Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

FOROM AYITI : Tèt Ansanm Pou'n Chanje Ayiti.
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  PortailPortail  ÉvènementsÉvènements  PublicationsPublications  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Le Deal du moment :
Xiaomi Mi True Wireless 2S – Écouteurs ...
Voir le deal
49 €

 

 Le fantoche, le dictateur et le président: Haïti d'aujourd'hui et de demain

Aller en bas 
AuteurMessage
jafrikayiti
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 2236
Localisation : Ottawa
Date d'inscription : 21/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Bon neg guinen

Le fantoche, le dictateur et le président: Haïti d'aujourd'hui et de demain Empty
MessageSujet: Le fantoche, le dictateur et le président: Haïti d'aujourd'hui et de demain   Le fantoche, le dictateur et le président: Haïti d'aujourd'hui et de demain EmptyLun 6 Fév 2012 - 22:10

Le fantoche, le dictateur et le président: Haïti d'aujourd'hui et de demain
- Jemima Pierre, Black Agenda Report, 17 janvier 2012 –


http://www.cpcml.ca/francais/Lmlq2012/Q42007.htm#3

Haïti

Perdu dans le flot de photographies et d'histoires déchirantes des « pauvres Haïtiens » vivants dans une misère sordide qui circule sur le deuxième anniversaire du tremblement de terre du 12 janvier 2010, un autre ensemble d'images est apparu. Peu de gens ont remarqué ces autres images – elles ont reçues peu d'attention dans les médias dominants – mais elles donnent une idée des perspectives de la reconstruction d'Haïti et, en effet, des perspectives de l'avenir politique et économique d'Haïti.

Ces images ont été prises lors des cérémonies officielles de commémoration à la colline de Titanyen[1], au nord de Port-au-Prince, un lieu où l'ancien dictateur Jean Claude Duvalier et son père, François Duvalier, se débarrassaient des corps de leurs adversaires politiques. Après le séisme, il est devenu le lieu de sépulture de milliers de victimes non identifiées du séisme. Pendant les cérémonies, les délégués locaux et les diplomates internationaux ont rendu hommage aux Haïtiens qui ont perdu la vie et promis d'aider ceux qui ont survécu. Mais l'image la plus frappante qui est ressortie de cette cérémonie est celle d'un triumvirat immoral. Côte à côte à la tribune, se serrant la main et échangeant des plaisanteries se trouvaient le président haïtien, Michel Martelly, l'ancien président américain et envoyé spécial de l'ONU, Bill Clinton, et Jean-Claude Duvalier. Pour comprendre l'avenir d'Haïti, nous devons nous distancer des images des « pauvres Haïtiens » qui dominent la couverture d'Haïti et saisir l'importance de ces trois personnages dans l'élaboration des plans impérialistes des États-Unis pour Haïti.

« Baby Doc » Duvalier est retourné en Haïti le 16 janvier 2010, après vingt-cinq ans d'exil. Son arrivée aurait pris tout le monde par surprise, cependant il est maintenant clair que la France et les États-Unis lui avaient donné le feu vert. Le silence relatif du gouvernement d'Obama sur le retour de Duvalier contraste avec le tapage qu'il a fait pour empêcher, avec force, le retour de Jean-Bertrand Aristide,[2][3] le premier président démocratiquement élu d'Haïti. Ce contraste sent la duplicité. Rappelons que sous Duvalier (et son père, François), les tontons macoutes, sa milice privée détestée[4], ont assassiné, torturé ou fait disparaître près de 50 000 Haïtiens.[5]. Dans le même temps, Duvalier a détourné des centaines de millions de dollars[6], dont la plus grande partie a servi à se payer une vie de grand luxe pendant son exil.[7] Malgré les appels à son arrestation et à son inculpation des survivants et des avocats haïtiens ainsi que des organisations internationales de défense des droits, Duvalier peut circuler comme bon lui semble dans les rues d'Haïti et même dîner dans les meilleurs restaurants avec des gens comme Sean Penn.

Que symbolise Duvalier ? Pour l'élite d'Haïti, il représente une forme de nostalgie totalitaire. Il existe une espèce de culte entourant Duvalier, un rappel de l'époque de la « bourgeoisie macoutisée », selon l'expression du journaliste Kim Ives [8], quand il y avait une alliance entre les élites et les forces paramilitaires terroristes. Mais le duvaliérisme était aussi une bonne chose pour la politique et l'économie des États-Unis qui, dans les années 1960, avaient besoin de François (« Papa Doc ») Duvalier pour contrer l'influence révolutionnaire communiste de Cuba. Sous Jean-Claude (« Baby Doc »), ils ont été capables d'ouvrir les ressources et les marchés haïtiens aux entreprises américaines, d'augmenter le nombre des ateliers de misère et de jeter les bases de l'instauration des politiques économiques néolibérales.

C'est là qu'interviennent le président Martelly, sélectionné par les États-Unis, et « Papa » Bill Clinton. Comme nous l'avons déjà indiqué dans Black Agenda Report[9], le candidat de droite Martelly a été choisi par le gouvernement Obama pour devenir président d'Haïti lors d'une élection imposée de force, entachée d'irrégularités et avec un faible taux de participation des électeurs. Plus important encore, Martelly est le visage – et l'épine dorsale – de la résurgence du duvaliérisme. Ses affinités avec Duvalier sont bien connues, tout comme son animosité envers l'ancien président Aristide.[10] Il a des liens historiques avec les loyalistes de Duvalier, envisage une « amnistie » Duvalier, [11] et est en train de rétablir l'armée haïtienne. De plus, ses interactions erratiques et agressives avec ses constituants et ses collègues politiques – et, en particulier, ses menaces contre les journalistes haïtiens – sont un début d'indication de ses tendances répressives.

Mais il est un bon fantoche. Comme nous le rappelle Ezili Danto du Haitian Lawyers Leadership Network : « Martelly est simplement un outil que vont utiliser ceux qui « connaissent le mieux les schémas de privilège et de domination », plus que n'importe quel politicien haïtien intéressé pourrait jamais rêver de l'être. Martelly est la valve qui libère la pression de surface accumulée tout en renforçant la narration du « Haïtien violent ». Une brillante manoeuvre des Américains et des Européens. « Une évidence ». Pour le moment, il va ouvrir Haïti à l'occupation et à l'exploitation économique permanentes des États-Unis tout en terrorisant les Haïtiens qui résisteront. Alors que les États-Unis consolident leur présence militaire dans l'hémisphère occidental, la domination d'Haïti est importante. Pour beaucoup, c'est une des raisons qui expliquent l'occupation militaire actuelle par une force criminelle sous le commandement de l'ONU, la MINUSTAH, la plus grande force militaire onusienne dans un pays qui n'est pas en guerre. C'est aussi la raison de l'imposante nouvelle ambassade américaine en Haïti, la quatrième plus grande ambassade américaine dans le monde.

Et puis, il y a Bill Clinton. Clinton est le visage « gentil » de la domination américaine d'Haïti.[12] Avec son initiative pour transformer Haïti en un paradis pour les touristes occidentaux tandis que les Haïtiens seront une main-d'oeuvre à bon marché dans les ateliers de misère où seront fabriqués des marchandises occidentales,[13] Clinton est l'arbitre d'une nouvelle phase de néolibéralisme. Il dicte pratiquement la politique haïtienne. En fait, dans une scène des plus absurdes de népotisme de l'histoire politique d'Haïti, le premier ministre d'Haïti, Gary Conille, est l'ancien chef de cabinet de Clinton. Il a également une longue histoire familiale avec les Duvalier : son père était un ministre de Baby Doc.[14] Comme @dominique_e a dit récemment sur Twitter, tout est en place pour « tuer Haïti avec le néolibéralisme ».

La semaine dernière, Glen Ford faisait remarquer sur une radio américaine : « On parle le plus souvent d'Haïti comme d'une tragédie alors qu'en fait c'est une scène de crimes horribles, commis principalement par les États-Unis pendant deux siècles. »[15 ] Avec le fantoche, le dictateur et le président sur scène, il est difficile d'imaginer une cohorte plus sinistre pour entraîner Haïti sur la voie de l'exploitation américaine.


Notes
1. http://www.amnesty.org/en/library/info/AMR36/007/2011/en
2. http://www.thegrio.com/news/us-urges-aristide-to-delay-return-to-haiti.php
3. http://www.ezilidanto.com/zili/2011/03/obama-fears-lavalas-returns-duvalierists-refuses-aristide/
4. http://thepublicarchive.com/ ?p=2816
5. http://www.coha.org/tonton-macoutes/
6. http://www.soros.org/initiatives/justice/articles_publications/publications/duvalier-factsheet-20111213
7. http://www.csmonitor.com/World/Americas/2011/0119/How-strong-are-charges-against-Haiti-s-Jean-Claude-Duvalier-Very-say-experts
8.http://www.haiti-liberte.com/archives/volume4-27/A Class Analysis of Baby Doc.asp
9. http://blackagendareport.com/content/fools-and-sycophants-haiti's-presidential-selection
10. http://www.guardian.co.uk/commentisfree/cifamerica/2011/mar/22/haiti-jean-bertrand-aristide
11. http://www.haiti-liberte.com/archives/volume4-40/As%20Inauguration%20Nears.asp
12. http://www.uruknet.info/?p=79976
13. https ://nacla.org/node/6781
14. http://www.haiti-liberte.com/archives/volume5-7/The%20Neo-Liberal.asp
15. http://blackagendareport.com/content/haiti-raped-us-2004-and-still-bleeding

(Traduction : LML)
Revenir en haut Aller en bas
 
Le fantoche, le dictateur et le président: Haïti d'aujourd'hui et de demain
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti :: Haiti :: Espace Haïti-
Sauter vers: