Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

FOROM AYITI : Tèt Ansanm Pou'n Chanje Ayiti.
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  PortailPortail  ÉvènementsÉvènements  PublicationsPublications  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez
 

 Le peuple commence à être mécontent

Aller en bas 
AuteurMessage
Aimer Haiti
Senior
Aimer Haiti

Féminin
Nombre de messages : 77
Localisation : Martinique
Opinion politique : aucune
Loisirs : lire, internet
Date d'inscription : 03/06/2011

Le peuple commence à être mécontent  Empty
MessageSujet: Le peuple commence à être mécontent    Le peuple commence à être mécontent  EmptyMar 17 Jan 2012 - 8:44




Le président Michel Martelly ne parvient pas à s'imposer en Haïti




Haïti: L'ancien chanteur est accusé de disposer d'une seconde nationalité, ce que la Constitution interdit. A bas Martelly " : les graffitis sur le mur entourant les ruines du palais présidentiel témoignent de la frustration croissante en Haïti face aux lenteurs de la reconstruction, deux ans après le séisme qui a dévasté le pays. Le courant n'est pas passé, mercredi 11 janvier, entre l'ancien chanteur Michel Martelly, devenu président de la République, et quelques milliers de sinistrés massés sur le Champ de Mars, où il était venu annoncer un programme de relogement financé par la coopération canadienne, à la veille des cérémonies commémorant la catastrophe.

Surnommée " Sweet Micky ", l'ancienne star du compas, un style musical très populaire à Haïti, a tenté d'animer la foule. Mais elle est restée impassible, les regards vidés de tout espoir. Non loin de là, plusieurs milliers de personnes vêtues de T-shirts blancs manifestaient pacifiquement, réclamant des emplois et des logements." Martelly est plein de bonnes intentions, mais les promesses de changement qu'il incarnait sont en train de s'évanouir ", met en garde le cinéaste Arnold Antonin.

Sa bonne volonté, son dynamisme parfois impulsif sont mis en avant dans les ambassades. " Il a une bonne vision pour la reconstruction, mais il faudra qu'il mette son énergie au service de la création d'emplois, c'est la tâche prioritaire ", souligne le porte-parole de l'ambassade des Etats-Unis, Jon Piechowski. " Il apprend vite, mais il devrait rapidement fixer le calendrier électoral et se débarrasser d'un bon nombre de ses conseillers ", renchérit l'ambassadeur de France, Didier Le Bret.

" Martelly n'a obtenu que 717 000 voix - sur 4,7 millions d'électeurs inscrits - ", rappelle Pierre Espérance, un défenseur des droits de l'homme. M. Martelly a été élu en mars 2011, au second tour d'une élection chaotique, marquée par une forte abstention.

Son parti, Réponse paysanne, ne disposant que de deux sièges au Parlement, le président a dû batailler pendant cinq mois pour faire accepter son premier ministre, Garry Conille, et former un nouveau gouvernement. Les relations difficiles entre le président et le Parlement, dominé par Unité, le parti de l'ancien président René Préval, se sont encore dégradées en novembre 2011, après l'arrestation arbitraire d'un député, Arnel Bélizaire.

Le contentieux s'est alourdi ces derniers jours, lorsque le sénateur Moïse Jean Charles a affirmé que le président Martelly et deux de ses ministres détenaient la nationalité d'autres pays qu'Haïti. " Cette affaire de double nationalité - interdite par la Constitution haïtienne - empoisonne l'opinion publique, souligne Arnold Antonin. Si c'est vrai, ça pourrait aller jusqu'à la démission du président. "

" Si les propos du sénateur sont exacts et que le président ne démissionne pas, il appartiendrait à la Chambre des députés de demander, à la majorité des deux tiers, au Sénat de s'ériger en Haute Cour de justice pour le destituer ", précise Mirlande Manigat, la juriste battue à l'élection présidentielle par M. Martelly.

Intervenant lundi 9 janvier devant l'Assemblée nationale, à l'occasion de la rentrée parlementaire, le président haïtien n'a pas évoqué cette affaire. Il a confirmé son intention de reconstituer l'armée, dissoute en 1995, mais n'a pas mentionné la formation d'un nouveau Conseil électoral ni la date des prochaines élections, qui doivent renouveler le tiers du Sénat et les autorités municipales.

Le premier ministre, Garry Conille, s'est voulu conciliant. Il a proposé un nouveau contrat social et un pacte de bonne gouvernance afin que " 2012 soit l'année des grandes opportunités ". Les propos de M. Conille n'ont pas convaincu. " Le premier ministre n'a aucun pouvoir, tous les ministres ont été choisis par Martelly et l'équipe gouvernementale manque de cohérence ", souligne M. Espérance.

Les ministres les plus influents sont des hommes du président. Le ministre des affaires étrangères, Laurent Lamothe, un jeune homme d'affaires qui a fait fortune dans les télécommunications en Afrique et a financé la campagne de son ami Michel Martelly, est toujours conseiller spécial du chef de l'Etat. Le ministre de l'intérieur, Thierry Mayard Paul, a conservé son poste de directeur de cabinet du président.

En l'absence de gouvernement pendant cinq mois, M. Martelly s'est entouré d'un cabinet pléthorique où pullulent les consultants, des affairistes et d'anciens partisans du régime Duvalier.

Rentré en Haïti en janvier 2011, l'ancien dictateur Jean-Claude Duvalier y vit d'ailleurs sans être inquiété. " Avec la complicité des autorités ", déplore Pierre Espérance. " Tant que Duvalier ne sera pas jugé, on ne pourra avoir d'Etat de droit, de lutte contre l'impunité et de reconstruction du système judiciaire ", ajoute ce défenseur des droits de l'homme.


Jean-Michel Caroit
Le Monde
Revenir en haut Aller en bas
 
Le peuple commence à être mécontent
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti :: Blogue :: VIVRE-
Sauter vers: