Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

FOROM AYITI : Tèt Ansanm Pou'n Chanje Ayiti.
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  PortailPortail  ÉvènementsÉvènements  PublicationsPublications  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Le Deal du moment : -47%
Sosh Abonnement Internet Fibre 300Mbits/s + Livebox 4 ...
Voir le deal
15.99 €

 

  Le Brésil facilite l’intégration de milliers d’Haïtiens dans son économie

Aller en bas 
AuteurMessage
Sasaye
Super Star
Super Star
Sasaye

Masculin
Nombre de messages : 8252
Localisation : Canada
Opinion politique : Indépendance totale
Loisirs : Arts et Musique, Pale Ayisien
Date d'inscription : 02/03/2007

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Maestro

 Le Brésil facilite l’intégration de milliers d’Haïtiens dans son économie Empty
MessageSujet: Le Brésil facilite l’intégration de milliers d’Haïtiens dans son économie    Le Brésil facilite l’intégration de milliers d’Haïtiens dans son économie EmptySam 7 Jan 2012 - 12:43


Haïti - Social : Le Brésil facilite l’intégration de milliers d’Haïtiens dans son économie07/01/2012 11:58:19


L’année dernière, le Brésil a régularisé, pour des raisons humanitaires, le statut de 1,600 haïtiens entrés illégalement, afin de leur permettre de vivre et de travailler en toute légalité. Selon le Ministère de la justice brésilienne, le statut de plus de 2,000 autres, sont actuellement en cours d’analyse.

Dans les 5 derniers jours de décembre, un nombre élevé d’Haïtien sont entrés sur le territoire brésilien, par crainte d’une restriction des autorités. Une rumeur non fondée, démentie par le Gouvernement brésilien. Ainsi, 500 haïtiens illégaux sont entrés dans la ville brésilienne de Brasileia, à la frontière avec la Bolivie, s’ajoutant au 700 déjà dans cette localité et 208 nouveaux arrivants ont été signalés à Tabatinga à la frontière avec le Pérou et la Colombie qui sont venu s’ajouter au 1,041 haïtiens déjà présent.

Le ministère de la Justice estime, que depuis le séisme qui a frappé Haïti en janvier 2010, près de 4,000 haïtiens sont venus au Brésil à la recherche de meilleures conditions de vie.

Mourao Nilson, le Secrétaire de la Justice et Droits de l'Homme de l'État d'Acre, a déclaré qu’à compter de lundi prochain, près de 40 haïtiens commenceront à être évacués quotidiennement de Brasileia, suite à un accord avec le Gouvernement qui a permis de simplifier les procédures, les documents, la vaccination et l’obtention d’un permis de travail.

Malgré la crise économique mondiale, la croissance économique du Brésil, a permis au pays d'absorber, jusqu’à présent, ces nouveaux arrivants sans papiers. Selon Mourao, la plupart de ces personnes vont travailler dans l'État de Rondonia (Nord) dans la construction de deux importantes centrales hydroélectriques et vers d’autres entreprises qui manquent de main-d'œuvre.

Revenir en haut Aller en bas
Le gros roseau
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 9664
Localisation : Usa
Loisirs : sport ,internet,stock market
Date d'inscription : 21/08/2010

 Le Brésil facilite l’intégration de milliers d’Haïtiens dans son économie Empty
MessageSujet: Re: Le Brésil facilite l’intégration de milliers d’Haïtiens dans son économie    Le Brésil facilite l’intégration de milliers d’Haïtiens dans son économie EmptySam 7 Jan 2012 - 13:31

gade ki jan w apresye entegratyon ayisyen o bresil pou kek milye ayisyen epi w pa ka apresye milyon ayisyen ki ap viv byen o Zeta zuni pami yo mwen se yonn.e ki ap voye plis pase yon milya dola chak ane an ayiti.Kote ayisyen okipe tout gwo fonktyon, Kongressman, jij , chef polis. Chef depatman edikatyon nan plisyè eta, profesè, doktè avoka menm konseye presidan.nan ki peyi plis ayisyen entegre pi byen?Konbyen fwa yo ba ayisyen amnistie o Zeta zuni ?Mwen konnen ansyen boat people ayisyen ki jodya ap roule nan gwo 4x4 e ki genyen kay yo ki rele yo chè met wi.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



 Le Brésil facilite l’intégration de milliers d’Haïtiens dans son économie Empty
MessageSujet: Re: Le Brésil facilite l’intégration de milliers d’Haïtiens dans son économie    Le Brésil facilite l’intégration de milliers d’Haïtiens dans son économie EmptySam 7 Jan 2012 - 13:34

Ça ressemble un peu à l'opération mon pays des années 1970 au Canada.
Revenir en haut Aller en bas
Joel
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 17051
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

 Le Brésil facilite l’intégration de milliers d’Haïtiens dans son économie Empty
MessageSujet: Re: Le Brésil facilite l’intégration de milliers d’Haïtiens dans son économie    Le Brésil facilite l’intégration de milliers d’Haïtiens dans son économie EmptySam 7 Jan 2012 - 13:45

T-NEG a écrit:
Ça ressemble un peu à l'opération mon pays des années 1970 au Canada.


T-NÈG pa gen entegrasyon pou yon AYISYEN fè lan BREZIL.Eksperyans majorite popilasyon BREZILYEN an se menm ak pa AYISYEN yo anvan lendepandans.Se lan SIK gran plantè BREZILYEN yo te fè fòtin yo menm jan ak pa nou yo ann AYITI.

ABDIAS DA NASCIMENTO di ke lè brezilyen t ap pran zam pou libète yo an 1824 ,chèf rebelyon an t ap di VIV WA ANRI KRISTÒF
Revenir en haut Aller en bas
Sasaye
Super Star
Super Star
Sasaye

Masculin
Nombre de messages : 8252
Localisation : Canada
Opinion politique : Indépendance totale
Loisirs : Arts et Musique, Pale Ayisien
Date d'inscription : 02/03/2007

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Maestro

 Le Brésil facilite l’intégration de milliers d’Haïtiens dans son économie Empty
MessageSujet: Re: Le Brésil facilite l’intégration de milliers d’Haïtiens dans son économie    Le Brésil facilite l’intégration de milliers d’Haïtiens dans son économie EmptySam 7 Jan 2012 - 14:07

Diferans lan sè ke yo resevwa ayisyen yo avèk imanite menmsi yo antre Obrezil ilegalman. Yo aksepte yo, yo plase yo e yo menm bayo travay.

Konpare ak ayisyen ke gadkôt meriken entèsepte depi lanlanmè, pimpe yo tounen pandan yo resevwa Kiben ki vini lan menm kondisyon yo.
Sa k reyisi mete pye yo lan Florid pase yon lanfè anvan yo libere yo, si yo pa depôte yo.

Brezilyen pa gen KROME pou pake ayisyen tankou zannimo jiskaske JeraJanjis fè demonstrasyon pou yo wont e oblije yo koumanse lage yo.

Genyen ki pase yon ane zanfan alamamèl ak fanm ansent anvan yo jwenn moun deyô vinn reklame yo.


Ou pa fouti ekri yon teks ki di:

Les Etas-Unis facilitent l'intégration de milliers d'Haitiens dans leur économie.
Revenir en haut Aller en bas
Le gros roseau
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 9664
Localisation : Usa
Loisirs : sport ,internet,stock market
Date d'inscription : 21/08/2010

 Le Brésil facilite l’intégration de milliers d’Haïtiens dans son économie Empty
MessageSujet: Re: Le Brésil facilite l’intégration de milliers d’Haïtiens dans son économie    Le Brésil facilite l’intégration de milliers d’Haïtiens dans son économie EmptySam 7 Jan 2012 - 14:19

Yon peyi genyen dwa poul di moun pou yo pa rantre nan peyi ya ilegalman ;pwoblem Eta Zuni ak imigratyon ilegal pa menm ak sa bresil ap konfwonte.O zeta zuni se tout moun ki ap sot tou kote ki vle rantre ilegalman ,meksiken, franse, angle, italyen, irlandè, ayisyen kiben ,jamayiken etc.se pa sel ayisyen yo mete nan prison e se pa konsa sa te ye o komansam nan ane 60 yo.men lè tout moun vle vinn Florida fok yo trase ekzanp pou fè ayisyen rete lakay yo.tou moun konen poukisa yo ba kiben yo privilej saa.Menm kote yo te fèmen yo nan krom men yo te trete yo pi byen kan menm ke prisonye lakay nou.Jean juste te genyen dwa manifeste.e anpil nan yo te vinn jwen amnistie.e se pa yon sel fwa.Mwen ta renmen wè tout moun ap tonbe rantre o bresil poum ta wè si se menm bagay la depi koulyè ya yo di ke yap refoule pakistanè;afriken ak moun ki soti bangladesh.eske moun sa yo se pa moun yo ye tou?Ti dwog komolis yo te ba w bwè nan ane 60 yo kite w ak yon malmakak.(lol)Fidel pa kite ayisyen ilegal rete laky li;li ba yo pwovisyon epi li di mache bourik nou pi devan.Bahameyen yo fè menm bagay la tou., Elie lescot pat kite alman yo rantre an ayiti diran 2 emem gè mondyal la.


Dernière édition par Le gros roseau le Sam 7 Jan 2012 - 16:16, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Le gros roseau
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 9664
Localisation : Usa
Loisirs : sport ,internet,stock market
Date d'inscription : 21/08/2010

 Le Brésil facilite l’intégration de milliers d’Haïtiens dans son économie Empty
MessageSujet: Re: Le Brésil facilite l’intégration de milliers d’Haïtiens dans son économie    Le Brésil facilite l’intégration de milliers d’Haïtiens dans son économie EmptySam 7 Jan 2012 - 14:30

President Obama and his administration just proposed a common-sense change to our country's immigration system in order to keep American families together.

This isn't just a historic step for the hundreds of thousands of families who would be affected by this policy—it's also a defining moment for this campaign.

Let the President know you stand with him in the fight for a smart, fair immigration system.

Under current law, undocumented spouses and children of U.S. citizens must leave the country to complete the immigration process—meaning thousands of families are separated every year while trying to pursue a legal path to citizenship.
The President's plan would cut bureaucratic wait times and relieve an unfair burden on U.S. citizens who are unfairly separated from their loved ones during the legal immigration process. This proposal would build on other common-sense immigration reforms the President has put in place to help keep hardworking American families, who have played by the rules, together.
That's why we need to have the President's back in this fight—and the fights to come—in this election. Say you'll stand with him today.


Email *


First Name

Last Name



Zip/Postal Code *




* denotes required field

Privacy PolicyTerms of Service
Paid for by Obama for America
Revenir en haut Aller en bas
Le gros roseau
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 9664
Localisation : Usa
Loisirs : sport ,internet,stock market
Date d'inscription : 21/08/2010

 Le Brésil facilite l’intégration de milliers d’Haïtiens dans son économie Empty
MessageSujet: Re: Le Brésil facilite l’intégration de milliers d’Haïtiens dans son économie    Le Brésil facilite l’intégration de milliers d’Haïtiens dans son économie EmptySam 7 Jan 2012 - 16:32

Mezanmi wo men Sassaye di mwen pa fouti ekri yon teks ki di ke Les Etats-Unis facilitent l'integration de miliiers d'haitiens dans leur economie.Mon chè mwen te konprann ou te pi entleijan wi.

Banm ba w yon ti pasaj nan eksperyans mwen o Zeta zuni Depi mwen rive o Zeta zuni mwen tap travay nan yon konpayi ki rele Industrial Accoustic co.Yo te konn peyem 100 dola pou chak ayisyen mwen mennen travay nan konpayi ya.Mwen te menen bo frèm Michelet Michel ki mouri,mwen te menen yon lot neg o cap ki mouri, bo frem lan te mennen Gerad Gilbert ki jodya mwen kwè ki o Canada ,Mwen te menen Yon Numa ki mouri,Kenol Mompoint ki te mennem nan konpayi saa ka la toujou li ka demantim si sa map ekri se manti.Yo te konn peyem 28 dola an plis pou mwen ale nan yo lekol pwofesyonal kote yo anseye moun sheet metal e li blue print..e se pa mwen sel te genyen tout kalite natyonalite nan gwoup.se te gouvenman meriken ki te etabli pwogram saa pou imigran.se pandan mwen nan lekol saa yon profese Blan banm yon rekomandatyon pou mwen al pran yon test ni nan Con Edison e ni nan company New York telephone. tou 2 konpayi yo relem pou vinn travay pou yo. mwen chwasi konpayi elektrik,depim rantre nan konpayi elektrik se lekol yap voyem.yo te menm peye poum te ale nan iniversite prive.se konsa mwen te komanse nan NYU.apre mwen te ale nan BMMC san ke mwen pa peye 5 kob, apre mwen finn gradye male nan Baruch college, epi apre sa male nan lehmann college paske mwen te vinn transfere nan bronx.Kote mwen tap jwen avantaj sa yo an ayiti.Ou pral dim se paske yo te beswenm poum te travay pou yo men sak fè lot peyi tankou kanada aksepte imigran lakay yo?Si jodya ekonomi Etat zuni bese kote genyen plis 14 milyon ameriken ki nan chomaj mezanmi moun yo pa ka kite moun ap rantre lakay yo san kontwol.Map mande si se ayisyen ki te genyen travay anpil lakay yo si yo tap kite lot moun vinn rantre ilegalman san kontwol lakay yo?

Hud te genyen yon pwogram nan new York pou fasilite malere achte kay se konsa yo te baw yon mortgage de 30.000 dola ke w pa beswen peye yon santim si w rete viv nan kay la pandan 5 lane ,se konsa mwen te achte yon 2 famiy ak 8 mil dola kom down payment ak yon lot mortgage 92 mil dola .15 zan apre mwen vann li pou 240.000 dola.Tout vwazen m nan katye saa ri ya rele Ceasar place se te imigran.ak nwa .Vwazen a goch mwen yan se te yon moun Saint Vincent ki rele Avril ki tap travay nan telphone konpayi ,vwazinn a dwat mwen yan se te yon portorikenn.te genyen kiben . trinidadyen jamayiken ki te rete nan block la.
Revenir en haut Aller en bas
Bon Paulo
Star
Star


Nombre de messages : 170
Date d'inscription : 09/09/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle:

 Le Brésil facilite l’intégration de milliers d’Haïtiens dans son économie Empty
MessageSujet: Re: Le Brésil facilite l’intégration de milliers d’Haïtiens dans son économie    Le Brésil facilite l’intégration de milliers d’Haïtiens dans son économie EmptySam 7 Jan 2012 - 18:17

DE L’ESCLAVAGE À ALLAH
Islam hip-hop dans les favelas


La religion musulmane attire de plus en plus de jeunes Afro-Brésiliens, qui y voient un retour aux sources autant qu’un instrument de lutte contre les inégalités raciales et sociales.

Cinq fois par jour, leurs regards survolent le béton des rues irrégulières et cherchent La Mecque, de l’autre côté du monde. Pour Honerê, Malik et Sharif, prier en direction de ce lieu lointain, qui paraît exotique à la majorité des Brésiliens, représente le plus court chemin vers eux-mêmes. Ils ont longtemps été Carlos, Paulo et Ridson ; mais ils se sont convertis à l’islam et se sont forgé une nouvelle identité. Ils sont pauvres, noirs et, désormais, musulmans. Ils voient dans le Coran une réponse à leurs difficultés quotidiennes – les mauvais traitements de la police, les violences liées au trafic de drogue ou les difficultés d’accès à l’éducation et à la santé – et à ce qu’ils interprètent parfois comme un “projet d’extermination de la jeunesse afro-brésilienne”.

Ces jeunes hommes diffusent l’islam dans les banlieues du pays, notamment à São Paulo, l’utilisant comme un instrument de transformation politique. Et ils se préparent à apporter le message du prophète Mahomet aux prisonniers, dans les prisons. Ils brandissent haut la bannière de l’islam, espérant voir se profiler un Etat musulman dans l’horizon du Brésil. Pour expliquer leur choix, ils scandent, le menton fier et le regard orgueilleux : “Un musulman baisse la tête devant Allah – et seulement devant Allah.”

Honerê, originaire de la banlieue de São Bernardo do Campo, a converti Malik, de la banlieue de Francisco Morato, qui lui-même a converti Sharif, de la banlieue de Taboão, qui en convertit d’autres à son tour. C’est ainsi que l’islam progresse dans les banlieues du Grand São Paulo. Les nouveaux musulmans ne sont pas nombreux, mais leur présence est de plus en plus tangible. Lors des rassemblements culturels ou politiques des ghettos, on aperçoit toujours quelques chéchias. La plupart d’entre eux sont noirs. “C’est un islam de qualité qui progresse grâce à des personnes qui savent ce qu’elles font”, affirme le rappeur Honerê Al-Amin Oadq, 31 ans – Carlos Soares Correia, pour l’état civil. “A chaque coin de rue, on m’accoste en me disant : ‘J’ai déjà entendu parler de toi et je veux connaître l’islam.’ C’est notre attitude qui permet de diffuser la religion. L’islam progresse par la conscience et par l’exemple.”

A São Paulo, on estime à quelques centaines le nombre de Brésiliens convertis dans les banlieues au cours des dernières années. Dans le pays, ils seraient quelques milliers. Le nombre total de musulmans au Brésil est incertain : à peine plus de 27 000 selon le recensement de l’an 2000, mais de 700 000 à 3 millions selon les organisations musulmanes – autant dire que l’importance de l’islam au Brésil demeure une inconnue. En réalité, jusqu’aux années 2000, il n’y avait pas un intérêt réel à se pencher sur une religion qui éveillait plus l’attention dans des telenovelas que dans le journal télévisé.

Feres Fares, prosélyte fervent de l’islam, a voyagé dans tout le Brésil pour réaliser un recensement des mosquées et des mussalas [salles de prière]. Les chiffres sont impressionnants. Ces huit dernières années, le nombre aurait presque quadruplé, passant de 32 en 2000 à 127 en 2008. Des mosquées sont même apparues dans des Etats du Nord comme l’Amapá, l’Amazonas et le Roraima. Le cheikh iranien Ishan Mohammad Ali Kalandar, auteur de l’ouvrage Les Musulmans au Brésil, affirme pour sa part que, depuis le 11 septembre 2001, le nombre de conversions a beaucoup augmenté. “Les Brésiliens ont pris connaissance de la religion”, fait-il remarquer, ajoutant que “l’islam a toujours été accueilli d’abord par les plus pauvres”. Selon Ali Hussein El-Zoghbi, directeur de la Fédération des associations musulmanes du Brésil, trois facteurs sont essentiels pour comprendre cet intérêt : le croisement d’icônes musulmanes avec des personnalités importantes de l’histoire du mouvement noir, l’accès à des informations instantanées par Internet et l’amélioration en termes structurels des organisations brésiliennes. “Les fils des Arabes qui sont arrivés au Brésil après la guerre ont atteint un niveau d’éducation et de connaissance qui a permis la progression du prosélytisme et un plus grand rapprochement avec la culture brésilienne”, affirme-t-il.


La présence de l’islam dans les médias depuis l’attentat contre les Tours jumelles, renforcée par l’invasion américaine de l’Afghanistan et de l’Irak, aurait eu un double effet : d’abord en renforçant l’identité musulmane des descendants d’Arabes éloignés de la religion, qui se sont sentis persécutés et diffamés ; ensuite en attirant des Brésiliens n’ayant aucun lien avec l’islam, mais dont le sentiment de marginalité est important. Ce dernier phénomène a éveillé l’intérêt de l’ambassade des Etats-Unis au Brésil, comme en témoigne cet extrait d’un rapport de 2008 sur la liberté religieuse : “Les conversions à l’islam ont augmenté récemment parmi les citoyens non arabes.”

Les jeunes convertis apportent à l’islam la culture hip-hop et une formation politique issue du mouvement noir. En se prosternant devant Allah, ils ont l’impression de revenir à la maison après un long exil, l’islam noir puisant ses racines dans le Brésil esclavagiste. Pour raconter cette histoire, il faut revenir en 1835, à Salvador de Bahia, où la révolte des Malês [leur nom proviendrait du terme yoruba imalé, “musulman”], menée par des Noirs musulmans, a constitué le soulèvement d’esclaves urbains le plus important de l’histoire du pays. Peu cité dans les livres scolaires, cet événement a, grâce au rap, touché les banlieues après un long silence. Il s’est ajouté à l’héritage du militant afro-américain Malcolm X, découvert grâce au film de Spike Lee en 1992, et aux événements du 11 septembre, qui ont engendré des théories du complot popularisées sur la Toile. C’est cet islam qui a atteint les convertis les plus récents. São Paulo, noyau dur du hip-hop au Brésil, est le plus touché par ce phénomène. La tentaculaire banlieue de São Paulo est, comme le disent les poètes marginaux, la “senzala moderne” [la senzala est l’endroit où vivaient les esclaves des plantations]. Et chaque nouveau converti croit sentir en lui un peu de Malê. Ce n’est pas par hasard si Mano Brown, le plus important rappeur brésilien, qui n’est pas musulman, chante dans Esprit de bandit : “[…] Noirs de 2010/Fans de Mumia Abu-Jamal, Oussama, Saddam, Al-Qaida, des talibans, de l’Irak, du Vietnam/Contre les boys, contre le GOE [Groupe d’opérations spéciales, l’unité d’élite de la police de São Paulo], contre le Ku Klux Klan.”

“Je suis un peu effaré par le langage de certains rappeurs, mais leur discours s’est répandu. Une fois que le feu a pris dans les buissons, il se propage. L’islam est tombé au cœur de la banlieue”, estime Valter Gomes, 62 ans. Dans les années 1990, il a “plaidé” avec une grande véhémence devant les organisations du mouvement noir des ghettos et de l’ABC de São Paulo [région industrielle au sud-est de la mégalopole, dont les trois principales villes sont Santo André (A), São Bernardo do Campo (B) et São Caetano do Sul (C)] ; il y a défendu l’idée que le salut pour les Afro-Brésiliens viendrait de l’islam. “Frères, vous voulez lutter, mais vous n’avez pas d’objectif. Je vous apporte un objectif et un étendard. L’objectif, c’est le paradis ; l’étendard, c’est l’islam.”

Ces paroles ont enflammé le cœur de certains rappeurs, qui cherchaient depuis longtemps un chemin unissant dieu et idéologie. Tant que l’islam évoquait seulement une religion ethnique, arrivée au Brésil par l’intermédiaire des immigrés arabes de la seconde moitié du XIXe siècle, il n’y a pas eu d’identification. Mais, lorsque le mouvement noir et, par la suite, le rap ont diffusé la révolte des Malês comme une réaction de fierté dans une histoire marquée par la soumission, la religion est devenue un moyen de sauver ses racines. Les jeunes musulmans ne disent pas qu’ils se convertissent, mais qu’ils se “retournent” – ou qu’ils renaissent. Le mot a pour eux un double sens : récupérer une identité séquestrée par l’esclavage et s’inscrire dans une tradition dont on peut être fier. Les églises évangéliques néopentecôtistes – qui se sont multipliées à partir des années 1980, notamment dans les banlieues et dans les prisons – n’avaient rien d’attrayant pour les jeunes Noirs en quête d’identité et sans vocation pour suivre le troupeau. “Dans l’église évangélique de ma mère, l’histoire du Christ pardonnant tout me gênait. J’avais déjà eu droit à des coups de matraque de la police, des coups bien réels. Le jour où il y aura une autre bagarre, il faudra que je tende l’autre joue ?” assène Ridson Mariano da Paixão, 25 ans. “Je ne suis pas dans cet état d’esprit passif. Grâce à Malcolm X, j’ai découvert que l’islam nous permettait de nous défendre.”


Ridson est devenu Dugueto Sharif Al-Shabazz en 2005. Son nom fait la synthèse historique de la trajectoire de l’islam dans les banlieues brésiliennes. Le prénom Ridson [“fils délaissé”, en anglais] a été choisi par son père, un Noir facétieux. Dugueto est le nom d’un groupe de rap qui renvoie au mot ghetto ; Sharif est emprunté à un personnage d’un film de gangsters ; Shabazz provient du nom islamique de Malcolm X.

Cette génération ne pardonne pas non plus au catholicisme son mutisme lors de la période de l’esclavage africain. “Ma famille est catholique, mais, en faisant des recherches historiques, j’ai découvert que l’Eglise avait soutenu l’esclavage. Ils affirmaient que les Noirs n’avaient pas d’âme, souligne Honerê. Sans compter que Jésus était blanc, les anges étaient blancs aussi. Et tout ce qui était mauvais était noir.” Honerê est devenu un des principaux divulgateurs de la religion dans l’ABC. Il est actuellement l’un des dirigeants du Mouvement noir unifié [apparu en 1978] et travaille au Centre de divulgation de l’islam pour l’Amérique latine. Pour lui comme pour la majorité des musulmans noirs, peu importe que la race n’existe pas en tant que concept biologique. C’est avant tout un concept culturel à l’origine de toutes les asymétries socio-économiques qui ont déterminé leur existence et qui aujourd’hui représente un élément fondamental dans la construction de leur identité, y compris religieuse. Il raconte comment Carlos Soares Correia s’est transformé en Honerê Al-Amin Oadq au milieu des années 1990.

“Ma mère était domestique chez des Blancs ; elle a souvent été traitée de ‘misérable négresse’. Je me rendais compte qu’à l’hôpital ou ailleurs ceux de ma couleur étaient les seuls à faire face à des difficultés. Il n’y a pas un Noir dans ce pays qui n’ait une histoire de discrimination à raconter. Alors, j’ai décidé de partir à la recherche de ma propre histoire. C’était l’époque où le rap était de la musique de Noirs pour les Noirs. Et le rap m’a fait découvrir Malcolm X. Ensuite, j’ai découvert l’histoire des Malês. Ils ne buvaient pas, ne fumaient pas, savaient écrire ; ils étaient instruits. S’ils avaient réussi à s’emparer de [Salvador de] Bahia ce jour du 25 janvier 1835, ils auraient eu le pays entre leurs mains, et le Brésil serait un Etat musulman.”

A l’époque, la révolte des Malês a non seulement ébranlé le Brésil, mais aussi la communauté internationale. Des journaux de Londres, Boston et New York ont relayé les événements, qui se sont achevés avec la mort de 70 rebelles et des condamnations – à des peines de prison, à la peine de mort ou à la déportation en Afrique – pour plus de 500 autres.

Avant d’opter pour un nom musulman, Honerê a fait partie des fondateurs de l’une des plus anciennes posses de hip-hop en activité, la Haussa. Les posses sont des groupes qui réunissent des personnes ayant des affinités culturelles et politiques afin d’atteindre des objectifs communs. Les Haoussas étaient à la tête de révoltes d’esclaves dans la région de Bahia au début du XIXe siècle. Musulmans, ils étaient originaires de ce qui est aujourd’hui le nord du Nigeria et fuyaient une guerre religieuse qui a fourni nombre d’esclaves au trafic négrier. Deux siècles plus tard, la Haussa rassemble uniquement des Noirs, 40 jeunes de l’ABC. Le nom a été choisi “parce que les Haoussas ne se laissaient pas dominer ; ils avaient des convictions et étaient soumis seulement à Dieu”. Rappeur et ancien prisonnier, Leandro fait partie de ceux qui se sont intéressés à la religion en voyant la réalité imiter le cinéma catastrophe hollywoodien. “J’ai compris qu’il existait un peuple avec une attitude différente en Palestine, en Irak, en Afghanistan. J’ai commencé à chercher à en savoir plus ; j’ai rencontré Malik et j’ai fini par me ‘retourner’, dit-il. Mon épouse et moi, nous voulons étudier pour diffuser l’islam. Parce qu’il n’y a pas mieux que ceux qui viennent des favelas, comme nous, pour parler avec les jeunes qui y vivent. Alors que, si un mec y va habillé en arabe, les Blacks seront morts de rire.” Leandro a monté il y a un an, dans une favela à l’est de São Paulo, le projet Istambul Futebol e Educação, avec 25 gamins en situation difficile. Les moyens financiers proviennent d’un musulman militant en Syrie. L’action sociale répond au projet politique, qui voit dans l’islam une réponse aux statistiques de la violence.


“On ne s’organise pas ainsi par racisme ; nous n’avons pas de problèmes avec d’autres couleurs ou races. Nous voulons simplement que les Afro-Brésilienss arrêtent de mourir à 20 ans. Ceux qui meurent jeunes au Brésil, ce sont ceux qui ne connaissent pas leurs origines et n’ont pas eu accès au savoir. C’est un génocide de la population de banlieue qui existe depuis l’époque de la senzala, affirme Malik. Depuis que je suis devenu musulman, je ne bois pas, je ne fume pas, mes enfants ont un père et une mère, une éducation et une vie réglée.”

Malik est le président du Centre de développement islamique brésilien (NDIB), l’organisation la plus combative du nouvel islam noir. Les militants du NDIB (au nombre de huit) croient que l’islam peut être une alternative à la conversion évangélique, massive dans les prisons brésiliennes. Pour son projet politico-religieux, entrer dans les prisons est stratégique, et le POCC [Prisoners of Conscience Committee, le Comité des prisonniers de conscience] de Hampton Jr. [fils d’un leader des Black Panthers] est un partenaire important. “Les prisonniers sont devenus croyants [évangéliques] faute d’alternative, parce que le dernier choix du détenu, c’est de devenir évangélique”, affirme Leandro. “L’islam est une construction de la connaissance. Nous voulons travailler en apportant cette conscience, en construisant l’histoire de chacun et en montrant qu’ils sont des prisonniers politiques, indépendamment du délit qu’ils ont commis”, précise Sharif.

En 2009, le NDIB souhaite initier la construction de Nova Medina, une communauté musulmane capable d’accueillir les convertis de plusieurs endroits de la périphérie de São Paulo. Nous rêvons d’un quartier musulman où il n’y ait pas de bars servant de l’alcool au coin des rues, où l’on ne vende pas de viande de cochon, où nos enfants puissent étudier dans des écoles islamiques et où nos femmes ne soient pas appelées mulher-bomba [femme-bombe]”, précise Malik.Pour cela, ils pensent acquérir un lopin de terre et faire un lotissement.

Coiffé d’une chéchia jaune et verte [couleurs du drapeau brésilien] – symbole de sa condition de musulman brésilien qui n’accepte pas de changer de nom –, Valter Gomes remet tout entre les mains d’Allah. Il a les yeux humides lorsqu’il affirme : “Allah dit dans le Coran que pour chaque peuple il existe un prophète qui parle sa langue. Alors, qui sait s’il n’y a pas un petit Black plein de peps et de rimes qui va apparaître en banlieue ?”


Source : Eliane Brum, De l’esclavage à Allah, in Courrier International, no 961, 1er au 8 avril 2009, pp. 88-90, http://www.courrierinternational.com/article/2009/04/01/islam-hip-hop-dans-les-favelas


Dernière édition par Bon Paulo le Mar 17 Jan 2012 - 17:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



 Le Brésil facilite l’intégration de milliers d’Haïtiens dans son économie Empty
MessageSujet: Re: Le Brésil facilite l’intégration de milliers d’Haïtiens dans son économie    Le Brésil facilite l’intégration de milliers d’Haïtiens dans son économie EmptyDim 8 Jan 2012 - 1:19

Jan nou dil la ekonomi a fragil mwen pakab we usa akeyi toutt planet la leu prop ameriken pa jwen travay. Eske dann 30 an brezil ap ka kenbe kompa jenerozite
Revenir en haut Aller en bas
Le gros roseau
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 9664
Localisation : Usa
Loisirs : sport ,internet,stock market
Date d'inscription : 21/08/2010

 Le Brésil facilite l’intégration de milliers d’Haïtiens dans son économie Empty
MessageSujet: Re: Le Brésil facilite l’intégration de milliers d’Haïtiens dans son économie    Le Brésil facilite l’intégration de milliers d’Haïtiens dans son économie EmptyDim 8 Jan 2012 - 10:47

Men bresil deja ap refoule moun ki soti bangladesh , pakistan, Inde etc.E nanpren moun ki ka blame yo.Jan ayisyen plenyen pou kek libanè ak syryen ki pran peyi ya nan men yo eske yo menm si se yo ki te rich tap aksepte pou etranje ap rantre san kontwol lakay yo pandan ke pitit peyi ya pa ka jwen travay?An nou pran ekzanp dominiken yo ,yap koupe tet ayisyen ki ilegal lakay yo men yo menm tou yap rantre Porto-Rico e O Zeta zuni ileglaman.Kom mwen di deja Castro pa kite ayisyen rete lakay li ;e se tou patou yap kouri deyè moun ki ilegal.an frans yo arete menm sitoyen franseu ki nwa pou ilegal.
Revenir en haut Aller en bas
Joel
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 17051
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

 Le Brésil facilite l’intégration de milliers d’Haïtiens dans son économie Empty
MessageSujet: Re: Le Brésil facilite l’intégration de milliers d’Haïtiens dans son économie    Le Brésil facilite l’intégration de milliers d’Haïtiens dans son économie EmptyDim 8 Jan 2012 - 11:03

Se pou nou gade bagay yo jan li ye an.Lan 19 yèm syèk lan se moun ki sòti ann EWÒP ke ETAZINI te plis te kite rantre.Yo te al anboche CHINWA pou konstwi chemendfè an e kan yo pa t bezwen moun pou sa ankò yo sispann kite CHINWA vini ;alòs ke èwopeyen te kontinye debake .
Se lan optik sa a pou nou wè ke BREZILYEN yo kite AYISYEN rantre.Sel diferans ki genyen ant yon BREZILYEN ak yon AYISYEN ,se lang;yo pa preske gen okenn diferans kiltirèl.
Yo genyen diferans kiltirèl ak yon ENDYEN,yon PAKISTANÈ oubyen BANGLADESHI;moun sa yo ap gen anpil plis difikilte pou yo entegre lan sosyete BREZILYEN an ;pa yon AYISYEN!


















''
Revenir en haut Aller en bas
Le gros roseau
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 9664
Localisation : Usa
Loisirs : sport ,internet,stock market
Date d'inscription : 21/08/2010

 Le Brésil facilite l’intégration de milliers d’Haïtiens dans son économie Empty
MessageSujet: Re: Le Brésil facilite l’intégration de milliers d’Haïtiens dans son économie    Le Brésil facilite l’intégration de milliers d’Haïtiens dans son économie EmptyDim 8 Jan 2012 - 11:20

Mwen pa genyen oken pwoblem ke yon pep kite moun ki genyen plis lyen kiltirel ak li rantre nan peyi li.Sam pa vle moun di ke Bresilyen yo pi charitab ke ameriken paske yo resevwa ayisyen yo ak plis charite e konpasyon.se normal pliske se yon milye ayisyen ki ap vinn laky yo men kite exodus ayisyen pou brezil la pran proportyon ke boat people yo tap fè pou rantre Florida na wè si bresilyen pral aksepte sa.Lè genyen boom ekonomik nan yon peyi yo toujou bouche je yo pou zafè imigratyon ilegal paske la plipa di tan imigran ilegal la se travay ke otoktonn pa vle fè se yo ke yo ba yo.Men kite genyen 14 milyon bresilyen ki an chomaj wa tande rel ka makorel.Meksiken ap traverse la riviè grenpe mi pou yo rantre o Zeta zuni ilegalman genyen anpil nan yo ki se bon travayè men genyen tou se kriminel eske yo ka tolere tout meksiken rantre nenpot ki lè yo vle o Zeta Zuni?Fok peyi ya genyen kontwol sekirite intern lakay li.

o lye nou chita ap lonje dwet tout jounen sou ameriken pou ki sa nou pa mande pou gouvenman ayisyen bouke gaspiye resous peyi ya nan fè makak o lye yon envesti ti resous nou nan agrikilti e nan aktivite ki ka ba ayisyen travay lakay yo pou yo pa blije ap pran kanntè e chache refij nan lot peyi ;poukisa nou pa mande pou gouvenman mete pwogram rete sou 2 ya nan tout peyi ya pou ayisyen bouke kale ti moun tankou la pen.Si nou pa fè sa pi ta pral pi tris wi.
Revenir en haut Aller en bas
Sasaye
Super Star
Super Star
Sasaye

Masculin
Nombre de messages : 8252
Localisation : Canada
Opinion politique : Indépendance totale
Loisirs : Arts et Musique, Pale Ayisien
Date d'inscription : 02/03/2007

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Maestro

 Le Brésil facilite l’intégration de milliers d’Haïtiens dans son économie Empty
MessageSujet: Re: Le Brésil facilite l’intégration de milliers d’Haïtiens dans son économie    Le Brésil facilite l’intégration de milliers d’Haïtiens dans son économie EmptyDim 8 Jan 2012 - 12:16


Sam pa vle moun di ke Bresilyen yo pi charitab ke ameriken paske yo resevwa ayisyen yo ak plis charite e konpasyon.

Mwen poste atik saa pou enfômasyon. Se oumenm ki kouri vinn defann meriken aloske lanpwen okenn mansyon de nèg yo.

Kijan w fè pa vle moun bay opinyon yo de meriken?
Mwen deja di w meriken ap ri w lè yo wè yon imigran ayisyen pi meriken pase yo.
Si w te fè t la menm, kisa w ta fè?

Eske w ka di ke meriken resevwa ayisyen ak plis charite e konpasyon?
Revenir en haut Aller en bas
Le gros roseau
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 9664
Localisation : Usa
Loisirs : sport ,internet,stock market
Date d'inscription : 21/08/2010

 Le Brésil facilite l’intégration de milliers d’Haïtiens dans son économie Empty
MessageSujet: Re: Le Brésil facilite l’intégration de milliers d’Haïtiens dans son économie    Le Brésil facilite l’intégration de milliers d’Haïtiens dans son économie EmptyDim 8 Jan 2012 - 13:09

Depi w pa vyole lwa lakay yo.Mwen baw ekzanp ki jan yo te edem poum entegre peyi ya.meriken pa ka ap rim paske se la verite map di.se koulyè ya bresilyen ap ede ayisyen epi ki ede. men mwen se depim ti moun map gade sa meriken ap fè an ayiti.ki moun ki te konn voye vaksen pou ti moun an ayiti lè w te lekol ka frè? ki moun ki te finanse kanpay kont pyan an ayiti?ki moun ki te konn vivn pote nou sekou lè syklonn te konn pase an ayiti? ou ta kite pawol sa yo pou jeness la ki pa konn sak te konn pase an ayiti.

mwen pa yon aveg ou yon admiratè inkondityonel de tout gouvenman ki pase o Zeta zuni non.mwen rekonet genyen ki konn fè erè men tou mwen pap jete vye chodyè pou chodyè nef.menm bresilyen ap kritike sosyete yo a ki genyen yon apartheid ladann alor mezanmi banm vanm pou mwen al la gonav tande.
Revenir en haut Aller en bas
revelation
Super Star
Super Star
revelation

Masculin
Nombre de messages : 3086
Localisation : Washington, DC
Opinion politique : Senior Financial Analyst
Loisirs : walking, jogging, basket, tennis
Date d'inscription : 21/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: L'analyste

 Le Brésil facilite l’intégration de milliers d’Haïtiens dans son économie Empty
MessageSujet: DE L’ESCLAVAGE À ALLAH BREZIL SAN LE TONBE NAN KK!    Le Brésil facilite l’intégration de milliers d’Haïtiens dans son économie EmptyDim 8 Jan 2012 - 14:51

Citation :
le-bresil-facilite-lintegration-de-milliers-dhaitiens-dans-son-economie
[size=18]Si Brezil vle vreman fasilite integrasyon men-dev Ayisyen yo nan ekonnomi yo, li ta preferab ke yo ouvri yon biwo d'emboch nan Ambassad yo a pou Ayisyen al travay legalman olyè ke yo ap travesse l'antouraj Dominikani, Panama, Equator etc..! Nan travese journee saa, yo kap pedi vie yo tou.

Ti piblisite saa se pou yon tibout tan selman jis pou stadium yo finn konstwi a izin hydro-elektrik yo.
Tout sak briye pa l'or! Prankou pote mak sonje.
pa bliye sa nou pran nan men Dominiken nan al travay kay moun, le yo pa bezwen nou anko, sitiyasion an vinn pidi le pou nou tounnen nan peyi nou!

Li ta myo pou nou kwye travay lakay nou!!
Revenir en haut Aller en bas
Le gros roseau
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 9664
Localisation : Usa
Loisirs : sport ,internet,stock market
Date d'inscription : 21/08/2010

 Le Brésil facilite l’intégration de milliers d’Haïtiens dans son économie Empty
MessageSujet: Re: Le Brésil facilite l’intégration de milliers d’Haïtiens dans son économie    Le Brésil facilite l’intégration de milliers d’Haïtiens dans son économie EmptyDim 8 Jan 2012 - 16:20

Men sa ki tris la se pa bagay nou manke pou nou fè lakay nou.Peyi ya manke depi A jiska Z.nap achte manje tou patou o Zeta Zuni nan dominikani epi se ayisyen ki ap travay nan chan kann an dominikani kom esklav.yo pa fouti retounen lakay yo paske yo konnen lap pi mal pou yo, men nanpren oken nan sankoutya yo ki ka di non mesye nou pa ka kontinye ap gouvenen peyi ya menm jan.se pousa mwen di mwen pap tounen nan peyi saa ankor paske se pi mal li pral vinn pi mal.Lè genyen 15 milyon ayisyen se lè saa yo pral tande rel ka makorel.Men nanpren yonn nan sanwont yo ki ka wè pi lwen pase pwent nen yo pou di mesye fok nou frennen kwsansans demografik saa tou swit.fok nou fè refom agrè pou nou ka pwodwi ase manje nan peyi ya.fok nou sispan enpote tout bagay nou beswen nan lot peyi ,fok nou bouke mande charite.Site genyen yon lè ayisyen te ka fyè de peyi yo jodya mwen pa wè pouki rezon pou yon moun genyen fyerte saa ankor.
Revenir en haut Aller en bas
revelation
Super Star
Super Star
revelation

Masculin
Nombre de messages : 3086
Localisation : Washington, DC
Opinion politique : Senior Financial Analyst
Loisirs : walking, jogging, basket, tennis
Date d'inscription : 21/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: L'analyste

 Le Brésil facilite l’intégration de milliers d’Haïtiens dans son économie Empty
MessageSujet: Re: Le Brésil facilite l’intégration de milliers d’Haïtiens dans son économie    Le Brésil facilite l’intégration de milliers d’Haïtiens dans son économie EmptyDim 8 Jan 2012 - 20:00

Citation :
Rozo di: Lè genyen 15 milyon ayisyen se lè saa yo pral tande rel ka makorel.
Men nanpren yonn nan sanwont yo ki ka wè pi lwen pase pwent nen yo pou di mesye fok nou frennen kwsansans demografik saa tou swit.
Ki yes ki sanwont yo?
Ki sekter nan klass sosyal la kap grennen pitit plis kankou lapin?
Ki klass ki soufri le gen trop bouch pou bay manje nan kay la?

W vle ke se Lelite la ki pou distribye K-pot, pillil, ouvri klinik avortman e fe planning familial pou malere?
Answit w memm, Jaf ak tout lot kamarad yo pral di ke se genocide ke Lelite ap fe la!!
Lelite la ap touye pitit pep Afriken nou yo?


Solisyon pa fasil jan w konpran nan monfre Rozo.
Revenir en haut Aller en bas
Le gros roseau
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 9664
Localisation : Usa
Loisirs : sport ,internet,stock market
Date d'inscription : 21/08/2010

 Le Brésil facilite l’intégration de milliers d’Haïtiens dans son économie Empty
MessageSujet: Re: Le Brésil facilite l’intégration de milliers d’Haïtiens dans son économie    Le Brésil facilite l’intégration de milliers d’Haïtiens dans son économie EmptyDim 8 Jan 2012 - 22:29

Mwen pa pale de sektè prive map pale de san wont ki pito ap gaspiye lajan peyi ya pou fè makak o lye pou yo okipe sak dwe fet nan peyi ya.Map pale de politisyen mal pou wont yo ki pa ka wè pi lwen pase pwent nen yo.sa ministè planifikatyon saa ap regle?map pale de chef deta ki pa konn GBD nan administratyon piblik yo ki o lye yo fome yon gouvenman ak kek ministè ki enpotan tankou Agrikilti, Edikatyon, Sante, Jistis ,travay, lojman, konsa yo ta jwen resous ase pou yo fè sa ki nesesè pito divise peyi an 10 ti depatman geografik ak yon paket minis e secretè deta yon pa vo lot ak yonn paket Pale mantè ,anbasadè ak konsil vanjè la ras ki pap regle yon med pou peyi ya.

minis agrikilti nan yon peyi ki ap achte manje pou 1 milya dola nan men dominiken di li pa genyen ase lajan pou ede peyisan achte angrè ak semans men nou genyen yon Minis de la kilti , yon Minis de la kondityon feminin , yon minis du tourisme nan yon peyi sal, yon minis de la jeness e o sport etc.Ki jan pou yon peyi devlope si resous yo pa sifi menm pou peye yon bann sineki initil?Bagay yo pap janm fasil si se tet an ba nou vle dirije peyi ya.si nou pito meprise sa ki esantyel yo pou nou fè makak.imite strikti lot peyi ki pa korespon ak moyen e beswen nou.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




 Le Brésil facilite l’intégration de milliers d’Haïtiens dans son économie Empty
MessageSujet: Re: Le Brésil facilite l’intégration de milliers d’Haïtiens dans son économie    Le Brésil facilite l’intégration de milliers d’Haïtiens dans son économie Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Le Brésil facilite l’intégration de milliers d’Haïtiens dans son économie
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti :: Haiti :: Espace Haïti-
Sauter vers: