les Haoussas étaient à la tête de révoltes d’esclaves dans la région de Bahia au début du XIXe siècle. Musulmans, ils étaient originaires de ce qui est aujourd’hui le nord du Nigeria et fuyaient une guerre religieuse qui a fourni nombre d’esclaves au trafic négrier. Deux siècles plus tard, la Haussa rassemble uniquement des Noirs, 40 jeunes de l’ABC. Le nom a été choisi “parce que les Haoussas ne se laissaient pas dominer ; ils avaient des convictions et étaient soumis seulement à Dieu”. Rappeur et ancien prisonnier, Leandro fait partie de ceux qui se sont intéressés à la religion en voyant la réalité imiter le cinéma catastrophe hollywoodien. “J’ai compris qu’il existait un peuple avec une attitude différente en Palestine, en Irak, en Afghanistan. J’ai commencé à chercher à en savoir plus ; j’ai rencontré Malik et j’ai fini par me ‘retourner’, dit-il. Mon épouse et moi, nous voulons étudier pour diffuser l’islam. Parce qu’il n’y a pas mieux que ceux qui viennent des favelas, comme nous, pour parler avec les jeunes qui y vivent. Alors que, si un mec y va habillé en arabe, les Blacks seront morts de rire.” Leandro a monté il y a un an, dans une favela à l’est de São Paulo, le projet Istambul Futebol e Educação, avec 25 gamins en situation difficile. Les moyens financiers proviennent d’un musulman militant en Syrie. L’action sociale répond au projet politique, qui voit dans l’islam une réponse aux statistiques de la violence.


“On ne s’organise pas ainsi par racisme ; nous n’avons pas de problèmes avec d’autres couleurs ou races. Nous voulons simplement que les Afro-Brésilienss arrêtent de mourir à 20 ans. Ceux qui meurent jeunes au Brésil, ce sont ceux qui ne connaissent pas leurs origines et n’ont pas eu accès au savoir. C’est un génocide de la population de banlieue qui existe depuis l’époque de la senzala, affirme Malik. Depuis que je suis devenu musulman, je ne bois pas, je ne fume pas, mes enfants ont un père et une mère, une éducation et une vie réglée.”

Malik est le président du Centre de développement islamique brésilien (NDIB), l’organisation la plus combative du nouvel islam noir. Les militants du NDIB (au nombre de huit) croient que l’islam peut être une alternative à la conversion évangélique, massive dans les prisons brésiliennes. Pour son projet politico-religieux, entrer dans les prisons est stratégique, et le POCC [Prisoners of Conscience Committee, le Comité des prisonniers de conscience] de Hampton Jr. [fils d’un leader des Black Panthers] est un partenaire important. “Les prisonniers sont devenus croyants [évangéliques] faute d’alternative, parce que le dernier choix du détenu, c’est de devenir évangélique”, affirme Leandro. “L’islam est une construction de la connaissance. Nous voulons travailler en apportant cette conscience, en construisant l’histoire de chacun et en montrant qu’ils sont des prisonniers politiques, indépendamment du délit qu’ils ont commis”, précise Sharif.

En 2009, le NDIB souhaite initier la construction de Nova Medina, une communauté musulmane capable d’accueillir les convertis de plusieurs endroits de la périphérie de São Paulo. Nous rêvons d’un quartier musulman où il n’y ait pas de bars servant de l’alcool au coin des rues, où l’on ne vende pas de viande de cochon, où nos enfants puissent étudier dans des écoles islamiques et où nos femmes ne soient pas appelées mulher-bomba [femme-bombe]”, précise Malik.Pour cela, ils pensent acquérir un lopin de terre et faire un lotissement.

Coiffé d’une chéchia jaune et verte [couleurs du drapeau brésilien] – symbole de sa condition de musulman brésilien qui n’accepte pas de changer de nom –, Valter Gomes remet tout entre les mains d’Allah. Il a les yeux humides lorsqu’il affirme : “Allah dit dans le Coran que pour chaque peuple il existe un prophète qui parle sa langue. Alors, qui sait s’il n’y a pas un petit Black plein de peps et de rimes qui va apparaître en banlieue ?”


Source : Eliane Brum, De l’esclavage à Allah, in Courrier International, no 961, 1er au 8 avril 2009, pp. 88-90, http://www.courrierinternational.com/article/2009/04/01/islam-hip-hop-dans-les-favelas


Dernière édition par Bon Paulo le Mar 17 Jan 2012 - 17:49, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Joel
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 17253
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

WIFOUT!BREZIL AP VALE TEREN. - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: WIFOUT!BREZIL AP VALE TEREN.   WIFOUT!BREZIL AP VALE TEREN. - Page 2 EmptySam 7 Jan 2012 - 20:11

Gen BREZILYEN ki ap konvèti lan ISLAM pou menm rezon gen AFRIKEN AMERIKEN te konvèti lan ane 1950s,1960s yo.Yo te di ke anpil esklav yo te MIZILMAN.Yo estime ke ant 20 ak 25% esklav yo te mizilman.
BREZILYEN pa bezwen ISLAM pou IDANTITE ,yo deja gen VODOU (CANDOMBLE).ISLAM menm jan ak OZETAZINI ap rete lan periferi.

Men pito sa ki ap pase lan BREZIL.
Gen yon senkretis ant VODOU ak RELIJYON KATOLIK lan ke yon gwoup pè ak evèk yo anbrase.Lan yon lòt atik yo di ke lan KATEDRAL BAHIA a ,a kote pòtre sen KATOLIK yo jwenn stati ORISHA yo ,tankou OGUN,DAMBALLAH,OBATALA,SHANGO elt...
Yo di kouran sa a ap vale teren ;evèk ak pè ki lan kouran sa a ,ou konn jwenn yo ap ofisye lan TERREIRO (HONFÒ) yo.

Gen yon kouran lan CANDOMBLE ak MACUMBA ki di ke yo pa vle okenn SENKRETIS;yo bezwen relijyon an rete menm jan li sòti ann AFRIK lan.Kouran sa a ap gwosi tou.

Gen yon kouran lan LEGLIZ KATOLIK lan ki ap voye pye,paske yo remake ke BREZIL ap afrikanize relijyon katolik lan sou yo.

Atik lan pale de ""BLACK ROME"" pou ilistre fenomèn sa a:

http://www.nytimes.com/2000/01/10/world/catholics-battle-brazilian-faith-in-black-rome.html?pagewanted=all&src=pm
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




WIFOUT!BREZIL AP VALE TEREN. - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: WIFOUT!BREZIL AP VALE TEREN.   WIFOUT!BREZIL AP VALE TEREN. - Page 2 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
WIFOUT!BREZIL AP VALE TEREN.
Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti :: Haiti :: Espace Haïti-
Sauter vers: